Partagez | 
 

 Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 9:10



byron gia ruby
playstation dans ta gueule, voilà comment je te console.

nom  byron, un nom peu connu, mais très bien connu par certains. C'est un nom qui n'est pas répandu en Angleterre, mais qui se trouve en revanche dans différents lieux du globe. Il s'agit du nom d'une famille de sorciers abondants, mais qui ne se connaissent pas forcément entre eux. prénom  ▽ gia. Ce nom vous étonne, vous le trouvez bizarre ? Elle aussi. D'origine italienne, ce prénom est peu commun, mais rend hommage à une connaissance lointaine de la famille de la jeune fille. âge  ▽ 23 ans nature du sang  ▽ mêlé nationalité  ▽ britannique. Elle est née à Londres et y a toujours vécu. ancienne maison  ▽ Serdaigle. profession  ▽ briseuse de sorts pour Gringotts camp  ▽ Phénix caractère  ▽ protectrice, souriante, courageuse VS impulsive, têtue, méfiante. avatar  ▽ Sophia Bush



le barème

ambitieux : •••••
romantique : ••
sportif : ••••
généreux : ••••
franc : •••
sérieux : ••••

le pourquoi du comment

Voldemort ? Ce nom ne fait pas frémir Gia, il ne la fait pas ciller. En fait, il la fait bouilloner en elle, elle a envie de tout casser. Voldemort à la tête du monde magique ? Il faut tout faire pour y remédier, et la jeune fille met tout en œuvre pour y parvenir. Ayant découvert le clan des résistants à Poudlard, elle s'est immédiatement beaucoup investie, et n'a depuis jamais perdue cette flamme qui l'anime, celle qui la pousse à vouloir se battre et se rebeller. Ses parents ont trouvé la mort, et si elle ne les connaissait pas beaucoup à cause de son jeune âge, elle ne peut que déplorer un monde empli de meurtres. C'est pourquoi l'Ordre du Phénix s'est imposé à elle naturellement, et elle a tout fait pour y entrer. D'une discrétion sans nul pareil, Gia fait et fera tout pour que le Bien triomphe sur le mage noir, le fantôme à cape, comme elle l'appelle.



et toi dans tout ça?Moi je m'appelle Lisa, mais on m'appelle plus Lily. J'ai bientôt 20 ans et je connais le forum depuis plus de 2ans puisqu'il s'agit de mon QC allez je me dévoile je suis Emily (la magnifique), Kenneth (le plus beau), Aleksander (le meilleur) et Heaven (la plus débile ) et je vous aime le petit mot magique est rouge. Mon vis ma vie fait 3307 mots.
Code:
sophia bush - gia r. byron




Dernière édition par Gia R. Byron le Lun 23 Juin - 9:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 9:11



vis ma vie





souviens toi de cette nuit, c'est la promesse de l'infini.

Le vent se lève sur la campagne. Les herbes fraîchement humides remuent lentement sur elles-mêmes. Elles se tendent et se mouvent dans une coordination évidente. La jeune fille est assise sur des broutilles, dans un champ de rien, au milieu du nulle part. Ses yeux sont grands ouverts mais ses lèvres closes. Sa tête ne bouge pas, elle a déjà tout vu. Il n'y a qu'horreur et ombre. Le mal semble avoir envie sa terre natale, il s'est installé partout. La brunette croise les mains, elle n'attend rien, cela fait quelques temps qu'elle a perdu espoir. Doucement, elle lève les yeux vers les cieux, la marque des ténèbres y est présente. Ce soir, du sang encore a du couler. Cette nuit, la douleur à nouveau s'est fait ressentir au sein d'une famille. Gia reste immobile. L'air qu'elle respire est impure et mauvais. Elle est honteuse du monde dans lequel elle vit. Une enfant de cinq ans devrait-elle avoir la connaissance de toutes les horreurs du monde ? Non. Mais ses parents ont été assassinés il y a deux années de cela. Les images sont fraîches dans sa mémoire, mais en grandissant, le flou agira probablement. Elle ne veut pas oublier. Elle ne le doit pas. Cela serait faire injure à la mémoire de ses parents, et elle veut les honorer. De tout son cœur, elle le désire. Doucement, l'enfant se lève. Ses bras restent pendants le long de son corps, sa jupe mauve se soulève d'un demi-millimètre sous le coup de la braise pure. Elle se sent comme enfermée dans un halo de terreur, mais elle ne veut pas crier. Elle n'a pas peur, elle appréhende. Elle se demande ce que sera le monde, en grandissant. A-t-elle envie de le découvrir ? Non. Le faut-il ? C'est certain.

