Partagez | 
 

 c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Mer 29 Sep - 4:27

Lulu & Win ♥


Okay je vous voir venir vous derrière vos écrans, vous vous dîtes « Dans les vestiaires des hommes mais c'est un pas un lieu pour une demoiselle de quinze ans. C'est inadmissible, c'est honteux. » Et bien au risque d'en offusquer certains ce n'était pas honteux. Ce qui était honteux c'était un cousin farceur de très mauvais goût qui vous piquait vos vêtements. Ça c'était honteux et pourquoi ? Pour amuser la galerie certainement ou peut-être pour se venger parce qu'au dernier entraînement de Quidditch la demoiselle avait asperger son son uniforme - celui de Fred - d'encre. Quoi ?! Une petite blague de temps en temps, ça ne faisait pas de mal mais là il avait dépassé les bornes ! Lui prendre ses vêtements. Heureusement qu'il lui restait une serviette. En tout cas Lucy avait attendu que tout le monde s'en aille, enfin qu'il ne reste que Fred. Ils avaient été les derniers à quitter le terrain puisqu'ils avaient décidé de faire un pari : celui qui faisait le plus de tours de terrains en trois minutes. Fred avait gagné mais seulement parce qu'il avait plus de force et quand ils avaient gagné les vestiaires, pratiquement tout le reste de l'équipe était lavé et s'en retournait vers le château et lorsqu'elle s'était rendue compte de cette farce, plus personne dans les vestiaires des filles. Malchance quand tu nous tiens... Et voilà donc pourquoi elle était condamnée à aller dans les vestiaires de ces messieurs pour récupérer ses biens.

A peine avait-elle un pied, que dis-je, un orteil, qu'elle manquait de mourir d'asphyxie. L'odeur du putois à côté de ça c'est de la gnognotte. Comment pouvaient-ils survivre dans un tel environnement ? Dans le vestiaire des filles, on aérait, on mettait un peu de parfum enfin bref on faisait quelque chose ce qui n'était pas vraiment le cas ici ! Lulu jeta un coup d'œil aux environs au cas où il y aurait d'autres individus que Fred Weasley. A première vue, personne. Bon signe. Bruit suspect ? Seulement le bruit de la douche, Fred a tous les coups, il mettait deux heures pour se laver et quelques fois on pouvait l'entendre fredonner. Dans ce cas-là bouchez-vous les oreilles... Bon c'est pas tout, Lucy elle n'avait pas toute la journée. Elle commença donc à fouiller... Premier lieu ? Le casier de Fred. Elle courut jusqu'à ce dernier et commença à tout sortir mais rien. Elle aurait du sans douter, Fred voulait l'embêter jusqu'au bout. Petite vengeance, elle attrapa ses affaires et lui et les balança sous un banc dans une flaque d'eau. Mouahahah ! Elle continua sa recherche quand elle vit un autre sac et ça elle savait qu'il n'appartenait pas à son cousin diabolique. Son rythme cardiaque commença à s'accélérer, elle était en plein stress, il était clair qu'il y avait quelqu'un d'autres ici et qui sait peut-être qu'il l'avait déjà vu. Oh non, la honte ! C'était une situation vraiment gênante et cocasse et encore le pire n'était pas arrivé... Il se demanda donc quoi faire ? Attraper des vêtements dans ce sac là et filer jusqu'à son dortoir et se changer ou mettre les vêtements trempés de Fred ? Plutôt mourir ! Courir en serviette jusqu'au château est la plus mauvaise des solutions cela ne faisait aucun doute. Perdu dans ses pensées elle n'entendit même pas que quelqu'un arrivait derrière elle. Quand elle s'en rendit enfin compte elle prit la parole en se retournant :


LUCY - « Fred c'est pas trop tôt. C'était vraiment pas drôle ta... Win ! Mais qu'est-ce tu fais là ?! »

Le festival de la honte commença alors à apparaître sur le joli visage de Lucy. Ses joues devinrent rouges, elle perdit son sourire, se maudit intérieurement et de Fred encore plus, elle pria pour être ailleurs qu'ici et pour avoir des vêtements sur le dos. Enfin vous voyez bien de quoi il s'agit... *Qu'est-ce tu fais là ? t'avais vraiment d'autres à dire. C'est plutôt toi ma vieille qui a rien à faire ici. Dans cette tenue en plus !* Elle se retenait de se donner une baffe, oui à ce point-là.

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Sam 17 Déc - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Mer 29 Sep - 8:28

Allongé sur un banc dur et inconfortable des vestiaires, Win observait le plafond avec intensité, comme s’il espérait que ce dernier n’explose et qu’il en sorte des milliards de petites fées. Quoi que… Après réflexion, le jeune homme rectifia son idée. Les fées n’étaient pas des êtres très sympathiques alors un milliards sur la tête, cela devait être quelque chose d’assez désagréable. Non, il voulait quelque chose comme… Des plumes. Doux, léger, duveteux : la plume, on a tous une raison de l’aimer. Un grincement qui lui était familier retentit alors, l’interrompant dans ses rêveries. Il tourna la tête vers la porte qui venait manifestement de s’ouvrir et un sourire éclaira alors le visage du Poufsouffle. Son meilleur ami avait -enfin !- débarqué dans les vestiaires. Le sourire du jeune homme s’estompa lentement pour laisser place à un air perplexe, lorsqu’il aperçut la masse de vêtements dans les bras de Fred. Celui-ci avait l’air particulièrement satisfait de quelque chose et Win aurait pu parier un milliard de plumes qu’il venait de jour un mauvais tour à quelqu’un.

    « Je cours, souffla Fred pour toute réponse, je te raconte après.
    - Et mes chaussettes ? demanda Win avec un air paniqué sur le visage, effrayé à l’idée ne pas les revoir un jour.
    - Je vais pas les bouffer tes chaussettes !, répondit son ami en se voulant rassurant. Je te les filerais tout à l’heure, ajouta-t-il en se rendant compte que ce qu’il venait de dire n’avait pas eu l’effet escompté.
    - Fait attention, murmura Win, je les aime bien mes chaussettes… »


Le jeune Dawning sentit alors de l’air frais sur son visage, signalant le départ de son ami. Il soupira alors lentement avant de se reprendre et de se diriger vers les douches d’un pas léger et sautillant. Il se devait de positiver, il n’avait pas donné ses chaussettes orange et bleues à n’importe qui. Fred était digne de confiance, c’était son meilleur ami. Il ne ferait rien à ses chaussettes volontairement. Et puis s’il arrivait quelque chose à ces chaussettes de façon accidentelle, il en rachèterait d’autres. Le Poufsouffle aimait beaucoup aller s’acheter des vêtements. Il savait bien que c’était assez étrange comme intérêt chez un homme. Mais il trouvait ça drôle d’aller dans le côté moldu du monde et de s’acheter des vêtements colorés, qui lui donnaient envie de les mettre tous les jours jusqu’à sa mort. Un large sourire apparut alors sur son visage. Cet air heureux ne l’avait toujours pas quitté lorsqu’il décida d’arrêter l’eau et d’attraper sa serviette. En sifflotant une comptine qu’il avait apprise étant enfant, Win entra dans les vestiaires. C’est lorsqu’il marcha sur des vêtements qui n’avaient clairement rien à faire à cet endroit qu’il se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Il n’avait pas baguette sur lui alors il fit très attention : cela pouvait très bien être un de ces fichus lutins mangeurs de tissus qui frappaient. Il fallait s’en méfier. Leur proie favorite étaient les chaussettes et les écharpes. En regardant vers l’endroit d’où venait le bruit, il sut que cela n’avait rien à voir avec des lutins tissuvores. Il y avait une fille dans les vestiaires des garçons.

Cela aurait pu lui paraitre très étrange si lui-même ne s’était jamais retrouvé dans un endroit où il n’aurait jamais dû être. Les toilettes des filles par exemple. Sauf qu’une fois, sa sœur l’y avait trainé de force pour qu’ils puissent parler discrètement. Il avait eut très envie de lui dire qu’un garçon dans les toilettes des filles n’avait rien de discret, mais elle ne lui avait pas laissé en placer une. Tout ça pour dire, que dans certaines circonstances, être dans ce genre de situation n’avait rien d’étrange. De toute façon, la notion d’étrangeté et de bizarrerie pour Win était assez abstraite. Il voyait que la jeune femme cherchait quelque chose. Il s’apprêtait à lui proposer son aide quand celle-ci remarqua la présence du Poufsouffle.

    « Fred c’est pas trop tôt. C’était vraiment pas drôle ta..., la jeune femme qui s’avéra être Lucy se retourna alors vers Win et s’interrompit brusquement. Win ! Mais qu’est ce que tu fais là ?! »


Win put alors voir la grande gêne que ressentait la jeune femme. Cette dernière rougissait un peu plus à chaque instant qui passait et son sourire se crispa avant de disparaitre. Cependant, lui n’était pas particulièrement gêné… Après tout ils étaient l’un comme l’autre enroulés dans des serviettes, il n’était donc pas très vêtu mais il n’y avait pas mort d’homme. Ce genre de situation le faisait plus rire qu’autre chose. Mais il se retint de justesse se disant que cela ne serait pas très gentil vis-à-vis de Lucy. Il se contenta de garder son sourire tout en analysant la situation. Il fut alors victime d’un flash, la jeune femme qui se tenait face à lui avait été victime du mauvais coup dont Fred semblait si fier quelques minutes auparavant. Cependant, il avait encore un peu de mal à comprendre de quoi il s’agissait et pourquoi la jeune femme était ici.

    « J’ai eu peur, déclara-t-il, j’ai cru que j’allais avoir affaire aux lutins tissuvores… Je suis bien content d’être tombé sur toi, s’exclama-t-il ensuite avec un sourire chaleureux, tu es d’une compagnie bien plus agréable ! Tu cherches quelque chose ? »


Le jeune homme ne savait pas vraiment quoi faire d’autre, certes il n’était pas plus gêné que cela, mais il sentait bien que ce n’était pas le cas de Lucy. Et il se rendait bien compte que d’un point de vue extérieur, cela devait semblait assez étrange. Alors, il attrapa une autre serviette au dessus des casiers d’un geste rapide puis s’adossa contre le mur tout en s’essuyant les cheveux avec, tout ça histoire de se donner quelque chose à faire. Il releva ensuite les yeux vers la Poufsouffle, attendant une réponse qui l’aiderait à mieux comprendre le mauvais coup que lui avait joué Fred.
Revenir en haut Aller en bas


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Jeu 7 Oct - 5:41

♠ WIN & LULU.




