Partagez | 
 

 like brothers, right? petbus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: like brothers, right? petbus   Mer 4 Juin - 10:25


« c'est ça le carrefour des choix opposés ? »



Pete avait très mal dormi cette nuit. Il avait eu chaud, avait eu du mal à trouver le sommeil et s'était réveillé un nombre incalculable de fois. En plus de cela, un de ses camarades de chambrée ronflait comme un camionneur ce qui n'aidait pas à ce qu'il puisse se rendormir. Il avait hésité à de nombreuses reprises d'aller dormir sur le canapé de la salle commune ou mieux venir squatter le lit de Blake. Tant pis si les femmes n'apprécieraient pas, lui il apprécierait grandement... Mais justement pas sûr qu'il aurait dormi. Du coup, il était resté dans le sien et n'avait attendu qu'une chose : que la nuit se finisse. Elle s'était finie au bout d'un moment. Tout avait une fin de toute manière sauf que Pete était de mauvais poil. Il avait commencé par envoyer chier Kenneth Shaun qui lui avait demandé un renseignement alors qu'ils se préparaient tous dans le dortoir. Au moins comme ça, Pete avait tout de suite remis les choses en place : aujourd'hui il fallait pas le faire chier, personne. Au petit déjeuner, ça ne s'était pas particulièrement amélioré. La différence avait été que Blake était à côté de lui et que son sourire avait su adoucir sa colère... momentanément. Car quand elle l'avait quitté, pouf c'est comme si rien n'avait changé, comme si elle n'était pas venue, comme s'il ne l'avait pas vu. Oui Pete Kellan Levingston allait être particulièrement chiant aujourd'hui. Pour certains, il était chiant tous les jours mais imaginez que cela puisse être encore pire. Bien vous l'avez fait ? Alors multipliez la chose. Oh oui s'en était à ce point-là.

La matinée s'était poursuivie par une série de cours auxquels Pete avait été particulièrement attentif. C'était l'année des aspics et Pete visait une année préparatoire. Il n'en n'avait pas trop parlé avec Albus, Blake le savait déjà quasiment. S'il n'en n'avait pas parlé encore avec Albus c'est parce qu'il savait parfaitement que tous les deux n'avaient pas les mêmes projets. Avec les temps qui couraient et ses résultats scolaires, Albus ne resterait pas. Il irait très certainement rejoindre son frère. Il serait donc en cavale quelque part. Pete ne voulait pas de cela et il redoutait la conversation où tous les deux mettraient cartes sur table. Bien sûr que Pete hésitait, Albus était son meilleur ami, il avait l'impression de l'abandonner mais tout de même, il y avait d'autres enjeux. Surtout que Pete savait qu'en ne suivant pas Albus, il allait sûrement perdre Blake par la même occasion. Car il était sûr à quatre-vingt-dix pour cent que Blake suivrait Albus. Il avait fini par s'y faire ou il était en train. Là encore, il n'arrivait pas tellement à se positionner. Mais alors pourquoi avait-il choisi de rester à Poudlard ? Se réconcilier avec ses parents sachant qu'il y aurait des conditions ? C'était de bonnes questions. C'est juste qu'il avait fait le point et qu'il savait que ce n'était pas pour lui, juste il le savait. Fuir pour quoi ? Il serait complètement inutile. Il serait bien plus utile au Ministère, dans tout ce cercle de mangemorts. Il ne savait pas trop mais ça lui paraissait bien plus judicieux que de partir il ne savait où pour faire il ne savait quoi. Peut-être que pour certain c'était de la lâcheté, pour Pete c'était plutôt de la stratégie. Seulement comment expliquer tout cela à Albus ? Il ne le prendrait pas bien c'était tellement sûr. Il le vivrait comme un abandon, c'était peut-être un peu cela aussi. Dans tous les cas, il était mal. La vie était nulle.

Il avait décidé de trouver refuge dans la salle de réunion après les cours. Cette salle avait toute une histoire et Pete avait passé pas mal de temps ici en fait. En qualité de membre de la Congrégation des salauds de Gryffondor. Combien de fois avait-il noté des conquêtes en compagnie de Sin ? Et de Nate parfois aussi. Ils se les étaient échangées aussi pour pouvoir comparer. Oui c'était moche mais en même temps dans leur nom de groupe y avait salauds, ça expliquait tout. Tout le monde était prévenu. Une fois qu'il fut arrivé dans la salle il se laissa tomber sur un canapé. Et oui il y avait un canapé dans cette salle magique. Tout avait été prévu pour y être parfaitement à son aise et se détendre. Notamment il y avait une cible de fléchette à l’effigie d'une personne qui n'était pas dans le cœur d'Ainsley. Un certain Gryffondor qui était sortie avec une Serdaigle. Comprendra celui qui est au courant. Enfin bref, Pete était donc affalé sur ce canapé et s'amusait à envoyer une balle contre le mur puis la rattraper encore et encore. Il trouvait cela particulièrement apaisant et distrayant. En somme l'activité parfaite pour quelqu'un qui voulait qu'on le laisse tranquille. Mais soudain il entendit la porte s'ouvrir. Il fixa l'ouverture et découvrit la silhouette du brillant, du magnifique, du seul et unique... Albus Potter. Ouais j'avoue que ça casse un peu le truc tout à coup. Non Albus avait la classe, moins que Pete c'était sûr mais il avait de la gueule. « Je vois que tu m'as trouvé, je deviens trop prévisible. » Petit rire. Regardez comment jouer à la baballe lui avait du bien ? Il était déjà beaucoup plus détendu. Ça faisait plaisir à voir. « Y avait pas entraînement de Quidditch après les cours ? Ou alors c'est moi qui est complètement paumé aujourd'hui. Ce qui, je te l'accorde, est fort possible. En même temps si Llyod ronflait pas autant, j'aurais pu plus dormir la nuit dernière. » Llyod, foutu Llyod ! Voilà que la colère revenait, zen Pete, zen. De toute manière, Llyod ne pourrait pas faire d'avantage de ravage à présent qu'il était réveillé et loin de Pete. Ça ne servait à rien de parler encore de lui mais des fois on faisait des choses qui ne servaient à rien, c'était ainsi la vie. Bref Pete renvoya la balle contre le mur avant de la réceptionner parfaitement. Le talent, les amis tout simplement.