Le marais de ses grands-parents entourait une petite maison, son habitation pour les années à venir. Les paroles n'avaient pas pour habitude de sortir aisément des lèvres de l'enfant. Elle ne parlait que très peu, quasiment pas, en réalité. Elle était une observatrice, tout dans la tête, le cœur en périphérie et les mots inédits. Elle avait établi qu'un hochement de tête la conduirait moins douteusement vers la vie qu'elle devait mener. Le langage n'entraînait pas une action. Mieux que de parler, elle avait développé la capacité à ce qu'on ne cherche pas à la comprendre. Elle était une enfant résolue avant même d'avoir appris à vivre. Une personne conditionnée, comme ils l'étaient tous, dorénavant, n'était-il pas ? Lord Voldemort. Gia aurait rit sur ce nom si son teint ne s'était pas transformé sous cet appellation. L'enfant passait son temps enfermée dans sa chambre. Elle lisait, elle lisait énormément, elle lisait beaucoup. Ses grands-parents étaient deux moldus, ils n'avaient pas de pouvoir magique, pourtant ils en savaient tout. Ils avaient élevé leur fils, le père de Gia, dans un climat déplacé, entre la normalité et les expériences douteuses de magie que faisait tout enfant en découverte de ses capacités. Gia, elle, s'exerçait seule dans sa chambre. Elle n'aimait guère montrer les sortilèges qu'elle apprenait, elle n'aimait guère être au centre de l'attention. Être en arrière-plan, voilà qui lui convenait fort bien.



listen to your heart.