WINTHROP - « J’ai eu peur, déclara-t-il, j’ai cru que j’allais avoir affaire aux lutins tissuvores… Je suis bien content d’être tombé sur toi, s’exclama-t-il ensuite avec un sourire chaleureux, tu es d’une compagnie bien plus agréable ! Tu cherches quelque chose ? »

Lucy ne put s'empêcher de sourire. C'était toujours ainsi de toute manière avec Win, il était d'un naturel amusant, il pouvait détendre l'atmosphère rien qu'en ouvrant la bouche. Attention elle ne se moquait pas, bien au contraire, elle adorait tellement Win que jamais elle ne pourrait se moquer de lui. Ce n'était pas un hasard si il était le meilleur ami de son insupportable cousin qu'elle adorait. Quoi insupportable et adorable ça ne va pas ensemble ? Et bien chez les Weasley c'est pratiquement indissociable. Les Weasley des bons farceurs, des gentilles personnes mais des fois et surtout chez les sorciers de sang purs qui ont des manières, et bien ils n'étaient mais alors pas du tout appréciés. Heureusement généralement les gens aimaient les Weasley. On les trouvait même cools ! WEASLEY POWER TOUCH EN PUISSANCE ! Héhé, bon okay elle se calme mais que voulez-vous pour Lucy Weasley, la famille c'était sacrée. Après s'être complètement éloignés de la situation, du moment et de tout ce qui a un rapport avec ça, Lucy chassa toutes ses pensées en rapport avec sa famille.

Elle aurait presque pu être totalement détendu en parlant avec Win mais le problème et s'en était pas un petit c'est qu'elle était en serviette et rien d'autres. C'était aussi le cas de Win mais Lucy n'était pas vraiment à l'aise avec ça pas parce qu'elle avait honte de son corps, non pas du tout elle s'aimait telle qu'elle était mais le problème c'est que c'était Win, non de Zeus ! Un garçon - bon ça au pire c'est secondaire - et Lulu ben elle devait bien avouer qu'elle était peut-être légèrement attirée par Win. Il n'y avait aucune honte à cela mais ce n'était pas sûr sûr encore ! Néanmoins vous comprenez bien que c'était gênant et assez déstabilisant et que ça faisait remonter quelques choses chez Lucy... J'ai envi de dire aussi que ça arrive souvent de tomber amoureuse du meilleur ami de son grand-frère et vu que Lulu n'avait pas de frère et ben elle se reportait sur l'un de ses nombreux cousins même si rappelons-le, ce n'est pas sûr. C'était tous frais, c'est peut-être juste un coup de cœur, un petit béguin d'adolescente... Les solutions sont multiples. C'est pourquoi se précipiter était une très mauvaise chose à faire... Surtout qu'en plus elle s'était déjà fait avoir dans cette catégorie. En tout cas elle se décida à prendre la parole.

LUCY - « Moi aussi je suis contente, tu sais d'être tombée sur toi même si je dois bien reconnaître que j'aurais aimé voir Fred parce que je lui aurait montré ce qu'est une Weasley en colère mais t'inquiète pas je suis pas en colère enfin si mais pas contre toi, tu me suis ? Non tu me suis pas c'est incompréhensible ce que je dis ! »

De mieux en mieux Lulu, s'il te prenait pas pour une idiote croisée d'une gamine et ben maintenant c'est fait ! Pourtant Lucy n'était pas maladroite, elle avait son lot de défauts mais la maladresse n'en fait pas partie mais tout n'était pas perdu. Vas-y Lulu tu peux y arriver, tu peux rattraper ta bêtise, parle. PARLE NOM D'UN CHIEN !

LUCY - « Ben en faite je cherchais Fred qui m'a piqué mes vêtements pendant que je prenais ma douche, il me reste plus rien, même pas ma tenue de Quidditch et comme on est sorti en dernier et bien il ne reste personne chez les filles et apparemment il est plus là. Je suppose que je suis condamnée à rentrer au château comme ça ou d'attendre la nuit pour me déplacer discrètement. Ah si seulement j'avais ma cape ! »

Ça aurait été pour quelqu'un d'autres, Lucy aurait été sûrement dans les premières à rire mais là c'était elle. Mouais en plus elle devait subir ça devant Win. Mouais, mouais, ça aurait pu être pire. Elle aurait pu être genre en compagnie de Damon qui en aurait profiter, devant Ewen, situation pire que gênante là, elle se serait tiré une balle. Ah Fredouu il ferait mieux de raser les murs parce que Lulu elle est bien décidée à lui en faire voir....

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Sam 30 Oct - 9:18

Win esquissa un léger sourire. Il avait enfin comprit qu’elle était la masse de vêtements dans les bras de son meilleur ami, lorsque ce dernier était passé par les vestiaires avant de rejoindre le château au pas de course. Donc, il avait fait une blague d’assez mauvais gout à sa cousine. Il devait admettre que Fred Weasley ne manquait pas d’imagination quand il s’agissait de faire des pitreries. Lui-même était plutôt calme… Enfin tout était relatif… Mais il ne blaguait volontairement que très rarement, et certainement pas de la même façon. C’était sans doute pour cette raison qu’il aimait beaucoup son ami, il trouvait toujours un moyen de l’amuser. Pour en revenir à nos hippogriffes, la dernière farce en date le faisait rire autant que les autres. Mais il s’efforça de ne pas le montrer, par respect pour Lucy qui n’avait pas l’air de s’amuser grandement. Le jeune homme n’était pas sur que cela soit convainquant mais il n’y pouvait rien. Il trouvait cela drôle.

    « Je suis sincèrement désolé, déclara-t-il soudainement. J’aurais pu l’empêcher de te piquer tes vêtements mais je n’ai pas vraiment fait attention. Tu comprends, il m’avait emprunté des chaussettes et Fred n’est pas forcement du genre soigneux… Du moins envers les chaussettes. Enfin… J’attendais qu’il me les rende après l’entrainement. Je l’ai vu passer en coup de vent avec tes vêtements dans les bras, je n’ai pas fait le rapprochement. »


Idiot de sa part après mûre réflexion. Il ne s’était même pas posé une seule question sur ce qu’il pouvait avoir dans les bras… Le Poufsouffle n’avait même pas trouvé cela étrange un minimum. C’est à cet instant qu’il fit un constat dérangeant : il faisait tellement de chose étrange à longueur de temps que rien ne lui paraissait plus bizarre. Son frère lui aurait flanqué un grand coup sur la tête s’il avait su ce qu’il pensait à cet instant. Ce qu’il aurait probablement sut, c’était le genre à toujours savoir ce que les autres ressentaient. Et il lui aurait répondu : « L’originalité n’a rien de répréhensible et ton ami et toi n’êtes juste pas toujours sur la même longueur d’onde ». Cela dit, Win se demandait vraiment si quelqu’un un jour allait sur la même longueur d’onde que lui. Après soupir discret, le jeune homme décida de laisser tomber l’affaire, c’était un problème sans solution pour le moment. Il valait mieux se concentrer sur l’actuel.

    « Quoiqu’il en soit, il va falloir trouver rapidement une solution à ce problème, énonça le jeune homme d’un ton décidé. »


En effet, il était hors de question de laisser Lucy dans cette situation plus longtemps. Il y avait plusieurs raisons à cela. La première, il était quasiment certain qu’elle allait tomber malade si elle allait dehors dans cette tenue. Et même si Win savait que la plupart des jeunes gens de son âge voulaient absolument tomber malade pour louper les cours, c’était une toute autre histoire lorsqu’ils l’étaient véritablement. C’était comme lorsqu’il était petit et qu’il tenait absolument avoir les cheveux bleus, son cousin avait décidé pour son plus grand plaisir de changer la couleur de ses cheveux. Le petit Win s’était donc retrouvé avec les cheveux bleus, chose dont il était absolument ravi… Mais qui lui donnaient un air absolument ridicule. Il avait depuis découvert que les cheveux jaune poussin lui allaient beaucoup mieux. Bref, la deuxième raison était qu’une fois que la Poufsouffle serait arrivée au château, elle risquait de tomber sur des gens peu recommandables qui seraient surement ravis de la voir en serviette. C’était une chose qu’en tant que gentleman, il se devait d’empêcher absolument. Quand à la deuxième solution proposée par son amie, celle de rester dans les vestiaires jusqu’à ce que la nuit tombe, c’était encore pire. Une fois revenue au château, il y avait toutes les chances que les portes soient fermées. ET RESTER LA NUIT DANS LE PARC OU DANS LES VESTIAIRES ? Win n’osait même pas y penser. Le nombre de bêtes étranges qui sortaient la nuit pour mordiller les orteils des honnêtes sorciers, le nombre de bestioles qui vous fixaient avec leurs gros yeux rouges et globuleux… ET LES LUTINS TISSUVORES ! C’en était trop. Si elle voulait rester ici jusqu’à la nuit, il resterait avec elle. Il lui était inconcevable de la laisser seule.

    « En fait, j’ai pas trop d’idées, avoua Win visiblement déçu. Il serait totalement idiot de sortir dehors en serviette. Je pourrais te donner mes vêtements, mais ça ne réglera qu’en partie le problème, vu que je serais à mon tour coincé ici… Et puis, continua-t-il aussi sérieusement que s’il avait été face à une interrogation de Métamorphose, je ne vais pas te laisser à la merci des dahus et des gnomes vengeurs qui commencent à apparaitre dans le parc, donc je resterais avec toi quoi qu’il arrive, on ne sera jamais trop de deux contre eux. »


En parlant de vêtements, il avait les siens… Certes il ne pouvait pas tout donner à Lucy mais il pouvait lui en donner une partie. Le Poufsouffle s’avança vers son sac et s’assit à côté de celui-ci sur un banc. Il plongea ses mains dedans pour en sortir ses vêtements. Il n’avait pas pris de cape, juste un sweat-shirt assez épais qui lui tenait juste assez chaud pour faire un aller retour Poudlard-Stade. Un tee-shirt, un jean. Et… Pas de baguette magique. Perplexe, le jeune homme mit la tête dans son sac mais fut forcé d’admettre qu’il l’avait oublié. Ou alors un écureuil avait trouvé drôle de se mettre à la magie…

    « J’aurais bien séché les vêtements de Fred que tu as mis dans l’eau mais… Je n’ai pas ma baguette. J’espère que je l’ai oublié dans le dortoir, sinon je ne suis pas couché, soupira Win. On dirait que nous sommes face à un problème sans solution finalement. »


Win fronça les sourcils pour se concentrer de façon plus importante sur le problème. Il n’était pas toujours très sérieux, mais quand cela lui arrivait, il lui arrivait de s’étonner lui-même. Cependant, après une séance d’entrainement de Quidditch, c’était assez mal partit pour avoir des éclairs de génie. Les entrainements avaient tendance à le vider d’une grande partie de son énergie… Et de la plupart de ses capacités intellectuelles par la même occasion. Il se dit qu’il devait passer pour une véritable idiot devant Lucy et bien qu’il ne sache pas vraiment pourquoi, ça ne lui faisait qu’assez moyennement plaisir.


