Partagez | 
 

 Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Mer 17 Nov - 10:03


étape 1 : entrée en matière.

Spoiler:
 

Les jours passaient et c'était toujours pareil. Pete se trouvait nul, si nul d'avoir la trouille de dire à sa meilleure amie qu'il l'aimait, tout simplement ! Ce n'était quand même pas si difficile, il fallait qu'il se fasse à l'évidence, il n'était pas si courageux que ça. Il était comme tout le monde : timide en amour. Il avait pas assez de couilles comme disait les jeunes. Il parlait beaucoup mais au final, qu'est-ce qu'il restait ? Rien, absolument rien. Le vide. Le néant. Le trou noir. Et Pete devait vivre avec cette pensée, au quotidien. Chose qui était loin d'être facile parce que croyez-le, vivre avec une telle pensée c'était atroce. C'était l'Enfer. Pire que lorsque son stock de chogrenouille était vide. Pire qu'un week-end réunion de la famille Levingston, tous des Mangemorts. Pire que son était mortel en Écosse. Pire que la mort. Pire que tout. Il n'avait plus qu'à se pendre ou à se jeter par la fenêtre de la tour des Gryffondors. Adieu monde cruel ! Bonjour, doux moment funèbre. Ce n'était pas comme s'il pouvait parler de cette douleur, de cette culpabilité. Albus se foutrait de sa gueule parce qu'Albus était un petit con. Il faut le dire, Pete n'avait pas peur de le faire et c'était justement parce qu'ils étaient meilleurs amis qu'il devait le dire. Ne pas le dire ça serait comme s'il était d'accord avec cela. Manque de bol il ne l'était pas ! Pourquoi croyez-vous qu'ils ont souvent été ennemi ? Ce n'était pas juste pour le plaisir de faire des duels et d'avoir des heures de colle ! Non c'était de la vraie comme celle qu'on peut lire dans des romans, qu'on peut voir au cinéma ou qu'on imagine dans des rêves. C'était réel et comme toujours la seule chose qui avait pu les réconcilier fut une femme. La seule, l'unique, Blake. Ca se passe de mots, il n'y en aura jamais assez pour Pete. Enfin bref revenons-en à sa peine. Ce n'était pas tout à fait vrai qu'il ne pouvait parler à personne, il y avait Violette, sa Violette. TATA YOLLANDE (A). Elle avait toujours été là pour lui, elle le serait toujours. Oui mais voilà Violette, c'était Violette et parfois elle ne comprenait pas forcément bien qu'elle soit très intelligente et qu'elle s'y connaisse vraiment en histoire de cœur. Pete avait vraiment l'impression d'être incompris, pourtant ça manque pas les amoureux transits dans l'Histoire, y en a tellement qu'on peut pas tous les citer. Et dans 80% des cas c'est réciproque. Parce que les gens aiment les histoires d'amour qui se finissent bien et puis que y a pas énormément de chances pour avoir plusieurs personnes folles amoureuses de vous dans une vie. Y en a souvent qu'une, voir deux pour les plus chanceux. Attention, on parle du véritable amour ! Le pur, le vrai, celui qui vous empêche de dormir, celui qui était super gnangnan mais dont est tous jaloux quand on ne le ressent pas. En tout cas tout ce blabla pour dire que un, il était amoureux et de deux, qu'il souffrait. De toute façon, en amour, qui ne souffre pas ?

Fini de parler d'amour, parlons d'un truc de mecs. Parlons de voitures, de motos, d'Action Man, de sport, de catch ou d'un truc dans le genre. Vous savez le sujet bien viril qui impressionne tout de suite les nanas. Je sais parlons de cicatrices, de combats et compagnie. En faite, non on va tomber dans le cliché, on aura écrit des lignes mais qui ne servent à rien. Tellement que ça ennuie, on lit en diagonale, on fait croire qu'on a lu mais en faite c'est pas vrai, ça nous ennuie tellement qu'on laisse même échapper un ou deux bâillements. Enfin bref comme dirait un certain Franklin... Petounet d'amour en sucre à la cannelle avait besoin de sucres. Assez de sucres pour oublier tous ses soucis, assez de sucres pour avoir assez d'énergie et faire dix fois le tour du parc. Bref ça en faisait des parts de pudding à manger mais quand on veut on peut. Il était vêtu d'un jean troué par-ci, par-là, d'un t-shirt bleu-gris et d'un gilet gris. Il avait besoin de sa petite laine en cette saison ou tout devenait froid et déprimant. Bientôt il lui faudrait un paquet de mouchoirs dans chaque poche et encore il raquetterait tous les deux jours Blake. C'était pas glamour, tout de suite Pete était moins attirant. Oh mesdemoiselles ne me dîtes pas que s'il se retrouvait dans votre lit vous iriez dormir sur le canapé de la salle commune même s'il avait le nez tout rouge à cause du rhume ! HYPOCRITES ! Ça m'énerve les gens comme ça ! Je me calme et revient à Pete. Il descendait alors vers les cachots, vous savez l'endroit où il fait tout noir et où vous avez peur qu'un Serpentard sorte de nulle part et vous pique votre sandwich. Faire un marathon c'était du gâteau comparé à sortir des cachots indemne ! Rien que d'y penser, j'en ai des frissons !! Pete lui était confiant, c'était un courageux, il n'avait peur de rien, sauf des araignées, des serpents, des chauve-souris, en faite de tout ce qui bouge et qui n'est pas humain. Il blague bien sûr ! Pete c'était un chevalier des temps modernes, un samouraï d'Angleterre, un Hercule avec moins de muscles mais un héros comme on les aime. Il était presque en train de siffler le dernier tube du groupe à la mode lorsqu'il aperçu une silhouette blonde. Cette silhouette il la connaissait. C'était celle... OH NON PAS ELLE. Elle était la terreur de ces lieux comme la Dame Blanche de la route ou comme Bloody Mary quand on est devant son miroir. Roxanne Weasley, rien que prononçait ce nom vous glacez le sang... sauf Pet ! Faut dire ils étaient potes tous les deux, ils avaient pratiquement élevé les cochons ensemble, peut-être pas jusque là mais tout roulait entre eux, quand y avait personne autour évidemment. Des chiens ne font pas des chats. Une amitié Gryffondor-Serpentard c'est carrément extraordinaire. C'est donc pourquoi Pete s'avança d'un pas nonchalant vers Roxanne et qu'il lui dit à voix modérée.

    PETE – « Roxanne comme on se retrouve. Ca fait bien longtemps qu'on a pas parlé toi et moi, qu'est-ce que tu deviens ? »


Alors ça c'était l'humour à deux francs cinquante de Pete mais c'était bien pour ça qu'on l'aimait. De plus cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas parlés, c'était un peu exagéré ! Cela faisait au grand maximum trois semaines et quatre jours. Il poussait le bouchon un peu trop loin, Maurice Pete mais on lui pardonne, comme toujours ou du moins une fois de plus...

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️


Dernière édition par Pete K. Levingston le Dim 2 Jan - 2:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Lun 13 Déc - 9:05




Spoiler:
 

