Partagez | 
 

 I thought you didn't care ∞ Luxane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Sam 23 Aoû - 3:00



" pour toujours et à jamais. quoiqu'il arrive j'te laisserais jamais tomber. "


Théoxane se balançait dans sa robe d'un blanc immaculé, sur le son des basses résonnant tout autour d'elle. Les yeux clos, elle se laissait porter par cette musique qu'elle affectait particulièrement, cette musique qui semblait lui coller à la peau. Sa musique. Autour d'elle, nombreux étaient les couples à se rapprocher doucement, jusqu'à se frotter les uns aux autres bestialement. Théoxane se contrefichait de ceux-là, dans sa tête il n'y avait qu'elle, elle et l'écho de la musique.

Elle avait été invitée quelques heures plus tôt, une soirée purement improvisée dans une de ces salles dont elle ne soupçonnait pas même l'existence, même après sept années à arpenter les couloirs de Poudlard à la recherche de tout ses secrets. La blonde se demandait si les fantômes eux-même - les plus anciens occupants du château - connaissaient chacun de ses recoins. Elle avait passé de longues minutes plantée devant un miroir de son dortoir, à demie nue avec une robe dans chaque main. Oubliant un instant que tout avait changé, elle avait appelé Lucy qui n'avait répondu que par son absence. Elle s'était alors retournée vers le miroir et avait fini par faire son choix au plouf-plouf, avec une moue triste. La robe blanche avait gagné contre la bleue électrique que Lucy aurait sans doute préférée. Mais elle n'était pas là. Théoxane avait enfilée l'heureuse élue pour finir de se préparer. Dans toute sa splendeur, elle avait enfilé une paire de converses hautes. Tout juste prête en quelques minutes quand d'autres filles se pavanaient encore devant le miroir, se parant de multiples artifices. Elle était restée assise là, sur son lit, donnant son avis à chacune des filles qui partageaient sa chambre, hochant la tête lorsqu'elle approuvait la tenue et grimaçant lorsque ce n'était pas le cas. Quelques minutes plus tard, elle était devant la porte de cette fameuse pièce encore inconnue, accompagnée d'autres Poufsouffles parfaitement vêtues. Elle n'avait pris qu'un seul et unique verre avant de s'abandonner à la piste de danse où elle semblait flotter doucement.

Une main posée doucement sur son épaule vînt percer sa bulle et elle ouvrit les yeux sur un charmant jeune homme au sourire enjôleur qu'elle connaissait pour avoir été réparti chez les Serpentards. Il ouvrit les lèvres pour lui parler et elle dû se concentrer pour comprendre des bribes de mots tant la musique était forte. « Théoxane. Verre. Sacrilège. A la tienne. » furent les seuls mots qu'elle parvint à comprendre et qui lui permirent cependant de saisir le pourquoi de sa présence près d'elle. Sans se soucier de rien, elle attrapa le verre qu'il lui tendait et le remercia, le gratifiant d'un sourire. Il but son verre d'une traite et lui fit signe de faire de même. Le regard de la blonde oscilla entre les yeux du brun et son propre verre. Elle haussa les épaules et d'un geste franc avala tout le contenu du verre. Le goût particulier d'un alcool qu'elle ne reconnaissait pas agressa ses papilles avant de lui brûler la gorge, lui arrachant une grimace de douleur. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle sourit fièrement au brun qui afficha un air victorieux. Il s'approcha de son oreille pour lui souhaiter une bonne soirée avant de rejoindre tout un groupe d'élève qui semblaient avoir suivis toute la scène et qui l’accueillirent avec de larges sourires et des applaudissements. Théoxane les observa un instant, les sourcils arqués, tâchant un court instant de comprendre ce qu'il venait de se passer, puis elle retourna s'enfermer dans sa bulle musicale.

Quelques secondes plus tard, elle eût un premier hoquet et sa tête se mit à tourner. Son estomac gronda et des milliers de fourmis se logèrent dans ses jambes. Elle se figea, imaginant un instant qu'elle avait peut-être trop dansé. Un second hoquet la prit et elle réprima un haut le cœur. Alors, titubant, elle traversa la salle en courant, une main plaquée contre sa bouche. Elle traversa les couloirs en vitesse et s'engouffra dans les premiers toilettes qu'elle trouva sur son chemin. Elle poussa la porte d'un des cabinets et se laissa tomber contre le sol, les mains plaquées contre la cuvette. Bordel. Un haut le cœur la prit de nouveau, qu'elle ne sut réprimer cette fois. Son estomac se contracta et Théoxane déversa le contenu de celui-ci dans la cuvette. Vert. Bleu. Jaune. Toutes les couleurs y passèrent mais aucune n'avait la couleur du vomi. Elle s'agrippa au distributeur de papier pour attraper de quoi s'essuyer la bouche du liquide gluant qui en dégoulinait. Tout en charme, Théoxane. Tout en finesse. Son palpitant battait trop fort à travers sa poitrine, trop mal oxygéné, trop excité. Son estomac sembla se calmer et un juron s'échappa de la bouche de la gamine, aussi peu reluisant que tout ce qui venait de s'en échapper. Elle eût un hoquet et porta sa main à son estomac. Fausse alerte. « Faut que j'arrête de boire. » fit-elle en secouant la tête. Elle s'essuya les lèvres et le menton et s'échoua contre la paroi des cabinets. Sa tête vînt cogner contre la paroi et Théoxane tâcha de reprendre son calme à coup de grandes inspirations. Un rire aigu éclata, frappant les tympans de la blonde. « Quelqu'un aurait-il abusé de whisky ?! » Un nouveau rire se fit entendre et Théoxane préféra ne pas ouvrir les yeux. Dans un murmure, sa douceur habituelle s'évanouit. « Ferme là, Mimi. » De toutes les toilettes de Poudlard, il avait fallu que la Poufsouffle tombe sur les seules occupées par la Geignarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Ven 29 Aoû - 10:31

Ce soir Lucy était conviée à une soirée des plus huppées chez les élèves et notamment de ses nouveaux amis obscurs. Lucy n’avait pas tellement envie d’y aller, ce qui était déjà étonnant en soit. C’est vrai, elle était connue pour être une sacrée fêtarde mais son goût prononcé pour les sorties nocturnes s’était nettement dissipé depuis son changement de camp. Mais surtout, depuis la disparition de Roxanne et Adrian, Lucy n’avait pas le cœur à la fête. Et pourtant si elle devait y aller c’était notamment à cause de cela. Sa proximité avec Roxanne lui assurait la plus grande des sécurités, surtout depuis qu’elle avait été nommée chef du clan. Mais, elle partie, Lucy se trouvait de nouveau à l’écart, de nouveau sur la sellette. Elle savait que beaucoup n’avaient toujours pas confiance en elle. A tout moment, elle pouvait s’attirer les foudres d’obscurs et se retrouvait mise de côté. Cette option n’était pas envisageable. Lucy avait besoin de rester dans les bonnes grâces des enfants de mangemorts. Elle n’avait pas fait tous ses sacrifices pour tomber en disgrâce maintenant, sûrement pas. Justement, elle arrivait à surmonter la disparition de son petit ami et de sa cousine parce qu’elle avait un but, parce qu’elle avait des objectifs. Les rater serait comme si elle leur faisait faux bond. Cela était drôle quand on savait qu’ils n’étaient pas au courant de tout cela. Adrian se doutait bien de ces choses-là, Lucy en était globalement convaincue. Il finissait par la comprendre sans qu’elle lui parle. C’était ça l’amour ? Mais maintenant où était-il, elle aurait tellement voulu avoir un signe de lui pour savoir qu’il était vivant et qu’il allait bien. Seulement la vérité, Lucy le savait c’est qu’Adrian n’avait pas les moyens de quitter Poudlard. Cela voulait donc qu’on l’en avait fait sortir et sûrement pas de sa volonté. Elle craignait sincèrement pour sa vie mais elle se réfugiait derrière son masque de glace, dernière barrière qu’il lui restait. La nuit, à l’abri des regards, il lui arrivait de s’effondrer et de verser des larmes silencieuses. Elle finissait alors par s’endormir le cœur en miette et les paupières trop lourdes. Elle en avait souvent marre de devoir rester forte tout le temps mais elle n’avait pas d’autres choix. Il en allait de sa survie. Elle pouvait le faire. Elle devait le faire.

Enfin elle avait donc décidé d’y aller avec quelques « amis ». Elle avait répondu avec un grand sourire aux lèvres et une certaine excitation. Une petite part d’elle espérait que ça lui ferait du bien justement une fête, comme une pause dans sa tristesse. C’était évidemment peine perdue mais sait-on jamais. Maintenant elle se trouvait dans son dortoir à devoir choisir une robe. Elle ne savait absolument pas quoi porter surtout que ses robes ne lui allaient plus comme avant. Elle avait perdu quelques kilos. L’avantage c’est que la tristesse était le meilleur des régimes sauf qu’en général on ne souhaitait pas en faire un. C’était le cas de Lucy. Elle s’était décidée pour une noire toute simple qu’elle avait assortie avec des ballerines du même nom. Pas question de porter des talons, c’était beaucoup trop bruyant et elle n’avait personne à impressionner. Elle avait décidé de ne pas se maquiller. Elle était belle au naturel et souhaitait le rester le plus possible et puis la vérité c’est qu’elle n’aimait pas tellement cela se maquiller. Ce n’était pas une tâche pour laquelle elle était douée. Elle avait ensuite rejoint ses amis pour un « before » évidemment alcoolisé. Ils avaient ensuite pris la route vers la salle où se tenait la soirée clandestine. Les soirées de ce genre étaient bien sûre très excitantes car interdites. C’était sûrement pour cela qu’elles étaient aussi populaires. Ceux qui étaient invités étaient bien sûr un rang au-dessus du commun des élèves. Cela pouvait sembler débile mais plus on vous voyait à des soirées clandestines et plus vous étiez populaires en général. L’école c’est la loi de la jungle et il ne faut pas hésiter à se salir les mains pour gravir les échelons.

C’est alors que Lucy l’avait aperçu dans la foule entre tous. Il faut dire que sa chevelure si blonde qu’elle vous éblouissait la nuit ne passait vraiment pas inaperçue. A côté de cela, elle avait toujours cette aura qui se dégageait d’elle laissant dévoiler sa folie. Théoxane. Rien qu’à sa vue, le cœur de Lucy se serra un peu plus dans sa poitrine. Elle semblait seule. Pourquoi n’était-elle pas avec Hermès ? Lucy n’aimait pas la savoir seule. Pas qu’elle n’était pas capable de se débrouiller par elle-même mais elle était fragile, il fallait la protéger. Lucy ne pouvait plus le faire mais elle savait qu’Hermès lui était toujours là et ça la rassurait. Mais comme elle venait de le dire, ce soir il ne semblait pas là. C’est alors qu’un membre de son groupe eut la bonne idée de la choisir comme victime. Lucy aurait voulu arrêter cela mais elle savait pertinemment que c’était un test pour vérifier où allait son allégeance. Elle se tut alors restant pétrifiée tandis qu’il se dirigeait vers Théoxane. Lucy suivit l’action des yeux : la discussion, la transmission du verre et quand Théoxane le but. Killian, le nom du bourreau, quand il revint provoqua l’euphorie générale. Tout le monde trouvait évidemment la petite blague particulièrement drôle. Lucy eut un sourire faux, que pouvait-elle faire d’autres ? Rien et ça la tuait à petit feu. Il ne fallut pas attendre longtemps avant que les effets de la petite blague apparaissent. Mademoiselle Mars quitta très vite la salle provoquant de nous un fou rire dans la bande.

