Partagez | 
 

 GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Mer 19 Mar - 4:17


« mon cœur, maintenant que c'est fini, on peut enfin s'amuser. »




Les portes de l’ascenseur s'ouvrirent tandis qu'une voix mélodieuse clamait : « Département des mystères. ». Gabe ajusta sa cravate et sortit de l'ascenseur suivit par deux sorciers. Enfin il lui semblait mais la vérité était qu'il n'y prêtait pas tellement attention. Aujourd'hui il avait rendez-vous avec son ex-copine. Enfin par ex comprenait ex, ex, ex, ex, ex, *deux minutes plus tard* ex, ex, ex, copine. Oui c'était il y a bien longtemps, une quinzaine d'années quoi. Depuis, il en avait eu des copines. Enfin bref là n'était pas l'essentiel. Il n'y avait eu qu'avec Raven qu'il avait eu une gamine, enfin connue. Il avait des sueurs froides rien qu'en imaginant qu'il pouvait avoir d'autres gosses. Quelle horreur ! Focus, il fallait qu'il soit le plus concentré possible parce que l'affrontement allait être rude, ça ne faisait aucun doute vu ce qu'il allait demander. Déjà, il voulait reconnaître India et qu'elle porte son nom, ce n'était absolument pas négociable. Deuxièmement, il voulait l'avoir pour une semaine pendant les vacances. Ils étaient des sang purs, il savait que ça serait accepté, en plus il était directeur de la Gazette, il savait comment s'arranger pour que ça lui soit accordé. Troisièmement, il voulait qu'à sa sortie de Poudlard, si India ne prenait pas d'appartement seule qu'elle vienne habiter avec lui. Bref, vous l'aurez compris, il voulait assumer son rôle de père à fond et ne rien laisser à cette chimère, cette furie qu'était Appoline Harper-Rhodes. Cette vieille peau allait lui faire payer ce mensonge, enfin mensonge, elle ne lui avait pas dit qu'il n'était pas père mais elle lui avait caché ce fait très important. Ils avaient rompu certes parce qu'il avait été un connard mais on enchaîne pas un prédateur. Néanmoins ça ne méritait pas qu'elle lui cache quelque chose d'aussi important. C'était une salope, c'était tout.

Il s'arrêta alors devant le bureau de son ex copine et eut un mouvement de recul face à cette poignée. Ça allait être horrible mais pas question de reculer, non ? Quoique, il ne savait pas exactement s'il avait envie de se prendre la tête avec elle. En fait, il avait aussi peur d'un côté de ne pas pouvoir se retenir de la tuer. C'est juste que dès qu'il voyait son visage tout ridé, une tension se créait immédiatement et il avait des envies de meurtre. Que voulez-vous c'était toujours comme ça dans la vie, quand vous étiez avec la personne, il y avait une tension sexuelle, quand ça finissait mal ça se transformait en tension sanguinaire. Imaginez lui lançait un bon vieux « avada kedavra » lui semblait être tellement plaisant, l'extase, un putain d'orgasme ouais. Ouais, ouais non ça ne battait quand même pas Kayla sans sous-vêtement en dessous (ou dessus) de lui. Et voilà des pensées bien salaces lui venaient dans l'esprit. Plus à rien à foutre de l'autre mégère. Soudain, quelqu'un l'interpella : « Vous ne rentrez pas ? » Quoi ? Qui lui parle ? Gabe tourna la tête et regarda la personne qui avait osé lui parler. Bah oui, il était un personnage important, on lui parlait pas comme ça non mais oh, comme s'il était un simple mortel. Il avait la grosse tête ? À peine. « Oui. Enfin ça dépend de vous, jolie fleur. » Elle se mit à glousser. Quoi ? Elle était belle, il avait envie de la draguer. Voyez-vous c'était comme un sport la drague, il ne fallait jamais arrêter la pratique sinon vous allez devenir moins bon. Là il voyait une belle fille donc l'opportunité de briller et d'augmenter sa jauge de sexyttude. Appoline pouvait attendre un peu. Elle n'avait sûrement jamais la visite d'un aussi bel homme que lui. « Je, euh, je ne pense pas que ma patronne verrait ça d'un bon œil. » Elle jeta un coup d’œil vers la porte. Ah Raven était sa patronne, mouais c'était à double tranchant. Il fallait peut-être mieux qu'il n'ait pas deux femmes travaillant ensemble contre lui. Une seule suffisait. « Très bien poupée, comme tu veux. Si tu changes d'avis, tu n'auras qu'à demander ma carte à ta patronne. » Gabe lui prit alors la main et déposa un baiser dessus. Elle gloussa de nouveau puis s'éloigna. Les femmes, elles étaient tellement facilement impressionnables. C'était limite trop facile. Gabe ouvrit donc la porte et rentra donc à l'intérieur du bureau de la mère de sa fille.

Elle était là assise, trônant fièrement sur sa chaise devant son bureau. Ses cheveux relevés en un chignon lui donnait un côté austère mais qui pouvait s'avérer être sexy pour certains. Elle le toisait mais tout cela allait avec son attitude. Elle était la Reine des lieux à ne pas en douter. Il comprenait tout de même pourquoi il avait craqué pour elle, cet air de grandeur et de pureté. Elle en imposait par sa présence. Peut-être qu'une vague de nostalgie le submergeait. Il revoyait pendant un instant, le temps où ils vivaient ensemble. Mais tout ça c'était très loin, oh oui beaucoup trop loin. Lui à côté pour le coup, il faisait un peu tâche ou en tout cas intrus. Le brigand qui venait troubler les lieux. Il lui offrit un sourire rempli de sous-entendus et de moqueries. « Apolline. Je peux ? » Il n'attendit même pas sa réponse et s'assit sur la chaise en face d'elle. Elle était rayonnante de bonheur de le voir, évidemment c'était de l'ironie. « Je pense que tu sais pourquoi je suis-là. » La dernière fois, il avait hurlé dans ce bureau car elle ne lui avait pas parlé d'India maintenant c'était la suite logique. Il était assez calme pour l'instant ce qui était plutôt étonnant. En même temps ce n'était que le commencement, ils avaient le temps de se prendre la tête. « J'ai plusieurs requêtes au sujet d'India, j'ai commencé à les évoquer la dernière fois mais la conversation étant devenue un peu compliqué, je ne pense pas que tu les ais prises au sérieux. Mais sache qu'elles ne sont pas négociables. » Il fit une pause. Il la préparait psychologiquement à ce qu'elle ne puisse pas dire non à ces demandes. Même si soyons honnêtes, elle allait le faire mais il pouvait toujours rêver. Il prit donc son air des plus sérieux pour lui annoncer la première couleur qu'il savait qu'elle s'opposerait : « Je veux qu'India porte mon nom. » Et les hostilités étaient lancées. Premier round, c'était parti.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Ven 21 Mar - 13:18


« wait a second, let me pretend I care. »



Grattant son morceau de parchemin haut de gamme avec une frénésie peu surprenante venant d'elle, Raven finit par apposer le point final de son dossier. Nouvelle chef de son département, elle s'accommodait à sa position, qui ne datait tout juste que de quelques mois, avec une aisance peu commune comme si elle avait toujours été faite pour. Les nuits blanches au bureau ne lui faisaient pas peur, l'indépendance dans ses recherches que lui permettait le fait de ne pas avoir de supérieur direct, l'arrangeait franchement. Posant sa plume sur son socle elle tira une cigarette du paquet toujours posé sur son bureau en bois massif et la porta à ses lèvres l'allumant d'un coup de baguette. Délice toxique, qui était l'un des plus grands vices de la blonde, le seul qui ne l'avait jamais quitté malgré les changements qu'avait connu sa vie. Elle s'était vaguement arrêtée pour India, maudissant l'enfant qui l'empêchait de céder à son besoin de tabac, mais elle avait vite repris après sa naissance. Sa dose quotidienne avait même augmenté face au stress nouveau d'avoir un bébé geignard sur le dos. India était toutefois à ce moment-là plutôt loin de ses pensées, Raven ayant encore l'esprit centré sur son travail qu'elle ne considérait jamais réellement comme fini. Elle fuma néanmoins sans se presser, savourant cette pause bienvenue, peu dérangée par la fumée qui menaçait d'envahir son bureau. Elle était suffisamment polie pour que lorsque qu'on lui rendait visite, elle jette rapidement un sort d'aération, mais pour elle-même l'odeur de la cigarette froide pendant qu'elle se tuait à la tache ne l'embêtait pas plus que ça. Au contraire, ça rendait presque son bureau plus personnel.

Écrasant ce qu'il en restait sur le cendrier en ébène elle jeta un coup d'œil à sa montre. Elle était en retard sur l'emploi du temps qu'elle s'était donnée, exigeante, elle était pratiquement toujours en dessous de ses propres critères. Soupirant elle ramena un parchemin vers elle pour reprendre son travail, lorsque la porte s'ouvrit. « Daria ne vous-a-t-ton jamais appris à toquer avant d'ent-.. » commença-t-elle à s'adresser à ce qu'elle croyait être son assistante, s'interrompant néanmoins lorsque ses yeux croisèrent ceux d'un homme qui n'avait rien avoir avec la bécasse qui travaillait pour elle. Son visage déjà peu accueillant se refroidit d'autant plus lorsque le visiteur s'avança vers elle et elle se cala dans son fauteuil pour mieux lui faire face. « Mais après tout les bonnes manières n'ont jamais été ton forte. » fit-elle en plissant des yeux, faisant mine de ne pas être surprise par la venue totalement imprévue du père de sa fille. Il aurait pu prévenir, c'était la moindre des choses. Il croyait qu'il pouvait simplement débarquer dans son bureau comme ça et obtenir un entretient. Il croyait qu'elle avait tout le temps du monde à lui consacrer ou quoi? Raven était quelqu'un d'occupé et elle n'appréciait pas du tout qu'on la bouscule, elle et son travail de cette façon. De plus qu'il se soit introduit dans le département le plus protégé du Ministère sans permission et qu'en plus sa secrétaire l'ai laissé pénétrer dans son bureau sans lui demander la permission étaient inquiétants en plus d'être extrêmement agaçant. Il lui offrit un sourire moqueur qu'elle apprécia encore moins que d'ordinaire vu les circonstances et fit un geste vers un fauteuil vide.