Everything and every you Une des choses les plus affreuses et les plus insupportables dans la vie, c'est lorsque l'on perd quelque chose. D'ailleurs, j'ai toujours trouvé cette expression un peu étrange, un peu fourre-tout. Comme lorsque l'on vous demande si vous avez de la peine parce que vous avez perdu quelqu'un. Lorsque l'on perd quelqu'un, c'est pas comme si on l'avait égaré au coin d'un couloir, et que quelqu'un d'autre l'avait ramassé. Non, quand on perd quelqu'un, c'est définitif, ça vous laisse un vide beaucoup plus gros que la perte d'un simple objet. Alors non, je trouve que cette expression n'est pas appropriée à tous les cas de situation. Dans le cas présent, Roxanne ne cherchait pas une personne qu'elle avait perdu – elle n'était tout de même pas idiote à ce point là, merci bien – mais elle errait à travers la salle commune à la recherche d'un de ses rubans fraichement achetés, qu'elle avait égaré elle-ne-savait-où. Autant vous dire, qu'étant d'ordinaire exécrable, lorsque la jeune fille perdait quelque chose, sa fureur était encore plus .. furieuse. Voyez vous où je veux en venir ? En clair, tous ceux qui se trouvaient sur le chemin de la blonde colérique se faisaient incendier, et cela faisait mal, oui, très mal. C'est ainsi que la vipère arpentait les moindres recoins de la salle commune, à la recherche d'un bout de tissu sans grande valeur sentimentale ou même pécuniaire. Pourquoi donc les hommes sont-ils tristes, ou bien embêtés lorsqu'ils perdent un objet ? Je peux comprendre que la perte d'un objet qui signifie beaucoup peut vous mettre dans un très mauvais état d'esprit. Mais la perte d'un objet est en soit, pas très significative. Ce n'est qu'un peu d'argent jeté par dessus l'épaule, donc votre peine n'est destinée qu'à l'argent perdu, rien d'autre. Comportement tout à fait égoïste en somme, un comportement typiquement humain. Nous ne sommes pas vraiment des gens dignes de confiance, digne de sentiments vraiment forts. Certaines personnes sont comme étrangères à ce monde, elles regardent les choses se dérouler sous leurs yeux, en tant que simples spectateurs. C'était un peu le cas de Roxanne qui ne prêtait que peu d'importance aux choses qui l'entourait. Bien sûr, elle n'était pas totalement insensible aux charmes de la vie, mais tout avait un goût amer dans sa bouche. Elle ne faisait pas partie de ces gens qui tombaient éperdument amoureux, ou qui pleuraient sincèrement. La vipère n'était jamais – à son souvenir – tombée amoureuse, et elle détestait pleurer. De ce fait, était-elle inhumaine ? Ou était-elle juste hors-normes ? C'est une question qu'elle se posait souvent, sans vraiment trouver de réponse. Et puis de toute façon, que ferait-elle d'une réponse ? C'était quelque chose de tellement difficile à appréhender, qu'elle ne pouvait pas trouver toute seule la solution. La jeune fille était au bord de la crise de nerfs, aussi décida-t-elle d'aller faire un tour dehors afin de se calmer les méninges. Elle abandonna – non sans un pincement au cœur – sa recherche du ruban vert perdu et monta les marches vers son dortoir deux par deux, lança des regards noirs à droite à gauche, juste pour la style. Arrivée la haut, elle attrapa sa malle qu'elle ouvrit d'un geste excessivement furieux et en sortit un bonnet en laine de mouton aussi blond que le blason des serpents était vert et un petit ruban noir – comme celui qu'elle avait perdu. Elle attacha sa longue chevelure aux reflets dorés en une haute queue de cheval et garda le bonnet dans sa main droite avant de redescendre et de quitter la salle commune. La salle commune étant en pleine effervescence vu l'heure avancée de la journée, lorsque la blonde en sortit, elle trouva le silence humide des cachots particulièrement accueillant. Mais elle avait besoin d'air, besoin d'être seule avec elle même, c'est pourquoi elle se dirigea d'emblée vers le rez-de-chaussé. Arrivée là, elle prit la direction de la lourde porte qui ouvrait sur le magnifique parc de Poudlard et sortit dans l'air frais de cette fin de journée. Sa tête lui faisait mal à force d'entendre les cris des premières années et à force de chercher sans relâche ce minuscule bout de tissu. Mais la vue du parc en ce début d'hiver parvint à l'apaiser. A première vue, Roxanne Weasley n'était pas le genre de fille que l'on pouvait considérer comme sensible. Et pourtant, il lui suffisait d'un simple paysage pour que toutes ses pensées mauvaises s'envolents. Mais bien sûr elle n'en disait rien à personne, et surtout pas à ses amis proches. Qui sait qu'elle serait leur réaction face à cela. Le parc de Poudlard était en effet désolé, mais ne perdait rien de sa splendeur. Les dernières feuilles des imposants arbres tombaient doucement en tournoyant sous l'air frais tandis que les herbes folles s'inclinaient délicatement sous l'assaut des rafales. Quelques flocons de neige téméraires tombaient ci et là, mais fondaient dès qu'ils touchaient le sol boueux du parc, le rendant encore plus boueux qu'avant. Mais n'ayant que faire de ce que cette boue pouvait faire à sa paire de chaussure, la blonde mit un pied dehors et inspira longtemps avant de faire quelques pas à travers les arbres. Le silence de l'extérieur était encore plus serein que celui qui régnait dans les cachots. Seul le doux soufflement du vent et les rares chants d'oiseaux brisaient cette mélancolique ambiance. Mais elle aimait ça, être seule avec la nature. Et en effet, le parc était désert, hormis un couple qui s'embrassait à pleine bouche non loin de la blonde. Dès qu'ils la virent pourtant, ils baissèrent les yeux et s'empressèrent de rentrer au sein du château, ne voulant pas subir les foudres de la Weasley en une si belle journée. Voilà donc que la belle était seule avec elle même. Elle en profita pour faire un tour, tranquillement, à une allure relativement lente, mais qui lui permettait de profiter des dernières heures des feuilles par exemple. Tout en marchant, la blonde pensait. Pensait à quoi ? Oh, à pleins de choses. A sa vie entre autres. Ses amis, ses amours, un petit point sur sa vie qui devenait de plus accablante de jour en jour. Les cours l'accablaient, même si Louise Londubat la soulageait d'un bon nombre de ses corvées. Ses amours étaient au plus bas, cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas senti le souffle chaud d'une jeune homme dans sa nuque, ni sentit des lèvres chaudes se déposer sur les siennes. Elle avait du mal à l'avouer mais cela lui manquait plus qu'elle ne voulait bien l'admettre. Il est vrai que cette sensation était irremplaçable, et elle n'avait pas réussi à trouver un placebo. Même le fait de martyriser les autres n'avait pas un aussi bon goût. « Mais il y avait bien Lysandre » D'un coup de tête, la blonde chassa cette pensée de sa tête. Ce baiser …. Il était juste innommable. Elle ne voulait même pas y penser tant il lui donnait des frissons. Une légère pression des lèvres afin que le bleu échappe à une jeune fille. D'ailleurs elle ne l'avait plus revu depuis – il faut dire qu'elle mettait tout en œuvre pour éviter de croiser le regard du jeune homme, et elle était assez douée à ce petit jeu. Ce dernier baiser était donc hors course, même si la jeune fille n'osait pas assumer quelques pensées tumultueuses qui persistaient au fin fond de son cerveau. M'enfin, on parlait de Roxanne Weasley, et son esprit avait toujours été un peu dérangé, cela n'était pas nouveau. Tout ça pour dire que ces derniers temps, la jeune fille tentait coûte que coûte d'avoir un petit ami, ne fut-ce que pour un ou deux jours. Elle avait juste besoin d'une petite aventure afin de recharger ses batteries si je puis dire ainsi. Tout en étant plongée dans ses pensées, la jeune fille s'aperçut qu'elle était arrivée à la bordure de la Forêt Interdite. N'ayant pas envie de s'y risquer maintenant, elle fit demi-tour et lorsqu'elle arriva devant la porte de l'école, le soleil était déjà bas dans le ciel. Le vent s'était levé encore plus que plus tôt dans la journée, et elle commençait à avoir froid aux mains, ayant oublié ses gants à l'intérieur. Mais sa tête était bien protégée par son bonnet surmonté d'un pompon. Elle pénétra dans l'école et découvrit un hall vide. Elle ne s'y arrêta pas et continua son chemin jusqu'aux cachots. L'heure du repas arrivait et elle voulait se reposer un peu avant. Elle avançait d'un pas nonchalant, son bonnet toujours sur la tête. Ses joues rosies par le froid avaient perdu leur teinte blanche comme l'ivoire et ses yeux pétillaient de malice tandis qu'elle avançait. Malgré tout, elle était toujours sur ses gardes, tandis qu'elle soufflait sur ses mains afin de les réchauffer. Arrivée dans les cachots, elle se dirigea tout naturellement vers sa salle commune lorsqu'elle apercut une silhouette au loin. La faible lumière des torches ne lui permettait pas de reconnaître clairement le jeune inconnu, ni même de savoir s'il s'agissait d'un ami ou d'un ennemi. Ses bras retombèrent le long de son corps et au fur et à mesure que ses pieds avançaient, elle reconnaissait le jeune homme qui se trouvait à quelques mètres d'elle. Pete Levingston. Un de ses rares amis lions. L'amitié entre les verts et les rouges était rare, mais celle des deux jeunes gens avaient réussi à faire front aux années (enfin presque). C'était une histoire compliquée entre Pete et Roxanne, mais tout ce qu'elle pouvait dire c'était qu'elle s'entendait bien avec. Mais cette relation était secrète. Elle ne souhaitait pas que des amis serpents s'en rendent compte, c'est pour ça qu'elle ne lui parlait pas souvent en dehors de rendez-vous secrets. Ça rendait leur relation un peu plus piquante – mais ce n'était qu'une excuse bien sûr. Tandis qu'elle s'avançait, Pete semblait lui aussi l'avoir reconnu car il s'avança à son tour. La vipère lança un coup d'œil à droite à gauche mais les couloirs étaient vides. « Roxanne comme on se retrouve. Ça fait bien longtemps qu'on a pas parlé toi et moi, qu'est-ce que tu deviens ? » Un mince sourire apparut sur les lèvres de la verte. Même si cette escapade dans le parc l'avait un peu calmé, elle était tout de même assez fatiguée, d'où la faiblesse de son sourire. Mais elle n'en était pas moins contente de trouver son ami ici. Cela faisait quelques temps qu'elle n'avait pas eut de conversation avec lui, et cela ne lui ferait sans doute pas de mal. Pete était son confident, elle était la sienne. Ils partageaient leurs secrets, car ils savaient qu'ils n'avaient pas de compte à se rendre. Et même si elle avait un peu honte de l'admettre, elle aimait bien l'humour du jeune Gryffondor, même si c'était parfois un peu lourd. « Pete, quelle étrange surprise. Tu venais espionner les Serpentard afin de préparer un mauvais coup ou tu attendais juste là en espérant que j'arrive illuminer ta triste journée ? » Elle avait lancé ça sur le ton de la plaisanterie bien sûr. Elle n'était pas méchante avec Pete, jamais. Elle ne voulait pas commencer à joueur sur ce terrain dangereux avec lui. Elle s'arrêta à quelques centimètres de lui, se mit sur la pointe des pieds afin d'atteindre sa joue et y déposa un léger baiser, avant de faire la même chose de l'autre côté. Puis elle reposa ses pieds à plat sur le sol et lui lança un léger sourire avant de planter son regard dans les yeux du jeune homme. Qui possédait des yeux chocolats magnifiques. Avec de légers reflets dorés, aux nuances parfaites. Elle adorait les yeux de ce jeune homme qui traduisait une légère fragilité qu'elle appréciait tant d'habitude. Mais dans le cas du jeune rouge, ce n'était pas pour les mêmes raisons qu'avec les autres. Elle soutint le regard du jeune homme, ne voulant pas quitter des yeux ces iris si hypnotisant, où elle adorait plonger sans danger.
Revenir en haut Aller en bas


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Dim 2 Jan - 2:36


étape 2 : mise en place de la conversation.

Spoiler:
 

« Pete, quelle étrange surprise. Tu venais espionner les Serpentards afin de préparer un mauvais coup ou tu attendais juste là en espérant que j'arrive illuminer ta triste journée ? » Pete ne put s'empêchait de sourire à la jolie blonde. Il l'aimait bien Roxanne bien qu'elle pouvait être particulière ou encore spéciale et qu'elle ne faisait pas dans la douceur ainsi qu'elle ne se rendait pas compte qu'elle avait une famille formidable et qu'elle était en train de tout foutre en l'air. Roxanne était quelqu'un de vrai en qui on pouvait faire confiance et qui quand on avait sa confiance serait là. Peut-être avaient-ils une amitié cachée mais ils étaient amis, c'était le plus important. Et c'était justement parce qu'ils étaient amis que Pete acceptait le fait que leur amitié soit cachée. De toute façon révélée au grand jour, ils leur seraient quasiment impossible de continuer à être amis... Au bout d'un moment il fallait être réaliste et ça monsieur Levingston il connaissait et il l'était. Jamais, ô grand jamais il ne se faisait de fausses illusions ce qu'il le rendait bien souvent pessimiste. Néanmoins il se disait qu'il fallait mieux être pessimiste et avoir des bonnes surprises plutôt qu'être optimiste et ne connaître que des déceptions. Pour en revenir à la situation, quelques instants après lui avoir répondu, Roxanne se mit sur la pointe des pieds et déposa un léger baiser sur chacune de ses joues ce qu'on appelait familièrement « faire la bise » à quelqu'un. C'était un signe de politesse en général pour accompagner un « bonjour » ou encore un « salut » mais entre Roxanne et Pete c'était plus qu'un signe de politesse, ça traduisait plutôt un sentiment de joie ou en tout cas mélioratif puisqu'ils pouvaient parler tranquillement étant seuls et puis c'était tout simplement le bonheur de se voir. En tout cas Pete le ressentait ainsi, ni plus, ni moins. Les instants de la vie passaient bien trop vite alors croyez bien qu'il profitait de chacun de ses instants d'autant plus s'ils étaient en compagnie d'une « amie cachée » qui était sa confidente. Bien sûr il avait aussi Violette à qui il se confiait beaucoup mais c'était différente. De un Violette n'était pas forcément objective et Pete était convaincu qu'elle le ménageait du fait de leur passé commun et tout ce qui allait avec. Roxanne elle allait droit au but, n'avait pas peur de lui dire les choses comme elles étaient même si ce n'était pas forcément ce qu'il voulait entendre. De plus Roxanne et Violette étaient assez différentes ce que Pete appréciait beaucoup. Deux personnalités avec qui il arrivait à s'entendre et qui l'aidaient dans pas mal de situations ou en tout cas à y voir plus clair... Croyez-le ou non, des fois c'était difficile !

Roxanne le regardait droit dans les yeux chose qui pourrait être gênant mais qui ne l'était pas pour la simple et bonne raison qu'ils étaient amis, que c'était naturel qu'ils se regardent. Non Pete serait gêné si Blake le regardait avec cette intensité, droit dans les yeux sans détourner le regard. La différence était les sentiments. Pour Roxanne c'était purement amical, pour Blake c'était plus que ça mais bon vous savez déjà tout cela depuis le temps... Enfin bref, Pete soutenait donc le regard de Roxanne qui avait de très jolis yeux, il fallait le dire. Ses yeux étaient gris-bleus ce qui était de plus en plus rare. En effet toute la gamme des marrons avait envahi les pupilles chassant le bleu, le vert, le gris et compagnie. C'était pratiquement des espèces rares. Enfin Pete se décida à fournir une réponse à son amie qui attendait depuis déjà – allez une fourchette – entre une dizaine de secondes et une vingtaine. « Comment as-tu fait pour tout découvrir ? En faite ça fait déjà quelques jours que je traîne dans les cachots à la recherche d'informations. » C'était vraiment un marrant ce Pete ! Disons que c'était le manque de sucre qui parlait parce que monsieur Levingston n'était pas spécialement quelqu'un de marrant, non il était plutôt du genre sérieux, voir trop. Ce n'était pas pour rien qu'il était préfet et il espérait bien devenir préfet-en-chef d'ici la fin de sa scolarité à Poudlard. Préfet c'était vraiment un honneur pour lui, c'était un poste prestigieux qu'il était loin de prendre à la légère. C'était pour ça que beaucoup ne l'aimait pas, il était bien trop sérieux sur certaines choses. De plus il avait certaines manières qu'on attribuait bien aux Serpentards. Par exemple : son air hautain, son orgueil ou la distance qu'il pouvait installer mais après tout il n'était pas très différents de tous ces gosses de sang-pur qui suivraient le Seigneur des Ténèbres, il était comme eux sauf que la seule différence était qu'il ne suivait pas le mage noir. La différence était mince mais elle changeait énormément de choses. C'était d'ailleurs quelque chose que Roxanne et lui n'avait pas en commun. Elle vivait dans une famille de résistant et elle avait choisi de se rallier au mage Noir et Pete ne comprenait pas sa décision mais comme ils étaient amis, Pete préférait ne pas évoquer la situation. Elle était assez grande pour savoir ce qu'elle faisait. Pete espérait seulement qu'elle ne le regrette pas plus tard... Pete ajouta alors tout simplement. « C'est bon de te voir. »

