Partagez | 
 

 We are nothing but a shadow [PV Jules]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: We are nothing but a shadow [PV Jules]   Lun 23 Juin - 5:09

Le mois de novembre étendait ses brumes froides sur le parc du château rendant le paysage lugubre. Les arbres nus de la forêt interdite laissaient leurs branches tordues pendre lamentablement. Il ne manquait plus que l’étrange lumière froide de la lune pour parfaire ce digne tableau d’Halloween. Et pourtant, ce jour de « fête » des âmes perdues avait déjà eu lieu depuis une semaine. Mais le temps, comme nostalgique, tardait à s’enfoncer plus en avant dans l’hiver.  Alexander promenait ses pas sur les dalles glaciales du château plutôt silencieux pour un samedi matin. Et pour cause, le temps était aux révisions pour beaucoup d’élèves, aux lamentations pour certains, aux complots pour les autres. Il faut dire, depuis les récentes élections des nouveaux chefs, la suspicion avait repris de plus belle et les machinations diverses et variées commençaient à se remettre en mouvement. Le jeune sorcier lui-même trépignait de reprendre ses inspections. L’idée de nouvelles parties d’échecs psychologiques lui avait redonné une humeur électrique. Ses yeux frétillaient plus que d’habitude, comme souvent lorsqu’il sentait venir les prémices d’une nouvelle chasse à l’homme. La matière grise de son cerveau ne rêvait que de se remettre au travail, et pas plus tard que tout de suite. Pourtant, il se trouvait être à nouveau contraint de suspendre ses activités principales. En effet, un certain trouble agitait les rangs des Obscurs, et certaines rumeurs inquiétantes commençaient déjà à circuler entre eux…Des rumeurs qui ne présageaient malheureusement rien de bon et auguraient de une mauvaise période.

Le jeune aigle marchait de son pas élastique, les mains dans les poches, bien au chaud dans son gros pull de laine aux couleurs de sa maison. Enfermé dans sa bulle il ne prêtait pas la moindre attention aux personnes qui croisaient sa route, sauf quand un maladroit le serrait d’un peu trop près. Ses yeux alors, lançaient des éclairs noirs chargés de menace. Au fur et à mesure qu’il descendait les étages vers l’entrée du château, le nombre de personne augmentait. Sans doute l’heure du petit-déjeuner tirait sur sa fin et les bancs des tables s’était vidées  d’un même mouvement. Alexander se trouva soudain pris dans un tourbillon de robes et de corps. Arrivé en haut des grands escaliers, après une demi-seconde de surprise, il s’engouffra d’un air décidé dans le flot d’élève, descendant les marches à contre-courant.

Comme il le supposait, la salle commune n’était plus que clairsemée de quelques élèves à la tête hirsute et fatiguée. Une fois sortie du tumulte du grand escalier il sentie avec encore plus d’impact l’infini de la grande salle presque vide. Son rythme cardiaque ralentit de lui-même et le calme serin de la pièce apaisa son esprit mis à mal par la multitude du flot humain. D’un pas nonchalant Alexander s’approcha de la longue table de sa maison et entreprit de nourrir son corps avec ce qu’il restait de pain, jus de citrouille et confiture. Allez savoir pourquoi, malgré ses maigres kilos, il avait constamment faim et il lui fallait souvent une bonne quantité de nourriture pour calmer le monstre de son estomac.

Une fois repus et revigoré par toute cette nouvelle énergie, il se leva d’un bond et sans un regard en arrière sorti de la grande salle en direction des cachots. Le petit déjeuner du jeune aiglon avait réveillé chez lui une envie de fraîcheur et d’obscurité. Et surtout, il devait réviser pour un devoir de potion particulièrement pointu. Fervent des essais clandestins de potions, il s’était mis en tête une fois de plus d’aller chaparder deux ou trois ingrédients dans les placards des salles de cours. Le sorcier en connaissait le chemin par cœur si bien qu’il pouvait l’exécuter les yeux fermés, la nuit lorsque le couvre-feu interdisait toute déambulation dans les couloirs du château. Il avait appris à ne plus utiliser la moindre lumière et se repérait alors aux seuls mouvements de l’air selon les couloirs des sous-sols, au toucher des parois humides et rugueuses et possédait dans sa mémoire une carte détaillée de méandres des boyaux souterrains. Cela lui permettrait, hors utilité lors de ses sorties nocturnes, de laisser ses muscles dans une autonomie complète le mener là où son envie le guidait, tandis que ses pensée vagabondaient vers des choses plus intéressantes. C’était présentement le cas, et Alexander rêvait en marchant aux prochains jours et aux inquiétudes qui montaient petit à petit dans le camp des Obscurs. Il en était revenu au même point que précédemment, c’est-à-dire, nul part. Il ne savait que penser de ce silence de leur nouvelle chef, et le pire était, malheureusement à prévoir. Seulement il ne donnait pas cher de la cohésion du groupe s’ils devaient faire face à de nouvelles élections…Il suffisait de voir comment s’était déroulée la précédente…

Oublié dans ses pensées, il ne remarqua pas le fil doré qui entourait le contour de la porte de la salle de cours et, sans même réfléchir et se poser la moindre question, il ouvrit la porte d’un geste de baguette et arqua un sourcil de surprise. Il reconnut immédiatement le dos  de Jules, son professeur de potion. En y réfléchissant il n’était pas étonnant de la trouver un samedi matin dans sa salle de classe, mais tout de même, Alexander en fût (agréablement) surpris.


- Bonjour Jules, comment allez-vous ? Puis-je m’étonner de vous trouver ici un samedi matin ? Car Ce n’est pas un jour pour venir donner un cours ! A moins que certains privilégiés aient droit à quelques heures de cours particulières ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

We are nothing but a shadow [PV Jules]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: DRAGEES SURPRISES DE BERTIE CROCHUE :: RP-