Partagez | 
 

 and if we only die once, i wanna die with you | lewell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Ven 17 Oct - 5:53


Les temps étaient sombres, ce n’était pas d’aujourd’hui mais ça s’accentuait encore plus maintenant. Albus les avait prévenus d’une attaque imminente ici-même à Poudlard. Depuis, Blake et Albus étaient surexcités. Comment pourrait-il en être autrement ? Ils attendaient cela depuis toujours ou en tout cas depuis longtemps. Ils n’attendaient que de sortir de Poudlard pour se battre et voilà qu’on leur amenait la bataille sur place. Tout était parfait quasiment. Pete était plus sur la réserve. Evidemment il était heureux que les choses bougent. Il espérait sincèrement la victoire des Phénix et se battrait de leur côté lorsque la bataille éclaterait mais il ne pouvait s’empêcher d’être inquiet. Trop d’engouement, il avait peur que ça ne les rendent que négligents. Pete les connaissait bien. Leur impulsivité était leur meilleure amie comme leur pire ennemie. Mais bien sûr, il passait pour le grand rabat-joie avec de tels discours. Il se taisait alors même s’il était persuadé qu’on le cramerait bien assez vite. Mais ce n’était pas encore pour tout de suite, tout de suite. C’était une excuse de lâche ça. Oui parfaite pour fuir les problèmes : ne pas y penser. Reporter au lendemain ce que tu peux faire aujourd’hui, tu parles d’un procrastinateur. Mais essayez donc de vous opposer à ces deux-là, vous verrez que ce n’est vraiment pas facile. Trop de soucis en tête pour pas assez de temps. Surtout qu’il avait eu encore une journée fatigante. Les professeurs semblaient sous tension ces temps-ci car il ne laissait rien passer auprès des élèves. Etre résistant notoire n’était pas une bonne chose car c’était les victimes toutes désignées. Pete restait épargné car il était plus discret et préfet en plus de cela mais ce n’était pas le cas de la plupart de ses amis. Mais il devait se taire car intervenir n’apportait jamais rien de bon. Il avait pu le tester par le passé. Après cela, il avait donc dû assumer son rôle de préfet en faisant des rondes dans le château. Moment particulièrement chiant mais qu’il devait respecter. Il adorait être préfet au début. Il trouvait que la tâche était noble et il avait été tellement fier d’avoir été nommé. C’était lui qu’on avait choisi. C’était réellement une fierté et puis les années passant, il avait trouvé de moins en moins intérêt en la chose. Il ne se reconnaissait pas en la politique du château. Il ne prenait aucun plaisir en punissant les élèves. Surtout qu’ils avaient plus de « chance » tombaient sur lui que sur un professeur ou un mangemort en patrouille. Mais malgré tout, il aimait l’ordre mais de-là à devoir faire gendarme à tout bout de chant, non. Ce n’était pas plaisant, ça contribuait à ce qu’il ne soit pas super populaire. Il l’était pour l’ex Casanova qu’il avait été mais à côté de ça beaucoup se mettait d’accord pour dire qu’il était chiant. Il s’en fichait. Oh oui, ça lui passait bien au-dessus ce qu’on pouvait penser de lui. Et puis, il le reconnaissait lui-même qu’il n’était pas quelqu’un de drôle et de divertissant.

Mais à présent venait la meilleure partie de la journée. Il avait rendez-vous avec Blake, seul à seul. Ils n’étaient pas très souvent rien que tous les deux. Difficile d’avoir de l’intimité quand vous viviez en permanence en communauté. Ils étaient dans des dortoirs, n’avaient que très peu de sorties. Donc oui il y avait toujours quelqu’un. Et même, quelques fois leurs amis ne comprenaient pas qu’ils puissent vouloir être seuls. Ce n’était pas simple de les virer non plus. Mais ce soir, ils allaient avoir un petit moment seuls. Pete ne pouvait pas être plus excité surtout que la menace qu’ils soient séparés planait toujours sur eux. Ils n’avaient jamais reparlé du plan de futur de Pete et de ce que Blake allait choisir. Pete avait promis qu’il ne lui mettrait pas la pression, raison pour laquelle il n’évoquait plus le sujet. Il attendait qu’elle vienne à lui. Quand elle serait prête, elle le ferait. En attendant, il fallait juste qu’il soit patient. Il faisait de son mieux. Il descendit les escaliers capricieux. Il avait dû se rendre à la volière pour envoyer une lettre à ses parents. Là encore c’était une corvée mais il devait le faire malgré tout. Il trouva Blake assise au niveau du troisième et quatrième étage dans les escaliers. Elle était en train d’écrire. Pete l’observa quelques instants. Quelle était belle ! Ce que Pete préférait chez elle, c’était son naturel. Elle n’était pas du genre superficiel à se maquiller tout le temps, ne pas sortir si ses cheveux n’étaient pas parfaitement ondulés ou lissés. Elle ne passait pas son temps devant le miroir mais aussi parce qu’elle n’en n’avait pas besoin. Blake était exquise au naturel. Il s’avança et vint s’asseoir derrière elle avant de dire : « Si tu m’écris un mot doux, c’est pas la peine, je suis là. » Ok, c’était un brin prétentieux mais ça lui convenait assez bien en fait. Et puis de toute manière, ça la ferait sourire, c’était aussi le but. Il laissa tomber son sac à côté de lui et la prit dans ses bras. Elle sentait bon comme toujours. C’était sûrement l’odeur qu’il préférait au monde. Il était envoûté et ça ne remontait pas à aujourd’hui. Oh non c’était bien d’avant. Mais tout le monde le savait bien maintenant. Blake et Pete, Pete et Blake. Difficile de les voir autrement qu’ensemble. « Ça fait longtemps que t’es là ? » Ils n’avaient pas spécialement convenu d’une heure. Blake savait quand il finissait ses rondes, ils avaient prévu de se retrouver en bas des escaliers initialement. Ils avaient l’habitude après tout. Il leur restait un peu de temps avant l’heure du repas. C’était comme une pause dans la journée où on prenait le temps de se poser. Et ça faisait du bien de se poser sans avoir à courir même si ce n’était le temps que quelques minutes. C’était toujours mieux que rien et c’était précieux.