« Gia Ruby Byron, racontez-moi. » L'enfant doucement levait son visage vers son interlocuteur. Un psychiatre. Lui raconter ? Lui raconter quoi ? Ses grands-parents l'avaient conduit à Sainte-Mangouste sans réelle grande conviction. Gia n'alignait pas un mot, y avait-il un problème ? Absolument aucun. L'enfant en avait juste décidé ainsi. Elle avait dix ans et rentrerait bientôt à Poudlard et, à sa connaissance, on ne blâmerait pas à une jeune personne qui avait le goût des études plutôt que des papotages. Cependant, cela n'était pas de l'avis de tout le monde, et pour cause, malgré son manque certain de parole à l'égard du psychiatre qui se trouvait face à elle, celui-ci ne lâchait pas l'affaire. Chaque fois, il prononçait les mêmes paroles, et les deux personnes passaient alors leur heure de consultation à se regarder dans le blanc des yeux. « Gia Ruby Byron, racontez-moi. » La scène se perpétuait en permanence, comme des effets créent par des néo-romanciers dans le but de perdre leur lecteur. Là, ce n'était pas pour perdre Gia, pour l'agacer pensait l'enfant, mais la réalité était tout en autre : provoquer en elle ce déclic affectif qui la ferait retrouver la parole de nouveau. « Gia Ruby Byron, racontez-moi. » Cela aurait pu durer des heures et des heures, des siècles même, enfin, façon de parler. Cependant, Gia se trouvait à dix mois de son entrée à l'école de sorcellerie et elle estimait qu'elle avait mieux à faire que de se rendre à ces séances, qu'elle pourrait utiliser son temps pour autre chose, comme travailler, par exemple. Elle voulait être au top pour sa rentrée, elle avait cette rage de vaincre, d'être meilleure que tous ces enfants de mangemorts qui ne valaient rien à ses yeux, même si, intérieurement, elle savait bien qu'elle ne pouvait pas juger ceux-ci sur le comportement de leurs parent. C'est ainsi qu'un beau jour, la brune, assise comme d'habitude sur le siège devant le bureau de son voleur de temps, se décida à briser la glace, soudainement, mais de manière décisive. « STOP » cria la jeune fille, s'avouant visiblement vaincue et prête à se mettre à la merci de son interlocuteur. « Vous avez gagné. Par pitié, arrêtez, et laissez-moi aller travailler. » Le visage du psychiatre, d'abord fermé, s'ouvrit peu à peu afin de laisser un sourire étirer ses lèvres. Cela ne plaisait pas à Gia, pas du tout. « A votre place, je ne sourirais pas de la sorte, ça vous donne un petit air débile. » Elle s'était tu si longtemps que les paroles qui découlaient de ses lèvres semblaient être un flot de paroles piquantes ininterrompu. Elle avait été silencieuse, pas faible ni timide. Des choses à dire, elle en avait des tas. « Bon, vous voulez que je vous raconte quoi pour que vous me fichiez la paix ? » Le psychiatre sourit. Il avait eu ce qu'il voulait, et si elle se découvrirait par la suite un caractère impulsif et colérique en grandissant, à cet âge-ci, elle ne le prit pas mal. Étrangement, elle sentait une sensation de bien-être l'envahir. Et au fur et à mesure qu'elle parlait avec lui, elle se rendit compte de toute la douleur qu'elle avait enfermé aux fins fonds de son être, se faisant souffrir elle-même, jusqu'à découvrir la parole comme une libération, ton second souffle.



goodbye my lover.

Gia avait reçu sa lettre, elle avait fait ses valises, elle avait couru partout dans la maison un mois à l'avance afin de tout préparer, et ce fut ainsi que le jour arriva sans grande appréhension. Ou du moins, pas celle de ses affaires. En revanche, d'autres appréhensions fusaient de toutes parts dans son esprit : quelle tête allait-elle faire lorsque les mangemorts viendraient la chercher, et arriverait-elle à contenir sa rancœur à leur égard ? Les élèves, au château, seraient-ils des petits mangemorts à devenir en puissance ou trouverait-elle des personnes comme elle ? Des tas d'interrogations quant aux personnes qui allaient l'entourer durant l'année à venir s'imposées à elle, mais elle ne pouvait pas y répondre, pas avant de vivre tout cela, de juger par elle-même, de découvrir le monde qui serait le sien à présent. « C'est parti, fillette. » Gia s'avança doucement vers les deux mangemorts qui étaient venu la chercher. Se découvrant une nature de comédienne, elle tordit ses lèvres en un sourire qui aurait pu paraître naturel pour quiconque ne l'aurait jamais vu être sarcastique, puis elle se retourna vers ses grands-parents. Elle n'avait guère été proche d'eux durant son enfance, ressentant ce besoin en elle d'évoluer par ses propres moyens, Gia ne s'était attelée à les connaître et à leur prêter attention réellement que lors de ses dix derniers mois, lorsque ses séances de psychiatrie avaient pris un tout nouveau tournant, et qu'elle avait changé. Ainsi, ce n'était pas comme si l'enfant avait réellement l'impression de quitter sa famille, mais plutôt des proches, avec qui elle ne s'était pas réellement liée intensément, mais qui pourtant avaient une place dans son esprit et à juste titre, dans sa famille. Elle les serra fort dans ses bras, les embrassant à tour de rôle, gênée par les regards attendris et larmoyants qu'ils lui jetaient, puis, souriant finalement, elle murmura ses au revoir avant de rejoindre les mangemorts qui attendaient peu patiemment. Néanmoins, lorsqu'elle quitta la pièce en les regardant se soutenir mutuellement face à son départ, Gia ne put s'empêcher de ressentir une pointe de culpabilité et, encore plus que cela, de la tristesse.

