Partagez
 

 ellie ✻ no one will ever love you like i do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 6:37


   

   
Chessman, Eleanor Delia
There ain't no chains strong enough to hold me,
Ain't no breeze big enough to slow me,
I’ll be there if you ever want me by your side

   
nom  Chessman, un nom anonyme dans le monde magique, à moins que vous souffrez d'une assassine détresse. Que ce soit du côté de son père comme celui de sa mère, la magie ne les entoure que depuis deux générations, au maximum. Et jusqu'à présent, aucun sorcier partageant son sang n'a réellement su s'illustrer et ainsi attirer une certaine renommée au nom de famille qu'arbore la jeune femme. prénom  ▽ Eleanor, Delia. Ses parents tenaient à offrir à leurs enfants des prénoms qui « passeraient » partout, si l'on peut le qualifier ainsi. Sans demeurer excentriques, mais sélectionner des appellations qui leur plaisaient. A croire que ses géniteurs aiment ne pas attirer l'attention sur eux. âge  ▽ l'apprentie sorcière est âgée de dix-huit ans. nature du sang  ▽ sang-mêlé, d'une certaine manière, Eleanor a su échapper à la soit-disant tare qu'est d'être née-moldue. Cependant, ceci de très peu, si bien que la jeune femme a promptement appris à demeurer la plus discrète possible vis-à-vis de sa généalogie. nationalité  ▽ irlandaise, pure souche, si on peut le dire ainsi. A défaut d'être composée de beaucoup de sorciers, la famille Chessman a l'Irlande dans le sang.  année  ▽ Eleanor est inscrite en classe préparatoire. Dire qu'elle n'a pas longuement hésité constituerait un pur mensonge, l'adolescente ayant eu bien envie de quitter le château de sorcellerie à l'obtention de ses ASPICs. Néanmoins, ses ambitions, qu'elle préfère qualifier de responsabilités, et l'appui de plusieurs de ses proches, l'ont motivée à postuler puis entreprendre cette année supplémentaire. camp  ▽ Résistants. Vue son histoire, il aurait été assez étrange qu'elle fasse autrement. Toutefois, Ellie n'a pas rejointe de camp avant sa troisième année. caractère  ▽ empathique têtue tête brûlée susceptible sociable moqueuse. avatar  ▽ Adelaide Kane.


   

   
le barème

   ambitieux : ••••
   romantique : •••••
   sportif : •••••
   généreux : •••••
   franc : •••••
   sérieux : •••••

   
le pourquoi tu comment

   Ellie est une jeune femme courageuse, tête brûlée. Cependant, elle est également une adolescente responsable, et bien qu’elle ne supporte aucunement les idéaux du nouveau Directeur de Poudlard, elle n’oserait jamais l’attaquer en personne ou tenir fortement tête à un mangemort pour se voir devoir entretenir un certain rendez-vous avec le fameux mage noir, et sans doute des répercussions assaillant douloureusement les gens qu’elle aime. Néanmoins, la sorcière ne demeure pas passive. Elle est incapable de rester les bras croisés devant tant d’injustice et de souffrances. Elle construit sa propre résistance, si naturelle à elle-même, et cela, depuis son entrée même à Poudlard. Elle n’hésite jamais à protéger les plus faibles, les plus jeunes, les plus introvertis des coups que les autres élèves peuvent les affubler ou parfois certains professeurs en classe. C’est sa manière de militer contre l’oppression qui règne au château. Et contre les Obscurs.

L’adolescente a rejoint les Résistants au début de sa troisième année. Elle ne l’a pas fait dès son entrée à Poudlard pour la simple et bonne raison qu’à l’époque, bien qu’elle abhorrait voir des gens souffrir pour leur statut de leur sang ou leurs aspirations, elle n’était pas sûre de vouloir réellement se définir comme une Résistante, comme une future membre de l’Ordre de Phénix. Avant ses treize ans, Eleanor préférait l’impartialité à une entrée si directe dans la guerre qui lui avait déjà ôté son jeune frère. Néanmoins, à l’heure actuelle, chaque élève qu’elle console, qu’elle couvre, qu’elle prend les punitions pour, composent ses nouveaux Michael, et elle ne regrette aucunement son choix.


   

   
et toi dans tout ça? Coucou la compagnie ellie ✻ no one will ever love you like i do 644995Ça fait plus de deux ans que je suis ici donc j'imagine qu'on commence à me connaître. Les gens m'appellent Louis, Addie ou Adé, (étrangement rarement Demyan ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477) et en bref, mon prénom est le même que la star de mon avatar ellie ✻ no one will ever love you like i do 819681. Je suis toujours aussi vieille, j'ai connu le forum par Scarlett, je l'aime toujours autant, et ma couleur préférée demeure le orange. Quant au nombre de mots, il a atteint les 7509.

   
Code:
adelaide kane - eleanor d. chessman
   


   


Dernière édition par Eleanor D. Chessman le Ven 7 Mar - 7:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 6:37



vis ma vie





« Je suis née dans la Résistance. J’ai grandit dans le secret. J’ai été et dû alimenter par ces mensonges, ces omissions, ces histoires vertigineuses telles de hautes pièces montées qu’on sert aux individus un peu trop curieux pour se protéger. Je suis une sorcière, et pas seulement. Je suis fille de Phénix. Mes parents sont de ces personnes extrêmement justes, qui prennent tout à cœur, « peut-être trop » comme dirait une de mes sœurs. Mes géniteurs font partie de cette impressionnante catégorie de personne qui part de rien, un absolu néant, pour créer de grandes choses.

Le nom « Chessman » n’a pourtant aucune valeur, aucune réputation notable. Du moins, aux yeux du grand public. Pourquoi ? Car encore une fois, un secret l’enrobe de sa robe des ténèbres. Connor et Clodagh sont deux sorciers de sang-mêlé, au sang aucunement « désirable », si on le présentait du point de vue d’un sbire de Voldemort. Les grands-parents de ma mère étaient des moldus, et ma grand-mère paternelle est une moldue elle-même. La magie coule entre nos veines depuis seulement quelques générations, en somme. Peut-être cela constitue-il la principale raison qui a incité mes parents à démarrer leur petite « entreprise », comme ils l’appellent publiquement. En réalité, les Chessman sont ce couple marié que vous allez voir lorsque vous êtes nés du « mauvais côté de la barrière », lorsque vous êtes en danger de par vos origines, de par votre propre naissance. Quelque chose que j’ai toujours estimé profondément absurde, car l’on ne peut régler la manière dont on nait, on ne peut modifier nos géniteurs. Tout ce que l’on peut faire, c’est choisir sa vie, commettre ses propres décisions et les assumer. Mais qui est-on pour décider de notre conception ? Mes parents doivent sans doute penser de manière similaire, car leur principale occupation, derrière leur métier pour apporter du pain sur notre table, est de créer des faux papiers pour les nés-moldus et tout ceux qui se sentent menacés par leur identité. Ils font cela depuis des décennies, bien avant que je naisse. Ils se sont rencontrés, si liés par leurs convictions, si amoureux l’un de l’autre, et avant même de songer à fonder une famille, ils apercevaient les premiers visages de ceux à qui ils apporteraient la sécurité. Ils n’ont jamais pensé à leur propre protection, au sort de leurs progénitures. Ils ont toujours vécu au jour le jour, se focalisant sur ceux qu’ils pouvaient aider, ne se souciant que très peu du lendemain, bien qu’empruntant de nombreuses précautions pour éviter quelconque tragédie.