Ne vous méprenez pas, Pete n'était pas quelqu'un de très sentimentale bien qu'il soit assez romantique et nostalgique. Il était assez réservé sur ces choses-là, il n'arrivait pas à exprimer ses sentiments comme il le voudrait. C'était d'ailleurs pourquoi il n'arrivait pas à dire à Blake qu'il l'aimait, qu'il ne disait pas à ses parents la tristesse qu'il ressentait sur le fait qu'ils ne s'entendent pas et encore la tristesse était un mot faible. Pete se contentait juste de garder cela pour lui et de souffrir de toute façon il se disait que même s'il arrivait à dire toutes ses choses, les situations resteraient inchangées ou bien ça les aggraverait... Quand on vous dit qu'il était assez pessimiste, ce n'était pas pour rire. En tout cas quand il avait dit cela à Roxanne ça lui était venu instinctivement. Oui c'était bon de la voir. Cela faisait en même temps pas mal de temps qu'il ne s'était pas vu rien que tous les deux. Il n'éprouvait pas de gêne à le dire, c'était peut-être idiot de ressentir ou en tout cas de penser cela mais de toute façon c'était ainsi et Pete ne changerait pas cela. Pete se relâcha alors un peu pas qu'il fut très tendu mais ses articulations lui faisaient un peu mal, hier il avait été courir. Une chose que vous ne saviez pas sur lui. En effet le jeune Levingston aimait bien courir en solitaire dans le parc histoire de se vider l'esprit et de faire un peu de sport. Pete n'était pas un grand sportif, c'était d'ailleurs pour cela qu'il ne faisait pas de Quidditch et puis il avait un peu peur du vide, mais cependant il aimait courir. Il était toujours de bonne humeur après avoir couru ne serait-ce que dix minutes même si en général il courait au minimum une heure. Enfin bref tout cela pour dire qu'il se relâcha en fourrant ses mains dans ses poches et en adoptant une posture plus décontractée, au lieu d'être bien droit, il avait plié un peu les genoux, s'était un peu tassé. Continuant de fixer Roxanne il prit la parole : « Alors toi ça va ? » Question simple qui comprenait une centaine de dérivée et qui était posée dans n'importe quelle discussion entre deux personnes ou plus mais cette question était essentielle si l'on s'intéressait aux autres. Ce n'était pas forcément de la curiosité, c'était plutôt histoire d'engagée une réelle conversation...

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Lun 7 Mar - 5:59





Everything and every you Ce que Roxanne aimait lorsqu'elle était avec Pete, c'était que le tout et le rien comptait en même temps. Elle ne le voyait pas souvent, alors pour elle rien d'autre ne comptait que de le voir, lui parler, plonger ses yeux dans ceux du jeune rouge, sentir son odeur, déballer ce qu'elle avait sur le cœur. Il n'y avait plus que lui, elle, et rien d'autre autour. Mais en même temps, personne ne savait que la « grande » Roxanne, qui prône la supériorité des Obscurs à qui veut bien l'entendre était amie avec Pete Levingston, qui avait tourné le dos de sa famille de sang-pur pour se rallier à la cause des Résistants. Et si jamais cela venait à se savoir, la jeune blonde allait devoir user de son esprit pour trouver une bonne excuse. Et c'est pour cela qu'elle avait le cœur qui battait plus vite, dans la crainte de voir débarquer un occupant de sa salle commune qui s'empresserait de faire tourner la nouvelle croustillante à travers tout le château. C'est pourquoi tout comptait aussi. La verte faisait attention aux bruits, elle lançait des regards de temps en temps pour voir si personne n'arrivait. Ce mélange de sensations, elle ne le vivait que lorsqu'elle était avec lui. C'était son ami, un vieil ami avec qui elle avait eu quelques différents, mais il n'en restait pas moins son ami et confident de toujours, celui sur qui elle pouvait compter. Bien sûr, il existait un énorme fossé entre eux deux, et c'est cela qui était étonnant. Comment deux personnes différentes comme cela pouvaient s'entendre. Avec une fille comme Selena, la question ne se posait pas vu que les deux filles étaient très similaires. Mais Pete … Il lui semblait si loin d'elle, autant dans la tête que dans les actes, qu'il était difficile pour elle de concevoir cette amitié qu'elle appréciait pourtant. La jeune fille ne se rendait pas compte qu'après tout ils étaient assez semblables : le jeune homme avait un peu la même attitude que tous les gosses de riches verts, il ne se prêtait que très très rarement aux blagues de mauvais goût de ses amis. Tout ça le rendait proche. Mais ce n'était pas le cas. Et c'est les petites différences qui prenaient des proportions démesurées aux yeux de la blonde. « Comment as-tu fait pour tout découvrir ? En fait ça fait déjà quelques jours que je traîne dans les cachots à la recherche d'informations. » La jeune fille haussa un sourcil tandis qu'un mince sourire venait orner ses lèvres. Venait-il de faire un trait d'humour ou était-ce elle qui avait mal entendu. Le jeune homme ne faisait pas souvent de blague, il était même très sérieux. Préfet des rouges, il incarnait les règles qu'il faisait appliquer tandis que la verte était plutôt la fille qui se fichait du règlement et préférait aller voler sur un balai. Préfet, mais quel ennui. Trop de responsabilités, trop de contraintes. Non, la liberté d'être un élève tranquille était bien mieux. Ce qui ne voulait pas dire qu'il ne fallait pas avoir des relations au sein de l'équipe des préfets, parce que cela pouvait toujours se révéler utile. Mais détrompez vous, la blonde n'était pas amie avec le beau brun juste à cause de son insigne de préfet. Non, leur amitié allait bien au delà de ces malheureux insignes qui vous donnent, ou non, le pouvoir. Un pouvoir très limité si vous voulez l'avis de la verte (sinon nul doute qu'elle se serait démenée pour être préfète elle aussi). Mais que voulez vous, la jeune fille était bien trop irrespectueuse pour faire une bonne préfète. Obéir aux ordres n'était pas dans son habitude. Non, elle préférait plutôt se faire obéir des autres, imposer ses propres lois (aussi stupides soient-elles). Tout cela pour dire que les deux jeunes gens étaient bien différents, ce qui ne les empêchaient pas de s'entendre à merveille. Oui, la blonde ne se souvenait pas s'être jamais disputée avec Pete. Sauf peut être le jour où elle avait rompu les liens qui la rattachait encore avec Blake. Et encore, la séparation entre le rouge et la verte s'était faite sans cris ni larmes, au contraire de celle avec Blake. Non, ils avaient juste cessé de se voit, comme si ils ne s'étaient jamais connus, comme si ils n'avaient jamais été proches. C'était l'une des choses que la jeune fille regrettait dans son rôle de parfaite petite serpentarde. Elle ne devait pas parler avec les nés-moldus, éviter les Résistants, fuir les traîtres à leur sang. Et malheureusement pour lui, Pete cumulait deux de ces « défauts » aux yeux des vert et argent. Nul n'ignorait que le jeune homme avait tourné le dos à sa famille, à l'instar d'un certain Sirius Black, dont la jeune fille avait maintes fois entendu parlé aux réunions familiales entre autres. Oui, le rôle de la parfaite petite verte était parfois dur à jouer, mais la jeune fille faisait bonne mesure et se devait de courber l'échine pour ne pas s'en prendre plein la tête. Elle préférait encore sacrifier quelques amitiés, quelques liens familiaux plutôt que de se retrouver la marginale des verts.

Car nul n'ignore que les verts peuvent être méchants et vils. Très durs entre eux même, poussant les humiliations à leur paroxysme. Et Roxanne ne voulait pas être l'une de ces victimes des pulsions sadiques de ses camarades de maison. Elle faisait partie des vainqueurs, pas des vaincus. C'était en elle, cette rage de vaincre, cette fureur d'être toujours au sommet qu'importe les obstacles. Oh je sais, nombre d'entre vous pensent que cela fait d'elle une fille sans aucun cœur, sans raison, méchante, pas très différente des autres verts. Mais pour la blonde, toute cette histoire prenait une toute autre dimension. Elle n'était pas méchante, elle était juste franche, et elle assumait tout à fait d'être ambitieuse. Tout cela porte bien sûr à être discuté, mais la jeune fille ne changerait pas d'avis. Avant que la jeune verte ait eu le temps d'ouvrir la bouche pour répondre à la phrase du jeune homme – quoique que cette phrase n'attendait pas forcément une réponse – le rouge se mit à reparler. « C'est bon de te voir. » Un léger sourire vint orner les douces lèvres de notre verte tandis qu'elle tournait la tête vers le couloir. Puis elle passa sa main dans ses cheveux, son sourire s'élargit et elle planta de nouveau ses iris bleus dans les yeux chocolats du jeune homme. « Ça fait du bien de te voir aussi. A croire que tu me fuyais. Ça fait quoi ? Une bonne semaine, voir plus, qu'on ne s'est plus croisé devant les cuisines ? » Accompagnant ses mots d'une moue à la Roxanne, la blonde détourna la regard avant de marcher un peu devant le jeune homme, allant d'un mur à l'autre. Un petit manège qui ne servait à rien mais que la jeune fille appréciait grandement. Elle aimait bien être en mouvement lorsqu'elle se retrouvait seule avec quelqu'un, sauf lorsqu'elle se battait. Enfin « battre » est un bien grand mot. Il était rare que la jeune verte sorte sa baguette ou même qu'elle porte la main sur son ennemi. Elle préférait rester à parler, ou plutôt à attaquer verbalement, celui qui se trouvait en face d'elle. Et dans ces cas là, l'adrénaline était si forte qu'elle n'avait même plus besoin de bouger pour la sentir parcourir tout son corps, pour la sentir à travers ses veines, se propageant dans son sang tel un poison foudroyant. C'était, entre autres, pour cette raison là que la jeune femme adorait ces joutes verbales. Elle n'avait jamais trouvé un placebo à cette sensation indescriptible. Vous savez, quand vous lisez la peur dans les yeux de votre adversaire, ou mieux encore, quand vous sentez qu'il est sur le point de craquer et que vous continuez à l'enfoncer, encore et encore. Et quand il se met vraiment à s'énerver, on atteint alors le summum de la jouissance : voir l'autre perdre ses moyens devant vous, encore calme et content du résultat obtenu. Même lorsqu'elle vole sur son balai, la jeune fille n'a jamais retrouvé cette sensation de puissance, ce sentiment de pleine puissance et d'intense liberté. Non, c'était quelque chose que peu de personnes pouvaient comprendre. Sadique ? Non, on dira plutôt que c'est là l'un des rares plaisirs de la jeune fille. Elle n'a pas vraiment l'occasion de rire de blagues avec ses amis, bien trop sang-pur pour oser dire quelque chose de drôle (ou lorsque ça l'est, ça ne l'est que pour eux), il fallait bien trouver quelque chose pour s'amuser. Les gens ne naissent pas méchants ou gentils, ils le deviennent. C'est toute notre vie qui nous façonne, notre enfance fait de nous ce que nous sommes. Nos amis, nos rencontres, nos choix, tout est là pour déterminer qui nous allons devenir au final. Nous sommes un grand projet final dont personne ne connait encore le vrai visage. Et ce n'est que nous qui sommes les peintres de cette grande œuvre mondiale. La vie est la seule coupable dans cette histoire. Pas la peine de blâmer quelqu'un car les hommes sont trop faibles pour être responsables. Nous naviguons sur les flots de notre vie en nous laissant aller comme si nous étions résignés. Et c'était ce qu'avait fait la blonde, comme tous les autres élèves de cette école.