Gia se tenait debout dans la Grande Salle. Elle était située au milieu d'une foule bruyante d'élèves à qui les préfets ordonnaient le silence, mais qui n'avait guère d'effet. Tous étaient si émerveillés par les lieux, qu'ils ne pouvaient contenir leur excitation. Gia n'était pas excitée, elle l'était seulement par l'après cérémonie, lorsqu'elle pourrait apprendre à connaître ceux qui occuperaient la même maison qu'elle pour les années à venir. Le choixpeau attribuerait à chacun sa maison en fonction de sa nature, sa façon d'être, son caractère, et les gens qui se trouveraient dans la même maison que Gia auraient forcément des points communs avec elle. Elle était hâtive de cela. Le choixpeau prononça peu à peu différents noms que Gia n'écoutait que d'une oreille, elle les retenait pourtant tous. Ce n'était pas une mémoire qu'elle avait, c'était un éléphant de cerveau qui retenait tout. « Gia Byron. » L'enseignant avait parlé, c'était à son tour de monter sur l'estrade. La gamine n'hésita ni une, ni deux, elle avait la force de la bête qui vivait en elle, et la détermination de sa maison ne lui faisait pas peur. Elle connaissait tout de chacune d'elle, et elle était presque certaine de celle dans laquelle elle allait finir. Le choixpeau se posa doucement sur sa tête, et sans attendre une seconde, ne laissant aucun doute planer, il annonça son choix, loin d'être une surprise « Serdaigle. » La brunette se releva du siège sur lequel elle venait de s'installer, et rejoignit la table de sa maison sous un tonnerre d'applaudissements. « Salut, je m'appelle Gia. Enchantée, Gia. » Serrant quelques mains, souriant à tout va, la première année semblait bien loin de l'image qu'elle donnait d'elle il y a un an de cela. Désormais, elle parlait, et pas qu'un peu. Elle alignait des mots, et ces mots même étaient devenus sa couverture, grâce à eux, comme ils avaient été dans son enfance son moyen de s'évader en ne les employant pas, ils étaient désormais ceux qui la protégeaient, de ce monde dans lequel elle vivait.



try, try, try.

« Psst, Gia Byron ? » La brunette se retourna, cherchant du regard la personne qui l'avait interpellé : elle ne vit rien. Continuant de marcher dans les couloirs, la jeune fille entendit à nouveau un persifflement semblant lui être désigné, et en tournant la tête, elle vit finalement le jeune homme qui l'avait interpellé. Il était plus âgé de toute évidence, mais pas de beaucoup, il devait être en troisième année. D'un coup de tête, le garçon lui intima de la suivre, ce qu'elle refusa. Elle ne suivait pas n'importe qui, par la barbe de merlin. Le jeune homme sembla embêté, comme s'il ne pouvait pas parler à Gia en plein milieu d'un couloir. Lui faisant un regard suppliant, il murmura  « Je ne peux pas te parler ici, s'il te plaît. » Face à son regard suppliant, la demoiselle ne put s'empêcher de répondre à la demande de son interlocuteur, elle le suivit jusque dans des petits couloirs qu'elle ne connaissait pas, et apprendrait plus tard qu'il s'agissait d'un passage secret du cinquième étage. Quoi qu'il en soit, Ruby fit bien de le suivre, car ce fût ce jour-ci que la belle entra dans la résistance. C'était incroyable, jamais elle n'aurait imaginé que de nombreux autres élèves voulaient se révolter contre la force obscure de leur temps, et plus que cela même, ils étaient très nombreux.