« Appoline. Je peux ? » Il utilisait son prénom, bon moyen de commencer les hostilités. Non pas qu'il y ait moyen que cette entrevue se déroule bien de toute façon. Elle se força à garder une expression impassible bien que malgré son silence ses yeux lançaient des éclairs tandis prenait place sur la chaise opposée à la sienne, sans attendre de réponse de sa part. Une telle impolitesse avait le don de lui faire grincer des dents. C'était son domaine ici, il devait obéir à ses règles. Mais en même temps, elle n'en attendait pas moins de la part de Gabe. Il venait bien sans permission alors pourquoi ne pas aller jusqu'au bout. Elle se demandait sincèrement ce qu'elle avait bien pu lui trouver  quand ils étaient ensemble. À l'époque elle n'avait décidément pas beaucoup de goût. « Je pense que tu sais pourquoi je suis-là. » Se retenant de rouler des yeux, elle se contenta de le fixer l'air profondément blasée. Elle avait en effet deviné la cause de sa visite, c'était d'ailleurs la seule raison pour laquelle elle ne lui avait pas demandé ce qu'il faisait là. Ainsi autant aller droit au but, inutile qu'il perde son temps avec des banalités pour lesquelles il n'était de toute évidence pas doué. De toute façon la blonde n'était pas d'humeur. Elle ne lui demandait pas de quitter immédiatement la pièce non plus. À ses yeux, il ne pouvait rien d'avoir d'intéressant à lui dire quoiqu'il arrive, rien qu'elle ne veuille entendre en tous cas, mais puisqu'il voulait la voir qu'il le fasse et vite. Au moins ça éviterait qu'il revienne plus tard.  « J'ai plusieurs requêtes au sujet d'India, j'ai commencé à les évoquer la dernière fois mais la conversation étant devenue un peu compliqué, je ne pense pas que tu les ais prises au sérieux. Mais sache qu'elles ne sont pas négociables. » En effet elle ne les avait pas prise au sérieux, mais qui lui disait qu'elle était plus prête à les accepter ce jour-là? Rien. Raven n'en avait pas la moindre intention. Elle s'était débrouillée sans lui pendant quinze ans et elle n'avait nul besoin qu'il vienne se mêler à l'éducation d'India, ça ne le regardait pas vraiment après tout. Et qu'il les considère négociables ou non n'y changerait rien, il n'aurait de droit sur elle que si elle le décidait et pour l'instant elle n'en avait guère envie. Elle le trouvait en plus incroyablement stupide de ne même pas avoir tenté de rassembler quelques circonstances en sa faveur, en se montrant poli ou en ayant pris rendez-vous au préalable - quoi qu'il n'était pas certain qu'elle aurait accepté, mais il aurait pu essayer. Elle garda néanmoins une expression sereine. Après tout sereine elle l'était parfaitement, sûre que les arguments du sorcier se montreraient inutiles. Il pouvait tout essayer, son jugement était déjà fait. « Je veux qu'India porte mon nom. » Elle soutint son regard un instant puis reprit le parchemin qu'elle avait lâché dans ses mains, esquissant un sourire. « Et moi j'aimerais avoir du personnel compétent à mon service. Mais malheureusement on a pas toujours tout ce qu'on veut. » Elle se fit note d'adresser une petite lettre de renvoi à Daria pour la bêtise et le manque de professionnel dont elle avait fait preuve en laissant ce qui était pour elle un inconnu pénétrer dans son bureau. Et attrapant une plume, elle entreprit de modifier le rapport qu'elle avait sous les yeux. « Si c'est tout ce que tu voulais, je pense que nous en avons terminé. » fit-elle sans relever son regard bleu-vert vers lui. Il n'y avait pas particulièrement d'inimité dans sa voix malgré tout le dégoût et la haine qu'elle ressentait pour l'intrus. Ses propos parlaient d'eux même. Et comme elle ne le sentait pas partir elle releva la tête non sans laisser échapper un soupire exaspéré. « Gabriel. Tu veux jouer au parent, tu fais un bébé à ta garce. Laisse ma fille tranquille en attendant, veux-tu? » lança-t-elle comme si elle s'adressait à un enfant qui ne comprenait pas. Ce qu'il était au final. Un enfant capricieux qui voulait ce qu'il ne pouvait pas avoir. Il voulait India parce qu'elle ne voulait pas la lui laisser. Dès qu'il l'aurait il la lâcherait. Et elle n'avait pas gâché du temps et de l'argent sur la gamine pour qu'il détruise tout. Non merci.
créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Ven 4 Avr - 5:53


« mon cœur, maintenant que c'est fini, on peut enfin s'amuser. »




Gabe savait pertinent avant même d'exiger sa demande que Raven s'y opposerait. Vous vous rendez compte, qu'India porte son nom, c'était la fin pour elle, sûrement se prendre en pleine face son échec parce que tout tournait autour de ça. Comment elle avait gâché sa vie en tombant enceinte du salaud qui l'avait trompée de tout côté et qui l'avait laissé avec ce petit paquet surprise. Déjà pourquoi ça tenait autant à cœur à Gabe que sa fille porte son nom ? Il ne savait pas trop. En fait, il soupçonnait surtout que sa plus grande motivation était d'emmerder encore une fois Raven. C'est vrai, ça lui faisait toujours plaisir de pourrir sa vie quand c'était possible. Parce qu'on y réfléchissait, il n'en voulait pas de gosse lui. Ouh bon Dieu non, ça n'avait jamais été un de ses souhaits dans la vie. Il voyait les enfants comme des charges avec des contraintes, une tonne de contraintes. La plupart de ses amis de son âge en avaient des enfants, même que certains en avaient qui avait l'âge de rentrer à Poudlard. Ils semblaient heureux d'en avoir, que leur lignée soit sûre de continuer. Gabe ne ressentait pas ce besoin. De toute manière, il y aurait toujours le chouchou, Liam pour assurer la descendance des Windsor. Pas besoin de Gabe, on avait jamais besoin de Gabe pour ces choses-là, de toute manière. Enfin bref, tout ça pour dire qu'il n'avait pas un désir fulgurant de paternité mais ça lui tenait tout de même à cœur qu'India s'appelle Windsor, assez pour ne pas le négocier, en tout cas pas au jour d'aujourd'hui. Une part de lui voulait faire les choses bien avec cette gamine. Peut-être parce qu'il savait ce que c'était que de se sentir rejeté par ses parents, d'avoir l'impression de pas être à la hauteur. Il ne voulait définitivement pas ça pour sa fille ! Elle était là alors maintenant fallait qu'il fasse, qu'il s'adapte et il essayait de faire au mieux. Pour une fois, il essayait de se comporter en adulte. « Et moi j'aimerais avoir du personnel compétent à mon service. Mais malheureusement on a pas toujours tout ce qu'on veut. » Ah. On en était donc là ? Comme quoi on avait pas toujours ce que l'on voulait. Et bien si, pour cette question, il aurait ce qu'il désirait. India serait Windsor ou alors rien. C'était petit de lui faire de la philosophie à l'heure actuelle comme s'il avait un intérêt pour la chose, de toute manière. Il croyait pas en ces conneries et en plus de cela, tout ce qui sortait de sa bouche, il le prenait comme une attaque personnelle. Ce n'était pas impartial mais en même temps, il ne pouvait l'être comme Raven ne l'était pas non plus.

Elle n'avait même pas la décence de le regarder, quel manque de civisme ! Peut-être qu'elle était trop impressionnée, en réalité. Ça peut se comprendre, Gabe Windsor avait de la gueule. Oui, il avait beaucoup de charisme ce qui pouvait intimider. Ou alors c'était juste une connasse. Malheureusement pour lui, c'était sûrement le dernier choix. Quelle salope ! « Si c'est tout ce que tu voulais, je pense que nous en avons terminé. » Oh non ce n'était pas terminé et puis de toute manière, elle ne choisirait pas pour lui. Madame avec ses grands airs croyait qu'elle décidait alors que pas du tout. Il avait le choix, il était mettre de ses faits et gestes. Hors de question que madame coincée du cul soit la maîtresse, oh non. Ça lui ferait bien trop plaisir à cette mégère. Qu'est-ce qu'elle l'énervait, ce n'était pas humain à ce stade-là. « Gabriel. Tu veux jouer au parent, tu fais un bébé à ta garce. Laisse ma fille tranquille en attendant, veux-tu ? » Ce fut plus fort que lui, il ne put s'empêcher de rire. Sa fille ? Oh mais c'était la sienne aussi donc argument irrecevable par la court. Et en plus, elle croyait quoi ? Que c'était sa mère ? Comme s'il allait s'obéir. Elle pouvait rêver ! Jamais, jamais, jamais. Il préférait plutôt crever. Il répliqua donc tout de suite. « C'est la mienne jusqu'à preuve du contraire aussi alors utilise plutôt notre fille. Tu n'as plus le monopole. » BAM. Gabe était à présent un catcheur. Il donnait des coups même si son adversaire était une femme. Rien à foutre du sexe. Toute matière c'était plutôt un monstre donc sans sexe. BAM, vas-y comment ça clash. « Si tu voulais pas de moi, t'avais qu'à trouver un autre géniteur. J'ai des droits, je compte bien les voir respecter. Toi-même tu sais très bien que tu ne peux rien faire contre ça. » Il fit une petite pause avant de rajouter : « Comme quoi, tu peux pas te passer de moi. Il a fallu que tu me fasses un enfant dans le dos pour t'assurer de ma présence dans ta vie jusqu'à ta mort. » Oui, il aimait lui rappeler qu'il était irrésistible et à quel point elle l'aimait. Évidemment c'était faux mais ça faisait du bien de le dire. Super connard, super connard, ah oui c'est lui.

Il commença à jouer avec son montre avant d'ajouter assez calmement lui aussi. « Quand je t'ai dit que je voulais qu'India porte mon nom, ce n'était pas négociable. Apparemment tu ne l'as pas saisi. » Il releva la tête en sa direction pour lui sourire. Elle pensait peut-être qu'il était idiot mais il ne l'était pas autant qu'elle pouvait le penser. Il était quelqu'un de connu, avec des relations et en plus il était sang pur. Purement administratif, ils étaient égaux. « Tu me prends peut-être de haut mais tu sais très bien que tu n'es pas plus haut placer que moi. Je suis sang pur, famille de mangemorts respectés, sympathisant du Lord, directeur et propriétaire de la gazette. J'ai autant de poids que toi sinon plus. » Remettons les choses au clair tout de suite. Il se gratta a gorge avant de conclure : « Ça peut te faire sourire mais India m'a écrit, il lui semble important de me connaître et j'ai décidé d'assumer le rôle de père dont tu m'as privé délibérément pendant quinze ans. Si j'étais toi, je me remettrais en question. Il est clair que tu n'as pas été à la hauteur sinon elle n'aurait pas eu le besoin de me chercher. » Taper où ça fait mal, c'était bien la meilleure des attaques. De toute manière, comme il l'avait déjà dit, il n'y aurait pas de quartier. Pas avec elle.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Sam 19 Avr - 14:09


« wait a second, let me pretend I care. »



Raven avait l’impression de s’adresser à un gamin et ce fut confirmé par la réaction idiote et immature que Gabe eut. Il rit, comme si elle venait de lui faire la blague la plus drôle du monde et la sorcière manqua presque de s’esclaffer à son tour tant c’en était ridicule. Elle était des plus sérieuse et son refus était final. « C'est la mienne jusqu'à preuve du contraire aussi alors utilise plutôt notre fille. Tu n'as plus le monopole. » Si son argument ce limitait à ça, il allait être très déçu. Qu’il soit le père génétique d’India ça, ça ne signifiait pas qu’il avait des droits sur elle. Elle ne lui permettrait pas de faire n’importe quoi aux dépends de la vie de sa fille. Elle savait comment il fonctionnait et elle ne lui faisait pas confiance pour quelque chose d’aussi important que l’éducation d’India. Il avait déjà assez fait de connerie en l’engrossant, elle ne lui donnerait pas la possibilité d’aller plus loin. Aussi elle se contenta de hausser les sourcils, très peu convaincue. « Si tu voulais pas de moi, t'avais qu'à trouver un autre géniteur. J'ai des droits, je compte bien les voir respecter. Toi-même tu sais très bien que tu ne peux rien faire contre ça. » Elle n’avait pas choisi le géniteur c’était bien ça le problème et évidemment que si elle avait eut le choix Gabe aurait été le dernier sur la liste. Son patrimoine génétique n’était certes pas trop mauvais mais ses qualités de parents s’arrêtaient là. De toute façon si elle avait eu le choix elle ne serait pas tombée enceinte tout court. Néanmoins tout ça ne donnait toujours pas de droits automatiques à Gabe. Il ne connaissait pour l’instant pas India, il n’avait aucune relation et c’était elle qui l’avait élevée – s’en sortant d’ailleurs plutôt pas mal – donc c’était elle son gardien légale, sa tutrice, celle qui pouvait parler pour elle. Si Gabe voulait des droits il devrait venir les chercher dans un tribunal. Vu son passé, le droit ça la connaissait suffisamment bien pour que l’idée qu’il l’attaque en justice ne l’inquiète pas plus que ça. Après tout non seulement elle se débrouillerait extrêmement bien pour défendre son propre cas mais en plus et bien qu’elle ne leur ait pas beaucoup parlé depuis qu’elle avait changé de service, elle avait des relations au département de la justice magique et s’il il fallait en venir là elle n’hésiterait pas à le faire. « Comme quoi, tu peux pas te passer de moi. Il a fallu que tu me fasses un enfant dans le dos pour t'assurer de ma présence dans ta vie jusqu'à ta mort. » Voilà. Voilà du Gabe tout craché. Voilà pourquoi il était hors de question qu’il s’approche trop d’India. Arrogant au possible, s’il ne sortait pas bientôt de son bureau elle n’allait pas tarder à sortir de ses gonds. Il se donnait beaucoup trop d’importance en sous-entendant des choses pareilles et elle se demandait s’il plaisantait où si dans s’il y croyait vraiment, si dans son esprit il s’était vraiment convaincu qu’elle tenait à lui. Non parce qu’il en était capable, si égocentrique qu’il était.