Lucy essaya de danser sans y penser pendant quelques minutes. Faire comme si de rien n’était était la tâche qui lui était réservée, elle le savait. Seulement elle n’y tenait plus. Elle devait faire quelque chose. C’est alors qu’elle se pencha vers l’une de ses camarades et lui cria pour couvrir le bruit de la musique : « Il faut que j’aille me rafraîchir. » Son amie ne chercha pas plus loin. Après tout, elle s’était plainte à maintes reprises qu’il faisait trop chaud, elle comprenait parfaitement que Lucy désire se rafraîchir. Cela arrangeait bien les affaires de Lucy. Elle se dirigea donc vers les toilettes les plus proches. Elle supposait que c’était là que se réfugierait Théoxane. Il fallut que ça tombe sur les toilettes de Mimi Geignarde. Lucy marqua une pause devant la porte, son cœur serrant en repensant à un soir où elle avait fait une course en balai dans les couloirs… Une fois la porte passée, Lucy n’entendit pas de bruit. Ce qui était assez étrange en fait. Où était le fantôme ? Elle n’était pas du genre discret. Non, elle avait plutôt la fâcheuse tendance d’être très envahissante. Elle entendit alors vomir et elle laissa échapper à haute voix : « Théoxane ? » Pas de réponse, non plus. En même temps, Théoxane n’avait très certainement aucune envie de lui parler mais maintenant qu’elle était là, elle voulait juste s’assurer qu’elle allait bien. « Ecoute, ça va ? C’était débile cette plaisanterie. » Comme si ça ferait quelque chose à la demoiselle Mars. Il n’empêche que c’est ce qu’avait à offrir Lucy pour le moment.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Lun 1 Sep - 4:35

« Théoxane ? » La question se perdit entre les murs des toilettes sans parvenir jusqu'aux oreilles de la blonde, trop occupée à offrir à un toilette le sublime et succulent contenu de son estomac. Celui-ci la faisait affreusement souffrir et chaque renvoi passait tous le long de sa gorge comme une traînée d'acide. Pour couronner le tout, l'odeur peu agréable qui se dégageait de tout ce qui l'entourait, ainsi que d'elle-même à présent, chatouillait ses narines à coup d'épine et non avec une plume. S'échouer contre le cabinet, la tête contre le mur glacé avait été une bouffée de bonheur pour la Poufsouffle. Rien que ça.

La Geignarde, sans doute surprise et vexée par l'affront de Théoxane, s'était tut avant de plonger avec violence dans ce que la gamine devina être un autre toilette, laissant place à un silence des plus reposant. Théoxane souffla du mieux qu'elle pu, tâchant au mieux de dégager son estomac de ce poids qui le pesait. Elle retint machinalement sa respiration lorsqu'elle entendit le son d'une voix résonner. Ses yeux se rouvrirent soudainement alors qu'elle reconnaissait cette voix. Son cœur se mit à battre plus fort tandis que les mots « Elle est revenue. » raisonnaient au creux de son crâne. Douce innocence. Elle voulut répondre à Lucy que tout allait bien mais seul un gémissement s'échappa de sa bouche. Alors elle se redressa tant bien que mal pour sortir de sa prison pestiférante. Sa tête tournait doucement et son estomac ne sembla pas apprécier énormément ce soulèvement soudain. Elle poussa la porte pour sortir, les yeux légèrement embués et la chasse d'eau se déclencha derrière elle, comme par magie. Elle se planta à un mètre de Lucy, l'air incrédule. « De quoi tu parles ? Quelle plaisanterie ? » Son front se plissa, témoin d'une réflexion intensive, et son visage, malgré son teint trop pâle tirant légèrement au vert, s'éclaira. « C'était une plaisanterie ? Juste une plaisanterie ! Tu reviens parmi nous, ça y est. T'es plus avec les obscurs. Tu nous aimes toujours ?! Merde Lucy, tu m'as manqué ! Si j'empestais pas le vomis je te serrais dans mes bras ! » Elle avait lâché tout ça d'une traite, elle n'avait pas laissé le temps à son amie de réagir, de lui dire qu'elle s'emportait comme d'habitude. Elle avait tant de fois espéré entendre Lucy prononcer ces mots, lui dire que c'était fini et qu'elle était avec eux. Pour toujours et à jamais. Qu'elle n'avait pu, ou n'avait voulu, imaginer un autre sens aux quelques mots que lui avaient dis Lucy. Elle se calma et continua plus doucement en hochant la tête. « C'est vrai que c'était pas drôle.. » Une fine moue tordit son visage avant qu'elle ne tourne le dos à Lucy. Elle chancela légèrement jusqu'aux lavabos et ouvrit le robinet pour prendre de l'eau dans sa bouche, qu'elle recracha quelques secondes plus tard avant de recommencer. Son haleine, bien qu'elle se soit rafraîchit, ne fleurait pas bon la rose et elle avait horreur de ça. « Brrr. Il va falloir que je remonte me brosser les dents.. T'as pas un chewing-gum en attendant ? Non, faut carrément que je me douche. Je pus. » fit-elle en se retournant vers Lucy, déçue que sa soirée semble s'arrêter là, déçue à l'idée de ne pas retourner danser. Mais si heureuse de retrouver sa Lucy. Des plaques de diverses couleurs peu attrayantes commencèrent à apparaître sur le visage de la blonde sans qu'elle n'y prête aucune attention. Elle n'avait pas pris le temps de regarder son reflet à travers le miroir, une chance sans doute pour son estomac fragile. Elle se sentait bizarre pourtant, elle était consciente que quelque chose clochait en elle mais après avoir fait ce séjour dans les cabinets, elle ne se demandait plus pourquoi elle avait cette sensation. Théoxane mettait ça sur le compte d'un abus d'alcool. Elle n'imaginait pas que son visage soit en train de se couvrir d'étranges teintes, se boursouflant partiellement par la même occasion, lui donnant un aspect relativement rebutant.

Elle eut un hoquet et la peur d'un nouveau rejet se lut sur son visage. Lorsque celle-ci se fut enfuit, Théoxane se risqua à ouvrir la bouche. « Je comprends pas.. je tiens mieux que ça d'habitude. J'ai juste bu deux verres. » fit-elle dépitée. « Je t'assures Lucy, j'ai pas essayé de me mettre la tête à l'envers ! Tu me connais, c'est pas moi ça.. » ajouta-t-elle, craignant les remontrances de celle qui semblait toujours être sa meilleure amie. « Finalement, j'ai peut-être mangé un truc pas frais. » Elle marqua un temps de pause puis sourit tendrement à son amie. « J'ai un mal de crâne pas possible, je me sens franchement aussi peu fraîche qu'un troll et pourtant je suis contente que tu sois là. Que ce soit toi. Ici. Pour moi. »

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Lun 22 Sep - 0:52

« De quoi tu parles ? Quelle plaisanterie ? » Elle n’avait pas compris ? Elle avait forcément compris, après le cirque de ce soir. N’est-ce pas ? Et bien il semblerait que non. Lucy en était un peu déconcertée. Théoxane était tellement surprenante dans ses comportements et réactions. Ce pouvait-elle que Lucy l’ait déjà oublié ? En même temps, plus Lucy y réfléchissait plus elle se rappelait à quel point Théoxane pouvait être crédule et naïve. Petit pincement au cœur car avant c’était Lucy – et d’autres – qui la protégeaient de ce genre d’ennuis, de ces personnes malhonnêtes et méchantes. Elle n’était que spectatrice de son humiliation. Elle avait honte et sentait particulièrement mal. « C'était une plaisanterie ? Juste une plaisanterie ! Tu reviens parmi nous, ça y est. T'es plus avec les obscurs. Tu nous aimes toujours ?! Merde Lucy, tu m'as manqué ! Si j'empestais pas le vomis je te serrais dans mes bras ! » Lucy se mordilla la lèvre inférieure. Par Merlin, la situation était en train de lui échapper. Théoxane comprenait ses propos de travers. Elle avait encore plus tombé de haut quand Lucy lui ferait comprendre qu’elle ne reviendrait pas. Ce n’était pas une plaisanterie son changement de camp. La plaisanterie c’était ce soir, ce que les obscurs lui avaient fait uniquement pour se payer sa tête. C’était cruel mais ils étaient ainsi. De manière générale, la vie était cruelle et particulièrement avec ceux qui étaient « faibles ». Théoxane était faible car trop gentille. Elle ouvrait son cœur aux autres trop facilement. Elle était trop candide, trop généreuse. Elle voyait que le bon chez les autres, c’était vraiment admirable mais ça l’exposait à bien des méchancetés. « C'est vrai que c'était pas drôle.. » Non ça ne l’était pas, encore plus à présent. Lucy avait l’impression que c’était une très mauvaise idée d’être venue. Elle n’aurait pas dû. Elle ne faisait qu’envenimer la situation en faisant espérer Théoxane d’une possible réconciliation. Mais elle ne viendrait pas. Encore une fois, elle avait été trop loin pour reculer maintenant. Tous ces sacrifices, tous ces moments difficiles et ces souffrances engendrées ne devaient pas être vains. Lucy ne se le pardonnerait jamais sinon. Elle avait déjà du mal chaque jour mais dans ce cas-là, ça serait pire. Non elle devait se raccrocher à son objectif, à pourquoi elle faisait ça.

Théoxane se dirigea vers les lavabos. Elle ne marchait pas bien. Lucy ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour elle. Il faudrait mieux qu’elle aille se reposer ou qu’elle reste assise. Lucy allait lui faire la remarque mais la demoiselle Mars ne lui en laissa pas le temps. « Brrr. Il va falloir que je remonte me brosser les dents.. T'as pas un chewing-gum en attendant ? Non, faut carrément que je me douche. Je pus. » Lucy ne pouvait pas lui dire le contraire. Oui elle puait en effet, en même temps il était rare que le vomis sente les fleurs. « Non désolé, j’ai pas de chewing-gum. » Lucy voyageait souvent à vide pour les soirées, justement parce qu’en tant que grande fêtarde, elle buvait pas mal et des fois, elle n’était capable de faire attention à ses affaires. Surtout que c’était encombrant un sac ou elle ne savait quoi. Enfin bref, elle pourrait expliquer longtemps pourquoi elle n’avait rien sur elle mais ça serait d’un ennui mortel. Lucy regarda son amie. Elle n’était pas belle à voir, elle avait des plaques sur le visage. L’obscur ne l’avait pas raté. Il avait même un peu trop forcé sur le dosage. De toute manière, il n’y avait pas grand-chose à faire, juste se reposer et attendre que cela passe. Elle eut un hoquet et Lucy craint qu’elle ne vomisse à nouveau mais rien ne vint, tant mieux. « Je comprends pas.. je tiens mieux que ça d'habitude. J'ai juste bu deux verres. » C’était horrible pour Lucy d’assister à ce spectacle. Théoxane qui ne comprenait pas qu’on s’était moquée d’elle. Lucy avait la lourde tâche de le lui faire comprendre. Ça ne lui faisait pas plaisir mais elle ne pouvait pas la laisser comme cela. « Je t'assure Lucy, j'ai pas essayé de me mettre la tête à l'envers ! Tu me connais, c'est pas moi ça.. » « Tu me connais », cette expression était assez douloureuse à attendre à présent. Oui elle la connaît, ce n’est pas elle qui avait changé. Non c’était Lucy Magnolia Weasley qui avait changé, qui était devenue une étrangère. « Finalement, j'ai peut-être mangé un truc pas frais. » Théoxane… « J'ai un mal de crâne pas possible, je me sens franchement aussi peu fraîche qu'un troll et pourtant je suis contente que tu sois là. Que ce soit toi. Ici. Pour moi. » Nouveau pincement au cœur. Lucy s’était mise dans une merde noire, il n’y avait pas de meilleure expression pour décrire ce cas présent. Lucy s’appuya contre la porte de l’un des toilettes et regarda le plafond. Comment allait-elle s’y prendre pour dire toute la vérité ? Elle ne savait pas mais elle allait devoir trouver et vite.

