Partagez | 
 

 you make me shine ▲ shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


beater ✥ gorgeous on a broom
avatar


personal informations

► date d'inscription : 30/11/2011
► parchemins : 4172


MessageSujet: you make me shine ▲ shane   Lun 20 Mai - 6:41


« shane&ariel »



Elle était là les bras ballants devant le miroir de son dortoir. Elles étaient toutes parties pour les cours, ou autres, ses camarades de septièmes années. Il ne restait qu'Ariel qui s'observait, vide. Elle avait eu du mal dernièrement. Elle croisait Stefan tous les jours, et putain, ça faisait mal. Elle ne savait plus quoi penser de qui, ou de quoi. Tout ça c'était peut être trop et cette dernière année à Poudlard commençait à se faire longue. Elle secoue la tête, enfile un jean, un haut noir et se dépêche hors de la salle commune. Cassiopée était là, près des fauteuils, elle parlait à je-ne-sais-qui mais la brune n'avait vraiment pas la tête à ça. Elle se pinça l'arrête du nez un moment, et enfonça la porte circulaire de la salle commune. La seule chose qu'elle eut prit avec elle était sa baguette. Elle tournait, retournait, changeait de chemin toutes les cinq minutes, c'était presque si elle ne se perdait pas dans les cachots, l'endroit qu'elle connaissait comme sa poche depuis des années. Puis il apparut devant elle, Stefan, avec son putain de beau sourire vindicatif. Ils s'arrêtèrent un moment, s'observant à des mètres de distance. Ariel pouvait ravaler sa fierté qui lui obstruait la gorge. Elle baissa la tête, les larmes aux yeux. Faible. P'tain. qu'elle murmure. Sa voix est brisée, personne l'entend. Elle presse le pas de l'autre côté pour monter les escaliers, et elle ne s'arrête pas. Elle monte, monte, laissant les escaliers la porter, ou se dépêchant d'en rattraper certain pour être sûre d'arriver le plus haut possible, le plus vite possible. Elle s'embrouille dans toutes ses pensées. Quand elle avait rompu avec Stefan c'était parce qu'elle était amoureuse d'un autre. Mais maintenant qu'elle y pensait, elle aurait préféré tout vivre avec le vert et argent. Au moins, c'était réel. Violet avait un don pour pleurer un peu trop tard. Puis lui, amoureux de sa propre Gryffondor, elle en était sûre. Il faisait une belle équipe d'hypocrite les deux batteurs. Un rire s'échappe de sa bouche, mêlé aux larmes amères, alors qu'elle emprunte l'escalier dérobé qui mène aux toits. Elle avait une idée en tête, en espérant de tout coeur qu'il soit là. Qu'elle puisse lâcher le masque de snob qui lui brûle le visage de jour en jour. Poudlard était presque devenu nocive pour la septième année.

Le temps est lumineux. Le soleil tape et ça fait un bien fou à la jeune fille. Elle ferme les yeux un moment avant de continuer son chemin. Elle le voit déjà. Sa silhouette nonchalante. Shane est posé sur le toit, de la fumée s'échappe de sa bouche. Elle trottine presque jusqu'à lui et passe ses bras dans son dos en s'asseyant. Elle pose sa tête là, entre ses deux omoplates. Elle aime le Poufsouffle plus qu'elle pourrait le vouloir. Depuis ce jour où il lui avait balancé ses quatre vérités elle l'avait plus vu de la même manière. Bien sur elle avait fait la fière. Elle l'avait critiqué, elle avait balancé son venin de vipère sur lui devant tout le monde, et elle s'était prit la claque de sa vie en retour. Il avait rien hurlé, il lui avait presque murmurer, il l'avait mieux cerné que tous les autres, en deux trois regards. Il était sa bouffée d'air frais, et devant lui Violet était tout sauf fausse. Elle respirait à nouveau. Ce qui est pratique avec toi c'est que je sais toujours où te trouver. Sa voix est étouffée par le t-shirt du brun. C'est instinctif. Ils étaient devenus tellement proches en si peu de temps, des fois elle s'en étonnait quelques secondes, avant de lui sourire et de se laisser complètement aller. Aujourd'hui elle n'avait pas envie de lui déballer son éventail de problèmes, mais elle en avait besoin. Elle tremblait comme une feuille, en repensant à Stefan. D'une petite voix elle ajoute : Tu crois que je peux venir à Poufsouffle avec toi ?