__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Lun 20 Oct - 7:40


« lewell ∞ I'm thinking out loud maybe we found love right where we are »




Assise à califourchon sur la balustrade, elle avait une jambe dans le vide, l'autre suspendue au dessus du sol de l'espèce de balcon. Ses yeux pers étaient rivés sur le parc de Poudlard à peine discernable étant donné le manque de lumière. Tout ce qu'on voyait clairement c'était le lac grâce au reflet de la nouvelle lune. C'était dans un équilibre presque parfait que Blake était installée, absolument sereine. Elle avait enlevée ses ballerines pour ne pas en faire tomber une dans le vide qui se présentait à elle. La jeune femme avait un peu bu, juste un peu, juste de quoi calmer ses nerfs légèrement à vif. Le temps passait, les plans et les projets d'avenir devenaient de plus en plus concrets et pourtant elle était toujours plongée dans l'indécision. Le whisky-pur-feu elle l'avait accueilli avec plaisir quand elle l'avait vu posé sur une table de la salle commune. Néanmoins l'isolement était encore plus le bienvenu à ses yeux et dès qu'elle eut fini sa bouteille elle avait quitté sa tour pour en rejoindre une autre. Soudain il y avait quelqu'un auprès d'elle, Pete semblait-il qui lui parlait les sourcils froncés. Elle souriait simplement à l'intrus, sourde à ce qu'il pouvait lui dire. « Ne t'inquiète pas, je réfléchissais juste. » Elle semblait soudain se rendre compte de ce à quoi elle ressemblait, dans sa robe blanche, au sommet de la tour la plus haute du château, installée à moitié dans le vide. Pourtant ce à quoi l'esprit d'un observateur aurait immédiatement pensé, n'avait même pas traversé le sien. Elle n'était pas assez lâche pour tout abandonner, pas assez courageuse pour sauter le pas, pas assez désespérée aussi. Elle n'avait également pas suffisamment le goût du drame. « Dis moi, par curiosité. Quel côté tu choisirais ? » lâcha-t-elle pour rompre un silence qui n'avait même pas eut le temps de s'installer. Elle fit signe de part et d'autre d'elle, montrant la sûreté du sol de pierre sur lequel lui-même se tenait d'un côté, et le parc bien plus bas, de l'autre. D'un côté comme de l'autre, se balançait une de ses jambes, ses mains posées sur la balustrade, sans l'agripper, non juste posées. « Si les deux amenaient au même résultat au final ? Si au terme de tes deux choix tu mourais. De ce côté-ci rapidement, en tombant et en t'écrasant au sol, de l'autre de façon inconnue peut-être plus tardivement, peut-être pas. Lequel tu choisirais ? » Sa vague ébriété lui faisait faire des métaphores semblait-il. Ou peut-être que c'était une question anodine, posée par simple curiosité. Les deux propositions qui s'offraient à Pete étaient tout de même différentes de celles qu'elle avait elle-même devant elle. Mais peut-être qu'elle voyait un parallèle entre les situations malgré tout. D'un côté l'assurance d'une mort probablement rapide, d'un destin maîtrisé avec la chute et avec Albus. De l'autre à la fois l'inconnu, mais aussi l'ennui de ce qu'elle connaissait déjà: Poudlard, le régime actuel, l'oppression, Pete. C'était inconnu malgré ses allures de sureté parce qu'elle n'était plus en contrôle, il l'était, lui et ses parents qui l'accepteraient ou non. L'inconnu parce qu'elle ne savait pas comment elle se ferait à cette vie, si elle aurait le courage de faire semblant à longueur de journée, de rester passive. Mais en même temps cette mort peut-être moins rapide laissait entrapercevoir un espoir de bonheur. Ce n'était en effet pas ce qu'elle cherchait dans son premier choix, mais elle pouvait se le permettre dans le second. Ca serait même son unique motivation. Avant qu'elle n'ait pu relever les yeux vers son amant pour le presser à répondre, il lui offrit un sourire mauvais et la poussa dans le vide.
~

La chute la fit sursauter dans son sommeil et elle se réveilla brusquement avec un grognement sourd s'attirant les regards mécontents des personnes assises autour d'elle. Il lui fallut quelque secondes pour réaliser qu'elle était à la bibliothèque et venait simplement de faire un mauvais rêve. Elle mit une minute de plus à réaliser avec soulagement que son rêve n'était plus d'actualité et que s'il avait pu avoir un sens quelques temps auparavant, il n'était qu'un cauchemar comme un autre désormais. Secouant la tête pour se débarrasser du sommeil qui lui collait à la peau, elle rangea avec lenteur mais détermination ses affaires et quitta la bibliothèque. Puisqu'elle s'était endormie, elle pouvait décemment se dire qu'elle avait suffisamment travaillé pour la journée. Elle trouvait ça de plus en plus inutile d'ailleurs, aux vues des circonstances de suivre les cours et de faire ses devoirs, mais plus par habitude qu'autre chose elle se forçait encore à le faire. Au final elle travaillait plus aujourd'hui que pendant ses premières années à Poudlard. Jetant un coup d'œil à sa montre elle décida de remonter jusqu'aux dortoirs puisqu'elle n'avait absolument rien de prévu avant un bon moment. Son rêve n'avait rien de surprenant ni de nouveau. Elle ne doutait pas qu'il y avait de bien pires épreuves dans la vie que d'avoir à faire un choix tel que celui que Pete lui avait présenté et qu'elle se montrait sûrement trop dramatique. Elle ce qu'elle avait le plus détesté toutefois ce n'était pas tellement que ce soit difficile. Elle abhorrait surtout que ce soit à elle de choisir, ayant toujours trouvé beaucoup plus facile de n'avoir qu'à se défendre contre ce qui lui tombait dessus plutôt que d'avoir à choisir sa propre perte. Ca n'était donc que l'énième rêve de ce genre qu'elle avait pu avoir. Ce qui l'étonnait un peu plus c'était d'en faire un maintenant. Elle considérait la question résolue désormais avec ce qu'elle avait récemment appris d'Albus. L'excitation à l'idée que les Phénix aient décidé de faire de Poudlard leur prochain lieu d'attaque avait été en partie du au fait qu'elle était désormais libre. Ou plutôt justement elle ne l'était plus puisqu'elle n'avait plus le choix. Parce que ce qu'elle devait faire relevait désormais de l'évidence. Et Pete devait bien s'en douter. Néanmoins en arrivant dans sa salle commune elle réalisa qu'une personne très importante était encore dans l'ignorance la plus totale. Une personne qu'elle avait souvent oubliée dans ses actions, même si elle occupait encore - et pour toujours bien sûr -  une place des plus précieuses dans son cœur: Marcus. Avec un remord sans nom, elle réalisa qu'elle ne lui avait jamais rien dit du tout de ce qu'elle comptait faire. Pire encore, que l'année précédente elle lui avait promis de ne pas s'engager, de ne pas risquer sa vie. À l'époque déjà elle n'avait juré que pour le rassurer, se doutant que c'était une promesse qu'elle aurait bien du mal à respecter, mais désormais c'était une certitude. Elle allait rompre son serment en beauté. Blake monta quatre à quatre les marches jusqu'au dortoir des filles de septième année ruminant contre elle-même et ses si mauvaises qualités de grande sœur. Elle avait beau être pleine de bonnes intentions, elle semblait toujours faire ce qu'il ne fallait pas. Elle balança son sac sur son lit avant de s'y jeter à son tour. Pour sa défense, elle avait prit Marcus en compte quand elle avait réfléchit avant d'apprendre ce qu'elle savait. Elle ne lui en avait peut-être pas parlé, mais connaissant sa position à lui, elle l'avait inclus dans sa liste de pour et de contre.

