Partagez | 
 

 young, wild and free ✰ juyne & louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: young, wild and free ✰ juyne & louis   Lun 23 Avr - 7:02



© tumblr & Gapingwound

Juyne chérie ! Je sais que t'es en septième année, mais ça ne va pas du tout ! Je me fiche que t'aies pleins de cours, ce soir on fait la fête. Si si et même que pour une fois j'ai un plan d'enfer. C'est un truc privé alors je veux pas d'indésirables seulement toi moi et...(imagine des roulements de tambours dans ta tête s'il-te-plaît) Louis. Oui Louis Weasley. Je sais pas encore trop comment je vais me débrouiller, mais je te promets que ce soir il sera des nôtres. Comme je m'occupe de la partie persuasion, je te laisse t'occuper d'un aspect non-négligeable de notre petite sauterie : les boissons. Je m'attends pas à ce qu'on descende des caisses et des caisses de whisky-pur-feu, hein, mais une fiesta n'est pas une fiesta sans alcool tu le sais aussi bien que moi. Je te fais confiance ma Juju. Quant au lieu c'est tout décidé. Ce sera tu-sais-où ! Je pense pas que ce soit dérangeant d'y emmener Louis, t'en pense quoi ? Bref, de toute façon t'as pas le choix tu dis oui et tu te pointes à 21h45 tapantes dans le hall (si y a du monde cache toi dans le premier placard à balais on se retrouvera là).

Tchao !
Ta Blake d'amour. ♥

Ravie de sa petite note, Blake reposa sa plume et enroula avec discrétion son morceau de parchemin qu'elle fourra dans sa poche. Elle releva les yeux pour vérifier que personne n'avait rien remarqué, ou plutôt surtout que le professeur ne l'avait pas vu prendre des notes alors qu'ils étaient sensés faire...faire quoi au juste ? Ah oui éventuellement mélanger leur préparation histoire que leur potion ne soit pas trop ratée. Heureusement pour elle plusieurs élèves avaient manifestement requis l'attention du professeur de sorte qu'il n'y avait vu que du feu. Autre chance, la jeune fille partageait sa paillasse avec Pete et Albus et si ce dernier préférait toujours s'asseoir dans le fond de son fauteuil et attendre que ça passe, Pete au moins avait été réactif et s'était occupé tout seul de la fin de leur travail. Elle lui fit une petite moue désolée lorsqu'elle croisa son regard. D'habitude en cours pratique et non théorique elle participait un peu plus, voire même beaucoup plus. Elle détestait tellement l'ennui des cours magistraux que dès qu'elle pouvait toucher à sa baguette ou à un chaudron elle se lâchait tout à fait. Cette fois-ci elle avait cependant une tâche de la plus haute importance à accomplir – du moins à ses yeux – aussi elle avait du le laisser gérer seul. Il ne lui en voudrait pas, elle en était certaine. De toute façon il s'en sortait toujours très bien qu'elle l'aide ou non. Leur potion avait la magnifique couleur émeraude qu'elle était sensée avoir, ils n'avaient plus qu'à attendre. Ils finirent pas quitter le cours dans la certitude d'avoir une bonne note et ce malgré la grimace non dissimulée du professeur. Une fois libérés ils purent aller déjeuner et en passant près de la table des Poufsouffle, Blake repéra la destinataire de son message. Elle fit un petit signe à ses camarades et la rejoignit rapidement pour lui glisser son morceau de parchemin dans la main, non sans lui avoir plaqué une bise sur la joue. Elle regagna ensuite sa place à la table des lions. Elle aurait pu, c'est vrai, lui parler directement, lui expliquer son plan, répondre à d'éventuelles questions. Mais un, elle n'avait pas beaucoup de temps il fallait bien qu'elle mange elle aussi, deux elle ne voulait pas que des oreilles indiscrètes entendent ce qu'elle lui racontait et trois, c'était beaucoup moins drôle. Le fait que ce soit à l'écrit faisait beaucoup plus mission secrète et c'était un peu le cas. Après le déjeuner sa journée se passa de manière tout à fait ordinaire, jusqu'au cours de sortilèges que les Gryffondor partageaient avec les Poufsouffle. La jeune fille jetait de vagues coup d'œil vers sa nouvelle cible, mais incapable de capter son attention pendant que le professeur leur faisait la leçon. C'est finalement à la fin de l'heure alors que tout le monde sortait et qu'elle devait elle-même rejoindre son cours de métamorphose qu'elle réussit à intercepter Louis Weasley près de la porte de la salle d'enchantements. Elle le tira un peu à l'écart.


« Loulou ! Tu fais quoi ce soir ? Non attends, ne me dis rien, efface tout ce que t'as pu noter dans ton agenda : ce soir je te kidnappe. » Elle marqua une petite pose pour qu'il puisse assimiler, sans pour autant lui laisser suffisamment de temps pour protester. « Juyne et moi, on t'emmène dans un endroit secret. T'as pas le droit de dire non, Louis, tu nous connais, têtues comme nous sommes. Mais t'en fais pas ça va être une tuerie ! Rendez-vous à 21h45 dans le hall, normalement les profs auront terminé leur ronde d'après couvre-feu. Ou du moins, ils seront dans les étages et la seule personne qui aura à craindre quelque chose c'est moi, mais j'ai l'habitude. » Elle ponctua ces mots d'un léger clin d'œil. « Soit pas en retard ! De toute façon, t'as qu'à suivre Juyne quand tu la vois sortir, d'accord ? » Et avant qu'il n'ai pu lui répondre, elle fila rejoindre son dernier cours de la journée. Elle était pratiquement certaine que Louis ne se défilerait pas. Il était sûrement pas franchement d'accord avec l'idée – et le serait encore moins lorsqu'il aurait prit connaissance du lieu où elles l'emmenaient -, mais il les connaissait trop bien pour refuser. Du moins c'était ce qu'elle espérait.


Une fois ses devoirs bâclés et le dîner avalé, la jeune fille passa un peu de temps à discuter dans la salle commune avant de remonter dans son dortoir où se tenait apparemment un conseil de guerre. En effet toutes ses camarades avaient la mine sérieuse et semblaient s'être divisé en deux clans. L'un était d'avis qu'il était absolument nécessaire et qu'il en allait de leur réputation de s'incruster à la fête que certains Serpentard avaient organisé dans la salle sur demande. L'autre pensait qu'il valait mieux les laisser à leur «fête minable » et trouver autre chose à faire. Blake ne prit pas part à la conversation et s'avança plutôt vers son armoire pour tenter de trouver quelque chose d'acceptable pour sa propre soirée. Elle était d'avis que dès qu'on pouvait se débarrasser de l'uniforme qu'ils étaient obligés de porter dans la journée, il fallait en profiter. Donc elle voulait se faire plaisir en mettant quelque chose de beau, cependant elle devait passer par le parc et il ne fallait pas négliger le fait que l'hiver était encore très présent. « Eh donc..Blake, Blake tu nous écoutes ? On disait qu'on va passer la soirée aux cuisines ce soir, t'en penses quoi ? » Elle haussa les épaules et continua de fouiller dans son armoire à la recherche de quelque chose qui pourrait convenir. « De toute façon, je suis pas disponible ce soir les filles, une prochaine fois peut-être..» dit-elle en extirpant enfin un jean serré taille basse et un haut joli, mais qui lui tiendrait chaud. Ca pourrait faire l'affaire. Elle fonça dans la salle de bain, se doucha rapidement et enfila la tenue qu'elle s'était choisie. Elle attacha ses cheveux en une queue de cheval haute, ça lui donnait un air beaucoup trop sérieux pour convenir à l'ambiance de sa sortie, mais tant pis. Elle refusa de s'appliquer quelque maquillage que ce soit puis sortit de son dortoir à 21h30. Elle avait un quart d'heure pour rejoindre le hall. Beaucoup plus qu'il ne lui en fallait en temps normal, mais c'était le soir, après le couvre-feu et donc il fallait qu'elle se montre prudente. Croiser un préfet ne serait pas bien grave – surtout si elle le connaissait -, mais un professeur ce serait plus délicat. Elle joua donc la carte de la prudence et se faufila baguette en main hors de la salle commune. Elle se remercia intérieurement d'avoir pensé à mettre des baskets et non quelque chaussure à talon qui aurait fait un bruit monstre. C'était presque sur la pointe des pieds qu'elle avançait, attentive au moindre bruit. Peut-être aurait-elle dû fixer un rendez-vous beaucoup plus tard, c'est vrai que à seulement une demi-heure du couvre-feu elle risquait de se faire prendre, d'autant qu'elle devrait descendre tous les étages du château avant de retrouver ses amis. Et puis généralement elle faisait rarement le chemin depuis la salle commune seule. Albus, Pete, Johane, Adrian..bref il y avait toujours une ou plusieurs personnes avec elle. Mais si elle avait reculé l'heure du rendez-vous Louis n'aurait peut-être plus été partant - déjà qu'elle n'était pas certaine qu'il le soit. Autant elle et Juyne pouvaient quitter leurs dortoirs respectifs à deux heures du matin et commencer leur soirée à cette heure-là, autant Louis fonctionnait un peu différemment. Elle parvint sans encombre jusqu'au troisième étage où elle entendit des chuchotements qui semblaient venir à sa rencontre. Ca pouvait être des élèves, mais ne préférant prendre aucun risque elle se cacha derrière une armure, dans la pénombre ils n'y verraient que du feu. Elle eut raison, les propriétaires de ces voix – qu'elle ne put identifier – ne prêtèrent nulle attention aux armures et passèrent leur chemin. Une fois les ombres parties, elle traversa le reste de la galerie sans encombre, trouva un escalier et descendit sans bruit jusqu'au hall d'entrée. Elle avait une minute d'avance. Un record. Elle se posta d'un côté de l'escalier de marbre qu'elle venait d'emprunter, non loin de l'accès donnant au sous-sol et d'un simple « Lumos » chuchoté fit un peu de lumière. Elle leva sa baguette devant elle et vit alors une tête connue, tout sourire. « Juyne ! » souffla-t-elle. Elle prit sa meilleure amie dans ses bras et s'apprêtait à demander qu'en était il de Louis – s'était-il décommandé ? - quand, elle se rendit compte de la présence masculine à ses côtés. Elle adressa un immense sourire au jeune homme qu'elle enlaça à son tour et sans plus attendre se dirigea vers l'immense porte de chêne. Il ne lui traversa même pas l'esprit d'expliquer à Louis, qui devait être un peu perdu, le but de cette rencontre. Il valait mieux à ses yeux lui laisser la surprise de découvrir leur destination, des fois que le nom l'effraierait trop et qu'il déciderait de fuir. La jeune fille prit une grande bouffée d'air frais une fois à l'air libre et attendit d'être rejointe par ses camarades. Elle les attrapa tous les deux par un bras et ils durent tous marcher d'un pas vif pour s'enfoncer dans le parc. Il s'avéra vite qu'ils se dirigeaient vers la saule cogneur et – au cas où -, Blake ressera un peu son emprise sur le bras du Weasley. On pouvait jamais savoir comment les gens pouvaient réagir et il valait mieux être trop prudente que pas assez. Une fois à une distance respectable du saule, c'est à dire ni trop loin, ni trop près pour ne pas risquer de faire applatir, ils s'arrêtèrent et la Gryffondor se tourna vers sa meilleure amie. « Je te laisse faire ? » Elle-même resta aux côté du Poufsouffle tandis que Juyne s'avançait avec prudence et sortit sa baguette. « Immobilus » lança-t-elle sans hésiter. Aussitôt le saule s'immobilisa, la jeune fille disparu de leur champ de vision et Blake agrippant toujours Louis s'élança vers l'entrée qu'elle connaissait désormais par cœur. Elle lui sourit pour le rassurer un peu et le fit passer devant elle pour traverser le long tunnel au bout duquel Juyne les attendait sûrement déjà. « Attention à la tête » prévint la Gryffondor alors qu'ils s'approchaient d'un segment de tunnel plus bas de plafond que les autres. Elle ne pipa mot pendant qu'ils marchaient faisant plutôt attention à où elle mettait les pieds. Enfin ils émergèrent dans l'intérieur d'une maison, d'aspect piteuse. Blake s'extirpa non sans difficulté et s'épousseta avant de traverser l'entrée pour rejoindre ce qui pouvait servir de salle de séjour. Elle se posta au même niveau que Juyne qui les attendait, pour faire face à Louis. « Bienvenue dans la cabane hurlante ! » annonça-t-elle avec un immense sourire. Puis elle se jeta sur un canapé poussiéreux – de toute façon après le tunnel elle n'était plus à quelques poussières près. Le jeune homme allait sûrement avoir beaucoup de questions à poser sur le pourquoi, le comment etc..Les deux jeunes filles n'avaient rien à lui cacher, elles n'en étaient pas du tout à leur coup d'essai en ce qui concernait ce genre de visite nocturne et c'était plus une fierté qu'autre chose. La cabane hurlante n'avait plus de secret pour elles qui s'y rendaient au minimum une fois par an pour Halloween. Et jusque là elles n'y avaient emmené personne d'autre. En attendant qu'il les bombarde, elle leva les yeux vers Juyne. « Alors tu as ce que j'ai demandé ? » demanda-t-elle faisant référence à l'alcool. En fait maintenant qu'elle avait fait sa partie du travail à savoir organiser leur venue, elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il fallait faire ensuite. Dans la mesure où ils étaient tous les trois dans un endroit assez original ça ne pouvait selon elle qu'annoncer des folies.