Lucy ferma les yeux quelques instants avant de dire : « Théoxane, t’as pas trop bu ou t’as pas mangé un truc pas frais. C’est ton verre, celui que ce garçon t’a apporté. Il l’a truqué. C’est pour ça que t’es mal. » Elle fit une pause pour que Théoxane enregistre tout ce qu’elle avait pu dire et pour la ménager un peu. Ce n’était pas des choses agréables qu’elle avait à lui dire. Peut-être qu’il aurait été mieux qu’elle déballe tout d’un coup mais elle n’en n’était pas capable, elle ne pouvait pas faire ça à Théoxane. Elle inspira un grand coup avant de rajouter : « C’était ça, la mauvaise plaisanterie, Théo… » Là encore elle s’arrêta. Elle ne savait pas si la demoiselle allait bien comprendre ce qu’elle voulait lui dire. Elle se méfiait car des fois, Théoxane ne voulait comprendre que ce qui lui faisait plaisir. Elle se sentit donc obligée de rajouter : « Je ne reviens pas. » Ses paroles étaient tranchantes, aiguisées comme des lames rasoirs. Elles étaient cruelles aussi mais elle ne pouvait pas le dire autrement. Elle ne pouvait plus embellir la réalité pour Théoxane, pas sur ce sujet et même sur aucun autre car à présent un fossé les séparait. Lucy souffrait de la situation évidemment même si elle ne le laissait pas paraître. Seulement, Lucy était dévouée à quelque chose de plus grand. C’était peut-être prétentieux mais c’est ainsi que la demoiselle Weasley voyait les choses. « Je suis désolée, je sais que c’est pas ce que tu veux entendre. J’ai pas envie de te faire du mal Théo, tu sais mais je reviendrais pas en arrière. »

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Mar 30 Sep - 2:50

Pas un sourire, pas même un minuscule rictus n'éclaira le visage de Lucy. Théoxane rayonnait de joie devant elle malgré son état maladif et sa meilleure amie ne lui laissait rien paraître. Si ce n'était peut-être, une goûte d'inquiétude et de mal-être. Une goûte. Théoxane lui livrait pourtant le bonheur qu'elle éprouvait à la trouver ici et rien. Juste ce silence et le visage dur de Lucy, le silence et le sourire de Théoxane qui se ternissait petit à petit se alors qu'elle se demandait pourquoi l'autre Poufsouffle ne disait plus un mot, maintenant que Théo s'était tut.

« Théoxane, t’as pas trop bu ou t’as pas mangé un truc pas frais. C’est ton verre, celui que ce garçon t’a apporté. Il l’a truqué. C’est pour ça que t’es mal. » La gamin tâcha de se souvenir de ce qui lui avait paru n'être qu'un détails. Elle revisualisa le garçon, elle se souvint de son sourire et de celui de ses amis. Elle se souvînt de Lucy à leurs côtés, du goût étrange de la boisson.
Finalement, Théo préférait les silences de Lucy. La gamine désespérait de comprendre ce qu'on essayait de lui dire. Elle désespérait d'être mise face à la réalité, sans défense. Théoxane aurait préféré être malade. « C’était ça, la mauvaise plaisanterie, Théo… » Elle laissa échapper un faible « Oh. » presque inexpressif. Ses yeux s'étaient perdu dans le vide, quittant le visage de Lucy. Son visage s'était terni. Elle craignait de ne comprendre que trop bien ce qu'il s'était passé, de ne comprendre que trop bien que Lucy n'était pas revenue et que sans doute, elle l'abandonnerait encore. « Je ne reviens pas. » Théo déglutit et son cœur s'emballa. Elle se mit à trembler doucement et s'efforça pourtant de retenir au mieux les larmes qui se formaient dans ses yeux. Elle ne voulait plus la regarder, elle ne voulait plus l'écouter. Ces quatre mots la prenaient à l'estomac. Elle ne les avait jamais entendus. Lucy ne lui avait jamais dis pourquoi elle partait, alors Théoxane s'était dis que peut-être, un jour, elle reviendrait. Elle avait espéré longtemps que Lucy s'égarait simplement. Elle voulait y croire au plus profond de son cœur. En quelques secondes cet espoir s'était fait si fort que la réalité n'était plus qu'un vent glaciale, une rouée de coup. Elle tourna le dos à sa camarade, incapable de lui faire face et se retourna à la recherche d'un peu d'air, d'un appui aussi pour ses jambes qui menaçaient de la laisser tomber. Elle posa ses mains de chaque côté d'un lavabo et tanguant parfois, elle souffla. Les yeux clos, elle envisagea plusieurs possibilités, refusant parfaitement la réalité. Pourtant celle-ci la prenait à la gorge et lui déchirait les paupières. Elle se pinça les lèvres et ses yeux se plissèrent, laissant couler une larme sur ses joues rosés par le poison.

« Je suis désolée, je sais que c’est pas ce que tu veux entendre. J’ai pas envie de te faire du mal Théo, tu sais mais je reviendrais pas en arrière. » Un sanglot la secoua. « Tu mens.. » Sa voix était faible et tremblante. C'en était trop. Elle n'arrivait pas à accepter les excuses de Lucy. Elle le désirait vraiment, elle aimait profondément Lucy. La Weasley était comme une sœur pour elle, elle faisait partie de sa vie. Elle aurait voulu la pardonner mais elle n'y arrivait pas. Elle ne voulait pas entendre les prétendus regrets de sa meilleure amie. Elle s'adossa contre le lavabo et redressa la tête vers Lucy, les yeux rouge de larmes.
Théoxane était monstrueuse. Déformée. Molestée. Blessée. Humiliée. Elle aurait fait peur à un gobelin.
Pourtant, elle n'était rien face à Lucy qui demeurait presque parfaitement impartiale, qui se faisait plus dure avec Théo qu'elle ne l'avait jamais été, qui la traité aujourd'hui comme elle n'avait jamais osé le faire. Au contact des obscurs elle en devenait une. Théoxane ne lui connaissait pas ces mots, sa voix, son regard. Lucy, même avec tout l'amour que la blonde lui portait, semblait être devenue ce qu'elle détestait le plus.
« Tu ne peux pas être désolée. » Elle marqua un temps de pause, instant pendant lequel elle tenta de se dire le contraire. Puis elle secoua la tête de droite à gauche. « Non. Tu ne peux pas. La Lucy que je connais n'aurait jamais pu dire ça. Elle ne se serait jamais laissé prendre par les obscurs. Elle n'aurait jamais abandonné chacun de ses amis. » Elle se tut un moment. « Je ne t'aurais jamais laissé, Lucy. Hermès non plus. Et tous les autres. » Elle les avait énuméré doucement. Sa voix n'était pas dure, Théoxane n'était pas bonne à ce jeu là, elle n'élevait la voix que trop rarement et exprimait sa colère d'une façon particulière. Elle n'agressait pas les gens, elle leur disait seulement - totalement désillusionnée, parfois amère - ce qu'elle pouvait bien penser d'eux. Les larmes coulaient sur ses joues et elle inspira profondément. « J'comprends pas Lucy. J'y arrive pas. Pourquoi t'es là ? Pourquoi t'es venue me dire tout ça ? C'est le coup de grâce, celui que tes nouveaux amis t'ont demandé de me porter ? » Le regard plein de dégoût et d'amertume, elle toisa Lucy et la détesta d'autant plus pour l'avoir poussé à lui dire ce qu'elle n'aurait jamais souhaité lui dire. « T'as réussi, je pense que tu peux partir maintenant. J'ai appris à prendre soin de moi toute seule ces derniers mois. » Elle se tût et sa main vînt essuyer ses joues trop humides. Elle pinça ses lèvres, renifla et laissa choir contre le mur carrelé, lourdement, incapable de tenir une seconde supplémentaire sur ses deux jambes. Elle ferma les yeux et reposa sa tête contre le mur. Sa respiration était trop rapide. Son visage était défait. Son corps ne la portait plus tout à fait. Elle se rendit compte qu'il serait plus que difficile de rejoindre les douches sans qu'elle ne croise qui que ce soit. Elle pesta entre ses lèvres, un murmure inaudible contre cette vie qui semblait se démanteler de jour en jour, contre ces obscurs dont la capacité à réfléchir ne permettait pas d'agir intelligemment, contre ce visage monstrueusement boursouflé et cette nausée affreuse. Théoxane pesta, laissant échapper parfois, une larme sur sa joue.