Blake comprenait bien que la prochaine étape devait être celle qui consistait à prévenir Marcus. Elle ne pouvait pas lui faire part du plan d'invasion de Poudlard des Phénix sans trahir la confiance d'Albus. Le rouquin était son petit frère et elle lui faisait évidemment confiance, mais une chose pareille ne pouvait pas se révéler à n'importe qui. C'était trop important et elle-même déjà n'aurait probablement pas du être mise au courant. Et puis il était jeune, influençable… Il fallait bien pourtant qu'il comprenne ses motivations s'il lui arrivait quelque chose quand le plan des Phénix serait mis à exécution et qu'elle se serait jointe à la bataille. Ou si elle fuyait après. Il fallait qu'il sache qu'elle ne l'abandonnait pas. Il fallait qu'elle essaye de se faire pardonner d'avance pour ce qui devait arriver. Après plusieurs minutes de réflexion, elle décida que la meilleure façon d'avoir une telle conversation était de ne pas en avoir une. Elle préférait en faire un dialogue à sens unique et lui envoyer une lettre. Elle pourrait ainsi décider au mieux de la date à laquelle il la recevrait ou même l'envoyer le jour-même. Elle pourrait également éviter de dire des bêtises ou du moins limiter le nombre de ses divagations. Elle éviterait d'avoir à faire face à ses protestations et s'assurerait qu'il puisse tout "entendre". Bien sûr il aurait toujours la possibilité de jeter la lettre dans le feu si le début ne lui plaisait pas, mais ça elle ne pourrait rien faire contre. Forte de sa décision qui lui permettait ainsi de ne pas avoir à affronter la déception et la colère méritée de son petit frère de façon directe, elle vida son sac de sorte à ne conserver que plume, encre et quelques parchemins avant de quitter le dortoir. Consciente et pas prête d'oublier qu'elle avait un rendez-vous avec une certaine personne une heure plus tard environ, elle décida de se rapprocher du lieu de rencontre habituel et prit donc la direction des escaliers les plus proches. Les escaliers capricieux avaient toujours représenté à ses yeux le symbole même de l'extraordinaire magie du château, l'un des symptômes les plus flagrants de la génialitude dont été imprégné Poudlard. Depuis plus de six ans qu'elle était là désormais, elle avait cessé de s'émerveiller devant leurs caprices et ayant été plusieurs fois mise en retard par leur refus de faire ce qui était attendu d'eux, elle les avait bien souvent maudits. Ils se montrèrent néanmoins plutôt généreux avec la brunette ce jour-là puisqu'elle atteint le quatrième étage sans encombre et sans même réaliser qu'elle était déjà arrivée aussi loin. Lorsqu'elle entama sa descente vers le troisième étage néanmoins l'escalier décida de jouer avec elle puisqu'il changea de position et l'empêcha ainsi d'atteindre le palier suivant. Elle tapa du pied en soupirant, mais l'escalier ne bougea pas et elle s'installa finalement sur les marches. Tant pis, elle n'était pas pressée. Réalisant d'ailleurs qu'elle était toute seule sur cette partie de l'escalier elle jugea presque que c'était une bonne chose. Elle n'aurait pas su trouver un endroit plus isolé pour écrire si elle l'avait cherché. Elle sortit donc ses affaires et machinalement s'attacha les cheveux comme pour s'aider à se concentrer pour écrire la lettre tant redoutée. Si l'escalier bougea plusieurs fois par la suite, elle fut suffisamment chanceuse pour ne pas être dérangée et, pas une fois, elle ne releva la tête de son parchemin. Pourtant elle n'écrivit pas beaucoup, hésitant à chaque mot et menaçant chaque fois qu'elle écrivait sans suffisamment réfléchir d'en faire un journal intime plutôt qu'une lettre d'explications. Ou d'adieu plutôt car si elle avait du mal à se l'avouer c'était bien ce que ça se voulait être. Elle était loin d'avoir terminé ayant cependant gâché deux ou trois pages, quand elle sentit quelqu'un venir s'asseoir derrière elle. Relevant brusquement la tête pour voir de qui il s'agissait elle poussa un soupir de soulagement en reconnaissant son petit-ami. « Si tu m’écris un mot doux, c’est pas la peine, je suis là. » Elle esquissa un sourire, c'était du Pete tout craché ça. Secouant la tête devant son manque de modestie habituelle, mais qu'elle savait être plus un jeu qu'autre chose, elle se laissa prendre dans ses bras avec plaisir, fermant les yeux pour mieux savourer l'étreinte. Elle n'était jamais mieux que dans ses bras à vrai dire, jamais plus heureuse qu'à ses côtés, c'était à ce genre de choses qu'on mesurait le véritable amour. Tendant le cou elle déposa un baiser sur le cou du Gryffondor.  « Ça fait longtemps que t’es là ? » Elle haussa les épaules. Elle n'aurait su donner de réponse précise. Elle avait prévu de finir sa lettre avant la fin de la ronde du jeune homme et pensait qu'elle aurait le temps de descendre le restant des étages pour le retrouver à l'endroit habituel. Seulement visiblement écrire avait été plus dur que prévu et elle avait mis trop de temps puisqu'il l'avait déjà retrouvé. Se détachant du jeune homme, elle roula le parchemin sur lui-même d'un geste rapide et le fourra dans son sac. Elle le finirait plus tard, elle n'était pas pressée pour être honnête, elle n'avait pas franchement hâte de la terminer et d'avoir à l'envoyer. La procrastination avait toujours été un de ses domaines de prédilection, surtout quand il s'agissait de remettre à plus tard quelque chose qu'elle n'avait pas envie de faire tout court. « Je sais pas trop. J'ai pas attendu si c'est ce que tu veux savoir. » Si elle avait été pressée de le voir, elle avait aussi été suffisamment occupée pour ne pas y avoir réellement pensé. Ils se voyaient à longueur de journée bien sûr, mais ils étaient rarement seuls et de temps à autre ça pesait sur Blake. C'était mieux depuis qu'ils n'avaient plus besoin de se cacher, mais ça n'était pas encore parfait. Ca ne le serait sûrement jamais. Avec un signe de la main vers son sac, elle fit avec sérieux: « J'écrivais à Marcus. » L'opposé d'un mot doux à son amoureux donc. Elle ponctua l'information d'un petit sourie, mais ne donna pas plus d'explication. Elle n'était pas sûre de vouloir en parler, souhaitant une fois encore repousser à plus tard - ou pourquoi pas jamais - le désagréable. Pourquoi gâcher le temps qu'il lui restait à passer avec Pete à parler des sujets qui fâchaient. Depuis qu'Albus leur avait annoncé le futur plan des Phénix, il était clair - pour la jeune femme du moins - quel chemin elle allait prendre pour son futur. Le beau brun devait bien s'en douter à défaut de l'avoir entendu de la bouche de la lionne. Attrapant la main du préfet et entrelaçant ses doigts avec ceux de Pete, elle porta ces derniers à ses lèvres. « Je suis pas en retard j'espère ? T'étais pas en train de me chercher ? » Ils n'avaient jamais défini d'heure précise de rendez-vous, mais généralement elle savait arriver en bas des escaliers à temps pour la fin de sa ronde. Celle-ci était plus ou moins longue à chaque fois, l'un ou l'autre ayant donc parfois besoin d'attendre sa moitié quelques minutes, mais puisque le temps avait filé pendant qu'elle essayait d'écrire à son frère, autant qu'elle le sache elle pouvait être super en retard. À priori cependant vu qu'il n'y avait pas foule dans les escaliers l'heure du dîner ne devait pas encore être si proche que ça. Elle se hissa jusqu'à la marche supérieure pour être à la même hauteur que Pete et posa la tête sur son épaule. « Ta ronde s'est bien passée ? » Depuis la première année Blake se doutait qu'il deviendrait  préfet parce qu'elle ne voyait pas qui mieux que lui dans leur année aurait pu remplir le poste. Le premier Noël ayant suivi leur rencontre elle lui avait d'ailleurs offert un badge de préfet fait maison. Elle pouvait voir toutefois que la position de pouvoir ne lui apportait plus autant de plaisir qu'au moment où il avait été choisi pour. Peut-être qu'il s'était lassé ou peut-être qu'il avait changé, quoiqu'en soit la raison, elle avait la sensation certainement erronée que ce n'était plus pour lui qu'une corvée.
créée par Matrona


