Partagez | 
 

 A song of two humans.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 9:10



Keats Alyssa
All lovely tales that we have heard or read

nom  keats prénom  ▽ elle se présentera toujours avec ce dernier. alys ; ce sont quatre lettres qu'elle laisse courir sur les lèvres d'inconnus, qui caressent les silhouettes de passage et les regards pressés. comme pour se cacher, elle ne dit jamais son prénom en entier. elle reste, secrètement, à moitié dévoilée. alys, c'est court et c'est frais, léger comme une brise matinale. ça glisse entre vos doigts et puis ça s'évapore comme la fumée d'une cigarette. c'est éphémère, aérien, psychédélique ; beaucoup moins sérieux qu'alyssa. peu de gens ont le droit de l'appeler par son véritable prénom. c'est sacré. délicat. intime et privé. ce n'est pas pour vous. âge  ▽ elle se dit intemporelle et trouve cette information inutile. elle a toujours eu le mal du temps. toutes ses secondes, ses minutes et ses heures définies par des chiffres et des nombres lui donnent la nausée. elle ne se fie qu'au soleil qui se lève puis qui se couche pour laisser place à l'astre lunaire. elle ne se fie qu'à la brillance des étoiles, qu'à l'obscurité profonde de la nuit. c'est la nature qui la régit, l'univers et les constellations. c'est une fille d'ailleurs et d'ici, qui ne vibre qu'avec la simplicité que les autres transforment en abstraction. nature du sang  ▽ pur nationalité  ▽ anglaise, elle a de la poussière d'étoiles, gardée en souvenir dans un de ses tiroirs. pour elle, le ciel n'est pas une espérance mais sa maison. elle est céleste et dans ses veines coulent des météores. ancienne maison  ▽ serdaigle profession  ▽ médicomage camp  ▽ obscure caractère  ▽ froide, manipulatrice, impulsive, charismatique, réfléchie, intelligente avatar  ▽ Cotillard, la parfaite



le barème

ambitieux : •••••
romantique : ••••
sportif : ••••
généreux : •••••
franc : •••••
sérieux : ••••

le pourquoi du comment

du sang, des os et de la chair.
tout le reste n'est rien. tout le reste finira par disparaître avec le vent qui vous a arraché vos proches. l'éphémère est la seule chose véritable en laquelle je crois. peut-être parce que mes années ont été meurtrières et que mes rétines ont été pulvérisées par la lave d'émotions passées. je n'ai plus que des cendres pour m'en souvenir. de la poussière incrustée dans les cavités d'un cœur qui ne bat presque plus. le temps a froissé les promesses pour lesquelles mes iris se sont allumées ; les chroniques d'une vie arrachée, d'un fantôme que ma mémoire refuse de laisser partir. vomir est devenu comme un automatisme à ces pensées immondes, à la tendresse qu'elles me rappellent sans cesse. j'ai compris à mes dépens qu'il n'y a pas pire prison que son propre corps et contrairement à la plupart des gens, je m'efforce d'arracher cette peau qui est mienne, de fuir. de me fuir. on ne m'a jamais soigné de cette maladie, de ce vide constant et carnivore qui grouille comme de la vermine dans les méandres de mes organes. on ne m'a jamais guéri de ce monstre en moi, qui à force est devenu moi.  

l'ennui me sourit avec sarcasme à chaque fois que l'ébullition bloque la circulation du venin se propageant dans les filaments du corps que je m'amuse à blesser. son silence me perce les poumons et me tâche parfois de sang. il me propulse dans un néant que je ne connais que trop bien et où mon reflet m'agresse, me met à genoux sans conditions. c'est toujours le même refrain, les mêmes cicatrices qui me rappellent qu'elles sont trop nombreuses et que mon courage ne fait pas le poids face à elles. la facilité, c'est la haine. envers moi, envers vous, envers eux. envers lui. cracher de l'acide, extraire la bile qui arrache mes douceurs pour défigurer ces gens qui m'usent, qui me font perdre mon souffle et dont je me fous éperdument ; c'est un paradoxe, l'oxymore de mes destructions, la contradiction qui fait de mon esprit, un brouillon d'erreurs. de ratures, de centaines de ratures. avoir l'impression de porter le monde sur ses épaules sans même lui offrir la clémence d'un effleurement. sans lui. juste elle. je ne demande pas à être comprise (je ne comprends pas non plus), je demande simplement à m'évanouir dans les limbes de mon propre inconscient. j'ai passé ma vie à me battre contre le tout qui ne rime à rien, contre ces respirations toxiques que mes poumons lancent à tout va et dans n'importe quel sens. j'ai grandi dans une matrice enveloppée de dégoût et ma misanthropie n'est que le fruit d'une salope rongée par la cupidité, la méchanceté et la manipulation. lorsque mes yeux s'ancrent dans un miroir trop longtemps, mon poing le brise et mes phalanges se mettent à saigner car je lui ressemble. et ça me terrifie.