créée par Matrona


__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



living louder, fighting harder
avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   Ven 6 Juin - 11:48


COME ON BRO', YOU JUST NEED A HUG
« Tu diras au capitaine que je me sentais pas très bien. » « T’es sûr que tu ne veux pas venir ? » Demanda Blake perplexe. « Ouais. De toute façon je suis attrapeur, ça changera pas grand-chose à l’entrainement. » Dit Albus en haussant les épaules. C’était ça l’avantage d’avoir un poste « indépendant ». Il ne pénalisait personne dans l’équipe en séchant les entrainements. Pas qu’il aime particulièrement ne pas y assister. Au contraire. D’ordinaire, toutes les occasions pour voler étaient bonnes à prendre. Mais là il y avait plus urgent. Albus avait vu la sale tronche que Pete avait tiré toute la journée et il était bien décidé à voir qu’est-ce qui clochait avec lui aujourd’hui, à avoir une conversation d’homme à homme. Et puis, c’était l’occasion de se retrouver tous les deux. Sans Blake. Pas que sa compagnie soit dérangeante, au contraire. Mais c’était rare qu’ils ne soient que tous les deux, entre mecs, et ils avaient peut-être des choses à se dire. Pas qu’il ait spécialement quelque chose à lui confier, mais sait-on jamais...
*
* *
Albus n’aimait pas du tout cet endroit et il ne l’avait jamais aimé. Et pour cause : c’était là que Pete et ses deux autres vieux meilleurs amis gryffondor se retrouvaient pour discuter au sujet des meufs. Pas forcément parler de leurs histoires de cœur respectives. Oh non. C’était beaucoup moins innocent que ça. Ouais, c’était pas vraiment le genre de réunions auquel Albus était (et souhait être) convié. Il avait fait l’erreur d’accepter de venir une fois, après que Pete ait longuement insisté. Ils avaient passé une heure à comparer leur liste de conquêtes et à débattre sur leurs performances sexuelles. Inutile de préciser qu’Albus s’était senti deux fois de trop.

Albus embrassa du regard la pièce avec dédain. Il avait dû y aller deux fois grand max, et uniquement parce qu’il cherchait Pete, comme c’était encore le cas aujourd’hui.  Le portrait de Kenneth était accroché au mur et était décoré de fléchettes. Sympa. Albus ne doutait pas que l’inventeur de ce jeu n’était autre qu’Ainsley Blackwood, le salaud de ses dames. Dire qu’Albus avait appris à accepter ce gars. Il s’était joué de Lily comme de lui en leur faisant croire que c’était un type bien. Il n’avait absolument aucune parole.  

Car ouais. Vous avez bien entendu. AINSLEY BLACKWOOD était un ami à Pete. Vous y croyez ? Albus avait dû s’y faire. Bon, la vérité, c’est que ça n’avait jamais été un problème avant… avant que Blackwood ne sorte avec Lily. Là encore ça allait, mais Albus avait eu du mal. Mais ça ne s’arrêta pas là. Blackwood coucha avec elle, comme une de ses nombreuses conquêtes. Là, vous avez just raté la fight du siècle qui s’était soldé par un double KO. Mais ça encore, ça n’avait pas été le pire. Parce qu’Albus s’était EXCUSE non d’un gobelin, il avait présenté des excuses à Ainsley pour l’avoir mal jugé quand il a compris que c’était « sérieux » entre lui et Lily. Vous imaginez même pas l’effort surhumain. Mais je crois bien que rien n’avait été pire qu’Albus le jour où Sin a largué Lily. Juste indescriptible. Non mais laissez tomber, il y avait intérêt que Pete ait définitivement tiré un trait sur leur amitié. Sinon Petbus en pâtirait nah quand même pas, mais c’était pas cool sinon, je veux dire elle était où la solidarité ? Le mec pouvait pas piffer sa copine, mais il était copain comme cochon avec le pire ennemi de son meilleur ami QUE DIS-JE de son frère. Sympa sympa.

« Je vois que tu m'as trouvé, je deviens trop prévisible. » C’était le premier endroit où Albus avait pensé à chercher, étrangement, même si le club des Cons Suceur de b* de Gryffondor n’était plus vraiment d’actualité (bien heureusement d’ailleurs). « Y avait pas entraînement de Quidditch après les cours ? Ou alors c'est moi qui est complètement paumé aujourd'hui. Ce qui, je te l'accorde, est fort possible. En même temps si Llyod ronflait pas autant, j'aurais pu plus dormir la nuit dernière. »

« Non t’es pas paumé, l’entrainement a été annulé c’est tout. » Dit Albus en haussant les épaules. En vrai, ils jouaient en ce moment même, mais comme dit plus tôt, Albus s’était fait du souci pour Pete. Sérieusement, si vous ne l’avez pas vu se déchainer contre Lloyd et Kenneth tout à l’heure, vous avez raté votre vie. C’était drôle d’un côté (parce que Pete énervé, c’était toujours quelque chose) mais inquiétant à la fois (parce que ouais, ça faisait peur aussi, Albus aurait pas aimé être à la place de ces pauvres garçons). Donc oui, Albus s’était fait un peu de souci pour son meilleur ami, mais plutôt crever que de l’avouer, surtout devant Pete.

« Ah ouais, Lloyd est carrément infernal ! On a prévu de lui régler son compte avec les autres gars. T’es pas le seul à t’en plaindre, loin de là. » Albus rajouta, pensif. « On hésite entre jouer sur l’intimidation (genre on l’encercle à 5 et on lui fout la frousse de sa vie) ou le surprendre en pleine nuit, tu sais. Adrian connait un sort qui permettrait de le faire vomir toute la nuit. Enfin, du coup ça nous empêcherait encore plus de dormir, mais au moins lui aussi et on sera vengé. » Affirma Albus en secouant la tête, convaincu par la pertinence de ses propos. Il penchait plus pour la deuxième option personnellement. Ca faisait un bout de temps qu’Albus ne s’était plus lâché, qu’il n’avait plus fait de vraie connerie. Après tout, il avait tout fait pour se faire tout petit, tout discret ces derniers temps. Et puis il n’avait pas trop eu la tête à ça. Et d’un autre côté, aussi peut-être qu’il grandissait, qu’il commençait à devenir comme James. C’était quelque chose qu’il commençait à accepter de plus en plus, en réalisant les responsabilités qu’il avait. Mais bon, une petite bêtise une fois de temps en temps… Ca ne pouvait pas faire de mal ? Comme au bon vieux temps.

