Partagez | 
 

 Les baiseurs baisés ◓ Ft. Werglarrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



I'd watch you bleeding if I wanted to laugh
avatar


personal informations

► date d'inscription : 12/09/2013
► parchemins : 875


MessageSujet: Les baiseurs baisés ◓ Ft. Werglarrow   Mar 10 Juin - 17:23

Les baiseurs baisés
Israël, AJ & Odette
Onze heures cinquante-cinq. Aujourd’hui était exceptionnel, elle avait décidé de prendre sa pause un peu plus en avance que d’habitude. Elle connaissait la ponctualité de son premier invité et se doutait que d’ici quatre minutes, elle l’entendrait frapper sur sa porte entrouverte. D’un coup de baguette, elle nettoya son bureau, le laissant dépouillé de tout objet. Satisfaite, elle rangea son ustensile dans son tiroir et tira son miroir afin de se faire une dernière retouche de maquillage. En temps normal, elle n’aurait pas songé à autant de détails en recevant Israël dans son bureau, mais elle avait décidé de se montrer avenante et plus désirable que jamais. Elle ôta sa veste et déboutonna légèrement son chemisier,  laissa volontairement la pique dans ses cheveux, ayant déjà planifié le moment où elle l’ôterait. Elle posa le bout du doigt sur son échantillon de parfum et l’appliqua légèrement derrière chaque oreille. Se préparer, lui avait en fin de compte pris moins de temps qu’elle ne pensait. Il lui restait deux minutes à patienter. Tout au plus. Elle décida donc de pousser le tableau un peu plus et de se lever d’avance dans l’optique de montrer une sorte d’impatience. Elle grimaça en poussant sur ses coudes. Depuis qu’elle était passée à Sainte-Mangouste, changer de position était devenu un véritable calvaire. Elle évitait de quitter sa chaise durant la journée et ne s’asseyait chez elle qu’à partir du moment où elle était certaine de ne plus avoir à se relever. Le côté positif, de la douleur constante qui la tenaillait était que cela lui évitait de penser aux minutes qui allaient suivre. Non pas qu’elle serait soudainement prise de remords et changerait ses plans. Odette était quelqu’un de fortement buté et contrairement à l’adage populaire, elle était certaine que seuls les imbéciles changeaient d’avis. Elle, par exemple n’avait jamais dévié de sa route et avait banni tous ceux qui ne la suivaient pas. Israël, Kriss… Elle ne les avait ré-intégrés dans son existence qu’une fois qu’ils étaient de retour sur le bon chemin. Donc non, elle n’allait pas annuler le double rendez-vous de son déjeuner. La douleur qu’elle ressentait l’empêchait au contraire de pousser le jeu un peu plus loin et de se montrer d’avantage sadique avec ceux qui étaient le plus proche de ce qu’elle pouvait appeler amis. Est-ce qu’elle était réellement en colère contre eux ? Pas vraiment, mais elle avait des principes et comptait bien leur montrer qu’il ne valait mieux pas lui cacher quoi que ce soit. Elle n’avait aucunement l’intention de les blesser physiquement. Elle souhaitait simplement les voir dans l’embarras, se mettre à bafouiller et lui implorer pardon. Rien de plus, ni de moins. Onze heures cinquante-neuf, les légers coups retentissent, exactement comme elle l’avait prévu. « Entre, c’est ouvert. »