__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Lun 20 Oct - 10:18


« lewell ∞ if we only die once, i wanna die with you »




« Je sais pas trop. J'ai pas attendu si c'est ce que tu veux savoir. » C’était pas forcément la meilleure des réponses mais le fait qu’elle n’ait pas attendue, c’était le principal. Après tout, c’était lui qui la faisait toujours attendre puisque c’était ses rondes à lui. Mais il était obligé, il avait des responsabilités à tenir envers cette école et surtout envers son directeur. Pete ne souhaitait pas s’attirer des ennuis avec Lord Voldemort lui-même. Oh non, il tenait à sa vie. Il vit Blake rangeait son parchemin. De toute évidence, elle ne lui montrerait pas ses écrits. Ce n’était pas grave. Elle faisait bien ce qu’elle désirait. Après tout, il n’avait pas besoin de tout savoir. Peut-être qu’elle allait lui expliquer et qu’il se montrait juste impatient. Ce n’était pourtant pas un trait de son caractère. Non il avait montré beaucoup de patience par le passé. « J'écrivais à Marcus. » Oh. Il ne savait pas vraiment quoi répondre à cela. Pourquoi lui écrivait-elle une lettre ? Si elle avait quelque chose à lui dire, elle pouvait le faire aisément. Ils étaient au même endroit et il ne refusait pas de lui parler. Il n’y avait donc aucun obstacle à ce qu’ils se parlent. A moins que ce ne soit sérieux. Ça ne pouvait être que ça. Elle lui écrivait parce que c’était quelque chose qu’elle ne pouvait lui dire en face. Pete croyait bien savoir ce dont il s’agissait mais il préférait ne pas demander. Il ne voulait pas entendre qu’elle préparait une lettre pour quand elle serait partie. Lui écrirait-elle une lettre à lui aussi pour lui dire à quel point elle était désolée ? Ou plus simplement pour lui dire une dernière fois qu’elle l’aimait ? Triste destin qui s’annonçait pour eux. Pete ne voulait pas y penser parce que ça lui donnerait le cafard. Il ne pouvait décidément pas se réjouir que sa petite amie choisisse une vie de galère et dangerosité plutôt qu’une vie, qui restait certes d’être moins palpitante mais tout de même une vie avec lui. Mais il lui avait laissé le choix. Lui avait promis de comprendre dans tous les cas. Il se devait de tenir son engagement même si ce n’était pas facile. De toute manière, elle n’en parla pas non plus. Peut-être qu’elle avait les mêmes inquiétudes que lui. Gâcher du temps à deux à parler de la fatalité de la vie. Ça semblait bien idiot comme idée et c’était bien connu que Blake Cauldwell et Pete Levingston n’étaient pas des gens idiots.