__________

well, her eyes they're rubies and pearls. and she's not made like those other girls. well, her lashes flare in this madman bath, like springs bouncing off of her curls.
oh now, she's long
a-long gone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: you make me shine ▲ shane   Sam 25 Mai - 3:49


Hold you breath and count to ten




Le présent s'est envolé... les fantasmes font parti de la réalité... et on enlève les freins... on pense clairement et pourtant, on ne pense pas... et c'est là qu'on semble bien. On arrête d'essayer de tout maitriser. Des flots tièdes de substances chimiques en nous... on fluctue. Est-ce l'effet de lésions cérébrales ? On est dans les nuages à présent. On est grand ouvert. On est des spationautes en orbite autour de la terre... ouais... tout le monde a l'air... a l'air superbe ici... ivre d'émotion. On désire l'inatteignable. On met notre santé mentale en péril pour quelques instants de clairvoyance. Tant d'idées... si peu de mémoire. La dernière pensée est tuée par anticipation de la prochaine. On est saisi par un irrésistible sentiment d'amour. On flotte... à l'unisson. On est ensemble. J'aimerais que ce soit vrai. On veut un niveau universel d'harmonie... où on se sentirait à l'aise, avec tout le monde... On est en rythme. Élément d'un mouvement. Un mouvement d'évasion. Human Traffic