Depuis ce jour, la brune s'investit entièrement dans le clan des résistants, tout en tâchant de ne pas le dévoiler aux jeunes gens du château en dehors des résistants. Les associations d'élèves étaient interdites à Poudlard, et pour rien au monde Gia n'aurait risqué de faire découvrir aux yeux de tous les résistants. En dehors des réunions, la demoiselle Byron passait le reste de son temps à travailler pour les cours. Elle était très studieuse et l'échec n'était pas une option pour elle. Elle s'était désignée comme tutrice afin d'aider les élèves en difficulté, mais aider ne signifiait pas tout faire, c'est ainsi qu'un beau jour, en salle de travail, la belle s'énerva « Tu te fous de moi, tu ne réfléchis même pas, puisque c'est comme ça tu te débrouilleras tout seul. » Non, il ne fallait pas la prendre pour une cruche, si elle voyait que la personne face à elle ne fournissait pas le moindre effort pour s'investir dans son travail, ce ne serait pas elle qui ferait tout le devoir. Puis en troisième année, Gia rencontra Alexis, une de ses nouvelles élèves. Alexis était vraiment mauvaise, pour rester correct, mais elle avait bon fond, et surtout l'intention de s'améliorer. Les deux jeunes filles travaillèrent ensemble durant une longue période de la scolarité d'Alexis, jusqu'au départ de Gia, âgée de trois ans de plus que sa cadette. Elles avaient une relation de professeur à élève et rien de plus, et jamais Gia n'aurait pu imaginer leur rapprochement par la suite.




you are the dancing queen.

Aujourd'hui, c'était le jour du bal. Enfin, d'un "semblant" de bal. En effet, les bals n'étaient pas encore autorisés à l'époque où Gia se trouvait à Poudlard. D'ailleurs, la jeune brune n'y serait probablement pas allé si cela avait été le cas. Quoi qu'il en soit, il s'agissait d'un bal instituait par les élèves - des serpentards, évidement, qui d'autre pour organiser quelque chose de si illégal - et se déroulait ainsi dans les cachots du château. Il ne fallait pas se le cacher, l'idée était plutôt glauque et amusante à la fois, mais si Gia s'y rendait c'était uniquement car elle était une fêtarde en herbe. A son entrée dans la pièce, la demoiselle fit une entrée fort remarquée. Elle était, soit, divinement belle comme un cœur. Malheureusement pour les garçons, Gia ne voulait pas venir accompagnée, elle voulait pouvoir profiter de la fête comme elle l'entendait, et sans avoir un poids lourd accroché à son bras toute la soirée. Ainsi, elle était sur la "piste de danse" lorsque le premier garçon l'aborda. Gia le renvoya d'où il venait, elle était bien trop consciente de la réalité. Mais, au bout de quelques verres, la réalité devint moins réelle, et le garçon qui l'aborda au bon moment put s'amuser avec elle. Pour la première fois de sa vie, Gia perdit et son honneur, et sa virginité.

Dès le lendemain, des rumeurs coururent sur la jeune fille, mais celle-ci n'y prêta pas attention. Pouvait-elle dire que cela ne la touchait pas ? Bien évidemment que non. Mais elle était une Serdaigle, et une résistante, et elle valait mieux que de s'attarder à des bavardages pareils. Qui plus est, Gia se rendit rapidement compte de l'importance que lui donnait ses rumeurs aux yeux des autres. Tout le monde la connaissait, et si les jugements du regard allaient souvent à bon va, les personnes du château avait l'étrange envie de se rapprocher d'elle, de lui parler, de la connaître. Comme si elle était, non, elle était devenue populaire. Pourtant, Gia n'avait fait l'amour qu'une fois, et qu'avec un unique garçon, qui d'ailleurs était sorti de sa mémoire aussi rapidement qu'il en était - ah ben non, il n'en était jamais rentré en fait. Soudainement, la Serdaigle intello intéressait, et il fallait bien avouer que cette sociabilité l'aidait fort dans ses missions de résistante. Ainsi, elle avait compris comment le monde marchait, et ce à quoi les gens s'intéressaient. Elle n'avait dès lors plus aucun tabou à en parler, ni même à flirter pour faire entendre ce qu'elle avait à dire. Mais attention, il n'était jamais question d'aller plus loin. Gia ne trouvait pas chaussure à son pied et, en réalité, elle ne cherchait pas. Elle avait eu quelques copains insignifiants, mais aucun qui la passionne assez pour qu'elle ne prolonge leur "relation".



moi, j’ai envie de croire aux contes de fées. au moins, tout finit bien dans ces histoires là.