__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Juynie Ҩ je suis un songe;
avatar


personal informations

► date d'inscription : 02/11/2010
► parchemins : 1664


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Lun 30 Avr - 23:25


Blake et Louis : on a qu'une seule vie.
❝ Juyne était affalée sur sa table. Elle écoutait le professeur d'histoire de la magie d'une oreille. Ce cours ne l'avais jamais vraiment passionnée. Elle gribouillait sur le parchemin de son voisin qui se trouvait être Marlon, son meilleur ami. Il ne disait rien, il avait l'habitude depuis le temps. La Poufsouffle avait très envie de discuter avec lui, il n'en avait plus beaucoup le temps depuis qu'il faisait l'espion chez les obscurs. Ils avaient échangés quelques mots avant de se faire rembarrer par le professeur. Juyne n'était pas trop d'humeur a faire tourner l'historien en bourrique. Elle se contenta donc de s'allonger, tout en fermant un oeil. Au moins, elle rattrapait un peu de sommeil. Le temps passait lentement, trop lentement. Et la journée venait à peine de commencer ! Elle regarda son ami et soupira. Il lui lança un sourire montrant que lui aussi n'en pouvait plus. « Dites monsieur, je peux sortir ? Je me sens pas très bien. » lui dit-elle d'un air suppliant et elle entendit Marlon ajouter : « Je pourrais peut-être l'accompagner. C'est vrai, on s'est jamais, elle pourrait tomber dans les pommes et se faire mal. » dit-il le plus sérieusement, en haussant les épaules l'air de dire "désolé-de-quitter-votre-cours-passionnant-mais-je-m'inquiète-pour-mon-amie". La professeur leva les yeux au ciel. Il n'essaya même pas de résister et leur montra la porte avec un mouvement de tête. Les deux amis se dirigèrent vers la porte, Marlon soutenant Juyne. C'était une scène assez risible car malgré leur effort, ils ne faisaient pas le moins du monde naturel. Ils continuèrent ce petit manège dans le couloir, si jamais le professeur avait l'idée de passer la tête par la porte. Ils arrivèrent aux escaliers puis Juyne se redressa et saisit la main de son meilleur ami. Ils descendirent les escaliers quatre à quatre le sourire aux lèvres, se dirigeant tout de même vers l'infirmerie. Ils s'installèrent dans un couloir, près de la salle de repos. « Ce cours était interminable comme toujours ! Bon, il nous reste une bonne demi heure. » dit-elle à Marlon avec un grand sourire. Il allait enfin pouvoir parler librement, sans personne pour les déranger à par peut être un des concierges. Juyne espérait que se soit son ami Eros et non un autre pion. Elle se laissa glisser contre le mur et attendit que Marlon fasse de même. S'en suivit une longue conversion, l'une des plus longues qu'ils n'avaient plus eu depuis plus d'une semaine, ce qui était assez long pour des meilleurs amis. Juyne pensa à Blake, cela faisait un petit moment qu'elle ne l'avait plus vu non plus. L'hiver s'était bien installé et elles n'avaient pas eu l'occassion de faire l'un de leurs cours de danse, qui permettaient à Juyne de se tenir mieux et d'être plus gracieuse. Quelques élèves commencèrent à arriver dans le couloir, ils jetaient un coup d'oeil aux deux poufsouffles se demandant ce qu'ils faisaient par terre. La blonde se releva. Marlon la suivit et ils partirent tous les deux en direction de la Grande Salle, bras dessus bras dessous.

Juyne quitta Marlon qui partit retrouver ses "amis" les obscurs Elle se dirigea vers la table des jaunes et argents. Elle s'installa près de ses amis et se servit à manger. Elle avait un appétit de loup. Elle allait porter sa forchette à sa bouche quand qualqu'un posa une main sur son épaule. En se retournant, elle constata que c'était Blake, sa meilleure amie. Elle lui glissa un bout de papier et lui plaqua un énorme bisous sur la joue. Juyne lui sourit. Elle n'avait même pas le temps de lui rendre son bisous qu'elle était déjà à sa table. Elle prit le bout de parchemin et le mit dans sa poche. Elle le lirait plus tard, elle n'avait pas envie que tout le monde voit ce mot. Si Blake lui avait écrit, c'était bien pour que les oreilles indiscrètes ne soient pas au courant. Elle fini de manger, salua ses amis d'un signe de main, puis elle sortit en courant à moitié. Elle passa la porte d'entrée et descendit les quelques marches la séparant du parc. Elle s'éloigna un peu des quelques groupes qui profitaient des minces rayons de soleil. La jeune femme fut saisie d'un frisson causé par une brise glaciale. Juyne reserra son manteau. Elle marcha jusqu'au petit arbre où elle aimait tant se reposer. Elle s'assit dans l'herbe l'humide et sortit le message de la lionne. Elle la lit attentivement, son sourire s'étirant au fur et à mesure qu'elle parcourrait les mots de sa meilleure amie. Une petite soirée, rien qu'elle, Blake et aussi le jeune Louis. Tout ce qu'il lui fallait ! Blake lui confiait la lourde tache de s'occuper de la boisson, mais la jeune femme se doutait bien que ça ne posait aucun problème à la jaune. Elle savait être convaicante quand elle le voulait. En plus de ça, elle avait une sortie à Pré-au-lard cet après-midi. Quoi de mieux pour faire ses petites courses ? Elle irait chercher quelques friandises à Honeyducks aussi, histoire d'avoir tout ce qu'il leur faut. Quoique les deux jeunes femmes avaient déjà une cachette secrète pour leur friandise dans la cabane hurlante. En effet, ce n'était pas la première fois qu'elles y allaient. Loin de là ! C'était leur petit rituel, au moins une fois par an, elles s'y retrouvaient pour fêter halloween. Elle remit le bout de papier dans sa poche et rentra dans le château. Elle descendit quatre à quatre les marches menant aux cuisines et par la même occasion à la salle commune des Poufsouffles. Elle passa la porte cacher par un tableau et atterit dans une petite salle. Quelques secondes plus tard, elle déboulait dans le dortoire et mit sa tête dans sa valise. Elle devait trouver son sac extensible qu'elle avait déjà utiliser il y a un an pour apporter des bouteilles à la fête de Noël de Win. Après une lutte acharnée avec ses plumes, son encre, ses chausettes et autres vêtements qui traînaient encore dans sa malle, elle sortit un petit sac à pailettes. Elle le passa à son épaule, passa par la salle de bain s'attacher les cheveux et rapertit en direction du hall où elle devait retrouver les autres élèves de son année pour l'excursion à Pré-au-lard. « Juyne Wells ? » appela le surveillant. « Présente ! » cria-t-elle en gravissant les dernières marches, totalement essouflée.

La Poufsouffle avait passé son après-midi à Pré-au-lard, passant d'un magasin à un autre. Elle avait été à la Tête de Sanglier. C'était ici qu'elle prenait le plus souvent les boissons qu'elle avait besoin pour ses fêtes. Le Barman la connaissait bien et elle n'avait qu'à faire un petit peu de charme pour que ça passe. Elle avait donc cinq bièreaubeurre et un whisky pur feu dans son sac. Ils n'allaient surement pas tout boire, mais elle avait prévu ce qui lui paraissait nécessaire pour une fête entre trois amis. Juyne avait hâte de les voir. Il ne restait plus que quelques heures et ils allaient passer une nuit de folie. Ensuite la jeune femme avait été acheté de quoi manger chez Honeyducks. Elle avait fait le plein de pâte à citrouille, de dragées de Berticrochus et autres friandises que les sorciers raffolaient. Elle était contente de ses achats, elle avait tout ce qu'il fallait pour passer une bonne soirée. Il ne manquait plus que ses adorables amis. Elle rentra au château accompagné de son amie Pandore. Quand elles y arrivèrent, Juyne se précipita dans le dortoir ranger ses trouvailles. Il serait trop bête de se les faire confisquer et de risquer de se faire coller si un pion avait la merveilleuse idée de regarder ce qu'elle avait acheté. Elle passa sa fin d'après-midi a essayer de se concentrer sur ses devoirs, en vain elle était trop sur-excitée. Elle alla chercher une pomme et retourna directement dans son dortoir. « Dis moi, petite boule de poils, il fait froid dehors ? » lança-t-elle à son chaton blanc avec une tache sur son oeil droit. Ce dernier ses roula encore plus en boule. « Je prends ça pour un oui. » dit-elle en le caressant. Elle marcha en direction de la petite armoire. Elle hésita un instant. Elle n'allait quand même pas garder sa robe de sorcière. Elle s’empara d'un jean noir et d'un tee-shirt à manches longues gris. Elle rajouta une écharpe au couleur de sa maison et une veste en jean.« Alors mon chaton, tu crois que Juyne est d'attaque pour affronter le froid de la soirée ? » Nougatine releva ses yeux brillants vers elle, puis replongea dans son sommeil. Juyne commença à rire. Elle prit son sac et rajouta, en plus des bouteilles et de la nourriture, une couverture. Puis elle descendit les marches menant à la salle commune. Elle vit le jeune Louis en bas des marches et quand elle arriva à la dernière, elle ne put s'empêcher de lui sauter dessus. « LOULOU ! » dit-elle avant de plaquer ses lèvres sur sa joue. Elle était réellement heureuse de le voir. « Prêts à passer une soirée de folie ? » lui demanda-t-elle, grand sourire. De toute façon même si il n'était pas prêt, il n'avait pas le choix. Elle le kidnapperait si il le fallait. Juyne aimait bien le sortir de son trou et avec Blake s'était encore mieux. Elle prit la main du jeune homme et l'entraîna derrière elle. Elle se stoppa devant la porte. « Dès qu'on aura passé la porte, il ne faut plus que je parle pour ne pas se faire chopper. Si jamais un mot sort de ma bouche, t'as droit de me frapper. Ok ? » lui dit-elle avec un grand sourire, puis ils passèrent la porte se retrouvant dans les ténèbres des couloirs.

Ils arrivèrent dans le hall avec une bonne dizaine de minutes. Juyne montra à Louis un coin sombre près du premier placard à balais. Comme ça si quelqu'un arrivait, ils pourraient directement aller se cacher. La belle jaune croisa les bras, en silence comme elle l'avait dit un peu plus tôt. Tout d'un coup, elle entendit un miaulement. Elle regarda de plus près et découvrit Nougatine. « Merde, elle va nous faire repérer. » et elle reçut une tape du jeune homme qui lui lança un regard du genre "c'est toi qui vas nous faire repérer si tu te tais pas". Elle porta sa main à sa bouche et mima une clef qui fermait sa bouche, puis elle marcha doucement jusqu'à son chaton. Elle fit des mouvements de bras pour la faire partir, ce qui devait surement faire rire Louis. Dès qu'elle fut partit, elle retourna au près de Louis. Et ils attendirent, encore en silence, la venue de la lionne. Elle entendit quelqu'un descendre les escaliers, elle donna un coup de coude à Louis et donna un coup de tête dans la direction où elle entendait les pas. En observant de plus près, elle remarqua une silhouette familière. Elle s'avança. « Lumos » Elle reconnu la voix de sa meilleure amie et un sourire naquit sur ses lèvres. « Juyne ! » chuchota-t-elle. Blake la prit dans ses bras et Juyne la serra contre elle. Elle entendit des pas derrière elle et sentit la présence de Louis derrière elle. Et ce fut au tour de Louis de se retrouver dans les bras de la belle lionne. Juyne sourit, ils étaient au complet pour passer une soirée de folie. Sans plus attendre, Blake se dirigea vers la porte d'entrée. La Poufsouffle regarda le jeune homme du coin de l'oeil. Puis elle passa derrière lui et mit ses mains sur son dos tout en la poussant. « Allez mon petit loup ! Tu vas voir ça va être génial. » lui dit-elle en passant sa tête par-dessus son épaule avec un grand sourire. Elle continua à le pousser jusqu'à ce qu'ils aient traversé la grande porte et descendu les escaliers les menant au parc du château. Là ils retrouvèrent Blake qui les entraîna avec elle, prenant chacun d'entre eux par une main. Ils marchaient rapidement. Juyne reconnaissait le chemin, elle aurait même pu y aller les yeux fermés. Ils se dirigeaient vers le saule cogneur. Louis ne devait surement sans douter aussi, mais les filles ne lui laissaient pas le temps de répliquer et la jeune femme remarqua que la brune resserrait son emprise sur le seul homme de la troupe.

Soudain, le saule cogneur apparut devant eux. Ils s'arrêtèrent un instant et la blonde regarda du coin de l'oeil la réaction de Louis. Puis Blake se tourna vers elle, toute enjouée, et lui dit : « Je te laisse faire ? » La concernée regarda sa meilleure amie avec un grand sourire. « Pas de problème ! » répondit-elle. Elle s'avança près de l'arbre. Ses branches commençaient à siffler l'air de plus en plus vite. Elle imaginait toutes les questions qui devaient fuser dans la tête de Louis. Il se demandait surement où l'amenaient les jeunes filles. Il allait être surpris. La jaune sortit sa baguette et la pointa vers le saule cogneur et, sans hésiter, elle lança un immobilus. Quelques millièmes de secondes plus tard, l'arbre ne bougeait plus. Satisfaite de son travail, elle s'avança près des racines de l'arbre. Dès qu'elle trouva le trou qu'elle cherchait, elle s'y introduisit. Elle se laissa glisser sur les fesses jusqu'à ce que ses pieds foulent le sol du tunnel qui les conduirait jusqu'à leur repère secret. Elle n'attendit pas les autres et commença son ascension. Elle allait vérifier que personne ne se trouvait là-bas pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Il faisait sombre, mais Juyne n'avait pas besoin de lumière. Elle connaissait, encore une fois, par coeur ce chemin. Elle trébucha seulement quelques fois à cause de nouvelles racines qui avaient poussé ici ou là. Elle se hissa à travers un autre trou et atterrit dans l'entrée. En tendant l'oreille, la jeune femme entendit un chuchotement. Les deux amis venaient d'entrer dans le tunnel. Tout en enlevant la poussière qui s'était déposée sur son manteau et son jean, Juyne fit le tour de la cabane pour s'assurer qu'il n'y avait pas présence d'étranger. Après un petit tour rapide, elle attendit dans ce qui s'apparentait le plus à un salon. Blake la rejoignit et se posta à coté d'elle. Puis Louis passa sa tête par l'ouverture à son tour et rentra dans la pièce. Juyne lui souriait, tandis que Blake lui souhaitait la bienvenue. Sur ses mots, la lionne se jeta sur le canapé, soulevant un nuage de poussière. Juyne se rappela tout ce que les deux meilleures amies avaient bien pu faire dans cette cabane. Elles passaient leur soirée d'Halloween ici à se raconter des histoires d'horreur et manger des tonnes de friandises. Elles ne venaient que toutes les deux. C'était leur petit repère à toutes les deux, mais ça ne la gênait pas le moins du monde de le partager avec Louis. Blake se tourna vers elle et lui demanda : « Alors tu as ce que j'ai demandé ? » Juyne lui fit un sourire entendu. « Bien sur ! J'ai usé de mon charme et j'ai obtenue quelques bouteilles. » dit-elle en sortant la couverture qu'elle avait apporté. Après quoi, elle lui montra ses cinq bièreaubeurres et son whisky pur feu. « On va surement pas tout boire, quoique... » Elle rigola en se rappelant la dernière fête avec Lucy où elles avaient ingurgiter des litres de ses différents liquides et elles s'étaient retrouvés à chanter sur une table en dansant. « J'ai aussi amené de quoi manger ! » continua-t-elle fièrement. Elle renversa son sac et toutes les friandises s'étalèrent sur la couverture. Elle prit une chocogrenouille, tout en s'asseyant sur un bout de couverture. « Alors Louis, comment trouves-tu notre repère ultra-top-secret ? » Elle lui sourit de toutes ses dents et le regarda dans les yeux. ❞ © code de CJ.POMME'


Spoiler:
 

__________


- SOYONS EXTRAORDINAIRES ENSEMBLE, PLUTÔT QU'ORDINAIRES SÉPARÉMENT. -
“ Et moi qui croyait que j'étais pas comme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jure, que tout ça c'est du passé. Alors d'accord on tire un trait, on r'commence à s'apprivoiser. ”


Dernière édition par Juyne E. Wells le Dim 6 Mai - 7:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Dim 6 Mai - 6:26




L'hiver s'installait aussi sournoisement que rapidement sur Poudlard. Il n'était plus rare de constater la formation d'une fiche couche de verglas sur les carreaux des différents dortoirs au petit matin et les élèves étaient rapidement partis en quête de leurs gants, écharpe et bonnet en vue de se protéger du froid imminent. En règle générale, l'hiver avait toujours été la saison favorite de Louis. Ce n'était pas spécialement pour les fêtes de fin d'année, ni pour les réunions de famille qui prenaient place religieusement en cette période où tous les membres faisaient l'effort de peupler la maison de ses grands-parents Weasley – bien que naissait alors entre Bill et Fleur un certain combat à savoir que Fleur voulait partir pour la France et que Bill refusait de passer un Noël ailleurs qu'avec sa fratrie et ses parents - ; mais plutôt pour le changement de paysage. Louis aimait la neige, il aimait l'air glacial qui en paraissait plus pur, il aimait les étangs qui se transformaient en patinoires improvisées. Et en grandissant, il avait aussi appris à apprécier le fait que l'hiver marquait la fin d'une année comme le commencement d'une toute nouvelle. C'était toujours agréable d'avoir droit à un « nouveau départ » et de se dire qu'on peut tourner une page, d'avance un peu plus dans sa vie.