En d’autres mots, ma famille se dresse de clandestinités. Dès mon plus jeune âge, j’ai vu défiler ces sorciers et sorcières, ces cracmols, parfois mêmes des sorciers jouissant de dons extraordinaires, dont je ne pensais n’exister que dans les contes que je lisais à mes cadets, dons qu’ils nommaient « infortunes », décrivaient parfois même de « malédictions ». Le rôle de mes parents étaient de leur fonder une toute autre histoire, procurer de nouveaux papiers, puis, devenant de nouveaux éléments d’un réseau aussi développé que discret, ces personnes parvenaient à trouver de quoi vivre décemment. Ils obtenaient un toit, parfois même un travail. Ils récoltaient le secret, mais demeuraient en vie. »  


« Allez, Ellie, s’il-te-plaît, lis nous encore une histoire ! » « Oui ! Le Sorcier et la Marmite Sauteuse ! » « Ha non ! Tu choisis toujours celle-là, c’est pesant, je finis par la connaître par cœur, moi ! Et puis c’est à mon tour de choisir ! » « Même pas vrai, c’est le mien ! » « N’importe quoi ! Elisabeth a choisi celui de ce soir, et je te rappelle Mathilda tête de linotte que tu as choisi celle de hier soir ! Donc c’est à mon tour ! » « Et Michael, il a pas choisi, lui, c’est à son tour, pas au tien ! » « Michael choisit pas d’histoire, il sait pas faire. » « Emma ! » Un silence s’abat dans la chambre, la désapprobation d’Eleanor aux paroles de sa sœur faisant taire toutes les jérémiades régnant dans la salle. La sœur aînée soupire doucement, puis un sourire doux étire ses lèvres malgré tout. « C’est l’heure de se coucher, il est déjà très tard, et demain, il y a école. » « Pf, je ne veux pas aller à l’école. Depuis que j’ai teint les cheveux d’Aoife en rose, elle me déteste. Je veux aller à Poudlard, où je n’aurais pas besoin de me cacher pour teindre les cheveux des gens ! » « Où que tu sois Mathilda, il vaut mieux que tu ne teignes pas les cheveux des gens à moins d’avoir leur autorisation. Allez, on y va. » Eleanor tend ses mains à l’adresse de deux de ses cadets. A contrecœur, Mathilda la saisit, puis Michael se lève, refusant le moindre contact physique depuis plusieurs mois maintenant. La petite troupe sort de la chambre à coucher, souhaitant une bonne nuit en chœur aux deux autres sœurs. Ellie borde la troisième de ses sœurs, puis s’attarde à préparer son unique frère pour la nuit. Lorsqu’elle est assurée que chacun se trouve bien dans son lit, elle s’étend dans le sien, n’entendant ses parents rentrer que quelques heures plus tard.

« Aussi étonnant cela puisse paraître, je ne me suis jamais sentie comme une forte alliée des Phénix. Certaines de mes sœurs, aussi jeunes puissent-elles l’être, se vouent déjà corps et âme aux convictions de l’Ordre, rêvent de leur future influence au sein du groupe, des fonctions qu’elles pourraient occuper ; néanmoins, pour ma part, la vérité est que je ne souhaite pas prendre partie. Je ne soutiens en aucun cas les idéaux sanguinaires, sectaires ainsi qu’injustes de Voldemort et ses acolytes. Mais je n’éprouve aucun désir à vouloir dédier ma vie à la cause de l’Ordre. J’aimerai vivre en paix, avec mes propres souhaits et ambitions. Je ne dis pas que je tournerai le dos à quiconque mérite mon aide. Ce que je désire, c’est avoir une famille dont je peux prendre soin, avoir une vie, en dehors de cette noble cause. Je ne veux pas vivre dans le secret, dans la peur d’être repérée. Je veux vivre en sécurité, entourée de personnes que j’aime et que je peux réellement protéger, sans avoir à user d’innombrables mensonges. Je veux pouvoir mener une vie saine et sauve. »




« Michael est cracmol, néanmoins, dans son cas, son absence de pouvoirs magiques est davantage perçue comme un cadeau qu’un malheur. En effet, Michael n’est pas réellement le garçon, le fils, l’ami, qu’on apprécierait avoir. En réalité, je doute même que mon frère possédait ne serait-ce que quelques amis lorsqu’il se rendait dans son école spécialisée. Il n’a jamais été le genre de personne à chercher le contact avec les autres, il a toujours été cet individu qui appréciait la solitude, qui la nécessitait même, mais qui, à son plus grand désarroi, ne pouvait jamais demeurer seul, vue sa condition. Mon frère composait cet élément perturbateur, duquel les autres enfants n’hésitaient jamais à prendre comme une réelle distraction, se moquant bien des émotions qu’il pourrait ressentir face à leurs attaques, physiques comme morales. Pour eux, Michael n’était qu’un animal, un être défectueux, qu’on pouvait persécuter, parce qu’il ignorait se défendre, parce que ça ne causerait « rien de plus de mal ». Michael était l’amour de mon enfance, si l’on pouvait le dire comme ça. J’ai toujours eu le sentiment que j’étais la seule à pouvoir pertinemment le comprendre, à pouvoir l’aider, à pouvoir le protéger sans le brusquer. Il constituait mon petit trésor, mon chien perdu dans cet univers qui n’était pas adapté à lui. Car oui, j’ai toujours aimé me bercer à penser que ce n’était pas lui, le problème, comme tout le monde pouvait l’estimer. J’ai toujours tout fait pour que mon frère vive bien, pour qu’il soit sauf, qu’il soit heureux. Même si cela représentait un défi que peu de gens souhaitait relever au quotidien. Il était ma croix et ma bannière. Mon petit trésor. Si j’étais dans les parages, personne ne pouvait l’atteindre. J’étais son interprète, l’intermédiaire entre son monde et le nôtre. J’étais sa meilleure amie, sa seule amie. Et il était mon précieux frère extraordinaire. »

Des cris d’enfants tranchent la nuit sombre. Eleanor se stoppe derechef, tous ses sens aux aguets, retenant fermement le bras de sa cadette. Dans sa main, les quelques boîtes de conserve de soupe de légumes que sa mère lui a envoyé cherché. Le regard azuré de Mathilda reflète les quelques jais de couleurs qui persécutent la maison sans ménagement, leur maison. Ellie finit par attirer sa sœur derrière des buissons, dans l’ombre. Elle divise ses lèvres d’un doigt pour imposer le silence, bien qu’elle souhaite que sa sœur n’ait jamais à entendre la détresse dans la voix de leurs proches. L’enfant perçoit sa mère qui tente de s’expliquer manifestement, ses sœurs se sont tût, mais deux hommes demeurent sans pitié. Leurs vociférations emplit la campagne, et bien que de leur cachette ils ne peuvent pas tout assimiler, tant la peur martèle leur cœur et trouble leur ouïe, recevant ainsi d’emblée le tout comme une horde de grognements terrifiante, Eleanor se doute que tout ce dont leurs parents les avaient mis en garde, tous les secrets qu’ils se devaient de garder depuis leur naissance, toute leur vie, bascule dangereusement. Elle sent sa sœur trembloter à ses côtés et la serre fortement contre elle, déposant un baiser sur son front.

« Où sont ces bâtards de Flaherty, Chessman ? On a des témoins, on sait très bien qu’ils sont passés ici. Et tu sais pertinemment quel sort on réserve à ceux qui ont la brillante idée de sympathiser avec l’ennemi. » L’ « ennemi », c’était bien subjectif. « Parle ! » Un cri surgit en ultime réponse, promptement étouffé. « Tu veux que j’utilise tes filles pour te faire parler ? Tu sais ce qu’on réserve aux traîtres, tu veux une démonstration avant ton tour ? » Eleanor perçoit aisément Emma hurler de peur. Sa voix si stridente se répercute dans ses tympans encore et encore, alors que l’altercation ne s’arrête jamais. « Aucun Flaherty n’est passé ici, je vous le jure ! » « Vraiment, un couple et leur fils, tu ne les as pas vu ? Tu te joues de moi, on raconte bien le contraire, en ville. » Des sanglots noyés par une volonté si jeune. « Je vous jure ! Il n’y a eu que moi et mes filles toute la journée. Mon mari travaille au Ministère, vous pouvez vérifier ! » Ellie avait toujours pensé que sa mère serait si forte face aux mangemorts, mais tout ce qu’elle s’imaginait en décryptant cette conversation, c’était une femme effarée, inspirant la pitié. Et sa sœur qui souffrait le martyre. « On a déjà capturé le couple, on les a bien amochés avant de les envoyer là où ils méritent de pourrir. Mais le fils est ici. On le sait. Livre-le nous, c’est la dernière fois qu’on te le demande, livre-le nous, ou personne ne sort vivant d’ici. » Puis, tout se bascula. Les plaintes, les refus, les cris. La tête de l’aînée des Chessman menaçait d’imploser. Elle perdait son équilibre, enfonçait ses doigts contre la terre comme pour s’assurer qu’elle était encore en vie, alors qu’elle n’était pas si sûre pour sa mère et ses deux autres sœurs. Et avant même qu’Eleanor ne comprenne que les mangemorts s’étaient transplanés, sans même savoir s’il venait de se dérouler des heures ou de simples minutes, Michael était mort.  