« Faut te changer les idées mec, ça va pas toi aujourd’hui. » Albus avait beau dire ça, le ton de sa voix laissait entendre que lui non plus n’allait pas très bien. Et pourtant, sa journée s’était très bien passée, contrairement à celle de Pete. Il ne mit pas très longtemps à comprendre où était l’origine de son malaise. Son nez se fronça, comme s’il venait de sentir une très mauvaise odeur. « Ca me plait pas ce lieu. Sérieusement, pourquoi t’y retourne encore ? Me dit pas que tu continues à venir ici et de retrouver Blackwood et Crickson et que… NON. » Albus devint blanc comme un linge. «…. Vous comparez pas vos performances au lit au sujet de Blake et Lil… ARGH NON DIS RIEN je veux pas savoir. » Albus allait vraiment vomir s’il lui répondait par la positive. «Si j’apprends qu’un jour Blackwood se vante d’avoir eu Lily dans son lit je sens que je vais commettre un meurtre. » Tout doux Albus, c’est Pete qui est censé être sur les nerfs aujourd’hui. « Et me parle pas de Crickson ce gros dégueulasse, j’ai entendu dire qu’il s’est fait une gamine récemment, non mais sérieusement. »
Bon une gamine complètement débile et dévergondée aussi, mais une gamine quand même. Ah, c’était peut-être l’ex de Pete aussi, d’ailleurs. Il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Non je sais ce que vous vous dites. Albus n’était pas un frustré du c*l. Ils allaient passer à l’acte un jour avec Nara. Ne vous inquiétez pas pour ça. Il fallait juste qu’ils arrêtent d’enchainer drame sur drame et arrêtent de se disputer au sujet de la résistance. Ça viendra, ils le voulaient tous les deux de toute façon.
Mais la vraie question était : comment Pete avait-il pu être ami avec le plus gros connard (aka Blackwood) et le plus gros pédophile (aka Crickson) de Poudlard ?

Albus émit un bref soupir et reprit d’une voix plus posée : « Bon on se détend. J’étais venu pour quoi déjà ? Ah ouais te remonter le moral. » Petit blanc dans la pièce. « Je suppose que ça a pas trop marché. Maaaaais j’ai des chocogrenouilles, si tu veux. » Albus vida ses poches et trouva deux mornilles, un bouton et un emballage de patacitrouille. « En fait non. Je suis vraiment le pire des meilleurs amis, hein ? Ceci n’est pas une question, donc tu réponds pas. » Dit Albus avant que Pete ne puisse en placer une.
Albus s’approcha de son ami, qui n’avait toujours pas bougé de son fauteuil. « Bon je vais être un peu plus clair vu que visiblement tu n’as pas compris. Et ça se dit préfet et intelligent. » Il lui hurla dans l’oreille : « TU TE DECIDES A TE LEVER OUI. On bouge, je veux pas rester ici plus longtemps. A chaque fois que je regarde cette photo je pense à Lily et tous ses horribles petits copains. » Bon en vrai il n’y avait que Blackwood qui était terrible. Parce que Kenneth Shaun, franchement il l’aimait bien. Il l’avait trouvé respectueux, adorable avec sa sœur… Et même s’ils avaient rompu, ils avaient continué à être pote avec Albus jusqu’à ce que ce dernier rompe avec Nara. Depuis ce jour, Kenneth voulait lui faire la peau. Mais ce n’était qu’un détail.

__________

Tide out, tide in, a flood of blood to the heart and the fear slipstreams ()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   Dim 22 Juin - 6:35


« c'est ça le carrefour des choix opposés ? »



« Non t’es pas paumé, l’entraînement a été annulé c’est tout. » Pete se contenta de cette affirmation. De toute manière, il n'avait aucune raison de douter de son meilleur ami surtout pour quelque chose de si futile. Ne vous emballez pas les chevronnés de Quidditch mais Pete se fichait un peu de ce sport. La seule importance que ce sport avait pour lui c'est que son meilleur ami et sa petite le pratiquaient pour les Gryffondor. Du coup il devait se coltiner tous les matchs et parfois quelques entraînements. Meilleur petit ami et ami de la Terre, oui, oui on pouvait le dire. « Ah ouais, Lloyd est carrément infernal ! On a prévu de lui régler son compte avec les autres gars. T’es pas le seul à t’en plaindre, loin de là. » Infernal ? Une sacrée tête de con, ouais plutôt. Pete n'avait plus aucune tolérance pour ce salopard. Perturber ses cycles de sommeil, c'était signé son arrêt de mort. Pete prêchait plutôt de régler les conflits par les mots mais là il allait carrément lui péter la gueule. Rien à foutre du pacifisme ou quoi. Il méritait que les coups, la pendaison voir même l’écartèlement. Il contrôlait pas ses ronflements ? C'était pas une excuse. Pete en avait rien à faire. Si les autres étaient de son avis en plus, Llyod n'avait aucune chance. Zéro. Il serait fini au plus tard demain. « On hésite entre jouer sur l’intimidation (genre on l’encercle à 5 et on lui fout la frousse de sa vie) ou le surprendre en pleine nuit, tu sais. Adrian connait un sort qui permettrait de le faire vomir toute la nuit. Enfin, du coup ça nous empêcherait encore plus de dormir, mais au moins lui aussi et on sera vengé. » Toutes ces mesures n'étaient pas assez radicales ! Oh non, elles étaient bien trop gentilles au goût du Levingston. C'était bon pour des troisième années tout ça. Euh ils étaient en septième, il était temps d'agir en tant que tel. Pete étant en plus de cela préfet, il se devait de faire respecter l'ordre. Assurer la tranquillité et le sommeil dans son dortoir était devenu sa priorité absolue. Enfin surtout parce que s'il n'arrivait pas à dormir encore longtemps, il allait se transformer en une bête sauvage et croyez bien que personne ne voulait voir ça. Personne. Jamais. « C'est pas assez, non. Je veux lui retourner la monnaie de sa pièce x10. » Il ferait presque peur. Il était vraiment de mauvais poil. Pete ressaisis-toi. Fais-le pour nous.

