Partagez | 
 

 Maximaël + When i wake up, i'm afraid. Somebody else might take my place.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Cosmos Polaire
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/05/2014
► parchemins : 510


MessageSujet: Maximaël + When i wake up, i'm afraid. Somebody else might take my place.   Sam 1 Nov - 23:41

Somebody else might take my place.
Durant tes mois d’obscurité, l’aphonie a meurtri tes cordes vocales au point d’en éteindre les échos de ta voix. Autrefois, tu savais rire de bon cœur. Rire jusqu’aux larmes. Les images, ensevelies sous la poussière d’un coma assassin, n’ont jamais disparu de ta mémoire usée à force de les laisser défiler en boucle devant l’océan de tes iris. Le fils que tu étais autrefois continue à vivre, à hanter tes nuits. Il te chuchote parfois de revenir et d’oublier tout ce qui a brisé les os protégeant tes poumons. Ton esprit a été délavé par des espoirs mensongers et un silence mortuaire. Le soleil qui éloignait les ombres a perdu de sa force. Tu as appris à vivre avec. Dans ton isolement, tu as décidé de te reprendre car la tristesse t’a broyé les jambes. Il t’a fallu du temps pour réapprendre à marcher, pour dissiper les ecchymoses qui t’ont transformé. Ta vie, autrefois solide et compacte, a fini par exploser entre tes phalanges ; finissant en éclats sur le sol humide de l’Angleterre. Ta famille fissurée, tes sentiments excommuniés et la lourde distance qui t’a fait prendre la fuite. Lorsque tu es arrivé à Poudlard, tu espérais guérir des douleurs qui t’avaient ravagé. Ta soif par rapport au monde ne s’était pourtant jamais éteinte et aujourd’hui encore, c’est cette même envie qui t’animait, qui renforçait ton désir de tourner la page et de te sentir mieux. La réconciliation avec Taylor a été une sorte de libération tacite. Cette métamorphose t’a déchiré de l’intérieur pour ne laisser qu’un souvenir ombrageux dont tu n’aimais pas réellement parler. L'attente pour toi avait été infernale et douloureuse. Ta jeunesse entravée, cette obligation paralytique t’ont complètement essoufflé. Tu as eu besoin de le sentir dans tes bras, contre ton corps fébrile pour reprendre à nouveau ton souffle. Elle t’a redonné ta vie au même moment où tu lui as donné la sienne et depuis ce jour, tu reprenais les couleurs que tu avais abandonnées dans un cercueil, enterré au plus profond de l'Angleterre, au plus profond de ton être. Dans cette nouvelle vie, tu as préféré te perdre dans les méandres de tes études. De focaliser ton temps libre sur l’apprentissage et d’oublier tout ce qui pouvait nuire à ton état d’esprit. Ta relation avec Églantine restait figée à l’intérieur d’un silence vierge de vie. Vous étiez sans discours, sans justification mais au fond, tu voudrais en savoir plus. Elle restait là. Tu restais là. Sans raison particulière. Tu avais bloqué les pensées cacophoniques dans le coffre-fort de ton subconscient parce que tu t’étais abîmé dans l’espoir que les choses allaient s’arranger. Tes heures s’égaraient dans les vagues iridescentes de tes envies et tu oubliais les morsures de la réalité qui asséchaient ton courage. Être chez toi, dans le dortoir des bleus, te faisait du bien. Malgré tout. Malgré les amertumes qui gisaient encore dans ta mémoire. Il te manquait souvent. Inconsciemment. Les déceptions ont écorché les ventricules de ton cœur innocent. Tu as perdu les étincelles qui rendaient ta présence immuable et l’infection, même apaisée, ne disparaissait pas réellement. Ton père. Maximilien était toujours un peu surprenant. De façon constante car vos vies n’étaient pas forcément connectées l’une à l’autre. Tu ne le connaissais pas aussi bien que tu pouvais connaître certaines personnes. Pourtant, vous arriviez à vous entendre et des silences qui voulaient dire beaucoup emplissaient ta tête à chaque fois que vous vous retrouviez. À ton arrivée, tu avais été intrigué par son existence. Parce que tu voulais être comme lui, peut-être. C'était le genre de vie que tu aurais souhaité. Des amis, une famille sans problème, une soeur aimante. Il avait confiance en lui, et ça se sentait... C'est pour ça que tu es là, Odin, n'est-ce pas ? Tu sais qu'il traîne souvent par ici, tu espères voler un peu de sa lumière ?


__________
XLII - Je suis libre: il ne me reste plus aucune raison de vivre, toutes celles que j’ai essayées ont lâché et je ne peux plus en imaginer d’autres… Seul et libre. Mais cette liberté ressemble un peu à la mort.


PERFECTION:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Maximaël + When i wake up, i'm afraid. Somebody else might take my place.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « REZ DE CHAUSSEE » :: salle des champions-