« Je pense avoir toujours apparu comme étant cette fille joviale, souriante, extrêmement sociable. Cette personne qui est si facile d’approche, qui ne semble aucunement méchante aux premiers abords mais chez qui on découvre un certain caractère poignant si on l’approche de manière agressive ou malveillante. Ce complet personnage qui jouit d’un sens de la répartie acide. Je me suis toujours efforcée à voir le positif en chaque action, c’était ma manière propre de lutter contre toute forme de tristesse et désespoir. Mes sœurs me qualifiaient souvent d’éternelle optimiste, ce qui quelques fois se répercutait à mes oreilles comme de la naïveté. Mais le fait est que je suis également hautement réaliste. Je cherche seulement à tirer le bon de chaque chose, ne percevant aucune utilité à broyer du noir sur quelconque agissement.

Néanmoins, jusqu’à présent, j’y étais parvenue. J’avais la solution pour ne pas en vouloir à l’occupation de mes parents et la situation dans laquelle ils nous plongeaient bon gré mal gré. Je voyais du positif à leur absence, armée d’une générosité exemplaire, épuisée d’ailleurs uniquement pour et par eux. Je voyais le bon chez Michael, quand tout le monde ne lui assimilait que danger, problèmes et énervement.

Mais il y eut bien une chose à laquelle je ne parvins que très difficilement et bien plus tard à en tirer le positif. Et ceci demeure l’attaque des mangemorts qui a ôté la vie à mon jeune frère. Pendant longtemps, et encore aujourd’hui s’il me faut être tout à fait sincère, j’ai su blâmer ma mère. J’avais beau n’avoir participé à la scène que par l’ouïe, dans mon esprit, Michael n’avait pas été assassiné par les mangemorts ; mais par l’incapacité de ma génitrice à le protéger. Comme elle avait faillit à éviter mes sœurs les souffrances que ces deux mages noires leur avaient affublées cruellement. J’en voulais à ma mère, autant pour cette soirée et ses conséquences que pour le fait que pendant des années, j’avais su prendre soin de mes cadets, alors qu’en une nuit, on avait tant perdu par sa faute. Je désirais tant la haïr, sans pouvoir en être sincèrement capable. Alors je me plongeais dans ce silence, ce sordide et acide deuil. Et ma lettre de Poudlard martelait mon cœur d’enthousiasme comme de frayeurs. Je ne souhaitais aucunement laisser mes sœurs derrière moi, sous la surveillance de parents que j’aurais aimé catalogué d’incapables si mon affection pour eux ne restait pas si forte. J’aurais aimé les emmener avec moi, les couvrir encore là-bas, mais me bercer d’illusions ne représentait qu’absurdité, ainsi encore une fois, j’y cherchais le positif. Je me disais qu’elles apprendraient à se débrouiller par elles-mêmes de manière plus intense, qu’elles s’auraient l’une l’autre pour se consoler, se serrer les coudes. Elles remporteraient en indépendance, un élément si précieux de nos jours pour survivre. Et qu’il était certain qu’elles me rejoindraient au collège de sorcellerie, vues leurs récentes prouesses magiques.

Toutefois, j’avais beau tourner tous les événements et scenarii possibles dans mon esprit, je ne trouvais aucun positif à la mort de Michael. J’entendais Autrui clamer qu’il était mieux « là-haut ». Certains propos odieux que je faisais taire, assassine, narrant comment il n’était pas adapté à notre monde. Chacun semblait pouvoir laisser partir Michael, chacun possédait sa belle petite histoire pour ne pas se sentir coupable ou triste de sa disparition. Cela m’irritait au plus haut point. Ces individus qui l’avaient fait souffrir, qui n’avait su prendre réellement la peine de le comprendre, étant dorénavant aptes à le laisser partir si aisément, comme s’il n’avait été qu’une vulgaire plante ornant leur salle à manger et débordant bien trop souvent à leur goût. Mais pas moi. Ce ne serait jamais mon cas. J’étais liée à mon frère à jamais. Il demeurait là, torturant mon cœur, à chaque instant que je reconnaissais une de ses manières, un de ses traits chez un membre de ma famille. Chaque endroit de la maison me rappelait la présence de mon cadet et me hantait de souvenirs aussi joyeux que malheureux. Un tourbillon explosif de positif et négatif m’étourdissait inlassablement. Et je devais suivre ce mangemort pour entamer ce nouveau chapitre de ma vie qui m’engloberait sans nul doute pour sept années catégoriques.

Ce ne fut qu’après deux semaines à Poudlard que je dénichais enfin le positif en Michael. Ou plus précisément, que j’apprenais à le remplacer pour mieux le laisser s’envoler. »


Un bruit cristallin résonne dans le couloir désert à cette heure-là. Les feuilles se froissent, l’encre se répand. Une petite voix fluette implore tranquillité. Eleanor sait pertinemment que cela ne la regarde aucunement, mais elle ne peut s’empêcher d’accourir lorsqu’elle reconnaît la voix d’une amie qu’elle s’est faite dès les premiers jours de son arrivée à Poudlard. Elle finit sa course à ses côtés, un sourire rassurant étirant ses lèvres, alors qu’un quatrième année bien plus grand prône devant elles. « Laisse-nous tranquille ! T’as pas mieux à faire que de chercher des noises aux filles ? Tu trouves pas meilleure compétition ?! » « Tu vas voir ce que j’en fais de ta meilleure compétition, oui. » « Lâche ! » « O’Dwyer ! » Le quatrième année se raidit, la baguette plantée dans la direction d’une Eleanor qui n’avait émis le moindre mouvement pour empêcher d’être la cible d’un quelconque sortilège ; tête brûlée. Elle n’avait pas peur. Elle ne craignait pas cet O’Dwyer, elle avait vu pire. Et puis, son amie Violet, elle, n’avait certainement pas l’habitude de se trouver enfermée entre les griffes de ce genre d’imbéciles, vu comment ses mains tremblaient. Ellie voulait le lui apprendre. Ou du moins, lui éviter le moindre choc. Jusqu’à ce qu’elle puisse voler de ses propres ailes. Comme Michael l’aurait fait.

« Je n’ai jamais éprouvé de réelles difficultés à me faire des amis. Et à Poudlard, je tissais des liens promptement. Durant mes premiers mois entre les murs du noble château, néanmoins, j’éprouvais une certaine réticence à m’approcher de trop près de ceux qu’on nommait Obscurs, fils de mangemort, aspirant à être du côté « sombre » de la magie. J’ignore si c’était uniquement de la précaution ou une vielle habitude inculquée dès mon plus jeune âge, mais bien que je me plaisais à rester impartiale pour le moment au sein de cette guerre, j’avais plus de facilité à approcher les Résistants que les Obscurs à qui je ne servais que politesses d’usage.