Sauf qu'en l'occurrence, l'hiver ne rendait pas Louis de très bonne humeur mais le rendait plutôt indifférent, voire le rendait d'humeur maussade, cette année. Il faut dire que depuis le début de l'année scolaire, il avait été servi en malchance. D'abord, Louise s'était mise à l'éviter comme s'il était un réel pestiféré et ainsi, il ignorait toujours pourquoi la jeune Londubat avait décidé de mettre un terme à leur relation du jour au lendemain. Autant dire que cette rupture le rangeait de l'intérieur : il ne parvenait ni à comprendre l'acte de son ex petite amie, ni à le digérer en soit. Il ne parvenait pas à faire une croix sur Louise. C'était probablement idiot, mais malgré que cela faisait environ six mois maintenant qu'ils n'étaient plus ensemble, Louis n'avait su passer à autre chose, à la chasser progressivement de ses pensées. Suite à cela, il y avait eu les quelques réactions peu encourageantes de la part de certains Poufsouffle qui avaient désapprouvé l'entrée de Louis dans l'équipe de Quidditch et avait crié au favoritisme de la part de Lucy qui se trouvait être sa cousine – bien qu'encore aujourd'hui, quelques élèves soutenaient que Louis et Lucy étaient jumeaux et non cousins. Comme s'ils ne pouvaient pas être continuellement sur la même longueur d'ondes sans être des mêmes parents. Puis, il y avait eu deux terribles disputes entre lui et Fred puis lui et Albus. Autant dire que les témoins de ces deux altercations avaient pu être choqués, dans le premier cas de la fureur de Louis, et dans le second de celle d'Albus. A l'heure actuelle, Louis et ses deux cousins étaient dans un froid aussi glacial que la température extérieur, si ce n'était plus. Et finalement, Sarah avait malencontreusement envoyé un cognard sur Louis et celui-ci s'était retrouvé avec un poignet en miettes. Donc, il se voyait handicapé en cours, sa main habile immobilisée, et proscrit de Quidditch le temps que tout se remette un minimum en place. En conclusion, il était un peu difficile pour le jeune Weasley de clamer que tout allait bien dans le meilleur des mondes pour l'instant dans sa vie. Et le pessimisme se propageant de manière mesquine en lui, il avait presque peur que sa phase de malchance se perpétue jusqu'à la nouvelle année. En tout cas, il s'était bien vite promis de ne plus se dire que ça ne pourrait pas plus mal aller, puisque l'univers s'était bien joué de lui en lui montrant qu'il pouvait lui réserver des mésaventures lui prouvant que oui, tout pouvait toujours s'empirer.

L'air piteux, Louis observa Lucy agiter sa baguette magique pour effectuer leur travail en commun. Oh, le Poufsouffle avait tenté à maintes reprises d'utiliser sa baguette magique avec sa main droite – étant gaucher -, mais ça avait toujours finit en explosion ou l'objet avait tout bonnement disparu et malgré toute la volonté du monde, impossible de retrouver ce qu'il avait fait disparaître. Alors tout reposait sur les épaules de la Capitaine de l'équipe de Quidditch. L'adolescent leva les yeux sur la paillasse voisine où Louise et un des jumeaux Scamander travaillaient ensemble, riant gaiement. Un léger soupire fila entre les lèvres du jeune Weasley alors que Lucy lui tendait un morceau de ce qu'il devait assembler pour leur cours d'enchantements. Le jeune homme le saisit sans piper mot et l'emboîta nonchalamment dans ce qu'ils – ou plutôt, Lucy – avaient déjà réalisé. Le mangemort qui leur servait de professeur jeta un œil mauvais à leur œuvre qui n'avait malheureusement pas une allure très fière sur le coup, mais bon, Lucy était déjà bien gentille de s'enquiquiner de l'estropié – ou danger public lorsqu'il se servait de sa baguette magique - que son cousin composait et composerait pour encore quelques jours. Suite à leur soirée très fortement alcoolisée, Lucy avait promis à Louis qu'elle ferait en sorte qu'il récupère Louise. Bon, le sixième année ne croyait pas spécialement aux miracles, et peut-être qu'avec l'énorme coup dans le nez que sa cousine avait eu à ce moment-là, Lucy ne se rappelait plus trop de sa promesse. Ou alors, elle s'en souvenait très bien, mais même avec toute la détermination du monde, Louis craignait que Louise lui filerait entre les doigts et qu'il n'avait plus qu'à se procurer un animal quelconque pour lui tenir compagnie lorsqu'il sortirait de Poudlard. « Le cours est terminé. Veuillez déposer votre travail sur mon bureau étiqueté de vos initiales. » Louis observa Lucy inscrire deux « L.W. » sur le bout de parchemin qu'il lui avait tendu et ne put s'empêcher de se dire que ça devait faire un peu schizophrénique comme inscription. En tout cas, heureusement que les deux jeunes Weasley s'étaient mis en équipe pour ce devoir car avec ce type de procédé, le mangemort se serait arraché les derniers cheveux garnissant son crâne pour se rappeler sur quoi avait travaillé Louis et sur quoi avait travaillé Lucy. Après que sa cousine ait déposé leur ouvrage, les deux cousins quittèrent la salle de classe en route vers les cuisines où ils prendraient leur déjeuner. Mais bien vite, l'adolescent se sentit tiré par une force invisible dans la foule dans la direction opposée que celle qu'empruntait sa meilleure amie.

« Loulou ! Tu fais quoi ce soir ? Non attends, ne me dis rien, efface tout ce que t'as pu noter dans ton agenda : ce soir je te kidnappe. » Le jeune homme haussa les sourcils alors que Blake lui laissait généreusement le temps d'assimiler ce qu'elle avait prononcé d'un débit sérieusement, presque humainement impossible tant qu'il était rapide. « Juyne et moi, on t'emmène dans un endroit secret. » Ouh là, après la notion de kidnapping, Louis commençait à se demander si l'univers ne lui envoyait pas une nouvelle crasse. « T'as pas le droit de dire non, Louis, tu nous connais, têtues comme nous sommes. » Oui, ça, c'était peu dire. Tenir tête à Juyne ou à Blake individuellement relevait de l'impossible – ou de la pure folie. Alors, aux deux réunies, autant se montrer docile dès le début pour en sortir indemne. De toute manière, on ne pouvait pas les contredire ni leur faire enlever une idée de la tête dès l'instant qu'elle s'était mise à germer dans leur esprit. « Mais t'en fais pas ça va être une tuerie ! » Ha oui, justement, c'est ce que Louis redoutait le plus : une « tuerie ». « Rendez-vous à 21h45 dans le hall, normalement les profs auront terminé leur ronde d'après couvre-feu. Ou du moins, ils seront dans les étages et la seule personne qui aura à craindre quelque chose c'est moi, mais j'ai l'habitude. » La jeune femme lui offrit un clin d'œil alors que Louis s'imaginait déjà les maintes escapades nocturnes qu'avaient pu effectuées la Gryffondor, experte en la matière. « Soit pas en retard ! De toute façon, t'as qu'à suivre Juyne quand tu la vois sortir, d'accord ? » Ça avait beau être une question, Louis n'eut pas le temps de répondre que Blake s'était déjà volatilisée. De toute façon, il était persuadé qu'il n'avait pas vraiment son mot à dire, dans tout ce plan... Par Merlin, le voilà embarqué pour une soirée d'apparence mémorable avec Juyne et Blake. Le garçon déglutit, chassant tous les scénarii catastrophes qui se dessinaient déjà dans sa tête et s'orienta vers les cuisines.

La journée de cours s'acheva et Louis descendit dans son dortoir pour se débarrasser de son uniforme scolaire. Auparavant, le sixième année se fichait bien de passer toute la journée dans son uniforme, mais depuis peu, il l'enlevait dès qu'il avait finit les cours. Sans doute cela venait du fait qu'il appréciait de moins en moins Poudlard en général et qu'il était impatient de quitter le collège de sorcellerie. Toutefois, rendu devant sa valise, le sixième année se rendit compte qu'il n'avait aucune idée d'où ses deux amies l'emporteraient et que le mot « kidnapping » en prenait réellement tout son sens. Dans le doute, le jeune homme enfila un pull-over par dessus son t-shirt. Bon, il n'avait désormais plus qu'à attendre l'heure de sa condamnation. « LOULOU ! » Louis sursauta légèrement alors que Juyne apparaissait devant lui alors qu'il rejoignait la salle commune des Poufsouffle et déposait un généreux baiser sur sa joue. Le jeune homme ne put s'empêcher de sourire sincèrement tandis que la poursuiveuse ajoutait : « Prêts à passer une soirée de folie ? » Le garçon grimaça légèrement, répliquant toutefois sur un ton avenant : « J'espère. » Son interlocutrice l'incita à se diriger vers la porte de sortie de la salle commune des Blaireaux et se stoppa derechef devant celle-ci, lui informant : « Dès qu'on aura passé la porte, il ne faut plus que je parle pour ne pas se faire chopper. Si jamais un mot sort de ma bouche, t'as droit de me frapper. Ok ? » Pour toute réponse, Louis sourit franchement à Juyne et poussait la porte, bien qu'en l'occurrence, jamais le jeune Weasley n'oserait frapper Juyne. Bien vite, les deux Poufsouffle en cavale se réfugièrent dans un coin en retrait du hall d'entrée et attendirent en silence l'arrivée de Blake. Toutefois, ce fut un miaulement qui attira leur attention avant tout, puis deux grands yeux bleus qui les scrutaient dans l'obscurité. « Merde, elle va nous faire repérer. » Instinctivement, Louis plaça son doigt contre sa bouche pour faire taire la septième année, bien qu'il se demanda pendant un moment si ses yeux étaient assez habitués à la noirceur pour avoir compris son geste. De toute évidence, oui car Juyne essayait désormais de chasser le chaton par de grands gestes, ce qui, pour être tout à fait honnête, faisait bien rire Louis intérieurement. L'adolescente finit par revenir vers lui puis lui gratifia un coup de coude en-dessous des côtes quand quelques pas provenant de l'escalier de marbre qui menait aux étages supérieurs se firent entendre. « Lumos » Le visage de la Gryffondor tant attendue apparut. « Juyne ! » Blake enlaça amicalement sa meilleure amie puis Louis et le trio enfin réunit se dirigea vers l'extérieur de Poudlard.