Dernière édition par Winthrop Dawning le Lun 27 Déc - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Ven 10 Déc - 12:33

Spoiler:
 

WIN - « Je suis sincèrement désolé, déclara-t-il soudainement. J’aurais pu l’empêcher de te piquer tes vêtements mais je n’ai pas vraiment fait attention. Tu comprends, il m’avait emprunté des chaussettes et Fred n’est pas forcement du genre soigneux… Du moins envers les chaussettes. Enfin… J’attendais qu’il me les rende après l’entrainement. Je l’ai vu passer en coup de vent avec tes vêtements dans les bras, je n’ai pas fait le rapprochement. »

N'était-il pas mignon ? Il était désolé pour elle, il s'en voulait même de ne pas avoir réagi, empêcher le Weasley de lui prendre ses vêtements. Il se justifiait même. Il était vraiment craquant ! Comment résister ? Lucy bavait souriait pratiquement niaisement. Vous savez dans les films, les filles complètement idiotes qui sourient comme des idiotes justement devant un garçon parce que ci, parce que ça. Ben on pourrait quasiment dire que c'était dans l'état qu'était Lucy à ce moment-là, précisément. Ridicule, si elle voyait une fille dans cet état là elle se fouterait de sa gueule. Fous toi une baffe Lucy pour te ressaisir et on est reparti ! Lucy se reprit donc mais ça n'arrangeait rien à son problème. Heureusement il ne faisait pas très froid dans les vestiaires parce que sinon vêtue uniquement de sa petite serviette, Lucy serait frigorifiée. Cependant elle ne put réprimander un frisson qui lui parcourut tout le corps. Il ne faisait pas froid certes mais on était tout de même pas en plein été. De plus c'était la fin de l'après-midi. Fred Weasley n'était définitivement plus drôle, il avait perdu son statut de l'un des Weasley les plus drôles de la famille. Lulu était quasiment déçue... En faite non elle était un peu vexée, parce que c'était vraiment gênant cette situation surtout qu'elle soit à moitié nue devant Win. Bon forcément son cousin ne pouvait pas deviner mais quand même ! Franchement si ça avait été l'inverse, il aurait pas été content mais vous inquiétez pas ce soir, elle l'étoufferait avec son coussin pendant son sommeil. Mouahahahah ! Silencieux et efficace, elle demanderait de l'aide à Louis son cousin-jumeau. Si ça existe d'abord ! Non mais vous savez pourquoi elle demanderait son aide ? On ne sait jamais ce que l'ont peut trouver dans le dortoir de ses messieurs, des mauvaises odeurs, des ronfleurs, des trucs pas nets... Enfin voilà des trucs pas forcément réjouissant, ça fait pas très envie ça mais pour défendre son honneur, Lulu serait prête à tout. C'est habituel chez les Weasley, la famille de résistants par excellence, égalité avec les Potter bien sûr. Mais de toute façon Potter & Weasley : même combat.

Enfin bref pour en revenir encore une fois à la situation présente, Lulu se décida à s'asseoir sur l'un des nombreux bancs que pouvait contenir le vestiaire des garçons. Le mur était froid mais Lucy s'y habitua facilement. La froideur la gardait en présence de la réalité, lui refroidissait les idées et l'esprit et puis elle pouvait faire taire ses frissons avec un peu de volonté. Elle n'eut pas le temps de penser à autre chose car Win reprenait la parole...

WIN - « Quoiqu’il en soit, il va falloir trouver rapidement une solution à ce problème, énonça le jeune homme d’un ton décidé. »

Il voulait vraiment l'aidé, ça se sentait à travers le ton qu'il avait pris. Lucy appréciait cela en même temps ils étaient censés être amis et en tant que gentleman, la convenance voulait qu'il l'aide. Mais enfin enlevons tout ça et laissons Lucy rêvait un peu, ça ne fait pas de mal, elle en a le droit comme n'importe qui d'autres !! Lucy commença à alors imaginer ce qu'il pourrait se passer. Elle pourrait courir très vite jusqu'à son dortoir en ayant peu de chance de ne pas être vue. Elle pouvait rester ici avec Win, discutant d'un peu de tout et n'importe quoi en attendant que tout le monde soit dans la Grande Salle pour le dîner, Win pouvait partir et la laisser pour aller lui chercher des vêtements, solution possible. Elle pouvait essayer de joindre Théo, sa meilleure amie par la pensée pour que celle-ci lui ramène des vêtements. Elle pouvait subir l'arrivée soudaine de tout un troupeau de l'équipe de Gryffondor, de Serpentard ou de Serdaigle. Encore Gryffondor ne serait pas très grave pour la demoiselle, elle avait de la famille qui faisait parti de l'équipe de Quidditch des rouges et or, elle pourrait donc récupérer des vêtements mais dans les autres maisons cela serait un peu plus difficile. Autre solution, Win et elle pourraient aller jusqu'au château et lui pourrait la cacher jusqu'à ce qu'il gagne les quartiers des Poufsouffles. Mouais pas très bonne idée, les rumeurs fuseraient après un tel évènement. Les gens commenceraient à se faire des idées parce que tout le monde aime les potins qu'ils soient vrais ou pas ! Et même si Lucy n'aimait pas forcément cette idée, elle faisait parti de cette catégorie de personne, surtout quand les potins étaient désavantageux pour les obscurs. A la guerre comme à la guerre !

WIN - « En fait, j’ai pas trop d’idées, avoua Win visiblement déçu. Il serait totalement idiot de sortir dehors en serviette. Je pourrais te donner mes vêtements, mais ça ne réglera qu’en partie le problème, vu que je serais à mon tour coincé ici… Et puis, continua-t-il aussi sérieusement que s’il avait été face à une interrogation de Métamorphose, je ne vais pas te laisser à la merci des dahus et des gnomes vengeurs qui commencent à apparaitre dans le parc, donc je resterais avec toi quoi qu’il arrive, on ne sera jamais trop de deux contre eux. »

Win énonça des noms de créatures un peu bizarre mais bon Lucy avait l'habitude avec sa meilleure amie Théo. Oh oui Théo était vraiment bizarre des fois mais elle était tellement extraordinaire que la demoiselle Weasley s'en foutait et qu'elle était capable de casser la figure à n'importe quelle personne qui se moquerait de Théoxane Mars. Non mais oh ! Lucy était ultra fidèle et loyale, elle ferait n'importe quoi pour sa famille ou ses amis même si elle était moins excessive que Hermès, le troisième du trio des jaunes. Et puis soudain alors que Lulu réfléchissait encore à des choses futiles ou au contraire très intéressantes, Win s'était retourné et sortait ses vêtements de son sac. Après qu'il eut tout sorti, ils purent faire chacun de leur côté la même réflexion : il n'y aurait jamais assez de vêtements pour eux deux. C'est un fait indiscutable. Mince alors, ça aurait été tellement plus simple si Win avait des vêtements en double. Apparemment le destin voulait compliquer les choses. Les choses les plus compliquées sont forcément les plus drôle, c'est pas ce qu'on dit ? Non ? Ben maintenant ça se dira ! Win finit par ajouter :

WIN - « J’aurais bien séché les vêtements de Fred que tu as mis dans l’eau mais… Je n’ai pas ma baguette. J’espère que je l’ai oublié dans le dortoir, sinon je ne suis pas couché, soupira Win. On dirait que nous sommes face à un problème sans solution finalement. »

Oui c'était dommage malheureusement Lucy était dans le même cas que Win, elle n'avait pas de baguette. Fred a carrément pris son sac au passage. Faut dire que c'était plus facile de porter un sac qu'un tas de vêtements. Elle était maudite. Sérieusement, elle était maudite ! Pourquoi Merlin, lui affliges-tu cette épreuve ? N'a-t-telle déjà pas assez démontrée sa bravoure ? Oh c'était une injustice pure et dure là ! Lucy pourrait pleurer si elle était sensible mais ce n'était pas forcément le cas de la demoiselle. Mouais ben elle avait qu'à attendre, un miracle ? Un signe ? Une délivrance ? Un truc dans le genre ? Pas mal de choses quoi mais bon elle était pas tellement exigeante, elle aurait pu demander tout de suite maintenant. Au contraire, elle acceptait d'être patiente. Lucy se décida alors à répondre à Win. Il est vrai qu'elle était restée bien silencieuse pendant tout le temps où il avait parlé.

LUCY - « C'est vraiment pas ma chance et bien je suppose que je dois attendre un miracle ou alors que les vêtements de Fred sèche, ça m'apprendra à faire ma gamine et agir trop vite. La prochaine fois je vérifierai que je peux retrouver mes vêtements avant de tremper ceux du farceur. »

Elle esquissa un sourire. Même dans les pires moments, Lucy gardait son sourire et ça c'était un avantage agréable, non ? Il était rare les moments où elle faisait la tête ou qu'elle était triste. Elle s'était promis de sourire le plus possible après les différentes épreuves qu'elle avait du traversé tout au long de sa mine existence. De toute façon chacun à son lot d'expérience plus ou moins sympathiques. Lucy se releva alors et attrapa les vêtements de Fred qu'elle commença à essorer pour leur enlever une bonne quantité d'eau puis elle les étendit sur le banc. Après ce dur travail accompli, elle finit par se retourner vers Win.

LUCY - « Tu n'es pas obligé de rester tu sais, je te ibère. Je suis une grande fille je peux me débrouiller toute seule et puis tu dois avoir pleins de choses à faire. De plus ce n'est pas marrant de rester avec un gamine de quinze ans qui a un sens de l'humour assez spécial qui cherche une bonne vengeance dans les formes contre son cousin. »

Elle recommençait à tourner cela en dérision. Évidemment elle aimerait que Win reste mais elle ne voulait pas qu'il se sente obligé de rester. Elle ne voulait pas de pitié de sa part. Elle avait déjà assez donné avec la pitié, non merci ! Elle préférait être clair dès maintenant. Et puis des vêtements qui sèchent ça ne prenait pas beaucoup de temps, si ? Elle n'en n'avait aucune idée. Pour sa défense, elle ne s'occupait pas vraiment de ses choses-là...

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Mar 28 Déc - 11:56

Spoiler:
 

Le sourire de Lucy Weasley était, il s’en rendait maintenant compte, l’une des choses les plus agréables à voir au monde. Premièrement, parce qu’une fille souriante c’était mieux qu’une fille qui faisait la tronche. Deuxièmement, parce que quand Lucy souriait elle était absolument charmante. Troisièmement… Win esquissa un sourire. Il l’aimait bien. Elle n’était pas sa meilleure amie, il l’avait même trouvée un peu embêtante à certains moments mais il l’aimait bien quand même. Le jeune homme, toujours assit sur le banc à côté de ses affaires dispersées autour de lui, regarda la poursuiveuse se lever. Elle se planta devant les affaires trempées de son cousin et commença à les essorer. Le Poufsouffle afficha alors une mine perplexe : imaginait-elle vraiment qu’ils allaient sécher avant le petit matin ? Car il avait beau être un éternel optimiste, il n’y croyait pas. Mais devant l’air décidé de la jeune fille, il ne dit rien. Il la regarda faire en réfléchissant à une solution plus envisageable. Mais à part remplir la pièce avec plein de plumes douces et soyeuse pour qu’il puisse sauter dedans, Win n’arrivait pas à penser à grand-chose d’autre. Un lit en plume… Ca ne devait pas être mal.