La jeune fille se stoppa au milieu d'un mouvement et fit un quart de tour pour se retrouver en face du brun une nouvelle fois. Celui ci s'était relâché, il avait mis ses mains dans ses poches, adoptant une pose plus que décontractée. La jeune verte décida donc de faire la même chose et s'appuya sur le mur derrière elle, posant un pied contre la pierre froide, l'autre étant toujours collé au sol. Elle croisa ensuite ses bras sur sa poitrine et expira longuement. « Alors toi ça va ? » Si ça allait ? Question aux nombreux sens qui admettait de nombreuses réponses. Au fond, est-ce qu'elle allait bien ? C'était difficile à dire. On pouvait dire que oui si on regardait sa vie globale : elle avait des amis, des notes acceptables, des repas délicieux, un lit pour dormir. Mais si on creusait plus loin, on voyait quelques défauts dans cette vie. Chassant ces vilaines idées de sa tête, la jeune fille décida de répondre qu'elle allait bien, pour ne pas passer pour la jeune fille qui s'apitoyait sur son sort. « Oui ça va écoute. Comme d'habitude, tu me connais il m'en faut peu. Et toi alors ? Quoi de neuf dans ta tour ? » Oui, la jeune fille savait où se trouvait la salle commune des rouges et or, pour l'avoir maintes fois épiée de loin, en mission de « reconnaissance » pour les Obscurs. Pete était censé le savoir, mais après tout, il l'avait peut être oublié. Attendant la réponse de son ami, la jeune fille attrapa une mèche de cheveux et commença à la faire glisser entre ses doigts, machinalement.
Revenir en haut Aller en bas


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Ven 15 Avr - 10:33


étape 3 : poursuite.

Spoiler:
 

« Ça fait du bien de te voir aussi. A croire que tu me fuyais. Ça fait quoi ? Une bonne semaine, voir plus, qu'on ne s'est plus croisé devant les cuisines ? » Pete ne put s'empêcher de sourire. Il avait pensé exactement la même chose. Juste avant de parler, elle avait tourné la tête peut-être vérifiait-elle les alentours. Ça n'étonnerait pas du tout Pete après tout – comme cela a été dit – leur amitié était cachée. D'ailleurs ne vous étonnez pas s'ils le font très souvent au cours de cette discussion. Il fallait me prévenir que guérir et sincèrement si on apprenait qu'ils étaient amis, les conséquences pourraient être très graves. Il n'était pas question de vie ou de mort, pas à ce point là mais ils n'appartenaient pas aux même clans. Ils étaient dans des clans ennemis qui plus est donc si on les voyait, ils devraient rendre des comptes. Ils perdraient la confiance de leur clan et après on a l'effet domino, une chose en amène une autre. Cependant est-ce que ça irait aussi loin ? Certainement pas car tous les deux étaient de fins manipulateurs et de bons menteurs quand il fallait l'être alors ils s'en sortiraient pas trop mal mais voyez vous Pete était de caractère pessimiste. Il voyait toujours tout en noir. Il s'imaginait le pire comme ça il était rarement déçu... Figurez-vous que cette technique marchait plutôt pas mal jusqu'à aujourd'hui. Après il est sûr que dans certaines situations, il était optimiste, il ne fallait pas tout généraliser mais ça tout le monde l'aura compris.

Pete lui demanda alors après comment elle allait. La réponse ne se fit pas longtemps attendre puisqu'après seulement quelques instants, Roxanne répondit : « Oui ça va écoute. Comme d'habitude, tu me connais il m'en faut peu. Et toi alors ? Quoi de neuf dans ta tour ? » Pete doutait fortement que tout allait aussi bien mais elle ne voulait pas en parler alors il ne chercha pas à en savoir davantage. Il respectait le fait que certaines fois les gens ne voulaient pas s'ouvrir à lui même si Roxanne et lui étaient une sorte de confidents. Chacun avait le droit à son petit « jardin secret » et puis il y avait des choses sur lesquelles ils ne pouvaient pas parler. Ça concernait toujours la même choses : la divergence de camps. De plus, si ça se trouve il se montait la tête pour rien et qu'elle allait vraiment bien. Enfin bref, le fait qu'elle sache où se trouvait les quartiers des Gryffondors ne l'étonnait pas plus que ça, c'était une fille intelligente, une fille de Weasley dont beaucoup étaient allés à Gryffondor et par dessus le marché, elle était une membre active des Obscurs. Ils avaient sûrement du épier leur salle commune, peut-être même qu'ils avaient fait un plan. L'imagination de Pete commençait à divaguer. C'était comme ça quelques fois, il partait d'un sujet et n'en finissait plus. Cependant Roxanne attendait une réponse et il se devait de lui en fournir une.

Est-ce qu'il allait bien ? Comme d'habitude, les choses ne changeaient pas vraiment ces temps-ci. Il avait toujours une fiancée insupportable qui lui donnait de l'urticaire rien qu'en pensant qu'ils devraient se marier en théorie. Il était toujours incapable d'avouer son amour pour Blake et ses parents continuaient à le snober ou de lui rabâcher les mêmes choses. On pouvait donc en conclure qu'il avait toujours les mêmes problèmes alors ça allait. Devait-il embêter Roxanne avec ses problèmes ? Sûrement pas, des petits trucs dérisoires comme cela, c'était d'un pathétique. En même temps Pete se doutait bien qu'elle l'écouterait et lui donnerait son avis, les conseils qui lui semblaient justes mais Pete ne désirait pas particulièrement évoquer ces sujets-là. Pas maintenant. Pas tout de suite. C'est pourquoi il lui répondit : « La routine aussi. Tu sais les mêmes problèmes, les mêmes sujets qui reviennent. Rien de très passionnant en somme. Quand à ma tour, elle reste droite. » Petite blague qui n'était pas forcément au goût de tous. Et puis il fallait préciser que Pete n'était pas tellement quelqu'un de drôle. Il ne s'en plaignait pas car il trouvait qu'être tout le temps drôle n'était pas spécialement quelque chose d'agréable c'était limite agaçant à force. Beaucoup le disait hautain, ce n'était pas par hasard. Car bien que ça le dérange, Pete avait tout ce qu'il fallait pour aller chez les verts et argents. Il le savait depuis toujours et il essayait constamment de luter contre cela mais il était le digne descendant de ses parents. Cette facette de lui l'embêtait grandement même s'il vivait avec et essayait continuellement d'être le meilleur possible. Il chassa ses pensées de son esprit. Il ne devait pas penser à cela maintenant surtout pas en compagnie de Roxanne. Il l'aimait beaucoup, ils étaient amis mais elle pourrait profiter de ce moment d'égarement...

Il n'y avait jamais réellement prêté attention – surement parce qu'il était trop omnibulé par Blake – mais Roxanne avait beaucoup de charme. C'est vrai ses cheveux bonds ondulés se mariaient très bien avec ses yeux gris. N'imaginez pas des choses, Pete faisait juste une constatation. Afin de poursuivre la conversation, Pete ajouta : « Et toi alors qu'est-ce que tu me racontes ? Il fait pas trop froid dans tes sous-sols ? » Échange de bons procédés.

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Lun 25 Avr - 6:32




Spoiler:
 