Aussi clair se dessina-t-il que je n’avais pas la robe d’être dans le camp des Obscurs, je n’entretenais aucun souhait à rejoindre les Résistants pour autant. Je savourais cette passivité, le fait d’être reliée à aucune association. Malgré mes interventions pour protéger les plus petits que moi qui démontraient clairement que je pouvais être faite pour la Résistance. Il me fut trois ans pour le regarder en face et me lancer dans cette aventure. Trois ans pour me convaincre que rester les bras croisés ou arborer un profil bas ne me ressemblaient aucunement et que je ne pouvais vivre de cette manière éternellement. Trois ans pour réaliser que ce clan offrait plusieurs rôles et que je n’aurais pas forcément à mettre en prodigieux danger tout ceux que j’aimais jusqu’à la fin de mes jours. Ou mieux, que je n’avais pas à suivre la voie de mes parents et mettre au monde des êtes qui pâtiraient de mes ambitions. Trois ans pour inscrire mon nom à la liste de ceux qui militaient contre notre Directeur. »




« La Résistance opéra un certain changement en ma personnalité. Ou plutôt, donna des ailes à des facettes de ma personne que je tentais d’étouffer. Je compris rapidement une chose. Que prendre sous mon aile tout ceux qui ignoraient ou craignaient se défendre face à des brutes n’étaient pas leur rendre service, mais tout au contraire. Bien sûr, je n’arrêtais pas d'épargner les maux à ceux qui en avait besoin, mais le faisait uniquement car je ne cautionnais aucunement les agissements brutaux des disjonctés peuplant Poudlard. Quant aux plus faibles, je leur sommais d’apprendre à se défendre. Je tentais d’imposer en eux cette confiance en soi qui demeurait la meilleure arme pour survivre dans toute école. Je ne pouvais me permettre de placer Michael en chacun de ces dizaines d’élèves. Je ne pouvais m'autoriser, comme m'affliger, un tel luxe. La mort de Michael avait déjà détruit quelque chose en moi, m’avait arraché un morceau d’âme, le cœur n’étant pas suffisant. Je ne laisserais jamais cela se reproduire. Plus jamais. »

« Eleanor Chessman, j’ai entendu parler de toi. » La jeune fille lève les yeux sur son interlocuteur. Un homme qu’elle avait aperçu à de nombreuses reprises pour être dans la même maison qu’elle, cependant, elle ne se souvenait pas particulièrement lui avoir déjà adressé la parole ou autre. Il avait cinq ans de plus qu’elle, et cela avait suffit à créer une sorte de fossé entre eux. Néanmoins, un sourire intrigué étira les lèvres de l’adolescente, ses yeux brillant de malice. « Vraiment ? Je m’ignorais si célèbre. » Un léger rire fila entre ses lèvres. « Laisse-moi réfléchir. Tu mets ton nez dans les histoires de tout le monde, tous les nains disent que tu leur sauves la mise et que tu es comme leur grande sœur, même s’ils ont un peu peur de toi parce que tu envoies balader quiconque se met en travers de ta route. Et tu fais quoi, un mètre cinquante ? Assez pour te donner une certaine réputation. Bientôt on va commencer à t’appeler Mama Chessman. » Eleanor rit franchement, tendant sa main au jeune homme se situant en face d’elle. « Alors, même si j’en ai apparemment pas besoin : tu peux aussi m’appeler Ellie. » « Liam. A toute à l’heure, Mama Chessman. »

« Malgré les cinq années de différence et peu de choses en commun, je me liais d’amitié extrêmement vite avec Liam. Nos personnalités étaient étrangement similaires, et la majorité de nos rencontres étaient couvertes de rires, moqueries, défis stupides. Liam devenait le grand frère que je n’avais jamais eu, un meilleur ami sans égal. Les uniques moments où nous nous disputions étaient lorsque celui-ci tentait de me protéger un peu trop, répondant aux attaques mauvaises d’autres élèves. Je n’avais aucunement besoin de lui pour assurer ma protection et mon bien-être devant ces dégénérés. Mais Liam me rendait véritablement heureuse. Il me permettait d’être cette Ellie que je n’avais su être pendant toutes ces années où je me sentais responsable de mes cadets, puis ces années scolaires où je ne me lâchais vraiment que durant les soirées entre filles ou fêtes dans la Salle commune. Avec Liam, je dévoilais le téméraire bout en train qui sommeillait en moi et jouissait de pouvoir être libérée sans se soucier de quoi ou qui que ce soit. »

« Haaa, non ! Non ! Liam ! Arrête ! Repose-moi tout de suite ! Liam ! » Bien que la jeune femme avait utilisé un ton dur sur son dernier terme, elle n’avait su retenir ce rire cristallin qui s’échappait déjà de ses lèvres. L’apprenti sorcier la retenait solidement dans ses bras, prêt à la lancer dans le lac alors qu’elle venait de le lui défier, et cela non sans l’avoir piqué sur une imbécilité qui le connaissait tant. Désormais, Eleanor tentait tant bien que mal de se libérer de son nouveau bourreau. « Arrête ! Arrête ! C’est assez je te dis ! » L’adolescent finit par la poser sur le sol, et ce n’est qu’à ce moment-là que l’irlandaise le pousse de toute ses forces afin qu’il perde l’équilibre et s’écroule dans le lac. Riant à gorge déployée tout en recevant de nombreuses éclaboussures, la jeune femme se stoppe alors que son regard se pose sur Jeff, de l’autre côté du lac, lisant à l’ombre d’un grand chêne. Cette vision est assez pour qu’elle perde toute concentration sur la menace Liam et qu’elle goûte à son tour à l’étendue tiède du lac.


« Liam ne m’apporta pas uniquement cette gaité merveilleuse. Il représentait aussi cette ancre qui me procurait toutes les armes possibles pour aborder son jeune frère, Jeff. »

« Je t’aime bien ! » L’adolescente soupire, comme si la bombe avec laquelle elle venait de happer son interlocuteur avait pesé de véritables tonnes durant bien trop longtemps. « Tu… Quoi ? » Les sourcils froncés, ses yeux aussi bleu que le ciel la transperce. Son regard glisse sur son visage fin, son nez qu’elle a toujours trouvé amusant, ses lèvres qu’elle adore tant voir se mouvoir. Elle secoue légèrement la tête, comme pour se remettre les idées en place. « Je t’aime bien ! » se contente-t-elle de répéter, avant de soupirer, puis inspirer profondément, persécutée par le regard interrogateur que lui lançait l’apprenti sorcier. « Je… Me sens bien avec toi. » L’irlandaise baisse les yeux, elle était souverainement consciente que ce qu’elle disait n’était pas suffisant, que bien que les mots étaient si ardus à laisser s’évader de son cœur, il fallait qu’elle les prononce. Là, tout de suite. Comme elle venait de le décider quelques minutes plus tôt, quand elle l’avait intercepté avant qu’il ne retourne sous son fameux chêne pour des heures d’études. D’ailleurs, elle n’a aucune envie qu’il passe son chemin, comme il semble l’esquisser. Elle lui saisit le bras, se projetant dans la gueule du loup : « Je sais que c’est ridicule, et que c’est probablement complètement naïf. Je sais que tu ne me vois pas comme ça. Mais je sais aussi que quand je suis avec toi, j’ai l’impression de pouvoir être moi, complètement moi, 100% moi. Que tu me connais, le bien comme le mauvais, je ne t’ai jamais rien caché, et je n’ai jamais ressenti le besoin de le faire. Je n’ai jamais eu à altérer quoi que ce soit, à me retenir de faire ce que je voulais faire. Je ne me suis jamais sentie jugée. Quand je suis avec toi, j’ai l’impression de pouvoir parler à mon reflet, de pouvoir parler à ma moitié… » Un léger rire embarrassé file entre ses lèvres à son évocation de « moitié » qui sonnait peut-être un peu trop romantique pour cette conversation, pour leur âge, pour son âge. Elle inspire de nouveau. « Je sais qu’on ne passe pas énormément de temps ensemble, et oui, les choses sont plus faciles avec les autres. Ce qui est assez étrange, parce que quand je suis avec les autres, je ne peux pas m’empêcher de me répéter que je me sens mieux avec toi, que je devrais être avec toi. Et je suis… Fatiguée. Je veux être avec toi. Je t’aime bien, Jeff. »