Un gémissement de douleur d’échappa des lèvres du brun. Une douleur lancinante lui martelant les tempes lui rappelant la soirée bien trop chargée de la veille. Une fois de plus il a dépassé ses limites, une fois de plus il s’est shooté, drogué, alcoolisé jusqu’à l’inconscient, pour anesthésier le cri de son âme, anesthésier ses pensées, son mal être, ses phobies, son ressentit, son existence. Tomber une fois de plus dans l’auto destruction pour se rappeler qu’on est vivant, qu’on a quelque chose à perdre sans que cette révélation ne vienne. Et au final il ne reste que cette migraine, les brides de souvenirs de la soirée, ce goût amer au fond de la gorge et cette boule pesant lourdement sur l’estomac. Shane ne compte plus le nombre de fois où il s’est réveillé dans cet état, à fixer le plafond de son lit à baldaquin, les yeux explosés, le corps couvert d’une fine couche de sueur, le cœur battant, la douleur lui vrillant le crâne, de légers tremblements secouant ses membres trahissant la vie d’un camé sans aucun avenir. Il était là, seul une fois de plus dans son dortoir, la matinée déjà bien avancée, il n’avait pas été en cours une fois de plus se fichant de réussir ou pas sa vie, il n’avait jamais réussi à se projeter. Il était là à essayer de se souvenir de sa soirée en compagnie de Lula et Aleks. Il y avait Stefan aussi mais il n’est même pas sûr quoique la douleur de certaines parties de son cœur lui confirmait la présence du vert et argent, ils avaient dû se taper sur la gueule encore et cette simple pensée arracha un léger sourire au jaune et noir qui consentit enfin à accepter de se lever. La douleur lui arracha un nouveau gémissement alors qu’il se redressa dans son lit, portant la main à son visage pour tenter de masser ses yeux gonflés. Putain là il avait vraiment abusé. Plissant les paupières pour essayer d’échapper à la lumière qui filtrait par les fenêtres, Loan se pencha sur le côté afin d’attraper une boite de cachets, il en prit deux et les avala sans eau, il savait au moins qu’avec il serait presque frais et dispo dans quelques minutes. N’attendant pas les effets de ses pilules magiques, le poufsouffle s’extirpa de ses draps et se dirigea vers la salle de bain, remarquant à peine sa nudité. Tout ça ne le surprenait même plus, c’était du réchauffé. Se réveiller avec la gueule de bois, le corps douloureux, les souvenirs brumeux, à poil souvent à côté d’une ou d’un inconnu, il le vivait bien trop souvent pour que ça l’étonne encore et même ses camardes de chambre avaient appris à vivre avec ça. Allumant le jet de la douche, Shane s’y glissa et laissa l’eau chaude dénouer ses muscles douloureux, laver son corps de cette soirée de débauche dont il ne se rappelait que des flashs. Finissant de se savonner, il termina sa toilette devant le lavabo, fuyant du regard son reflet peu flatteur. Même s’il était habitué à affronter son reflet le lendemain de soirée, il n’assumait pas toujours de ressembler autant à un déchet, même si visiblement ça ne dérangeait pas tellement la gente féminine ou même masculine. Même s’il ne l’admettra jamais, oui peut être qu’au fond il aurait aimé être différent, être un peu comme tout le monde. Le joueur de Quidditch beau gosse que tout le monde adore, et pas le camé de service qui vient d’obtenir sa place dans l’équipe parce qu’une gamine n’a pas su être à la hauteur. Laissant échapper un soupire, Loan reposa sa brosse à dent dans le gobelet avant de retourner dans la chambre, une serviette autour de la taille, le corps encore mouillé. Se dirigeant vers son armoire, il attrapa machinalement son caleçon, son pantalon et sa chemise, retroussant les manches au niveau des coudes, se fichant d’avoir débraillé. Cherchant son pull du regard, il le trouva finalement par terre et le ramassa. Une odeur qu’il commençait à bien connaitre lui parvint doucement, comme un souvenir qui remontait doucement à la surface, éveillant chez lui des sentiments et des instincts qu’il n’avait jamais connu jusqu’à maintenant. Un parfum. Pálina. Lentement un sourire se dessina sur les lèvres du poufsouffle qui ne put s’empêcher de porter le vêtement à son visage pour inspirer plus fortement les restes du parfum de la jeune fille après leurs ébats plus que passionnés dans la laverie. Les images lui remontèrent en tête et suffirent à lui faire oublier sa gueule de bois. Refusant de perdre cette odeur, Shane fourra simplement son pull dans son sac et sortit du dortoir. Bie évidemment il ne prit pas le chemin des cours, plutôt crever. Il se dirigea simplement machinalement vers les escaliers, les mains dans les poches, avec cette nonchalance qui le rend tellement insupportable, ce je m’en foutisme à l’épreuve de tout lui donnant cette aspect dédaigneux, il s’en tape, il n’est pas insensible, seulement il ne voit pas les choses de la même façon. Grimpant les marches tranquillement pour ne pas s’épuiser, le jaune et noir arriva bientôt à la porte menant aux toits de Poudlard, son lieu de prédilection, même si la dernière fois qu’il s’y était rendu il était tombé nez à nez avec une pimbêche de serpentard dont il se serait bien passé. Inspirant l’air frais et profitant de ce soleil si rare, Shane se laissa tomber sans aucune grâce avant de fouiller dans son sac pour prendre son paquet de clope. L’estomac encore vide et retourné de la veille, le brun s’alluma une cigarette à l’aide de son Zippo, inspirant cette fumée nocive avec délice, les rayons du soleil frappant son visage fatigué. Un bruit dans son dos le fit rouvrir les yeux mais il ne se retourna pas. Quelque part il savait déjà qui était cette personne et un sourire se dessina sur ses lèvres en sentant des mains glisser dans son dos avant qu’une tête ne vienne se poser entre ses omoplates. Calant sa clope entre ses lèvres, Shane libéra une de ses mains et alla la poser directement sur une de celle de la serpentard, glissant ses doigts entre les siens avec affection. Ariel. Sa simple présence suffisait à réchauffer son âme et lui rappeler que parfois, oui, la vie vaut la peine d’être vécu simplement pour croiser le chemin de personne comme elle ou sa rouquine. Et pourtant avec la verte et argent ce n’était pas gagné. Maisons ennemies, elle était populaire, lui un raté, il était une victime de choix pour elle et ses copines vipères, seulement lui a cherché plus loin, il a gratté cette surface trop lisse, trop parfaite, il savait mieux que quiconque qu’un tel comportement cachait simplement une fissure, une fissure qu’il a trouvé et il lui a simplement dit. Après ça ils sont devenus inséparables, complémentaires.