Everything and every you Pete était une sorte de journal intime en fait. Oui, c'était le journal intime de la blonde, celui qui avait le droit à sa confiance. Certes elle ne lui confiait pas tout, mais la plupart du temps c'était vers lui qu'elle se tournait lorsque les choses allaient mal. Après tout, il était un des rares à l'avoir vue dans un état déplorable, un état qu'elle souhaitait garder pour elle. Voyez vous, la jeune fille est une de ces personnes qui n'aime pas pleurer. Oh non, elle avait bien trop de fierté propre pour ça. Pour elle, les pleurs étaient le signe d'une faiblesse apparente, alors il était hors de question que les gens la voient comme ça, déjà que ça l'ennuyait énormément lorsqu'elle se laissait aller de la sorte. Et le nombre de fois où elle avait pleuré pouvaient se compter sur les doigts d'une main. Enfant elle ne pleurait déjà pas beaucoup, prenant sur elle tandis que ses camarades pleuraient pour un oui ou un non. Ils n'avaient pas eu ce jouet ? Ils pleuraient. Elle, elle accusait le coup et trouvait un autre moyen pour arriver à ses fins. Les pleurs n'ont jamais menés à rien d'ailleurs, c'était l'état d'esprit de la verte et argent. Autant trouver une autre solution plutôt que de perdre inutilement ses forces et de se laisser aller aux faiblesses de l'homme. J'ai rarement eu l'occasion de voir un chien pleurer par exemple. Lui il s'énerve, il se défend. Quelle défense donne les pleurs ? Aucune. Alors oui, elle n'aimait pas pleurer. Mais bon, elle était tout de même un être humain normalement constitué alors elle pleurait. Fatigue, coup durs, toutes ces choses assemblées faisaient qu'elle pouvait des fois perdre le contrôle de son corps et alors les larmes montaient d'elles mêmes et venaient couler sur ses joues d'albâtre. Dans ces cas là, elle se précipitait loin de la foule et allait pleurer à l'abri des regards indiscrets jusqu'à ce que ça passe. Et elle revenait comme si de rien n'était, prétextant une subite envie d'aller aux toilettes par exemple. Et ça marchait à chaque fois, parce que les gens savaient. Ils savaient qu'il valait mieux ne rien dire et laisser la tornade passer. Parce que quiconque avait l'audace de lancer une remarque à ce propos, de dire qu'en fait elle était aller pleurer, provoquait la colère dévastatrice de la jeune fille. Et les premiers ayant été vaccinés, personne n'était assez fou pour risquer de provoquer la blonde. Roxanne Weasley était experte dans l'art de la dissimulation. Elle explosait tous les records de l'école, à quelques exceptions près peut-être, et encore. Camouflage, dissimulation, cachettes, elle connaissait si bien le château qu'elle pouvait tout à fait passer d'un lieu à l'autre sans croiser âme qui vive. Malheureusement pour elle – et son égo – il lui était arrivé, une fois, de baisser sa garde. Les pleurs étaient montés trop tôt, trop vite, et elle avait dû s'arrêter dans un coin reculé mais pas secret. Et voilà que Pete avait débarqué et l'avait trouvée dans cet état. La rage avait remplacé les pleurs puis Pete avait sût trouver les mots, et tout était passé. Elle lui avait confié ses problèmes, il avait sût se montrer compatissant, compréhensif. Tout ce qu'elle deteste en temps normal, le stéréotype même du gentil rouge qui vous aide quand vous allez mal. Sauf que justement, elle allait mal alors elle avait fait impasse sur ses opinions, ses préjugés. Depuis ça marchait bien entre eux, et ils aimaient bien se confier l'un à l'autre. Sûr que des fois ça pétait un peu, surtout que Roxanne charie un peu Pete parce qu'elle sait très bien qu'avant le brun ne supportait pas son cousin. Hors depuis quelques temps ils s'entendent comme larrons en foire. Et ça la fait bien rire la verte. Mais c'est toujours très gentil, jamais méchant, contrairement à ses habitudes. Parce qu'au fond, elle l'aime bien le Pete, il la fait rire – même si il n'a pas vraiment d'humour par rapport à d'autres élèves. Justement c'était ça qui la faisait rire, les rares fois où il faisait de l'humour. Parce qu'elle savait très bien qui il était. Et qu'au fond il se ressemblaient plus qu'ils ne le pensaient. Roxanne détestait les blagueurs parce qu'elle avait en horreur son père et son frère, et Pete était quelqu'un qui n'aimait pas l'humour. Ils étaient tous les deux assez pessimistes, parce qu'elle ne croyait pas en la vie et que lui … Elle ne savait pas trop bien pourquoi en fait, mais c'était comme ça. Et ça faisait un point commun de plus. Et les voilà qui se confiaient l'un à l'autre. Qui aurait pu le croire d'ailleurs. Dites que ces deux là s'entendent bien à un élève il ce dernier explosera sans doute de rire en vous traitant de fou. C'est pour cette raison que leur relation devait rester secrète. Parce qu'ils avaient beau se ressembler, ils ne partageaient pas les mêmes idéaux, et ça ce n'était pas bon, surtout pas à Poudlard avec toutes ces histoires de clans.
En fait, tout ça n'était qu'un gros gâchis, et Roxanne le savait bien. Tant d'amitiés ne verraient jamais le jour à cause de cette guerre des clans au sein même de l'école. Tant de choses devaient rester secrètes. Mais elle se faisait une raison parce qu'elle croyait en ça, et c'était grâce à ça qu'elle était encore là. C'était en elle, dans son sang. Et puis, le secret ajoute bien un petit quelque chose dans les histoires non ? Ca donne un petit côté dangereux qui attire encore plus, les gens aiment devoir cacher des choses. Bon après je vous parle pas des conséquences, parce que c'est tout de suite moins drôle, c'est sûr. Mais tant que personne ne connait votre secret, pourquoi ne pas devoir continuer ? « La routine aussi. Tu sais les mêmes problèmes, les mêmes sujets qui reviennent. Rien de très passionnant en somme. Quand à ma tour, elle reste droite. » La blonde sourit légèrement. Pas un sourire moqueur, juste quelque chose de gentil, parce qu'elle avait remarqué la petit blague de Pete. Et comme je vous le disais, elle le trouvait drôle ce petit rouge et or. Elle remarqua tout de même qu'il ne parlait pas clairement de ses problèmes, mais avait-elle le droit de lui jeter la première pierre ? Ne venait-elle pas de faire la même chose à l'instant même ? La jeune fille aimait se confier à lui, mais certains sujets restaient tout de même délicats à aborder. Elle se promit tout de même de lui lancer quelques informations, histoire à la fois de se libérer et surtout lui montrer qu'il avait sa confiance. Et rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir la confiance de Roxanne Weasley. Ne répondant rien pour le moment (qui avait-il à répondre après tout ?) elle attendit que le rouge relance la conversation. Elle était comme ça, elle préférait laisser faire les autres la plupart du temps. Pas qu'elle n'avait pas de sujets de conversation, mais souvent elle ne voulait pas imposer ses sujets, qu'elle trouvait soit trop prises de tête soit pas intéressant. Alors autant laisser les autres faire, et au moins elle aurait une excuse pour dire que la conversation était nulle. Vicieuse ? Nonnnnn pas du tout voyons. Elle remarqua pourtant un léger moment de silence, et elle remonta son regard vers le visage de Pete qui semblait un peu préoccupé. La blonde fronça légèrement les sourcils tout en détaillant le visage de son ami. Enfin le brun ouvrit de nouveau la bouche avant de lancer. « Et toi alors qu'est-ce que tu me racontes ? Il fait pas trop froid dans tes sous-sols ? »
La blonde sourit de nouveau et se décolla légèrement du mur. Lançant un nouveau regard autour d'elle, elle se laissa prendre à la contemplation des murs, qui n'avaient en soi rien de spécial. C'est juste qu'elle se sentait comme chez elle dans cet environnement. C'était tout à fait le genre de lieu qu'elle adorait. Peu éclairés, le crépitement des torches pour seul bruit, le murmure du vent, le bruit des pas contre le sol, et cette humidité. Beaucoup mieux que ces tours où il règne une chaleur étouffante à s'en crever les poumons. Mais elle pouvait comprendre que les autres étaient dérangés par cette atmosphère. C'était tout à fait spécial, elle pouvait comprendre ça. « Oh bah tu sais, les sous-sols restent les sous-sols, moi j'adore. C'est sûr qu'il me faut ma petite laine mais bon à part ça. » La blonde laissa un bref moment de silence, un légère hésitation passer avant de reprendre « Le seul truc qui cloche ce sont les gens en fait. Ouais, les autres. Les filles de mon dortoir me cassent les pieds tu peux pas imaginer à quel point. Toujours à piailler sur le nouveau rouge à lèvres, sur le dernier beau mec qu'elles ont croisé. Et si tu voyais leur tête, là tu comprendrai ma douleur. » Tout en disant ces mots, elle entreprit d'imiter les idiotes qui peuplaient son dortoir en prenant une moue exagérée et en faisant des gestes idiots de surexcités. Puis elle se stoppa et plongea son regard dans les yeux du jeune homme. « Enfin bref, tout ça pour dire que ça n'arrange pas les choses c'est sûr. Entre ces idiotes et les autres que je croise dans les couloirs. Je sais pas si t'étais là quand Flint m'a bousculé dans la Grande Salle ? On s'est engueulées, enfin rien de nouveau sous le soleil, mais ça n'arrange pas mon moral. »
La jeune fille faisait allusion à une altercation qui avait eut lieu entre elle et Johane Flint, Gryffondor de son état que le jeune homme devait sans doute connaître puisqu'ils partageaient le même blason. Mais dieu qu'elle pouvait ne pas aimer cette fille, tout l'opposé d'elle même. Enfin bon, au moins elle avait de la distraction lorsqu'elle s'ennuyait, mais c'était fatiguant par moments. Maintenant qu'elle venait de confier quelques unes de ses mésaventures, la jeune fille décida de s'intéresser à celle du jeune homme. Après tout le rouge et or devait bien avoir quelques petites informations croustillantes pour elle non ? « Et toi alors, quoi de neuf ? Histoires d'amour ? Bagarres jusqu'au sang ? Dis moi tout, je veux savoir ! » Et c'était vrai. Pour une fois, elle ne voulait pas tout savoir pour se dépêcher d'aller tout raconter aux pires comères qu'elle connaissait (et dont elle faisait partie). Et autant vous dire qu'elle en connaissait un tas, de comères. Et tout le monde savait qu'il valait mieux éviter de confier un secret à la blonde, surtout si on ne voulait pas que ce secret fasse le tour de l'école en moins d'une heure. Parce qu'elle était douée dans la matière la jeune fille. Une véritable langue de vipère, après tout n'était-ce pas l'animal qui ornait son blason tant chéri ? Il fallait bien trouver une raison à cette chose. Non, si Roxanne voulait savoir les secrets de Pete c'était juste que ça l'intéressait, au contraire des autres. Parce que les autres, c'était plus pour les ennuyer qu'elle leur extirpait leurs secrets – un secret faisait rarement long feu lorsque Roxanne était dans les parages, à moins d'être super super doué pour le cacher, ça je vous le dit – alors qu'avec Pete c'était naturel, elle voulait juste savoir comment se passait sa vie de rouge et or afin de pouvoir en parler avec lui. Comme elle lui confiait quelques uns de ses secrets (par exemple elle ne se serait jamais permise de critiquer les filles de son dortoir devant d'autres personnes, sauf ses amis très proches, parce qu'elle savait que ça pouvait lui donner des ennuis) il faisait de même de son côté. Enfin en temps normal. Mais pourquoi changerait-il d'avis brusquement ? Ce n'était pas son genre, surtout que la verte et argent n'avait rien fait qui puisse lui déplaire, enfin pas à sa connaissance en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Mar 14 Juin - 9:39


étape 4 : prendre des nouvelles.

Spoiler:
 

« Oh bah tu sais, les sous-sols restent les sous-sols, moi j'adore. C'est sûr qu'il me faut ma petite laine mais bon à part ça. » Pete avait toujours trouvé ça assez fascinant que les Serpentards adorent les sous-sols alors que les Gryffondors aimaient leur tour, c'était un exemple bien sûr. Enfin tout ça pour dire qu'en général on pouvait constatait que chaque élève affectionnait tout particulièrement l'environnement dans lequel il évoluait. Pete se sentait vraiment malheureux sans sa tour et on devinait facilement que Roxanne aimait l'atmosphère que lui apportait les sous-sols. De plus c'était tout de même des lieux symboliques qu'on le veuille ou non... « Le seul truc qui cloche ce sont les gens en fait. Ouais, les autres. Les filles de mon dortoir me cassent les pieds tu peux pas imaginer à quel point. Toujours à piailler sur le nouveau rouge à lèvres, sur le dernier beau mec qu'elles ont croisé. Et si tu voyais leur tête, là tu comprendrai ma douleur. » Pete ne put s'empêche de laisser apparaître un sourire illuminé sur son visage. Pete connaissait assez bien Roxanne maintenant et il savait qu'elle n'était pas le genre de filles coquettes, superficielles et ce genre de choses. Est-ce que Pete aimait les filles dans ce genre ? Superficielles et coquettes ? Il a le droit de sortir son joker ? Parce qu'il était déjà sorti avec des filles dans ce genre, ce n'était pas forcément son type mais des filles qui savaient se mettre en valeur ça attirait toujours les garçons et que voulez-vous, Pete était comme les autres. Et il n'avait plus peur de dire que souvent dans sa vie, il avait été un connard. Il regrettait certaines choses qu'il avait faites, il avait fait souffrir des filles et il n'en n'était pas fier mais ces expériences avaient contribué à le faire grandir et murir. Maintenant il était presque un homme et se comportait de moins en moins comme un connard et il était plutôt fier de lui...

Roxanne commença alors à imiter les filles qu'elle avait cité plus haut et Pete ne put s'empêcher de rire. Roxanne avait vraiment un don pour l'imitation, sérieusement Pete les imaginait, les voyait même. Cependant Roxanne reprit vite son sérieux, tout de même, elle avait une réputation à garder. Non sérieusement, Pete aimait beaucoup cela chez Roxanne Elle était différente de ses amis proches. Prenez en exemple Albus et Blake par exemple, ils étaient beaucoup plus « actifs ». Comprenez par-là, qu'ils étaient plus excités, moins dans le contrôle. Roxanne, elle savait maîtriser ce qu'elle faisait, elle était toujours maître de ce qu'elle faisait et de la situation. Enfin cette dernière prit de nouveau la parole : « Enfin bref, tout ça pour dire que ça n'arrange pas les choses c'est sûr. Entre ces idiotes et les autres que je croise dans les couloirs. Je sais pas si t'étais là quand Flint m'a bousculé dans la Grande Salle ? On s'est engueulées, enfin rien de nouveau sous le soleil, mais ça n'arrange pas mon moral. » Johane Flint, Pete ne se souvenait pas d'avoir vu cette bousculade mais il ne portait pas trop la jeune fille dans son cœur alors on pouvait dire qu'il était plutôt du côté de Roxanne dans ce cas de figure mais de toute façon c'était un crêpage de chignons et Pete préférait ne pas s'en mêler. Une histoire de filles doit rester entre filles. Cependant même s'il n'avait pas assister à la scène, il en avait entendu parler dans la salle commune et autant dire que Roxanne en avait pris pour son grade, le contraire aurai été étonnant. Comme vous l'imaginez, Pete n'avait rien et était même sorti histoire de ne pas à avoir donné son avis. Il pourrait en froisser quelques uns parce que même s'il était un résistant, un pur et dur même, il avait gardé des traits propres aux Levingston. C'est pourquoi certains le soupçonnaient de jouer double jeu. Bêtises ! Pete était juste plus réaliste et objectif sur certaines choses. Ils n'étaient pas anti sang-purs, il était anti-Voldemort, c'est tout !

