Partagez | 
 

 You musn’t be afraid to dream a little bigger~ Steson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Belle comme le jour + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 20/07/2013
► parchemins : 118


MessageSujet: You musn’t be afraid to dream a little bigger~ Steson   Jeu 9 Oct - 7:39


couloirs  ◈ steson

Le rêve semble réel quand on y est, ce n’est que quand on se réveille qu’on se rend compte qu’il avait quelque chose d’étrange...  


 

M
addie était assise face à son devoir de métamorphose, à la bibliothèque et cela devait bien faire une heure qu’elle griffonnait des cœurs et des étoiles sur son parchemin. Même si elle se concentrait pour lire les questions et les comprendre un minimum, son cerveau daignait à peine tenter d’y répondre. Il se focalisait sur un mot qui l’amenait à réfléchir à autre chose. Depuis que Nara lui avait annoncé qu’elle avait rejoint les Résistants, Maddie ne pouvait s’empêcher d’avoir l’esprit obnubilé par les clans. Elle ne remettait pas en question son impartialité pour autant, en réalité c’était le seul de ses choix dont elle ne doutait pas. Néanmoins, elle ne cessait de se demander quel camp prendre, surtout une fois sortie de Poudlard. Elle ne se voyait pas prendre le parti des Mangemorts mais cela ne signifiait pas forcément qu’elle était du côté de l’Ordre, même si elle penchait en leur faveur. Sa discussion avec Isis avait participé à la troubler d’avantage en la poussant à revoir sa notion du bien et du mal qui n’était pas aussi clairement définie qu’elle le pensait. De plus, c’était plus compliqué entre elle et Nara depuis leur discussion dans la salle aux coussins. Elles n’étaient plus aussi proches qu’avant et Maddie se confiait moins à elle. La blonde se demandait si elles réussiraient à retrouver leur relation d'antan car elle n'était pas prête à pardonner sa meilleure amie pour l'instant. Son coude posé sur la table, Madison appuya son front contre la paume de sa main et ferma les yeux un instant, essayant de mettre ses pensées de côté pour terminer son fichu devoir. Depuis quand était-elle aussi fatiguée ? C’était comme si son hyperactivité l’avait quittée et elle ne pensait pas que son énergie débordante lui manquerait autant. « Creswick depuis quand t’es si calme ? T’as eu une révélation et tu t’es rendue compte que tu faisais chier tout le monde ? » La mâchoire de Maddie se serra en reconnaissant cette voix. Elle releva la tête et confirma sa théorie: Nathanaël se tenait debout, face à elle, un sourire narquois collé aux lèvres. Elle aurait voulu le gifler pour effacer cet air satisfait de son visage mais n’avait pas le courage de s’en prendre à lui. Habituellement elle ne refusait jamais une bonne dispute et encore moins avec le Griffon, pourtant, aujourd’hui elle préférait avoir une journée calme et finir son devoir. Ses réflexions s’accaparaient trop son esprit pour qu’elle puisse répliquer. Nathanaël, lui, n’avait pas ce problème, il était de sang-pur donc son avenir était déjà tracé. On avait choisi son camp pour lui  il s’était contenté d’écouter en hochant la tête. Mais pourquoi venir l’aborder maintenant ? La plupart du temps, ils se contentaient de s’insulter dans les couloirs. Il voulait encore entamer une autre dispute à la bibliothèque ? Elle, non. Elle poussa un long soupir et prit sur elle pour ne pas se mettre à lui hurler dessus. « Je suis pas d’humeur Crickson, lâche-moi. Va voir quelqu’un qui s’intéresse à ce que tu lui racontes. » Maddie fit mine de se replonger dans son devoir en espérant qu’il la laisserait tranquille mais c’était mal le connaitre. Les regards noirs qu’ils se lançaient ne suffisaient donc pas au jeune homme ? D’ailleurs pourquoi venir se plaindre alors qu’elle était calme pour une fois, il s’ennuyait à la bibliothèque quand elle ne faisait pas de bruit ? C’était mignon mais aujourd’hui n’était pas le jour où elle parlerait et rirait trop fort. Il pouvait bien attendre une semaine pour que Maddie accepte le fait que sa meilleure amie ait brisé leur promesse et qu’un froid se soit installé entre elles. « T’es pas d’humeur ? Waouh je crois que t’as vraiment eu une révélation. » Maddie se demanda un instant s’il était vraiment étonnée de la voir comme ça mais un regard à l’encontre de Nathanaël lui intima que non. Il souriait bêtement comme s’il était heureux qu’elle ne soit pas en état de se disputer. « Qu’est-ce que tu comprends pas dans lâche-moi ? » Elle arqua un sourcil. Elle aurait bien fait une remarque sur la maladie du jeune homme mais savait que si elle s'y risquait, elle allait engendrer la dispute qu’elle voulait éviter. Elle se mit à écrire une réponse tout en évitant ses dessins. Elle recopierait au propre plus tard. « Creswick on sait tous les deux que t’es trop conne pour avoir une bonne note en métamorphose pas la peine d’essayer. » Elle froissa sa feuille entre ses doigts avant de faire travailler sa respiration pour rester calme. Elle se leva d’un bond et commença à ranger ses affaires sous le regard amusé de Nathanaël qui semblait fier de lui. « Trois plumes aux fesses et ça se prend déjà pour un hyppogriffe. Toi t’as pas grand-chose à faire tu dois déjà avoir une place au ministère qui t’attend pas vrai ? » Elle n’attendit pas de réponse et sortit de la bibliothèque en soufflant bruyamment. Quel idiot. Maintenant elle était énervée et n’arrivait pas à se calmer. Et si elle repartait se disputer avec le Rouge et Or pour se défouler ? Non, elle était sortie plus ou moins la tête haute, il fallait qu’elle continue d’avancer. Avec un peu de chance elle tomberait sur Nara ou Mad qui réussiraient à l’apaiser.