Shane se fout de savoir quel rôle elle peut bien jouer du moment qu’avec lui elle soit simplement Ariel, et c’est ce qu’elle est, et c’est pour ça qu’il l’aime, tout simplement. « Ce qui est pratique avec toi c'est que je sais toujours où te trouver. » Le sourire de Shane se fit plus prononcé alors que de sa main libre il récupéra sa clope pour expirer la fumée, fixant l’horizon devant lui « Je fais peut être en sorte que tu me trouve toujours aussi. » resserrant un peu sa main sur celle de la jeune fille, Loan n’avait même pas besoin de la voir pour savoir que si elle était là, contre lui, à lui dire des banalités, c’est qu’elle n’allait tout simplement pas bien et il savait pourquoi. Il connaissait toute sa vie ou presque et il observait beaucoup. Sa rupture avec Stefan n’était pas passé inaperçu surtout que le serpentard était aussi un de ses amis, enfin si on peut appeler ça un ami. « C'est instinctif. » ça il ne pouvait pas le nier. Tirant de nouveau sur sa cigarette, il attendit simplement qu’elle parle de nouveau et il la sentit trembler contre son dos, le faisant froncer légèrement les sourcils. « Tu crois que je peux venir à Poufsouffle avec toi ? » un léger rire sans joie s’échappa des lèvres du jaune et noir laissant filtrer la fumée opaque de sa sucette un cancer. « Pas sûr que tu supportes les élèves de la maison comme Londubat ou Mandleton, même moi j’ai parfois du mal. » Calant de nouveau le filtre entre ses lèvres, Shane pivota légèrement afin de tirer sur la main de la brune, la forçant à avancer pour venir presque sur ses genoux « Viens là » glissant ses doigts dans ses cheveux, il la força à poser sa tête sur son épaule, sa bouche se posant sur le haut de son crâne alors que sa main caressait doucement sa nuque, remontant et descendant parfois dans la chevelure brune. Laissant un moment passé, il profita simplement d’avoir la jeune fille dans ses bras, respirant son parfum. « Pas la peine que je te demande ce que tu as, je le sais déjà. Stefan Hein… » Parlant contre le crâne d’Ariel, Shane laissa sa clope se consumer entre les doigts de sa main libre avant de soupirer, sachant que dans ces moments-là, les mots ne servent à rien. « Tu mérites mieux que lui Ariel, bien mieux. Même si c’est quelqu’un que je respecte, il n’est pas fait pour toi…tu veux une clope ? » Comment passer du coq à l’âne en quelques secondes par Shane Wheeler. Liant le geste à la parole, Loan attrapa son paquette de cigarette pour le tendre à la jeune femme, même en sachant qu’elle ne fume pas vraiment, là c’était situation de crise. Redressant la tête, le jaune et noir releva le visage de la serpentard en glissant ses doigts sous son menton, plongeant son regard dans le sien avant de lui adresser un sourire d’une tendresse rare, surtout venant de sa part. « Aller ma belle, tu es plus canon quand tu souris. »

Revenir en haut Aller en bas
 

you make me shine ▲ shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: DRAGEES SURPRISES DE BERTIE CROCHUE :: RP-