« J’étais âgée de presque quatorze ans lorsque j’ai « déclaré ma flamme » à Jeff. Ce moment essentiel lorsque les dires échangés se sont avérés aussi confus de la part de l’un comme de l’autre. En troisième année, je médisais l’amour. Le déclarer constituait une étrangeté en lui-même, car il ne m’avait rien fait, à proprement parler. Mis à part m’ôter Michael et m’affliger cette odieuse impression d’avoir les entrailles déchirées dès qu’un souvenir de mon petit frère me revenait en mémoire. Lorsque quelqu’un l'évoquait, sa disparition agissait telle une plaie encore ouverte malgré les années sur laquelle on versait les produits les plus agressifs. Je sentais encore mon cœur s'arrêter, impertinent, de battre lorsque Michael me revenait. J’abhorrais l’amour, car ce sentiment m’avait tant fait souffrir. Je m’en méfiais, je le fuyais à grandes enjambées, terrorisée à l'idée de voir l’image de mon cadet accompagnée d’autres hommes à qui j’avais porté bien trop d’affection. Je survivais déjà dans la frayeur cruelle que quelque chose heurte mes sœurs, je les considérais non seulement comme mes trésors, les éléments les plus précieux de mon existence ; mais aussi comme des pions explosifs qui exhibaient leur aptitude à m’annihiler si seulement le souhait le leur apparaissait. Je craignais que le reste de ma fratrie ne se métamorphose en ces otages, ces dénommés dommages collatéraux dont la gazette regorgeait chaque matin, inlassable. Je vivais dans cette paralysante peur qu’un jour, le patronyme Chessman se reflète sur le papier, brouillé par des larmes que je ne saurais en aucun cas retenir.

C’était exactement pour ces raisons, pour mes sœurs ainsi que mes aspirations, que j’avais rejoint la Résistance. Mon choix de clan constitue l’un des rares mouvements de ma vie auquel j’ai sérieusement réfléchi. Je me savais pertinemment incapable de demeurer les bras croisés lorsque des principes horripilants, sanguinaires, effarants s’appliquaient et se faisait horriblement respecter au travers de l’Angleterre. Je ne souhaitais pas m’impliquer assez pour que tout ceux dont je puisse être liée en pâtisse. Je me refusais d'être la relation qui provoquerait souffrance. Néanmoins, je ne pouvais me complaire dans une morbide immobilité. Alors, dès ma première apparition à une des réunions des Résistants, je m’étais lancée devant toutes ces têtes méconnues et j’avais déblatéré mes idées en vue de rendre notre scolarité meilleure. J’avais évoqué protection, mais aussi attaques, rôles, stratégies. Bien entendu, personne n’avais su me prendre au sérieux. Une gamine de troisième année qui se lève devant les plus âgés et ose dire ce qu’elle pense, présente ses idées en toute impunité, ce n’est que rarement apprécié, et même évalué. J’avais été trop naïve pour penser que ceux qui riaient et me priaient de me rasseoir auraient pu estimer mes idées bonnes, auraient pu les analyser sans s’arrêter sur mon visage enfantin.

Bien heureusement, il était venu à ma rescousse. Mon preux chevalier. Alors que le rouge me montait aux joues bien malgré moi, tandis que mes ongles perçaient ma peau en réponse à cette honteuse rage, ce Serdaigle m’avait rejoint et m’avait défendue. Il avait catalogué mes idées d’intéressantes, conseillé vivement les autres d’apprendre à écouter plutôt qu’à voir. Ce garçon, je me souviendrai de ses paroles toute ma vie, elles résonnent en ma tête telle une mélodie dès que la bonne humeur me nargue. Je me rappelle m'être intérieurement répété ces mots chaque nuit avant de m’endormir, et espérer qu’il apparaîtrait dans mes rêves. Je me souviens comment la paix me berçait dès que son souvenir m’enivrait. »




« Jeff, dès cette première journée où j’ignorais même son nom, représentait le parfait antidote contre moi-même. Et je le vénérais tant pour ça.

Il possédait cette aptitude extraordinaire à m’apaiser, il était doté de ce pouvoir inconcevable sur ma personne, qui pouvait tant me toucher, tant influencer mes émotions. Et étrangement, c’est exactement pour cette présence inestimable que j’étais incapable de faire autrement que de me présenter comme la pure, l’authentique Ellie que je demeurais. Sans altérations, sans camouflages, sans mensonges ni non-dits. Et cela me faisait me sentir si bien. J’ignorais si c’était de l’amour, une bizarre sorte d’amitié, ou quelque chose d’extrêmement dangereux. Mais j’étais déjà attachée à Jeff, droguée à son influence sur moi. Et même si bien évidemment, sa personnalité ne répondait en aucun cas à la mienne, cela ne faisait qu’accroître mon affection pour l’apprenti sorcier.

Il était réfléchi et sage, j’étais une bout-en-train impulsive. J’étalais ma témérité à chaque couloir de Poudlard, il préférait se terrer dans la bibliothèque et étudier. Je passais le plus clair de mon temps avec les nombreux amis que j’avais, il ne comptait les siens que sur une main et paraissait hautement associable sous le regard inquisiteur d'Autrui. On le décrivait comme étant un jeune homme doux, qui ne faisait pas de vague et sur lequel on pouvait plus marcher sur les pieds qu’autre chose, l’on me cataloguait de peste explosive à qui il ne faut certainement pas chercher de noises. Mais lorsque nous étions ensemble, il était le garçon qui devenait téméraire et prenait ma défense sans réfléchir, et je devenais la fille ambitieuse qui s’apaisait et améliorait ses résultats scolaires et relations avec ses ennemis. »



« Par le soutif de Morgane, il est pas mal du tout le petit nouveau… » Armé d’une discrétion infaillible, le groupe de quatrième année se retourna promptement vers la silhouette que désignait l’une de leur compère. Un sourire amusé aux lèvres, Eleanor se permit de lorgner également sur le nouveau spécimen. « Ha oui, pas mal du tout. C’est pas l’Américain qui vient de débarquer, ça ? » « Ouais, il est en quatrième année avec nous. Les cours de Potions deviendront enfin intéressants… » Des échos de rires se répercutèrent sur les pierres glacées des murs du château. « Il a l’air quand même perdu. » « Il s’y fera, c’est un grand garçon. » « Mouais, quand même, les Américains, j’aime pas trop perso. Je comprends rien à leur accent et ils sont tellement prétentieux. On dirait qu’ils se pensent mieux que tout le monde. » [color:65e5=ff9966]« Arrête Linda, tu le connais même pas. Et personnellement, je pourrais bien lui pardonner d’avoir les chevilles un peu trop enflée vue sa tête… Ellie ? Ellie ?! Tu vas où ! Nom d’une goule édentée, t’as déjà Jeff je te rappelle ! Ramène tes fesses de comité d'accueil ici ! »

« Salut, moi c’est Ellie. » Un bras aussi énergique qu’amicale jaillit face au nouveau Serdaigle arborant un air prodigieusement désemparé. Le garçon observe précautionneusement sa propriétaire, avant de serrer enfin la main inquisitrice devant lui. « Aemon. » « Enchantée, Aemon. Serdaigle, hein, comme ça, t’es un peu du genre le nez dans les bouquins ? » Un rire cristallin file entre les lèvres de la fillette, qui ne pouvait s’empêchait de transposer l'image de son cher petit ami sur son nouvel interlocuteur. « Pardon ? » Sauf que manifestement, le nouveau venu n’apprécie pas spécialement. « Pardon, tu as raison, c’est pas très sympa de généraliser. » « Non, non, c’est pas ça. En fait, j’y connais rien aux quatre dortoirs d’ici. » Un sourire tendre étire les lippes de l’irlandaise. « Tu veux que je te fasse visiter un peu les lieux ? Je suis une experte en termes de bien vivre à Poudlard. » Un regard hésitant, le garçon se fige devant la demi-douzaine d’yeux d'adolescentes qui ne peut se détacher de son minois. Finalement, il articule : « D’accord. » Le sourire d’Ellie s’élargit, tandis que l’américain lui emboîte le pas. Après une petite minute de silence, celui-ci confie : « Je suis pas du genre à avoir le nez dans les bouquins. » Un peu prise au dépourvu, l’apprentie sorcière réplique : « Ça tombe bien, moi non plus. Mais je te rassure, pas besoin de bouquin pour savoir que Serdaigle n’est pas un dortoir, mais une maison. » Fière de sa moquerie, la Résistance finit par pousser du bras le Serdaigle pour qu'il se détende, ou arrête de bouder, en l'occurrence. « Allez fais pas cette tête, viens, je te montre les meilleurs endroits en premier ! »