Elle déambulait dans les couloirs sans savoir où aller. Elle s’en voulait de ne pas avoir réagi alors qu’habituellement c’était son manque de calme qu’elle se reprochait. Nathanël méritait d’être descendu de son piédestal, d’être remis à sa place et cela risquait d’être long vu l’orgueil du jeune homme. Elle se demandait comment quelqu’un comme lui pouvait avoir des amis, comment les gens faisaient pour l’apprécier. Il était insupportable. On pouvait néanmoins lui attribuer le mérite d’avoir changé les idées de la Poufsouffle. Elle ne pensait plus aux clans et à son avenir après Poudlard mais à toutes les façons dont elle pourrait se débarrasser du Crickson. Il réussissait à la faire sortir de ses gonds à chaque fois qu’il s’adressait à elle comme si le simple fait qu’il parle lui était intolérable. « CRESWICK ! » Maddie se retourna violemment. Pourquoi les gens la cherchaient-ils toujours quand elle n’était pas d’humeur ? Stefan qui venait vers elle lui adressa un léger signe de tête auquel elle répondit par un soupir qui signifiait qu’elle n’était pas spécialement ravie de le voir. L’une des raisons étant qu’elle était censée le détester pour avoir blessé Madelyn en la trompant. Pour venger sa meilleure amie elle avait même décidé de se rapprocher de lui en prétextant qu’elle voulait prédire son avenir à travers ses rêves. Ça n’avait pas eu l’air de déranger le jeune homme tant que ça et Maddie le soupçonnait même de lui avoir fait des avances qu’elle avait préféré ignorer. En tous cas, tous deux avaient fini par prendre goût à leurs discussions qui n’avaient pas forcément de sens. Bon, ça ne voulait pas pour autant dire qu’ils s’appréciaient ou qu’une amitié commençait à se créer, loin de là. Maddison le blâmait toujours vis-à-vis de Mad et ne risquait pas de laisser passer ça facilement. Pourtant, elle commençait à ne plus avoir autant d’aprioris sur lui. « C’est vraiment important ? Ça peut pas attendre… je sais pas moi, demain ? » Peut-être qu’elle avait été un peu brutale et il semblait assez étonné de la réaction de la jeune fille. Néanmoins il fit comme si de rien n’était. « Non il faut que je te raconte mon rêve d’urgence. » Il l’entraîna par le bras et elle se laissa faire, trop abattue pour réagir. Il s’arrêta dans un couloir vide et se tourna vers Maddie prêt à lui confier son songe. Elle espérait que ça en valait la peine parce qu’elle n’était pas d’humeur à bavarder et à écouter patiemment les gens. Elle voulait se plaindre, insulter Nathanaël, peut-être donner un coup pied à quelque chose ou à quelqu’un. Bref, se défouler. Mais, elle essaya d’être optimiste, cette discussion avec Stefan lui permettrait éventuellement de penser à autre chose même si son cerveau bouillonnait toujours. Elle sentit le regard interrogateur de Stefan mais elle n’allait sûrement pas parler de sa dispute avec lui. Elle tenta de se calmer en travaillant tant bien que mal sur sa respiration, ce qui lui permit de desserrer un peu les poings et de lever les yeux vers le jeune homme. « Bon, ben… vas-y. » Malgré, la colère, Maddie restait curieuse et savoir de quoi le Vert et Argent avait rêvé l’intéressait tout de même un minimum. Elle se demandait si elle devait en parler à Madelyn, c’était sa meilleure amie et elle était supposée tout lui raconter. Pourtant, aussi étrange que ça puisse paraître, Maddison ne voulait pas trahir la confiance de Stefan. Elle se rassurait en se disant que de toute manière les rêves du jeune homme n’avanceraient son amie en rien et qu’elle ne lui cachait pas un secret considérable. Nara avait fait pire, non ? Il y avait une différence notable entre dissimuler le fait d’avoir rejoint un clan et taire les rêves d’une personne. Oui, elle avait raison, elle n’avait pas à s’en vouloir.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