l'aridité de ces existences me noie dans un coma dont je ne me réveillerais pas. je ne répondrai jamais aux attentes, je ne me fondrai jamais dans les moules préfabriqués. je serai toujours cette ombre, cette succube tenue par les flammes aux doigts de porcelaine et au regard venimeux, détruisant tout ce qu'elle caresse, tout ce qu'elle touche et tout ce qu'elle aime. je porte une malédiction dans le creux de mon ventre, des violences que mes lèvres gardent précieusement. derrière moi, je ne laisse que des ruines, des couleurs de désillusion, des souvenirs brodés d'amertume. je préfère les afflictions aux sourires sucrés. je préfère les insultes à l'évanescence des compliments plastifiés. je suis cette fille qui préfère la pluie et l'orage, cette fille dont les yeux avalent le brouillard et la grisaille. celle qui sourit à la bassesse humaine et qui déchante face au bonheur des autres ; non par jalousie mais par connaissance maladive de leur naïveté, par prédiction à cette histoire perdue d'avance qu'ils se complaisent à prendre pour éternité. l'aphonie tient la distance, m'éloigne de ces voix hurlantes et crissantes qui éclatent dans l'atmosphère avec impolitesse et stupidité. l'hérésie de mes échos reste coincée entre les murs de ma transparence livide, bien cachée derrière les mots acerbes qui débordent de ma trachée. je scelle l'anémie secrète de mes chimères avec des morsures scandaleuses et une froideur cadavérique. parce qu'au fond, ça n'intéresse personne et qu'on est seul, du premier jour jusqu'à la tombe, n'est-ce pas, alvin ?



et toi dans tout ça? je viens du pays imaginaire (vert&1000mots).
Code:
Marion Cotillard - Alys Keats



__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.


Dernière édition par Alys Keats le Dim 9 Nov - 3:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 9:11



vis ma vie


viens, grimpe
accroches-toi à mes branches
effleure mes feuilles
je suis un arbre
tu sais
j'ai mille ans
et je suis un arbre
dans mes cheveux, un nid d'oiseau
sous mon écorce, l'épiderme de nos rêves
et mes bourgeons effleurent les cieux.


alys, tu es un coquelicot, une fleur sauvage, couleur rouge de tes passions, transparence froissée de tes soupirs animés. alys, tu es l'enfant de ta propre folie, la gamine de tes illusions, le fruit de tes astres au goût de cendre. ce matin arbre, ce soir papillon, tu es l'éclair, tu es la pluie et les nuages encre de chine. tu es : tout ce que le vent te souffle, tout ce que le brasier vacillant au creux de ton ventre désire.

tu as raison, je suis un papillon
papillon de nuit
papillon d'envie
serre vite mon cou
mange mes lèvres
griffe mes ailes
ce soir
est mon premier soir
demain
sera le dernier
allume mes étoiles
éclaire ma nuit.

alys qui es-tu ? à l'intérieur de ton cou, je laisse flotter les mots. alys qui es-tu ? je mords tes poignets et je n'en sais rien. alys qui es-tu ? gamine, femme, mère, enfant, épineuse rose, goutte de pluie, rivière déchaînée. alys qui es-tu ? je voudrais qu'un jour tu joues à on dirait que je serais moi pour que je puisse, enfin, esquisser ton ombre. alys qui es-tu ? tu voles et tu t'écrases, comète éternelle. alyssa. qui es-tu ?

alys qui es-tu ? je suis l'enfant de la terre, une graine poussée là, presque par hasard (presque). je suis l'ombre de celle qui me cueillera, les fantasmes de celui qui m'arrosera. j'explose tous les jours sous tes yeux. je te crie que j'ai envie de toi, je te pleure que tu me fais mal, je te hurle de partir, je te hurle de revenir (à jamais). mon âme m'enveloppe, elle est peinte à même ma peau : je l'offre à ceux qui veulent bien la voir - et si tu ne sais pas regarder, je n'y peux rien, tu sais.