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Dim 5 Oct - 0:14


Peine. Tristesse. Mal au cœur. Lucy sentait son cœur se serrer d’avantage dans sa poitrine alors qu’elle croyait que ce n’était pas possible. La détresse de Théoxane lui explosait en plein visage. C’était progressif. Cela commençait physiquement, toutes ces traces qui n’avaient pas besoin de mots. La perte de son sourire, son visage encore plus blafard et sa faiblesse. Lucy la voyait trembler, la voyait avoir du mal à se tenir debout. Elle était responsable de ces réactions. Elle et personne. Elle ne pouvait pas reporter la faute sur un grand méchant, un obscur, n’importe lequel. Non c’était seulement elle. Bien évidemment, elle savait que sa conduite ferait souffrir ses proches mais l’affronter, cette souffrance, c’était autre chose que l’imaginer. Elle devait se faire violence pour ne pas la prendre dans ses bras. De toute manière, elle la repousserait très certainement et elle aurait raison. C’est vrai, ça ne serait se faire que d’avantage du mal puisque même si Lucy avait un moment de faiblesse, au final ça ne changerait rien. Elles savaient très bien toutes les deux à présent, qu’à la fin de cet entretien, chacune repartirait dans son coin, que Lucy ignorerait à nouveau Théoxane. A quoi bon changer de comportement pour l’espace de quelques minutes ? Ça n’apporterait rien de bon. Il y eut un sanglot comme annonciateur du carnage approchant. Lucy serra les poings. Le plus dur était à venir. « Tu mens.. » Pouvait-elle lui reprocher cette attaque frontale ? Certainement pas mais ça faisait mal, évidemment surtout quand ça venait tout droit de la bouche de Théoxane. Pour quoi mentait-elle exactement au juste ? Elle avait une vague idée mais Théoxane n’était pas très précise. Est-ce qu’il ne fallait mieux pas savoir en fait ? Peut-être que si, au final. Trop de peut-être pour assez de réponses franches. « Tu ne peux pas être désolée. » Théoxane avait opté pour la franchise, geste noble de sa part. Néanmoins son discours ne plut pas du tout à la demoiselle Weasley. Evidemment qu’elle était désolée, si elle le disait à Théoxane c’est qu’elle le pensait. Pourquoi remettait-elle en question sa parole ? Certes, si Lucy était objective, elle pourrait comprendre mais justement elle ne l’était pas. Elle ne comprenait pas qu’on puisse la remettre en cause. Pour elle, elle avait toujours été une personne franche qui disait ce qu’elle pensait. Elle était désolée, vraiment. Peut-être que ça faisait du bien à Théoxane de ne pas le croire, au final. Mais Lucy pensait avant tout à elle, comme toute personne « normale ». Elle n’aimait pas qu’on ne la croit pas. « Non. Tu ne peux pas. La Lucy que je connais n'aurait jamais pu dire ça. Elle ne se serait jamais laissé prendre par les obscurs. Elle n'aurait jamais abandonné chacun de ses amis. » Lucy ferma les yeux. Tous ces reproches, elle les comprenait mais elle ne voulait pas les entendre. Elle ne voulait pas entendre qu’elle les abandonnait. Au contraire, elle les protégeait. Elle faisait cela pour son bien et aussi pour le leur. Elle n’était pas une lâcheuse. Elle, son père, ils ne faisaient pas parti des lâcheurs. Pour Lucy, lâcheur était l’une des pires insultes qui soient car on lui avait souvent rappelé la conduite de son père. Ils ne comprenaient pas mais quand on vous dit ça alors que vous n’êtes qu’une gamine, ça vous blesse au plus profond de vous-même.

« Je ne t'aurais jamais laissé, Lucy. Hermès non plus. Et tous les autres. » Hermès, les autres. Voilà de quoi faire un peu plus de mal à Lucy. Toutes ces personnes qui comptaient pour elle et qu’elle avait mises volontairement à l’écart. Elle repensa à ces deux dernières entrevues avec Hermès, à quel point elle lui avait fait mal. Elle se détestait pour cela, un peu plus chaque jour. En rouvrant les yeux, elle vit Théoxane pleurer. Oh non, si elle pleurait, Lucy la suivrait. L’émotion était trop intense pour ne pas y succomber. « J'comprends pas Lucy. J'y arrive pas. Pourquoi t'es là ? Pourquoi t'es venue me dire tout ça ? C'est le coup de grâce, celui que tes nouveaux amis t'ont demandé de me porter ? » Non. Elle interprétait tout de travers. Lucy voulait juste, oh elle ne savait même pas exactement quoi. Elle voulait s’assurer que Théoxane n’allait pas trop mal. Elle, elle se faisait du souci pour elle oui. Elle voulait juste avoir la conscience tranquille très certainement. Alléger ce poids qu’elle avait constamment en elle, c’était peut-êre une forme d’égoïsme mais il fallait se mettre à sa place. Elle n’était pas bien. « T'as réussi, je pense que tu peux partir maintenant. J'ai appris à prendre soin de moi toute seule ces derniers mois. » Bam. Tu ne m’es plus utile alors barre-toi. Certes dans un sens, Lucy l’avait mérité mais ça faisait tellement mal. Se faire jeter de la sorte. N’était-ce pas ce qu’on appelait le retour de bâton ? Sûrement. Lucy sentait déjà ses yeux lui piquer. Elle se frotta frénétiquement les yeux pour qu’aucune larme ne coule. Ce n’était pas le moment de craquer. Elle devait se ressaisir. Elle hésitait à partir. N’était-ce pas la meilleure des choses à faire ? Chacune de son côté et la Terre continuera de tourner. Seulement, Lucy ne se voyait pas la laisser toute seule dans cet état-là. Elle avait beau lui dire des atrocités, s’il lui arrivait quelque chose parce que Lucy l’avait laissé toute seule, elle s’en voudrait toute sa vie. Elle allait prendre sur elle, elle le ferait pour Théoxane malgré tout. Tant pis si elle devait s’en prendre pleins les dents. Elle allait tenir pour elle, pour leur amitié.

Lucy souffla avant de dire : « Je suis sincère quand je dis que je suis désolée, maintenant je ne peux pas contrôler le fait que tu me crois. » Cette phrase, Lucy avait eu besoin de la dire, pour elle. Théoxane ne la relèverait sûrement pas mais au moins c’était dit. Maintenant libre à Théoxane d’en faire ce qu’elle voulait. « Je peux pas te laisser toute seule dans cet état-là, pourquoi t’es pas avec Hermès ? » Lucy avait été le plus naturel même si elle était un peu nerveuse. Tout cela parce qu’il s’agissait d’Hermès. C’était con parce qu’avant, Lucy n’avait jamais été nerveuse quand il s’agissait de son meilleur ami. Bien au contraire, tout allait toujours bien avec lui. Elle n’avait jamais eu peur de rien, tout avait toujours été facile avec lui. Lucy chassa ses pensées de son esprit. Elle ne voulait pas pleurer, pas maintenant. « Je peux aller chercher quelqu’un ? Tu veux pas que je reste, je comprends, c’est peut-être mieux ainsi mais je te laisse pas toute seule, t’es pas en état. » Le ton de Lucy était ferme, catégorique. Il était hors de question de discuter avec elle en ce moment-là. De toute manière, soyons objectifs, Lucy était plus forte de caractère que Théoxane mais alors en ce moment précis, le contraste était encore plus marqué. « Sinon je te ramène au dortoir ou l’infirmerie si ça va toujours pas. » Lucy fit de nouveau une pause. Aucune des deux ne voulait aller à l’infirmerie très certainement mais Lucy était prête à le faire si jamais ça n’allait vraiment pas. Lucy voulait dire quelque chose d’intelligent pour donner plus de poids à ses propos mais ça ne venait pas. Finalement elle se décida pour déclarer : « On a nos problèmes mais c’est en dessous de ta santé. Ils ont fait la blague, je suis avec eux, ça veut pas dire que je cautionne. J’ai changé de camp certes mais je n’ai pas tout changé. Les choses sont bien mieux ainsi crois-moi. Tu m’en veux, je comprends, c’est normal mais maintenant on doit juste s’occuper de toi. T’es vraiment pas bien Théo, dis pas le contraire. Arrête de t’opposer à moi pour ça. » C’était assez menaçant.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Mer 22 Oct - 5:10

Théoxane avait menti. Elle n'avait pas appris à prendre soin d'elle-même. Elle n'apprendrait sans doute jamais. Elle n'avait jamais su se tenir hors de portée des ennuis et pourtant, à plusieurs reprise elle s'était retrouvée livrée à elle-même. La mort de sa mère. La chute de son père. L'abandon de Lucy. L'éloignement d'Hermès. Peut-être que c'était en elle finalement. Peut-être que les personnes qui entraient dans sa vie étaient destinées à en sortir après qu'elle se soit agrippée à eux. Peut-être les faisait-elle fuir. Peut-être..
Qui voudrait avoir à s'occuper d'une gamine totalement déphasée quand s'occuper de sa propre personne est déjà une épreuve, quand la guerre est imminente, quand la vie de cette gamine est probablement déjà vouée à s'évanouir sous un éclat de magie noire. Sans doute préférait-on la laisser dans un coin, le monde vaut bien mieux d'être sauvé. Elle le savait.
Mais Théoxane avait besoin de Lucy, toujours et bien plus encore en cet instant. Comble du paradoxe pour la gamine qui venait plus que clairement de lui suggérer de la laisser. Elle remercia silencieusement Lucy lorsque celle-ci repoussa sa proposition. « Je peux pas te laisser toute seule dans cet état-là, pourquoi t’es pas avec Hermès ? » Hermès.. Théoxane releva la tête. Était-ce possible qu'elle n'ait rien remarqué ? Avait-elle si peu porter d'attention à ses deux anciens meilleurs amis ? Avait-elle tout aussi bien désappris à connaître Hermès, ce garçon dont les yeux brillaient à la simple formulation du prénom de la belle ? Ce garçon brisé de la voir s'éloigner. « Parce que ton départ c'est d'la kryptonite pour les Indestructibles. » Sa gorge se serra un peu plus. Ça commençait à faire beaucoup pour une unique soirée. Son corps ne supportait plus d'être secoué dans tous les sens. « On se voit moins depuis.. quelques mois. C'est difficile. Compliqué. Totalement différent. Et douloureux. » précisa-t-elle, craignant que Lucy ait tout oublié d'elle. Jusqu'à sa façon de percevoir le monde et de l'expliquer, jusqu'à sa façon de tout dire sans ne rien dire. Sa façon d'être Théoxane.

La poufsouffle ne se souvenait plus de la dernière fois où elle s'était sentie parfaitement reposée dans les bras d'Hermès. Il y avait toujours, autour d'eux, cette aura étrange. Il y avait toujours ce vide, cette absence. Comme un morceau d'eux-même qui avait disparu. Il y avait toujours ces souvenirs et cette tristesse dans le cœur des deux amis. Ils partageaient un mal trop douloureux pour se battre ensembles. Théoxane était incapable de soutenir Hermès parce que le soutenir revenait à subir deux fois son propre mal. Le soutenir, c'était un peu comme se rendre à l'évidence que la tempête Lucy avait fait d'innombrables dégâts autour d'elle. Etre avec Hermès, c'était un peu comme passer sa main blessée sous l'eau, c'était se faire du mal en ravivant la blessure. Ne pas le soutenir c'était égoïste, c'était lâche, c'était Théoxane. Trop craintive, trop fragile. Trop émotive et cabossée. Trop tordue.