« Faut te changer les idées mec, ça va pas toi aujourd’hui. » Pete répondit par un signe affirmatif de la tête. Il avait parfaitement raison. Il avait besoin de quelque chose, d'une sorte d'évasion très probablement. Albus était sûrement la personne la plus qualifiée pour ça, après Blake quoique. Ils se valaient. Il était peut-être en couple avec Blake mais son lien était aussi fort avec Albus. C'était son meilleur ami, son frère, son partenaire en crimes et autres faits divers. La liste était sans fin au fond. « Ca me plait pas ce lieu. Sérieusement, pourquoi t’y retourne encore ? Me dit pas que tu continues à venir ici et de retrouver Blackwood et Crickson et que… NON. » Pete se redressa. Mais à quoi pensait Albus ? Il n'était pas en train de croire ce que Pete pensait qu'il croyait. Mais il était fou ! Pete savait qu'Albus avait toujours été un peu « jaloux » du club dont faisait parti Pete avec Sin et Nate. Pete pensait que c'était en même temps pour ce qu'il était et en même temps parce qu'il n'en faisait pas parti. Oui c'était un peu contradictoire tout ça. Mais enfin bref de là imaginer que. Quel fou ! «…. Vous comparez pas vos performances au lit au sujet de Blake et Lil… ARGH NON DIS RIEN je veux pas savoir. » Et oui c'était 'exactement l'horreur qu'il avait pensé. Le croyait-il sans morale ? Il était son meilleur pote. Albus devait bien savoir qu'il n'était pas capable d'une telle chose ! Pete pourrait être vexé du peu de considération qu'Albus lui portait sur le moment. Tu parles d'un meilleur ami ! « Si j’apprends qu’un jour Blackwood se vante d’avoir eu Lily dans son lit je sens que je vais commettre un meurtre. » Pete ne rentrait pas dans ce débat-là, il tenait à sa vie. Ça ne le regardait pas de toute manière. Enfin, ils en avaient vaguement parlé... pas des rapports sexuels de Lily et lui voyons mais de leur relation. Cependant Pete avait bien vu que c'était un sujet sensible et dans un sens il ne voulait pas tellement savoir de par sa position par rapport à Albus. Il avait assez d'emmerdes. « Et me parle pas de Crickson ce gros dégueulasse, j’ai entendu dire qu’il s’est fait une gamine récemment, non mais sérieusement. » C'était sûrement pas le bon moment de raconter son histoire avec la fille en question. Non, il allait aussi devenir un pédophile aux yeux d'Albus. De toute façon, Pete ne prendrait pas la défense de Nate. Ah ça non, ils n'étaient même pas tellement amis ces deux-là. Et comme pour Sin, chacun sa merde. Devons-nous rappeler que Pete était en probation ? Coureur de jupons invétéré, un paquet de gens n'attendaient que le moment où il rechuterait et ferrait une connerie. Oui vous avez bien compris, tromper Blake. Pff, merci la confiance. Pete était fidèle à Blake et il n'avait pas prévu de changer ça. « Bon on se détend. J’étais venu pour quoi déjà ? Ah ouais te remonter le moral. » Apparemment. Enfin pour l'instant, l'objectif n'était pas tellement atteint... Albus devait faire mieux pour séduire. « Je suppose que ça a pas trop marché. Maaaaais j’ai des chocogrenouilles, si tu veux. » Ouais, non. Pete passait son tour. Les sucreries c'était pas tellement son truc, sans rancune Albus. « En fait non. Je suis vraiment le pire des meilleurs amis, hein ? Ceci n’est pas une question, donc tu réponds pas. » Bon bah il devait fermer sa gueule.

Pete se demandait exactement à quoi jouait Albus mais pour ne pas le froisser, il ne lui demanderait pas. « Bon je vais être un peu plus clair vu que visiblement tu n’as pas compris. Et ça se dit préfet et intelligent. » Oui il maintenait, il était préfet ET intelligent. Franchement, c'était un fait pas de quoi utiliser l'expression « ça se dit ». Albus faisait preuve de mauvaise foi. C'est alors qu'Albus lui gueula. Albus la grâce et la délicatesse absolue. QUEDAL C'ETAIT UN PUTAIN D'EMMERDEUR LUI AUSSI. « TU TE DECIDES A TE LEVER OUI. On bouge, je veux pas rester ici plus longtemps. A chaque fois que je regarde cette photo je pense à Lily et tous ses horribles petits copains. » Ok, là il cherchait la merde. Le regard noir que Pete lui lançait devait être assez explicite et démonstratif. Pete l'adorait mais apparemment y avait des limites à tout. « JE PEUX GUEULER AUSSI, OK. » Traduction : baisse d'un ton sinon je te casse les dents. « Le canapé est confortable ici. Moi je reste et ensuite, on juge jamais les frères. Règle du club. » Albus allait pas kiffer cette remarque mais Pete la lui avait dit quand même. Pete et Albus n'étaient pas du genre à se retenir quand ils avaient quelque chose à dire. C'était ça la vraie amitié. Pete souffla un coup avant de poursuivre. « Ensuite si tu penses que j'ai déjà évoqué mes relations sexuelles avec Blake ici, tu penses mal. Enfin pas dans les détails en tout cas ! Et je te ferais remarquer que la vie sexuelle de ta sœur ne m'intéresse pas. Sin l'a très bien compris puisqu'il ne l'a pas évoqué. Je sais que tu le détestes, je comprends tes raisons et je les respecte mais tu sais il n'est pas si mauvais. » Pete savait qu'il risquait d’entamer un débat sans fin. Mais il voulait seulement faire remarquer qu'Ainsley Blackwood n'était pas le pire être humain que la terre ait jamais connu. Albus avait tendance à légèrement surestimé ce point-là.