« Quand je t'ai dit que je voulais qu'India porte mon nom, ce n'était pas négociable. Apparemment tu ne l'as pas saisi. » Fit-il un sourire qui malgré le calme apparent de la blonde lui donna envie de lui arracher avec ses ongles. Oh mais que lui ne le considère pas comme négociable ça ne changeait rien. Il ne semblait pas avoir compris l’idée, Raven ne voulait pas qu’il ait quelconque influence dans la vie de sa fille, point final. Il pouvait se montrer catégorique, hausser le ton, taper du pied s’il le voulait, mais India s’appellerait Harper-Rhodes et rien de ce qu’il pouvait lui dire ne changerait ça. « Tu me prends peut-être de haut mais tu sais très bien que tu n'es pas plus haut placer que moi. Je suis sang pur, famille de mangemorts respectés, sympathisant du Lord, directeur et propriétaire de la gazette. J'ai autant de poids que toi sinon plus. » Et ? Parce que Lord Voldemort des histoires de garde-enfant ça allait l’intéresser peut-être ? Même le mage du Magenmagot qui jugerait l’affaire s’ils en venaient là ne serait que moyennement intéressé. Tout ne se résumait pas à leur rang de toute façon, le fait qu’il soit journaliste d’un torchon ne changerait rien au fait que son cas pour la garde d’India était faible. Et quand bien même le rang importait il y avait fort à douter qu’il ait comme il le prétendait plus de poids que Raven. Sa famille aussi était respectée chez les mangemorts, elle était directrice d’un département important, de sang-pur aussi évidemment et elle au moins était mangemorte. Alors si elle n’avait pas la bassesse de Gabe et n’en était pas encore venue là s’il le fallait il était possible qu’elle gagne. « Ça peut te faire sourire mais India m'a écrit, il lui semble important de me connaître et j'ai décidé d'assumer le rôle de père dont tu m'as privé délibérément pendant quinze ans. Si j'étais toi, je me remettrais en question. Il est clair que tu n'as pas été à la hauteur sinon elle n'aurait pas eu le besoin de me chercher. » Là c’en était trop, elle détourna le regard un instant passant sa langue sur ses lèvres, tentant de se calmer. Elle n’allait pas s’énerver, il n’en valait pas la peine. Elle avait raison, elle en avait conscience et elle n’avait pas besoin d’hausser le ton pour argumenter. De toute façon si Gabe ne voulait pas l’entendre, il ne le ferait pas qu’elle parle calmement, crie ou chante. « Si je te regarde de haut c’est pas pour des raisons des sang. » fit-elle en reniflant presque, méprisante. « Et si tu n’es pas capable de voir pourquoi je vaux mieux que toi surtout lorsqu’il s’agit ensuite d’éduquer une adolescente, alors très franchement je ne peux rien pour toi. » Elle ne connaissait pas son style de vie actuel personnellement, mais il ne semblait pas avoir beaucoup changé depuis quinze ans malgré les quelques premières rides qui apparaissaient déjà sur son front et puis si les photos des couvertures de magasine n’étaient pas truquée alors elle en savait déjà suffisamment pour dire qu’il ne ferait pas un bon père. Une adolescente avait besoin de structure, de règle, de quelqu’un de sûr et de stable. Pas d’un homme-enfant débauché. Par sa simple existence il donnait un très mauvais exemple à India. « India veut connaître son père, ça n’a rien d’original. Tous les enfants veulent connaître leurs parents ça n’a rien avoir avec moi. Rencontre là si tu veux, je ne peux pas t’en empêcher, mais sachant que ça n’est même pas encore fait ne va pas trop vite en besogne. Ton nom elle ne le portera pas ni maintenant ni jamais quoiqu’il arrive. Pour le reste, garde tes autres requêtes pour quand au moins tu sauras à quoi ressemble India. » D’ici là il y avait déjà un quart de chances pour qu’il se soit déjà lassé de sa nouvelle lubie. Sinon, elle ne lui donnait de toute façon pas plus de quelques mois. « Tu n’as aucune idée de ce qu’être parent implique et je ne vais pas te laisser faire ce qui n’est pour toi qu’une expérience au dépends de ma fille. » Parce que si c’était pour que finalement il ne donne plus de nouvelle au bout d’un an, autant qu’India ne le connaisse même pas, ça ferait toujours moins mal. Et malgré l’impression que Raven pouvait donner à tous, y compris elle-même ça lui importait énormément.

créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Sam 19 Avr - 16:24


« mon cœur, maintenant que c'est fini, on peut enfin s'amuser. »




Gabe serait une femme on le traiterait de bitch ou biAtch si t'as envie de bien décomposer le mot ou le dire en mode pétasse de Malibu. Mais bon Gabe n'était pas une femme mais un mec bien viril, tellement viril que King Kong faisait des complexes. Ne croyez pas que la comparaison concerne la pilosité, pas du tout. Gabe est poilu mais ça ne va pas jusque là, c'est juste une question de virilité. Enfin bref, tout ça pour dire que comme il était un mec, on parlait de connard. Il est ainsi drôle de voir comment changent les termes selon votre sexe. Pouvait-on ainsi voir là la preuve flagrante du machisme et féminisme ? Ou alors c'était juste une question dont tout le monde se fout et rien que de lire ses lignes, ça vous énerve. Bref, passons donc au cœur du sujet. Gabe avait fait sa biatch en bonne et due forme et attendez sa sentence. De quel bois se chauffait Raven ? Il fut un temps où elle se chauffait avec son bois – oui ceci est une allusion sexuelle – et ça pourrait être de nouveau le cas à titre exceptionnel ou alors réguliers mais à intervalles bien espacés quand même. Non mais parce que si c'était pour se prendre la tête trop souvent, non. Il avait Kayla déjà, merci. Ah où étaient les femmes d'antan qui avaient un bouton off ? Gabe se le demandait (plusieurs fois par jour). Ça pourrait faire un bon sujet d'article. Allez, dès qu'il reviendrait au bureau, il brancherait Stevens là-dessus. Stevens ce petit jeune qui croyait qu'il allait dénoncer des injustices et participer à la survie d'espèces menacées. Il fallait qu'il redescende sur Terre, celui-là. Ce genre d'histoires ça ne faisait pas vendre. Ce qui faisait vendre c'était les scandales, les photos volées et les problèmes hommes-femmes. Pas besoin d'avoir fait dix ans d'études pour le savoir ! Au fond, Gabe était un génie incompris. Peu le voyaient mais si lui le savait, c'était déjà un bon point. India le saurait bientôt également, le monde était parfait. « Si je te regarde de haut c’est pas pour des raisons des sang. » Ouais, ouais cause toujours tu m'intéresses. Avec son ton satisfait, elle était casse-couille ! Franchement, Gabe se retenait de lui lancer un petit sort pour l'empêcher de parler. Ça serait tellement comique mais elle serait capable de lui lancer un sort bien pire. Ah car en magie, il se faisait laminer. Là il ne pouvait absolument pas luter, raison pour laquelle il n'avait jamais essayé. Il espérait que pour le coup, India ait hérité des talents de sa mère en magie et pas les siens sinon elle était dans de beaux draps ! Mais si elle pouvait avoir évité de prendre son mépris ça l'arrangerait. Raven qu'elle horrible créature détestable ! Tu m'étonnes, qu'elle avait pas d'amies – techniquement elle en avait mais on s'en fout – qui voudrait traîner avec ça ? Personne. Demandez à Ayesha avec qui elle avait aimé traîner, il n'y a encore pas si longtemps. La crème de la crème, exactement.

« Et si tu n’es pas capable de voir pourquoi je vaux mieux que toi surtout lorsqu’il s’agit ensuite d’éduquer une adolescente, alors très franchement je ne peux rien pour toi. » Oh, outch ça faisait mal. Elle a fait un bobo la mesquine. Non, franchement ça ne lui faisait rien. Il n'était pas capable d'éduquer un adolescent ? Lui il éduquait le Royaume Uni entier avec son journal alors question de l'éducation, il était un niveau au-dessus. Oui il étudiait un paquet d'étudiants à Poudlard si on se référait au nombre d’abonnements qu'il comptait parmi les élèves de Poudlard. Il devait sûrement en avoir un au nom d'India donc peut-être que techniquement, il participait déjà son éducation. Mère Teresa elle peut aller se rhabiller ! Quoique vu déjà comment elle était habillée, il était difficile de faire plus. Elle ne connaît donc pas l'invention génial qu'est le décolleté ? C'était pas comme ça qu'on gagnait des affaires. Ou alors si mais ça devait prendre beaucoup plus de temps. « India veut connaître son père, ça n’a rien d’original. Tous les enfants veulent connaître leurs parents ça n’a rien avoir avec moi. Rencontre là si tu veux, je ne peux pas t’en empêcher, mais sachant que ça n’est même pas encore fait ne va pas trop vite en besogne. Ton nom elle ne le portera pas ni maintenant ni jamais quoiqu’il arrive. Pour le reste, garde tes autres requêtes pour quand au moins tu sauras à quoi ressemble India. » Rien d'original, RIEN D'ORIGINAL ! Fous toi de ma gueule. Elle lisait des romans un peu ? C'était genre dans le top cinq des trucs originaux pour un gamin. Et n'oublions pas que lire c'était refuser de mourir donc c'était quelque chose d'ultra important mais il semble évident qu'elle ne lisait que des romans écrit d'une plume médiocre remplis de fautes d’orthographe à chaque mot. Ah encore une fois on ne pouvait pas tous appréciés les bonnes choses. Lui il aimait les belles choses, Raven se contentait des restes. Tant pis pour elle.

Ce à quoi India ressemblait. Il est vrai qu'il ne savait pas à quoi elle ressemblait mais elle ne pouvait pas être moche tout de même, donc tout allait bien. Si elle avait d'une quelconque manière une tare, il l'aurait su aussi. Pourquoi donc cela représenterait un problème ? La rencontre, il y avait déjà pensé et dans sa tête ça se passait très bien. Ils s'entendaient comme larrons en foire, elle le trouvait trop cool et lui disait à quel point elle le préférait à la mégère. Car oui après leur rencontre, Raven perdrait toute dénomination humaine, ils l’appelleraient la mégère ou la vieille pie. VP quand ils ne voudraient pas que les autres comprennent leur discussion. Franchement c'était génial, la meilleure relation père-fille de tous les temps. Personne était au dessus niveau coolitude ! « Tu n’as aucune idée de ce qu’être parent implique et je ne vais pas te laisser faire ce qui n’est pour toi qu’une expérience au dépends de ma fille. » Ah ouais, il n'avait aucune idée ? Mais LOL. Réaction parfaitement mature. Quelqu'un a un problème avec cela ? Histoire de se calmer parce que bien sûr il pétait un câble intérieurement il lui répondit : « Je savais pas que t'étais abonné à Psychomagie Magazine. Non mais parce que je vois pas d'autres explications pour que tu sortes des conneries comme ça. » Si quelle soit conne. Ça pouvait être un mélange des deux, Gabe n'était pas quelqu'un de manichéen.