Elle sourit. Ça réussit à chasser toutes ses pensées. Que ne ferait-il pas pour voir ce sourire. Sur ses lèvres-là. Elles n’avaient pas particulièrement quelque chose d’exceptionnel mais c’était celles de Blake. Ça suffisait à tout expliquer. Pete était amoureux, amoureux fou. Il ne voyait plus les autres filles car la seule qu’il voulait voir c’était elle. C’était beau, n’est-ce pas ? C’était l’amour, le vrai avec un grand A majuscule. C’était peut-être « gnangnan » mais c’est ce qu’il ressentait et il n’en n’avait pas honte. Il l’affirmait avec fierté. « Je suis pas en retard j'espère ? T'étais pas en train de me chercher ? » Pete sourit. Voilà qu’elle s’inquiétait d’être en retard maintenant. Pourquoi ? Parce qu’il l’avait trouvé en premier ? N’avait-il pas le droit de la surprendre encore ? Il n’était pas en couple depuis assez longtemps pour tomber déjà dans la monotonie. Pete refusait qu’ils soient un couple chiant alors qu’ils s’affichaient tout juste en public. Ils ne seraient jamais ennuyants. Ils étaient Pete et Blake, Blake et Pete, Lewell : un couple mythique. Celui qui quand vous lisiez leurs aventures, vous disiez encore. Celui auquel on voulait croire qui durerait toujours. Car si ça ne marchait pas entre eux, pour qui ça marcherait ? Personne. Oh non personne et on voulait croire à l’amour. On voulait croire à son existence véritable parce qu’au fond de soi, on est tous romantique. « Non c’est moi qui ait un peu d’avance. » Tout simplement, il avait de l’avance.

Elle se leva pour s’asseoir sur la même marche que lui et vint poser sa tête sur son épaule. Ils étaient mignons tous les deux comme cela profitant du calme pendant que personne n’était dans les parages. Le calme. Ils en manquaient terriblement. Pete aurait voulu arrêter le temps quelques fois comme aujourd’hui et maintenant. Rester avec elle pendant une éternité, ça semblait être un chouette programme. Malheureusement ça dépassait de loin ses capacités « Ta ronde s'est bien passée ? » Ah la ronde. Avait-on besoin d’en parler ? C’était lui donner beaucoup trop d’importance vu le peu d’intérêt que ça représentait mais soit, elle prenait de ses nouvelles. Normal qu’il réponde et qu’il essaye de le faire du mieux possible. « Oh tu sais, comme d’habitude. Je tourne et retourne, engueule deux-trois gamins et ça se finit. C’est pas si passionnant que ça en a l’air, tu sais. » Petit sourire de circonstances. Passionnant, qu’est-ce qu’il y avait cru au début. C’est vrai, ça faisait un peu mal de voir à quel point on pouvait être déçu dans la vie. On croyait en quelque chose et quand on y était, on était totalement à côté de la plaque. « C’est pas si drôle que ça de punir les gens, en fait. » Comme si vous étiez drôle monsieur Levingston. Il pouvait toujours le croire même s’il en avait parfaitement conscience. Il se fichait d’être drôle de toute manière.

Il passa sa main derrière son dos pour le caresser doucement. Il aurait voulu se retrouver seul avec elle dans un endroit plus intimiste parce que là même s’ils étaient bien, un élève ou un adulte pouvait surgir et casser la magie du moment. Mais peut-être que les escaliers seraient leurs complices ce soir et qu’ils détourneraient tout individu de leur « cachette ». « Et toi qu’as-tu fait depuis le cours de potions ? » Les potions étant leur dernier cours de la journée et au passage le dernier moment où ils s’étaient vus. Il aurait voulu rajouter quelque chose du genre « à part penser à moi, bien sûr » mais il s’abstint. Ça faisait beaucoup d’un coup. On allait croire qu’il était imbu de sa personne après. Ce qui n’était pas forcément faux mais avec Blake ces défauts paraissaient moindres. Il voulait que ça continue.
créée par Matrona


__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Lun 20 Oct - 11:45


« lewell ∞ I'm thinking out loud maybe we found love right where we are »




« Oh tu sais, comme d’habitude. Je tourne et retourne, engueule deux-trois gamins et ça se finit. C’est pas si passionnant que ça en a l’air, tu sais. » Il eut un petit sourire contrit. Visiblement elle avait bien deviné. Le poste ne semblait plus avoir beaucoup d'intérêt pour lui. Blake n'avait jamais trouvé la position de préfète particulièrement attirante, peut-être parce qu'elle n'en avait pas l'étoffe. Si elle avait été excitée pour son ami à l'époque car elle savait que c'était ce qu'il voulait et qu'il semblait fait pour, elle voulait bien le croire sur parole quand il disait que ça n'avait rien de passionnant. Autant dire qu'elle n'aurait pas mis deux ans à s'en rendre compte. « C’est pas si drôle que ça de punir les gens, en fait. » Elle esquissa un sourire amusée. « Venant de toi ça m'étonne, je croyais que c'était ton passe-temps préféré. » Elle souleva la tête de son épaule pour le regarder avec un air légèrement moqueur. Même si Blake avait des tendances autoritaires - ok carrément dominatrice quand on l'embêtait un peu trop - il n'y avait pas à dire le plus enclin à respecter et surtout faire respecter le règlement dans leur trio c'était bien Pete. Et pourquoi s'arrêter là d'ailleurs, ça devait être le Gryffondor de septième année le plus à cheval sur les règles. Non pas qu'il ne les brise pas de temps en temps, mais jamais de bon gré puisque quand le préfet faisait une entorse au règlement c'était toujours sur incitation de ses amis. Et il ne se gênait pas pour leur faire savoir - une bonne demi-douzaine de fois - que ce qu'ils faisaient était illicite, non pas que ça n'ait jamais changé quoique ce soit ni pour Albus, ni pour Blake.