Pour reparler de Johane Flint bien qu'elle semblait être très talentueuse en Quidditch, c'était une chieuse de base et Pete en faisait souvent les frais. Il ne savait pas pourquoi, elle devait avoir un problème avec l'autorité alors comme il était préfet, elle trouvait toujours quelque chose pour lui pourrir sa journée. De plus elle était super amie avec Blake ce qui n'arrangeait pas les choses, il était souvent amené à la croiser. Si elle pouvait se taire de temps en temps, ça lui ferait tellement de bien ! Une fois ils en avaient parlé avec Blake et ils s'étaient pris la tête, du coup Pete avait décidé de ne plus jamais évoqué le sujet, en tout cas pour un bon bout de temps... Il se rappelle avoir d'ailleurs été très énervé contre sa meilleure amie qui était aussi la fille qu'il aime. Il n'avait pas compris pourquoi elle avait pris autant la défense de Johane. Non mais c'est vrai, c'était vraiment une chieuse et franchement même s'ils faisaient parti du même clan, un petit sort pour la faire taire ou la paralyser tentait réellement Pete. Il ne fallait pas qu'il pense comme cela mais, c'était bien plus fort que lui... Et puis de temps, il avait bien le droit de péter son câble vu que le reste de l'année, il était plutôt de nature calme. Oh et puis de toute façon on ne pouvait pas plaire à tout le monde, Pete savait ce qu'il était, son caractère, ses opinions et c'était bien le plus important ! « Et toi alors, quoi de neuf ? Histoires d'amour ? Bagarres jusqu'au sang ? Dis moi tout, je veux savoir ! » De nouveau, Pete fit un sourire à Roxanne. Que lui dire ? Sérieusement sa vie n'avait rien de passionnant. Niveau cœur c'était toujours Blake bien que les filles continuaient en quelque sorte de défiler. Il n'était pas vraiment un Dom Juan mais il se disait que peut-être il trouverait une fille qui lui fasse en quelque sorte oublier Blake parce qu'il savait que c'était perdu d'avance, Blake ne le verrait jamais comme autre chose que comme l'un de ses meilleurs amis. Il essayait de se faire une raison et c'est pour ça qu'il multipliait les conquêtes depuis déjà quelques temps. Ça ne donnait jamais rien de sérieux car il se lassait très vite, comparant toujours la fille à Blake et la trouvant toujours inférieure... Quand aux bagarres, oh il y en avait c'est vrai principalement parce qu'Albus était dedans et qu'en bon meilleur ami, Pete se devait de le soutenir. Des bagarres qu'il provoquait, y en avait pas vraiment des masses. Il faut aussi rappeler que Pete était préfet et qu'il devait montrer l'exemple hors provoquer des bagarres n'entrait pas dans cet optique... Après Pete n'était pas non plus le fils parfait. On ne comptait plus le nombre de conneries qu'il avait fait. Non il était loin d'être un ange. Aussi il avait été surpris d'être nommé préfet, il avait même soupçonné qu'on l'ait choisi que parce qu'il s'appelait Levingston. Il avait toujours des soupçons mais il les gardait pour lui tant qu'il n'avait pas de preuves. De plus il était persuadé que s'il en parlait à quelqu'un on lui dirait qu'il avait qu'à profiter, peu importe comment il avait eu ce poste. Seulement Pete ne fonctionnait pas comme ça, il voulait réussir par lui-même et non pas parce qu'il s'appelait Levingston. Enfin Pete se décida alors à répondre : « Oh tu sais les filles ça vient, ça passe, une seule reste comme toujours mais ça ne sera jamais possible alors j'essaye d'avancer. T'as pas des copines à me présenter, que je ne connais pas encore ? Quand aux bagarres, oh la dernière en date Albus s'était mis en tête de chercher des ennuis à un septième année, Serpentard, obscur, bref tu vois le profil typique qui démange Albus mais si j'étais pas intervenu pour l'aider, il aurait fini en plusieurs morceaux à l'infirmerie. Je lui ai dit que c'est pas parce qu'il est à Gryffondor qu'il doit foncer dans tout ce qui bouge, y a une différence entre être courageux et impulsif mais bon nos avis divergent pas mal sur ce sujet. » Il fit une petite pause, histoire de reprendre sa respiration et de faire un nouveau sourire avant d'ajouter. « Il y a des fois, j'ai l'impression que c'était hier qu'on cassait du sucre son dos. Les choses passent vite et j'arrête tout de suite parce que je ne suis pas quelqu'un de nostalgique. » Oh non il était loin de vivre dans le passé, il n'avait rien qui le retenait dans le passé de toute façon. Pas une enfance heureuse, de moments inoubliables même s'il y en avait eu des vraiment bons. Non il savait avancer.

Enfin Pete décida alors de finir son tour de parole en renvoyant ses questions à Roxanne « Et toi alors ? Qu'est-ce que tu as à me raconter autre qu'une bousculade avec Johan Flint, je suis sûr que tu as plus croustillant et puis niveau amour je suis sûr que pleins de garçons se jettent à tes pieds ! »

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Dim 10 Juil - 11:43




Spoiler:
 

Il y avait quelque chose que la jeune blonde verte ne comprenait pas chez les autres maisons. Enfin entre autre bien sûr, puisqu'elle ne faisait pas vraiment d'efforts pour comprendre qui que ce soit dans ce vaste monde. En effet, la jeune fille était assez centrée sur sa petite personne, sur son petit monde, et tout – ou presque – tournait autour de ça. Oh bien sûr après il y a toujours ces exceptions, ces petites exceptions qui donnaient un minimum d'humanité à la jeune femme. Oui parce qu'il pouvait lui arriver de faire preuve d'empathie vis-à-vis de quelqu'un, mais souvent ce n'était pas le cas. Pourquoi ? Ah quelle bonne question. Sans doute parce qu'elle n'avait pas envie de s'embarrasser l'esprit avec les problèmes des autres, les siens lui suffisant amplement. Ou bien peut être qu'elle n'était pas assez humaine pour faire preuve de compassion envers les autres. Ou encore peut être qu'elle préférait s'occuper d'autre chose, comme mettre en action telle ou telle idée qui avait germé dans son esprit quelque peu loufoque, ou complètement sadique. Bref la jeune fille n'était pas compatissante, loin de là. Mais il n'empêche qu'elle se posait parfois des questions quand au comportement des autres. Par exemple, elle ne comprenait pas vraiment cette très mauvaise réputation qu'avait les cachots au sein de l'école. Bien sûr elle avait une petite idée de l'origine de cette mauvaise réputation. Cachots et Serpentards étaient presque synonymes. Or personne n'aimait les serpents au sein de l'école, hormis quelques rares exceptions. Mais tout de même, la jeune blonde trouvait que ce lieu avait un charme bien particulier, quelque chose qui le rendait original. Bien sûr les jaunes et noir habitaient aussi dans les cachots, mais d'après les dires des élèves ce n'était pas vraiment la même atmosphère que chez les verts et argent. Qu'importe, les deux salles communes se trouvaient au même niveau, sous le niveau de la terre. Bien loin de ces tours qui surplombaient le château. Or la jeune blonde trouvait que les cachots étaient beaucoup plus mystérieux, on pouvait en apprendre chaque jour un peu plus à propos d'eux. Un passage qui sait ? Et puis cette humidité, cette lumière très basse, ce silence un peu terrifiant, c'était vraiment une atmosphère qui en attirait plus d'un non ? Que voulez-vous apprendre sur une stupide tour ? Elle reste droite et lumineuse, voilà tout. Rien de bien sorcier, sans faire de mauvais jeu de mot.
Bref la jeune fille ne comprenait pas ça, mais elle laissait passer. Après tout les bleus et les rouges étaient très bien loin d'elle, elle n'allait sans doute pas s'en plaindre plus que ça non ? « Oh tu sais les filles ça vient, ça passe, une seule reste comme toujours mais ça ne sera jamais possible alors j'essaye d'avancer. T'as pas des copines à me présenter, que je ne connais pas encore ? Quand aux bagarres, oh la dernière en date Albus s'était mis en tête de chercher des ennuis à un septième année, Serpentard, obscur, bref tu vois le profil typique qui démange Albus mais si j'étais pas intervenu pour l'aider, il aurait fini en plusieurs morceaux à l'infirmerie. Je lui ai dit que c'est pas parce qu'il est à Gryffondor qu'il doit foncer dans tout ce qui bouge, y a une différence entre être courageux et impulsif mais bon nos avis divergent pas mal sur ce sujet. » La jeune blonde sourit à toutes dents tandis que Pete parlait. Déjà parce qu'elle imaginait très bien le jeune homme tenter d'oublier une fille en plongeant dans les bras des premières venues. Notre comportement face aux autres, notamment face au sexe opposé, nous en apprend beaucoup sur nous même. Par exemple quelqu'un qui ne reste qu'avec une seule personne toute sa vie sera quelqu'un qui cherche le calme, la stabilité, et ayant l'âme d'un romantique au fond. Au contraire celui qui enchaîne les conquêtes a peur. Peur de quoi après c'est une toute autre histoire. Peur de la stabilité, peur de la souffrance, peur de la perte, peur de l'amour. Mais il se trahi toujours un désespoir profond lorsque l'on enchaîne les conquêtes, c'est certain. Dans le cas de Pete il était désespéré de ne jamais pouvoir atteindre le but qu'il désirait du plus profond de son être, alors il noyait sa peine avec d'autres filles, sans vraiment savoir qui elles étaient. Ce dernier point la jeune fille ne le savait pas de manière certaine, mais elle en était quasiment sûre. Bien sûr elle n'allait pas aller le dire à Pete, c'était ses affaires. Dans le cas de Roxanne pourtant … il est toujours très sur de s'analyser soi-même. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle n'avait jamais trouvé une relation stable, pourquoi elle s'entêtait à continuer. Peut être qu'elle avait peur de l'amour, peut être qu'elle avait juste envie de profiter. Ou qu'elle était tellement mal qu'elle se lâchait avec ses conquêtes. La jeune blonde ne savait pas, et elle n'avait pas envie de savoir non plus. Elle préférait encore se voiler la face, parce que la vérité l'effrayait. Elle l'avait toujours effrayé au fond.
« Oh, des filles ? Des filles que tu ne connais pas ? J'en connais peut être, mais je doute que tu les apprécient vraiment. Le délire sang-pur c'est pas pour toi il me semble. Et puis il me semble que tu n'as pas une très bonne réputation au sein de mon cercle d'amis. Mais bon j'essayerai de voir ça hein. » C'est vrai qu'elle ne connaissait pas beaucoup de personnes qui pourraient plaire au jeune homme. Le sang-pur devenu résistant, ce n'était pas vraiment le héros des verts. En fait Pete était un peu le contraire de Roxanne, c'est sans doute pour cela qu'ils se comprenaient aussi bien. Lui avait tourné le dos à sa famille, elle aussi. Certes dans le sens opposé, mais tout de même dans le fond c'était la même chose, la même volonté de partir, de s'éloigner avant d'étouffer. « Et je suis d'accord avec toi, courage ne veux pas dire impulsif. Mais mon .. cousin ne semble pas vraiment comprendre ce genre de choses. Je crois que je vois qui est ce type, en septième année. C'est vrai qu'il ne faisait pas le poids contre, mais bon il est toujours aussi idiot. » La jeune fille se mordit la lèvre après ses dernières paroles. Elle avait parfois tendance à oublier que Pete était devenu le meilleur ami de son cousin, et elle oubliait que le temps où ils cassaient du sucre sur le dos d'Albus était éloigné. Mais bon, qu'ils soient devenus meilleurs amis n'allait pas tout changer pour Roxanne. Personnellement elle trouvait toujours le rejeton des Potter idiot, un peu comme son père. Le genre à foncer tête baissée dans les ennuis en pensant qu'il est le plus fort. Et quel meilleur exemple que celui donné par Pete à l'instant ? Franchement s'attaquer à un Obscur, de dix-sept ans, et Serpentard de surcroît revenait à une tentative de suicide. Mais bon, après tout c'était un Potter, il avait du hérité du gène je-fonce-dans-les-ennuis-parce-que-je-me-crois-le-plus-fort de papa. Mon Dieu ce qu'elle pouvait haïr toute cette famille, toutes ces personnes qui l'entouraient et qu'elle ne pouvait pas voir en peinture. Tandis que la moitié de l'école prenait les Potter et les Weasley pour les héros de la Grande Guerre, que l'autre les détestaient, elle, elle ne pouvait juste pas les voir en peinture. Elle voulait les voir à jamais rayés de sa vie. Est-ce que vous imaginez ce que ça peut faire, de devoir être toujours attaché à des gens que vous n'aimez pas ? De voir que vous partagez le même nom, le même sang ? Et bien ça la jeune blonde le vivait chaque jour, et elle n'en pouvait plus. C'était juste une torture mentale et physique dès qu'elle croisait un de ses cousins, et qu'elle se disait : on a le même sang. Elle aurait même aimé qu'Albus se fasse éclater par ce Serpentard. Mais elle ne pouvait pas, elle ne décidait pas de tout ça. La jeune blonde respira lentement pour retrouver un certain calme. Dès qu'elle pensait à tout cela, ça la mettait dans un état second, comme si elle ne contrôlait plus son corps. C'était détestable, ça je peux vous le jurer. « Il y a des fois, j'ai l'impression que c'était hier qu'on cassait du sucre son dos. Les choses passent vite et j'arrête tout de suite parce que je ne suis pas quelqu'un de nostalgique. » La jeune fille parvint à sourire. C'est fou ce que Pete arrivait à la faire sourire même lorsqu'elle était énervée. Il ne le faisait pas exprès, mais elle aimait sa façon d'être, sa façon de parler et d'agir. Ça la mettait de bonne humeur, de voir ce rouge dire qu'il n'était pas nostalgique. Après tout, il était comme elle. « Ouais, c'est vrai que ça parait près, et pourtant c'est bien loin maintenant. J'ai l'impression que c'était hier que j'étais amie avec Blake, et qu'on détestait Albus. Mais ça a bien changé depuis. Vous voilà meilleurs amis. Si on m'avait dit ça avant, je crois que j'aurais éclaté de rire, c'est le moins que je puisse dire. » La jeune blonde lui lança un sourire. Elle ne disait pas ça méchamment, pas le moins du monde.
C'est vrai qu'au départ elle avait considéré ça comme de la trahison de la part du jeune rouge, de se retourner vers Albus, de préférer Blake à elle. Mais au fil du temps, ça c'est calmé, et elle a réussit à faire main basse sur le passé et pardonner. Chose qu'elle fait très rarement il faut dire, alors il est essentiel de souligner ce point là. En effet le jeune Pete est l'une des rares à avoir bénéficié du pardon de la blonde, qui n'est pas facile du tout. Elle ne s'est même vengée contre lui, même si au début elle y a fortement pensé. « Mais bon, comme tu dis, on est pas nostalgiques, c'est loin tout ça maintenant. » La jeune fille avança d'un pas, et passa sa main des ses cheveux. Un tic qu'elle n'arrivait toujours pas à lâcher, depuis le temps. C'était un peu sa marque, elle passait sa main dans ses cheveux dès qu'elle en avait l'occasion. Et contrairement à d'autres, ce n'était pas pour se donner un genre, loin de là. Elle n'avait pas besoin de ça pour être quelqu'un, elle. « Et toi alors ? Qu'est-ce que tu as à me raconter autre qu'une bousculade avec Johane Flint, je suis sûr que tu as plus croustillant et puis niveau amour je suis sûr que pleins de garçons se jettent à tes pieds ! » Plus croustillant ? Même en cherchant bien la jeune fille ne trouvait pas. Certes elle avait bien des infos au niveau des Obscurs, mais elle n'était pas assez folle pour lui en faire part. Amis peut être, mais toujours ennemis dans leurs clans respectifs. Ils n'étaient pas censés se connaître, encore moins partager les petits secrets de leurs clans. Après bien sûr elle avait toujours quelques ragots à colporter, mais ça aussi elle préférait le garder pour elle, si jamais ça pouvait lui servir dans le futur. Et Dieu sait à quel point les ragots sont importants si on veut survivre à Poudlard. De ce côté là, la jeune fille n'avait pas trop de soucis à se faire. Elle connaissait beaucoup de choses sur les autres, tandis que les autres connaissaient peu de choses sur elle. C'était la loi de la jungle, et elle était en haut de la chaîne alimentaire. Enfin c'est ce qu'elle pensait, et pour le moment cet état d'esprit là lui convenait à merveille. Et niveau garçons ? Bien sûr elle avait encore eu des conquêtes, certaines plus sérieuses que d'autre,s mais toutes ayant finies très rapidement. Souvent par sa faute d'ailleurs. Elle préférait casser avant que ce soit le garçon qui décide de mettre fin à leur « histoire ». Elle ne voulait pas être la fille qui s'était faite larguée, elle préférait garder ce rôle de dominant, celle qui prend encore les décisions. Vous allez me dire que c'est maladif cette envie de toujours être la meilleure, mais c'était la seule manière qu'elle avait trouvée pour rester là où elle était. Et elle appliquait cette idée dans toutes les facettes de sa vie, avec de rares exceptions. « Bah tu sais, c'est un peu pareil que toi. Ça vient, ça passe, puis ça continue quoi. D'ailleurs si je te présente quelques filles, j'insiste pour que tu fasses la même chose de ton côté. Tu dois bien connaître quelques garçons plutôt sympas. Tu sais que je suis pas très difficile hein. » La jeune fille s'approcha alors tout doucement de son ami, afin de se retrouver juste en face de lui. Ils faisaient à peu près la même hauteur, bien que le jeune homme la dépasse de quelques centimètres. Les yeux de la jeune fille arrivaient à hauteur du nez du jeune homme. Roxanne ferma alors les yeux et huma l'air. Elle adorait le parfum du jeune homme, son odeur. « D'ailleurs, qu'est ce que c'est que ton parfum ? C'est ça ton secret pour faire craquer les filles ? Parce qu'il sent super bon ! » Et elle rouvrit les yeux. Mais ne bougea pas. « Mais sinon, pas d'histoires sérieuses en vue ? Parce que moi, sérieusement j'ai pas vraiment envie de me poser. Faut dire que je trouve personne aussi. » Sur ce, elle éclata d'un léger rire, très discret. Roxanne Weasley n'était pas du genre à en faire des tonnes niveau mimiques et autres, et elle ne voulait pas se faire remarquer, à ce moment précis, à quelques centimètres d'un supposé ennemi.
Revenir en haut Aller en bas