Lorsque Lucy recommença à parler, le jeune homme sursauta. Il était tellement plongé dans son rêve de plume qu’il avait quelque peu déconnecté de la réalité. Il secoua la tête pour éloigner la fatigue qui commencer à prendre possession de lui. Il aurait du aller dormir la veille au lieu de discuter jusqu’au petit matin avec Alienor. Surtout qu’ils se voyaient tous les matins et en cours, ce n’était pas comme s’ils n’avaient jamais l’occasion de se parler. Il décida de se concentrer sur les paroles de la Poufsouffle qui était à ses côtés pour oublier son coup de barre. Se connaissant, cela n’allait pas durer bien longtemps, mais il ne fallait pas s’endormir entre temps.

« Tu n'es pas obligé de rester tu sais, je te ibère. Je suis une grande fille je peux me débrouiller toute seule et puis tu dois avoir pleins de choses à faire. De plus ce n'est pas marrant de rester avec un gamine de quinze ans qui a un sens de l'humour assez spécial qui cherche une bonne vengeance dans les formes contre son cousin. »

Win ne doutait certainement pas de sa capacité à se débrouiller toute seule. Mais bon… Laisser une jeune fille dans cette situation n’était clairement pas dans ses principes. C’était son côté chevaleresque dirons-nous. Qui plus est, la « gamine de quinze ans », il l’aimait bien, il s’en était rendu compte un peu plus tôt. En clair, elle avait le « libérer », il n’allait certainement pas partir. Ce n’était certes pas dans ses principes de laisser une jeune fille ainsi, mais ça l’était encore moins lorsqu’il s’agissait d’une amie. Quand aux choses à faire… Mouarf. Il pourrait toujours essayer de négocier un délai pour rendre ses devoirs. Les professeurs avaient finit par s’habituer au fait qu’ils n’auraient jamais ses devoirs en temps et heure. Alors un de plus ou un de moins rendu en retard, pour ce que ça change ! Et pour une fois, il avait une excuse valable. Mouhahaha. Le Win avait joué le gentleman. C’était classe comme excuse. Hum, bref. Situation présente, Win : tu dois répondre à la miss qui est à côté de toi. Ayant pour habitude de suivre à la lettre ce que lui dictait sa conscience (quitte à ce que celle-ci soit altérée par une quelconque créature manipulatrice d’esprit), le jeune sorcier s’exécuta.

« Je t’assure que si j’avais eu envie de partir, je serais partit depuis longtemps. Il faut croire que je trouve cette gamine de quinze ans au sens de l’humour spécial sympathique. Quand à la vengeance, je t’aiderais avec plaisir... Si tu ne lui dit rien, parce qu’il serait capable de découper mes chaussettes sinon. Déjà que je suis presque sûr de devoir les raccommoder demain. »

Oui, il se voyait déjà passer son petit déjeuner avec son nécessaire de couture pour réparer les dégâts. Il fallait vraiment qu’il aille se renseigner pour savoir s’il n’y avait pas un sort pour raccommoder des vêtements rapidement. Win ne put retenir une grimace : il n’aimait pas la bibliothèque. C’était trop silencieux et à chaque fois qu’il y allait, la bibliothécaire était toujours sur son dos. Comme s’il allait faire exploser la moitié de la pièce. Ce n’est arrivé qu’une fois, il y a cinq ans, et ce n’était qu’une étagère. Et puis ce n’était pas sa faute… Il avait vu un âne volant. Le fait est que, comme tous les ânes de cette espèce, il disparaissait lorsque l’on arrêter de le fixer. Et ils étaient dangereux ! Ils ne se contentaient pas de manger des chaussettes, ils attrapent les oreilles de leurs victimes et ils ne les lâchent plus. Autant dire qu’il avait préféré sauvegarder l’intégrité de son oreille. Et donc, oui, il avait fait une petite explosion dans la bibliothèque. En celle-ci, dans sa grande ignorance, ne croyait pas aux ânes volants. Tsss… Un jour, elle se réveillera avec une oreille en moins et elle fera moins la fière. Toujours est-il qu’il n’était pas vraiment le bienvenue dans cette partie du château. Pourtant il avait fait son mois de colle sans broncher. Et puis nom d’un hippogriffe en tutu, c’était il y a cinq ans ! Pense plume Win, pense plume… Respire.

Donc, qu’allaient donc faire nos deux comparses emmitouflés dans leurs serviettes, histoire de revenir au moment présent. Visiblement, Lucy semblait attendre un miracle : que les vêtements de Fred sèchent. Elle les avait disposées sur le banc, bien à plat. Le jeune homme devinait sans peine qu’elle ne s’occupait pas souvent de faire la lessive chez elle. Ce n’était pas franchement son cas non plus mais parfois sa mère piquait une crise et tout le monde se retrouvait à s’occuper de son cas. Bienvenue chez les Dawning. Enfin bref, ce n’est pas le sujet non plus. Win regarda longuement ses affaires avant de se décider à faire quelque chose. Il attrapa son tee-shirt et son sweat-shirt et les lança à Lucy. Puis, il prit le reste et se dirigea vers les douches pour se changer.

« Tu devrais enfiler ça où tu vas finir par attraper froid avec tes serviettes humides sur le dos… Mes affaires vont être trop grande pour toi mais du coup, tu pourras te passer de pantalon un petit moment.»

De son côté, il enfila caleçon et pantalon rapidement, quittant par la même occasion les serviettes trempées qui lui servaient de vêtements jusque là. Il s’essuya convenablement les cheveux pour qu’ils arrêtent de dégouliner -heureusement qu’ils n’étaient pas longs, cela n’aurait pas été très pratique. Lorsqu’il fut satisfait, il attrapa les serviettes qui trainaient par terre et les plia rapidement pour les remettre dans l’armoire. Elles seraient normalement changées par un des merveilleux elfes de l’école. Raaah ! Ce qu’ils pouvaient être bien ces elfes ! A chaque fois que le Poufsouffle allait dans les cuisines, c’était un bonheur. Ils étaient tellement gentils avec leurs pâtisseries. Surtout avec leurs pâtisseries d’ailleurs. Hum… Pâtisseries. Win attendit patiemment de pouvoir sortir en faisant mentalement une liste de ses pâtisseries favorites. Lorsque celle-ci lui dit qu’il pouvait venir, le jeune homme sortit des douches et regarda la Poufsouffle. Ses affaires avait beau être trop grandes pour elle, le tout restait assez court et dévoilait une grande partie des jambes de Lucy. Trop pour repartir au château comme ça.

« Bon, je vais enfiler mes chaussures, si tu veux tu peux avoir mes chaussettes. Je vais courir jusqu’au château pour trouver des filles qui pourront me donner des affaires pour toi… Alienor ou ma sœur dans l’idéal… Je devrais pouvoir les croiser, c’est bientôt l’heure du repas. Si je trouve Fred avant, par le carrosse de Cendrillon, je l’enferme dans un placard. Et puis ensuite je reviens pour t’apporter tout ça ! Je fais au plus vite. Et après on pourra repartir vers le château ensemble. Si des méchants pas beaux nous tombe dessus, on pourra les envoyer se cacher plus facilement… Heu… Je vais essayer de retrouver ma baguette aussi, ça pourrait être pratique. »

Win attrapa ensuite ses chaussures vertes-pomme et les laça rapidement. Il donna ses chaussettes bleues à pois jaune à son amie tout en lui adressant un sourire chaleureux. Puis, sans lui demander réellement si elle était d’accord ou non avec ce qu’il avait proposé, le sorcier ouvrit la porte du vestiaire et se mit à courir à travers le parc. Il y avait deux raisons à cela, la première était bien plus honorable que la seconde : Lucy ne pouvait pas attendre indéfiniment dans les vestiaires des garçons… Parce que bon, ce n’était pas franchement LE TRUC qui mettait en joie les jeunes sorcières de Poudlard. Lui-même avait tendance à n’y passer qu’en coup de vent. C’était comme les toilettes. On avait tendance à passer beaucoup plus de temps dans les toilettes des filles que dans ceux des garçons. C’était un fait indéniable… N’allez pas croire qu’il avait ses petites habitudes chez les filles, hein. Juste une sœur qui estime que les toilettes des filles sont propices aux discussions. Comme si on était mieux dans des toilettes -même ceux des filles- que dans un couloir désert. C’était pareil. Bref, la seconde raison au fait qu’il courait comme un fou jusqu’au château, c’était la température. Bien qu’elle ne fut pas glaciale, elle n’était tout de même agréable lorsque l’on se baladait torse nu. Pendant qu’il courait comme s’il essayer d’échapper au diable, il croisa quelques personnes. Celles-ci le regardèrent avec des yeux ronds, avant de se rendre compte que ce n’était que le fameux Winthrop Dawning. Tsss… Comme si ça n’arrivait à personne d’autre ce genre de problèmes. Bon, c’est vrai que ça lui arrivait plus souvent qu’à d’autres mais enfin. De là à ne plus trouver ça étrange !

Une fois dans le hall, le Poufsouffle partit en exploration des lieus, à la recherche de quelqu’un susceptible de l’aider. Il y avait beaucoup de monde dans le hall, vu l’heure cela n’avait clairement rien d’étonnant. Quasiment aucun élève ne s’étonna de le voir habiller de la sorte. Le jeune homme en profita donc pour jeter un œil dans la Grande Salle, dans le cas où il y aurait sa sœur ou Alienor à l’intérieur. Le cas échéant, son frère qui aurait pu fort bien le renseigné. Mais non. Aucun d’eux n’était là quand on avait besoin d’eux. A croire qu’ils s’étaient donné le mot. Avec un soupir, Win entreprit de descendre les escaliers menant aux cachots -et donc à la salle commune des Poufsouffle- toujours en courant. Mais cette fois-ci, c’était juste parce que Win n’aimait toujours pas traîner dans les escaliers. Des escaliers, de son point de vue, cela se dévalait. Il mit cependant vingt secondes de plus que d’habitude à descendre, ayant regardé attentivement les personnes qui montaient et descendaient en même temps que lui. Toujours pas d’Alienor. Il espérait sincèrement qu’elle était dans la salle commune. Peut être était-elle en train de l’attendre pour aller manger ? Ce fut sur cette pensée qu’il entra dans la salle commune.