« Allez mon petit loup ! Tu vas voir ça va être génial. » En tout cas, Louis doutait qu'il aurait certainement de grandes difficultés à oublier ce qui se passerait dans les heures à venir. Le jeune Weasley n'était pas un fêtard dans l'âme, et il était extrêmement rare qu'il bafoue la moindre règle, alors sortir après le couvre-feu, autant dire qu'il l'avait fait que très peu de fois. La dernière fois remontait à lorsqu'il avait promit à Erin qu'ils enquêteraient sur leur professeur d'enchantements qui leur semblait plutôt douteux. Oui, Erin avait une certaine influence sur le Poufsouffle. Un peu comme Blake et Juyne, elle avait un certain pouvoir pour le « décoincer ». Et en fait, en y repensant, Louis remarqua qu'à chaque fois qu'il était sorti après le couvre-feu cette année, il avait finit avec un certain taux d'alcool dans le sang. En compagnie de Lucy comme avec celle d'Erin, ils avaient finit complètement ivres et autant dire que le retour à la Salle commune avait été extrêmement difficile (et le retour aux dortoirs alors impossible, si bien que Louis avait passé la fin de sa longue et mouvementée nuit près de la cheminée de la salle commune). Blake faufila son bras sous celui de ses deux acolytes et ils avancèrent promptement vers le saule cogneur. Le jeune homme fronça de nouveau les sourcils. « Je te laisse faire ? » Par Merlin, qu'est-ce qu'elles magouillaient ?! « Pas de problème ! » Juyne s'approcha précautionneusement vers l'arbre enragé et l'immobilisa du premier coup grâce à un sortilège. Puis, la septième année, visiblement experte, se dirigea vers une petite entrée et disparut. Blake poussa un Louis submergé de questions dans le chemin récemment emprunté par Juyne et le garçon s'élança pour une route de quelques minutes dans l'inconnu des plus totaux. « Attention à la tête » Louis épargna de justesse une grosse bosse pour front et remercia d'un ton jovial : « Merci. » Puis, la fin du tunnel se dessina et les deux élèves rejoignirent enfin leur amie dans ce qui semblait être une maison abandonnée depuis un bon moment maintenant. Les yeux du sixième année parcoururent l'ensemble de la pièce dans laquelle ils étaient puis un éclat apparut dans ses yeux, une petite idée du lieu dans lequel ils étaient venant d'apparaître dans son esprit. « Bienvenue dans la cabane hurlante ! » Louis sourit largement, voyant son hypothèse confirmée et vraiment enthousiaste à l'idée d'être dans un tel lieu. Admiratif, il ne put s'empêcher de prononcer un « Wah » alors que Blake se laissait tomber dans un fauteuil, un nuage de poussières l'entourant vivement. Puis la lionne interrogea : « Alors tu as ce que j'ai demandé ? » Louis avait commencé son petit tour dans le séjour et leva les yeux vers Juyne, se demandant bien ce que ses deux compères avaient prévu pour la suite. « Bien sûr ! J'ai usé de mon charme et j'ai obtenue quelques bouteilles. » Des... Bouteilles ? Est-ce que la petite idée qu'il avait du contenu de ces dites bouteilles reflétait la vérité ? « On va surement pas tout boire, quoique... » La Gryffondor éclata de rire tandis que Louis la rejoignait, ses yeux passant toujours d'un coin de la salle à un autre, comme s'il voulait retenir tout de la cabane hurlant. « J'ai aussi amené de quoi manger ! » En revanche, le sixième année avait beau être curieux, il était aussi un Weasley, et un Weasley de la même trompe que Lucy, s'il-vous-plaît. En conclusion, il était plutôt gourmand. Moins que Lucy – qui pouvait égaler la jeune femme à ce niveau ? - mais il se défendait plutôt bien au niveau de ce vice. Après tout, il était bien humain : il fallait bien qu'il en ait quelques uns. Un océan de friandises en tout genre dévala sur la couverture apportée par Juyne et Louis se laissa glisser du canapé au sol pour être au même niveau que sa collègue Poufsouffle. « Alors Louis, comment trouves-tu notre repère ultra-top-secret ? » Le jeune homme rit légèrement, répliquant : « C'est génial ! Vous venez ici depuis longtemps ? » Puis, il fronça les sourcils, ne pouvant refréner sa curiosité bien longtemps : « Comment vous avez trouvé le chemin jusqu'ici ? » Louis baissa les yeux sur le petit stock apporté par Juyne, l'air désolé. Avoir su, il aurait apporté sa contribution aussi. « C'est vraiment très sympa de m'avoir « kidnappé » en tout cas. » prononça-t-il néanmoins d'un ton aussi sincère qu'euphorique d'être là.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Mer 16 Mai - 11:39

La cabane hurlante n'était pas un endroit d'apparence accueillante. Elle ressemblait plutôt à une chaumière abandonnée et assez sale. Certaines pièces étaient pratiquement inaccessibles tant l'état de certaines lattes du plancher rendait ce dernier impraticable. Le salon était encore le meilleur endroit pour un séjour dans ce logis, bien qu'il fut très poussiéreux. Et remplis de toiles d'araignées ce qui aurait tôt fait de rebuter beaucoup de personnes, en réalité ça ne se voyait peut-être pas beaucoup mais Blake et Juyne avaient déjà plusieurs fois fait un peu de ménage dans la cabane. Ou du moins dans le salon qui avait déjà une apparence un peu plus décente, même si évidemment il n'était pas aussi propre que n'importe quelle salle de Poudlard. Mais un peu de saleté n'avait jamais fait peur à une Gryffondor de la trempe de Blake. Celle-ci, installée sur un fauteuil, avait les yeux levés vers sa meilleure amie, attendant la réponse à sa question. Juyne avait-elle été en mesure de leur ramener les boissons qu'elle avait demandé ? La jeune fille n'était pas certaine que c'était une chose tout à fait nécessaire, mais c'était toujours bien d'avoir quelque chose à boire sous la main et puis si jamais ils venaient à manquer d'activités ils pourraient toujours se changer les idées avec un bon verre d'alcool. C'était pas ce qu'il y avait de plus intelligent à faire, mais ça pourrait toujours les amuser. Un simple regard à la tenue de la Poufsouffle aurait dû lui faire penser que la réponse serait négative. En effet à part ses vêtements, Juyne ne portait qu'un petit sac en bandoulière beaucoup trop petit pour contenir autre chose qu'un rouge à lèvre et un miroir de poche. Il paraissait donc improbable qu'elle ai pu accomplir la tâche qu'elle lui avait donné. Mais Blake connaissait bien son amie et elle la savait capable de suffisamment d'ingéniosité pour avoir trouvé un moyen de prendre les bouteilles et de les cacher. Peut-être par exemple avait-elle trouvé un moyen de les réduire de manière à ce qu'elles tiennent dans une poche. Cela était d'autant plus probable que Blake savait Juyne bonne en sortilèges. Le sourire entendu de la Poufsouffle mit la lionne sur la bonne voie. « Bien sur ! J'ai usé de mon charme et j'ai obtenu quelques bouteilles. » Un sourire se dessina sur les lèvres de Blake en échos à celui de la septième année tandis qu'elle l'observait alors qu'elle tirait justement de son sac minuscule des couvertures et les dites bouteilles. Comment les avait-elle obtenues ? Peut-être bien grâce au charme dont elle était loin d'être dénuée, ou peut-être finalement qu'elle avait simplement pu aller à Près-au-lard et les acheter à un commerçant peu curieux. Quoiqu'il en soit l'essentiel était qu'elle avait remplit sa tâche avec brio. Elle s'était procuré ses courses et avait même trouvé un moyen de transport très ingénieux. Trois, quatre, cinq bouteilles de whisky-pur-feu furent posées sur le sol en bois du salon sous les yeux brillants de la Gryffondor. « On va surement pas tout boire, quoique... » Juyne éclata de rire et Blake devina qu'elle devait avoir un souvenir de circonstances dans lesquelles finir cinq bouteilles ou plus n'avait pas été un problème du tout. Forcément Juyne la fêtarde avait déjà fait l'expérience de telles cuites. Blake elle-même ne voyait pas où la difficulté de finir les bouteilles pourrait se trouver. La jeune fille se redressa sur son fauteuil pour épousseter ses longs cheveux ramenés en queue de cheval et avoir une meilleure vue sur Louis qui n'avait encore rien dit et qui se contentait de détailler la pièce des yeux comme pour tenter de s'en souvenir avant qu'elle ne disparaisse. Enfin...il avait bien dit un mot quand Blake avait précisé le nom du lieu où ils se trouvaient en lui souhaitant la bienvenue. Un simple « wah » c'était échappé de ses lèvres. Simple, mais néanmoins efficace, il résumait à peu près toutes les pensées qu'un nouveau venu pouvait avoir en mettant pied pour la première fois dans la cabane hurlante, lieu entouré de mystères. La découverte, qu'elle soit accompagnée d'un sentiment positif ou négatif, provoquait forcément un certain effet chez les jeune homme. « J'ai aussi amené de quoi manger ! » L'attention de Blake se reporta alors entièrement sur sa meilleure amie. Manger ? Elle avait bien entendu manger ? Venant de la bouche de Juyne et dans de telles circonstances ça voulait forcément dire une seule chose : friandises. Le ventre de la brunette se mit presque à gargouiller tant l'idée de dévorer une bonne patacitrouille lui faisait envie. La montagne de bonbons qui s'écoula du sac retourné de la Poufsouffle directement sur une couverture étalée à même le sol ne fit qu'attiser sa gourmandise. Ce n'était le vice le plus développé chez elle, mais comme toute adolescente qui se valait, elle adorait le sucre et vouait d'ailleurs une passion toute particulière aux fizwizbiz, bonbons sucrés et pétillants, absolument délicieux. Elle chercha des yeux dans le tas de friandises si par hasard Juyne en avait également acheté. Au bout de quelques secondes, elle crut reconnaître leur emballage caractéristique. « Tu gères ma Juju ! » Les yeux pleins d'étoiles elle quitta son fauteuil pour s'installer sur une couverture, un peu plus près de leur trésor. Blake n'attendit pas pour piocher dedans et attraper la friandise qu'elle voulait tant. Pas de fausse timidité entre amis. Si elle n'osait pas se servir dans une pile de bonbons appartenant à sa meilleurs amie alors dans celle de qui pourrait-elle le faire ? « Alors Louis, comment trouves-tu notre repère ultra-top-secret ? » Assise près de sa camarade, la lionne leva les yeux pour apercevoir la réaction du jeune Weasley. Était-il heureux qu'elles lui fassent découvrir l'endroit ou bien avait-il plutôt envie de partir ? Il était aussi possible qu'il ai peur, après tout il y avait encore beaucoup de rumeurs concernant cette cabane et certaines personnes y croyaient dur comme fer. Elle se détendit en l'entendant rire. «  C'est génial ! Vous venez ici depuis longtemps ? » Elle esquissa un sourire et jeta un coup d'œil amusé vers Juyne. Longtemps c'était le moins qu'on puisse dire en effet. Pratiquement depuis qu'elles se connaissaient. Et elles choisissaient la pire soirée de l'année pour les froussards pour s'y rendre, à savoir Halloween. Se raconter des histoires qui font peur à la lueur d'un lumos dans la cabane hurlante le soir de la fête des morts ça avait quand même de l'allure. Leur tradition originale était assez représentative des caractères des deux jeunes filles. Avant que Blake n'ai pu lui répondre, il fronça les sourcils et enchaîna comme s'il ne pouvait se retenir plus longtemps. «  Comment vous avez trouvé le chemin jusqu'ici ? » Ca c'était une bonne question. En même temps c'était Louis, elle l'avait toujours trouvé très pertinent celui-là. Disons que...eh bien Harry Potter avait raconté beaucoup de choses à ses enfants et Albus avait le don de retenir les plus intéressantes or la manière d'accéder à la cabane hurlante avait été une de ces choses. Il l'avait laissé échapper une fois au cours de leur deuxième année et Blake avait immédiatement voulu aller vérifier ces faits. Plus tard elle en avait parlé à Juyne et un trente-et-un octobre la tradition était née. «  C'est vraiment très sympa de m'avoir « kidnappé » en tout cas. » Le ravissement de Blake fut clairement visible sur son visage. Elle qui avait eut un peu peur que Louis ne soit pas très content d'être là, qu'il soit énervé d'avoir été traîné de force par les deux amies et qu'il n'apprécie pas d'entrer par effraction dans un lieu aussi controversé, était bien rassurée par ces propos qui sonnaient justes. De toute façon ce n'était pas le genre à mentir, si ? Ayant remarqué Louis n'avait pas encore pioché dans leur butin elle attrapa au hasard une chocogrenouille et la lui lança. En tant qu'attrapeur il ne pouvait décemment pas ne pas parvenir à l'attraper.

« Je dirais que ça doit faire maintenant...je sais pas cinq ans peut-être qu'on vient ? Pas forcément très souvent en fait...déjà à chaque fois on passe Halloween ici ensemble et sinon parfois quand on a le temps ça nous prend de venir faire un tour. C'est assez sympa et on est pratiquement sûr de ne jamais trouver personne. » Elle n'était pas réputée pour aimer la solitude ou le calme, mais bon même elle pouvait parfois avoir envie d'être seule avec une amie pour papoter de choses et d'autres. Et puis la cabane hurlante restait leur coin à elle, leur repère secret et il était logique qu'elle ne cherche pas à le partager. « Tu devrais parler plus souvent à Albus tu verrais qu'il a pas mal de tuyaux sur ce genre de choses. D'ailleurs j'ai récemment...» elle s'interrompit. Maintenant qu'elle y pensait peut-être que c'était ici qu'elle avait laissé son fameux bien. Oui ça lui revenait, elle en était presque sûre ! Mais où l'avait-elle mise ? Elle se releva brusquement et fonça vers une armoire au fond de la pièce qu'elle ouvrit rapidement. Avec précaution elle enleva une planche en bois qui dissimulait un deuxième fond et au bout d'une minute de fouille et de grommellement finit par extirper un vieux morceau de parchemin. Elle se releva et le brandit un air victorieux sur le visage. « Ah ! Je savais bien que je l'avais oubliée ici. » Elle la secoua pour la débarrasser de toute poussière et se rassit sur un bout de couverture. Elle ouvrit le parchemin devant elle, il était parfaitement vierge elle fit signe à Louis de l'observer. « Tu vois ça...bas c'est une carte très spéciale de Poudlard...elle te montre pas mal de passages secrets. Ton oncle Potter bas il en avait une à l'époque. C'était son père et ses amis qui l'avaient fabriquée et regarde c'est génial. » Elle sortit sa baguette et s'éclaircit la gorge. « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises. » Le parchemin encore vierge quelques instant auparavant s'anima soudain et une carte très précise du château se dessina alors. Des petits points noirs accompagnés de noms devinrent également visible. « Tu vois c'est trop cool, non seulement j'ai découvert des passages que je connaissais pas, mais en plus c'est super parce que tu peux tout de suite savoir si tu vas croiser un mangemort en patrouille au détour d'un couloir en rentrant d'une fête par exemple. » Ravie de pouvoir présenter sa trouvaille à quelqu'un de nouveau, elle resta quelques minutes silencieuses un sourire au lèvre. Oui on pouvait dire qu'elle avait eut beaucoup de chance de la trouver. Un certain Fletcher la lui avait vendu pour pas si cher que ça en plus dans un coin sombre de Pré-au-Lard. Elle ne s'était jamais demandé encore s'il ne se pouvait pas que ce soit l'originale, la carte des Maraudeurs dont le grand-père de son meilleur ami avait fait parti. En tous cas cette carte lui ressemblait en tout point. Inconsciemment elle chercha les points de Pete et Albus sur la carte et les trouva tous deux dans la salle commune. « Ca me fait plaisir de l'avoir retrouvée j'avais vraiment cru l'avoir perdu...c'est vraiment utile ce truc quand même. Imagine rien que pour revenir au château ce soir ! On a beaucoup moins de chance de se faire prendre comme ça...ce serait presque trop facile je dirais ! Bien sûr avoir une cape d'invisibilité en plus ça aiderait vachement aussi, mais on peut pas tout avoir. J'aurais dû la demander à Bubus cela dit...enfin je crois que James la lui a passé...» Il était peut-être temps qu'elle arrête de faire part de toutes ses pensées. Elle doutait que ses deux amis aient réussit à la suivre depuis le début. En plus elle changeait tout le temps de sujet...« Faut pas hésiter à me dire de me taire hein ? Enfin Juyne tu le sais je te le dis souvent, mais Loulou maintenant t'es au courant. Généralement la cabane a un effet assez étrange sur moi, ou peut-être que c'est le fait que ce soit le soir. En tous cas j'ai un plomb qui saute et je dis un peu tout et n'importe quoi. Bref je sais pas vous, mais moi je prendrais bien un petit verre. » Et sur ces mots elle se pencha en avant pour attraper une bouteille. C'est à ce moment là qu'elle eut une révélation. « Ah mince...y a pas de verre. Bon c'est pas bien grave, on fait ça à la bonne franquette ! Et puis de toute façon je comptais bien en boire au moins une toute seule ! » Elle décapsula d'un coup de baguette la bouteille et la porta à sa bouche. Elle la reposa près d'elle et s'installa un peu plus confortablement. « Donc je disais ouais c'est Albus qui m'avait parlé du passage un jour en deuxième année ! » Elle adressa un joli sourire à Louis. Voilà après avoir fait du hors sujet pendant au moins trois bonnes minutes, elle avait enfin répondu à la question posée. D'ailleurs dans sa précipitation pour retrouver sa carte elle n'avait pas pris le temps de finir sa phrase. Ni de mieux réfléchir au fait qu'en effet elle ne voyait pas souvent – voire même jamais – Albus et Louis ensemble alors qu'ils étaient quand même cousins. En y réfléchissant deux secondes elle croyait savoir qu'une histoire de balais et de Quidditch se cachait là-dessous. Et en y mettant un peu plus du sien elle parvient à se rappeler l'Éclair de feu brisé d'Albus. Il lui semblait bien que le blaireau avait quelque chose à voir là-dedans car c'était alors qu'il était justement dessus que le malheur était arrivé. Cette histoire était probablement à l'origine d'un froid entre les deux jeunes gens. C'était bien dommage, parce qu'elle était sûre que le Gryffondor aurait des tas de choses à apprendre à Louis et inversement. D'autant que c'était grâce à son meilleur ami, le jeune Potter qu'elle avait pu faire la connaissance du Weasley. Mais elle n'était pas là ce soir-là pour tenter de les rabibocher. Pourtant elle était douée pour ce genre de chose la preuve Pete et Albus étaient inséparables depuis qu'elle avait réussit à force de persévérance à les faire tenir tous les deux dans la même pièce sans que l'un ne casse le nez de l'autre. Mais elle n'était pas là ce soir-là pour tenter de rabibocher qui que ce soit, aussi elle décida d'oublier ça et piocha plutôt à nouveau dans la pile de friandises.