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Mer 3 Aoû - 10:07


étape 5 : côté cœur.

Pete remarqua bien que Roxanne était en pleine réflexion sûrement réfléchissait à ce qu’elle pourrait lui répondre. Pete n’était pas idiot, il savait bien que la demoiselle Weasley ne lui révèlerait rien de bien passionnant pour la bonne et simple raison qu’ils faisaient partie de clans ennemis. La vie était ainsi faite, Pete assumait son choix parfaitement, il ne lui venait jamais à l’idée de changer de clan bien qu’il s’est déjà posé la question. C’est vrai, après tout sa vie serait tellement plus simple s’il était du côté des obscurs : son père serait fier de lui, il ne serait plus le rebelle de la famille dont on a honte. De plus, peut-être qu’il pourrait se débarrasser de sa chère et tendre fiancée la délicieuse mais exécrable Iseult Crowley. Il n’y avait que des avantages, franchement s’il était raisonnable c’est ce qu’il ferait mais une chose l’empêchait de le faire… Et c’était son cœur bien sûr. Il ne pourrait pas supporter de lire la déception dans les yeux d’Albus mais surtout dans ceux de Blake. Oh non, il pouvait supporter de la lire dans les yeux dans son père, c’était ainsi durant toute sa tendre dans enfance mais dans les yeux de Blake ça serait comme lui arracher le cœur, le brûler à petit feu, il n’y résisterait pas. Elle qui avait toujours cru en lui, elle qu’il aimait. Il ne préférait même pas l’imaginer tellement cette pensée lui faisait du mal. Oh non la raison ne valait pas ce sacrifice. Il préférait être rejeté par sa famille qu’être rejeté par ceux qu’il aimait le plus. Pete préférait être recherché que d’épouser Iseult au lieu de Blake, elle serait la seule femme qu’il épouserait ou il serait moine comme ça, aucun problème. Blake était la femme de sa vie, il en était persuadé, c’était son âme sœur comme disait toutes ses filles à la télévision. Alors oui, peut-être que ça faisait cucul de le dire mais il le pensait, surtout que bon il se gardait bien de le dire. Non Pete il le pensait juste très fortement. Vous voyez Pete avait déjà pensé à tout, il avait déjà fait un plan pour l’avenir et imaginé le pire… comme le meilleur et évidemment il voulait le meilleur mais c’était ce que souhaitait chaque personne. On souhaitait le pire à nos ennemis mais jamais à nous-même. – C’était la minute philosophique de monsieur Levingston… –

Enfin n’étant pas un grand philosophe ou du moins pas reconnu, Pete n’essaya pas de continuer dans ce domaine-là. Il était beaucoup plus doué pour écouter Roxanne. Il ne dira jamais les autres parce que c’était faux, Pete n’était pas quelqu’un qui attachait énormément d’importance pour lui sauf quand c’était pour son propre intérêt. Bon bien sûr il y avait quelques exceptions mais en général Pete était quelqu’un d’assez personnel et il n’aimait pas vraiment se confier alors il aimait encore moins entendre les problèmes et les inquiétudes des autres. Oh ça non, il préférait être seul dans des cas comme ça. Il n’avait pas le don de conseiller les gens sur leurs histoires personnelles et en fait pour être honnête, il s’en fichait un peu. Néanmoins rappelons encore une fois qu’il y avait quelques exceptions. Au moins, Pete ne faisait pas semblant d’être le parfait confident. Il ne se permettait cela qu’avec Blake, Albus, Violette, Roxanne et d’autres personnes qu’on pouvait compter sur le doigt de la main. Des personnes triées sur le volet quoi… Enfin voilà que Roxanne lui donnait une réponse : « Bah tu sais, c'est un peu pareil que toi. Ça vient, ça passe, puis ça continue quoi. D'ailleurs si je te présente quelques filles, j'insiste pour que tu fasses la même chose de ton côté. Tu dois bien connaître quelques garçons plutôt sympas. Tu sais que je suis pas très difficile hein. » Pete ne put s’empêcher de rire. C’était loin d’être méchant, il ne se le permettrait pas avec Roxanne, quoique. S’il riait c’est parce qu’il y avait peu de chances qu’un garçon de son entourage intéresse vraiment Roxanne. Pour une relation très courte pourquoi pas mais surement pas quelque chose de sérieux. Le contraire serait vraiment étonnant… Mais alors vraiment étonnant. La demoiselle vint alors se rapprocher de lui. Cela pourrait s’avérer suspect s’ils n’étaient pas amis mais pas de risque de ce côté-là, Pete ne voyait pas Roxanne de cette façon-là et il savait qu’elle aussi. Elle ferma les yeux et il la vit humer l’air. Il remarqua alors qu’ils faisaient pratiquement la même taille. En effet, le jeune homme surpassait la verte que de quelques centimètres. De ce fait, les yeux de Roxanne arrivaient à la hauteur du nez de Pete. Et puis elle prit la parole : « D'ailleurs, qu'est-ce que c'est que ton parfum ? C'est ça ton secret pour faire craquer les filles ? Parce qu'il sent super bon ! » Le visage de Pete s’illumina d’un sourire, c’était toujours agréable d’être complimenté surtout par une fille. Quant à son parfum, il devait bien reconnaître que les filles n’y restaient pas indifférentes d’ailleurs c’était un cadeau de l’un de ses ex petites amies ou disons plutôt conquêtes parce qu’on ne pouvait pas dire qu’il avait vraiment des relations qui duraient très longtemps ces derniers temps. En tout cas le parfum sentait bon alors il le mettait bien que ça ne soit pas très moral vu qu’il avait largué la fille peu de temps après qu’elle lui ait fait ce cadeau. Pour sa défense, il lui avait également fait un beau cadeau : il lui avait acheté une toute nouvelle robe. Il était comme ça Pete, généreux, la classe, non ? Bon en fait c’était surtout pour pas faire son radin mais ça on ne le dira pas pour ménager les nerfs de la demoiselle en question, c’est pourquoi on tait son nom également. Pete était un gars respectueux, il n’y avait pas à dire.

Avant qu’il ne puisse répliquer par un petit trait d’humour, la demoiselle Weasley reprenait un peu plus sérieusement : « Mais sinon, pas d'histoires sérieuses en vue ? Parce que moi, sérieusement j'ai pas vraiment envie de me poser. Faut dire que je trouve personne aussi. » Sérieusement, sérieusement c’était à voir car après avoir parlé, elle explosa de rire. Enfin c’était un rire discret, il ne fallait pas s’imaginer qu’on l’entendait jusqu’au septième étage, non, bien au contraire ! La raison était toute simple, elle ne souhaitait pas qu’on puisse les voir et Pete le comprenait tout à fait, ce n’était pas bon pour elle comme lui qu’on les surprenne. En tout cas, Pete n’était pas dans la même situation que Roxanne. Il avait la personne, lui, la bonne c’était sûr mais son problème n’en était pas plus simple. Il ne l’était pas car Pete avait la frousse comme on dit maintenant. Il n’avait pas peur de se battre mais il avait peur de révéler ses sentiments à la principale intéressée. C’était nul mais c’était ainsi et ça ne le faisait pas vraiment rire. Ça lui causait même quelques insomnies mais il ne voulait pas repartir dans ce débat intérieur, c’est pourquoi il se décida à répondre à Roxanne plutôt. « Tu sais que dès que je vois un gars, je me demande s’il collerait avec toi. Je me fais un devoir de trouver quelqu’un. Non sérieusement, j’y penserais bien que tu te doutes que ça ne risque pas forcément de coller. Quant au parfum c’est un cadeau, d’une ex… si on peut dire mais elle avait bon goût pour les parfums au moins à défaut d’avoir su conquérir mon cœur. » C’était beau n’est-ce pas ? Il y a des fois où on pourrait se demander si Pete n’avait pas des talents de poète, la seule difficulté ? Il n’aimait pas trop écrire alors en vers, c’était pire ! Non, lui il était fait pour la bagarre autre chose. Et puis ne dit-on pas que pendant l’adolescence on se cherche ? C’est ce que Pete faisait. Il se cherchait sur certains points alors que sur d’autres il était fixé comme son choix de camp, la personne qu’il aimait, les sacrifices qu’il était prêt à faire. Il n’avait certes que quinze mais pour certaines choses il était tellement mature qu’on lui en donnerait facilement vingt. C’était sa force, il s’en rendait bien compte. Des fois on lui reprochait de ne pas être insouciant mais la période actuelle ne permettait pas l’insouciance. Il fallait faire des choix, prendre des décisions importantes et ce n’était pas rien. Peut-être le comprenait-il avant d’autres… Enfin il se rendit compte qu’il partait de nouveau dans ses réflexions alors il finit par répondre à Roxanne histoire d’être sincère, franc et de se vider la tête. « J’ai trouvé la bonne personne moi mais crois-moi ça ne fait pas avancer le problème plus vite. Je suis même sûr que je suis plus malheureux que toi de ce point de vue-là mais tu vois je crois que d’en parler davantage ne nous rendra pas service. On peut dire qu’on a coché la case « côté cœur ». Désolé si je casse l’ambiance mais je préfère parler d’autres choses. » Au moins une bonne chose de faite. Il rajouta ensuite : « Sinon comment ça se passe avec ta famille ? » Il savait que Roxanne avait une situation familiale compliquée et peut-être que d’en parler lui ferait du bien…