if i had a heart i could love you
avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/03/2013
► parchemins : 1553


MessageSujet: Re: You musn’t be afraid to dream a little bigger~ Steson   Ven 17 Oct - 11:28


couloirs  ◈ steson

Raconte-moi ton rêve et je te dirai qui tu es.


 

L
a journée semblait s’éterniser à n’en plus finir. Des cours, des cours, des cours et encore des cours. Et cette Eden qui lui faisait la gueule pour on ne sait quelle raison. Et puis cette Madelyn qui s’était encore enfuie en le voyant arriver en sens inverses. Cette Naranja de débile de meilleure amie qui lui avait lancé un regard noir. Ce con de Nathanaël qui avait remonté ses manches pour sortir ses poings. Oui, décidément cette journée était loin d’être intéressante. Même pire, elle était déprimante. Stefan cherchait désespérément un moyen de s’amuser, seulement il n’avait pas envie de se bourrer la gueule, pour une fois, une petite voix raisonnable lui chuchotait à l’oreille qu’il avait envie de quelque chose de plus vrai. De quelque chose de différent. Il fut tenté d’envoyer un hibou à Anjelica, seulement il la vit passer quelques minutes plus tard en compagnie d’un jeune homme et cela le renferma sur sa propre solitude. Il ne voulait plus ça. Il ne voulait pas fumer non plus. Il voulait voir un réel ami. Alors un sourire se fit sur son visage et il monta voir Aleksander. C’était vraiment un gars bien ce mec-là. Il courut dans les étages, comme pressé et motivé par ce désir pur, cela lui donnait l’impression qu’un baume lui apaisait son cœur meurtri. Il arriva enfin devant le portrait de la grosse dame et … le mot de passe avait changé. Sûrement la veille, puisque pas plus tard qu’avant-hier il s’était faufilé dans la salle commune pour voler quelques bouteilles aux rouges. Il soupira et se frappa la tête. Qu’allait-il devenir si, pour une fois que ses volontés n’étaient pas néfastes, les éléments jouaient contre lui. Il se massa le crâne et recula. Cela ne servait à rien d’attendre qu’un rouge le laisse entrer, ils étaient bien trop peu nombreux à l’apprécier.

Alors qu’il ruminait ses mauvaises pensées sur le chemin du retour, l’image d’une jolie jeune fille souriante lui frappa l’esprit. C’était comme une évidence qu’il n’avait pas compris plus tôt. Oui, il n’avait pas besoin de voir Aleks, il n’avait pas besoin de s’énerver contre les serdaigles, il n’avait pas besoin du monde qui l’entourait, il avait besoin de l’amitié d’une seule personne : la demoiselle qui traversait son champ de vision. Maddison. Quelle ironie du sort de se dire que les deux Maddie étaient si différentes l’une de l’autre. L’une haïssait Stefan, tandis que l’autre n’était pas loin de l’adorer -oh il ne fallait pas avoir peur des mots-. Bon, les sentiments des deux jeunes filles s’étaient inversés au cours du temps, mais c’était une autre histoire. Un sourire s’étala sur les lèvres du vert et argent quand il la vit s’approcher, ses cheveux d’or rebondissant sur ses épaules. Il lui sourit à pleines dents, lui fit un signe de la main et … elle passa à côté de lui. Alors ça, c’était incroyable. Il la regarda de plus prêt et vit son regard noir. Bloqué durant quelques secondes pour se remettre d’aplomb, le jeune batteur fut obligé de courir pour la rattraper tant elle marchait vite à cause d’un énervement certain. « CRESWICK ! » hurla-t-il pour la faire arrêter. Bon sang, elle ne voyait vraiment rien d’autre que sa colère. Il fit semblant de soupirer un peu, comme s’il venait de faire un marathon pour lui courir après. Ce n’était pas vraiment de la drague, c’était plutôt comme s’il voulait lui montrer combien elle comptait pour lui. Combien il avait envie de faire des efforts pour qu’elle s’intéresse à lui. Il la regarda avec douceur, comme si d’un regard il pouvait chasser sa colère. « C’est vraiment important ? Ça peut pas attendre… je sais pas moi, demain ? » Euh ouais ok, apparemment c’était raté. Le jeune homme croisa ses bras contre sa poitrine et chercha un mensonge d’urgence. Il fallait absolument qu’elle reste avec lui, depuis qu’elle était arrivée, la colère du brun s’était dissipée. Elle était son remède, un remède de bonne humeur. Il voulait lui rendre la pareille. Il chercha dans ses méninges quelques secondes avant de se rappeler la nature de leur relation. « Non il faut que je te raconte mon rêve d’urgence. » Oui, ça c’était parfait. Bon, comme souvent, il ne se souvenait pas de ses rêves et chaque fois qu’il les racontait à Maddison, même s’ils étaient basés sur des réalités, Stefan les enjolivait toujours. Pour se rendre plus séduisant, pour se montrer sous un meilleur jour.