« Je peux aller chercher quelqu’un ? Tu veux pas que je reste, je comprends, c’est peut-être mieux ainsi mais je te laisse pas toute seule, t’es pas en état. » Théoxane se tut. Elle ne savait que répondre. Oui. Non. Peut-être. Rien. Elle se contenta de secouer la tête de droite à gauche. Les personnes qu'elle aurait désirées voir étaient trop peu nombreuses. L'une était présente. L'autre ne pouvait l'être. Un autre ne devrait pas la voir dans cet état repoussant. Et le dernier n'était pas même capable de percevoir l'école de magie dans les reliefs écossais. « Sinon je te ramène au dortoir ou l’infirmerie si ça va toujours pas. » « Non. Pas l'infirmerie. » La réaction avait été soudaine cette fois. Elle ne voulait pas se retrouver seule à la merci d'infirmières qui ne se soucieraient que trop peu de son état. Elle ne voulait pas être punie pour avoir oser participer à une soirée clandestine. Elle ne voulait pas être le bouc-émissaire de la moitié de Poudlard pour avoir aidé à déceler cette même soirée, pour avoir entraîné des punitions trop sévères à ces étudiants qui ne la mériteraient pas tous. « On a nos problèmes mais c’est en dessous de ta santé. Ils ont fait la blague, je suis avec eux, ça veut pas dire que je cautionne. J’ai changé de camp certes mais je n’ai pas tout changé. Les choses sont bien mieux ainsi crois-moi. Tu m’en veux, je comprends, c’est normal mais maintenant on doit juste s’occuper de toi. T’es vraiment pas bien Théo, dis pas le contraire. Arrête de t’opposer à moi pour ça. » Théoxane avait écouté le monologue de Lucy avec attention, sans pour autant redresser la tête vers elle. Elle s'était contentée de fixer le carrelage de la pièce en secouant doucement la tête, en désaccord presque total avec ce que disait Lucy. Elle serra les mâchoires. Elle détestait ça. Elle ne supportait pas que Lucy hausse la voix sur elle, qu'elle se fasse si dure. Elle n'aimait pas cette Lucy, trop autoritaire et presque trop hautaine. Théo avait conscience de sa faiblesse, tout autant que de la force de caractère de Lucy. Mais ce ton là, elle ne l'aimait pas. « J'ai jamais dis que j'allais bien. » fit-elle en rejoignant le regard de Lucy. Elle poussa sur ses bras pour se redresser, s'appuyant dangereusement contre le mur. La nausée ne l'avait pas quittée depuis qu'elle était entrée dans la pièce. Sa tête la faisait souffrir et son sang venait frapper ses tempes toujours aussi violemment. Son corps tout entier flagellait encore et sa gorge la faisait souffrir tant elle retenait le flot de larmes qu'elle avait encore à verser. Elle avança doucement vers Lucy. « Je veux prendre une douche. » Et après ? Elle ne savait pas. Elle voulait de l'air, elle en avait besoin. Sa poitrine se serrait à mesure que le temps passait et que ses larmes séchaient. Il fallait qu'elle retire cette robe immonde, qu'elle lave son visage de ses pleurs, de ce poison. Il fallait qu'elle souffle, qu'elle respire. Théoxane devait retrouver un peu de sa sérénité. Elle étouffait.

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Ven 7 Nov - 7:41


Lucy était intraitable. Elle en était dure, froide et particulièrement odieuse. Mais c’était avant tout pour le bien de Théoxane. Elle l’aimait vraiment. Toutes les deux avaient traversé tellement de choses ensemble. Des moments difficiles, d’autres plus joyeux mais avant tout les années, ensemble, chacune à côté de l’autre. Et maintenant les voilà face à face, opposées par des camps, par différentes manières d’agir. Ennemies. Lucy refusait de croire que c’était ce qu’elles étaient devenues. Elles ne seraient jamais ennemies. Lucy ne pourrait jamais lui faire du mal. Et si, c’était un test ? Si pour prouver sa « fausse » allégeance aux obscurs/mangemorts, elle devait lui faire du mal ? Oserait-elle ? Lucy s’était souvent posée la question sans trouver de réponse. Elle préférait n’avoir jamais à se retrouver dans une telle situation. Et pourtant, n’était-ce pas une forme de cette situation qui s’était produit tantôt ? Lucy ne voulait pas le voir comme ça, c’était trop douloureux. Comment pourrait-elle se regarder dans le miroir par la suite ? Et pourtant, elle lutait chaque jour avec ce genre de conflits. Elle ne devrait plus être étonnée à force. « J'ai jamais dis que j'allais bien. » Prends-toi ça dans les dents, Weasley. N’oublie pas que tu ne sais pas tout, qu’elle peut surprendre la douce Théoxane. Elle n’allait pas bien alors. Pas sûr, que Lucy préférait cette option. Bien sûr que non, encore une fois ça ne lui faisait pas plaisir de voir sa meilleure amie dans cet état-là. Elle aurait voulu la rassurer, lui dire que tout allait bien et surtout que tout irait bien mais ce n’était pas possible. Plus maintenant et sans doute, plus jamais. Théoxane se releva. Lucy aurait pu l’aider mais bizarrement elle se dit que c’était mieux qu’elle la laisse faire. Mademoiselle Mars ne semblait pas avoir envie de son aide. Alors imaginer un contact, c’était pire. Mais elle ne semblait vraiment pas bien. Lucy ne savait pas exactement quand les effets du verre se stopperaient. Elle espérait que ça soit rapide mais elle en doutait fortement. La bande des farceurs était plutôt du genre à aimait les blagues tenaces. « Je veux prendre une douche. » Bon, on avançait au moins. Une douche, c’était une demande légitime.

Le seul truc c’est qu’il n’y avait pas de douches à disposition. Trois options s’offraient à elles pour satisfaire cette demande. Les douches du dortoir de Poufsouffle, les douches communes ou alors la salle de bain des préfets. Lucy étant capitaine de l’équipe de Quidditch des Poufsouffle, elle avait accès à cette salle. Les douches communes étaient définitivement à oublier. Si quelqu’un les attrapait là-bas à cette heure-là, elles seraient punies et pas qu’un peux. Lucy avait suffisamment déjà assez de problèmes avec Code Phénix. Les douches de la salle commune semblaient le plus indiqué mais la plupart des gens dormaient à cette heure-là. L’avantage de la salle de bain des préfets c’est que c’était tranquille et qu’il n’y avait personne là-bas enfin sauf si un préfet avait décidé de passer une bonne soirée là-bas. Des fois ça pouvait arriver ou même un professeur. Est-ce que ça sentait l’expérience ? Plus ou moins. Mais pas personnelle. Tout le monde savait que Lucy Weasley était plutôt du genre prude. Elle ne le cachait pas, enfin elle n’en parlait pas quoi. Surtout maintenant qu’elle sortait avec Adrian Tymers, elle allait encore moins en parler. Bref, ne commençons pas sur ce sujet-là encore une fois. Lucy regarda Théoxane avant de lui dire tout simplement : « Ok. » Lucy regarda Théoxane se déplacer avec difficultés. « Tu veux que je t’aide ? Je pense que sinon ça va être compliqué d’atteindre une douche. » Il n’y a pas de jugements dans sa phrase. Elle faisait juste un constat objectif. Son ton était des plus neutres, elle ne voulait pas vexer Théoxane mais il fallait bien reconnaître qu’elle avait du mal à se tenir debout. Prendre appui sur Lucy était sûrement la meilleure des choses à faire. Mais se laisserait-elle faire ? Avant cela, Lucy rajouta : « Tu préfères aller aux dortoirs ? Sinon je peux t’emmener dans la salle de bain des préfets. » La proposition était faite c’était à Théoxane de décider à présent ou alors Lucy finirait par choisir pour elle mais elle ne voyait pas pourquoi, elle montrerait de la résistance pour cette question. Ça serait purement et tout simplement ridicule. Mais il fallait parfois se méfier, on était jamais à l’abri de surprises, bonnes ou mauvaises, petites ou grosses.

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Lun 10 Nov - 1:23

« Tu veux que je t’aide ? Je pense que sinon ça va être compliqué d’atteindre une douche. » Théoxane fit oui de la tête, résolue. Elle n'était pas en état de faire preuve de trop de fierté, ses jambes ne la portaient que trop difficilement. D'autant qu'il y aurait sans doute des escaliers à monter pour atteindre le jet d'une douche, Théoxane se retrouverait à ramper dessus si Lucy ne la supportait pas un peu. La gamine avança un peu plus vers l'autre Poufsouffle et accepta son aide. Elle s'appuya doucement sur elle, comme au bon vieux temps. Sa tête tourna moins rapidement. Son cœur se calma un peu, rassuré par la présence de Lucy. Qu'importe ce qu'il pouvait bien y avoir eu dans cette boisson empoisonnée, Théoxane ne crèverait pas seule dans les toilettes de la Geignarde. Elle ne deviendrait pas tristement célèbre pour avoir été la seconde victime de ce lieu maudit. Elle ne serait pas condamnée à passer une infinité de jours auprès des fantômes de l'école. Théoxane appréciait bon nombre d'entre eux, elle avait souvent discuté de longues heures avec eux, appréciant particulièrement le Moine Gras, ce monsieur bien portant dont la gourmandise n'était d'égal que sa gentillesse et sa joie de vivre. Cependant, faire de Mimi sa colocataire n'avait jamais été dans ses plans. Rester coincée dans le corps d'une gamine de dix-sept ans, qui n'a encore que trop peu découvert la vie ne lui réchauffait pas non plus le cœur.
Théoxane put voir la réflexion dans les yeux de Lucy qui finit par lui proposer deux alternatives. Il était clair que Théoxane s'était mise dans une affreuse situation, pourtant Lucy acceptait de rester auprès d'elle. Toutes deux risquaient de se faire attraper à tous moment, toute deux risquaient d'être punies par d'affreux sortilèges. Peut-être était-ce la culpabilité qui poussait Lucy à agir ainsi. Théoxane aurait eu des difficultés à expliquer ce comportement autrement que par ce simple mot. Ou peut-être Lucy tenait-elle encore à elle ? Si une telle chose était encore possible. Après tout, on ne réduit pas à néant sept années d'amour pur et dur en l'espace de quelques mois.
« La salle de bain des préfets. J'ai toujours rêvé d'y aller. » Un minuscule, infime sourire se dessina sur le visage abîmé de la blonde pour disparaître la seconde d'après. Même dans de tels instants, elle continuait de rêver. Cette gamine était surprenante de fantaisie et elle venait de voir dans cette proposition, la possibilité d'éclairer sa soirée d'une mince lueur. Cette salle de bain, si particulière, avait toujours suscité un intérêt spécial chez Théoxane. Les nombreux dires sur sa beauté et la douceur de son eau avait sans cesse augmentés son envie d'y traîner son corps chétif.
Toutes deux commencèrent à marcher, lentement. Les murs, devant les yeux de Théo, ondulaient doucement. Sa vision n'était pas des plus claires, ce qui n'aidait pas son estomac à se calmer. Elle clopina le long des couloirs, silencieuse auprès de sa meilleure amie. « Le passage secret, ça nous évitera de se faire choper.. » chuchota-t-elle en indiquant d'un signe de tête l'entrée de celui-ci. Il menait droit au quatrième étage, et bien que la salle de bain des préfets soit au cinquième, cela ne pourrait qu'augmenter leur chance de se faufiler jusqu'à celle-ci. Elle passèrent à travers, grimpant les escaliers avec difficulté. Théoxane avait l'impression d'avoir pris la plus grosse cuite du siècle, en ayant bu un unique verre. C'était misérable. Elle buta sur une ou deux marches et manqua de s'étaler au sol en emportant Lucy mais celle-ci la soutenait avec attention. Elle entrèrent dans une salle désaffectée dont l'existence ne semblait pas même être soupçonnée par les mangemorts de l'école. Théoxane souffla. « Cela ne m'avait jamais paru aussi long... » Elles continuèrent jusqu'au cinquième étage, plus silencieuses que jamais. Les ombres passant à travers les couloirs les faisaient sursauter de temps à autre, les immobilisant dans leur chemin, les laissant reprendre leur souffle et leur route la seconde d'après. Si la gamine aurait été pétrifiée à l'idée de croiser un mangemort en temps normal, ce soir ce problème était bien loin d'elle. La boisson sans doute. La présence de Lucy peut-être.