La main de Pete se glissa dans son dos et d'un geste doux et régulier il la caressa. Instinctivement la brune se blottit un peu plus contre lui. On ne pouvait pas dire que c'était vraiment idéal comme contexte, mais ils avaient un certain mérite à essayer d'en tirer le meilleur. Malgré leur peu d'intimité actuel, mais aussi et surtout ce qui leur pendait au nez à savoir une séparation plus qu'imminente et probablement définitive, ils s'accrochaient l'un à l'autre créant du temps là où il n'y en avait plus, profitant jusqu'au dernier instant qu'ils avaient à passer ensemble. La vérité cependant c'était que tout ce qui retenait vraiment Blake de paniquer était le fait qu'elle évitait purement et simplement d'y penser. « Et toi qu’as-tu fait depuis le cours de potions ? » Comme elle-même lui avait posé une question des plus communes c'était à son tour de lui retourner la faveur. Ca serait mentir que de dire qu'elle n'avait rien fait - ou vécu - d'intéressants depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vu, mais elle n'avait franchement pas envie de trop s'attarder sur ses activités post-potions vu leur rapport avec un certain sujet qu'elle ne voulait pas aborder. Il lui faudrait sûrement le faire un jour, mais pas aujourd'hui. Blake voulait bien se montrer courageuse quand il s'agissait de risquer sa vie, mais visiblement lorsqu'il s'agissait de mettre en jeu son confort mental, elle audacieuse qu'un blaireau. Après quelques instants elle haussa les épaules avec nonchalance. « Pas grand chose. » Elle se mordit la lèvre inférieure, mi-amusée mi-embarrassée. « Je me suis endormie à la bibliothèque… » Elle marqua une pause, mais ne lui laissa pas le temps de réagir sentant une remarque arriver. « Mais vraiment complètement endormie sec, genre profondément. Et avant que tu me dises quoi que ce soit, c'est un manque de sommeil c'est tout, j'ai même fini mes devoirs. » fit-elle avec une fausse moue ennuyée. « Enfin presque. » ajouta-t-elle à voix basse en riant légèrement. Il ne fallait pas trop lui en demander non plus, elle avait fini ses devoirs pour le lendemain c'était déjà ça. Elle avait même bien entamé ceux pour les jours suivants, mais bon Blake restait Blake et nouvelles habitudes ou pas, elle ne s'était pas transformée en Serdaigle du jour au lendemain. Parce que oui, dans son esprit faire ses devoirs vraiment en avances c'était réservé aux aiglons. « Sinon comme je te disais j'écrivais…ou plutôt j'essayais d'écrire à Marcus. Mais je suis pas douée. » Elle secoua la tête avec autodénigrement. C'était justifié cette fois pourtant vu son inhabilité flagrante. Elle avait été incapable d'en arriver à la moitié de ce qu'elle voulait dire malgré le temps qui lui avait été donné pour le faire et pour tout dire elle doutait presque de pouvoir y arriver même si on lui donnait des jours entiers. Commencer à écrire la lettre lui avait fait réaliser à quel point ce qu'elle comptait faire - quitter son frère - allait être extrêmement dur. Et si on ajoutait Pete à l'équation… Elle secoua à nouveau la tête, sans s'en rendre compte cette fois, pour chasser cette pensée de son esprit. Elle refusait de se laisser toucher par ça et risquer de gâcher le moment. Oh certes, il ne se passait rien de spécial, mais rien que le fait d'être seuls ensemble sans rien pour les séparer, c'était déjà beaucoup. Plus qu'elle n'aurait jamais eu en espérer, elle qui n'avait jamais vraiment cru à l'amour avant Pete. Dans ses projets qu'elle arrivait à imaginer de façon assez réaliste, Blake n'avait pas peur de mourir. Non pas parce qu'elle pensait que c'était impossible, au contraire elle voulait bien croire que ça arriverait plus tôt qu'elle ne le pensait, mais ça ne la faisait pas reculer. Elle n'avait pas peur de se sacrifier. Certains appelleraient ça de l'inconscience, mais elle ne voyait pas les choses de cette façon. Elle avait envie d'aider la cause en laquelle elle avait semblait-il toujours cru et si pour cela il fallait qu'elle donne sa vie, soit. Sa vie ne valait pas grand chose après tout, pas à ses yeux en tous cas. Et au fond si elle rendait l'âme ça lui épargnerait les peines de cœur d'avoir a être éloignée de ceux qu'elle aimait. Elle ne souhaitait pas particulièrement mourir non plus, mais disons qu'elle y voyait suffisamment de bon côté pour regarder cette possibilité en face et sans ciller. On ne pouvait pas en dire autant de tout ce qu'elle devait affronter. « C'est marrant, y a quelques temps je détestais presque Poudlard, je rêvais carrément d'en partir pour de bon. Surtout après tous les meurtres l'année dernières tu sais… J'avais qu'une envie, c'était de fuir et maintenant… maintenant j'aimerais avoir juste un peu plus de temps. » se surprit-elle à lâcher d'une voix distraite. Elle ne savait pas vraiment d'où ça lui venait, mais elle ne put se forcer à le regretter. C'était absolument véridique après tout. Elle aurait donné beaucoup pour que le temps s'arrête. Pourtant rien n'allait mieux depuis les meurtres de l'été précédent, au contraire la situation à Poudlard comme dans le monde sorcier de façon générale ne cessait de s'empirer, malgré les nouveaux efforts de plus en plus visibles de l'Ordre du Phénix. Elle n'avait aucune raison de vouloir prolonger son temps à Poudlard si ce n'était Pete et Marcus, les deux personnes qu'elle allait laisser derrière.
créée par Matrona


__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Lun 10 Nov - 12:08


« lewell ∞ if we only die once, i wanna die with you »




« Venant de toi ça m'étonne, je croyais que c'était ton passe-temps préféré. » Punir ? Ah oui. Parce qu’elle voulait peut-être qu’il la punisse ? Quoi, ne faites pas vos mijorées. Ils avaient dix-sept ans, évidemment qu’ils leur arrivaient de faire des choses torrides. Ils n’allaient pas attendre d’être vieux, d’avoir de l’arthrose et peu d’endurance pour les faire. (Et tout le monde a vu leur sexualité débridée dans le flood) Enfin, c’était une plaisanterie avant tout. Nous n’en dirons pas plus sur le sujet, c’était particulièrement personnel. Surtout que Pete était beaucoup plus intéressé par ce qu’elle avait fait que de s’étendre sur le sujet au beau milieu des escaliers. Ils seraient dans la salle sur demande ou dans un coin confortable, il ne dirait pas. « Pas grand chose. » Hum. En même temps, il ne s’était pas écoulé beaucoup de temps mais Pete était persuadé qu’elle faisait sa modeste. Il y avait certainement un nombre incalculable de détails à raconter, des choses très intéressantes qui n’attendaient qu’à être décrites. « Je me suis endormie à la bibliothèque… » Ca par exemple, ce n’était pas tellement ce qu’il avait imaginé mais soit. Enfin, franchement ce n’était pas très sérieux. Ne dormait-elle pas assez la nuit ? Y avait-il un autre homme dans sa vie ? Non, hors sujet, arrête tes bêtises Pete. Blake ne te ferait jamais ça. Pete n’avait jamais remis en doute la confiance qu’il avait en Blake. Pourquoi ? Pour la bonne et simple raison qu’il ne doutait pas qu’elle était amoureuse de lui comme il ne doutait pas de son amour pour elle. Ils avaient mis trop de temps à se trouver pour se trahir de cette manière. Ça ne serait qu’un gâchis et Pete savait qu’ils valaient mieux que cela. Au début, évidemment il avait fait preuve d’une jalousie assez marquée mais parce que leur bonheur n’était encore que trop fragile. Ils ne pouvaient pas s’afficher en public et avaient connu beaucoup de bas. Mais maintenant, après tout ce qu’ils avaient traversé, tout cela n’avait plus aucune importance. « Mais vraiment complètement endormie sec, genre profondément. Et avant que tu me dises quoi que ce soit, c'est un manque de sommeil c'est tout, j'ai même fini mes devoirs. » Il avait l’impression qu’elle le considérait comme son père avec ce ton-là. Ça va, elle faisait comme elle voulait, il s’en fichait. Non bon c’est vrai, il ne s’en fichait pas mais il garderait ses remarques pour lui. Il pensait juste que c’était important tout ça mais parce qu’aussi, depuis sa tendre enfance on lui avait inculqué les valeurs du travail. Il savait qu’il avait besoin du meilleur des dossiers pour avoir cette place tant convoitée au Ministère. Evidemment le nom de Levingston l’aidait beaucoup mais il ne voulait pas avoir du mérite qu’à cause de son patronyme. Il trouvait cela dégradant et ça lui posait énormément de problèmes. Pete avait sa fierté, il ne le cachait pas. Il n’était pas à Gryffondor pour rien.