Spoiler:
 

__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Juynie Ҩ je suis un songe;
avatar


personal informations

► date d'inscription : 02/11/2010
► parchemins : 1664


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Sam 30 Juin - 23:54


Blake et Louis : on a qu'une seule vie.
❝ Ils étaient tous les trois installés dans le salon, ce qui si apparentait le plus du moins. Juyne était contente de retrouver la cabane hurlante, un lieu plein de souvenir, de fou rire et de frayeur. Cette fois ci, les deux meilleures amies étaient accompagnés de Louis, ce qui renforçait encore plus sa joie. Pour marquer le coup, elle avait été kidnapper quelques bouteilles dans un bar et ramener un tas de friandises. Il en restait surement de la dernière soirée Halloween, mais les rats et autres insectes avaient du y goûter. Juyne avait étendu une couverture et un gros tas de chocogrenouilles, pâtes à citrouille, réglisse,... était étalé. « Tu gères ma Juju ! » La concerné rigola et offrit un grand sourire à sa meilleure amie. Elle savait très bien que ça lui plairait, elle était aussi gourmande que la Poufsouffle. Et elle se doutait que Louis faisait parti de ce cercle, connaissant sa cousine. La jeune femme observa ses amis se rapprocher, irrévocablement attiré par ces friandises plus appétissantes les unes que les autres, ce qui étira encore plus le sourire de la jeune femme. Quand il fut près de lui, la jaune demanda au seul homme de la partie ce qu'il pensait de leur repère. « C'est génial ! Vous venez ici depuis longtemps ? » dit-il avec un petit rire que Juyne trouva adorable. La jeune femme échanga un regard entendu avec sa meilleure amie. Oh oui ! ça faisait longtemps qu'elles venaient ici, très longtemps même. Elle ne saurait dire exactement quand. Depuis qu'elle connaissait Blake en faite, mais elle avait l'impression qu'elle la connaissait depuis des années, des siècles,... alors que cela faisait seulement cinq années. Cinq années qui avaient passés à la vitesse de l'éclair, ponctuées de "cours" de danse, de fêtes, de ragots et surtout de soirées passées dans la cabane hurlante à se raconter des histoires plus effrayantes les unes que les autres. Aucune des deux ne purent lui répondre, Louis continua à parler, petit curieux qu'il était. « Comment vous avez trouvé le chemin jusqu'ici ? » Oh ça le mérite revenait à Blake ou plus précisément à Albus si ses souvenirs étaient bons. La rouge lui en avait parlé un jour et la grande aventurière qui sommeillait en Juyne avait voulu aller voir de plus près la cabane qui effrayait tant. Elle avait donc accompagné sa meilleure amie. Elles avaient trouvés cet endroit excellent qu'elles avaient décidés de venir ici au moins une fois par an : le jour d'Halloween. « C'est vraiment très sympa de m'avoir « kidnappé » en tout cas. » Cette remarque fut chaud au coeur et Juyne pu remarquer que c'était de même pour Blake. La poufsouffle se pencha vers son ami et lui fit un câlin. La jeune femme était très expressif. « On pourra le faire plus souvent alors ? » lui dit-elle avec un sourire entendu quand elle le libéra de son emprise. Elle se réinstalla à sa place. Elle vit du coin de l'oeil Blake prendre une chocogrenouille et la lancer à Louis. La jeune femme décida d'en faire de même et s'empara d'une pâte à citrouille. Elle mordit dedans à pleine dent. Elle savoura le sucre qui entra dans sa bouche comme si c'était la dernière fois qu'elle en mangeait. Mais elle savait très bien que sitôt terminé, elle en prendrait une autre.

Juyne tendait la main pour prendre une autre friandise quand sa meilleure amie prit la parole : « Je dirais que ça doit faire maintenant...je sais pas cinq ans peut-être qu'on vient ? Pas forcément très souvent en fait...déjà à chaque fois on passe Halloween ici ensemble et sinon parfois quand on a le temps ça nous prend de venir faire un tour. C'est assez sympa et on est pratiquement sûr de ne jamais trouver personne. » Juyne secoua la tête, approuvant ses paroles. Elle avait dans les mains un long fil de bonbon. Elle commença à jouer avec. « Le plus souvent, quand on est ici, on se raconte des histoires qui font.... PEUR ! » Elle avait crier pour le dernier mot. Elle l'avait même accentuer en passant ses mains au dessus de sa tête. Elle avait voulu les surprendre, enfin surtout Louis. Il ne devait pas être très à l'aise et elle avait voulu lui faire un peu peur. Elle rejeta sa tête en arrière, tout en rigolant. Elle était folle ce soir, comme d'habitude me dirait vous, mais là plus encore car elle était accompagnée de ses amis. Elle avait envie de se défouler. Quand le sérieux fut repris, Blake continua à expliquer à Louis comment elles avaient pris connaissance de ce lieu étrange et peu singulier. « Tu devrais parler plus souvent à Albus tu verrais qu'il a pas mal de tuyaux sur ce genre de choses. D'ailleurs j'ai récemment...» Juyne leva un sourcil quand la rouge s'interrompit. Que se passait-il ? Les deux Poufsouffles regardèrent Blake bondir sur ses pieds et s'activer dans la pièce à la recherche de quelque chose. Juyne se tourna vers le jeune homme l’interrogeant du regard. Ce dernier releva les épaules. Il ne savait pas non plus. Juyne porta son regard sur sa meilleure amie et l'observa soulever un bout du plancher. Elle fouillait depuis une bonne minute, quand elle ressortit sa main et montra, avec un sourire victorieux, un objet. Au premier abord Juyne l'aurait prit pour un morceau de papier, mais la mémoire lui revint. Elle se souvenait que Blake l'avait prévenue qu'elle avait perdu une carte. Et pas n'importe quelle carte, ça non ! Le petit Louis allait être surpris, comme elle l'avait été quand elle avait vu cette carte pour la première fois.« Tu devrais parler plus souvent à Albus tu verrais qu'il a pas mal de tuyaux sur ce genre de choses. D'ailleurs j'ai récemment...» Juyne se souvint que Blake lui avait précisé qu'ils s'étaient appelés les Maraudeurs. Ils étaient un groupe de quatre jeunes garçons, beaux, rebelles, fous,... La belle vie ! Juyne aurait tout donné pour vivre à leur époque. Tout ça avait l'air tellement... bien, magique. Contrairement à maintenant. La magie noire régnait sur leur monde, les empêchant de faire ce qu'ils veulent au grand désespoir de Juyne. Souvent, elle s'imaginait faire partis des Maraudeurs. Ça devait être drôlement bien ! Le jaune fut tiré de ses pensées par la voix de sa meilleure amie. « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises..» Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait ce spectacle, mais elle était tout le temps émerveillée. Le bout de parchemin, encore vierge il y a quelques minutes, s'anima devant leurs yeux. L'encre dessina précisément les différentes pièces du château, dans les moindres détails et sans oublier un seul coin. On voyait aussi des petits points bouger avec des noms au-dessus. Juyne repéra en un seul coup d'oeil où se trouvait Jaycee ou encore Némo. « Tu vois c'est trop cool, non seulement j'ai découvert des passages que je connaissais pas, mais en plus c'est super parce que tu peux tout de suite savoir si tu vas croiser un mangemort en patrouille au détour d'un couloir en rentrant d'une fête par exemple.» Oh oui ! Cette carte leur avait plusieurs fois sauvé la vie. Un silence régna dans le salon pendant quelques secondes. Les jeunes femmes laissèrent le temps à Louis de découvrir cet objet. La jeune femme l'observa quelques secondes, puis baissa le regard vers la carte. Puis Blake continue à parler. « Ca me fait plaisir de l'avoir retrouvée j'avais vraiment cru l'avoir perdu...c'est vraiment utile ce truc quand même. Imagine rien que pour revenir au château ce soir ! On a beaucoup moins de chance de se faire prendre comme ça...ce serait presque trop facile je dirais ! Bien sûr avoir une cape d'invisibilité en plus ça aiderait vachement aussi, mais on peut pas tout avoir. J'aurais dû la demander à Bubus cela dit...enfin je crois que James la lui a passé....» Juyne sourit. Sa meilleure amie était une vraie pipelette. Elle avait parler tellement vite qu'elle n'avait pas compris toutes ses paroles. En faite, Juyne était attirée par les bouteilles depuis quelques secondes. Elle n'était pas une alcoolique, oh non ! mais elle aimait s'amuser ! Surtout avec quelques verres dans l'estomac. Elle allait leur proposer de se servir quand Blake repris la parole.« Faut pas hésiter à me dire de me taire hein ? Enfin Juyne tu le sais je te le dis souvent, mais Loulou maintenant t'es au courant. Généralement la cabane a un effet assez étrange sur moi, ou peut-être que c'est le fait que ce soit le soir. En tous cas j'ai un plomb qui saute et je dis un peu tout et n'importe quoi. Bref je sais pas vous, mais moi je prendrais bien un petit verre. » Juyne rigola franchement. « Si tu m'avais laissé en placer une, on aurait déjà un verre dans la main ! On aurait du lui mettre une chocogrenouille dans la bouche ! » finit-elle en se tournant vers Louis, avec un grand sourire. Puis elle reporta son attention sur sa meilleure amie. Elle lui tira la langue (oui, une vrai gamine.). Blake savait qu'elle plaisantait et elle continua donc à parler : « Ah mince...y a pas de verre. Bon c'est pas bien grave, on fait ça à la bonne franquette ! Et puis de toute façon je comptais bien en boire au moins une toute seule ! » La rouge venait de s'emparer d'une bouteille quand elle remarqua ce détail. Juyne sourit à sa dernière remarque, elle avait prévu le coup. Elle se pencha elle aussi et prit deux bouteilles. Elle les décapsula et en tendit une à son ami Poufsouffle. Quand il l'eut dans les mains, Juyne trinqua avec ses deux amis et bu une gorgée, puis une deuxième. « Donc je disais ouais c'est Albus qui m'avait parlé du passage un jour en deuxième année ! » « on lui doit une fière chandelle à Albus ! » commença-t-elle. « Trinquons pour lui ! » La Poufsouffle leva sa bièreaubeurre, suivit par les deux autres. « Pour Al'. A celui qui nous a montré cet endroit exceptionnel ! » Après quoi, elle bu longuement. Elle se redressa et s'installa sur le canapé. Elle passa la main dans ses cheveux. Gentiment, elle poussa Louis du pied pour qu'il se tourne vers elle. Avec sa tête, elle lui montra le tas de friandises et elle formula un "s'il te plait" silencieux avec ses lèvres. Louis lui tendit alors un réglisse et en remerciement Juyne lui offrit son plus grand sourire.