Pete fit une pause le temps de passer la main dans ses cheveux soyeux à faire saliver une bouche asséchée par une trop longue pénurie de canon à admirer. Oui le Levingston était assez fier de ses cheveux, il fallait l'avouer mais en même temps mesdames (et messieurs) avez vous la superbe de ce cuir chevelu ? Regardez encore vous comprendrez. Bref, redevenons sérieux. « Et comment t'as pu croire une seconde que je parlerais de Blake de cette manière ? Tu me prends pour qui ? Tu sais très bien qu'avec Blake c'est plus que sérieux. Je l'aime, tu le sais bien, non ? » Il faisait le con le Albus ça n'allait pas du tout, attention. « Quant à Llyod, le pilori sinon rien. » Intraitable. On retrouvait le Pete qu'on pensait pas sympathique.

« J'ai jamais compris pourquoi tu détestais autant cette pièce. Je veux dire elle m'a toujours paru agréable, conviviale et me dis pas que c'est à cause du club. On fait rien de mal, on discute. La plupart des mecs font la même chose que nous sauf qu'ils ont pas un club attitré pour ça. » Vas-y Pete défend-toi, défend les potes, défend ton statut de mâle dominant qui aime les femmes. « En parlant de cela, qu'est-ce qu'on va faire de toi Albus ? Il est temps de te trouver une copine digne de ce nom. Je peux te présenter quelques filles si tu veux. Tu seras satisfait je te le promet. » Clin d’œil. C'est fou comme ça faisait sacrément mac.

créée par Matrona


__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



living louder, fighting harder
avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   Jeu 10 Juil - 13:36

Pete n’en démordait pas. Il répondit sur le même ton et avec la même puissance qu’Albus : « JE PEUX GUEULER AUSSI, OK. » Peuh. Albus ne recula pas pour autant. Attendez, il n’allait pas se laisser abattre aussi facilement. Pete ne lui faisait même pas peur, d’abord. « Le canapé est confortable ici. Moi je reste et ensuite, on juge jamais les frères. Règle du club. » SBAFF. Oui, « SBAFF. » Vous savez le bruit que fait un poing lorsqu’il rentre en contact avec une joue. Albus avait désormais le visage rouge, de colère, de fureur. PETE KELLAN LEVINGSTON, TU ES ALLE TROP LOIN. Cela dit, le Potter tentait de garder son calme, en prenant des lentes inspirations et expirations. Il massait les phalanges de sa main quelque peu endolorie et observait sans ciller Pete s’occuper de sa joue qui avait une jolie trace désormais. Le coup était parti sans qu’il ne puisse rien faire pour l’arrêter. Il l’avait cherché. NON MAIS. Il savait bien qu’Albus n’avait jamais pu supporter ce club de cons, alors autant dire que Pete n’avait que ce qu’on méritait pour le coup. C’était au tour d’Albus d’être de mauvaise humeur, et franchement il y avait de quoi. C’était de la provocation pure et dure. Un vrai coup dans le dos de leur amitié. Albus se sentait trahit. Ils feraient mieux de tirer une croix dessus. Snif. « On ne joue pas avec les nerfs d’un Potter. Règle de moi. » Dit Albus en regardant son ami d’un air menaçant, même si ses propos n’étaient justement pas très menaçants en soi. Bref, ce qu’il voulait dire, en gros, c’est : « si t’en rajoute une ça sera pas un poing, mais deux, puis un passage express à l’infirmerie ». Oui, parfois Albus faisait peur, parfois Albus était violent, même avec ses proches, SURTOUT avec ses proches. Il fallait juste se méfier de certains points sensibles et là Pete avait tapé pile dedans. Bravo.

Pete reprit ensuite, pour se justifier : « Ensuite si tu penses que j'ai déjà évoqué mes relations sexuelles avec Blake ici, tu penses mal. Enfin pas dans les détails en tout cas ! » « PAS DANS LES DETAILS ????? TU PLAISANTES J’ESPERE » S’étrangla Albus, se retenant de lui mettre une deuxième droite. Cet Albus sur les nerfs contrastait avec un Pete qui avait désormais un ton posé. Pas une fois Albus se demanda si Pete n’était pas en train de volontairement se foutre de sa gueule. Mais attendez, on ne rigolait pas avec Blake. Albus était le meilleur ami de Pete tout autant que Blake et il avait le droit de demander à ce qu’on protège son intimité. Il avait le droit de s’emporter lorsqu’il réalisait que son petit ami n’était pas capable de garder certaines choses pour lui. Blake lui avait ouvert son cœur, ses cuisses à lui, et rien qu’à lui. Et puis, c’était pas normal que Pete parle de BLAKE avec EUX plutôt qu’avec Albus. Bon certes, si ça parlait de cul Albus était pas très bien placé, pas du tout bien placé, mais quand même. Il avait plus le droit de savoir qu’eux. NON ce n’était pas un voyeur. Il ne tenait absolument pas à savoir. Enfin si, si eux savaient. Mais arghh. Non. Reformulons : Albus voulait savoir au moins autant que Blackwood et Crickson savaient. Question de fierté. Comprenez ? En tous cas, pas sûr que Blake apprécie si elle savait que Pete parlait d’elle à d’autres.
Pete ne tint pas compte de sa réaction excessive et continua : « Et je te ferais remarquer que la vie sexuelle de ta sœur ne m'intéresse pas. Sin l'a très bien compris puisqu'il ne l'a pas évoqué. Je sais que tu le détestes, je comprends tes raisons et je les respecte mais tu sais il n'est pas si mauvais. » Albus roula des yeux, grommela un « pas si mauvais » plein de rancœur, mais ne rajouta rien de plus. Il n’allait pas épiloguer sur ce sujet, honnêtement Albus n’y tenait pas et il supposait que Pete non plus. Ce dernier revint sur un sujet délicat : « Et comment t'as pu croire une seconde que je parlerais de Blake de cette manière ? Tu me prends pour qui ? Tu sais très bien qu'avec Blake c'est plus que sérieux. Je l'aime, tu le sais bien, non ? » Mais oui. Pete aimait Blake, ça crevait les yeux. Albus n’en doutait pas. Il voulait juste qu’il y ait un peu plus de respect dans le coin. Et ça commençait avec la mise à feu de ce lieu profane. « Quant à Llyod, le pilori sinon rien. » Lloyd ? Qui c’est lui ? Non Albus n’en n’avait plus rien à foutre de ce môme, ça lui était sorti de la tête. Pete pourrait bien le mettre dans un chaudron, le cuisiner et le manger ça ne le dérangerait pas plus que ça.