Elle afficha un sourire qu’elle voulait sincère. A un point tel qu’elle se demanda s’il ne reflétait pas réellement la petite joie qu’elle se faisait d’être à nouveau face à Israël. Depuis leur soirée en Irlande, il s’agissait de la première fois où ils se retrouvaient seuls. Cela était peut-être la raison pour laquelle il avait répondu positivement à son invitation de dernière minute. Comme lorsqu’ils étaient tous deux étudiants à Poudlard, elle ne lui avait fait parvenir que trois mots : Midi. Mon bureau. Le code avait été établi des années auparavant. Plus courts étaient leurs messages, plus brèves seraient leurs conversations. C’est pourquoi elle n’hésita pas. S’il était là c’est que ses intentions étaient les mêmes que les siennes. Elle s’avança vers lui et claqua la porte de sa main vérifiant bien qu’il ne la verrouillait pas. Cela était essentiel quand on savait le contenu de la seconde missive qu’elle avait envoyé à son amie d’enfance lui intimant de venir aux alentours de midi-cinq et de faire fi des politesses. Elle releva la tête et planta son regard dans celui de son premier amant. «Je suis ravie de voir que nous sommes toujours sur la même page. » Elle enroula ses doigts autour de la cravate d’Israël et l’attira vers son bureau alors qu’elle retenait une grimace de douleur en s’installant dessus. Elle ne lâcha pas prise et d’un geste ferme entraîna le visage de l’inspecteur vers le sien, posa brièvement ses lèvres sur les siennes sans pouvoir s’empêcher d’esquisser un sourire. Elle dénoua le nœud qui enserrait la gorge de son partenaire et l’incita à ôter sa veste. « Nous n’avons pas énormément de temps, j’ai un rendez-vous dans trente-cinq minutes. » Elle continua de déboutonner sa propre chemise afin de lui montrer l’exemple jetant un coup d’œil à la porte qui d’ici peu s’ouvrirait. Elle avait hâte de voir le regard d’AJ face à ce spectacle. Elle se savait mesquine mais elle avait d’une part le désir de les confronter et d’autre part comme un besoin de marquer son territoire. Certes Israël était libre de fréquenter qui il voulait, ils n’étaient pas dans une relation exclusive, mais que l’une de ses rares proches le touche également, ça lui restait en travers de la gorge. Les sorciers étaient suffisamment nombreux pour qu’elle ait autre chose à se mettre sous la dent que ses amants à elle. L’assistante passa ses mains dans le dos de l’inspecteur, presque déçue que leur entrevue allait s’arrêter si brusquement sous peu. Elle laissa ses doigts glisser et se crocheter à sa ceinture. Autant profiter des dernières minutes.



Spoiler:
 

__________
Let me tell you a secret

I know you want me, I know you desire me, but that's never going to happen, because I am wonderful, and well...
you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 12/09/2013
► parchemins : 89