Gabe se racla la gorge histoire de montrer qu'il était énervé. Une expérience ? Pour elle c'était une expérience mais c'était l'hôpital qui se foutait de la charité ! Ce n'était pas une expérience pour elle du départ ? Parce que ce n'était pas quelque chose de normal de ne pas prévenir le père – et d'avorter alors qu'on pouvait –. Elle se voulait testeuse de mère célibataire si on le voyait sous un angle particulier. Donc son argument n'avait aucune crédibilité ! Elle le fatiguait clairement. « Écoute-moi bien India n'est pas une expérience. Je n'ai pas décidé de lui faire des promesses que je ne tiendrais pas. J'essaye de faire au mieux avec la situation. Situation dont tu es la responsable. Que tu le veuilles ou non enfin non que tu L'ACCEPTES plutôt ou non, tu as privé cette fille d'un père et d'un environnement plutôt stable. Assume tes conneries au lieu de vouloir les légitimer. India est pas un de tes fichus dossiers que tu peux gagner en étant la plus manipulatrice. » Bim, bam, boum, badaboum. Gabe essayait de faire valoir ses motivations qui pour le coup étaient justes et nobles. Il était hors de question que Raven gâche tout cela ! « Alors oui je n'ai sûrement aucune idée de ce que ça implique mais tu ne peux pas me le reprocher tu es responsable. Ça a toujours été comme ça en même temps, tu décides pour les autres. Pas étonnant qu'à trente-deux tu sois seule et mal-bai... aimée. Personne a envie de se coltiner une foutue mégère. » Il fit une pause avant de rajouter. « Ah mon avis India doit être tellement heureuse de pas te subir tous les jours à Poudlard. » En tout cas à sa place c'est ce qu'il ressentirait. La liberté, ça n'avait pas de prix mais une carte bleue aidait bien tout de même, c'était vrai aussi.

Il se leva pour appuyer ses mains sur son magnifique bureau. Si au passage, il pouvait il le dégueulassait un peu, il n'allait pas se gêner un peu ! Il voulait revenir sur un point essentiel et crucial qu'il devait redéfinir semble-t-il. « Et tu es plus apte que moi pourquoi ? Parce que t'imposes tes règles. Mais c'est pour ça que t'es frigide Apolline, je te le dis. Un gamin c'est pas un petit soldat, ok ? C'est un être humain et ça a avant tout besoin d'affection et dans ce domaine, t'inquiète pas que je suis largement plus compétent. Plus tu vas vouloir l'encadrer cette gamine plus tu vas la pousser à faire des conneries. Tu veux pas qu'elle devienne dévergondée ? Et bien tu l'encourages. T'es en train d'échouer tout ça à cause de ton putain d'orgueil et parce que t'es incapable de te remettre en question. Sûrement aussi que c'est pour me faire chier dans un sens de te venger de moi et de tout ce que j'ai gâché dans ta vie. Oui je t'ai apporté de la cellulite, tu sais quoi j'en suis ravi. Je pourrais sûrement faire une liste de pourquoi tu me détestes et elle serait sûrement pas complète mais je suis content pour chaque point. Savoir que je t'ai écorché ça me ravie. Comme quoi la petite miss parfaite, elle est pas mieux que les autres. Elle a été incapable de résister au playboy. Elle a même fait exploser les scores en se faisant engrosser. La vérité, elle est là. T'as échoué et t'as toujours pas réussi à t'en remettre. Pauvre petite fille. » Quelle tirade magnifique. Ah si avec ça, y avait pas d'actions. Gabe avait d'autres arguments mais voulait-elle qu'il ressasse encore plus les histoires du passé pour servir ses intérêts ? Très certainement pas.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Sam 19 Avr - 17:39


« wait a second, let me pretend I care. »



Gabe ne savait décidément pas jauger quand une cause était perdue, ni prendre un refus avec grâce puisqu’il était encore dans son bureau alors qu’il semblait à Raven qu’elle avait suffisamment clairement exposé le fond de sa pensée. Rien que par sa présence il commençait sincèrement à l’agacer et elle se demandait comment sans trop sortir de ses gonds elle allait bien pouvoir le virer de son royaume. « Je savais pas que t'étais abonné à Psychomagie Magazine. Non mais parce que je vois pas d'autres explications pour que tu sortes des conneries comme ça. » La blonde roula franchement des yeux, visiblement peu impressionnée par l’argument qui se voulait drôle de Gabe. Soit elle avait un mauvais sens de l’humour – voire même soyons honnête, pas de sens de l’humour du tout – soit en plus d’être débile Gabe n’était pas drôle. Mais il ne cherchait en réalité pas à plaisanter puisqu’il prenait la peine de se donner des airs énervé par ses propos. Voyons, elle n’avait fait que dire la vérité. « Écoute-moi bien India n'est pas une expérience. Je n'ai pas décidé de lui faire des promesses que je ne tiendrais pas. J'essaye de faire au mieux avec la situation. Situation dont tu es la responsable. Que tu le veuilles ou non enfin non que tu L'ACCEPTES plutôt ou non, tu as privé cette fille d'un père et d'un environnement plutôt stable. Assume tes conneries au lieu de vouloir les légitimer. India est pas un de tes fichus dossiers que tu peux gagner en étant la plus manipulatrice. » Un environnement stable avec lui ? Il devait plaisanter ce n’était pas possible autrement. À trente-trois ans Gabe faisait encore la couverture de certains torchons et pas pour des exploits louables et sa copine n’avait que quelques années de plus qu’India. Et il avait beau s’expliquer Raven ne le croyait pas. Il ne se rendait pas compte des responsabilités qui impliquaient le fait d’être parent, il ne voyait que le côté sympathique d’avoir une fille à qui on peut apprendre des trucs « cool ». Oui parce qu’il ne ferait que ça lui et il laisserait la partie pas drôle à Raven. Eh bas elle n’était pas d’accord. Et avoir été privée India d’un père n’était selon elle pas une faute surtout vu l’identité du père. Parce que si elle avait annoncé sa grossesse à Gabe à l’époque elle était prête à parier qu’il aurait été le premier à lui dire d’avorter. De toute façon elle ne voulait pas de lui dans sa vie à elle et donc pas dans celle de sa fille non plus. India avait eut suffisamment de présence masculine avec son grand-père de toute manière. « Alors oui je n'ai sûrement aucune idée de ce que ça implique mais tu ne peux pas me le reprocher tu es responsable. Ça a toujours été comme ça en même temps, tu décides pour les autres. Pas étonnant qu'à trente-deux tu sois seule et mal-bai... aimée. Personne a envie de se coltiner une foutue mégère. » Une moue passablement agacée se dessina sur ses lèvres sans qu’elle ne puisse s’en empêcher. Mais elle n’était pas tant embêtée par ce qu’il disait que par le fait qu’il ramène les choses à ça. C’était bien un truc d’homme ça. De tout ramener au sexe d’abord et ensuite de définir soit les filles comme des mégères coincée soit comme des putes. Y avait pas d’entre deux surtout pour des hommes comme Gabe. Et elle avait une forte envie de le gifler rien que pour ça, malgré son manque de tendance violente d’ordinaire. « Ah mon avis India doit être tellement heureuse de pas te subir tous les jours à Poudlard. » C’était mesquin. C’était petit, très petit même. Raven savait ou pensait savoir que ce n’était pas vrai, surtout que même à la maison India ne la « subissait » pas vraiment vu qu’elle était la plupart du temps surtout occupée par son travail malgré ses efforts récents pour retrouver une vie plus saine.  Malgré tout elle ne pouvait s’empêcher d’être touchée par ces propos. « Et tu es plus apte que moi pourquoi ? Parce que t'imposes tes règles. Mais c'est pour ça que t'es frigide Apolline, je te le dis. Un gamin c'est pas un petit soldat, ok ? C'est un être humain et ça a avant tout besoin d'affection et dans ce domaine, t'inquiète pas que je suis largement plus compétent. Plus tu vas vouloir l'encadrer cette gamine plus tu vas la pousser à faire des conneries. Tu veux pas qu'elle devienne dévergondée ? Et bien tu l'encourages. T'es en train d'échouer tout ça à cause de ton putain d'orgueil et parce que t'es incapable de te remettre en question. Sûrement aussi que c'est pour me faire chier dans un sens de te venger de moi et de tout ce que j'ai gâché dans ta vie. Oui je t'ai apporté de la cellulite, tu sais quoi j'en suis ravi. Je pourrais sûrement faire une liste de pourquoi tu me détestes et elle serait sûrement pas complète mais je suis content pour chaque point. Savoir que je t'ai écorché ça me ravie. Comme quoi la petite miss parfaite, elle est pas mieux que les autres. Elle a été incapable de résister au playboy. Elle a même fait exploser les scores en se faisant engrosser. La vérité, elle est là. T'as échoué et t'as toujours pas réussi à t'en remettre. Pauvre petite fille. » « Ta gueule. »

Silence. Elle-même était presque choquée par ce qu’elle avait dit. Tant de vulgarité dans sa bouche ça faisait tâche. C’était sortit tout seul de façon incontrôlable. Elle ne savait pas précisément ce qui avait été la goutte de trop dans tout ce qu’il avait dit, mais en tous cas elle en avait bien assez entendu. Elle était hors d’elle-même littéralement, comme ça n’arrivait que très peu. Sans qu’elle ne s’en rende compte ses doigts s’étaient agrippés au rebord de son bureau.  « Ferme ta gueule Gabriel. Je me répète pour l’instant India tu ne la connais même pas alors je t’interdis de parler de ce que tu ne sais pas et de nos relations et de la façon dont je l’éduque. Parce que pour l’instant c’est que des suppositions que tu fais, tu te permets de juger sans savoir. Et même en admettant que moi je fixe trop de règles toi tu vas faire quoi, hein ? Tu vas la laisser faire tout ce qu’elle veut et quand elle aura un vrai problème c’est moi qui vais devoir m’en occuper, parce que les responsabilités tu connais pas. » Ses phalanges étaient désormais blanche tant elle forçait sur sa prise. « Y a une raison pour laquelle je te l’ai pas dit tout de suite, ni même après ça naissance. Tu aurais tout gâché. Tu n’es pas quelqu’un de confiance et je ne veux pas que tes traînées s’approchent de ma fille. » Elle ramena ses mains vers elle, presque tremblante de colère. Elle n’avait pas tant haussé le ton que ça à sa dernière prise de parole, mais la rage avait été très audible malgré tout. Tentant de se calmer elle inspira un bon coup par le nez et lança d’une voix calme. « Maintenant si tu veux bien sortir de mon bureau, j’ai du travail. » Et elle fixa ses yeux verts et froids au possible dans ceux de Gabe espérant qu’il en avait eu assez et qu’il partirait. Elle ne se considérait pas comme tellement méchante que ça, tout ce qu’elle demandait c’était qu’il voit au moins India d’abord et qu’il n’aille pas trop loin dans ses requêtes. Dans l’idéal elle ne voulait pas le savoir ne serait-ce qu’adressant la parole à leur fille, mais elle avait compris que ce serait dur de le lui interdire. De plus Ayesha l’avait convaincue de laisser India rencontrer son père.  Elle n’avait pas envie de se battre avec India, ni même avec Gabe en fait. Tout ce qu’elle voulait c’était qu’il la laisse tranquille et qu’il fasse un môme à sa garce s’il en voulait tant que ça. Et d’ailleurs elle doutait qu’India veuille vachement d’un père qu’il parlait aussi mal à sa mère. La remarque sur la cellulite surtout elle n’avait pas apprécié. Si elle avait eut le tempérament d’Ayesha il y a longtemps qu’elle aurait contourné le bureau et fait rencontrer la paume de sa main ou même son poing à la joue de Gabe. Oh quel plaisir ça aurait été que de détruire ce beau visage de salaud.

créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Dim 20 Avr - 11:53


« mon cœur, maintenant que c'est fini, on peut enfin s'amuser. »



« Ta gueule. » Pardon ? Elle venait bien de l'insulter là ? Non mais d'où elle croit qu'elle peut faire ça, celle-là ? Non bon dans un sens, Gabe en était ravi parce que ça montrait qu'elle était particulièrement énervée. Et oui il avait réussi à la faire sortir de ses gonds, c'était un peu un exploit en soit... De plus, qu'elle devienne vulgairement c'était clairement aussi fissurer sa façade de marbre qui la faisait passer pour une miss parfaite en toute circonstance. Comme quoi, l'adage qui disait : méfiez vous des apparences, était tout à fait vrai. Raven était une menteuse, bim preuve irréfutable. Dans ta face, la mégère, dans ta face ! « Ferme ta gueule Gabriel. Je me répète pour l’instant India tu ne la connais même pas alors je t’interdis de parler de ce que tu ne sais pas et de nos relations et de la façon dont je l’éduque. Parce que pour l’instant c’est que des suppositions que tu fais, tu te permets de juger sans savoir. Et même en admettant que moi je fixe trop de règles toi tu vas faire quoi, hein ? Tu vas la laisser faire tout ce qu’elle veut et quand elle aura un vrai problème c’est moi qui vais devoir m’en occuper, parce que les responsabilités tu connais pas. » Il connaissait pas les responsabilités ? Il dirigeait un journal quand même. Ça montrait tout de même qu'il avait un minimum de responsabilités. Non mais parce qu'en plus, la Gazette se portait très bien. Gabe ne l'avait pas faite coulée. Franchement il avait de quoi être fier de lui et ça lui apportait du crédit. Il s'en sortait pas trop mal. Après il est vrai que si l'on jugeait objectivement le personnage, il n'était absolument pas responsable. Il était lui même un adolescent dans sa tête ! Il le vivait bien mais il est vrai que ce n'était pas l'idéal qu'on avait soi-même, une adolescente à élever. Mais bon s'il le disait, ça serait être d'accord avec Raven et plutôt CREUVER !! Surtout qu'il voulait éduquer sa fille donc il n'allait pas se planter. Il n'était pas suicidaire.  Il en avait des défauts mais pas celui-là. « Y a une raison pour laquelle je te l’ai pas dit tout de suite, ni même après ça naissance. Tu aurais tout gâché. Tu n’es pas quelqu’un de confiance et je ne veux pas que tes traînées s’approchent de ma fille. » Lui pas quelqu'un de confiance ? Parce qu'elle était la personne la plus apte à la juger, peut-être. Elle était biaisée par sa propre déception. Oui il l'avait trompé, oui ce n'était pas quelque chose de très sympathique. Il était ainsi, un félin qu'on ne pouvait mettre en cage. Tant pis si Raven n'avait pas été capable de le supporter. C'est pour cela qu'elle avait rompu avec lui, on n'allait tout de même pas ressasser les mêmes choses toute la vie. N'était-elle pas plus heureuse d'être seule maintenant ou en tout cas sans lui ? Bon, alors pourquoi l'attaquer de cette manière. Et il n'aurait certainement pas tout gâché avec sa progéniture, jamais. Il n'était pas aussi mauvais (ou nul) pour cela.

En plus, Gabe savait gérer ses copines. Il était capable de faire la part des choses. Et puis de toute façon, à son âge elle savait parfaitement que les relations venaient et repartaient. Et puis c'était sa fille, il ne rentrerait jamais dans les détails ! Pour qui le prenait-elle ? Franchement, c'était choquant même pour lui. C'était pour dire à quel point c'était vraiment mal placé de sa part. Et dire qu'on croyait tous qu'elle était meilleure que les autres ou elle le croyait en tout cas. Et Gabe nota qu'elle avait de nouveau employé ma au lieu de notre. Provocation ? À n'en pas douter. « Maintenant si tu veux bien sortir de mon bureau, j’ai du travail. » Genre aussi facilement que cela ? Raven était bien naïve. Un peu de discernement ne lui ferait pas de mal ! Mais Gabe avait décidé de passer à un cran au-dessus. Elle n'en n'avait pas eu assez, cela semblait évident. Gabe pouvait le faire, non sans un plaisir non dissimulé. Après tout, ils jouaient bien un petit jeu tous les deux à celui qui ferait le plus de mal à l'autre. Hors Gabe était plutôt un expert en la matière. Son score de cœurs brisés étant des plus exceptionnels pour son âge. « Rappelle moi qui de nous deux dirige un journal ? Ah oui ma magnifique personne. Pas mal comme responsabilité, non ? » BITCH PLEASE. Ça c'était histoire de remettre les pendules à l'heure. Raven s'en ficherait sûrement royalement mais ça lui faisait plaisir. En plus rappeler qu'il diriger son propre journal ça faisait toujours bien. Gabe était la classe incarnée voyons. « Tu sais, il n'y a pas qu'India qui a jugé bon de rencontrer son père. Donc si j'étais toi, je me remettrais vraiment en question. Si même autour de toi, on juge bon que je fasse parti de la vie d'India et pour de bon, c'est qu'il manque clairement quelque chose à cette gamine. Et puis même si je me rate, ne seras-tu pas trop contente que j'échoue ? Ainsi tu pourras encore montrer à quel point tu es la meilleure des deux. » Lui faire croire que c'était quelque chose de gentil vis-à-vis de sa personne avant d'attaquer plus fort, c'était bien la meilleure technique pour faire mal. Gabe en serait quasiment un petit génie. Le journalisme ça vous apprenait ce genre de choses et cela s'avérait être des plus utiles. Ainsi Gabe regarda Raven avec pleins de sous-entendus avant d'ajouter : « Ayesha est toujours aussi volcanique qu'à nos vingt ans. J'en ai d'ailleurs eu quelques marques. » Bam, il venait de lâcher une bombe. Vu son regard salace, si elle ne comprenait pas que sa meilleure amie avait couché avec lui, il ne répondait plus de rien. Raven était intelligent, cela était sûre qu'elle allait comprendre. Est-ce que Gabe avait des remords de la possibilité de foutre la merde entre deux meilleures amies ? Hahaha, très drôle. Traduction : absolument pas. Lui il allait très bien.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Dim 20 Avr - 12:47


« wait a second, let me pretend I care. »



« Rappelle moi qui de nous deux dirige un journal ? Ah oui ma magnifique personne. Pas mal comme responsabilité, non ? » Raven roula des yeux, il était ridicule. Gabe n’était pas un individu responsable qu’il l’admette ou non. Le fait de pouvoir diriger un journal était certes objectivement un gage de sérieux dans un sens, mais c’était bien le seul aspect de sa vie dans lequel il l’était. Il agissait dans sa vie personnelle comme un adolescent et un adolescent ne pouvait en élever un autre, c’était comme ça. « Tu sais, il n'y a pas qu'India qui a jugé bon de rencontrer son père. Donc si j'étais toi, je me remettrais vraiment en question. Si même autour de toi, on juge bon que je fasse parti de la vie d'India et pour de bon, c'est qu'il manque clairement quelque chose à cette gamine. Et puis même si je me rate, ne seras-tu pas trop contente que j'échoue ? Ainsi tu pourras encore montrer à quel point tu es la meilleure des deux. » De qui parlait-il ? Qui d’autre avait jugé bon qu’India rencontre son père ? Elle-même avait une petite idée de qui l’avait incitée à ne pas refuser de rencontres, mais elle ne voyait pas comment Gabriel pouvait être au courant. Il devait inventer des choses, où lui parler de personnes dont elle se moquait comme ses amis à lui par exemple. Elle se fichait bien de savoir qu’eux aussi considéraient que sa fille devait connaître Gabe. Ca lui faisait une belle jambe. Sauf qu’il avait bien parlé de personne « autour d’elle ». Raven commençait à être forcée de comprendre où il voulait en venir et elle n’aimait pas trop. Elle n’aimait même pas du tout. Les yeux plissés, elle pencha la tête de côté, une moue agacée sur le visage, se demanda s’il faudrait vraiment qu’elle en vienne à crier ou à frapper pour qu’il la laisse tranquille. C’est qu’il se montrait bien trop tenace. « Ayesha est toujours aussi volcanique qu'à nos vingt ans. J'en ai d'ailleurs eu quelques marques. » Pardon ? Le sous-entendu était plus que clair malheureusement et elle ne pouvait pas empêcher son cerveau de l’assimiler. Son visage se décomposa malgré elle, tandis qu’elle soutenait le regard pervers d’un Gabe de toute évidence très satisfait.

Il ne pouvait pas être sérieux. Ayesha n’aurait pas fait ça, elle ne l’aurait pas trahie de cette façon. Parce que oui c’était de la traitrise que de fraterniser avec l’ennemie. Et puis Raven avait beau ne pas faire grand cas des codes de l’amitié le fait que els exs de ses amis étaient hors limite lui semblait être un minimum à respecter. D’autant que l’Égyptienne était la première à dire que le Windsor était un parfait connard, pourquoi aurait-elle couchée avec lui ? Néanmoins le sorcier semblait tout à fait sincère.  Et évidemment il n’avait pas le moindre remords, même si Raven n’y aurait, même s’il l’avait prétendu, jamais cru. La blonde voyait rouge. Il ne pouvait pas s’empêcher de gâcher sa vie hein ? D’abord en la trompant, ensuite avec India, encore avec India en voulant la lui voler et maintenant elle apprenait que même sa meilleure amie avait été souillée par cet être détestable. Oui, Raven était furieuse. Brusquement elle fit tomber son poing fermé sur la table avec une force surprenante. « Assez. » fit-elle les narines tremblantes de rage. « Tu crois peut-être que venir me dire que tu t’es aussi tapée la marraine d’India va me donner envie de te laisser avoir une quelconque réelle influence dans sa vie ? Mais tu es encore plus bête que je ne le pensais. » lança-t-elle méprisante et furieuse à la fois. « Tout ce que tu fais c’est t’enfoncer et me montrer à quel point t’es pourri, mais jusqu’à la moelle mon pauvre. Génétiquement India est peut-être à nous deux, mais je peux t’assurer que ça s’arrête là. Elle n’a heureusement pas hérité de ton manque de limites et de ton immaturité. Parce que oui Gabriel ta fille de quinze ans est plus mature que toi ! » Elle hurla presque la fin. Plus elle parlait et moins elle avait du mal à se retenir. Elle était parfaitement sincère d’ailleurs. Même India agissait plus comme une adulte que Gabe. Gabe et ses bassesses, Gabe et ses hormones plus enragées qu’un adolescent. Elle en avait sincèrement par-dessus la tête de ses gamineries. Parce que depuis le début ses arguments finissaient toujours par ne devenir rien d’autre que des attaques personnelles, preuve qu’il ne savait pas se comporter comme un adulte capable de discuter et de raisonner correctement. Ou peut-être que ça venait juste de son côté journaliste peu intègre. Dans tous les cas elle n’avait pour lui que du mépris et de la haine. « Je ne veux plus t’entendre sors, DÉGAGE putain. » Et elle attrapa sa baguette sans réfléchir et la pointa vers la poitrine de son ennemi. « Ouvre encore une fois la bouche pour dire des conneries et je te promets que tu vas le payer. » fit-elle entre ses dents. Elle n’hésiterait pas à l’amôcher un peu, faisant déjà preuve de beaucoup de retenu en ne l’attaquant pas tout de suite. Gabe était irrécupérable, elle l’avait compris à l’époque où elle avait rompu avec et elle le voyait encore plus aujourd’hui. Ce n’était qu’un boulet, un imbécile heureux et elle ferait presque une faveur à l’humanité si elle s’en débarrassait. Mais elle ne le ferait pas. Bien qu’elle ait déjà tué et sans ce, hésiter ce n’était jamais pour son propre compte et elle n’y éprouvait pas de plaisir particulier. Et puis surtout, quelque part elle savait bien que ce ne serait pas bon pour India. Bref, elle se contenterait de lui faire du mal s’il insistait vraiment. Parce que ça par contre, elle n’aurait aucun remords à le faire. Déjà parce que ça lui semblait nécessaire et donc forcément ce qui était nécessaire niait toute possibilité de remord, mais en plus parce que putain il le méritait amplement. En fait ça lui ferait carrément plaisir de pouvoir lui jeter un petit sort bien sympathique.

créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Dim 25 Mai - 22:48


« attraction naturelle chérie, t'es folle de moi. »



Pourquoi devrait-il avoir des remords de toute manière ? Il n'avait pas forcé Ayesha. C'est vrai elle était consentante et vu comment les choses étaient entre lui et Raven, il ne lui devait absolument rien. S'il y avait quelqu'un à blâmer au fond c'était Ayesha. C'était elle qui avait au pire des cas fauté au près de Raven mais certainement pas lui. Toute manière, aucune femme ne contrôlerait jamais sa libido. Ça jamais, il était un homme libre, pas question de se faire castrer métaphoriquement. Il préférait crever qu'une femme contrôle son pénis. Oui disons-le clairement. Il était un homme qui aimait les femmes, il ne s'en cachait pas. Il en « aimerait » (traduction : il s'en taperait) le plus possible et la plus belle mort était sûrement de mourir pendant l'acte à ses yeux. Mais enfin il fallait que l'acte soit « beau » dans le sens où réussi. Bah non mais si c'était une baise médiocre ça perdait tout son intérêt. C'est comme se faire écraser par une deux chevaux ou une voiture sans permis. Quitte à se faire écraser, autant que ça soit une ferrari. Lui, s'il mourait pendant l'acte d'amour, il voulait que ça soit pendant une bonne bourre. Gabe était un homme exigeant, plus personne n'en doutera. Raven écrasa alors son poing assez violemment sur son bureau. Elle était en colère, ça ne faisait aucun doute. « Assez. » Comme si elle lui donnait des ordres, de quel droit le faisait-elle ? Toute manière, il ne l'écouterait pas et Raven devait bien s'en douter. Encore une fois on ne pouvait le contrôler. « Tu crois peut-être que venir me dire que tu t’es aussi tapée la marraine d’India va me donner envie de te laisser avoir une quelconque réelle influence dans sa vie ? Mais tu es encore plus bête que je ne le pensais. » Et oh, il fallait qu'elle commence à redescendre d'un étage-là. Non mais parce qu'elle commençait à dépasser les bornes. De toute manière, il n'avait pas besoin de son accord pour voir India encore une fois. Elle avait quinze ans, elle était largement en âge de choisir. Raven pourrait toujours essayer de l'empêcher mais ça se retournerait contre elle. C'était un fait et non pas une supposition. « Tout ce que tu fais c’est t’enfoncer et me montrer à quel point t’es pourri, mais jusqu’à la moelle mon pauvre. Génétiquement India est peut-être à nous deux, mais je peux t’assurer que ça s’arrête là. Elle n’a heureusement pas hérité de ton manque de limites et de ton immaturité. Parce que oui Gabriel ta fille de quinze ans est plus mature que toi ! » Plus mature que lui ? Dis donc, ça c'était à prouver. Qu'est-ce qu'elle en savait d'abord ? C'est vrai, maintenant qu'India était à Poudlard, Raven devait pas la voir énormément et Gabe le redisait, la gamine devait pas en avoir envie de toute façon.

Et la génétique, Raven voulait vraiment qu'ils aient un débat de génétique ? Peut-être qu'elle avait que la génétique mais en même temps comment aurait-il pu influencer son caractère puisque CETTE SALOPE l'avait privé de son droit primaire de paternité. De toute manière, Gabe ne doutait pas que sa fille ait des traits de caractère semblables aux siens. Il se réjouissait en fait qu'à chaque fois que Raven regardait sa fille, elle voit une part de lui. C'était le meilleur cadeau empoisonné de tous les temps. Quand on vous disait que Gabe était un champion... Gloire à Gabe Oscar Windsor. « Je ne veux plus t’entendre sors, DÉGAGE putain. » AH bah non, ils commençaient juste à s'amuser, il allait quand même pas partir. Toute manière, elle ne le voulait pas vraiment. Oui au fond elle mourrait d'envie qu'il reste comme toutes les femmes de ce monde. Il avait tellement de sex appeal, lui-même n'arrivait pas à le contrôler. Il comprenait que les femmes en soient folles. D'ailleurs Raven pointait sa baguette sur lui, qu'est-ce qu'il disait. Elle était folle de son corps. « Ouvre encore une fois la bouche pour dire des conneries et je te promets que tu vas le payer. » Hum caliente ! Elle était trop mignonne franchement enfin mignonne dans le sens de sexy, de bombe nucléaire. Non parce que n'imaginez pas le mignon genre bisounours, rose, petites filles avec des couettes. Pour être tout à fait franc, face à toute cette colère, Gabe était excité. Ah ouais non mais carrément. Une femme qui pointait une baguette sur elle et qui avait les moyens de le tuer, ça l'excitait. TARE. Vous imaginez bien qu'il va faire une connerie.

Il se mit debout pour être à sa hauteur, enfin il la regardait légèrement de haut puisqu'il était plus grand. La classe. Il souriait à grandes dents. « Tu vois j'avais oublié ce qui avait pu faire que mes yeux s'étaient attardés sur toi outre le fait que t'étais pas mal à l'époque, je le reconnais. » Goujat, pas mal ne convenait pas à une femme. En même temps sur son échelle de la « bombe », elle devait être à un six. Elle pouvait mieux faire. « T'es une sacré folle quand tu t'énerves, j'aime bien. » Et là en mode super lover, il lui « sauta dessus ». Disons plutôt qu'il rompit la distance pour l'embrasser fougueusement. La haine était l'un des plus puissants moteurs pour séduire quelqu'un. Raven répondit à son ardeur et c'était tout à fait ce qu'il souhaitait. Il allait l'achever avec ça. Il arrêta d'ailleurs de l'embrasser mais avait toujours une main dans ses cheveux. Dans la passion de leur échange, la baguette de Raven tomba par terre. C'était peut-être une tactique pour pas mourir de la part de Gabe aussi. De nouveau grand sourire aux lèvres, il ajouta pour se foutre bien comme il faut de sa gueule. « Je savais bien qu'encore aujourd'hui t'étais incapable de me résister. » Super connard, super connard, ah oui c'est moi. Elle allait s'énerver ça ne faisait aucun doute mais vous savez quoi ? Il voulait ça. Il voulait que ça soit dur, qu'elle s'énerve sur lui de préférence. Masochiste ? Peut-être un peu.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Jeu 19 Juin - 11:22


« I hope you die puking on your kidneys, bitch. »



Il se leva et pendant une demi seconde, Raven cru bien que Gabe allait enfin lui faire plaisir et quitter les lieux. Son optimisme fut évidemment de courte durée, déjà parce qu'elle le connaissait malheureusement un peu trop pour savoir que ce serait beaucoup trop facile et ensuite parce qu'il laissa trop longtemps son regard traîner sur elle. Pire, il se mit à sourire et la blonde sentit plus que jamais l'une des veines de son coup tandis qu'elle tentait de contenir sa fureur. En vain bien sûr, sa colère était clairement visible, transpirant de tous les pores de sa peau. « Tu vois j'avais oublié ce qui avait pu faire que mes yeux s'étaient attardés sur toi outre le fait que t'étais pas mal à l'époque, je le reconnais. » Elle plissa les yeux. Elle aurait pu se vexer, pouvant difficilement considérer ce qu'il venait de dire comme un compliment. Et quand bien même c'en aurait été un, elle n'en avait strictement rien à faire. Non vraiment ça lui faisait une belle jambe qu'il l'ai trouvée belle à l'époque, il pouvait même lui dire qu'elle l'était aujourd'hui elle s'en contrefoutait totalement. De toute façon elle était trop concentrée pour l'écouter. Trop concentrée sur sa haine et sur la peau de son visage qu'elle avait une furieuse envie d'arracher. Raven n'était pas une femme violente, du moins elle ne s'engageait pas facilement dans de la violence physique. Comme tout le monde toutefois elle était susceptible de sortir de ses gonds. Et si on pouvait difficilement la qualifier de commode en temps normal, l'adjectif lui convenait encore moins lorsqu'elle était sur les nerfs. Elle resserra d'ailleurs son emprise sur sa baguette, se demandant encore comment elle faisait pour avoir ce reste de retenue qui l'empêchait encore de lui lancer un maléfice. « T'es une sacré folle quand tu t'énerves, j'aime bien. » Elle haussa un sourcil, prête à lui dire ce qu'elle pensait de son ton condescendant et à lui dire où exactement elle se mettait son opinion sur elle (pas un endroit bien glorieux), mais avant qu'elle n'ai pu réagir de quelque façon que ce soit, il rompit brusquement la distance entre eux et l'embrassa. Dire que la sorcière était surprise et ne l'avait absolument pas vu venir serait un euphémisme. Plutôt que de rester figée sous le coup de la surprise, elle répondit au baiser, son corps mené par la toute la haine et le dégoût qu'elle ressentait pour Gabe prenant le contrôle sur son cerveau. Sa baguette glissa même de ses doigts tombant lourdement au sol. Néanmoins avant que Raven n'ait eu le temps de se "réveiller", il avait déjà rompu l'échange, conservant toutefois une main dans ses mèches blondes. Merde.