This song of the Man and his Wife is of no place and every place; you might hear it anywhere at any time. For wherever the sun rises and sets in the city's turmoil or under the open sky on the farm, life is much the same; sometimes bitter, sometimes sweet.




CRÉDITS GIF ; TUMBLR. ICONS ; MORIARTY ET EYLIKA.
CODE APPARTENANT AU FORUM DISSENDIUM

__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.


Dernière édition par Alys Keats le Dim 9 Nov - 3:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 9:11



vis ma vie


La confusion m'abîme lorsque je pense à toi, aux instants qu'on s'est volé avec inconscience ; sans penser à l'amertume de la distance et aux brûlures qui se cachent sous nos peaux. Je me suis perdue si facilement et si profondément dans les méandres de ton regard que le vert de tes iris s'est tatoué quelque part à l'intérieur de mon âme. Mais de tous les charmes que tu dissimules, je crois que c'est ton sourire qui m'enserre le cœur et qui me pousse à protéger la tendresse d'une douleur que je ne connaissais pas avant toi. J'ai appris à connaître l'épaisseur de ton armure, à mesurer la frénésie de nos libertés et je comprends, aujourd'hui, que l'on ne fait que survivre au départ des autres, aux coups de leur échec et à l'usure qui les éloignent. J'aurais voulu vivre la fraîcheur d'une renaissance, quelque chose de plus aimant et de moins méfiant mais à vrai dire, j'ai l'impression que les questions n'effleurent que moi, que ton intérêt est limité par la crainte de nouveaux maux. Des ombres se sont couchés sur nos rêves, (ou peut-être juste sur les miens ?) je crois et j'ai été la seule à pleurer nos silences. Mes envies d'errance s'enfoncent dans ma chair comme des épines et des fléaux détruisent la féerie en laquelle je croyais autrefois. Mes couleurs deviennent aquarelle face aux incompréhensions que tu me donnes sans t'en soucier réellement. Je me sens disparaître sous tes doigts voyageurs et ma boussole n'indique plus le nord.

Tout ce qui nous sépare n'a pas de sens, ce n'est que ma peur et ta différence. Ma colère, je la sens d'ici, malgré les kilomètres qui me séparent de l'ombre qui est tienne et que j'ai préféré fuir. De toi, je ne veux garder que ton rire et ces souvenirs que je n'arrive pas à laisser dépérir. Les sentiments sans nom et à ton sujet qui me traversent me paraissent trop grands. Grands comme une montagne que je ne me sens pas capable de franchir. Je n'ai pas d'autres explications à donner. Ni à toi, ni à ces visages inconnus sur lesquels je tombe à chaque coin de rue, ni à son visage à elle. Je me sens errante sans ta main dans la mienne, je me sens différente depuis que mes doigts se sont accrochés aux tiens. C'est ta présence, devenue addictive, qui a créé tous mes saignements et qui ouvre les plaies de mon abandon acide. Les heures trop longues s'éternisent sur mon échine et j'en viens à plier sous le poids de mes propres espérances inassouvies. Je t'ai senti t'en aller ailleurs, comme si nous n'existions pas. Comme si les caresses s'étaient fanées dans l'amnésie. Entre nous, il n'y a toujours eu que la nuit.