Théoxane s'immobilisa devant la porte de la Salle de bain des préfets et jeta un œil à Lucy. Elle attendit patiemment que cette dernière chuchote le mot de passe et se laissa entraîner à l'intérieur, rapidement. Elle ouvrit de grands yeux devant le spectacle qui s'offrait à elle. Une baignoire immense, une multitude de robinet et un parfum adorable. « Fiou. C'est.. impressionnant. » Elle n'osa pas s'avancer, elle n'était pas chez elle ici. Elle n'avait logiquement pas même le droit d'être ici. Elle observait la pièce, les murs, les vitraux, sans savoir que faire de son corps et de tous ces robinets. Elle craignait presque de salir l'endroit de sa crasse à elle. Rares devaient être ceux qui venaient ici pour se débarrasser d'une sale odeur de vomi et d'un mal-être légendaire. Quoique l'endroit semblait être idéal pour tout oublier de ses problèmes.
Pourtant, lorsqu'elle croisa son propre reflet dans le miroir et que sa propre odeur revînt agresser ses narines, elle grimaça à nouveau. Elle n'était vraiment pas belle à voir. Elle posa ses mains sur son visage pour découvrir l'étendu des dégâts. « Par Merlin.. ils y sont allés fort.. Je suis hideuse. » Elle ne réfléchit pas plus longtemps et attrapa le bas de sa robe pour la retirer d'un geste rapide. Elle l'abandonna au sol et se rendit au bord de l'immense baignoire et s'assit à son rebord. Elle fixa ses pieds nus un moment puis releva la tête vers Lucy. « Merci d'être restée quand même Lucy.. » Elle décrocha rapidement du regard de son amie. Elle eut le malheur d'effleurer le robinet près d'elle et tous les autres qui l'entouraient se mirent à cracher une haut chaude et parfumée. Théoxane se laissa glisser le long de la paroi, ses pieds trempant dans une mousse épaisse. « Ça te dérange si je.. retire tout ? » Lucy avait déjà vu la blonde totalement nue, cela faisait parti de ces choses qui ne les dérangeaient nullement avant. Théoxane n'en avait que faire qu'on la voit sans artifice, surtout lorsque le regard posé sur elle était celui de Lucy. Peu lui importait. Mais à présent, c'était différent, peut-être que sa peau nue dérangerait la vue de Lucy. Peut-être préférerait-elle détourner le regard devant elle.

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Mar 25 Nov - 10:37


« La salle de bain des préfets. J'ai toujours rêvé d'y aller. » La salle de bain cela serait alors. Théoxane sourit. Ce fut court mais Lucy put l’apercevoir et mine de rien, ça lui fit chaud au cœur. Elle avait l’impression de faire les choses biens pour une fois. Même si ça ne serait que le temps d’un soir, même si ça allait contre tout ce que Lucy élaborait, ça faisait du bien. De toutes les manières, Théoxane avait besoin d’elle. Lucy ne la laisserait pas dans un tel moment de détresse, jamais. Enfin, les deux jeunes femmes se mirent alors en marche. Il y avait tout de même un peu de trajet jusqu’à la salle de bain des préfets. Surtout que Théoxane ne pouvant pas aller très vite, ça les retardait sérieusement. Et avec les mangemorts en patrouille, le concierge et les fantômes, ça faisait de sérieux obstacles. Mais elles allaient y arriver, Lucy avait la fois. Elle n’avait pas tellement le choix de toute manière maintenant qu’elle s’était engagée. Elle les portait toutes les deux. Elle regardait de partout, tout le temps, vérifiant que personne n’était-là. Le moindre bruit et elle stoppait leur avancée attendant que ça passe. « Le passage secret, ça nous évitera de se faire choper.. » C’était vraiment pas bête cette idée. Bien que Lucy n’ait jamais pensé que la demoiselle Mars était idiote. Oh non, beaucoup de gens se moquaient d’elle à cause de son originalité. Lucy avait toujours trouvé cela fascinant et elle avait toujours adoré Théoxane. Elle se laissait volontiers bercée par ses idées et ses délicieuses remarques qu’elle trouvait toujours pertinente. Certes des fois c’était particulièrement… étrange et à côté de la plaque mais c’était toujours rafraîchissant. « Cela ne m'avait jamais paru aussi long... » Lucy pouvait imaginer. Vu l’état de Théoxane, il n’était pas étonnant que la demoiselle souffre tout particulièrement du voyage. Lucy aussi ne vivait pas cela très bien. Théoxane n’était pas lourde mais à force de la tenir, elle commençait à ressentir une certaine douleur. Oui des crampes mais aussi une certaine fatigue. Il était temps qu’elles arrivent et vite si possible.

Elles arrivèrent à bon terme sans encombre mais Lucy ne se détendait pas pour autant. Il fallait encore qu’elles rentrent. La demoiselle Weasley prononça alors le mot de passe et elles rentrèrent. Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle commença à se détendre et à déstresser. Calme Lucy, tout va bien. Théoxane et Lucy ça restait une équipe qui marchait. Elles n’en n’étaient pas à leur première escapade après tout. La demoiselle Weasley était une habituée des lieux. Etant la capitaine de Quidditch des Poufsouffles, elle pouvait venir quand bon lui semblait et ces derniers temps c’était l’un de ses refuges favoris. Personne pour l’embêter, la regarder ou la juger c’était idéal dans sa situation. Et puis un bain réussissait toujours à vous apaiser l’esprit. Parmi les bulles, Lucy laissait déambuler son esprit loin, très loin de Poudlard et ses péripéties. Elle rêvait ici d’un avenir meilleur où il n’y aurait pas de guerre, où elle ne serait qu’une fille de dix-sept ans parfaitement banale avec une vie simple. Oh oui, qu’elle aimerait vivre une vie simple, sans encombre, sans avoir un patronyme aussi lourd où elle ne connaîtrait jamais la souffrance de perdre les siens. Mais ce n’était pas sa vie, ça ne le serait jamais. « Fiou. C'est.. impressionnant. » Un sourire vint se poser sur le visage de Lucy. Elle était heureuse de voir que Théoxane était contente d’être ici. La soirée n’était pas perdue au moins malgré tout ce qui avait pu se passer. Elles avaient gagné quelque chose. Lucy se tût. Elle ne voulait pas gâcher la découverte des lieux par Théoxane. C’était son moment, elle lui laissait. « Par Merlin.. ils y sont allés fort.. Je suis hideuse. » Lucy ne pouvait pas dire le contraire. Non mais c’est vrai, Théoxane n’était vraiment pas au summum de sa beauté. C’était bien pour cela qu’elles étaient là pour qu’elle prenne un bain. Elle en avait fortement besoin. Elle enleva donc sa robe comme tout le monde s’y attendait.

Lucy restait sur le côté silencieuse. Elle ne savait pas trop où se mettre. Elle attendait que Théoxane fasse ce qu’elle avait à faire. Elle ne voulait pas s’imposer, ça ne serait rendre service à personne et surtout pas à Théoxane. Elle la ramènerait au dortoir, s’endormirait et voilà. « Merci d'être restée quand même Lucy.. » Leurs regards se croisèrent quelques secondes avant que Théoxane ne détourne le regard. Lucy aurait voulu lui dire que c’était tout naturel, que c’était ce que les amies faisaient mais elle resta silencieuse, encore. Elle n’arrivait pas à lui dire tout cela, à elle qui était comme une sœur pour elle. Alors qu’avant elles se disaient tout maintenant Lucy ne pouvait plus. Son cœur saignait dans sa poitrine. Elle se demandait comment les choses avaient-elles pu en arriver là ? Ce n’était pas normal, ça ne pouvait pas être écrit ainsi, et pourtant… Maintenant qu’elles n’étaient plus amies, Lucy sentait tout ce qu’elle avait eu à ses côtés avec Théoxane : une amie si chère. Elle n’en n’avait pas assez profité, voilà ce qu’elle disait. Elle s’en voulait terriblement. Si seulement, elle pouvait revenir en arrière… « Ça te dérange si je.. retire tout ? » Quelle question, évidemment que non ! Combien de fois, s’étaient-elles vues nues ? Trop de fois pour le dire. C’était bien encore la preuve que les choses allaient bien mal entre elles. Ce n’était pas cela qui allait mettre du baume au cœur à Lucy. Alors tandis qu’elle s’asseyait sur le rebord de la baignoire, Lucy lui dit : « Non, mets-toi à l’aise. » Elle lui fit un mini sourire comme une petite marque d’amitié surgissant du passé.

Lucy regarda alors au loin. Pas parce que la nudité de Théoxane la gênait mais parce qu’une question lui brulait la langue et qu’elle n’était pas sûre qu’il fallait la poser. Et pourtant, elle avait trop envie de savoir. Comme un besoin vital, comme si pour alléger son cœur elle avait besoin de se dire qu’il allait bien. La chance qu’elle lui dise cela était faible mais la fille de Percy Weasley ne pouvait s’empêcher de se rattacher à ce faible espoir. Elle espérait que leurs dernières entrevues aient réussi à soigner un peu les maux. Evidemment Lucy parlait d’Hermès, son très cher Hermès qu’elle avait bien trop blessé. Cela elle le savait bien. C’est alors faiblement qu’elle s’exprima : « Je sais que tu m’as dit que vous vous voyez moins mais comment va Hermès ? » Lucy pensait Théoxane trop gentille pour qu’elle ne lui réponde pas où qu’elle lui dise d’aller se faire voir. Elle voulait profiter de ce moment, de cette parenthèse pour avoir des nouvelles. N’était-ce pas légitime ? Elle savait qu’elle s’était promis de les laisser tranquille pour leur rendre moins douloureux sa « trahison » mais elle ne pouvait résister à pareille occasion. Et puis si elle promettait à Théoxane de garder tout cela secret, elle le ferait non ? Lucy se disait que oui parce que c’était la Théoxane qu’elle connaissait. Si gentille et douce, au fond tout ce qu’elle ne réussissait pas à être.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Dim 21 Déc - 12:53

Un brin de joie traversa le corps de la gamine alors que Lucy l'invitait à se mettre à l'aise. Le sourire, même minuscule, de celle qui semblait redevenir son amie le temps d'une nuit, lui réchauffa le cœur une seconde. La vue de son corps nu ne dérangeait pas plus la vue de l'autre Poufsouffle que quelques mois auparavant. Peut-être que tout n'avait pas changé finalement.
Avant que l'eau n'ait engloutie chacune des parcelles de son corps, la blonde ôta le peu de tissus qui la recouvrait encore pour se glisser parfaitement nue dans l'eau presque bouillante de cette baignoire aux allures de piscine privée. La douce chaleur l'enveloppa jusqu'aux épaules et peu à peu la souillure invisible qu'elle sentait peser sur son corps s'évapora, laissant pourtant l'eau tout aussi limpide qu'à sa sortie des robinets. Les parfums de fleur d'oranger et de miel imprégnèrent sa peau, et chatouillèrent ses narines.
Un instant, Théoxane regretta de ne jamais avoir souhaité devenir préfète ou membre de l'équipe de Quidditch. Mais si tel avait été le cas, elle n'en aurait pas été capable. Elle n'était pas faite pour dicter aux autres ce qu'ils devaient faire. Théoxane était de ceux qui écoutaient religieusement ce qu'on leur dictait de faire. Elle réfléchissait, elle se posait des questions, bien sûr, mais rares avaient été les fois où elle s'était opposée à une quelconque autorité. Elle n'était pas de ceux que cela dérangeait, de ceux qui n'avaient de cesse de se dresser contre les règles. Théoxane était docile la plupart du temps. Elle n'était nullement meilleure lorsqu'il s'agissait de veiller sur les autres. Elle savait prendre soin de ses amis. Elle savait aimer avec force. Elle savait s'inquiéter et n'était pas mauvaise pour trouver des remèdes miracles à base de plantes et autres ingrédients magique. Elle savait aussi réconforter bon nombre de personne. Une bêtise, un sourire, peu importe, elle savait parfois réchauffer les cœurs. Elle avait tiré ce don de sa mère. Mais elle était trop dissipée, trop maladroite. Elle avait trop besoin qu'on prenne soin d'elle pour prendre réellement soin des autres. Elle n'était pas comme Lucy non plus. Elle ne tenait pas bien longtemps sur un balais et évitait les pirouettes autant qu'elle le pouvait. Si elle adorait planer dans les airs, elle n'aimait pas être aux commandes, elle n'aimait pas que tout repose sur son équilibre. Parce que Théoxane était totalement déséquilibrée. Sur ses jambes et dans sa tête. La tête sous terre, les pieds en l'air, même si une grande partie de ses idées étaient très haut perchées.