« Aemon Evans. Qui eût cru que cet américain vaniteux, aussi paresseux que le Baron Sanglant et jouissant d’une franchise de je m’en foutiste à en hérisser les plus tolérants deviendrait si vivement et pour ce qui semble être encore très longtemps le meilleur ami de la jeune Chessman ? Qui eût cru que par son intermédiaire et une bonne quantité de coups de pouces irrémédiablement déguisés en menaces profondes, il deviendrait également le meilleur ami de son petit ami Jeff, à sa plus grande satisfaction. »


« J’ai toujours vécu dans la Résistance, mais également dans la peur qu'un jour l'occupation contre le régime actuel de mes parents soit dévoilée, dans cette terreur de perdre toute ma famille en l’espace d’une seule soirée, en quelques jets bornés. Qu’un jour, des langues déliées trahissent mes géniteurs et que le patronyme Chessman en périsse derechef. Poudlard m’offrit néanmoins sécurité, une sérénité que je n’avais que très peu goûté sur mon Irlande natale : uniquement lorsque l’innocence des temps d’enfance avait été assez forte et créative pour que je me sente sauve. Au collège de sorcellerie, je ressentais cette impression de pouvoir être qui je le souhaitais, je considérais les mangemorts non comme des ennemis, mais comme des protecteurs, qui certes se montraient terriblement violents lorsqu’on émettait le moindre pas. Mais je pensais pouvoir suivre leurs pas. Et entre ces murs humides, j’étais convaincue que rien de profondément mal ne pouvait m’arriver. Que j’étais un pion dans l’établissement du monde magique aux idéaux sombres de mon Directeur et que pour cette simple raison, j’étais protégée. Un mouton qu’on attendait de tondre lorsque je quitterai, diplômée, le collège de sorcellerie.

Ma fabulation se rompit brusquement lorsqu’une Serdaigle, Jenny Adster, fut assassinée de sang-froid et de manière cruellement aléatoire à mes yeux lors d’un bal de fin d’année. Suite à cet événement aussi tragique que traumatisant, le chaos que j’avais expérimenté durant mon enfance lorsque les individus émanant leur besoin mortel quémandaient l’aide de mes parents m’engloba tout entière. Je me sentais profondément imbécile, et la peur me saisissait de nouveau. Toutefois, une frayeur qui s'avéra encore plus intense que la première, car celle-ci me visait directement, impératrice, déterminée. »

Septembre 2021, arrestation de Harry Potter. Avril 2023, le Code Phénix, une association extrémiste résistante, sème la terreur au sein du château durant deux mois. Juin 2023, exécution de William Blake, un des professeurs même du collège de sorcellerie, sous prétexte d’être un traître du côté des Phénix. Ce même mois, Harry Potter est pendu à Pré-au-Lard. 3 juillet, c’est le tour de Ronald Weasley. 18 juillet, Percy Weasley. 30 juillet, Angelina Weasley. 17 août, Fleur Weasley. 21 août, Neville Londubat et Rubeus Hagrid. 23 août, Hermione Weasley.

La guerre s’est infiltrée à Poudlard plus que jamais. Personne n’est en sécurité. Fred et Dominique Weasley sont expédiés à Azkaban dès leur diplôme en poche.

Et Eleanor s’en inspire. La jeune femme a toujours abhorré l’injustice, elle a toujours voulu protéger les plus faibles, dotée d’une empathie aussi profonde qu'à double tranchant. Elle ne veut pas passer sa vie à couvrir ceux qui refusent de se battre. Mais son aspiration s’affiche désormais tel le désir de procurer les armes à ceux qui veulent se défendre. Elle a foi en eux. Elle est flamme de Phénix. Son camp perd, ce n’est pas le bon choix, mais elle ne peut, ne veut, ne croit autrement. Elle sait pertinemment qu’elle n’est pas celle qui apparaîtra sur un champ de bataille, elle sait que ce n’est pas sa place, qu'elle sera meilleure ailleurs. Elle veut vivre, Ellie, pour les autres. Et non assassiner ceux qui sont différents. Si elle redoute son cœur d’arrêter de se battre, elle se soucie peu de sa réputation, néanmoins. Alors elle étudie. Elle veut devenir la meilleure en Droit et Justice magique. Un jour, elle veut être celle qui protège ces nés-moldus, ces cracmols, ces sang-mêlé trop impurs, tous ces sorciers qui sont « mal nés » ou qui ne pensent pas comme leur tyrannique gouvernement. Elle veut créer une place dans la société aux lycanthropes, aux legilimens, aux voyants, à ces raretés qui sont considérés comme des spécimens de la nature, des énergumènes, des individus qui ne devraient exister et qu’on veut persécuter. Des tares, des erreurs. Ces personnes plongé dans un mensonge vital qu’elle a tant vu débarquer chez elle et n’a jamais élucidé complètement l’origine de leur fatidique sort. Désormais, elle le saisit totalement. L’autorité de leur monde craint la différence, refuse de l’expérimenter ou de lui donner ne serait-ce une petite place dans leur société. Car elle craint les rebellions, elle craint le pouvoir qui ne lui revient pas, elle craint le désordre. Mais Eleanor, ce qu’elle désire avec tant d’ardeur voir se dérouler devant ses pupilles, c’est ce désordre prendre forme pour créer un monde aussi éparpillé que soudé. Où chacun prend sa place. De lui-même. Non par des lois, des mœurs ou des ordres. Ellie veut l'anarchie. La cohue tintant la nouvelle ère.


ellie ✻ no one will ever love you like i do Tumblr_m1m0kiYocT1rnmxu5o1_250
ellie ✻ no one will ever love you like i do Tumblr_m4udj4WiRv1qzj0kto3_250

Elle avait retenu ses larmes. Elle les avait retenues si fortement qu’elle avait le sentiment que ses pupilles demeuraient brûlées par leur acidité. Elle s’était bercée d’illusions, elle avait voulu le croire, les croire, se croire. Elle était parvenue à se persuader, sombre naïve ; encore une fois, elle avait souhaité ne pas regarder la vérité en face, chercher le bon dans la situation. Mais quel bon y avait-il, si ce n’était son cœur brisé en mille morceaux, si ce n’était ses joues rougies par ces acerbes joyaux qui ne cessaient de perler au coin de ses yeux, s’accrocher désespérément au moindre de ses cils, sombrer perpétuellement sur son visage de porcelaine. Elle n’avait même plus la force de retenir ses sanglots. Quel spectacle faisait-elle, quelle honte posséderait-elle à ruminer prochainement. Mais elle n’avait plus l’ambition, l’aspiration de paraître bien. Il n’y avait qu’une chose qu’elle était capable d’effectuer en ce moment-même, et c’était de se laisser aller, dans l’obscurité de nuit printanière, tel un animal blessé attendant son futur courroux. Une feuille de parchemin aux mots brouillés par ses sentiments dilapidés tremblotait entre ses doigts laiteux. Ces mots illisibles qui n’existaient plus que dans ses souvenirs. Qui font depuis des heures échos à ses sanglots parfois trop intenses pour qu’elle reste discrète.