Ils discutaient gaiement. Juyne sortait des blagues en tout genre, faisait des mimes,... La jaune était en pleine imitation quand elle entendit une porte grincer. Elle resta bloquer dans sa position. C'est à dire les bras arrondis à coté de son torse. A ce moment précis, elle ressemblait à un singe. Elle tendit l'oreille, essayant de percevoir un autre bruit. Tout était silencieux, cela devait surement être un coup de vent. Elle lança un regard vers ses amis, puis haussa les épaules. Elle continua à faire rire ses amis. Elle était lancée et elle ne s'arrêterait pas. L'alcool qu'elle avait bu lui montait déjà à la tête, du moins un peu, mais elle était encore lucide. Légèrement fatiguée, elle se laissa tomber sur un des fauteuils après quelques minutes. Ils continuèrent à discuter de tout et de rien. Tout d'un coup, un bruit sourd retentit : BOOOUM ! Juyne sauta sur ses pieds. Tout le monde avait été surpris. Que se passait-il ? Il y avait quelqu'un dans la maison à part eux ? Tout ce qu'elle savait, c'est que le bruit venait de l'étage. « Y a quelqu'un en haut ! Y a quelqu'un en haut ! » dit-elle paniquée. Elle avait les yeux grands ouverts. Un tas de questions se bousculait dans sa tête. Elle faisait les cent pas, quand quelque chose lui faisait peur (même une petite araignée) elle ne pouvait pas rester immobile. Elle chuchotait "Y a quelqu'un en haut". La Poufsouffle entendait ses amis la rassurer, elle se détendit un peu. C'était surement son imagination qui lui jouait des tours. Elle se rassit donc près de Blake. Elle sentit les bras chaleureux de Blake entourer ses épaules. La jeune femme lui sourit, montrant qu'elle avait reprit son calme. Ils reprirent leur discussion comme si ce petit incident n'avait jamais existé. Mais quelques minutes plus tard, ce même bruit retentit encore une fois. Juyne serra, pas très fort, le bras de Blake qui se trouvait près d'elle. « Vous avez entendu là ? » Sans attendre de réponse, la jeune Wells se remit debout et marcha en direction du hall. Elle se rapprocha de l'escalier et leva les yeux vers le premier étage. Elle monta les marches une à une, s'arrêtant toutes les deux-trois marches tout en tendant l'oreille. Au bout de quelques secondes, elle fut enfin arriver à destination. Le premier étage était moins accueillant que le salon. Juyne devait faire attention à où mettre ses pieds. Des trous parsemaient le plancher et un pas de travers pouvait lui faire traverser le plafond et atterrir dans le salon. Pas sûre que le canapé puisse la rattraper. Elle continua à explorer l'étage. La jeune femme rentra dans une des chambres. Cette dernière était équipée d'un lit, d'une armoire, d'une petite table et de bibelots en tout genre, mais tous ses objets étaient renversés. La chambre était donc dans un désordre épouvantable. La jaune plissait les yeux, seulement quelques rayons de la lune passant par les volets troués éclairaient la pièce. Soudain quelques choses bougea. Elle aperçut une grande ombre. « Aaaaah ! » Elle entendit ses amis arrivés en trombe. Quand ils arrivèrent près d'elle, Juyne se réfugia derrière Blake. Quelque chose bougea encore près de l'armoire renversée. « Vous avez vu, y a quelque chose ou quelqu'un là-bas ! » dit-elle en pointant le doigt. Louis se dirigea vers l'armoire. Juyne se positionna à coté de Blake, la main sur sa baguette magique. Louis s'accroupit et regarda derrière le meuble. Il tendit la main et la jeune femme retint son souffle. Quelques secondes plus tard, il se redressa avec un petit sourire moqueur. Il s'avança vers ses amis. « Juyne, ne me dit pas que tu as peur d'un rat. » Il tendit la main vers elles. Celle-ci se refermait sur un rat. Juyne fronça les sourcils. « Si ça se trouve, c'est un animagus. Moi j'ai vu une grande ombre et pas celle d'un rat. » « L'alcool te monte déjà à la tête Juyne ? » Blake lui lança un sourire. Juyne n'était pas folle, elle avait bien entendu des pas. ❞ © code de CJ.POMME'


Spoiler:
 

__________


- SOYONS EXTRAORDINAIRES ENSEMBLE, PLUTÔT QU'ORDINAIRES SÉPARÉMENT. -
“ Et moi qui croyait que j'étais pas comme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jure, que tout ça c'est du passé. Alors d'accord on tire un trait, on r'commence à s'apprivoiser. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Mar 31 Juil - 9:30





« C'est vraiment très sympa de m'avoir « kidnappé » en tout cas. » Un sourire sincère étira les lèvres du garçon qui ne pouvait néanmoins pas s'empêcher de regarder partout. Ce lieu l'intriguait, et bien entendu, il était également chargé d'histoire. Ce n'était pas tant la peur qui le rendait si agité – après tout, la Cabane Hurlante avait aussi une réputation à glacer le sang -, non étonnement, ça ne lui procurait aucun frisson d'être ici. C'était purement la curiosité, il pouvait être pire qu'un gamin le matin de Noël en ce moment-même. « On pourra le faire plus souvent alors ? » Un large sourire apparut sur le visage du Poufsouffle à cette idée. Il était plus qu'enthousiaste devant la proposition de Juyne, à laquelle il acquiesça d'ailleurs vivement. « C'est pas moi qui risque de dire non. » finit-il par ajouter, alors que Blake répondait à son interrogation quant à leur trouvaille de ce lieu entre autres : « Je dirais que ça doit faire maintenant...je sais pas cinq ans peut-être qu'on vient ? Pas forcément très souvent en fait...déjà à chaque fois on passe Halloween ici ensemble et sinon parfois quand on a le temps ça nous prend de venir faire un tour. C'est assez sympa et on est pratiquement sûr de ne jamais trouver personne. » Le sourire de Louis s'élargit une nouvelle fois encore. Elles étaient donc des habituées de la cabane ! Et manifestement, quelques petites fêtes s'y déroulaient. Comme ce qui pouvait s'augurer se passer aujourd'hui, d'ailleurs. « Le plus souvent, quand on est ici, on se raconte des histoires qui font.... PEUR ! » Louis ne put s'empêcher d'éclater de rire devant la grimace que lui faisait Juyne, qui l'accompagna d'ailleurs bientôt dans son rire. « Tu devrais parler plus souvent à Albus tu verrais qu'il a pas mal de tuyaux sur ce genre de choses. D'ailleurs j'ai récemment...» Le sourire du jeune homme se transforma en un rictus désolé. Albus ne lui parlait plus depuis des mois maintenant, et pour être tout à fait sincère, autant ils avaient pu être proches avant Poudlard, autant lorsqu'ils étaient entrés au château, les deux cousins s'étaient un peu « perdus de vue ». En fait, plus le temps se déroulait, plus leur relation s'envenimait, se détériorait. Pourtant, le jeune Weasley avait tout fait pour se faire pardonner auprès du Gryffondor. Le motif de la colère de ce dernier consistait en le fait que Louis avait cassé son balai et cela sans le faire exprès, bien sûr. Louis avait placé toute son énergie à le réparer, et bien que désormais, l'Éclair de Feu était comme neuf, la colère d'Albus n'avait en aucun cas diminuée, au plus grand désarroi du Poufsouffle. Il avait effectué tout ce qu'il avait en son pouvoir, mais le jeune Potter était têtu, déterminé à continuer de lui faire la tête, courroucé pour un bon moment apparemment... Louis sortit de sa tristesse passagère lorsque Blake se releva brusquement, s'orientant vers une vieille armoire présente dans la pièce où ils s'étaient installés. Elle fouilla quelques instants puis sortit un large morceau de parchemin qu'elle étala devant Juyne et Louis. L'adolescent posa ses yeux sur le parchemin vierge, alors que Blake déclarait : « Tu vois ça...bas c'est une carte très spéciale de Poudlard...elle te montre pas mal de passages secrets. Ton oncle Potter bas il en avait une à l'époque. C'était son père et ses amis qui l'avaient fabriquée et regarde c'est génial. » L'attrapeur fronça légèrement les sourcils. Cette histoire lui disait bien quelque chose, il avait certainement dû en entendre parler lors des grandes réunions familiales qui prenaient place chez les Weasley quelques fois par année. « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises. » Blake tapota de l'extrémité de sa baguette magique le parchemin sur lequel se dessina progressivement les différents couloirs et passages secrets de leur collège de sorcellerie. Puis, de petits points noirs apparurent, parsemant les couloirs, salles de classes, et autres lieux inscrits sur le parchemin, suivis du nom des élèves qu'ils représentaient. « Tu vois c'est trop cool, non seulement j'ai découvert des passages que je connaissais pas, mais en plus c'est super parce que tu peux tout de suite savoir si tu vas croiser un mangemort en patrouille au détour d'un couloir en rentrant d'une fête par exemple. » Admiratif, un sourire bienheureux sur les lèvres, Louis contempla la carte en silence. Il aperçut quelques noms qu'il connaissait, puis un mangemort bifurquer après un croisement. Il chercha des yeux les différentes salles communes, puis quelques passages que lui-même connaissait grâce en grande partie à Fred. Il finit par prononcer, ne décollant néanmoins pas ses yeux de la carte mouvante. « Vraiment super. » Il leva finalement les yeux vers Blake qui continuait : « Ça me fait plaisir de l'avoir retrouvée j'avais vraiment cru l'avoir perdue...c'est vraiment utile ce truc quand même. Imagine rien que pour revenir au château ce soir ! On a beaucoup moins de chance de se faire prendre comme ça...ce serait presque trop facile je dirais ! Bien sûr avoir une cape d'invisibilité en plus ça aiderait vachement aussi, mais on peut pas tout avoir. J'aurais dû la demander à Bubus cela dit...enfin je crois que James la lui a passé...» Louis sourit, répliquant : « Aucune idée pour James. » Contrairement à Albus, Louis était plutôt proche de James. En fait, Albus composait la seule personne de sa famille qui ne parlait pas à Louis. Même Roxanne tolérait son cousin mi-français. « Mais c'est sûr que c'est vachement pratique. Vous pouvez prévoir toutes sortes de coups avec ça en main... » Il sourit, l'air malicieux. Louis avait beau être un élève studieux et respectueux du règlement, il ne fallait pas oublier qu'il en restait un Weasley et qu'il n'avait pas été épargné par le trait apparemment génétique d'avoir des idées de blagues et crapuleries en tout genre à profusion. Il jeta un coup d’œil à Juyne et pensa que même pour les Résistants, ça pouvait être un atout non négligeable. Il attira de nouveau son regard sur la Gryffondor et lui conseilla : « Haha, si Fred voyait ce que tu avais, je crois qu'il serait vert de jalousie... Enfin, ce serait pas le seul non plus après. » Il sourit, amusé en imaginant la tête envieuse que pourrait bien avoir Fred. Il demanderait assurément à Blake s'il pouvait la lui emprunter et préparerait toutes sortes de coups d'état qu'il chercherait à mettre en exécution, accompagné ou seul. « Faut pas hésiter à me dire de me taire hein ? Enfin Juyne tu le sais je te le dis souvent, mais Loulou maintenant t'es au courant. Généralement la cabane a un effet assez étrange sur moi, ou peut-être que c'est le fait que ce soit le soir. En tous cas j'ai un plomb qui saute et je dis un peu tout et n'importe quoi. Bref je sais pas vous, mais moi je prendrais bien un petit verre. » Louis eut un léger rire, apercevant Blake saisir une des bouteilles apportées par Juyne, qui déclarait : « Si tu m'avais laissé en placer une, on aurait déjà un verre dans la main ! On aurait du lui mettre une chocogrenouille dans la bouche ! » Le garçon sourit à cette idée, remarquant que Blake semblait chercher quelque chose au sol. « Ah mince...y a pas de verre. Bon c'est pas bien grave, on fait ça à la bonne franquette ! Et puis de toute façon je comptais bien en boire au moins une toute seule ! » Trois bouteilles furent décapsulées. Juyne en tendit une à Louis qui la saisit, la remerciant au passage. « Donc je disais ouais c'est Albus qui m'avait parlé du passage un jour en deuxième année ! » « On lui doit une fière chandelle à Albus ! Trinquons pour lui ! » Le trio levèrent leur verre, trinquons. « Pour Al'. A celui qui nous a montré cet endroit exceptionnel ! » « Et santé ! » souhaita machinalement Louis alors que le verre des bouteilles de bièraubeurre résonnait en réponse à leur jovial impact.