« Enfin presque. » Cette fille était impossible mais au moins, elle était honnête. Cela on ne pouvait pas le lui reprocher. Pas grave, il la ferait bosser plus tard. En plus de la rendre heureuse, Pete l’aidait à remonter ses notes. Il était le petit ami parfait, il n’y avait pas à dire. « Sinon comme je te disais j'écrivais…ou plutôt j'essayais d'écrire à Marcus. Mais je suis pas douée. » Ecrire à Marcus ? Pete ne comprenait pas. Pourquoi voulait-elle écrire une lettre à Marcus alors qu’elle pouvait le voir quand elle voulait ? Ça n’avait définitivement pas de sens. A moins que… Les signaux d’alerte étaient déclenchés en Pete. Pour que Blake écrive à Marcus c’est parce qu’elle avait quelque chose de grave à lui dire, suffisamment pour ne pas réussir à lui dire en face. Est-ce que cela voulait dire que ? Qu’est-ce que tu voulais que ça soit d’autres Pete ? Evidemment que c’était cela. Alors elle avait fait son choix, définitivement. Pete aurait tout de même préférait qu’elle lui dise ou fasse comprendre de manière différente. Il avait des sueurs froides. Il aurait préféré réagir calmement mais il ne le pouvait pas. Ça la touchait trop pour cela. Il n’était qu’un être humain pourvu de sentiments. « C'est marrant, y a quelques temps je détestais presque Poudlard, je rêvais carrément d'en partir pour de bon. Surtout après tous les meurtres l'année dernières tu sais… J'avais qu'une envie, c'était de fuir et maintenant… maintenant j'aimerais avoir juste un peu plus de temps. » Pete n’écoutait qu’à moitié, encore trop perturbé par la vérité qu’il venait de découvrir. Rester à Poudlard ? Ca semblait être un bon plan effectivement mais ce n’était qu’une utopie et comme son nom l’indique : impossible. Cruel constat de l’existence. Pete ne voulait pas casser l’ambiance mais malheureusement c’était plus fort que lui. Il avait besoin que ça sorte. Il n’était pas du genre très expressif mais là, il le serait ou en tout cas un petit peu : « Tu vas m’écrire une lettre à moi aussi ou tu comptes me parler en face à face ? » Oui, il n’était pas tendre mais en même temps, il était connu pour sa froideur et son dédain légendaires. Seulement tout cela ne s’appliquait pas à Blake mais n’y avait-il pas un début à tout ? C’est juste que c’est ainsi que s’exprimait sa tristesse et le fait qu’elle l’ait touché en plein cœur.

Certes, il lui avait dit que peu importe son choix, il la soutiendrait. Mais malgré tout, évidemment qu’il aurait préféré qu’elle le choisisse lui, qu’elle choisisse une vie avec lui plutôt qu’en cavale. Il voulait bien reconnaître que c’était purement égoïste mais il s’en fichait. Lui tout ce qu’il avait toujours souhaité c’était une vie à deux, tranquille avec une réussite personnelle. S’il pouvait faire le bien en plus alors c’était tout bénéfique mais c’était secondaire. Etait-ce mal de vouloir que sa petite amie pense la même chose que soi ? Pete ne le pensait pas mais force est de constater que ça ne serait pas le cas. Il savait qu’il ne pouvait pas la laisser face à cette froideur mais fallait-il mentir pour autant ? Prétendre que tout allait bien quand ça n’allait pas. « Ton choix est fait alors ? » C’était plus une question rhétorique qu’autre chose puisque Pete le savait bien, ça paraissait plus que clair. Il se trouvait même débile de la poser, cette fameuse question. « J’aurais préféré que tu me le dises autrement… plus directement. » De nouveau, il était dur et se montrait plus distant. Le signe qui ne trompait c’est qu’il avait stoppé ses caresses. Pete ne pouvait pas faire semblant avec elle. Il regardait droit devant lui essayant d’encaisser le choc. Il n’avait pas beaucoup cru à ses chances mais tout de même, une partie de lui y avait cru et maintenant cette partie était morte. Il était en deuil, il avait bien le droit à un moment.
créée par Matrona


__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   Lun 8 Déc - 0:42


« lewell ∞ I'm thinking out loud maybe we found love right where we are »