«  Bon, ben… vas-y. » Stefan les avait mené dans un endroit, n’importe lequel, juste il l’avait traînée plus loin, pour qu’elle laisse ses soucis à cet endroit du couloir et qu’elle redémarre avec toute la joie dont elle était capable. Le jeune homme se mordit la lèvre et … finalement décida de s’asseoir. Ils en avaient sûrement pour bon moment, alors autant être assis confortablement. « Tain, quelle idée pourrie le couloir, on va avoir mal aux fesses. Attends. » Le jeune homme se concentra et, par un sortilège d’attraction, appela des coussins. En réalité, il avait lancé tellement de fois ce sortilège, il avait volé tellement de coussins, qu’il n’avait pas besoin de se concentrer. Non il avait juste besoin de temps pour trouver une excuse valable et un rêve surprenant. Une fois les coussins arrivés, il en plaça un sous ses fesses et attendit que la poufsouffle fasse de même. « Ok, alors comme d’habitude, tu ne ris pas… enfin si tu peux rire, mais tu ne te moques pas trop non plus. Non mais c’était ouf comme rêve, j’ai pas du tout compris le sens. Enfin je te donnerai mon explication après, oui j’ai essayé d’être un maître dans l’art, mais t’es toujours plus douée que moi… Bon bref, je me lance. » Il inspira une bonne bouffée d’air, rassembla toutes les pauvres petites idées de son cerveau et tenta de se concocter un joli rêve dans les règles de l’art. Il ferma les yeux pour le rendre plus réel et se lança. « Alors il a démarré sur une corniche. J’étais debout, les bras tendu comme un funambuliste et je marchais le long des toits de Poudlard, sous les éclairs et éclat de tonnerre. Le ciel était sombre et menaçant, mais pas de pluie ni de vent. SOUDAIN une bourrasque venue de nulle part me fit chanceler. J’allais perdre l’équilibre et là, UN ANGE -je te jure- me porta dans ses bras. Je volais quelques secondes avant que l’ange ne se TRANSFORME en un horrible monstre rouge. Alors que je tombais en chute libre, je regardais le monstre et c’était maintenant Nathanaël qui me faisait coucou de la main avec son air narquois. Je l’aurais étripé si je n’étais pas en train de mourir. J’atterrissais alors dans l’herbe, douce et moelleuse quand un TROUPEAU de LICORNES sauvage, se mirent à chanter. J’étais ficelé au sol dans des lianes épaisses, impossible de bouger. Alors j’écoutais leurs chants paillards -elles avaient des bouteilles de whisky pur feu à leurs sabots- et ruminait en mon fort intérieur. Je voulais tellement partir que je me retrouvais dans le lac, en train de parler baleine avec un poisson rouge et bleu qui avait le regard d’Ariel, mais les intonations de Roxanne. Et là, je me suis réveillé. » Piouf, quel rêve. Il ouvrit les yeux. Ce Stefan était un sketch à lui tout seul, pendant qu’il parlait il se mettait à hurler ou à gesticuler dans tous les sens, comme pris de passion par son discours incroyable. Il se retourna vers son amie et, d’un air presque timide, lui demanda. « Est-ce que ça veut dire que je suis complètement fou ou pas ? » Oui, il en avait presque peur. S’il arrivait à inventer tout cela en quelques secondes … il y avait de quoi avoir peur quant à la nature de ses vrais rêves…


__________

 
+ vous les copains je ne vous oublierai jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

You musn’t be afraid to dream a little bigger~ Steson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « COULOIRS »-