La soirée allait bon train, l'ambiance tirant de plus en plus à la rigolade. Les fous rires n'étaient pas chose rare entre les trois apprentis sorciers et bientôt les bouteilles ainsi que les emballages de bonbons vides se succédèrent, jonchant désormais le sol du salon. Juyne s'était levée depuis plusieurs minutes, racontant énergiquement une blague à ses deux amis qui l'écoutaient, bon public. Elle accompagnait chaque scène avec une interprétation physique des termes qu'elle prononçait ce qui rendait la plaisanterie encore plus hilarante. Les conversations continuèrent ensuite bon train, jusqu'à ce qu'un gros « boom » fit sursauter les trois élèves. « Y a quelqu'un en haut ! Y a quelqu'un en haut ! » Sans doute à cause de l'alcool, Louis ne put s'empêcher de réprimer un léger rire devant la panique que représentait Juyne. D'accord, ce n'était pas drôle qu'elle ait peur, mais Louis ne prenait pas les faits au sérieux et son sang était bien trop alcoolisé pour qu'il ne prenne pas la majorité des choses à la rigolade ainsi qu'à la légère. Finalement, alors que la Poufsouffle répétait ses derniers mots dans un murmure, le Weasley finit par prononcer : « Mais s'il y avait quelqu'un en haut, on l'aurait vu passer, non ? Ou il serait venu nous rejoindre y'a des heures... » Il posa sa main sur l'épaule de Juyne comme pour la rassurer. Apparemment, ses mots eurent un effet bénéfique sur la septième année puisqu'elle s'installa de nouveau à côté de sa meilleure amie, l'air davantage décontractée. Toutefois, quelques minutes plus tard, un nouveau bruit retentit. « Vous avez entendu là ? » La jeune Wells s'était relevée et se dirigeait vers le hall. Puis, elle gravit les marches qui la conduisirent à l'étage supérieure suivie de près par Blake et Louis. Ils finirent par pénétrer dans une pièce sens dessus dessous. Une tornade s'y serait déroulée ça n'aurait certainement pas été pire. Louis écarquilla les yeux, il y avait même des objets brisés sur le plancher déjà des plus abîmés. Tandis que Juyne s'avançait dans la salle, Louis ne put s'empêcher de l'avertir : « Fais attention au plancher, il n'a pas l'air très solide. » En effet, l'adolescent avait à peine posé son pied sur une des lattes pour rejoindre Juyne qu'un craquement peu rassurant se fit entendre. Il se stoppa net, puis effectua un mouvement latéral vers une planche d'apparence plus solide. Louis leva les yeux vers la fenêtre d'où seulement quelques filets de lumière provenant du clair de lune parvenaient à se faufiler et tira sa baguette magique de la poche de son pantalon, lançant un « Lumos » suivi d'un « Incendio » à l'adresse d'un lampe halogène pendue au mur. Ils ne se voyaient pas spécialement complètement, mais c'était déjà ça de gagné. « Aaaaah ! » Louis sursauta, manquant de passer par-dessus un des pieds du lit. Blake passa devant lui, accourant vers Juyne et le jeune homme parvint à l'imiter, se dégageant le pied de barreaux d'origine inconnue, non sans difficultés néanmoins. « Vous avez vu, y a quelque chose ou quelqu'un là-bas ! » Louis fronça les sourcils, regardant dans la direction que pointait la Poufsouffle apeurée. Dans un courage exemplaire - enfin, tout était relatif dans cet état -, l'adolescent décida de s'aventurer derrière le meuble où la septième année craignait que s'y cachait quelque chose ou quelqu'un et le poussa légèrement, de manière à apercevoir un rat grisâtre. Il le saisit par la queue promptement, avant que celui-ci n'ait le temps de se dérober, mettant ses talents d'attrapeur à exécution, et immobilisa le rat entre sa main et son torse sans pour autant lui faire du mal. Il se releva, se tourna vers les deux filles, un sourire narquois étirant ses lèvres. « Juyne, ne me dit pas que tu as peur d'un rat. » Il montra à ses interlocutrices le dit rat. « Si ça se trouve, c'est un animagus. Moi j'ai vu une grande ombre et pas celle d'un rat. » « L'alcool te monte déjà à la tête Juyne ? » « Et puis, il n'y a pas assez de lumière pour qu'il y ait de l'ombre. C'est peut-être l'un d'entre nous que tu as vu ? » Louis déposa délicatement le rongeur sur le sol qui se précipita vers les deux filles puis dans une autre salle. Il eut un léger rire lorsqu'il les vit sursauter, avant de répliquer sincèrement : « Pardon, c'était pas volontaire. » Il rangea sa baguette dans la poche de son blouson puis raconta, se remémorant d'une vieille histoire que lui avait raconté sa tante Hermione des années auparavant. « Blake, avant tu me parlais de mon oncle James. Mais tu sais qu'un de ses anciens amis était animagus et justement, il pouvait se transformer en rat. » Il s'avança précautionneusement des deux jeunes filles, continuant son récit. « Il les a trahit, les menant à leur mort. Mais vous connaissez peut-être déjà l'histoire. Et le père d'Albus et ses amis ont coincé l'animagi ici, dans la Cabane hurlante. » Laissant planer un silence assez lourd, il imita la grimace que Juyne lui avait fait en lui clamant qu'elles s'amusaient à l'Halloween en se faisant peur en raconter des histoires d'épouvantes et ne put se retenir de se prendre au jeu, criant un : « BOUH ! » qui fit une nouvelle fois sursauter les apprentis sorcières. Louis ne put s'empêcher d'avoir un léger rire avant de les rassurer, évitant de recevoir des coups de poing vengeurs de la part de ses deux amies : « Bah quoi ! Je pensais que vous aimiez vous faire peur en racontant des histoires ici ! Je veux juste pas rompre votre tradition ! » Un nouveau grand bruit se fit entendre, puis du verre sembla se casser sur le sol. Louis croisa le regard effrayé de ses deux interlocutrices et s'innocenta : « Là, je jure, c'était pas moi ! » Il se retint d'ajouter qu'il doutait qu'un vieux rat ait pu faire de tels dégâts également. Peut-être que la bête qui avait mis la chambre dans une pagaille monstre était toujours dans la cabane ? Louis sortit de nouveau sa baguette magique, murmura un « Lumos » et s'aventura vers le couloir. « Y'a peut-être d'autres animaux qui vivent ici. Comme des chiens égarés qui ont prit la maison pour refuge ? Ou alors, quelqu'un qui veut nous rejoindre ? » Il lança un regard suspicieux à Juyne et Blake. Elles pouvaient être assez taquines, peut-être avaient-elles décidées de lui jouer un tour ? Cependant, à leur tête, ça ne semblait pas être le cas. Ou alors, elles composaient d'excellentes comédiennes. Il grimaça et formula un « Homenum Revelio. » Le sortilège se répercuta contre plusieurs murs puis se faufila dans une autre pièce de la maison. Louis lança un regard interrogateur aux deux jeunes femmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Mar 7 Aoû - 13:16

« On lui doit une fière chandelle à Albus ! Trinquons pour lui ! » Blake hocha vivement la tête tout à fait d'accord et leva sa bouteille pour trinquer avec les autres. « Pour Al'. A celui qui nous a montré cet endroit exceptionnel ! » « Et santé ! » Trouvant que les autres avaient tout bien dit, elle n'ajouta rien et fit rencontrer à sa bièraubeurre le verre de celles de ses amis avant d'en avaler une longue gorgée. À force de parler elle avait soif maintenant. Ils rirent beaucoup, burent pas mal et mangèrent un peu. Plus la soirée allait et plus la jeune fille était contente d'avoir eu son idée. Rien de tel qu'une bonne escapade dans un endroit pareil avec les bonnes personnes pour s'amuser. Juyne leur racontait une blague et gigotait dans tous les sens comme pour expliquer physiquement chacun de ses propos. Blake hoquetait de rire en l'écoutant, pensant aussi à ce qu'elle pourrait leur raconter après. Ils discutèrent avec bonne humeur et elle fut heureuse de constater que Louis n'était pas en reste. « Y a quelqu'un en haut ! Y a quelqu'un en haut ! » Trop obnubilée par ce qu'ils disaient, la Gryffondor n'avait rien entendu du tout aussi, elle fronça les sourcils et plissa les yeux scrutant le visage de sa meilleure amie. Peut-être qu'elle se moquait d'eux. Juyne lui parut toutefois sérieuse et Blake dont la lucidité n'était à ce moment-là pas parfaite commença à douter et à s'inquiéter un peu. En voyant Louis rigoler, elle se calma. Si Louis riait alors forcément y avait aucun soucis. « Mais s'il y avait quelqu'un en haut, on l'aurait vu passer, non ? Ou il serait venu nous rejoindre y'a des heures... » Elle secoua la tête de haut en bas, c'était vachement logique comme explication. Il avait souvent raison le Weasley mine de rien. Elle offrit un sourire rassurant à la Poufsouffle qui revint se poser près d'elle, plus calme. Comme pour lui montrer que de toute façon elle n'avait rien à craindre, Blake entoura les épaules de la septième année de son bras. Elle put sentir que son amie s'était calmée. La conversation reprit, mais plus tard un bruit retentit, bruit que cette fois la brunette entendit. La sixième année sentit une légère pression sur son bras. Évidemment. Si elle avait entendu, Juyne aussi. « Vous avez entendu là ? » Juyne ne les laissa même pas répondre, elle se leva immédiatement et fila vers le hall. Sans hésiter Blake la suivit et monta les escaliers à sa suite. Elles ne s'étaient jamais trop aventurées vers l'étage car elles savaient que ce n'était pas un endroit très sûr ni très propre. Même l'esprit embrumé par l'alcool Blake fit attention aux lattes du plancher sur lesquelles elle marchait afin de ne pas s'enfoncer dans un trou, ou, pire, tomber. Elle ne savait pas trop où son amie les emmenait comme ça et elle ne trouvait pas que ce soit une très bonne idée. « Tu comptes aller encore loin? » Finalement ils pénétrèrent dans une chambre dans un état assez déplorable. Pourtant c'était une chambre, aucun doute là-dessus, puisqu'il y avait un lit entre autres meubles. « Fais attention au plancher, il n'a pas l'air très solide. » Cette phrase destinée à Juyne, Blake la prit pour elle. D'abord trop occupée à détailler des yeux la pièce et son désordre comparable à nul autre, elle avait cessé de prêter attention à ses pieds et où elle les mettait. Une vague lumière émergea d'une lampe pendue au mur et son apparition fit sursauter la jeune fille. Elle leva les yeux vers Louis et, sa baguette sortit lui fit savoir qu'il était bien à l'origine de cet éclairage surprise. C'était pas du tout une mauvaise idée, mais Blake n'y avait pas pensé. Elle avait à peine remarqué l'obscurité, ou plutôt, ça ne l'avait pas dérangé plus que cela. « Aaaaah ! » Si la Gryffondor eut d'abord un mouvement de recul suite à la surprise, elle s'élança sans faire plus attention que cela au plancher pour rejoindre - et éventuellement porter secours - à sa meilleure amie. Elle dépassa Louis, sans remarquer qu'il était coincé. Juyne pointait le doigt vers l'armoire au fond de la pièce. « Vous avez vu, y a quelque chose ou quelqu'un là-bas ! » Les mains sur les hanches, Blake pencha la tête de côté. Elle n'avait rien vu et ne voyais d'ailleurs toujours rien. Mais elle croyait Juyne sur parole, il devait y avoir quelque chose. Louis qui les avait rejointe décida courageusement d'aller voir de lui-même derrière le meuble si quelque chose s'y cachait. Il le poussa se pencha pour saisir quelque chose et se tourna vers elle. « Juyne, ne me dit pas que tu as peur d'un rat. » L'opinion que Blake avait de ses petites bêtes était disons..mitigé. Elle n'en avait pas peur et ne les haïssait pas, mais elle n'en était pas fan non plus. Plus jeune elle avait toujours voulu un chat, ça voulait bien dire ce que ça voulait dire. Il leur présenta l'animal et Blake fit de son mieux pour ne pas avoir l'air trop dégoûtée. « Si ça se trouve, c'est un animagus. Moi j'ai vu une grande ombre et pas celle d'un rat. » Bon, il y avait bel et bien eut un bruit et ils en avaient trouvé la source, il fallait s'arrêter là. Si ils laissaient la paranoïa s'installer, ils n'étaient pas sortit de l'auberge. « L'alcool te monte déjà à la tête Juyne ? » se moqua-t-elle gentiment. « Et puis, il n'y a pas assez de lumière pour qu'il y ait de l'ombre. C'est peut-être l'un d'entre nous que tu as vu ? » « Ouais c'est peut-être l'un de nous. » répéta Blake l'air convaincue. Elle observa Louis déposer le rat par terre et en le voyant filer vers elle et Juyne, recula et leva le pied pour éviter à tout prix de le toucher. Son ami rit légèrement et elle le fusilla du regard. « Pardon, c'était pas volontaire. » Elle fit la moue, moyennement convaincue. « Blake, avant tu me parlais de mon oncle James. Mais tu sais qu'un de ses anciens amis était animagus et justement, il pouvait se transformer en rat. » C'était peut-être l'alcool qu'elle avait dans les veines qui était responsable, mais elle ne voyait pas du tout où il voulait en venir avec son histoire. Et puis franchement, bonjour le changement de sujet! Il s'avança vers elle et la jeune fille était prête à partir puisqu'ils avaient vu ce pour quoi ils étaient venus. « Il les a trahit, les menant à leur mort. Mais vous connaissez peut-être déjà l'histoire. Et le père d'Albus et ses amis ont coincé l'animagi ici, dans la Cabane hurlante. » Blake écarquilla les yeux. Donc, ce rat c'était le fantôme du traître? Oui c'était sûr que c'était ça qu'il voulait dire, la maison était hantée!...par un rat. Ca avait moins d'allure que les histoires que les gens racontaient sur la cabane, mais ça se tenait. « BOUH ! » Comme Juyne Blake sursauta, cette fois tellement fort que ses pieds décollèrent même du sol. Une moue vengeresse s'afficha sur son visage à mesure qu'elle comprenait la portée de ce simple mot. Il les avait bien eues! Et le voilà qui riait en plus de tout. « Bah quoi ! Je pensais que vous aimiez vous faire peur en racontant des histoires ici ! Je veux juste pas rompre votre tradition ! » Ca c'était pas faux. Blake décoléra en un clin d'œil. « Bien joué Weasley! Tu fais maintenant officiellement partie de notre club super privé. » Elle voulu s'avancer pour lui taper dans la main, mais un bruit plus fort capta son attention. Elle entendit ensuite du verre se briser et elle se dit que Juyne n'était peut-être pas si paranoïaque que ça finalement. Elle jeta un coup d'œil un peu suspect à Louis, plutôt que d'avoir peur tout de suite mieux valait d'abord vérifier si ça en valait la peine. « Là, je jure, c'était pas moi ! » Zut. Cette fois-ci Blake sortit sa baguette magique les sens plus en éveil, prête à agir en cas de soucis. Et vu la situation ils risquaient fort d'en avoir un. De toutes les fois où elle était venue avec Juyne c'était bien la seule où quelque chose du genre se produisait. Louis éclaira sa propre baguette et quitta la pièce suivit par Blake qui attrapa la main de de sa meilleure amie pour la rassurer et pour ne pas qu'elles se séparent. Se séparer c'était bien la pire chose à faire dans des cas pareils. Si les films d'horreurs qu'elle avait vu avant Poudlard lui avait apprit une chose c'était ça. « Y'a peut-être d'autres animaux qui vivent ici. Comme des chiens égarés qui ont prit la maison pour refuge ? Ou alors, quelqu'un qui veut nous rejoindre ? » Elle espérait bien que ce soit une de ces solutions-là. Un chien errant c'était pas bien dangereux, surtout pour des sorciers, quant à un élève qui aurait voulu les rejoindre, si c'était ça il allait l'entendre! Mais Blake n'y croyait pas trop, elle préférait envisager le pire, tant mieux si il s'avérait qu'elle se trompait. Elle se mordilla la lèvre, si ça ne tenait qu'à elle elle aurait déjà foncé vers le bruit. Mais elle ne le ferait pas en les laissant derrière. Et puis n'avait-elle pas promit à Pete d'arrêter de foncer vers le danger? Bon ça c'était secondaire, il était pas là pour la voir de toute manière. « Homenum Revelio. » La brunette retint son souffle tandis que le sortilège de Louis faisait son chemin. Absolument rien ne se produisit, ce qui indiqua que la théorie de Blake selon laquelle tueur en série était venu pour les tuer lentement tombait à l'eau. Sauf si Louis l'avait mal lancé, mais bon, elle devait lui faire un minimum confiance. Même dans des situations pareilles Blake n'oubliait pas ses connaissances, le sortilège ne leur permettait bien uniquement d'éliminer la thèse d'une présence humaine. « Donc ça nous laisse la possibilité que ce soit, un animal, un elfe ou alors...» Mais comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt. C'était tellement plausible, ça crevait les yeux. « Si ça se trouve c'est une goule! Y avait une rumeur à un moment donné, enfin l'année dernière, qui disait que y en avait une à Poudlard. Si ça se trouve elle a élu domicile ici! » Elle oublia consciemment de mentionner le fait qu'on leur avait aussi dit que la goule vivait dans la forêt interdite, qu'Albus, Pete et elle y étaient allés et qu'ils s'étaient fais avoir par une bande de serpillières. Non parce que cette solution était super arrangeante quand même. « On va voir? » demanda-t-elle à ses camarades, presque contente d'avoir une nouvelle aventure dans laquelle se lancer. « À mon avis si y a un grenier c'est forcément là qu'elle est..» Et puis, elle repensa aux délicieuses sucreries qu'ils avaient laissé en bas. À leur confort. Et soudain, être raisonnable n'avait plus l'air d'être une si mauvaise idée que ça. « Sinon on redescend hein, comme vous voulez. » Elle fit tourner sa baguette entre ses doigts machinalement. Et puis sans prévenir elle se mit à rire comme ça, d'un coup. Lorsqu'elle croisa le regard de ses amis elle put y lire une certain inquiétude. « J'viens de penser qu'en fait on aurait évité de frôler la crise cardiaque à cause d'un stupide rat si on avait réfléchit deux secondes et regardé ma carte. » Et le fait de l'avoir raconté semblait rendre sa pensée encore plus drôle aussi ses rires redoublèrent.