MessageSujet: Re: Les baiseurs baisés ◓ Ft. Werglarrow   Mar 10 Juin - 20:23

Les baiseurs baisés -Israël / AJ / Odette

Dodelinant de la tête, l’inspecteur écoutait d’un air passif les toutes dernières informations que sa collègue Tess lui exposait. La période était assez complexe, avec des Résistants de jours en jours plus actifs et entreprenants face à un Ministère gangréné, miné même, par les caprices et les ambitions démesurées de certains de ses collègues. Bref une période instable où le repas n’était pas de prime. « Merci Tess, tu peux y aller », finit-il par dire en la congédiant d’un signe de tête emprunt d’une complicité sincère. La jeune Mangemort acquiesça tout en se relevant. « J’ai un rendez-vous, je serais absent un moment. On se retrouve plus tard. Ta collègue confirma et s’éloigna. Ce qu’il aimait avec Tess et dans leur relation c’était qu’elle savait ne pas se montrer trop curieuse à son égard. Lorsqu’il lui demandait de faire une chose, elle obtempérait. Dans la majorité des cas du moins. Israël s’accouda à son bureau pour déplier le message qu’il avait reçut quelques minutes plus tôt. Des mots simples, courts, et sans aucuns équivoques pour toi et l’expéditrice. Un sourire amusé se posa sur tes lèvres, les souvenirs ranimés par cette manière de faire. L’inspecteur regarda sa montre. Il était l’heure, du moins dans une poignée de minutes ; Juste le temps de rejoindre le bon niveau et de se retrouver devant la porte du bureau où on l’attendait. Israël n’aimait pas être en retard. Toujours ponctuel ; Ni en avance d’ailleurs, sauf quand il s’agissait de rencontrer un quelconque indic où alors il prenait grand soin de reconnaître les lieux. Prudence est mère de sûreté. Vigilance Constante. La jeune homme se leva en tirant sa chaise derrière lui et attrapa sa veste d’un geste élégant en passant entre les plus petits bureaux disséminés sur la salle que desservait ton espace de travail privatif : les avantages d’un inspecteur. Une stagiaire t’offrit le plus charmant des sourires en passant, auquel tu répondis tout naturellement. Peut-être allait-il lui offrir un café un de ces jours ; Peut-être pas car ses pensées se calquèrent immédiatement sur la femme qui hante tes nuits : Méryt. Toujours elle. Depuis votre altercation sur le toit de votre immeuble, vous ne vous étiez toujours pas revus. L’idée de fait un saut à sa boutique lui trottait dans la tête depuis un petit moment déjà. Sans doute sauterait-il le pas prochainement. Prenant de grande enjambée, le policier emprunta l’ascenceur et se retrouva en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire au bon endroit. La porte était entre-ouverte. D’un air nonchalant, tu toquas à la porte d’une main pendant que l’autre reposait dans ta poche de veste. « Madame Carrow ? » dit-il avec un air sérieux. La belle blonde t’offrit un grand sourire, ce qui raviva l’envie qui se dissimulait dans le cœur de l’inspecteur. Depuis cette fameuse nuit après l’incident du pub en Irlande, vous ne vous étiez toujours pas revus. Vos exploits nocturnes avaient été pourtant plus que satisfaisants à ses yeux. Odette était ce genre de femme qu’on ne rencontrait pas à tous les coins de rues. Se voir donc honoré de son attention n’en était que plus gratifiant. « Entre c’est ouvert ». Tutoiement donc. Familiarité. Israël hésitait toujours de la manière de procéder depuis leurs retrouvailles ; Après tout elle avait décidé de coupé tous les ponts à votre sortie de Poudlard, elle le trouvant pas assez ambitieux à l’époque en choisissant le travail de Pion. Elle ne l’avait pas encore comprit à ce jour, et le jeune Mangemort espérait bien pouvoir un jour avoir l’occasion d’exposer ses arguments, tout en ne citant pas le paramètre Méryt bien entendu. Odette s’avança vers lui, d’une démarche sensuelle qu’Everglade ne pouvait qu’apprécier. Elle claqua la porte d’un revers de main sans pourtant la verrouiller, ce dont il s’étonna légèrement. S’était-il trompé sur la raison de sa venu ? Tout du moins l’objectif de la blonde ? Ses yeux pénétrèrent dans les siens. «Je suis ravie de voir que nous sommes toujours sur la même page. » Finalement non, il ne s’était pas trompé. Tel un toutou, il se laissa emmener par le bout de sa cravate vers le bureau sur lequel elle grimpa, non sans une certaine raideur d’un œil habitué à repérer le moindre indice. D’un geste sec, elle attira le visage d’Israël au sien pour y apposer ses lèvres délicieuses avant de rompre l’étreinte. Sauvage. Passionné. Brève. Tel était leur crédo de l’époque de Poudlard. « Nous n’avons pas énormément de temps, j’ai un rendez-vous dans trente-cinq minutes. » Israël regardait la belle déboutonner sa chemise, veste déjà retirée. « J’ai moi-même plusieurs choses importantes à faire. Même si j’aimerais que ça ne soit pas le cas », dit-il en retour. Ses mains commencèrent ensuite à s’attaquer sa ceinture. Un bref sentiment de malaise s’instaura une seconde en lui, encore une fois à cause de Calloway. Il était clair que votre relation était entrain d’évoluée. Était-ce la trahir que de coucher encore une fois avec ton ancienne sex-friend ? Non, pas vraiment. Vous n’étiez pas en couple, encore moins amants. Pour le moment. D’autant que si tu te mettais à refuser les avances d’une aussi jolie créature qu’Odette on commencerait à se poser des questions. Là-dessus, Israël imaginait très bien sa collègue particulièrement efficace pour dénicher ce qu’il s’évertuait à cacher. Autant succomber. Mais la raison était peut-être finalement très simple : il aimait être avec Odette tout simplement. Votre relation, à la base uniquement charnelle, l’aidait à avancer et te permettait le temps de quelques heures d’oublier tout ses soucis. Les mains de l’inspecteur se mirent à épouser la silhouette de l’assistant du Ministre tout en douceur, puis par agripper ses hanches avec un sourire. La Mangemort se pencha vers la blonde pour apposer plusieurs baisers dans le creux de son cou et murmurer tout en même temps : « Tu ne peux vraiment pas décaler ton rendez-vous ? Je te promets de ne pas te le faire regretter ». Il se redressa et fixa son amante d’un air malicieux. « Tu mérites bien un petit moment à toi ». Une de ses mains commença à glisser sur ses jambes pour remonter délicatement sous sa jupe…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les baiseurs baisés ◓ Ft. Werglarrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: ministère :: niveau neuf-