En sortant de Poudlard, Gia n'aurait eu aucun mal à trouver un poste tant elle était studieuse. Mais le problème résidait autre part : elle ne savait pas quoi faire. Elle aimait tant de choses, et en détestait tant d'autres, elle ne voyait pas bien quel métier lui correspondrait réellement. Elle n'avait pas autant travaillé pour finir serveuse, et elle ne voulait pas travailler au ministère de la magie, par pitié, pas avec tous ces mangemorts. Gia passa des mois à chercher à sa sortie de Poudlard, une année, en réalité, durant laquelle elle enchaîna des petits boulots. Finalement, elle trouva un poste de libraire qui lui plaisait, bien qu'il ne l'emballe pas absolument. Cependant, elle n'avait pas arrêté de chercher, non. Et ainsi, un beau jour, elle tomba sur une annonce, un métier qui était fait pour elle, car ils demandaient une excellente maîtrise de la magie, un sang froid implacable et une personnalité qui ne soit pas tout feu tout flamme. Gia ne comprit d'abord pas cette dernière caractéristique, mais lorsqu'elle commença à travailler dans ce lieu, elle comprit : les gobelins. Il ne fallait pas se vexer ou s'énerver pour un tout ou un rien. Il fallait simplement faire son travail en toute impunité et avec aucun autre désir que cette reconnaissance-ci. De la sorte, Gia devint briseuse de sorts à Gringotts. Un métier fascinant et sortant de l'ordinaire : quelque chose qui convenait à merveilles à la jeune fille. Mais désormais, il lui fallait un appartement qui se trouve proche de son lieu de travail. Elle n'avait pas de cheminée dans sa petite librairie, et seuls ses pieds pouvaient la mener où elle le souhaitait. Finalement, la jeune fille trouva un appartement convenable dans le quartier, jusqu'à ce qu'elle tombe sur une personne qu'elle n'attendait pas sur le pallier en face de chez elle : Alexis Islington. Oui, la petite à qui Gia donnait des cours durant sa scolarité à Poudlard. Or il s'avérait que celle-ci occupait le pallier d'en face. Les jeunes filles s'amusèrent de cette coïncidence et discutèrent pendant un long moment. Finalement, elles décidèrent de se revoir, encore et encore, jusqu'à devenir d'excellentes amies et décider d'emménager ensemble, pour payer moins de frais d'appartements. Les deux belles devinrent donc inséparables et colocataires d'un coup d'un seul.



je suis superman. et un jour,
je sauverai le monde. vous verrez.

Le travail de Gia la passionnait, elle aimait rentrer chez elle le soir et retrouver Alexis, même si celle-ci se trouvait souvent allongée comme une grande flemmarde sur leur canapé, attendant que la brunette daigne cuisiner quelque chose. Cette situation, et sa colocataire, amusaient Gia, elle était d'une nature serviable. Et puis elles s'amusaient tellement toutes les deux, qu'elles étaient capables de se partager les tâches ménagères sans se prendre la tête. « Allez le tas, bouge tes fesses de se canapé, on va boire un verre. » Gia venait de réveiller une Lexi somnolant à demi, et ce n'était pas la première fois. Gia était sociable, et elle aimait ne pas perdre de vue ses objectifs : agir avec les Phénix. Elle ne loupait jamais une réunion, et cela lui permettait en plus de cela de voir Méryt, sa grande amie. Gia avait tout ce qui lui fallait dans sa vie : un métier génial, et des amies géniales. Mais pas de petit-ami. Elle se fichait de cela, et ne croyait pas en l'amour. Alors, qui aurait bien souhaité tenter sa chance avec cette rose piquante ?