Croisant son regard et surtout son sourire narquois elle se rendit compte de ce qu'elle avait fait et elle fit appel à tout l'effort du monde pour s'empêcher de lui mettre son poing dans la figure. De lui déchirer la face. De lui cracher dessus. La haine était un aphrodisiaque qu'on disait. Malheureusement elle savait très bien que c'était parfaitement vrai. « Je savais bien qu'encore aujourd'hui t'étais incapable de me résister. » Elle allait exploser. Elle pouvait le sentir, d'une seconde à l'autre elle serait sur lui à le réduire en charpie. Il se moquait clairement d'elle et elle ne supportait pas de voir son sourire narquois ne serait-ce qu'une seconde de plus. Toutefois elle se contenta d'abord de le regarda, l'esquisse d'un sourire sur les lèvres, presque amusée. Consciente qu'elle avait encore la main de Gabe dans ses cheveux blonds elle s'approcha de lui et son sourire s'agrandit. « Tu sais ce que j'ai très envie de faire là tout de suite? » Un court instant son regard dériva vers les lèvres de son interlocuteur, mais avant qu'il n'ait pu réagir elle amena plutôt sa main droite vers l'entre-jambe de Gabe, relevant les yeux  pour croiser les siens, elle attrapa soudainement ses bijoux de familles. S'il lâcha prise de ses cheveux sur le coup, elle, n'en démordit pas et referma son poing sur ses noisettes. Un petit sourire - sincère cette fois - s'étala sur ses lèvres. Jouissance ultime. Plus il souffrait, mieux elle se portait. « Profite. C'est tout ce que t'obtiendras de moi qui se rapproche un tant soit peu de me baiser. » Dans tous les sens du terme. Elle en avait fini avec lui, il ne lui ferait plus perde son temps et elle crèverait avant de lui laisser la garde d'India. Quant au sens propre du mot, la haine qu'elle éprouvait à son égard avait quelque chose d'aphrodisiaque, oui, mais plutôt mourir que de l'admettre. Plutôt mourir que de voir son sourire narquois une seconde de plus. Déjà qu'elle avait conscience qu'il partirait avec la certitude qu'il pouvait l'avoir quand il voulait juste à cause de cette fichue embrassade. Elle savait pertinemment que rien de ce qu'elle pourrait dire ne le ferait changer d'avis, parce qu'il était de toute façon intimement persuadé que toutes les femmes en pinçaient pour lui. Il était comme ça. Il trouverait même peut-être un moyen de voir dans son geste agressif envers son outil préféré, un désir caché. Bas voyons. À une époque elle avait trouvé quelque chose à cette arrogance, aujourd'hui ça lui donnait envie de vomir. Sur sa belle chemise de préférence. Bref, ça ne lui servirait à rien de se justifier, alors elle ne comptait pas gâcher sa salive. « Vas te faire foutre Gabriel. » fit-elle en secouant la tête, un regard dédaigneux sur le visage. Et clairement ce ne serait pas elle qui lui en ferait l'honneur. Après une dernière pression, elle retint son envie de le castrer définitivement et relâcha le pantalon de Gabe, non sans un certain regret. Elle n'avait pas été aussi excitée depuis un certain temps. Et faussement sereine elle se rassit sur sa chaise comme si de rien était. Bien sûr, elle bouillait encore d'envie de faire lui faire mal, mais elle se retint.
créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Jeu 10 Juil - 22:54


« attraction naturelle chérie, t'es folle de moi. »



Le degré d'excitation était à son apogée. La voir tellement en rogne décuplait sa libido. Bien sûr pour l'instant, elle ne laissait rien paraître mais Gabe la connaissait. Il savait pertinemment qu'au fond elle bouillait, elle rêvait de l'anéantir. La dame de glace allait perdre son sang-froid et cela serait la victoire de Gabe Oscar Windsor. Cela n'avait rien de brillant ? Put-être à vos yeux mais pour lui ça voulait dire beaucoup. Ça voulait dire qu'il était libre d'être là avec vous... Oh doucement Gabe tu ne jouais pas encore du piano debout. Note à lui-même : s'inscrire à des cours de piano. Bref revenons-en à nos moutons. Ils se faisaient donc face tels deux géants, deux titans. Ils semblaient bien grands ce qui ne rendait leur affrontement que plus épique et animal. C'était si excitant. Gabe se sentait attiré comme un papillon de nuit l'est de la lumière. Impossible de résister même s'il pourrait perdre quelques membres dans l'affrontement. On ne vivait qu'une fois, non ? Alors rien à foutre. À lui les ardeurs de la passion, les échanges torrides et la victoire finale sur la fierté de la femme. Il était peut-être pas un prince charmant mais il en avait l'allure et il était certainement plus doué (et expérimenté) que lui d'un point de vue plus intime. Demandez donc à toutes ses conquêtes, aucune ne l'avait quitté insatisfaite des ébats amoureux – le mot est tellement mal choisi, sexuels conviendrait bien mieux –. Gabe ne vous promettait pas le monde, juste ce qu'il donnait et qu'il faisait bien : une baise sensationnel. Ne vous plaignez donc pas mesdames, vous le savez depuis le début mais vous le voulez quand même. « Tu sais ce que j'ai très envie de faire là tout de suite? » Lui sauter dessus ? Mais ça se comprenait tout à fait, c'était même naturel. Quelle femme sensée ne voudrait pas lui sauter ? Aucune, évidemment. Gabe allait lui répondre un encouragement salace quand elle fit bouger sa main pour venir saisir.... ses bijoux de famille. OH BORDEL DE MERDE, LA CHIENNE !  Savait-elle que cette partie de son anatomie était plus que sensible ? Aimerait-elle qu'il lui presse les seins comme un barbare ? Non, alors elle ne devait pas le faire avec Rocco. Oui comme tout mâle dominant qui se respecte, Gabe avait donné un nom à son sexe. Quoi ? Avouez que le nom était bien choisi et que tout de suite il vendait du rêve. N'oubliez pas, il tenait les promesses qu'il vous faisait : un acte sexuel dont vous vous souviendrez en rougissant pendant très longtemps. En tout cas Gabe lâcha immédiatement les cheveux de la vipère. Elle était mauvaise vraiment mauvaise, il saurait lui administrer la punition adéquate en temps voulu. Traduction : quand elle aurait lâché Rocco. « Profite. C'est tout ce que t'obtiendras de moi qui se rapproche un tant soit peu de me baiser. » Beaucoup disent cela au début et ça ne l'empêche pas de se les taper quand même. Et puis dans le genre, Raven était quand même la résistante ultime et regardez le résultat : il lui avait fait un gosse. Franchement la leçon à retenir : plus la femme résistait, plus c'était moche. Moche enfin ce n'était peut-être pas le bon mot mais c'était pour l'image. Ne comprenez pas par-là qu'il disait qu'India était moche. Il n'avait PAS dit cela. Il n'en savait rien, il n'avait même pas encore vu sa fille. Non il voulait plutôt dire par-là le symbole d'un enfant : que c'était la merde. Heureusement il avait évité la partie la plus dégueulasse : les couches et compagnie. Il ne récupérait que le fun, il l'espérait en tout cas. Mais assez parlé d'India, ce n'était pas tellement le moment...

En tout cas pour revenir à ce qu'elle avait dit. Elle ne voulait pas qu'il la baise ? Bon certes, elle aurait voulu qu'il lui fasse l'amour tendrement sur un champ de coquelicots ? Bah désolé mais il ne faisait pas cela. Déjà parce que va trouver un champ de coquelicots en pleins Londres, toi ! Deuxio, parce que les coquelicots c'était sale et que ça pouvait rentrer dans pas mal d'endroits. (Bon appétit, bien sûr !) Et tertio, il pouvait être tendre mais pas avec des coquelicots bordel, parce que c'était rouge et que ça faisait ressortir le taureau en lui. Quelle métaphore et pas tellement des plus avantageuses, il fallait bien le reconnaître. Pff, Gabe n'était plus à ça près. Oh ça non. « Vas te faire foutre Gabriel. » Elle était mignonne. Elle semblait vraiment sincère, elle y mettait énormément de conviction. Avait-on déjà vu pareille passion chez une femme ? Sûrement pas. Voilà à quoi Gabe servait également à réveiller l'instinct animal des femmes. Il était vraiment indispensable. Vous ne le direz pas, pas grave, il savait que vous le saviez. Enfin Raven se décida enfin à laisser Rocco tranquille. Pas que le contact soit désagréable mais ça démangeait un peu tout de même. Elle se rassit sur sa chaise telle une impératrice mais qu'il n'y ait pas de méprise, elle ne s'appelait pas Sissi.

Au lieu de partir, comme elle le souhaitait, Gabe resta là, grand sourire. On avait admis son masochisme, ne revenons pas sur ce point-là ça ne serait qu'une perte de temps complètement inutile. Tout sourire il s'assit donc en face de Raven prenant ses aises : il se délecta de son visage quand il posa ses pieds sur son bureau en riant : « Je vois que tu vises toujours juste, directement au panier. » Quel con celui-là je vous jure. Mais un sexy con, il devait être cousin avec un sexy trou du cul (cacedédi à Rhys). Bref par tout cela, Gabe cherchait bien évidemment à énerver d'avantage Raven. Il en avait marre de faire tout le boulot, il voulait se faire désirer lui aussi. Bon comprenez par-là qu'il cherchait qu'elle lui saute dessus. Non mais parce que se laisser désirer ce n'était pas tellement la bonne expression. Il s'était montré le plus explicite, non ? Oh si là aussi on avait plus de doute. « Poignée de fer dans un gant de velours. » Il accompagna sa dernière parole par un regard rempli d'insinuations. Le sourire ne quitterait décidément pas son visage de si tôt, Raven allait devoir s'y habituer car oui il n'avait pas l'attention de quitter ce bureau tout de suite. Attendez vous aviez vu l'effet qu'il lui faisait ? Et il n'avait même pas enlever un seul vêtement encore ! Elle était folle de lui il vous a dit. « Mais si tu ne veux pas baiser comme tu veux, peut-être que tu aurais préféré qu'on fasse l'amour avec des bougies tout autour je ne sais quoi, mais je ne fais pas ça. Enfin bref, on peut faire autre chose. Revenir à India par exemple ou d'autres sujets plus conventionnels. » Il fit une pause avant de rajouter très sérieusement. « Je peux savoir si tu as tenté de me faire remplacer aux yeux d'India par un quelconque abruti. Voyons voir comme cette tête de con de Bunrrow. » Gabe n'aimait pas trop cet homme ? À peine, à peine. Il fallait dire qu'à Poudlard tout le monde présentait comme monsieur parfait alors que c'était juste un gosse de riche aussi prétentieux les autres, aussi con aussi. Il prétendait être le synonyme de la classe alors qu'il n'avait rien pour lui. À l'intérieur de lui c'était vide, des belles paroles mais rien derrière lui. Alors que Gabe lui était franc : pas de belles paroles, des actes. Et question de physique inutile de préciser que Gabe était largement au dessus de Benjen Bunrrow.

Spoiler:
 
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 19/01/2014
► parchemins : 65


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Dim 19 Oct - 6:50


« I hope you die puking on your kidneys, bitch. »



Raven n'en pouvait vraiment plus. Des homme-enfants ça courait les rues, mais elle ne savait pas ce qu'elle avait fait pour en mériter un dans son bureau. Gabe refusait catégoriquement de partir semble-t-il tellement obnubilé qu'il était par l'importance de sa personne. Le fait qu'elle puisse avoir d'autres chose à faire que d'argumenter inutilement pendant des heures avec lui le dépassait complètement. Un véritable homme-enfant, égocentrique, immature et capricieux. L'instinct maternel étant assez peu présent chez elle, elle n'avait jamais eu la patience de le supporter et elle se demandait continuellement depuis qu'il avait débarqué dans son bureau comment elle avait bien pu faire pour sortir avec lui si longtemps. Tout le monde faisait des erreurs bien qu'en bonne perfectionniste elle se garde d'en faire autant que ce peut, mais celle-ci avait vraiment été, pour elle, l'erreur du siècle. Une erreur collante d'ailleurs qui voulait pas comme toutes les erreurs d'un temps oublié, se faire oublier justement. Non Gabe lui voulait absolument rappeler qu'il existait, lui et son caractère insupportable qui réveillait chez la sorcière des pulsions violentes encore méconnues. Et dire que cet idiot voulait désormais s'improviser père. « Je vois que tu vises toujours juste, directement au panier. » Lever les yeux au ciel semblait encore être la seule réponse à une telle remarque. Elle ne savait pas en quelle langue il fallait qu'elle s'exprime pour qu'il la comprenne. Il voulait l'énerver c'était clair et déjà réussi et pourtant il n'était pas satisfait, il voulait la pousser à bout, l'exciter pour une raison obscure. Enfin obscure…disons qu'elle refusait ne serait-ce que d'y penser. Tout le monde faisait des erreurs d'accord, mais seuls les idiots recommençaient et s'il y avait bien une chose dont elle pouvait se venter c'était de ne pas être une idiote. « Poignée de fer dans un gant de velours. » Son expression pleine de sous-entendu attira au journaliste un regard meurtrier et une moue dégoûtée de la part de Raven. Crève connard était vraiment la seule réponse acceptable face à un type pareil.  « Mais si tu ne veux pas baiser comme tu veux, peut-être que tu aurais préféré qu'on fasse l'amour avec des bougies tout autour je ne sais quoi, mais je ne fais pas ça. Enfin bref, on peut faire autre chose. Revenir à India par exemple ou d'autres sujets plus conventionnels. » Il marqua une pause pendant laquelle elle s'assit sur son bureau. Quel romantique ce Gabe vraiment, un véritable charmeur. Il avait tout du stéréotype du macho insupportable et on ne pouvait que déplorer le fait qu'étrangement tant de femme lui tombent quand même dans les bras, Raven la première. À cause de ça il ne semblait pas vouloir comprendre qu'une femme pouvait aussi ne pas vouloir de lui, que ce soit pour "faire l'amour" ou "baiser". Certaines femmes n'avait qu'une envie, assez différente: lui cracher dessus. « Je peux savoir si tu as tenté de me faire remplacer aux yeux d'India par un quelconque abruti. Voyons voir comme cette tête de con de Bunrrow. » Que Gabe n'aime pas Benjen n'avait rien de surprenant. En effet ce dernier le dépassait sur tous les plans et elle voulait bien croire qu'il puisse en être jaloux. Clairement Raven considérait qu'elle avait choisi le mauvais père pour son bébé, même si c'était stupide au fond car si elle avait vraiment eut le choix elle n'aurait pas eu de bébé tout court.