Là, il n'y avait plus que son visage. Il ne demeurait que lui pour témoigner de l'horreur de sa soirée passée. Boursouflé, d'une teinte étrange, orné de deux pupilles d'un vert étincelant pourtant cernées de noir. Impatiente de se débarrasser de ces dernières horreurs, la gamine plongea la tête sous l'eau et s'enferma dans sa bulle. Les yeux clos, elle retint sa respiration et apprécia la douceur du moment. Elle savoura ces sensation qu'elle affectionnait tant : les sons étouffés des eaux se déversant encore dans le bassin, ses mouvements plus lents sous l'eau, comme des caresses. Tout était plus doux dans ce monde sous-marin. Comment Arielle avait-elle pu désirer abandonner sa nageoire pour deux jambes, aussi belles soient-elles ? Comment avait-elle pu souhaiter se joindre aux vacarmes et à la complexité de la nature humaine pour un prince, aussi charmant fut-il ? Théoxane aurait voulu refaire l'histoire, redessiner chacun de ces comtes de fée moldu pour changer le destin de ces princesses sans fond. Sur ces pensées presque révolutionnaires, elle fit irruption à la surface de l'eau, le souffle court après de trop nombreuses secondes passées sous l'eau. A nouveau, elle passa de l'eau sur son visage, comme pour s'assurer que la crasse l'avait bien quitté, que tout ce qui demeurait n'était que superficiel. Même son haleine s'était nettement rafraîchie. Elle refit face à Lucy, qui ne l'avait étonnamment pas encore quittée. Elle avait fait beaucoup plus ce soir pour Théoxane que ce que la blonde n'aurait plus espéré ces temps-ci, et pourtant elle ne la quittait toujours pas.
Elle la trouva pantelante au bord du bassin, le regard perdu. Théoxane l'observa, silencieuse. Ces moments d'égarement étaient trop précieux pour qu'elle ne les brise. Lucy n'avait pas besoin d'être secouée lorsqu'elle divaguait. Personne n'en avait vraiment besoin. Alors la blonde attendit qu'elle ne se décide à revenir à elle et qu'elle lui fasse part, peut-être, de ce qui pouvait bien torturer son esprit.
Lucy n'était pas heureuse, Théoxane en avait conscience. Elle ne rayonnait plus comme avant. Son sourire n'était plus jamais le même, il était devenu trop hésitant, trop superficiel. Tout comme celui de Théoxane, il s'était terni. Tout comme celui d'Hermès aussi.
Hermès.. Elle venait de prononcer son nom. Elle demandait des nouvelles du garçon et Théoxane ne savait que répondre. Sans en avoir conscience, la jolie brune qui trônait devant Théo avait répondu à sa propre question. Théoxane ne le voyait que trop peu. Elle ne connaissait plus vraiment le garçon et son cœur se compressait dans sa poitrine à cette idée. Elle l'avait abandonné. Que pouvait-elle bien dire des agissements de Lucy lorsqu'elle-même n'était pas capable de rester un soutien intraitable pour son ami. Elle resta un instant interdite. « Je crois qu'il va bien.. » Mensonge.. « En fait, je ne sais pas.. » Elle fixa la mousse qui s'était amassée à la surface de l'eau. « Non. C'est pas vrai. Tu connais la réponse Lucy. Aussi bien que moi je crois. » Elle redressa le menton. « Il fait aller, il avance autant qu'il le peut. Il fait comme chacun de nous.. » Théoxane quitta les yeux de Lucy et ses yeux se perdirent dans la contemplation aveugle des vitraux qui trônaient derrière elle. Puis elle chuchota, presque pour elle-même : « Et en ce moment il se noie.. » Comme nous trois.
La gamine ne voulait pas dire à Lucy ce qu'elle désirait entendre autant qu'elle craignait d'apprendre. Elle n'avait pas envie de dévoiler la faiblesse de son meilleur ami plus qu'elle ne l'était déjà. Lucy manquait terriblement à Hermès. C'était un morceau de lui qui s'était envolé, un bout de son cœur plus qu'entiché des beaux yeux de la demoiselle qui avait fuit. Théoxane était distraite et naïve, mais elle n'était pas stupide. Dans tous ses silences, elle savait observer le monde qui l'entourait. Elle avait mis un certain temps à reconnaître le regard d'Hermès lorsqu'il regardait Lucy, puis elle avait trouvé ce à qui il lui faisait penser. Kenneth. Il l'avait regardé de la même façon pendant plusieurs mois. Alors elle avait compris. Pourtant elle s'était tut, elle avait laissé les deux amants faire leur chemin l'un vers l'autre. Elle avait désespéré parfois de constater les difficultés qu'ils avaient à s'avouer, ne serait-ce qu'à eux-même, leurs sentiments. Puis Lucy avait disparu. Et Hermès s'était écroulé. Lucy l'avait brisé et sans doute Théoxane lui en voulait-elle pour cela. Peut-être lui en voulait-elle d'autant plus pour avoir abandonné le Poufsouffle que pour l'avoir laissé elle, sa meilleure amie.
La blonde balaya doucement la mousse de ses mains, jouant avec l'amas de minuscules bulles et lâcha, comme s'il ne s'agissait de rien d'important : « Il m'a demandé de tes nouvelles la dernière fois. Je crois qu'il espérait encore que tu me parles un peu. Pas d'chance j'ai pas pu lui répondre. Il a eu l'air déçu et puis on a parlé d'autre chose. Le cours de potion j'crois, et l'explosion du chaudron de Will, c'était franchement pas joli à voir.. » Parce que le sujet Lucy est épineux et qu'il ne faut pas s'attarder dessus sous peine de gros malaise et d'excuses très mauvaises pour fuir la présence de l'autre, Hermès n'avait pas posé plus de questions, même si des milliers d'entre elles bourdonnaient probablement au sein de son esprit.
Théoxane profita de l'instant. « Mais du coup toi ça va ? » La question semblait anodine et pourtant la gamine y portait le plus grand intérêt. Si elle voyait bien que tout n'allait pas parfaitement pour Lucy, elle aurait aimé l'entendre se confier. Comme avant. Puisque l'espoir fait vivre et que la blonde ne désirait que ça.

Spoiler:
 

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Jeu 19 Fév - 6:07


« Je crois qu'il va bien… En fait, je ne sais pas… » Lucy ne comprend. Comment cela est-il possible ? Franchement, qu’ils ne se parlent plus, c’est… impossible ? Et pourtant Lucy ne parle plus à Hermès non plus, ni à Théoxane. Pourquoi ne pourraient-ils pas l’imiter eux aussi ? Lucy Weasley, jusqu’à preuve du contraire, n’a pas le monopole de la connerie même si on ne doute pas qu’elle aimerait l’avoir. Hélas, la connerie est universelle. C’est elle qui permet, en grande partie, que les gens fassent des erreurs et qu’on suite on les répare créant réconciliations ou au contraire des ruptures définitives. Dans un sens, la connerie fait tourner le monde. « Non. C'est pas vrai. Tu connais la réponse Lucy. Aussi bien que moi je crois. Il fait aller, il avance autant qu'il le peut. Il fait comme chacun de nous… » Elle a dit ça en regardant Lucy droit dans les yeux. Paroles implacables, vérité tranchante qui fait toujours aussi mal à la demoiselle Weasley. Qu’attendait-elle après tout ? Rien. Mais quoi ? Autre chose. Menteuse. Elle essaye de nous faire croire qu’elle avait quelque chose en tête mais quoique Théoxane réponde, elle aurait eu mal, elle aurait pensé ce genre de phrases. On le sait à présent, Lucy Weasley a une faculté exceptionnelle au mensonge, qu’il soit pour les autres ou pour elle-même. Je dirais même qu’elle est surtout douée pour se mentir à elle-même. Quelle ironie pour cette demoiselle qui s’est toujours présentées comme quelqu’un d’honnête et franc. Elle ne faisait que mentir. Franche et honnête c’est ce qu’elle aimerait être mais on a du mal à croire qu’elle le sera un jour. Mais le pire n’était pas arrivé. Lucy a voulu s’arrêter trop tôt mais elle n’échappe pas à la vérité, personne ne le peut. Car la vérité, justement, c’est qu’elle nous rattrape tôt ou tard et pour Lucy c’est tout de suite. « Et en ce moment il se noie.. » Heureusement que Théoxane ne la regarde pas car des larmes silencieuses coulent sur ses joues. Elle le sait bien pourtant qu’elle lui fait du mal, à lui mais à tous aussi. Mais merde, ça lui fait mal aussi. Elle l’a affronté, l’a regardé droit dans les yeux, lui faisant plus de mal encore. Etrangement, devant lui elle arrive à « sauver » à peu près la mise mais quand elle est seule, à l’abri des regards, elle n’y arrive pas. Elle pleure laissant son cœur déchiré s’exprimer un peu.