Jeff était parti. Cet abruti, ce dégénéré, cet idiot, l’amour de sa vie. Il avait quitté Poudlard il y avait deux années maintenant, ils ne se voyaient plus. Sa meilleure amie Heaven avait tenté de la consoler précédemment en lui annonçant que l’interdiction de se rendre à Pré-au-Lard avait été levée pour les élèves et que très bientôt, elle pourrait se rendre à son café préféré plonger ses yeux dans ceux du gallois qui faisait tant partie de sa vie. Cinq années, elle ne pouvait plus s’imaginer une existence sans cet homme, elle ne le savait pas, elle ne le souhaitait aucunement. Elle était bien apte à clamer haut et fort qu’il avait composé la plus belle connerie de sa vie, qu’elle désirait être indépendante, ne plus avoir à être collée à un garçon qui ne lui envoyait que des missives remplis de politesses, de non-dits au goût trop âcre de mensonges. Si elle pouvait berner Heaven, elle était incapable de croire un traître mot de ce qu’elle racontait. Elle aimait Jeff, elle l’aimait trop. Si elle ne pouvait s’en défaire, c’était uniquement parce qu’elle le refusait catégoriquement. Elle s’était battue pour son couple, trop battue, peut-être, mais elle ne comptait pas poser les armes sur sa conquête romantique. Mais surtout, ce qu'Heaven ignorait, c'était que Jeff était parti bien plus loin que Poudlard. Et ça, Eleanor ignorait comment le gérer. Elle ne savait plus où chercher son amant, son soleil timide et grincheux. Il s'était enfoncé dans ce labyrinthe vicieux de douleurs comme ressentiments, et refusait de lui laisser le moindre indice pour qu'elle le serre de nouveau dans ses bras, comme il l'autorisait à le faire lorsqu'ils n'étaient plus que tous les deux, au sein du collège de sorcellerie. Elle voulait encore le couvrir, décortiquer ses problèmes contre son gré, le protéger contre lui-même, l'aimer contre son gré, contre son attitude de coincé. Mais lorsqu'elle le voyait à Pré-au-Lard, elle ne ressentait que ce vide chez lui, ce manque, ce changement, ce trou comblé de pourritures. Et ça la figeait. Elle avait peur de lui, de son infortune, de sa tragédie, de son nouveau lui. Comment pouvait-elle maintenant le sauver ? Pourquoi l'amour refusait-il de la guider alors qu'elle avait tant besoin de lui, tant besoin de ça.

Une main se plaque sur ses lèvres qui ne cessent de trembler. Elle inspire profondément, cette odeur de terre, d’été, de fleurs. Des souvenirs l’envahissent irrémédiablement. Elle revoit Liam et ses imbécilités. Il tenait bien de son frère, celui-là. Un rire gauche racle sa gorge. L’adolescente inspire profondément. Elle avait attendu le jour de ses dix-huit ans pour se rendre ici. Elle avait attendu la plus proche sortie à Pré-au-Lard. Elle avait attendu d’être douée en transplanage. Et dorénavant, elle se brisait le cœur sur les inscriptions gravées dans cette pierre, inlassable, immortelles, interminables. Cradock Liam Blevins. Cradock, un nouveau rire nerveux trahit le silence autour d’elle tandis que des larmes roulaient de plus belle sur ses joues aux deux années soutenant son nom. Elle avait cherché des mots pendant des heures, frigorifiée sous une demi-lune inquisitrice. Elle s’était estimée incapable de les trouver. Elle jugeait sa langue bien trop impersonnelle pour pouvoir ne serait-ce évoquer ce qu’elle avait sur le cœur.

« Prends soin de mon frère et je prendrais soin du tien. »

L’irlandaise inspire profondément, passe ses mains sur son visage inondé de larmes, repousse ses cheveux défaits en arrière. Elle s’approche gauchement de la pierre tombale de celui qu’elle avait toujours vu comme son grand frère, son garde du corps malgré elle. D’une main déterminée, elle enfonça la lettre de Jeff dans un des vases de fleurs, sa missive si courte pour dire tant. Il aurait pu lui découper l’article de la Gazette qu’elle en aurait su davantage. Mais elle sauverait, ce Jeff là, quitte à s'y brûler le cœur. Elle l'extirperait de sa tragique torpeur pour lui redonner goût au bonheur. C'était son rôle, son ambition, son choix providentiel. Elle en payerait le prix, vendrait son âme au Diable si cela s'avérerait nécessaire. Elle posa ses doigts contre ses lèvres, puis les appliqua sur la surface de marbre. Son ange gardien était réellement ailé, désormais. Et une nouvelle promesse, un nouveau défi, les liaient, inviolables.







CRÉDITS GIF ; TUMBLR. ICONS ; MORIARTY ET EYLIKA.
CODE APPARTENANT AU FORUM DISSENDIUM


Dernière édition par Eleanor D. Chessman le Ven 7 Mar - 7:45, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sidney "Sid" Fawkes

fugitive ⚔ the fire is coming
Sidney


personal informations

► date d'inscription : 25/08/2012
► parchemins : 674


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 6:40

bon. adélaide, clairement je t'aime déjà.
edit : j'ai mes réponses ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179
et bienvenue, évidemment. ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179 ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358

__________



    dancing through the night, a vodka and a sprite. a glimpse of the silhouettes, a night that they never forget. touch me, yeah. i want you to touch me there. make me feel like i am breathing, feel like i am human
Revenir en haut Aller en bas

Naranja L. d'Alvarez

Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
Naranja L. d'Alvarez


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 7:15

Isouuu femelle, tu es belle comme un soleil ellie ✻ no one will ever love you like i do 260743 ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369 ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.
Revenir en haut Aller en bas

Pete K. Levingston

Ϟ knight in suit
Pete K. Levingston


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 7:35

Rebienvenue sur D. ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
réserve moi des liens ellie ✻ no one will ever love you like i do 855253

__________
ellie ✻ no one will ever love you like i do 443VdUMt
+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 7:40

    Merci beaucoup vous quatre ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
    Avec plaisir Pete ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
Revenir en haut Aller en bas

Juyne E. Wells

    Juynie Ҩ je suis un songe;
Juyne E. Wells


personal informations

► date d'inscription : 02/11/2010
► parchemins : 1664


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 8:16

re-bienvenue toi ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
je sens que ton personnage va être énorme encore une fois.
Je veux des liens moi aussi ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369

__________


- SOYONS EXTRAORDINAIRES ENSEMBLE, PLUTÔT QU'ORDINAIRES SÉPARÉMENT. -
“ Et moi qui croyait que j'étais pas comme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jure, que tout ça c'est du passé. Alors d'accord on tire un trait, on r'commence à s'apprivoiser. ”
Revenir en haut Aller en bas

E. Jeff Blevins


A taste of your own medecine
E. Jeff Blevins


personal informations

► date d'inscription : 07/02/2014
► parchemins : 233


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 10:07

PERSONNE NE LA TOUCHE C'EST MA MIENNE CAULDWELL ellie ✻ no one will ever love you like i do 981997
Comment je suis trop triste de ne pas être la première à t'avoir souhaité la bienvenue ellie ✻ no one will ever love you like i do 728575

Bienvenue Amour de ma vie ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 ellie ✻ no one will ever love you like i do 804613 ellie ✻ no one will ever love you like i do 855253
J'ai hâte de découvrir la suite de ta fiche, comme je te l'ai dit j'ai dévoré la première partie ellie ✻ no one will ever love you like i do 204902

Je suis toute excitée ellie ✻ no one will ever love you like i do 855253 (ce qui la fout mal vu que je suis en cours et que je souris comme une imbécile ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477 ) Bienvenue encore :88:

__________

What if...

