Partagez | 
 

 sweet love | (é)TAYJER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: sweet love | (é)TAYJER   Dim 20 Avr - 10:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« What if I’m not the hero? What if I am... The bad guy? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Kriss était tranquillement chez lui en train de faire un petit peu de ménage. Il maniait actuellement le plumeau comme un chef. Moquez vous de lui si vous le désirez. Tout ça parce que ce n'était pas tellement viril ? Mais, lui aimait faire du ménage. En général ça lui permettait de calmer ses nerfs ou même de ne penser à rien. Il focalisait tout son esprit sur la tâche et tout allait pour le mieux. Oui, bien des fois il était agréable d'être en état de léthargie. Il est vrai que de la part de Jeremiah, c'était assez étonnant et pourtant c'était bel et bien le cas. Non messieurs, dames vous ne rêviez pas. En plus aujourd'hui, il avait eu besoin de faire une pause. Il n'était pas dans le meilleur état qui soit. Non, il se sentait un peu malade. Un début de rhume combiné à de la fatigue très certainement. Les choses étaient aussi toujours tendues au boulot. Azkaban, toujours les mêmes gens à torturer et cette impression de ne pas avancer. Pas tellement la joie, vous l'aurez compris. C'était surtout l'impression de ne pas avancer qui contrariait Jeremiah. Il n'avait pas été programmer à échouer, non bien au contraire ! Il était habitué à réussir constamment et dans tout, professionnel, affectif ou encore socialement. Il était un modèle de réussite, cela n'était pas nouveau. Mais avec Azkaban, il avait beau mettre tout son cœur à récolter ces foutues informations, la tâche s'avérait particulièrement ardue. Les prisonniers parlaient mais pas assez pour que cela soit concluant. Ils étaient dans le pétrin. Jeremiah savait que le Lord ne se contenterait pas de cela, qu'il demanderait très vite beaucoup plus. Seulement même si Jeremiah et l'équipe d'Azkaban augmentait l'intensité des tortures infligées, ils ne les feraient pas parler mais par contre, ils les tueraient sûrement. Le Lord ne voulait pas qu'ils les tuent, juste qu'ils parlent. Décidément, rien pour faciliter la tâche de Jeremiah. Il devait faire preuve d'un remarquable « self-control » depuis qu'il était à Azkaban car croyez bien qu'il avait tué mentalement plusieurs fois chacun des prisonniers de cette foutue prison.

À côté de cela, il y avait eu la mort de Declan qui avait marqué un véritable coup d'éclat à toute cette morosité ambiante. Perdre son meilleur avait été l'une des épreuves les plus difficiles pour l'aîné des McGregor. Ressentir si fortement la souffrance, vivre cette douleur avait été particulièrement difficile. Heureusement il avait pu se reposer sur Taylor, sa future femme si forte. Plus il y pensait et plus il était sûr qu'elle était la femme qu'il lui fallait. Elle était capable de le gérer et très certainement toutes les parties de lui : les bonnes comme les mauvaises. Enfin elle ne savait pas tout mais pour la première fois, Jeremiah se sentait capable de pouvoir tout confier à quelqu'un. Avouer qu'il avait un problème (sérieux) c'était tout de même le premier pas de la thérapie. Car oui, Jeremiah voulait croire à la guérison. Personne n'était condamné et il voulait être quelqu'un « de bien » pour Taylor. Enfin bien, pour un mangemort. Non mais parce que ce n'était sûrement pas la même définition de bien que pour le commun des mortels. Ils étaient des personnes exceptionnels allons c'était logique dans un sens, quand on y réfléchissait. Ils comptaient parmi les recrues les plus prometteuses de leur génération. Le couple McGregor marquerait l'histoire, c'était une certitude.