« J'ai jamais compris pourquoi tu détestais autant cette pièce. Je veux dire elle m'a toujours paru agréable, conviviale et me dis pas que c'est à cause du club. On fait rien de mal, on discute. La plupart des mecs font la même chose que nous sauf qu'ils ont pas un club attitré pour ça. » Albus regarda son « ami » avec dédain. Puis se détourna de lui, tentant de garder quelque peu sa fierté. Il n’avouerait pas, ni à Pete, ni à lui-même d’ailleurs qu’il était quelque part jaloux que Pete ne parle pas de choses pareilles avec lui, enfin plutôt, qu’il ne se confie pas à lui quoi. Non, Pete préférait parler avec ses amis plus expérimentés plutôt qu’à son puceau de meilleur ami. GRAND BIEN LUI FASSE.
« En parlant de cela, qu'est-ce qu'on va faire de toi Albus ? Il est temps de te trouver une copine digne de ce nom. Je peux te présenter quelques filles si tu veux. Tu seras satisfait je te le promet. » Albus se détourna et rit carrément au nez de Pete. Un rire mauvais. Un rire qui signifiait qu’Albus allait pas tarder à frapper, et frapper fort. Lui qui se prenait des coups de couteau dans le cœur depuis tout à l’heure, il avait trouvé sa vengeance. Albus se retourna vers Pete, ne pouvant retenir un grand sourire sur les lèvres : « Tu me casses les couilles Pete, tu le sais au moins ? » Il fit quelques pas en avant, et s’agenouilla devant Pete, toujours sur son canapé, pour se mettre à sa hauteur. Il ne quittait pas son sourire idiot, à la limite du sourire cruel. Bon, oubliez toutes les bonnes intentions du départ d’Albus cinq secondes. « T’es chou mais inutile de chercher pour moi. Je me suis remis avec Nara. » PRENDS CA DANS LES DENTS. Oui, parfois il était méchant. En même temps Pete l’avait bien cherché. Qui oserait le nier ? Mais c’était ça l’amitié : se casser la gueule constamment, se chercher, se trouver, se casser la gueule, se mettre un double KO et dormir assommé dans un lit côte à côte à l’infirmerie. Bref, les fight entre frères, il n’y avait rien de plus beau. Il ne rajouta rien de plus. Lui laissant bien le temps de digérer la nouvelle. Il s’en réjouirait presque d’avance.


Il aurait préféré attendre avant de le lui avouer, mais ça avait été trop tentant. Non franchement, Albus, t’es un connard. T’as tout foutu en l’air. Toi qui aurais voulu lui annoncer ça dans une grande discussion calme et posée où tu aurais démontré de A à Z pourquoi vous avez remis le couvert, pour essayer de ne pas froisser Pete… C’était d’ailleurs pour ça qu’il était le seul des proches du couple à ne pas être au courant. Albus avait demandé à Blake d’attendre avant de le lui dire parce qu’il savait qu’il le prendrait mal. Evidemment qu’ils allaient finir par le lui dire, mais c’était au moment opportun. Mais non. Albus avait préféré lui balancer ça sur un coup de tête, en sachant pertinemment que Pete n’allait pas apprécier. Juste pour le plaisir de le voir rager, au moins autant que lui tout à l’heure.

Mais Albus était trop bon. Sisi, il n’allait pas tarder à regretter sa méchanceté pure et dure.


__________

Tide out, tide in, a flood of blood to the heart and the fear slipstreams ()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ϟ knight in suit
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/10/2010
► parchemins : 1422


MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   Mar 22 Juil - 9:09


« c'est ça le carrefour des choix opposés ? »



Pete n'en revenait toujours pas qu'Albus l'avait frappé. Genre vraiment, ce n'était pas un rêve ou le fruit de son imagination. Ok, Albus avait parfois tendance à être beaucoup trop impulsif mais là, là c'était allé trop loin ! D'où il le frappait ? Il avait cru que parce qu'ils étaient meilleurs potes, il avait tous les droits ? Et BAH NON ! Voilà, c'était dit. Non mais franchement, est-ce que Pete se serait permis de le frapper ? Non il préférait être dur par les mots, il est vrai. Albus se montrait bien trop prétentieux et sûr de lui. Pete était tolérant, particulièrement avec lui certes mais il y avait des limites à tout. Surtout qu'il se permettait de lui ricaner au nez. Attention, Albus à ne pas aller trop loi, tu pourrais le regretter tu sais. Voilà que monsieur avait un grand sourire sur les lèvres. Ça lui faisait plaisir ? Pete ne suivait plus vraiment son ami. Et n'oublions pas qu'il était de mauvaise humeur puisqu'il avait mal dormi. « Tu me casses les couilles Pete, tu le sais au moins ? » Et bah il avait qu'à se tirer s'il n'était pas content. Non mais franchement, Pete il était tranquille, tout seul sur son canapé. C'est quand même lui qui est venu le chercher et pas le contraire. Et excusez-le de vouloir caser son meilleur ami, c'était pour lui. S'il voulait rester seul à se morfondre sur son triste sort, c'était son problème. Pete au pire il s'en foutait, lui il avait trouvé. « T’es chou mais inutile de chercher pour moi. Je me suis remis avec Nara. » QUOI ?? c'était une putain blague, n'est-ce pas ? Il ne s'était quand même pas remis avec cette, ce... truc ouais exactement, ce truc. Albus le dégoûtait. Il était en fait irrécupérable, il se laissait séduire par une fille non pas de première ou seconde zone mais bien de troisième zone. C'était quoi ? Son accent espagnol dégueulasse qui lui plaisait ? Pete ne savait pas qu'il était désespéré à ce point-là pour trouver cela charmant. Naranja d'Alvarez ne méritait en aucun cas la sympathie de Pete. Ce n'était qu'un sangsue qui avait réussi son coup en mettant le grappin sur le célèbre Albus Potter. Albus était super con, oui c'est ce que se disait Pete. Même pas fichu de choisir une fille convenable. Si au pire c'était histoire de s'entraîner mais non l'autre idiot il était amoureux d'elle. Oh il n'avait pas besoin de le dire, Pete le voyait à son air niais. S'il avait été énervé tantôt à cause de Llyod. Ce n'était rien à côté de l'énervement qu'il éprouvait maintenant à cause de cette nouvelle. Remis avec d'Alvarez. Mais même sortir avec un travelo ça serait [strike]quasiment|/strike] moins dégueulasse aux yeux de Pete. S'il voulait vraiment jouer au con, il avait réussi. Il aurait bien mérité que Pete se tire sur le champ.