CRÉDITS GIF ; TUMBLR. ICONS ; MORIARTY ET EYLIKA.
CODE APPARTENANT AU FORUM DISSENDIUM


Dernière édition par Gia R. Byron le Lun 23 Juin - 9:01, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 9:31

Merci ouiii obligé mon chat

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hit me hard and tell me you don't wanna fight
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/06/2014
► parchemins : 162


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 9:33

Re bienvenue
Et puis con, Sophia c'est une déesse    

Bonne chance pour ta fiche   

__________
Ravenclaw bitch. Between love and hate there is one step. Aidan and Rhys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 9:58

JE SUIS PAS SOUS LE BON COMPTE MAIS ON FERA COMME SI.
MON BEBE MON AMOUR MON TOUT ENFIN TU ES LA

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Dim 22 Juin - 10:33

Han je savais même pas

Merci merci les bébés oui Sophia Bush est une déesse
OUUUUUI JE SUIS ENFIN LAAAA hihi

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 6:11

Rebienvenue

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 8:05

Merci luluuuu

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/04/2014
► parchemins : 392


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 8:23

oh ma lily bienvenue (pour la énième fois)

__________
ET C'EST COMME CA QU'ON S'AIME
Mais j'en connais déjà les dangers moi. J'ai gardé mon ticket et s'il le faut j'vais l'échanger moi. Prends garde à toi! Et s'il le faut j'irai me venger moi. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 8:42

merci mon bébé d'amour   j'ai fini ma fiche.

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Moi Je, capricieuse et médisante MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/09/2013
► parchemins : 1562


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 9:27

Re-bienvenue par ici

__________


Nothing in here but dust.

I'll give you black rumours. The broken sound of love and lies. Still fill your room. Faded memories of shame. Will find you soon. I'll give you corrosion. Miracles are never what they seem. Welcome to the nightmare, not the dream.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 9:41

Merci ma joliee   

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I'd watch you bleeding if I wanted to laugh
avatar


personal informations

► date d'inscription : 12/09/2013
► parchemins : 875


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Lun 23 Juin - 14:30

Re-bienvenue Heaven
Il nous faudra un lien avec Jeff c'est obligé

__________
Let me tell you a secret

I know you want me, I know you desire me, but that's never going to happen, because I am wonderful, and well...
you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    reine des neiges
    glace, mon cœur glace
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2014
► parchemins : 112


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Mar 24 Juin - 10:58

Mercii! oui carrément

__________
girl on ice.
Le froid a gelé mon cœur tu sais. Non pas le froid extérieur, celui qui nous fait frissonner lorsque l’on est pas assez habillé, celui de l’hiver. Alors maintenant, j’espère juste qu’un jour le soleil brillera assez fort pour me libérer. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


what's meant to be will always find a way
avatar


personal informations

► date d'inscription : 21/12/2009
► parchemins : 2294


MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   Mer 25 Juin - 0:28

Bon ça va, elle est pas trop longue finalement. (mais garde cette longueur, ça suffit pour des fiches ) et sinon à part quelques petites erreurs d'inattention () c'est super et puis des phénix http://img1.xooimage




order of phoenix

Bienvenue officiellement sur le forum ! Nous t'invitons à aller créer ta fiche de liens et de rps ainsi que ton journal intime ici. N'oublie pas de faire recenser ton métier et aussi de faire une demande d'habitation ici. Et s'il s'agit d'un double-compte, n'oublie pas d'aller te faire recenser par ici. Bon jeu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dissendium.org

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gia Byron ▽ tout ce qui ne nous tue pas, nous rend simplement plus... bizarre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: VADROUILLES AVEC LES GOULES :: « BUREAU DE REGULARISATION DES CREATURES » :: fiches validées-