Jeremiah se dirigea vers l'un des buffet de son salon et mit de la musique. Un air de Debussy envahit l'espace venant remplacer le silence préexistant. Jeremiah sourit satisfait. De la musique, voilà la clé pour chasser d'autant plus toutes les mauvaises choses. D'autant plus que dehors une éclaircie montrait le bout de son nez. Le beau temps à Londres c'était quelque chose de précieux qu'on savait apprécier à sa juste valeur. Jeremiah s'approcha notamment de la fenêtre pour admirer la vue. Son appartement en plein dans le Chemin de Traverse offrait une jolie vue de Gringotts. Au moins comme cela, il n'était jamais loin de son argent. On dormait plus tranquille ainsi. Il entendit alors un grand fracas derrière lui. Il se retourna brusquement, plumeau en main pour faire face à... « Taylor ? » Elle ne semblait pas de bonne humeur. Non à en juger la tête qu'elle faisait, elle était même en colère. Était-ce de sa faute ? Pourtant il n'avait rien fait, enfin s'il l'avait énervée d'une quelconque manière, il n'en voyait pas la raison. Bah ça ne devait pas être à cause de lui, il se faisait trop d'idées. Peut-être que ça relevait également d'un égocentrisme trop développé. Ça pouvait être aussi cela. « Tu, un problème ? Quelque chose ne va pas ? » Il fronça les sourcils, signe de son inquiétude. À ce moment-là, un rayon de soleil vint illuminer son corps faisant scintiller très légèrement sa peau. Ses cheveux d'un blond éclatant, eux brillaient de mille feux. Il était vraiment très beau bien qu'il le soit au quotidien. Il avait toujours son plumeau dans la main mais ça ne le dérangeait pas le moins du monde. Comme il l'avait déjà dit, c'était quelque chose de naturel pour lui. Il avait un Elfe de maison qu'il maltraitait comme tout bon mangemort qui se respectait mais il aimait faire des tâches ménagères lui aussi. Ça n'était en rien incompatible ! Évoluez un peu. La société sorcière était certes plutôt archaïque mais ça ne voulait pas dire qu'ils étaient condamnés à l'être pour toujours. Nuance. Enfin Jeremiah attendait sa réponse tranquillement. Toute manière s'il était la source de la colère de Taylor, il la subirait quoiqu'il fasse donc autant se ménager et garder des forces pour la suite. Et non ça n'impliquait pas l'envoyer à Ste Mangouste, pas à chaque fois. Même pas de violences physiques tout court en réalité mais il est vrai que ça dérapait assez souvent de ce côté. Pas de leur faute si l'environnement était trop chargé en électricité et qu'ils y étaient particulièrement sensibles. C'était aussi la passion et la complicité. Tout était lié, enfin de compte. Tout s'expliquait !
créée par Matrona


__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: sweet love | (é)TAYJER   Dim 20 Avr - 12:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« It's impossible »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



La matinée semblait s’étirer indéfiniment et Taylor commençait à s’impatienter. Le personnel soignant l’avait installée dans un fauteuil du deuxième étage et l’avait abandonné sans plus d’explication, lui demandant seulement de patienter. La semaine dernière la mangemorte avait eu droit à sa visite annuelle à Sainte Mangouste, c’était une des directives d’un des bras droit du Lord qui préconisait la bonne santé et tout le bardouin. Cependant au lieu de lui envoyer les résultats par hibou postal, comme chaque fois, on lui avait demandé de revenir. Taylor ne s’était pas inquiétée outre mesure, mais l’attente commençait à devenir longue. Taylor se leva, pour aller rouspéter, mais un jeune homme la doubla. Il n’en fallait pas moins pour la mettre hors d’elle et ses yeux se mirent à lancer des éclairs et elle sortit sa baguette. Elle avait besoin d’être attendu et qu’on s’occupe d’elle, elle n’en pouvait plus d’attendre… Seulement l’homme ne lui laissa pas le temps de parler ou de réfléchir à un sort, de sa voix rauque il raconta son histoire tentant sûrement d’inspirer sa pitié. Il lui dit qu’il s’était transformé en loup garou la nuit précédente sans pourtant n’avoir été mordu et que pire, il partageait les pensées d’une certaine Leah Clearwater qui se plaignait tout le temps. La surprise de la surveillante face à ce ramassis de mensonge fut si grande qu’elle en oublia d’être méchante et qu’elle rangea sa baguette. Elle était en train de chercher une réplique acerbe, quand une guérisseuse s’approcha d’elle et lui demanda de la suivre dans son bureau. Docilement, la blonde abandonna son loup-garou mal luné et entra dans l’étroite pièce. « Vous devriez aller vous asseoir mademoiselle Kensington, je, hum. J’ai récupéré les informations sur vos prises de sang. » Comme la demoiselle ne savait pas que dire, elle lui tendit la fiche. Intriguée, la mangemorte regarda les informations sans que rien ne la surprenne … Rien ? Si, un mot. Un seul qui la tétanisa sur place. Un mot, deux syllabes, huit lettres. C’était la fin de sa vie, elle ne pouvait pas. Oh non. C’était impossible, toutes les précautions avaient été prises, elle s’était arrangée. Elle avait appris les sorts très tôt. Qu’est-ce qui avait foiré ? Taylor se creusait la mémoire, cherchant l’élément déclencheur. Elle était restée dans la même position et en avait presque oublié de respirer. Immobile, le regard fixe et perdu dans le vague, Taylor faisait peur à voir. « Félicitation. » Finit par reprendre la guérisseuse avec un sourire immense. Cette simple parole la rappela sur terre et de son regard noir le plus cruel, la demoiselle fusilla la guérisseuse. Elle lui répliqua d’une voix acerbe et méchante que cela n’avait rien d’une joie et elle quitta la pièce.