Seulement, de un Pete était trop fatigué, il avait pas envie de se lever. Deuxièmement, Albus pensait peut-être pouvoir être le plus méchant des deux, c'était mal connaître Pete. Albus le savait bien que c'était Pete le plus ignoble du trio Petkebus. Les restes d'une éducation dans un foyer du mal voyez-vous... Et ce n'était pas parce que c'était mon meilleur ami qu'il allait lui faire des cadeaux. Toute manière vu la délicatesse dont il avait fait preuve pour lui annoncer la chose, il tendait le bâton pour se faire battre. « Bien si t'es assez con pour retourner avec elle, c'était ton problème. Tu sais quoi j'en ai ras le cul de ton merdier. Démerde-toi. » Pete fit une pause. Ce n'était que pour mieux ré-attaquer. Il allait être aussi dur que la pierre à en faire pleurer les faibles âmes. Restait donc à savoir si Albus en était une ou pas. Pete avait sa petite idée sur la question mais il la tairait. « Et quand tu viendras chialer parce qu'elle t'aura brisé le cœur et ben ça sera pas la peine de venir me voir. J'en ai assez de ramasser tes conneries. Tu choisis de toute façon tout le temps de foncer sans réfléchir. Alors vas-y prend toi le mur ENCORE UNE FOIS. » Il rajouta alors un peu désabusé et un brin énervé. « T'es vraiment con, putain. J'en ai assez de toi. Sérieux si t'as fini de me frapper et de m'annoncer tes dernières bêtises, tu peux partir. J'ai une sieste à finir. » Traduction : vas-t-en mauvais meilleur ami, ton quart d'heure de temps consacré est terminé. Pete en avait vraiment marre de sa puérilité. Ils avaient dix-sept ans, pas cinq. Pendant lui que tout ce qui le préoccupait c'était de se remette avec son horrible petite amie, lui il construisait son avenir. C'était vraiment pas la même !

Seulement même si Pete aurait voulu se refermer sur lui-même telle une huître, il ne le pouvait pas. Le sujet le touchait bordel. Ça le mettait hors de lui ce comportement puéril de la part de son meilleur ami. Il continua alors sur sa lancée. « En fait, tu sais quoi ? Tant mieux que tu te sois remis avec elle, tu te retrouveras pas tout seul. Moi je dis stop. T'auras qu'à la frapper elle tiens pour calmer tes nerfs, te plaindre de Sin à elle, l'engueuler pour tout et n'importe quoi. Je suis sûre qu'elle sera parfaite et qu'elle te donnera beaucoup plus matière que moi. » Et là vous vous attendez bien à ce qu'il balance sa bombe aussi. Bah oui, il va pas laisser le monopole de la maladresse mesquine à Albus. Lui aussi il pouvait parler trop vite dans sans réfléchir et c'était pour maintenant : « Toute manière, moi je me range, j'arrête les frais. Il est temps d'assumer mon rôle. » Trop tard pour reculer, Albus allait sans aucun doute poser des questions. Pete pourrait se dérober mais il ne le pouvait pas par respect pour leur amitié. Malgré tout ça signifierait toujours quelque chose.

créée par Matrona


__________

+ Tu es celle que je n'attendais pas, la lumière dans ma vie. Tu es cette petite étincelle qui me fait croire que tout est possible, tout est réalisable. LEWELL ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



living louder, fighting harder
avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   Mar 28 Oct - 7:54

Ok Albus était furax là. Depuis quelques mois il était devenu de plus en plus irritable. Un brin l’énervait et il ne se gênait pas pour se défouler, frapper. Et ça marchait aussi avec ses proches, visiblement. Pete en subissait actuellement les frais. Et c’était peu dire : vous vous souvenez, il lui avait collé son poing à la figure ? Juste parce qu’il lui avait appelé Ainsley et Nathanaël ses « frères ». Jaloux va. Ca va pas de te venger comme ça ? Il fallait vraiment que ce gosse ce calme. Il allait avoir dix-huit ans, il allait bien falloir qu’il commence à résoudre ses soucis avec autre chose que de la violence. Albus croisa les bras et regarda avec un petit sourire satisfait Pete se masser la joue. Et content avec ça !