I stopped being a jerk. What if I started to be a real friend. What if I were supporting you instead of hurting you. What if I were starting to deserve your friendship ? What would happen to us ?  
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 11:17

    Merci beaucoup vous trois ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
    Juyne et Maria c'est avec plaisir les liens ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
    Jeff : amour de ma vie ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369 J'espère que la suite te plaira tout autant ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179, et ne t'en fais pas, tu es toujours le premier voyons ellie ✻ no one will ever love you like i do 747403
Revenir en haut Aller en bas

A. Marloes Ferretti

∇ time bømb
A. Marloes Ferretti


personal informations

► date d'inscription : 12/05/2013
► parchemins : 840


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyJeu 20 Fév - 11:43

HAN PUTAIN TU ES TELLEMENT PARFAITE ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369

Citation :
(étrangement rarement Demyan ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477 )

sisi moi je retiens bien ellie ✻ no one will ever love you like i do 644995

Rebienvenue ma belle, tellement hâte de lire la suite de ta fiche  :36: après je veux des liens, des rps, des bébés tout le tralala, jeff fais pas ton crevard et partage wesh CAULDWELL

doigte bien ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477 ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369 ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369

__________

    Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un oeuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.
Revenir en haut Aller en bas

Aemon C. Evans

Aemon C. Evans


personal informations

► date d'inscription : 07/02/2014
► parchemins : 135


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 4:29

*touche Ellie juste pour emmerder Jeff*

Re-bienvenue à toi amour de la vie de Jeff qui me donne des envies pas très catholique ellie ✻ no one will ever love you like i do 644995

Vivement la suite de ta fiche. Surtout les passages où ça parlera de moi ! ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477

Oublie pas, je suis la première à avoir réserver un RP !

__________
In the shadows
No sleep until I'm done with finding the answer. Won't stop before I find a cure for this cancer. Sometimes, I feel I'm going down and so disconnected somehow I know that I am haunted to be wanted.
Revenir en haut Aller en bas

Roxanne H. Weasley

Roxanne H. Weasley


personal informations

► date d'inscription : 24/10/2012
► parchemins : 3316


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 5:41

re-bienvenue ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
avec cette magnifique fille :36:

__________


    I don't wanna break these chains. your cruel device, your blood like ice. one look could kill, my pain, your thrill. your mouth, so hot your web, I'm caught your skin, so wet black lace on sweat I wanna love you, but I better not touch I wanna hold you, but my senses tell me to stop I wanna kiss you, but I want it too much I wanna taste you, but your lips are venomous poison you're poison runnin' through my vein you're poison, I don't wanna break these chains

Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 6:11

    Merci beaucoup à vous ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
    Marloes : Oui des liens, des RPs ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
    Scarlett : Évidemment que tu fais des miracles ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179
    Aemon : T'inquiètes ça arrive très bientôt ellie ✻ no one will ever love you like i do 747403
Revenir en haut Aller en bas

E. Jeff Blevins


A taste of your own medecine
E. Jeff Blevins


personal informations

► date d'inscription : 07/02/2014
► parchemins : 233


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 6:18

A. Marloes Ferretti a écrit:
HAN PUTAIN TU ES TELLEMENT PARFAITE ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
 après des bébés tout le tralala, jeff fais pas ton crevard et partage wesh CAULDWELL

CAULDWELL  ellie ✻ no one will ever love you like i do 981997 ellie ✻ no one will ever love you like i do 2073173870 
Non mais Marlou même pas tu fais des bébés avec MA copine. Je ne partage pas CAULDWELL

Aemon C. Evans a écrit:
*touche Ellie juste pour emmerder Jeff*

Oublie pas, je suis la première à avoir réserver un RP !

T'es pas gentil ellie ✻ no one will ever love you like i do 728575 T'es plus mon meilleur ami, Na!  :43: Et je vais surveiller ça de près CAULDWELL

Moi j'ai réservé un rp à trois! ellie ✻ no one will ever love you like i do 804613

__________

What if...

I stopped being a jerk. What if I started to be a real friend. What if I were supporting you instead of hurting you. What if I were starting to deserve your friendship ? What would happen to us ?  
Revenir en haut Aller en bas

Albus S. Potter


living louder, fighting harder
Albus S. Potter


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 6:40

omg ce perso promet ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358
J'ai hâte de voir ce que tu nous prévois sous les traits d'une fille (pour une fois) ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179
Rebienvenue en tous cas ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369

__________

Tide out, tide in, a flood of blood to the heart and the fear slipstreams ()
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
Anonymous


personal informations



ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 21 Fév - 22:52

Rebienvenue ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptySam 22 Fév - 5:43

    Merci beaucoup ! ellie ✻ no one will ever love you like i do 204902
    Oui Albus, ça risque d'être une grande première, moi qui joue généralement que des garçons ellie ✻ no one will ever love you like i do 702318
Revenir en haut Aller en bas

Fred Weasley

Fred Weasley


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 23 Fév - 2:03

Rebienvenue !
Il a l'air génial ce perso, j'ai hâte de lire la suite.  ellie ✻ no one will ever love you like i do 644995 
Revenir en haut Aller en bas

Emily Spencer

    Angel on the skyΔ Trop belle pour être vraie
Emily Spencer


personal informations

► date d'inscription : 28/02/2012
► parchemins : 1169


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 23 Fév - 22:53

REBIENVENUE avec ton perso d'amour ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
Tu déchires le string de mémé ellie ✻ no one will ever love you like i do 819681
Bonne chance pour la suite de ta fiche ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 ellie ✻ no one will ever love you like i do 260743

__________
 BROKEN HEART
C'est drôle, je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer...
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

Taylor Kensington

Taylor Kensington


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 2 Mar - 8:05

Première partie lue. ellie ✻ no one will ever love you like i do 37955 et la suite arrive quand ? t'as pas parlé de tout le forum là. ellie ✻ no one will ever love you like i do 2874821285

Non je déconne, c'est génial, comme d'habitude. ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369 J'ai hâte de lire la suite, c'est ouf de te voir avec une fille eheh ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369

__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 2 Mar - 13:23

    Merci beaucoup vous trois ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 ellie ✻ no one will ever love you like i do 136179
    La suite arrive bientôt ellie ✻ no one will ever love you like i do 241369
Revenir en haut Aller en bas

Eleanor D. Chessman

Eleanor D. Chessman


personal informations

► date d'inscription : 02/08/2012
► parchemins : 116


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 7 Mar - 7:49

    Pardon du double-post, mais j'ai le plaisir d'annoncer que ma fiche est enfin terminée ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 (je résiste à ne pas ajouter d'autres parties ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477 )
    J'espère qu'elle vous conviendra ellie ✻ no one will ever love you like i do 204902
Revenir en haut Aller en bas

E. Jeff Blevins


A taste of your own medecine
E. Jeff Blevins


personal informations

► date d'inscription : 07/02/2014
► parchemins : 233


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyVen 7 Mar - 8:28

T'as finiiiiiiiiiii ! C'est génial *_* c'est émouvant ellie ✻ no one will ever love you like i do 879963 c'est merveilleux ellie ✻ no one will ever love you like i do 273358 c'est de l'amouuuuuuuuuur :88:

__________

What if...

I stopped being a jerk. What if I started to be a real friend. What if I were supporting you instead of hurting you. What if I were starting to deserve your friendship ? What would happen to us ?  
Revenir en haut Aller en bas

Marcus A. Cauldwell

Marcus A. Cauldwell


personal informations

► date d'inscription : 28/12/2013
► parchemins : 52


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 9 Mar - 8:39

ellie ✻ no one will ever love you like i do 594477
Revenir en haut Aller en bas

Dissendium

what's meant to be will always find a way
Dissendium


personal informations

► date d'inscription : 21/12/2009
► parchemins : 2294


ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do EmptyDim 9 Mar - 10:06

ellie ✻ no one will ever love you like i do Hp10
gryffindor

Bienvenue officiellement sur le forum ! Nous t'invitons à aller créer ta fiche de liens et de rps ainsi que ton journal intime ici. N'hésite pas à postuler aux postes de préfet ou de joueur de Quidditch ici. Et s'il s'agit d'un double-compte, n'oublie pas d'aller te faire recenser par ici. Bon jeu ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dissendium.org

Contenu sponsorisé



personal informations



ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty
MessageSujet: Re: ellie ✻ no one will ever love you like i do   ellie ✻ no one will ever love you like i do Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

ellie ✻ no one will ever love you like i do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: VADROUILLES AVEC LES GOULES :: « BUREAU DE REGULARISATION DES CREATURES » :: fiches validées-