« Tu vas m’écrire une lettre à moi aussi ou tu comptes me parler en face à face ? » Blake tourna brusquement la tête vers lui. Ce n'était pas tellement ses propos autant que le ton utilisé qui l'avait fait réagir aussi vivement. Les sourcils froncés elle le scruta, montrant un énervement qui n'existait pas puisqu'elle n'avait que trop bien compris pourquoi il était brusquement froid. Et elle ne pouvait pas lui en vouloir. Néanmoins sa surprise et son indignation étaient réelles. Comment pouvait-il supposer qu'elle ne lui en parlerait pas ? N'était-ce pas ce qu'elle était en train de faire bien qu'indirectement ?  « Ton choix est fait alors ? » Elle ne répondit pas. Pas tellement parce qu'elle savait qu'il n'attendait pas vraiment de réponse, mais surtout parce qu'elle était sous le choc. Elle venait de réaliser que ce qu'il lui avait paru si clair, à elle, si évident, ne l'était pas pour lui. Le choix qui lui pendait dessus comme une épée de Damoclès avait disparu et avec lui le poids sur ses épaules, lorsqu'Albus lui avait raconté le plan des Phénix. Il n'y avait plus eu dès lors qu'une seule option pour elle et elle avait - visiblement à tords - cru que Pete l'aurait compris. Elle avait bien évidemment eut la jugeote de réaliser que pour lui les choses n'étaient peut-être pas aussi simples, mais elle avait cru que, de part sa situation à elle, sa décision coulait de source. « J’aurais préféré que tu me le dises autrement… plus directement. » Les caresses du jeunes homme avait cessé comme pour donner plus de poids à la dureté de ses mots et la brunette poussa un soupir. Se mordillant la lèvre inférieure elle bataillait avec elle-même, pour choisir laquelle de ses émotions conflictuelles elle laisserait la guider pour répondre. De l'agacement autant que de la culpabilité elle avait à revendre. Elle était agacée parce qu'il lui avait promis qu'il comprendrait peu importe ce qu'elle choisirait et qu'elle sentait bien qu'une partie de la distance qu'il mettait entre eux venait de sa déception par rapport au-dit choix. Elle l'avait vue venir cette déception bien sûr, aurait été surprise de son absence d'ailleurs, mais ça ne changeait pas son ressenti. Elle lui en voulait de la rendre coupable. Parce qu'elle l'était bien sûr. Elle poussa un nouveau soupir et grimpa sur la même marche que lui cette fois. « La vérité Pete c'est que c'est plus un choix là. Avec ce qu'il va se passer tu peux pas t'attendre à ce que je reste gentiment dans mon dortoir pendant qu'on se bat. Il s'agit plus de fuir ou de rester avec toi. Y'a plus de décision à prendre pour moi. » Elle parlait sans aucune froideur, mais avec une certaine fermeté. S'il la connaissait il devait bien savoir que Blake n'allait pas se désister devant l'opportunité de rejoindre l'Ordre dans la bataille et encore moins quand celle-ci serait à Poudlard même, quand la seule solution autre que de se battre en ce qu'elle croyait était de rester cachée pendant que des gens auxquels elle tenait risquaient peut-être leur vie. S'il l'aimait, il devait savoir et comprendre. « Je réalise que j'aurais peut-être du te le dire clairement. Mais pour moi là tout de suite c'était pas une révélation, dans ma tête depuis qu'Albus nous a tout dit, c'est évident et j'ai cru que ça l'était pour toi. » Elle lui lança un regard d'excuse et lui attrapa la main qu'elle ramena sur ses genoux. « Désolée.… » Si pour lui il s'agissait d'une nouvelle, il fallait qu'il sache que ce n'était pas volontaire. Elle n'avait jamais eu l'intention de lui révéler une chose pareille de cette façon. « Mais Pete. Comment oses-tu penser que je t'écrirais juste une lettre ? Que je te dirais pas les choses en face, que je viendrais même pas te dire…au revoir ? » Elle était en colère, vexée, outrée qu'il la remette autant en question. Qu'il l'estime si peu au final. Toutefois ce n'était pas à cause de la colère qu'elle eu du mal à prononcer les derniers mots.

« Si j'écris à Marcus au lieu d'aller le voir c'est parce que je peux pas tout lui dire maintenant. Je peux pas le prévenir de ce que je compte faire, sans lui dire qu'il se prépare une bataille. Et je vais pas trahir Albus en lui disant. Mais faut bien que je m'explique non ? » Connaissant son frère il serait capable de blâmer Pete et Albus pour l'implication de Blake dans la bataille quand elle aurait lieu et elle ne pouvait pas le laisser faire. Elle ne voulait pas qu'il la déteste non plus, surtout s'il lui arrivait quelque chose. « Si j'avais douté un instant que mon point de vue était clair pour toi, que au vue de la tournure des choses le choix que tu m'as donné à faire cet été n'existait plus, je te l'aurais dit. » Une partie d'elle bouillonnait encore qu'elle ait à lui expliquer une chose pareille. Qu'elle ait à lui dire que non, elle ne se serait pas passée d'une explication.  Une autre cherchait désespérément à le convaincre parce que s'il elle enrageait qu'il la remette en question ainsi, ça l'attristait aussi énormément. « Ca aurait été difficile je te l'accorde, mais je te l'aurais dit et en face à face, et directement. » Elle tourna la tête pour échapper à son regard. Difficile était un euphémisme. Elle y serait allée à reculons. Elle aurait peut-être du s'y prendre à deux fois avant de lui avouer. Quelque part la colère l'aidait un peu à s'expliquer. Ca l'aidait à ne pas se faire avaler par la peine. « Et même si c'est plus un choix, crois pas que c'est facile pour moi. » Elle aurait bouilli avec la même excitation qu'Albus à l'idée de ce qu'il se préparait si on avait ôté Pete et Marcus du tableau. Ca n'était pas le cas bien sûr. Elle regardait la date du "débarquement" avec une appréhension sans nom à cause d'eux. Parce que si elle survivait elle devrait les laisser derrière. En ce sens Pete n'avait pas tord, au final le but était de fuir, lui voyait la finalité, elle voyait les choses sur une plus petite perspective, elle ne prévoyait pas plus loin que la bataille. Et parce que si ce n'était pas le cas, elle les quitterait définitivement sans avoir la consolation de savoir qu'ils l'avaient soutenue à la fin. Parce que sur ce point-là au moins ils s'accordaient. Elle retourna la tête vers lui les yeux brillants. « Même si je répète que c'est plus la même chose que cet été, est-ce que je peux quand même compter sur le fait que tu me comprennes, que tu ne m'en veuilles pas ? » Elle ne changerai pas d'avis. Elle ne le dirait peut-être pas, elle ne le pensait peut-être même pas mais c'était un fait certain au fond d'elle. Elle ne pouvait nier ce qu'elle était en restant en arrière. Mais le soutient de Pete serait un atout indéniable, même si elle savait qu'il ne la laisserait pas y aller avec plaisir, elle voulait sa bénédiction pour partir l'esprit plus tranquille. Et puisqu'ils devaient en parler maintenant, puisqu'elle avait trouvé la force de dire ce qu'elle avait dit sans reculer autant qu'elle aille jusqu'au bout. Et même si elle n'avait pas dit "s'il te plaît" la supplication était bien là, dans ses yeux un rien humides.
créée par Matrona


__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: and if we only die once, i wanna die with you | lewell   

Revenir en haut Aller en bas
 

and if we only die once, i wanna die with you | lewell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « ETAGES » :: ESCALIERS CAPRICIEUX-