Pourtant, Pete ne répliqua pas, ce qui laissa le Potter quelque peu déçu. Idem lorsqu’il répondit beaucoup plus sereinement qu’il ne l’aurait espéré : « Bien si t'es assez con pour retourner avec elle, c'était ton problème. Tu sais quoi j'en ai ras le cul de ton merdier. Démerde-toi. »  Le calme dont faisait preuve le Levingston désappointait quelque peu Albus. Parfois, le silence était la meilleure des attaques. Allez quoi, chauffe toi fréro, baston baston ! Il aurait trouvé ça carrément trop drôle de voir le visage de Pete se teinter de rouge, puis rugir qu’il n’était un « traitre, qu’il ne méritait pas un meilleur ami comme lui, qu’il ferait mieux de se faire grignotter les orteils par des veracrasses blablabla ».  Après tout, Pete avait bien chauffé Albus avec son histoire de club des FRERES qui baisait les putes de Poudlard, alors lui il pouvait bien lui faire chier en retour en lui disant qu’il sortait de nouveau avec la meuf que le Levingston détestait le plus au monde. Logique –dans la tête d’Albus en tous cas. C’était donnant donnant.
« Mon « merdier ?! » T’en veux une deuxième de comme ça ? » répliqua Albus, menaçant, en indiquant son poing. Certes, il avait amené le sujet sur la table pour fâcher Pete et espérer l’irriter encore plus qu’il ne l’était déjà. Mais au-delà de ça, il commençait à en avoir vraiment marre que Pete traite Nara comme… de la merde ouais. Il lui avait toujours interdit de la critiquer même lorsqu’ils n’étaient plus ensemble, parce qu’évidemment que Nara n’était aucunement à l’origine de leur rupture. Et ses tentatives avaient toutes été vaines :  pour Pete ça avait toujours été elle la fautive, et c’était à chaque fois de plus en plus rageant.  Et maintenant qu’ils étaient de nouveau ensemble, il était peut-être temps de la faire accepter par le seul qui voyait encore en elle tous les maux du monde.  Pete haussa le ton : « Et quand tu viendras chialer parce qu'elle t'aura brisé le cœur et ben ça sera pas la peine de venir me voir. J'en ai assez de ramasser tes conneries. Tu choisis de toute façon tout le temps de foncer sans réfléchir. Alors vas-y prend toi le mur ENCORE UNE FOIS.  T'es vraiment con, putain. J'en ai assez de toi. Sérieux si t'as fini de me frapper et de m'annoncer tes dernières bêtises, tu peux partir. J'ai une sieste à finir. » Qui parle de bêtise ? Explique nous Pete, explique nous pourquoi le couple de Nara et Albus en serait une. Pourquoi est-ce que Nara n’a aucune reconnaissance à tes yeux ? Hein ? EXPLIQUE. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de t’amadouer. Il avait beau clamer le contraire, c’était bel et bien Pete qui avait le mauvais rôle dans l’histoire. Nara n’avait rien fait de mal pour qu’elle le mette dans de tels états. « C’est toi qui es complètement débile par parole. Et on ne dort pas, tocard, on n’a pas fini.  » Répondit Albus en levant les mains et les yeux au ciel. Pete comprenait décidemment tout à l’envers. Il était tellement têtu en même temps, ça en devenait presque comique.
« En fait, tu sais quoi ? Tant mieux que tu te sois remis avec elle, tu te retrouveras pas tout seul. Moi je dis stop. T'auras qu'à la frapper elle tiens pour calmer tes nerfs, te plaindre de Sin à elle, l'engueuler pour tout et n'importe quoi. Je suis sûre qu'elle sera parfaite et qu'elle te donnera beaucoup plus matière que moi.  Toute manière, moi je me range, j'arrête les frais. Il est temps d'assumer mon rôle.  » Il allait arrêter de dire des bêtises oui ?  « HO Calmos bro, je comprendrais décidément jamais pourquoi Nara, ma copine te met dans tous tes états. » Albus, toujours debout, croisa les bras. C’était pas comme si la tirade de Pete l’avait calmé, mais disons qu’il appréciait de le voir au moins aussi fâché qu’il l’était quelques minutes auparavant. Oui, les colères de Pete étaient comiques, qu’on soit clair là-dessus. Voir quelqu’un d’aussi imperturbable et pompeux péter les plombs, c’était drôle. Mais c’était tout de même un sujet sérieux. Albus se défit de son petit sourire amusé et fronça les sourcils, pour avoir l’air un peu plus crédible. On parlait de sa copine, IL critiquait sa copine. Il y avait intérêt à ce que Pete se décide aujourd’hui à ne plus s’emporter de la sorte lorsqu’on évoquerait le sujet à l’avenir. Et lui qui parlait d’enfantillage, il n’était pas bien placé pour se l’ouvrir. C’est vrai quoi : il était persuadé que Nara était la cause de tous les soucis d’Albus et qu’elle n’avait pas fini de lui en faire baver. Et après presque un an de relation Pete était pas capable de lui donner une raison valable de son dégoût pour l’espagnole. A part le repousser quelques années auparavant, elle n’avait rien fait de mal. A part… Oh ! Peut-être que c’était ça en fait. « OH !  » A peine parti, le sourire d’Albus revint de plus belle. Crédibilité : zéro. A qui tu veux faire croire que tu défends l’honneur de ta copine, couille molle va ? « En vrai, t’es jaloux ! C’est ça ton problème ! Tu veux garder mon petit cul rien que pour toi hein, t’aime pas partager petit coquin !  » Albus s’assit à côté de lui, et lui bouscula l’épaule et rapprocha son visage du sien, pour murmurer à son oreille : « Je t’excite hein ? Pas vrai ? Jaaaaalouuuux  » Albus s’écarta jusqu’au fond du canapé en riant à gorge déployée.  « HAHAHAHA C’est Blake qui va pas être contente Petounet. » Il était con c’est pas possible. Incapable de rester sérieux deux minutes, on ne le refait pas. Il passait de la colère aux rires en un clin d’œil. Il mit quelques secondes à s’arrêter de rire, reprendre son souffle et retrouver une voix « décente ».  « Sérieusement Pete, tu vas m’expliquer c’est quoi ton souci avec Nara ? Parce que je sais pas si c’est parce que je suis con, mais moi j’ai toujours pas compris pourquoi tu l’aimes pas. » Il n’empêche que ça commençait à bien faire. Albus prit une grande inspiration, essayant de ne plus émettre un seul rire (c’était dur), et rajouta avant que Pete ne puisse répliquer quoique ce soit  : «Je vais rester avec Nara quoique tu dises, sache le, tu n’arriveras pas à me persuader du contraire. C’est moi le « méchant » de l’histoire, souviens-toi. C’est moi qui l’ai largué parce que je pensais qu’elle ne saurait pas se protéger seule vu toutes les emmerdes que je traine à mes pieds. Je suis le seul fautif dans cette histoire alors inutile de me la ressortir sur le tapis pour prouver à quel point Nara n’est « pas faite pour moi ». » Dit Albus d’un ton ferme et résolu. Il n’était pas venu pour entendre Pete critiquer sa petite amie. Certes, il n’était pas non plus venu pour la faire « accepter » de  Pete mais après tout, il n’avait pas besoin de son accord pour mener sa vie comme bon lui semble.

__________

Tide out, tide in, a flood of blood to the heart and the fear slipstreams ()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: like brothers, right? petbus   

Revenir en haut Aller en bas
 

like brothers, right? petbus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « COULOIRS » :: « SALLES SECRETES » :: salle de réunion-