Elle les laisses couler quelques instants comme si elle s’accordait une pause. Mais rapidement, elle les sèche. Il suffit. Elle ne veut pas que Théoxane la console ou ne voit son état. Non, encore une fois ce n’est pas bien. Si elle n’est pas capable d’aller au bout de la mission qu’elle s’est donnée, autant ne pas l’avoir commencé du tout. Elle veut jouer aux durs, elle doit le devenir. « Il m'a demandé de tes nouvelles la dernière fois. Je crois qu'il espérait encore que tu me parles un peu. Pas d'chance j'ai pas pu lui répondre. Il a eu l'air déçu et puis on a parlé d'autre chose. Le cours de potion j'crois, et l'explosion du chaudron de Will, c'était franchement pas joli à voir... » Etrange (ou non), ils continuent à agir de la même manière alors qu’ils sont séparés. On pourrait arriver très rapidement à des conclusions. Mais attention à ne pas arriver trop vite à des conclusions, non ? De toute façon, toute conclusion n’est pas la bienvenue par les temps qui courent. Le cœur de Lucy n’est pas apte à en accepter. « Mais du coup toi ça va ? » Oui, toi Lucy, ça va ? Avec ses yeux encore bouffis et rouges d’avoir pleuré, dire que « ça va » serait d’une belle hypocrisie et impossible à croire. Mais quel choix a-t-elle ? Elle se refuse à se confier à Théoxane maintenant. Elle ne peut pas tout avoir. Mentir, n’est-ce pas son seul et unique choix ? Mentir envers et contre tous, peu importe le moment, peu importe le temps. Alors qu’elle mente…

Au lieu de la réaction attendue, Lucy éclate en sanglots. Elle est elle-même surprise de sa réaction. Elle veut que son corps cesse mais elle ne contrôle plus. C’est son corps qui craque, qui lui prive de sa mascarade. Elle pleure, encore et encore. Ça dure quelques instants sans que rien d’autres ne se passe. Puis sa langue se délie. « J’y arrive pas Théo. Je pensais, je pensais que j’étais assez forte mais je fais que me planter. Je, je suis nulle. A pas y arriver, je fais encore plus de mal aux gens. Pourquoi je me suis engagée dans un truc si je suis incapable de le faire ? » Qu’est-ce qu’elle veut que Théoxane lui réponde ? Elle peut pas résoudre ses problèmes à sa place. Mais Lucy ne peut pas s’empêcher de pleurer alors foutue pour foutue, autant péter un câble comme il faut et jusqu’au bout. « J’ai tellement mal au cœur. Je suis l’ombre de moi-même, je mange plus, je suis là mais je sais que je suis ailleurs. Je crois que je fais la plus grosse connerie de ma vie. Je pensais que c’était bien pour tout le monde mais… » Elle s’arrête, le temps d’étouffer un sanglot. « Je perds tout, pour gagner quoi à la fin ? Je pensais savoir mais je sais plus. Je devrais même pas te dire tout ça. Encore une fois, je fais n’importe quoi. Comment est-ce que j’ai fait pour en arriver-là ? » Peut-être qu’elle a trop joué avec le feu et que maintenant ça lui revient dessus. Pourquoi ? On a pas toujours la raison à ce qui nous arrive. C’est ainsi et c’est tout. Mais oui, on ne peut pas vraiment nier qu’elle fait n’importe quoi. Qu’elle ne fait qu’osciller entre une position et une autre. Son raisonnement en perd toute logique. Elle avance sans avancer, trop rattachée au passé.  

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/08/2014
► parchemins : 56


MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   Sam 28 Fév - 12:10

Théoxane releva les yeux pour entendre ce que Lucy avait à dire. De grands yeux qu'elle s'efforçait de rendre transparents, totalement indifférents. Lucy savait, après ce qu'il s'était passé plus tôt dans la soirée, que la blonde avait lutté à voir sa meilleure amie lui échapper, elle savait qu'elle luttait encore. Alors, Théo se disait-elle, il n'était pas utile de lui montrer plus encore à quel point elle pouvait encore tenir à elle. Puis elle savait, tout au fond de son cœur, que Lucy se livrerait plus aisément à elle si elle ne semblait pas s'y intéresser. Sans doute était-elle de ses personnes qui se confient au plus grand inconnu, dans l'espoir sans doute, qu'on ne parvienne pas à la sonder trop profondément. Théo connaissait sa Lucy. Pourtant Théo devait apparaître telle une étrangère pour réapprendre à connaître son amie. Alors silencieuse, détachée, elle observa le visage de la Poufsouffle. Ses traits si fins, si doux et pourtant si durs ces derniers temps, et ses grands yeux ronds, ses grands yeux ronds gonflés et rougis. Pourquoi ? Pour qui ? Et l'épine vînt piquer le cœur de Théoxane qui se demanda si Lucy avait pleuré, qui se demanda comment elle aurait pu ne pas s'en rendre compte. Foutue gamine paumée, foutue gamine égoïste. A trop penser à son propre malheur, elle avait peut-être fini par oublier celui de Lucy. Son cœur s'emballa tandis qu'elle lisait dans les traits de Lucy, elle vît ses lèvres se crisper, elle reconnut ce froncement de sourcil, ce flou dans les yeux de sa meilleure amie. « Lucy ? » se risqua-t-elle d'une voix terriblement hésitante.
Et boum.
L'éclat.
Les larmes de celle qui se voulait si forte glissèrent le long de ses joues. Le cœur de Théoxane fit des bonds dans sa poitrine. Lucy, non. Bordel. Lucy, merci. Elle ne savait plus quoi faire, elle resta immobile, les bras ballants, regardant son amie trembler, secouée de sanglots. Elle déglutit et ne parvînt pas plus à la quitter du regard qu'à faire un pas vers elle. Figée. Totalement déboussolée par des larmes qu'elle n'imaginait plus voir couler. Elle aurait voulu la serrer contre elle, peu aurait importé sa nudité, elle aurait voulu la réconforter et supporter le poids de ses problèmes – ne serait-ce qu'un instant – avec elle. Pourtant elle ne savait plus si elle en avait le droit. Alors elle observa la coquille de Lucy se briser tandis qu'une boule se formait dans sa propre gorge. Théoxane n'avait jamais supporté de voir Lucy pleurer, elle l'aimait bien trop pour admettre son malheur. Ça lui faisait un mal de chien et si la situation avait évoluée, son cœur tremblait toujours devant les larmes de la belle. « J’y arrive pas Théo. Je pensais, je pensais que j’étais assez forte mais je fais que me planter. Je, je suis nulle. A pas y arriver, je fais encore plus de mal aux gens. Pourquoi je me suis engagée dans un truc si je suis incapable de le faire ? » Théoxane ne comprenait pas, elle essayait pourtant mais elle n'y parvenait pas, pas plus que d'ordinaire. Elle s'était retourné l'esprit maintes et maintes fois mais aucune explication plausible ne s'était imposée à elle. Lucy avait changé. Lucy n'avait plus été Lucy et c'était là tout ce que Théoxane avait admis. Et les mots de la brune renversaient, aujourd'hui, tout ce que Théoxane avait imaginé de sa meilleure amie, confirmant pourtant ce qu'elle avait toujours pu remarquer envers et contre tout : Lucy n'allait pas bien, Lucy n'était plus que l'ombre d'elle-même, Lucy (aussi forte puisse-t-elle être) avait besoin qu'on l'aide, plus que jamais elle se sentait seule. Son abandon les avait finalement tous brisé. Elle se tut et fit ce qu'elle avait toujours su faire pour sa meilleure amie, elle l'écouta attentivement, elle ne chercha plus à cacher l'intérêt dans l'eau clair de ses yeux. « J’ai tellement mal au cœur. Je suis l’ombre de moi-même, je mange plus, je suis là mais je sais que je suis ailleurs. Je crois que je fais la plus grosse connerie de ma vie. Je pensais que c’était bien pour tout le monde mais… » Théoxane hochait la tête bêtement, les yeux embués. Lucy avouait ce que la blonde avait toujours craint. « Je perds tout, pour gagner quoi à la fin ? Je pensais savoir mais je sais plus. Je devrais même pas te dire tout ça. Encore une fois, je fais n’importe quoi. Comment est-ce que j’ai fait pour en arriver-là ? » Théoxane ne savait pas, elle était même incapable de répondre à la moindre question de Lucy. Impuissante, en retrait. Trop hésitante, trop mal à l'aise. Et puis merde, pensa-t-elle. Elle émergea de l'eau et serra Lucy dans ses bras. Le tic de son tac. Elle n'en avait que faire de son corps nu et de l'eau dont elle baignait les vêtements de la Poufsouffle. L'étreinte libéra une douce chaleur dans son cœur. Elle serra le corps tremblant de son amie aussi fort qu'elle le put ; l'espoir peut-être, de pouvoir faire cesser ses tremblements, l'engouement sans doute, d'une sensation terriblement agréable enfin retrouvée. Elle resta silencieuse un moment, tressautant parfois elle-aussi, laissant glisser quelques fois une larme contre sa peau. « Je serais toujours là Lucy.. » Elle déglutit. « Je t'aime putain. » Un souffle. Parce qu'elle ne le disait pas souvent, parce qu'elle n'était pas sûre de ce qu'elle aurait en retour. Le silence. La douceur d'un instant. Un brin d'un passé délicieux dans ce présent terrible. Une étrangeté. Un petit bonheur.

La jeune fille s'écarta de sa meilleure amie et prit une inspiration. « Moi.. j'crois que tu fais jamais rien sans raison. T'es comme ça, t'es têtue, t'es bornée. J'comprends pas plus ce que tu nous fais, j'comprends pas pourquoi. J'ai toujours tout compris avec toi, avec du temps parfois, alors j'comprendrais un jour, j'en suis sûre. Je sais pas de quoi tu parles mais je sais ce que tu vaux, t'es ma Lucy quoi. » Elle esquissa un sourire timide en prononçant ces derniers mots, avant de reprendre. « Je sais pas non plus contre quoi tu te bats, j'comprends pas pourquoi d'un coup tu disparais alors qu'on a toujours été là, soudés comme les trois doigts de la main. Même s'ils sont cinq. Mais je veux que tu sois heureuse. Je veux pas te voir comme ça. J'aimerais que tu reviennes parmi nous, ce serait comme.. Woah. Un truc de taré. Genre comme voir une licorne avoir des bébés avec un hippogriffe. Mais j'ai bien compris que tu voulais pas pour l'instant, que tu pouvais pas. Et j'espère qu'un jour tu pourras, et puis j'comprendrais tout ça. Hermès aussi. Et on sera à nouveau les Indestructibles. J'crois.. J'crois qu'ils sont juste.. dans une sorte de sommeil, et un jour un prince viendra les réveiller, comme la Belle au Bois dormant. » Elle sourit un peu. « J'dis toujours beaucoup de conneries tu vois, mais bref, tout ça.. je le pense réellement. C'est affreusement flou oui, mais.. je le pense. Et je suis désolée pour tes vêtements. » Elle fit la moue et haussa les épaules. « Les tiens puent pas la mort au moins. » Elle lui fit un clin d’œil, une façon de lui dire que ce n'était pas une attaque de sa part. Si elle lui en voulait un peu pour tout ce qu'elle avait pu faire, Lucy avait su lui montrer ce soir, qu'il y avait autre chose derrière tout ça. Elle avait su lui montrer que la patience serait le meilleur remède, même s'ils devaient encore souffrir tous les trois.
Théoxane ou l'espoir jamais perdu.
Théoxane ou l'art de ne pas se poser de questions après de si gros éclats.

Spoiler:
 

__________
Théoxane A. Mars
The floating boat is carrying me and I can live my story differently. The greedy sirens are chewing all around me while I sing. On the falling shoals, I wonder Why me ?
• feets&foot. sirens call - cats on trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: I thought you didn't care ∞ Luxane.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I thought you didn't care ∞ Luxane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « ETAGES » :: « DEUXIEME ETAGE » :: toilettes de mimi geignarde-