Spoiler:
 

__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Juynie Ҩ je suis un songe;
avatar


personal informations

► date d'inscription : 02/11/2010
► parchemins : 1664


MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   Jeu 27 Déc - 6:49


Blake & Louis & Juyne


on a qu'une seule vie


Juyne montait tout doucement les escaliers. Elle avait bien entendu quelque chose, elle n'était pas folle. Oh non ! Elle sentait la présence de ses deux amis derrière elle, ce qui la rassurait. Un peu. La jeune femme avait très vite montée les quelques marches. Arrivée à l'étage, elle hésita un instant. La jaune avait posé un pied sur le plancher et ce dernier avait craqué. Elle prit une grande bouffée d'air et se lança prudemment. « Tu comptes aller encore loin? » Elle ne prit pas la peine de répondre. Elle leur fit signe de baisser le ton. Manquait plus que la chose se rend compte qu'ils avaient remarqué sa présence. Juyne légèrement parano ? Oui surement. Elle continua d'avancer et déboucha dans une chambre, visiblement abandonnée depuis des dizaines d'années vu l'état du plancher et du lit. Un des pieds s'enfonçait dans le plancher. « Fais attention au plancher, il n'a pas l'air très solide. » lui intima le jeune Louis. Peu de temps après, un craquement se fit entendre derrière elle. du coin de l'oeil, elle observa ce qui se passait. Louis essayait de la rejoindre, ce qu'il fit avec un mouvement acrobatique. Dans une autre situation, Juyne aurait surement rit à gorge déployer, mais à cet instant présent elle n'en avait aucune envie. dès qu'il fut à ses cotés, Louis leva sa baguette magique et prononça une formule magique. La lumière sortant de sa baguette aveugla un temps le jeune sorcière. Après s'être accoutumé à cette lumière, la jeune femme vu une ombre derrière l’armoire. Un cri perçant remplit alors la pièce. Ses deux amis accoururent vers elle. Louis se pencha alors derrière le meuble. Son sauveur ! Juyne venait tout de même de mettre ses mains sur ses yeux. Elle n'avait aucune envie de voir ça . Au bout d'une minute (à peine), le jeune homme se releva et Juyne osa ouvrir un oeil. Le Weasley tenait dans sa main un magnifique et très gros rat. La jeune femme n'était pas convaincu ! elle fit part de ses pensées à ses amis. «Et puis, il n'y a pas assez de lumière pour qu'il y ait de l'ombre. C'est peut-être l'un d'entre nous que tu as vu ? » «Ouais c'est peut-être l'un de nous.» « Mouef. » répondit-elle toujours pas convaincue. Elle avait vu de ses yeux vus. Louis fit quelques pas et déposa le rongeur qui fila droit vers elle et sa meilleure amie. Juyne laissa échapper un petit couinement. Quand à lui, Louis laissa échapper un petit ricanement. La jaune lança un regard noir au seul garçon du trio, tout comme Blake. « Pardon, c'était pas volontaire.» « Mouef. » lança-t-elle une deuxième fois. « Blake, avant tu me parlais de mon oncle James. Mais tu sais qu'un de ses anciens amis était animagus et justement, il pouvait se transformer en rat. » «Aaaaah ! » dit-elle. « Vous voyez ! si ça se trouve c'est lui. » Ses deux amis lui lancèrent un regard étrange du genre "t'es folle, ma pauvre fille." « Ou pas aussi... » dit-elle avec une petite moue. Elle reporta son attention sur Louis qui s'avançait vers elle tout en continuant son récit malgré l'interruption de Juyne. « Il les a trahit, les menant à leur mort. Mais vous connaissez peut-être déjà l'histoire. Et le père d'Albus et ses amis ont coincé l'animagi ici, dans la Cabane hurlante.» Juyne déglutit. C'était vraiment vrai ? Est-ce que ça c'était vraiment passé ? Ça paraissait tellement irréaliste. Un tas de question se bousculait dans sa tête. « BOUH !» Juyne sursauta comme jamais encore. Après s'être remise de ses émotions, la jeuen femme s'avança jusqu'à lui et lui donna une tape sur l'épaule. « Bah quoi ! Je pensais que vous aimiez vous faire peur en racontant des histoires ici ! Je veux juste pas rompre votre tradition ! » Un sourire naquit sur les lèvres de Juyne. Ah ce Louis ! « Bien joué Weasley! Tu fais maintenant officiellement partie de notre club super privé. » Juyne tendit la main à Louis qu'elle serra d'un ton solennelle. « Elle m'a enlevé les mots de la bouche. Bienvenue jeune padawan ! »

Un grand bruit se fit entendre une nouvelle fois. On aurait dit du verre qui se brisait. La jeune femme osa un coup d'oeil vers ses amis. Elle se mordait les lèvres pour ne pas crier et ne pas paraître encore plus paniquer qu'elle ne l'était déjà.« Là, je jure, c'était pas moi ! » La jeune femme le croyait volontiers. a moins que Louis est un complice, il n'aurait pu provoquer le bruit qui provenait d'une autre pièce. Sa baguette toujours lumineuse, Louis sortit de la pièce. Juyne sentit une légère pression sur sa main. Blake venait de la prendre. Remarquant que sa meilleure amie avait sortit sa baguette, la jaune et argent décida d'en faire de même. Elle plongea la main dans son jean et sortit le morceau de bois magique. Juyne prit une grande inspiration. «Y'a peut-être d'autres animaux qui vivent ici. Comme des chiens égarés qui ont prit la maison pour refuge ? Ou alors, quelqu'un qui veut nous rejoindre ?» Qui pourrait bien être aussi casse-cou que eux pour venir dans la cabane hurlante en pleine nuit ? Fred ? non il ne serait pas venu tout seul, à moins qu'il les ai suivit. On l'aurait remarqué quand même. La jeune femme ne voyait personne d'autre. Ou du moins personne ne lui venait à l'esprit à cet instant présent. Il restait l'option d'un animal égaré. Si c'était ça elle se serait fait du sang d'encre pour rien et elle pourrait être sure que Louis et Blake l'embêteraient avec ça de longs jours. Quoi que, elle préférait ça que de finir entre les mains d'un mangemort. Elle frissonna à cette idée. Le sorcier leva sa baguette et lança un Hominium reveleo. Une magnifique lumière blanche sortit du bout de sa baguette. Juyne retint son souffle tendit que le sort faisait le tour de la pièce puis continua son chemin dans une autre partie de la maison. Ils attendirent quelques minutes, mais rien ne se passa. Conclusion : aucun humain dans les parages. Ouf ! Mais qui avait bien pu faire tout ce bruit ? « Donc ça nous laisse la possibilité que ce soit, un animal, un elfe ou alors...» Oui ? Continue Blake ! Juyne regarda attentivement son amie. Quel était cette autre option ? « Si ça se trouve c'est une goule! Y avait une rumeur à un moment donné, enfin l'année dernière, qui disait que y en avait une à Poudlard. Si ça se trouve elle a élu domicile ici! On va voir?» Malgré la peur qu'elle avait eu quelques minutes plus tôt, Juyne était prête à y aller. Du moment qu'elle ne tomberait plus entre les mains d'un mangemort ou d'un autre être humain des plus horribles. « À mon avis si y a un grenier c'est forcément là qu'elle est..» Mécaniquement, Juyne leva la tête à la recherche d'une quelconque trappe. Sans surprise, elle n'en découvrit aucune. « Sinon on redescend hein, comme vous voulez.» Elle jeta un coup d'oeil à Louis. Il était vrai qu'au début, ils étaient venus ici pour passer une soirée tranquille tous les trois pour rigoler, se retrouver, se raconter des histoires qui font peu, mais pas à en vivre une... Mais maintenant qu'ils étaient là, à l'étage de la maison la plus terrifiante d'Angleterre, elle avait envie de partir à l'aventure. Quitte à avoir la peur de sa vie et à pisser dans son pantalon. Elle avait envie de vivre quelque chose de fou, d'irréaliste. Ça ne lui était encore jamais arrivé. Ses pensées furent interrompit par le rire de Blake. Juyne la regarda bizarrement. Devenait-elle folle à rire toute seule tout d'un coup .« J'viens de penser qu'en fait on aurait évité de frôler la crise cardiaque à cause d'un stupide rat si on avait réfléchit deux secondes et regardé ma carte. » Juyne éclata de rire, accompagnant sa meilleure amie. C'était vrai, ils avaient été bien bêtes sur ce coup ! Mais bon tant pis. La prochaine fois, ils s'en souviendraient. Enfin si il y en avait une. « je sais pas vous, mais moi j'ai rès envie de continuer. » leur dit-elle très sérieusement. Même à ses oreilles, cela était étrange de s'entendre parler de la sorte. Elle lança un regard à ses amis. «C'est pas tous les jours qu'on vit une telle aventure, non ? » leur dit-elle avec un grand sourire. « Bon j'avoue qu'au début, c'était plutôt genre film d'horreur/suspense, mais là j'ai vraiment envie de savoir ce qui nous a fait peur. » Ses amis lui lancèrent un regard amusé. « Bon Ok ! Ce qui m'a fait peur. » dit-elle. « Vous êtes partant ? »

Après la réponse de ses amis (positive bien sur, personne ne peut résister à la bouille de Juyne quand elle fait son aire de chien battu), la jeune femme redescendit les escaliers sous le regard étonné de ses amis. Arrivé en bas, la poufsouffle se précipita dans le salon qu'ils avaient quittés quelques minutes plus tôt. Elle rassembla toutes les friandises et même une bouteille dans un sac. Elle mit une chocogrenouille dans sa bouche et se tourna faisant face à ses deux amis. Blake levait un sourcil d'incompréhension et Louis semblait totalement perturbé par ce changement de situation. « Bah quoi ? » leur dit-elle avec un sourire. « Faut prendre des forces avant de partir à l'aventure ! » Elle tendit une patacitrouille à ses compagnons. Puis elle retroussa ses manches et son bas de pantalon, comme à la Indiana Jones. Elle tendit sa baguette devant elle. Après avoir murmuré un lumos, une petite étincelle brillait au bout de sa baguette. Juyne fit signe aux autres de la suivre. Ils remontèrent doucement les marches, faisant attention à ne pas tomber dans l'un des trous. Après quelques minutes, les trois jeunes gens se trouvèrent à l'étage supérieur. «Bon comme l'a dit Blake, il faut qu'on trouve le grenier. On va se séparer un court instant, ok ? Blake, à droite. Louis, tout droit et moi je vais à gauche. Au moindre problème, on cri. Ok ? » elle remarqua que les deux amis s’échangeaient un regard entendu et amuser. « Eh non, je ne serais pas la première à crier. Chui pas une poule mouillée. » dit-elle vexée. Elle leur tourna le dos et partit dans la direction qu'elle s'était attribuée. Elle était entrain de marmonnée quand elle arriva dans une deuxième chambre. Elle poussa la porte qui grinça légèrement. Cette chambre semblait encore plus abîmée que la toute première. Elle continua d'avancer. Elle regarda au plafond à la recherche d'un quelconque trou. Rien, nada. Elle abaissa sa baguette et un objet attira son attention. En s'avançant, elle remarqua que c'était un album photo. Elle l'ouvrit quand un cri retentit. « Aaaah ! A l'aide ! » C'était Blake. Juyne laissa tomber l'album photo et se précipita vers l'endroit d'où provenait le bruit. C'était la salle de bain. Elle l'atteint quelques secondes plus tard, tout en criant : « J'arrive, j'arrive. Loulou, t'es où ? » Quand elle pénétra dans la salle de bain, il n'y avait rien, personne. C'était impossible. C'était la seule salle qui se trouvait dans cette aile de la maison et elle aurait mit sa main à couper que le bruit venait d'ici. Elle fit le tour de la salle, tourna sur elle même. « Blake ? Blake ? Merde Louis, t'es où ? Blake a disparut ! » Elle était tournée vers la baignoire, tournant le dos à une grosse armoire. La jeune sorcière ne l'entendit pas s'ouvrir. Puis tout d'un coup : « BOOOOOOOUUUUUH » crièrent les deux compères tout en sautant sur Juyne qui, morte de peur, tomba à la renverse. La jeune femme étaient en pleure. Elle avait eu tellement peur pour son amie. Elle les détestait de lui avoir fait un coup pareil, mais elle était tout de même contente de les voir sains et saufs. « Vous êtes nuls, je vous déteste ! Vous êtes nuls! Par la barbe de Merlin ! Espèces de scroupts à pétard! » dit-elle, les larmes coulant toujours sur son jolie visage. Elle leur donna une tape, tandis que les deux amis riaient. Quelques minutes plus tard, la jeune femme les rejoignit. Ils l'avaient bien eu. Encore une fois ! elle aurait sa vengeance un jour ! Oh oui elle l'aurait, mais pas tout de suite. Quand ils ne s'y attendront pas. « Bon allez, venez. Je l'ai trouvé cette trappe.» leur dit Louis après que Juyne se soit remise de ses fortes émotions. elles suivirent donc le jeune homme. Il les mena jusqu'à un petit salon puis il pointa du doigt la trappe. Juyne s'avança, Blake aussi. Ils se trouvaient tous les trois en dessus. Ils partagèrent un regard. Juyne tendit le bras, attrapa le bout de corde et tira. La trappe s'ouvrit et une échelle apparut.


Spoiler:
 


__________


- SOYONS EXTRAORDINAIRES ENSEMBLE, PLUTÔT QU'ORDINAIRES SÉPARÉMENT. -
“ Et moi qui croyait que j'étais pas comme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jure, que tout ça c'est du passé. Alors d'accord on tire un trait, on r'commence à s'apprivoiser. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: young, wild and free ✰ juyne & louis   

Revenir en haut Aller en bas
 

young, wild and free ✰ juyne & louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: PRE-AU-LARD :: rues adjacentes :: cabane hurlante-