Et elle était effectivement là, assise sur un fauteuil, discutant avec une de ses amies. Ah ! Alienor. Parfois il l’aimait vraiment beaucoup cette fille. Enfin… Plus que d’habitude. Il se planta donc devant les deux jeunes filles et toutes deux le fixèrent avec un air perplexe. Que Win s’empresser de balayer d’un revers de la main.

« Alienor, est-ce que tu pourrais aller chercher des vêtements dans le dortoir de Lucy Weasley. Son cousin lui a fait une mauvaise blague…
- Ah. C’est donc à elle qu’appartenait la masse de vêtement qu’il avait dans les bras en entrant. J’ai toujours trouvé que c’était un idiot. Je vais voir ce que je peux faire, pendant ce temps là tu devrais aller te mettre quelque chose sur le dos. Pas que ça me déplaise, mais tu vas attraper la crève.
- Heu… Ouais. Merci. A tout de suite ! »


Et le voici qui s’élançait de nouveau : direction son dortoir. Il fouilla rapidement dans les affaires éparpillées un peu partout dans la pièce dans l’espoir de se trouver un tee-shirt et un pull… Des chaussettes aussi. Après quelques longues minutes de recherches laborieuses, il mit enfin la main sur ce qu’il cherchait. Il les passa en vitesse puis, il attrapa la veste qui pendait à la porte de son armoire en sortant. Il franchit le seuil du dortoir… Avant d’y revenir car il avait une nouvelle fois oublié sa baguette, pourtant accessoire essentiel du sorcier. De retour dans la salle commune, il remarqua qu’Alienor l’attendait déjà. (Quelque chose lui disait que le dortoir des filles de cinquième année était plus organisé que le sien.) Cette dernière lui tendit le tas de vêtements qu’elle tenait dans ses bras avec un sourire.

« Allez, zou ! Elle ne va pas attendre toute la nuit ! »

Non, effectivement ce n’était pas souhaitable. Heureusement pour lui que les Poufsouffle avaient leurs quartiers dans les sous sols, il n’osait pas imaginait si cela avait été dans une tour. Cela lui aurait pris un temps faramineux d’aller jusque là-haut ! Il croisa quelques uns de ses amis sur le chemin du retour auxquels il fit comprendre qu’il était pressé à l’aide gestes parfaitement stupides. Ceux-ci ne s’en formalisèrent cependant pas, c’était Win après tout. S’il n’y avait que ça. Mais malheureusement la personnalité de Win et son… originalité… ne se limitait pas à ses mimiques et gestes étranges. Il y avait aussi tout le reste. Mais c’était également pour ça que ses amis l’appréciaient, malgré les désagréments que cela pouvait parfois leur causer.

Le jeune sorcier traversait maintenant le parc en direction des vestiaires. Il n’avait pas regardé l’heure, il n’y avait pas pensé. Déjà qu’il avait eut du mal à se souvenir de prendre sa baguette, alors regarder l’heure ! Mais il était presque sûr qu’un sort d’oubli avait été lancé dans sa chambre. C’était la seule explication pour qu’il oublie tant de choses ! Quoi qu’il en soit, il n’avait pas oublié qu’il devait aider Lucy et il espérait ne pas avoir été trop long à le faire. Bon… Win se doutait bien qu’elle n’allait pas vraiment lui en vouloir. Ce n’est pas comme s’il l’avait vraiment laissée en plan. Il était partit certes, mais il était partit pour l’aider. Et ça changeait tout. (N’est-ce pas ?) Lorsqu’il fut devant les vestiaires des garçons, le Poufsouffle ouvrit la porte à la volée. Il la retint de justesse avant qu’elle ne cogne le mur de derrière, il détestait quand les portes claquaient. Il posa ensuite les affaires de Lucy sur le banc et eut le grand plaisir de voir qu’elle était toujours là. Bien qu’elle ait l’air de s’être ennuyée ferme pendant un petit moment. Mais un sourire apparut sur ses lèvres, signe qu’elle ne lui en voulait pas trop.

« Voili, voilou ! Alienor est allée chercher des affaires à toi. Je ne sais pas si ce sont tes favorites mais bon… Tu vas pouvoir sortir sans problèmes. Elle a même pensé aux chaussettes ! »
Revenir en haut Aller en bas


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Sam 22 Jan - 7:37

Spoiler:
 

WIN - « Je t’assure que si j’avais eu envie de partir, je serais partit depuis longtemps. Il faut croire que je trouve cette gamine de quinze ans au sens de l’humour spécial sympathique. Quand à la vengeance, je t’aiderais avec plaisir... Si tu ne lui dit rien, parce qu’il serait capable de découper mes chaussettes sinon. Déjà que je suis presque sûr de devoir les raccommoder demain. »

Win était vraiment quelqu'un de super, qu'il lui dise en gros qui l'aimait bien fit d'autant plus plaisir à Lucy. Ben oui sa petite phrase s'était un test et il se trouve qu'il l'avait réussi... Non Lucy Weasley n'était pas ce genre de filles, il ne fallait pas non plus pousser le bouchon un peu trop loin, Maurice. Non mais il est sûr que ça ravie la jeune Poufsouffle. Personne n'est avare de compliments, surtout lorsque c'est quelqu'un qu'on apprécie beaucoup qui vous les dit. Au pire ça serait Pierre-Paul-Jacques, bon c'est flatteur, sympathique mais ça ne va pas plus loin que ça alors que quand c'est quelqu'un de proche : c'est l'extase ! C'est comme si la patacitrouille rencontrait la chocogrenouille. Enfin il ne faut mieux pas évoquer le sujet des sucreries parce que d'un, Lucy elle était incollable sur le sujet et de deux, elle pouvait en parler pendant des heures. C'est ça d'être passionné par quelque chose. Il se trouve que Lucy Weasley était passionnée de trois choses : les moldus et le monde moldu en général, le Quidditch et les sucreries. La demoiselle se souvient que pendant son enfance, elle tenait un calepin tel un critique gastronomique et à chaque fois qu'elle goutait un bonbon, elle le notait sur dix. Elle notait emballage, la saveur, la texture bref tout ce qui pouvait être noté et puis avec l'âge, elle a laissé tombé le calepin. Cependant, quelques fois elle le relie et elle constate déjà que gamine, elle avait de bons goûts en ce qui concernait les bonbons. Que de la nostalgie pour une gamine tout juste âgée de quinze ans, qu'est-ce que cela sera quand elle en aura quatre-vingt-cinq... De plus Win avait même ajouté qu'il l'aiderait pour la vengeance si elle ne le dénonçait pas. Jamais Lucy ne ferait ça ! Elle n'était pas de ce genre-là surtout pas en plus devant son cousin, elle avait pas peur de cette grosse brute immature et farceuse, un Weasley quoi... Même si des fois ça la tuait de le reconnaître, elle était peut-être un peu comme ça, quoique Lucy était sûre d'être mature, une grosse brute ? Ça pouvait arriver... Mais bon quoiqu'elle dise, elle adorait Fred et elle était sûre que c'était réciproque de toute façon qui aime bien, châtie bien !

Lucy Weasley attendait alors patiemment que les vêtements de Fred sèchent, un peu comme un miracle mais elle essayait de survivre avec les moyens du bord. Cependant Lucy devait bien reconnaître qu'elle n'avait pas vraiment envie d'enfiler les vêtements de son cousin parce qu'il avait transpirer dedans assez pour la rebuter et pourtant, Lucy n'était pas coquette, c'était pour vous montrer l'abondance de la transpiration... C'était sûrement un caprice dans ce genre de situations mais bon une fille reste une fille et il y a certaines choses sur lesquelles elle tient particulièrement... Perdue dans ses pensées, Lucy entendit tout de même Win qui lui parlait et qui lui envoyait son t-shirt et son sweat avant d'attraper le reste et de se diriger vers la salle de bain :

WIN - « Tu devrais enfiler ça où tu vas finir par attraper froid avec tes serviettes humides sur le dos… Mes affaires vont être trop grande pour toi mais du coup, tu pourras te passer de pantalon un petit moment. »

Après avoir parlé Win quitta la pièce pour rejoindre les douches. Lucy avait beau tenir les vêtements de Win dans les mains, elle ne les avait toujours pas enfilé sur le dos. A croire qu'elle aimait être frigorifiée quoique la température des vestiaires était tout de même assez agréable. En faite le problème de ses lieux étaient l'humidité, l'odeur et la saleté ou la crasse si vous préférez, du à la terre du sol du terrain de Quidditch. Elle se décida alors de les enfiler rapidement parce que Win ne mettrait pas longtemps à revenir et ça serait alors un peu bête et ultra gênant qu'il la trouve toute nue... Si cela arrivait, elle avait plus qu'à se prendre. Qu'on amène la corde ! Non, non c'est pas drôle j'en conviens mais y a des fois où l'esprit divague. Enfin du coup Lucy rentra dans le t-shirt et le sweat de Win en quatrième vitesse toujours dans le stress que Win se pointe au mauvais moment. Ce sont des choses comme ça qui vous traumatisent à vie^^. Le t-shirt lui faisait une robe mais alors vraiment très courte et le sweat lui permettait de recouvrir ses bras. Des vêtements secs lui faisaient du bien après avoir passé les dernières minutes enveloppée dans une serviette mouillée où l'eau agrippée dans ses cheveux lui avaient dégouliné progressivement dessus. C'était pour cela qu'elle avait ressenti plusieurs frissons depuis qu'elle était entrée dans le vestiaire des garçons. Lucy décida alors d'enrouler ses cheveux dans la serviette la moins humide et la moins sale qu'elle ait trouvée histoire de ne pas mouillé les vêtements de Win. Comme Lucy était prête elle dit à Win qu'il pouvait revenir. Miss Weasley apprécia le fait que Win attende avant de revenir, c'était très respectueux. Décidément, Lucy ne trouvait que des qualités à Win bien qu'il pouvait être un peu bizarre certaines fois mais bon comme elle l'avait déjà dit avant, Lucy connaissait bien les trucs farfelues avec sa meilleure amie, Théoxane Mars. Lucy put constater que Win la regardait ce qui aurait pu la gêner vu que bon elle n'avait pas grand chose sur le dos mais bon vous direz, avant elle était en serviette... Mais Lucy n'était pas gênée parce qu'elle était plus occupée à regarder Win qui rappelons-le était torse nu et faut-il vous dire qu'il était beau torse nu ? Oh non, vous l'aurez bien devinez tous seuls ! Enfin trêve de plaisanteries entre nous ! Pourquoi ? Pour la bonne et simple raison que la demoiselle Weasley remarqua que Win ouvrait la bouche sûrement pour dire quelque chose. BINGO ! Puisque même pas deux secondes plus tard, des mots sortaient de la bouche du septième année...