Tes mains m'ont fait des promesses que tu n'es pas encore prêt à tenir. Il aurait fallu que je ne réfléchisse pas, que mon indifférence face aux traits asymétriques de ton visage reste intacte mais tes lèvres m'ont dit trop de mots pour que j'arrive à fermer les yeux, pour que je continue ma route sans t'avoir dans mes pensées. Tu es là, même lorsque je souhaiterais que tu disparaisses (à jamais). Tu es là, la nuit, dans les rêves et les cauchemars (surtout). Dans les insomnies aussi et j'ai oublié de vivre pour moi, je crois. J'ai oublié qu'il y avait autre chose que toi et elle car depuis que tu es là, mes yeux ne voient que toi. Ce n'est que des mots balancés à tort et à travers, des mots que je ne te donnerais peut-être jamais. Je m'imagine que tu devines les entailles qui courent sur nos sentiments un peu trop à vif. Tu m'oublieras peut-être, ma présence évaporée et ta liberté retrouvée.

L'endroit de ta fuite n'a pas d'importance. Tout ce que tu dois savoir est déjà en toi. J'ai tout de toi en moi et si ta voix m'a dit la vérité, on se retrouvera tôt ou tard. Et je ne te pardonnerai pas de nous avoir laissées.




CRÉDITS GIF ; TUMBLR. ICONS ; MORIARTY ET EYLIKA.
CODE APPARTENANT AU FORUM DISSENDIUM

__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.


Dernière édition par Alys Keats le Dim 9 Nov - 3:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Forte comme un loup, douce comme un agneau. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2013
► parchemins : 879


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 9:14


__________


Breathe  me
« To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower, hold infinity in the palm of your hand and eternity in an hour. » W. BLAKE @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 9:20


__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Here comes the sun, it's alright
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/06/2014
► parchemins : 129


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Jeu 6 Nov - 12:32


MA CHÉRIIIIIIIIIIIIIIIE
Je t'aime, t'es parfaite

Ta fiche est parfaite

J'ai trop hâte de rp avec toiii

__________

It could have been you and me. It could have been us. Theses promesses that I could'nt hold are still standing, waiting for us to start back where we've left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Ven 7 Nov - 7:49


( , ça va être la guerre)

__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Nothing can stop me now
because I don't care anymore.
avatar


personal informations

► date d'inscription : 21/12/2013
► parchemins : 310


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Ven 7 Nov - 23:50

Coucou toi
TROP BON CHOIX DE SCENARIO JE SUIS TROP CONTENT ! http://img1.xooimage

__________
and, I try to survive
Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage, traversé ça et là par de brillants soleils. Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. Ô douleur ! Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croît et se fortifie ! › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


why be a king when you can be a god ?
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/06/2014
► parchemins : 129


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Sam 8 Nov - 5:57

mais quelle beauté rebienvenue mamie du forum

__________


BOOM! CLAP! THE SOUND OF MY HEART

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Sam 8 Nov - 6:04

Merci vous deux .
Un problème, toi ? CAULDWELL

__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2014
► parchemins : 32


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Dim 9 Nov - 9:19

Fiche terminée .

__________
while you're away, my heart comes undone. slowly unravels in a ball of yarn. the devil collects it. with a grin, our love in a ball of yarn. he'll never return it. so when you come back, we'll have to make new love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Here comes the sun, it's alright
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/06/2014
► parchemins : 129


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Dim 9 Nov - 9:20

Je valide, c'est tout beau

__________

It could have been you and me. It could have been us. Theses promesses that I could'nt hold are still standing, waiting for us to start back where we've left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


what's meant to be will always find a way
avatar


personal informations

► date d'inscription : 21/12/2009
► parchemins : 2294


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Dim 9 Nov - 9:54


neutral

Bienvenue officiellement sur le forum ! Nous t'invitons à aller créer ta fiche de liens et de rps ainsi que ton journal intime ici. N'oublie pas de faire recenser ton métier et aussi de faire une demande d'habitation ici. Et s'il s'agit d'un double-compte, n'oublie pas d'aller te faire recenser par ici. Bon jeu ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dissendium.org


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: A song of two humans.   Dim 9 Nov - 23:02

HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. ALYS. :

Avoue que tu étais désespérée de ne pas avoir de liens avec Taylor avec Eole. Bref, j'arrête mes conneries mais comme toujours fiche parfaite -comme toi-

(oUI JE SUIS EN retard et ALORS ? CAULDWELL)

__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: A song of two humans.   

Revenir en haut Aller en bas
 

A song of two humans.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: VADROUILLES AVEC LES GOULES :: « BUREAU DE REGULARISATION DES CREATURES » :: fiches validées-