Spoiler:
 

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   Lun 21 Nov - 5:51

Voilà la fin, finie et postée. En espérant que ça t'ira

La conversation tournait encore autour de leurs fameuses histoire de cœur. Mais après tout c'était sur ça que se basait leur relation : ils étaient des sortes de confidents l'un pour l'autre. Roxanne savait qu'il n'y avait qu'à Pete qu'elle pouvait tout - ou presque - raconter, et ce genre de relation lui faisait du bien. Elle trouvait ça idiot d'écrire un journal et ne pouvait parler de ses ressentiments à personne. Et à force de ne rien dire, la jeune fille explose. Elle avait besoin de parler, c'était vital pour elle si elle ne voulait pas finir par exploser en mille morceaux et dire tout ce qu'elle pensait, voir pire, faire des choses qu'elle pourrait regretter par la suite. Bref, Pete était là pour elle, et savoir cela lui faisait du bien. « Tu sais que dès que je vois un gars, je me demande s’il collerait avec toi. Je me fais un devoir de trouver quelqu’un. Non sérieusement, j’y penserais bien que tu te doutes que ça ne risque pas forcément de coller. Quant au parfum c’est un cadeau, d’une ex… si on peut dire mais elle avait bon goût pour les parfums au moins à défaut d’avoir su conquérir mon cœur. » La jeune blonde sourit à pleine dents. C'était tout à fait le genre de Pete de garder un cadeau d'une ex, de le porter tous les jours tout en se fichant éperdument de la malheureuse qui avait dut avoir le cœur brisé à cause du bourreau des cœurs rouge. C'était typique de Pete, mais après tout Roxanne ne pouvait pas lui jeter la pierre. Ils étaient jeunes, pourquoi donc s'attacher à quelqu'un à à peine seize ans ? C'était tout simplement idiot, et Roxanne se rangeait plus du point de vue de Pete. Et puis après tout, pourquoi jeter un cadeau, qui sentait aussi bon de surcroît, alors qu'on avait la possibilité de le garder ? La conscience et la morale, tout cela n'était que bêtise aux yeux de la jolie blonde qui s'en fichait éperdument de ce que les autres pouvaient penser d'elle. Mais à ce niveau là, elle s'avouait vraiment vaincue par Pete : niveau conquêtes, il la battait sans doute à plate couture, et de loin. Mais bon, ils ne faisaient pas de concours, encore heureux. « Alors comme ça tu essayes de trouver mon âme sœur » dit-elle en souriant ? C'était mignon même si elle pensait que c'était peine perdue. Sortir avec elle s'avérait être une tâche ardue à accomplir, elle le savait. Et même, les goûts de la verte étaient eux aussi assez difficiles en matière de petits mais. Autant n'était-elle pas regardant au niveau des conquêtes, autant au niveau des relations durables elle avait quelques critères qu'il fallait respecter. Mais bon, cela n'enlevait rien à la mission du jeune rouge et or. « Mais je crois que tu perd ton temps, le prince charmant ne m'attend pas au détour d'un couloir, je le sais. » Le silence se réinstalla entre les deux amis. Roxanne savait que Pete était en pleine réflexions, aussi décida-t-elle de passer le temps en vérifiant que personne n'arrivait à l'horizon. Cela devait bien faire une dizaine de minutes qu'ils parlaient sans s'être fait interrompre, alors l'heure n'allait pas tarder où ils devraient se quitter, tels deux fautifs. Mais pour l'instant, aucune ombre au détour d'un couloir, aucun bruit de pas. Tout danger semblait être écarté pour les quelques minutes à suivre. C'est alors que Pete décida de sortir de ces pensées, qui devaient être passionnantes à ne pas en douter. « J’ai trouvé la bonne personne moi mais crois-moi ça ne fait pas avancer le problème plus vite. Je suis même sûr que je suis plus malheureux que toi de ce point de vue-là mais tu vois je crois que d’en parler davantage ne nous rendra pas service. On peut dire qu’on a coché la case « côté cœur » Comme ça le jeune homme avait trouvé la bonne personne ? Roxanne sentait bien que le rouge et or n'avait pas envie d'en parler mais cela ne faisait qu'accentuer la curiosité insatiable de la jeune verte et argent. Elle voulait savoir, mais savait aussi respecter la volonté de ses amis. Après tout, elle parviendrait sans doute à lui tirer les vers du nez un autre jour. Et puis, il n'avait pas vraiment tord : en parler ne faisait pas disparaître les problèmes. Elle n'allait pas se trouver un petit ami juste parce qu'elle en avait parlé avec Pete, et ce dernier n'allait pas sortir avec cette fameuse jeune fille juste parce qu'il lui aura donné son nom. Par contre, elle n'était pas vraiment d'accord sur le dernier point : oui Pete devait souffrir de ne pas pouvoir embrasser la fille qui occupait ses pensées. La jeune fille savait mieux que quiconque ce que cela pouvait faire, après tout c'était une fille comme les autres, elle avait eu un jour ou l'autre le béguin pour quelqu'un qui ne voulait pas d'elle. Mais sa situation actuelle n'était pas non plus merveilleuse. Sortir avec des garçons pour une nuit, ça allait pour le moment, mais des fois n'avoir personne vers qui aller quand ça va mal, ça lui manquait. Mais bon, vu les énergumènes qui peuplaient le château, ce n'était peut-être pas le moment de chercher celui vers qui elle pourrait aller pour être réconfortée.
Enfin, la jeune fille était d'accord, la conversation digne du hibou du cœur était close. Elle ne voulait pas en parler davantage. Seulement, Pete trouva le seul sujet de conversation qui agaçait encore plus la jeune fille que ses histoires de cul cœur. « Sinon comment ça se passe avec ta famille ? » Franchement, pourquoi ce sujet revenait toujours sur la table ? C'était presque un rite. Toutes les fréquentations de la jeune fille se sentaient investis de la même mission. Ils devaient tous demander comme ça allait avec le reste de la famille Weasley. N'était-ce pas pourtant assez clair ? Elle les détestait, hormis Lucy avec qui elle gardait encore un peu contact. Les autres étaient comme effacés de sa vie, ou alors étaient devenus de purs et simples ennemis, comme elle en avait plein le château. Même son frère était un étranger pour elle. Elle ne se sentait pas à sa place au sein de cette famille, et pourquoi ses soi-disant amis devaient-ils s'obstiner à lui rappeler cela ? C'était juste insupportable. La jeune fille soupira et leva les yeux au ciel. Pourtant, elle répondit tout de même à la question de son ami « Et bien écoute, toujours au point mort. Je les déteste, ils me déteste, on se déteste quoi. Chaque réunion avec eux est un véritable supplice et rien ne me fait plus plaisir que de leur faire du mal. Bref, tout est normal quoi. » Et par pitié qu'il ne commence pas à vouloir la rabibocher avec le reste du clan Weasley. Elle connaissait assez de personnes folles à lier qui voulaient qu'elle soit de nouveau copine comme cochon avec son frère, son père ou je ne sais qui encore. Bref, elle saturait et elle voulait vite changer de sujet. « Sinon toi ça va aussi niveau famille ? » Roxanne savait que Pete non plus n'avait pas une vie de famille idéale et qu'il avait quelques problèmes avec le reste de son clan. Tout comme Roxanne, il s'était détourné du reste de sa famille, mais leurs raisons étaient totalement opposées pour le coup. Lui était le rebelle de la famille sang-pur qui se battait aux côtés des Résistants tandis qu'elle trahissait une longue lignée de Résistants pour rejoindre le groupe des pro-mangemorts. Oui, c'était le cas de le dire, ils n'avaient pas vraiment les mêmes idéaux, ce qui ne les empêchaient pas d'être très proches. Après tout, tant qu'ils ne partaient pas dans de longues conversations à propos de leurs idées respectives, tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Bref, tout cela pour dire que Pete voulait peut-être parler lui aussi de ses problèmes de famille. Après tout, c'était toujours à elle qu'on demander de parler de ça, alors que Pete avait peut-être plus besoin d'en parler qu'elle. A vrai dire elle ne s'était jamais posé la question auparavant, et cette idée lui vint à l'esprit tel un cheveu tombé dans la soupe. Et sans hypocrisie aucune, Roxanne était intéressée par ce que Pete pouvait avoir à lui dire. Après tout elle n'était pas non plus centrée sur sa petite personne - même si elle avait tendance à penser à elle plus qu'aux autres. Non, elle ne rechignait pas à écouter la vie des autres - lorsque ces autres ne lui racontaient pas ce qu'ils avaient mangé au petit-déjeuner, il y a des limites à tout.
Roxanne leva ses yeux bleus sur le visage de son ami aux blason rouge et or afin de l'inciter à parler. Mais apparemment Merlin n'était pas décidé à les aider aujourd'hui. A peine Pete eut-il ouvert la bouche que Roxanne le fit taire d'un geste. Elle avait entendu des bruits de pas au loin et son cœur s'était soudain mis à battre la chamade. Si jamais un membre de sa maison venait à la découvrir en compagnie d'un préfet de chez les Gryffondors, résistant de surcroit, sa vie était foutue. Sans parler de sa place au sein des Obscurs. Elle ne pouvait pas prendre le risque et avertit son ami sans dire un mot, à base de gestes pour le prévenir que quelqu'un approchait. Les bruits étaient d'ailleurs de plus en plus proches. Désespérée par la situation dans laquelle elle se trouvait, Roxanne cherchait une idée le plus vite possible. Elle finit par attraper la main de Pete et à le pousser dans le direction opposée des pas. Avant de tourner les talons pour se diriger vers le nouvel arrivant, elle articula quelques mots sans produire un seul son « Désolée, on continuera ça un autre jour » Elle se retourna ensuite, réajusta sa cravate et tenta de reprendre ses esprits. Quelques secondes plus tard elle affichait de nouveau cet air hautain qui la caractérisait tant. Au détour du couloir, elle put enfin apercevoir qui était le mystérieux venu : un simple deuxième année de sa maison, qui lui lança un regard apeuré tandis qu'elle passait devant lui en lui lançant un regard noir. Voilà à cause de qui elle avait du mettre fin à sa conversation. Roxanne eut un léger pincement au cœur en y repensant : sa réputation lui paraissait plus importante que ses amis. Mais c'était la dure loi de l'école : écraser ou mourir. Et elle avait choisit la première solution. Même si Pete devait en pâtir - ce dont elle était désolée - elle était obligée de le faire, ne serait-ce que pour elle. La jeune fille arriva devant sa salle commune et prononça le mot de passe avant d'y pénétrer. Pete devait être partit maintenant, et la jeune verte et argent décida de lui envoyer un hibou dès demain pour lui dire qu'elle était désolée de la fin brutale de leur conversation. Dans la salle commune elle rencontra une de ses "amies" et décida donc e se rendre dans la Grande Salle avec elle. Elle penserait à sa lettre un peu plus tard.


THE END.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: DRAGEES SURPRISES DE BERTIE CROCHUE :: RP-