WIN - « Bon, je vais enfiler mes chaussures, si tu veux tu peux avoir mes chaussettes. Je vais courir jusqu’au château pour trouver des filles qui pourront me donner des affaires pour toi… Alienor ou ma sœur dans l’idéal… Je devrais pouvoir les croiser, c’est bientôt l’heure du repas. Si je trouve Fred avant, par le carrosse de Cendrillon, je l’enferme dans un placard. Et puis ensuite je reviens pour t’apporter tout ça ! Je fais au plus vite. Et après on pourra repartir vers le château ensemble. Si des méchants pas beaux nous tombe dessus, on pourra les envoyer se cacher plus facilement… Heu… Je vais essayer de retrouver ma baguette aussi, ça pourrait être pratique. »

Win ne laissa pas à Lucy le temps de répondre car il lui tendit ses chaussettes bleues à pois jaune que la demoiselle attrapa. Comme il avait lacé ces chaussures il partit directement sans que miss Weasley puisse dire quoique ce soit. Elle était seule. Ce n'est que quelques minutes plus tard qu'elle se rendit compte qu'elle l'avait laissé sortir torse nu, chercher une tenue pour elle alors que lui-même n'était que torse nu et en plus comme il l'avait dit c'était bientôt le repas et donc il croiserait pleins de personne et ça allait jaser. Raaah ! Elle se sentait tout d'un coup la personne la plus égoïste du monde. Elle aurait au moins pu lui rendre son sweat, c'est vrai il va avoir froid et puis ben les gens vont jaser. C'était limite un sacrifice qu'il faisait là ! Lucy verserait presque une petite larme si c'était pas ridicule mais bon vous voyez bien ce qu'elle ressentait et ce qu'elle pensait de cet acte tellement courageux. C'est qu'il lui en faut peu pour être impressionnée, retenez bien ça messieurs, ça peut vous être utiles vu comment elle est difficile en amour. Oui je sais, c'est une chieuse mais il en faut bien pour peupler ce monde...

Vous imaginez, une fille seule dans les vestiaires, ça vous donne pas des idées vous ? Ben à Lucy oui et pas des plus saintes. Désolé au monsieur qui est là-haut mais la curiosité était trop forte pour résister. Rien que regarder ce qu'il y avait dans les casiers promettait des découvertes intéressantes. Peut-être qu'il y aurait quoi grignoter là-dedans^^. Vous vous doutez bien que c'était fermé mais loin de se démonter, la demoiselle Weasley finit par trouver un moyen d'ouvrir certains casiers et par bonheur dans l'un-deux, elle trouva une patacitrouille, c'était énorme, sa sucrerie préférée ! Elle avait de la chance. Enfin après avoir ouvert quelques casiers, elle n'avait rien d'autres à faire et Win n'était toujours pas là en même temps bon ça se faisait une petite trotte des vestiaires jusqu'aux cartiers des Poufsouffles et encore ils étaient des privilégiés car ils étaient dans les sous-sols contrairement aux Gryffondors qui étaient dans une tour. Cependant le problème auquel Win et Lucy étaient confrontés n'était pas quelque chose qui était fréquent alors les élèves ne pensaient sûrement pas à cela oui mais bon il faut penser à tout dans la vie, non ? La preuve que si, vous ne savez jamais ce qui peut vous tomber dessus. Ça Lucy Weasley peut vous le confirmer à présent, être à moitié nue dans les vestiaires des hommes, ça craignait quand même. Il fallait le dire et croyez bien que Lucy en avait parfaitement conscience c'était bien pour cela qu'elle était si gênée et qu'elle se sentait si honteuse. Franchement elle aurait largement préféré être tranquille pénard dans l'un des moelleux fauteuils de la salle commune des Poufsouffles ou alors plaisanter avec Hermès. Elle avait vraiment eu de la chance en croisant Win et qu'il mette tant de cœur à la sortir de ce pétrin. Elle savait à présent qu'elle pouvait compter sur lui dans n'importe quelle situation. Elle n'en n'avait jamais vraiment douter mais bon là elle en avait la preuve directe, elle ne pouvait pas dire le contraire bien que ça n'avait jamais été son but. Enfin revenue sur le banc où elle avait été assise auparavant, Lucy regarda en l'air. Contre l'ennui, tout est bon à faire, parole de Weasley ! Finalement elle entendit des bruits, elle se prépara alors à se battre s'il le fallait, hé elle ne pouvait pas savoir qui venait la perturber alors qu'elle n'avait pour tenue que quelques vêtements de Win. Cette personne pourrait se faire des idées, croire que Win et elle auraient... PAR MERLIN ! AH non elle ne pouvait pas laisser cela arriver, elle avait déjà causé assez de problèmes à Win, il avait voulu être son chevalier servant mais pas sûr qu'il ressort indemne de cette aventure. Et voilà qu'elle s'en voulait encore mais pour le moment elle devait être réactive, être capable de protéger son honneur et celui de Win, elle se mit alors debout sur le banc mais elle put voir avec bonheur qu'il s'agissait de Win. Ouf, elle était sauvée ! Elle remarqua d'ailleurs qu'il avait unie pille de vêtements dans les mains, les siens bien sûr enfin à moins qu'il y avait quelqu'un d'autre sans vêtements dans les vestiaires... Il prit alors la parole pour lui dire la chose suivante, quand à Lucy elle lui offrit l'un de ses plus beaux sourires.

WIN - « Voili, voilou ! Alienor est allée chercher des affaires à toi. Je ne sais pas si ce sont tes favorites mais bon… Tu vas pouvoir sortir sans problèmes. Elle a même pensé aux chaussettes ! »

Win avait auparavant déposé ses vêtements sur le banc. Lucy sauta alors du banc pour atterrir sur le sol. Ce petit mouvement lui fit voltiger les cheveux. Si Win avait trouvé bizarre la façon dont il avait trouvé Lucy, il avait eu la bonté de ne pas faire de commentaire. C'était vraiment un amour ! Enfin après avoir fait un nouveau sourire à Win, elle attrapa ses vêtements et se dirigea vers les douches, elle n'allait tout de même pas se changer devant lui ! Elle avait d'ailleurs remarquer qu'il en avait également profité pour se changer, elle aurait fait de même à a place^^. Enfin donc, elle était arrivée dans les douches. Elle commença par enlever les chaussettes de Win, elle regarda les vêtements qu'Alienor lui avait pris : il y avait un espèce de t-shirt ou plutôt un décolleté plus que plongeant, c'était à elle ça ? Ah mais oui, c'était une blague de Théoxane qui trouvait que son amie ne s'habillait pas assez féminine, mais est-ce qu'elle lui avait demandé de lu acheter cette horreur ? En plus le truc était rouge pétant, super Win allait à coup sûr la prendre pour quelqu'un qu'elle n'était pas. Mais bon ce n'est pas comme si elle avait le choix, elle enfila ce haut avec un soutien gorge qui était présent, il y avait tout ce qu'il fallait et heureusement pour aller avec ce haut immonde, elle avait un jean noir simple, tant mieux la simplicité y a que ça de vrai ! Elle enfila ses chaussettes et ces chaussures que Win lui avait ramené. Heureusement d'ailleurs parce que Fred avait vraiment tout emmené !! Elle montra alors de nouveau le bout de son nez dans les vestiaires où Win l'attendait patiemment. Lucy adressa un sourire à Win et lui tendit les vêtements qu'il avait eu la bonté de lui prêter. Bon ok elle risquait peut-être d'avoir un peu froid le temps de rentrer au château mais elle n'allait sûrement pas le montrer à Win, il l'avait déjà suffisamment aidé ! Elle s'approcha alors de lui et lui dit : « Merci. », un petit mot certes mais qui pouvait signifiait tellement de choses ! Elle accompagna ce petit mot d'un baiser sur la joue droite de Win C'était un geste amical qui était aussi de remerciement. Elle s'éloigna alors de lui et ajouta en ayant un large sourire sur son visage :

LUCY - « Bon et bien je crois qu'on peut y aller maintenant. Merci encore pour m'avoir sorti de ce pétrin, je sais pas ce que j'aurais fait sans toi. T'as vraiment été mon chevalier servant ! »

Elle se mit alors à rire, ce n'était pas moqueur loin de là, c'est juste que la situation était comique et forcément Lucy riait. Elle se demandait même comment elle avait pu garder son sérieux aussi longtemps, franchement chapeau bas à la demoiselle, vous n'êtes pas de cet avis ? Et même si son haut la gênait, elle n'y faisait pratiquement plus attention ! Et ça croyez-bien que c'était quelque chose d'énorme. Faîtes péter le champagne dans la grande salle et surtout laisser de quoi manger à la demoiselle Weasley parce que quand il s'agissait de nourriture, Lucy était une experte !

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Jeu 24 Mar - 9:59

Spoiler:
 

Win attendit patiemment que Lucy revienne, il s’était remis à la place qu’il occupait avant que Fred ne fasse son mauvais coup : allongé sur un banc, le regard rivé vers le plafond en imaginant des plumes. Plumes ! Plumes ! PLUMES. Il revint à la réalité lorsqu’il entendit la porte des vestiaires des garçons s’ouvrir. Il se releva et regarda le nouvel arrivant pour vérifier qu’il s’agissait bien de Lucy. Et oui, c’était bien elle… Encore plus belle qu’en serviette et qu’en sweat-shirt trop grand. Certes elle n’était pas habillée d’une façon particulièrement originale ou quoi, mais elle était tout de même bien séduisante. Réalisant soudainement ce qu’il était en train de penser, Win ferma les yeux et les rouvrit. Plumes. La jeune fille lui rendit ses affaires qu’il replia bien pour qu’elles puissent rentrer dans son sac. Captivé par ce qu’il faisait, il ne remarqua pas Lucy qui s’était approchée pour lui faire un bisou sur la joue et lui dire merci. D’abord surpris, il ne sut que dire puis il opta inconsciemment pour un sourire idiot. Elle lui avait fait un bisou. Qui n’aurait pas eu un sourire idiot après avoir eu un bisou de Lucy Weasley ? Bah ouais, le Poufsouffle était comme les autres sur certaines choses. Mais il savait bien que pour une fois ce n’était pas forcément quelque chose à revendiquer. Il enleva donc ce sourire idiot de son visage et se concentra de nouveau sur le pliage de ses vêtements… Qui ne rentraient pas dans son sac qu’importe ce qu’il faisait. C’était d’un exaspérant !