« Je comprends que tu te sentes menacé par Benjen, mais j'ai pas l'intention de discuter de ma façon d'éduquer India avec toi. » Ni avec personne d'ailleurs. Malgré ses yeux qui ne cessaient de lancer des éclairs, elle esquissa un mince sourire, plus pour se moquer de Gabe qu'autre chose. Elle aussi savait jouer. « Et aussi tentante que ta proposition puisse sembler… » ironie quand tu nous tiens. « …m'exposer au risque de transmission d'un nombre conséquent de MST ne m'intéresse pas vraiment en ce moment. » Elle s'étonnait presque du fait que Gabe lui ait fait une proposition aussi directe sachant quand même qu'il était en couple, mais après tout c'était un habitué de l'adultère, ça n'aurait pas du la surprendre. Quelque part, elle qui n'aimait pas Kayla devait avouer qu'elle n'était pas mécontente. Elle n'avait jamais douté de sa propre valeur bien sûr, mais c'était bon à savoir qu'elle n'était pas la seule à se faire avoir par le Windsor. Elle n'avait donc pas à se remettre en question. Croisant les jambes elle fit remonter sa robe de sorcière vers le haut de sa cuisse de façon faussement innocente. Elle était toujours en rage évidemment, un peu plus à chaque seconde qui s'écoulait et qui marquait un abus toujours plus long de son hospitalité, mais puisque s'emporter ne servait à rien elle avait décidé de conserver au mieux son contrôle de soi et de se concentrer sur essayer de l'embêter au maximum. Peut-être que si elle l'emmerdait suffisamment il finirait par la laisser tranquille. Elle pouvait toujours espérer. Si Raven était assez douée en la matière elle l'était plus souvent malgré elle avec son côté intello je-sais-tout que lorsqu'elle le faisait volontairement. « J'ai pas l'intention de parler d'India plus longtemps, j'ai déjà dis tout ce que j'avais à dire. Je ne vois pas comment faire plus clair. »  Elle décroisa et re-croisa ses jambes à nouveaux comme pour chercher une position plus confortable, mais gardant surtout quelques instants ses jambes un rien trop écartées. « Tu sais ce qu'on pourrait faire aussi ? On peut se regarder dans le blanc des yeux jusqu'à ce que tu t'ennuies suffisamment pour que tu te décides enfin à aller faire autre chose. Aller faire perdre son temps à quelqu'un d'autre par exemple vu que tu n'as visiblement rien de mieux à faire. » Elle avait toujours considéré son métier à lui comme facile et demandant peu de travail et pour elle sa présence ici le montrait. Pour qu'il débarque sans être annoncé il fallait vraiment qu'il ne comprenne pas le concept d'un travail demandant des responsabilités comme celles qu'elle-même endossait. Elle n'avait pas une minute à elle, mais ça lui, il ne devait pas connaître. Il reléguait sûrement la moindre tâche un peu compliquée à des assistants. Assistantes plutôt si c'était lui qui embauchait son personnel. Ah elle devait être belle la vie pour ses employées, maintenant qu'elle y pensait elle trouvait ça étrange de ne pas avoir reçu de plainte pour harcèlement sexuel venant de salariées de la gazette à l'époque où elle travaillait au département de la justice magique. Et autant qu'elle le sache ça n'était pas arrivé même après son départ. Les employées du Windsor devaient sûrement être trop intimidées pour ce faire, ou alors tomber bêtement sous le charme de cet imbécile de Gabe.
créée par Matrona


__________
the devil within
You’ll never know what hit you won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer this hell you put me in. I’m underneath your skin @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   Dim 9 Nov - 11:23


« attraction naturelle chérie, t'es folle de moi. »



Bunrrow. Bête. Ultracon. Nigaud. Ridicule. Raté. Odieux. Waterproof (oui bah on fait avec ce qu’on a). Oui face à cet individu, Gabe Oscar Windsor pouvait réagir comme un adolescent attardé, un prépubère, un coq, un individu doté de peu d’intelligence et de retenue. « Je comprends que tu te sentes menacé par Benjen, mais j'ai pas l'intention de discuter de ma façon d'éduquer India avec toi. » Genre, lui, Gabe le magnifique se sentait menacé par ce crapaud de Bunrrow ? MAIS LOL. Non mais franchement, elle l’avait bien regardé ? Il n’avait vraiment à envier à Bunrrow. Gabe était beau, Benjen non. Benjen était chiant à mourir, soporifique à l’extrême alors que lui était charmant et particulièrement drôle. L’homme parfait, dites-vous ? Peut-être pas mais pas loin c’est une certitude, tout le monde en conviendra. « Et aussi tentante que ta proposition puisse sembler m'exposer au risque de transmission d'un nombre conséquent de MST ne m'intéresse pas vraiment en ce moment. » Lui transmettre des MST ? Comme si c’était le style de la maison. Gabe prenait ses précautions et même son test de dépistage était à jour. Il n’avait pas de MST. Avait-elle des preuves de ce type aussi fiables, elle ? Parce que Gabe pourrait se demander si ce n’était pas elle qui lui refourguerait pas une MST. Oui parce qu’elle faisait madame sainte nitouche mais si ça se trouve, sous la couette (ou pas d’ailleurs, on ne savait pas où elle faisait cela) elle faisait des trucs vraiment dégueulasses. Oui, cela faisait longtemps qu’ils avaient été ensemble et déjà à l’époque, il leur arrivait de faire des trucs cochons mais vous ne saurez rien. Il faut mieux deviner et imaginer que de savoir. Vous seriez choqués en plus donc motus et bouche cousue. Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle n’était pas non plus très clean Harper-Rhodes. Elle remonta sa jupe. Pensait-elle que son œil de lynx ne le remarquerait pas ? Et après ça, elle n’avait pas envie de lui ? Tu parles, c’est une coquine la Raven ! Mais il sait se tenir et il en avait vu d’autres des pairs de jambes. Nous n’allons pas poursuivre de ce côté-là, cela prendrait bien trop de temps et de place. Mais il est vrai que les jambes de Raven ne le laissaient pas indifférent. Cependant, il n’allait pas lui faire le plaisir de le reconnaître. Bon c’est un peu ironique sachant qu’il lui a proposé qu’ils couchent ensemble juste avant. C’était ça aussi Gabe Windsor, une logique particulière.

« J'ai pas l'intention de parler d'India plus longtemps, j'ai déjà dis tout ce que j'avais à dire. Je ne vois pas comment faire plus clair. » Blablabla. Elle redevenait madame frigide par excellence-là. Franchement, elle avait trente ans et elle était déjà chiante. Tu m’étonnes qu’elle soit seule. « Je ne vois pas comment faire plus clair. » Il avait l’impression d’entendre sa mère. Quelle horreur ! Mais enfin, elle et Raven s’étaient bien entendu le peu de fois où elles s’étaient vues. Il n’y a jamais de hasard dans la vie, vous l’apprendrez. Mais attendez un instant, les jambes-là. Elle était en train de l’allumer. La garde. C’était une sacrée chaudasse en fait. La froideur n’était qu’un masque. Elle jouait un jeu dangereux, attention à elle. Car une fois lancé, ce jeu ne s’arrêterait pas. Gabe le jouerait jusqu’au bout. Elle ne viendrait pas pleurer. En tout cas, oui Gabe s’était bien rincé l’œil, enfin du mieux qu’il pouvait. Lui un pervers ? Et alors. Il n’avait jamais nié. Il ne trouvait pas qu’il y avait de quoi avoir honte. Bien au contraire, il était honnête et transparent au moins. « Tu sais ce qu'on pourrait faire aussi ? On peut se regarder dans le blanc des yeux jusqu'à ce que tu t'ennuies suffisamment pour que tu te décides enfin à aller faire autre chose. Aller faire perdre son temps à quelqu'un d'autre par exemple vu que tu n'as visiblement rien de mieux à faire. » Rien à faire ? C’était relatif. On avait tous quelque chose à faire c’est juste que certains pouvaient se permettre de les reporter ces choses ou non. Gabe avait ce grand privilège. L’argent résolvait bien des problèmes. « Oh tu sais c’est l’avantage d’être son propre patron, on aménage son emploi du temps comme on veut. » En gros, prends-toi ça fonctionnaire dans les dents qui obéissaient aux horaires qu’on lui fixait. Elle était peut-être directrice de département mais elle n’était pas son propre patron. Lui, y avait son nom sur la façade de la gazette du sorcier. D’ailleurs, à chaque fois qu’il passait devant, c’était l’orgasme. Il était trop fort. Oui Gabe Windsor s’aimait et pas qu’un peu. Il lui sourit avant de rajouter : « Ou alors, on pourrait faire ce qu’on avait commencé, tu sais. Tu résistes mais tu sais très bien que ça va arriver. Peut-être pas aujourd’hui mais je ne le prends pas en compte, mais admettons pas aujourd’hui mais un autre jour. Malgré tes grands airs, je te connais et surtout ton corps tu vois. Il y a des signes qui ne trompent pas. » Gabe se la jouait, je lis en toi comme dans un livre ouvert. C’était vrai en même temps.

C’est vrai que pour le coup, il avait cette arrogance absolument insupportable mais il était sûr de lui alors pourquoi ne pas être arrogant ? Toute manière, Raven le connaissait plutôt bien, pas la peine de se donner une image. Non il la jouait 100% naturel. Pas de chichis entre eux. Mais c’était Gabe Windsor alors il fallait qu’il ajoute une petite remarque sarcastique. « Ah s’il n’y a que cela qui t’arrête, je peux t’assurer que je n’ai pas de MST. Mon dernier test, qui date de moins de trois mois, a confirmé que j’étais parfaitement clean. Je pourrais te demander si tu peux en dire autant. » Précise-le, oui c’était toujours bon. Gabe se retint pourtant de lui dire toute sa pensée car sinon il lui aurait dit que vu toute la tension qu’elle dégageait, il devait y avoir de quoi dépoussiérer en bas. Mais ça aurait sûrement été trop. Il ne voulait pas l’achever tout de suite.
créée par Matrona


__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)   

Revenir en haut Aller en bas
 

GAVEN ♤ t'es plus sexy quand tu t'énerves. (+16 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: ministère :: niveau neuf-