« Bon et bien je crois qu'on peut y aller maintenant. Merci encore pour m'avoir sorti de ce pétrin, je sais pas ce que j'aurais fait sans toi. T'as vraiment été mon chevalier servant ! »

Et il l’entendit rire. Pas d’un rire sadique ou moqueur, non juste un rire amusé : le rire qui caractérisait Lucy Weasley. Rien que pour avoir la satisfaction de l’entendre, Win ne regrettait en rien ce qu’il avait fait pour elle ce soir-là, loin de là. Si c’était à refaire, il le referait sans hésitation. Enfin, visiblement toute cette hsitorie était derrière eux et ils pourraient en rire dans dix ans autour d’un porridge. Parce que c’est bien connu, tout le monde raconte ses anecdotes d’enfance autour d’un porridge. Ouais bon, c’est une des bizarraries commune à la famille Dawning : ils aiment les porridge et font des porridge party régulièrement. Où elle le mal ? Pourquoi devrait-on réserver les machin-truc party aux crêpes et aux pizzas ? Où est l’Angleterre là dedans que diable ? Enfin bref. Mangez du porridge, c’est comme les plumes : ça claque.

« De rien, c’est normal… Dis ça te dérangerait de garder mon sweat plus longtemps ? Il rentre pas dans mon sac. Et puis, tu vas avoir froid comme ça non ? »

Il aurait dû s’en douter. Les affaires avaient été données par Alienor et elle ne pense JAMAIS à prendre de quoi se mettre sur le dos quand il fait frais. C’est lui qui doit prévoir pour elle tous les matins… Déjà qu’elle n’y pense pas pour elle, pourquoi y penserait-elle pour les autres. Une vague idée de stratagème de la part de la jeune femme pour qu’il soit dans l’obligation de donner son sweat à Lucy, comme un parfait gentleman, lui passa par l’esprit… Non, c’était pas le genre d’Alienor. Ou peut être que si en fait. Bref, là n’était pas la question. Lucy allait avoir froid si elle sortait comme ça dehors avec son petit haut et dans tous les cas, le sweat ne rentrait pas dans le sac. Problème réglé. La Poufsouffle attrapa le sweat-shirt qu’elle enfila rapidement avant de se diriger vers la sortie, Win sur les talons. Ce dernier vérifia qu’il n’avait rien oublié dans les vestiaires puis sortit sa baguette pour éclairer le chemin. La nuit était en train de tomber et il faisait de plus en plus noir, trébuché sur un caillou serait idiot. Le jeune homme préférait ne pas penser aux créatures monstrueuses qu’ils pouvaient croiser sur le chemin conduisant au château. Il se rassurait en se disant qu’ils étaient DANS le parc de POUDLARD et que Vous-Savez-Qui était assez effrayant pour que les créatures en question aient peur de s’y aventurer.

« Hé, si on croise Fred on lui fait quoi ? Moi je serais pour l’assommer, l’enrouler dans une corde et l’accrocher au plafond… Les élèves les découvriront au petit matin, avec un peu de chance des premières années impressionnables, et lui il aurait l’air bien fin pour expliquer ce qu’il faisait là-haut. »

Oui, Win imaginait franchement bien la scène. De plus, Fred n’aurait pas trop à s’inquiéter ses parents étaient de sang pur, ils n’allaient certainement pas courir le risque de l’abîmer. Au pire il récolterait quelques heures de colle. Pour ce que ça change dans son quotidien. Et puis ce n’était pas le genre à balancer si jamais il avait des idées sur l’auteur de la blague. C’était plutôt le genre à se venger en fait. Aïe. Puis le jeune sorcier haussa les épaules, après tout il l’aurait cherché quand même, il a mit sa cousine dans de beaux draps. Encore une fois il avait agit sans se soucier des conséquences. Bah pour une fois, il l’aurait dans l’os : Lucy ET Win vont être sur son dos. Et il rigolera moins le bougre parce que quand Win fait quelque chose, il le fait rarement à moitié… Et on ne parlera même pas de Lucy, sa réputation parle d’elle-même. N’allez pas croire que notre cher Winthrop va se transformer en blagueur de carrière, il est et restera le Win que nous connaissons tous… Mais le Win que nous connaissons tous à plus d’un tour dans son sac.

« Au fait, très joli ce haut. »

Il ne savait pas pourquoi il avait dit ça mais il l’avait dit. Surtout qu’il ne pensait pas du tout à ça… Mais bon, il haussa les épaules pour se débarrasser de tous doutes, cette phrase sonnait bien. Et en plus c’était vrai.
Revenir en haut Aller en bas


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Jeu 14 Avr - 9:32


On pouvait même dire qu'elle se relâchait vraiment parce que maintenant qu'elle était habillée, tout était redevenu normal. C'est vrai, n'importe qui pouvait dès à présent entrer dans les vestiaires, Lucy s'en conte fichait. Bon il se poserait sûrement des questions du fait qu'elle se trouvait dans les vestiaires des garçons mais ce n'était pas grave. Il pourrait aussi penser que Win et elle faisaient des choses pas très catholiques et il pourrait le faire circuler dans toute l'école, ce n'était pas gr... Euh quoi ? Faut pas exagérer non plus, finalement réflexion faite. Tout danger serait écarté quand ils seraient sortis mais déjà elle avait évité le pire. Elle portait un haut qu'elle n'aimait pas mais ce n'était qu'un petit détail. Non franchement, elle pouvait être fière d'elle et surtout de Win. Promis, elle accrocherait un poster de lui dans sa chambre juste en face de son lit. Oui, euh, c'est assez inquiétant ça tout de même. La simplicité, y a que ça de vrai, Lucy l'aurait déjà oublié ? Ma fois elle était comme ça des fois ou alors serait-ce un Alzheimer précoce ? Par Merlin, faîtes que non !

WIN - « De rien, c’est normal… Dis ça te dérangerait de garder mon sweat plus longtemps ? Il rentre pas dans mon sac. Et puis, tu vas avoir froid comme ça non ? »

Lucy attrapa le sweat que lui tendait Win celui qu'elle portait quelques minutes auparavant. Maintenant si elle était pas sûre, elle pouvait l'être : il détestait son haut ! Est-ce qu'elle le prenait mal ? Ben d'un côté oui et d'un côté non ce qui assez contradictoire. De plus, il n'y a pas cinq minutes, elle piquait une crise sur ce haut, répétant on ne sait combien de fois qu'elle le détestait. De toute façon, on dit toujours que les filles – les femmes en général – changent d'humeur comme de chemises en un mot son très lunatiques. Lucy n'échappait alors pas à la règle. Cependant revêtir le sweat de Win ne la dérangeait pas tellement... Lunatique, on vous aura prévenu. Non sincèrement elle n'avait pas froid avec et puis le sweat était imprégnée de l'odeur, du parfum de Win qui était loin d'être repoussante. Enfin bref tout ça pour dire que les deux Poufsouffles sortirent enfin des vestiaires laissant derrière eux une histoire originale dont ils pourront rire plus tard... peut-être autour de patacitrouilles. Lucy se refera pas, des sucreries et toujours plus de sucreries. Faut arrêter de parler de sucre car le ventre de Lucy se metait déjà à gargouiller. Cependant Lucy rierait à cette histoire devant n'importe quoi du moment que c'était comestible.

La nuit avait déjà commencé à tomber sur Poudlard ce qui avait un petit côté effrayant même pour une demoiselle courageuse comme Lucy mais si elle n'avait pas été envoyée à Gryffondor c'était parce qu'il y avait une raison : elle n'était pas si courageuse que cela mais elle était tout de même brave. De toute façon quand on faisait parti des résistants, on était forcément courageux. Lucy voyait les choses de cette façon en tout cas. Enfin bref ce n'était pas vraiment le moment de débattre sur si on était courageux ou pas. Elle ne regrettait pas du tout d'avoir enfiler le sweat de Win parce qu'il faisait un peu froid dehors bien que ce soit le printemps. C'était sûrement parce qu'il faisait nuit et c'était bien connu qu'il faisait toujours plus froid la nuit que la journée. Win éclairait leur chemin de toute façon et ça suffisait à rassurer la demoiselle Weasley. De plus pour détendre l'atmosphère Win prit la parole. Il la prenait souvent au bon moment ce qui était quelque chose d'assez remarquable.

WIN - « Hé, si on croise Fred on lui fait quoi ? Moi je serais pour l’assommer, l’enrouler dans une corde et l’accrocher au plafond… Les élèves les découvriront au petit matin, avec un peu de chance des premières années impressionnables, et lui il aurait l’air bien fin pour expliquer ce qu’il faisait là-haut. »

Lucy se mit à rire. Elle trouvait l'idée très bonne et la perspective de l'accrocher au plafond et surtout de l'assommer ravissait Lucy. C'était de bonne guerre, rassurez-vous, Lucy adorait son cousin comme tous les membres de sa famille à peu près mais comme dit le proverbe qui aime bien châtie bien. De plus elle le connaissait assez pour dire qu'à sa place, il aurait fait la même chose. C'était d'ailleurs très certainement une des raisons pourquoi il l'avait laissé dans les vestiaires des filles avec pour seul vêtement une serviette trempée. Lucy lui en avait beaucoup voulu mais elle savait que dès qu'elle le verrait, ils blagueraient ensemble et elle n'aurait plus du tout de rancune parce qu'elle l'aimait et l'amour ça vous fait tout pardonner et oublier. Il ne lui avait pas non plus fait de mal c'était seulement une blague. Une blague à la Weasley qui n'était pas forcément de meilleur goût mais qui plaisait. Les blagues à la Weasley vous pliaient de rire, vous distrayez et ceci depuis des générations. On racontait partout que l'humour des Weasley étaient légendaire. Lucy se plaisait à entendre du bien de sa famille parce qu'elle était très fière même honorée d'être une Weasley. La famille occupait sincèrement une place très importante dans la vie de Lucy. Elle était dévouée à sa famille et c'était sûrement sa plus grosse faiblesse.

Enfin tout cela était bien mais elle avait évidemment d'autres plans assez tordus et marrants à l'esprit. Il faut dire que ça ne serait pas son coup d'essai. Lucy était réputée pour sa discrétion mais cela n'empêchait pas non plus qu'elle ait de très bonnes farces à son actif. Est Weasley ou ne l'est pas... Et alors qu'elle allait répondre, Win reprit la parole pour dire quelque chose qui déstabilisa en quelques sorte Lucy :

WIN - « Au fait, très joli ce haut. »

Le rouge lui monta aux joues, heureusement qu'il faisait nuit avec un peu de chance Win n'aura rien vu. Elle qui était persuadée qu'il lui avait demandé de mettre son sweat pour éviter de voir ce haut horrible et peut-être aussi la vue horrible le trouvait en faite très jolie. Il lui avait alors vraiment passé son sweat craignant qu'elle ait froid. Elle se montait la tête pour pas grand chose et puis en y repensant, Win n'était pas du genre à mentir ou un truc dans le genre. Il y avait vraiment des fois où elle se compliquait vraiment la vie. Tout ça pour dire qu'à l'avenir elle devrait peut-être faire plus confiance à sa meilleure amie, Théoxane. Elle savait sûrement mieux y faire que Lucy, elle devait bien le reconnaître. Encore une fois lunatique, c'était peut-être les hormones enfin de compte ? Non parce que là c'était quand même inquiétant... Elle se décida enfin à lui reprendre en essayant de pas trop balbutier. Elle essayait tout de même de garder une ombre de fierté.

LUCY - « Merci. » Pause. « C'est Théo qui me l'a offert quand on se promenait à Près-Au-Lard. Elle a jugé que je... je ne m'habillais pas assez féminin, enfin je pense que tout ça ne t'intéresses pas beaucoup. Les fringues et compagnie ça n'intéresse pas vraiment, les garçons. » Oh elle avait l'impression de parler comme une gamine de douze ans. « Oh au faite, tes chaussettes méritent bien leur réputation, elles sont superbes. »

Plus elle parlait, plus elle avait l'impression de s'enfoncer enfin autant dire que ça gêne était revenue. Pourquoi était-elle si stressée ? Sérieusement Win était un ami proche, elle n'avait pas à être autant gênée. Non elle devrait être détendue, à la cool. De toute façon, elle se compliquait très certainement trop la vie encore une fois. Elle essaya alors de reprendre le dessus. Win et elle marchaient toujours en direction du château. Il fallait dire que le terrain de Quidditch n'était pas non à des kilomètres du château alors il ne mettrait pas dix ans mais il y avait quand même un bout de chemin à traverser. Les mains dans les poches elle suivait le rythme qu'installait Win. Avoir les mains dans les poches était une chose qui rassurait Lucy, elle pouvait prendre du recul, elle était stable. Bref elle était en quelque sorte dans sa bulle mais n'était pas fermée, jamais elle n'était fermée aux autres. Lucy aimait les autres, elle était sociable. Donner souvent une deuxième chance, laissait le bénéfice du doute même si quelques fois elle avait des préjugés comme tout le monde. On ne pouvait pas dire que le climat dans lequel ils vivaient inciter à la confiance et puis personne n'était parfait. En tout cas Lucy décida de changer de sujet après tout comme ça elle pourrait rebondir :

LUCY - « J'ai un bon pressentiment pour le prochain match, je nous ai trouvé très bon à l'entraînement même si on est pas vraiment très sérieux. Y a qu'à voir Fred en train de faire des acrobaties, Juyne et Sarah qui papotent avec moi et oh de toute façon ça prouve qu'on prend du plaisir et c'est le principal. »

Le Quidditch, un sujet que Lulu maîtrisait.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Sam 10 Déc - 7:12

« C'est Théo qui me l'a offert quand on se promenait à Près-Au-Lard. Elle a jugé que je... je ne m'habillais pas assez féminin, enfin je pense que tout ça ne t'intéresses pas beaucoup. Les fringues et compagnie ça n'intéresse pas vraiment, les garçons. »

Win ne pu s’en empêcher, il rit légèrement. Ce n’était pas pour la vexer bien évidemment, il n’était pas comme ça, mais il était vrai que ce rire était quelque peu moqueur. Mais il y a plusieurs types de moqueries, tout le monde sait ça : les méchantes pas belles et les gentilles toutes mignonnes. En ce qui le concernait, c’était juste qu’il trouvait Lucy drôle malgré elle. « Les fringues ça n’intéresse pas les garçons » ? Le jeune homme était persuadé de pouvoir trouvé une bonne dizaine de contre exemples dans la minute… A commencé par lui. Elle parlait tout de même à un collectionneur de chaussettes. Cependant, le Poufsouffle ne dit rien. Il était même presque sûr que la jeune fille ne l’avait pas entendu rire. Il la laissa continuer à parler.

« Oh au faite, tes chaussettes méritent bien leur réputation, elles sont superbes. »

Un sentiment de fierté envahit le sorcier : elle avait dit que ses chaussettes étaient superbes ! Elle l’avait dit ! Mieux : ses chaussettes avaient la réputation d’être superbes ! Un immense sourire se composa sur son visage. Rien de ce qu’elle n’aurait pu dire ne l’aurait rendu plus heureux. Pourtant, il ne trouva pas grande chose à lui répondre… Un silence s’installa donc entre les jeunes gens alors qu’ils marchaient dans le parc en direction du château. Silence qui devint vite un peu frustrant. Win se creusa donc la tête pour trouver un sujet de conversation mais rien ne lui vint. La conversation n’avait jamais été son fort… Enfin si, dans un sens, mais il n’avait curieusement aucune envi de se rendre ridicule face à Lucy. Ce fut son amie qui le fit sortir de ses réflexions en lançant un sujet de conversation qui leur correspondaient bien à tous les deux. Elle avait eu un éclair de génie pour le coup.

« J'ai un bon pressentiment pour le prochain match, je nous ai trouvé très bon à l'entraînement même si on est pas vraiment très sérieux. Y a qu'à voir Fred en train de faire des acrobaties, Juyne et Sarah qui papotent avec moi et oh de toute façon ça prouve qu'on prend du plaisir et c'est le principal. »

Win rit de nouveau en repensant à l’entrainement. Dire qu’ils n’avaient pas été très sérieux était un euphémisme pour lui, c’était du grand n’importe quoi pendent les trois quart du temps ! Il avait passé l’entrainement à faire des passe avec un cognard avec Alienor, qui avait récupéré la batte de Juyne pendant qu’elle discutait avec Sarah et Lucy en se passant le souaffle de façon tout à fait désintéressée, alors que Fred s’amusait à faire des acrobaties sur son balais. Celui-ci hurlait de temps à autre un « Hé ! Vous avez vu ça ? ». Non, vraiment ce n’était certainement pas le type d’entrainement que l’on pouvait voir chez les Gryffondor, c’était certain. Mais il était vrai qu’il s’y était beaucoup amusé. Il était également vrai que chaque joueur de l’équipe était un bon joueur. Même avec de tels entrainements, ils étaient capables d’y arriver, Win en avait l’intime conviction. Bon, ils ne gagneraient sans doute pas la coupe. Mais qu’est-ce que ça pouvait faire ? Ceux qui faisaient du Quidditch à Poufsouffle ne le faisaient pas pour la gloire ni pour la victoire, ils le font parce que ça les éclate. C’est sans aucun doute mieux ainsi. On pourrait leur reprocher de manquer d’ambition mais franchement, se faire plaisir c’était quelque chose à laquelle personne dans l’équipe n’était prêt à renoncer… Sauf peut être les deux dernières semaines avec un match… La pression des pairs probablement. Bref, Lucy avait raison sur toute la ligne.

« Oui, je pense aussi. Notre équipe fonctionne bien et chacun sait comment fonctionnent ses coéquipiers. Ca nous donne un grand avantage. Dans certaines équipes, ils ne se connaissent même pas vraiment entre eux, c’est dommage. Heureusement, ce n’est pas notre cas. Du coup, c’est vrai, nos entrainements ne sont pas très efficaces mais comme diraient les moldus, la force est avec nous. »

Il savait que les moldus disaient cette expression pour avoir été amis avec les autres enfants de son voisinage, qui étaient des moldus donc. Chez lui, il n’y avait pas le téléphone ou la télé, ni même des jeux de cartes inanimés. Grâce à eux, il avait donc découvert le monde moldu et leurs grands classiques cinématographiques. Il pouvait parler de grands classiques car tous l’avaient regardé comme s’il avait vécu dans un cave depuis sa naissance lorsqu’il avait affirmé ne pas comprendre pourquoi ils s’amusaient à se battre avec des mikados en faisant « Wazouuum ». Grande expérience traumatisante, vous en conviendrez. Tout cela lui semblait remonter à une éternité cependant. Et il savait qu’il ne reverrait jamais ses anciens amis… Encore moins un film. C’était la triste réalité d’être un sorcier, on ne peut pas décemment perdre son temps avec des moldus. Dommage.

Les deux amis continuèrent de parler un moment de Quidditch, comparant les techniques de telle ou telle équipe de Poudlard, s’enthousiasmant en se rappelant la tête déconfite des Serpentard quand ils ont perdu leur dernier match, réfléchissant sur les progrès possibles des équipes de Grande Bretagne dans le championnat… Absorbés dans leur discussion, ils remarquèrent à peine qu’ils étaient déjà arrivés dans le hall du château. C’est une fois en face des portes de la Grande Salle que tout deux se rendirent compte où ils étaient. En effet, une porte fermée et des estomacs vides, ça réveille !

« Bon bah… Heureusement qu’on est des Poufsouffles, hein ! »

En effet, quels Poufsouffles ne connaissaient pas le moyen d’accéder aux cuisines de l’école ? Certainement pas Lucy et Win. Alors tous les deux se dirigèrent vers les cachots tout en continuant leur discussion, le Quidditch ne lasse jamais. Enfin, ils avaient tout de même finit par parler des dernières débilités faites par un fabriquant de balais, ça restait dans le domaine mais ce n’était plus du sport à proprement parlé. Le silence vaguement gêné que les deux sorciers avaient pu connaître quelques instants plus tôt s’était complétement dissipé et alors qu’ils mangeaient, ils se prirent à ne plus parler de Quidditch. Ils parlaient de tout et rien, se racontaient des anecdotes, riaient… Win ne se souvenait pas s’être senti aussi proche de Lucy avant ce soir-là. Ils étaient amis depuis un petit moment déjà mais s’ils avaient déjà discutés ensemble, ils n’étaient jamais seuls et ils n’avaient jamais eu de conversations aussi longues.
Une fois leur repas terminé, les Poufsouffles saluèrent chaleureusement les elfes de maison et se dépêchèrent de rentrer dans leur salle commune, l’heure était dépassée depuis une bonne demi-heure et ils ne s’en étaient pas rendus compte. Heureusement pour eux, la salle n’était pas bien loin et ils la rejoignirent sans incidents.

« Bon bah, je sais pas toi mais moi je suis passablement mort… J’ai plein de devoirs à faire alors je vais aller me coucher. Je les ferai demain. Peut être. Bref. Bonne nuit Lucy. »

Et là, problème : que pouvait-il bien faire ? Lui serrer la main, cela allait être très étrange, lui faire la bise, trop français… Win opta donc pour le câlin. Ce qui n’était pas forcément la meilleure des options non plus. Surtout qu’il ne pu s’empêcher de l’embrasser quand ils se séparèrent. Il ne savait pas ce qu’il lui avait prit, mais il l’avait fait. Et pour autant qu’il s’en souvienne, Lucy lui avait répondu. Ou alors c’était son imagination. Paniqué, la seule chose qui lui vint à l’esprit fut de s’enfuir dans son dortoir en plantant là la jeune fille. Et ça, ce n’était vraiment, vraiment, pas ce qu’il y avait de mieux à faire. Adossé contre la porte du dortoir des septième année, Win soupira longuement en se tenant la tête entre les mains. Il allait faire quoi maintenant ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   Dim 11 Déc - 8:18

RP TERMINE

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 

c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: DRAGEES SURPRISES DE BERTIE CROCHUE :: RP-