Elle avançait dans les couloirs d’un pas rapide, sa fureur augmentait avec sa vitesse. Elle avait suffisamment de soucis dans sa vie actuellement, pourquoi devrait-elle s’en rajouter un de plus ? Et le plus gros qui plus est. Ses mains se serrèrent en deux poings violents, elle aurait été capable de se battre à main nu contre n’importe qui, même s’il possédait la carrure de Clint O’Toole. Un homme à l’entrée tenta de l’arrêter et sans ménagement elle le gifla, lui rappelait sa supériorité. Même si Taylor n’était qu’une pionne, elle était si bien placée dans la hiérarchie du Lord qu’elle pouvait se le permettre. Elle aimait être crainte et inspirer la peur sur son passage, mais cette fois-ci cela ne suffisait même plus. Elle avait besoin de plus. Elle avait besoin de comprendre ce qu’il s’était passé. Alors qu’elle avançait toujours d’un pas rapide, elle jeta un coup d’œil sur la feuille, septembre était indiqué. Trois mois. TROIS PUTAIN DE MOIS. Elle se passa une main dans les cheveux et accéléra encore, si c’était possible. Elle avait décidé de se rendre à pied chez Jeremiah puisque celui-ci habitait dans le centre de Londres, au niveau du chemin de traverse. Et puis marcher l’empêcher de tuer quelqu’un, puisqu’elle devait se concentrer pour mettre un pied devant l’autre. Son visage exprimait une fureur monstre si bien que les parents rappelaient leurs enfants à eux, si bien qu’un passage se formait devant elle sans qu’elle n’ait besoin de le demander. Elle respirait avec force, on aurait pu croire qu’elle courait un marathon. Elle ferma les yeux et entra dans le bar du chaudron baveur. Peter, le serveur, lui proposa une boisson qu’elle refusa d’un geste sec de la main. Apparemment satisfait de la voir se diriger vers le chemin de traverse, l’homme soupira d’aise. Dans n’importe quelle autre occasion la demoiselle se serait retournée et l’aurait incendiée, mais son problème là était bien trop supérieur à toutes ces futilités qu’elle laissa couler et ouvrit le passage en tapotant -avec force certes- la troisième pierre à en partant de la gauche. Le mur s’ouvrit et elle avança dans la rue. Taylor n’était pratiquement jamais venue chez Jeremiah, mais elle connaissait le chemin. Son sens de l’orientation ne lui avait jamais fait défaut et sa mémoire était bien en place, malgré sa rage. Elle monta les marches deux à deux et ouvrit la porte. « Taylor ? » Le jeune homme avait réagi au quart de tour. La demoiselle n’avait pas frappé, ni sonné. Heureusement que c’était ouvert car elle aurait été capable de défoncer la porte. Ses yeux, noirs de rage, lançaient des éclairs. Elle ne remarqua même pas la propreté de la pièce, ni le plumeau dans la main de son amant, elle n’observa pas le corps de Jeremiah qui luisait au soleil comme des milliers de diamants étincelants. Non, la seule chose qu’elle voyait c’était ce foutu papier qu’elle tenait encore dans ses mots. Elle n’avait toujours pas prononcé un seul mot depuis la nouvelle. « Tu, un problème ? Quelque chose ne va pas ? » La question la surprit. Elle avait oublié pourquoi elle était ici. Dans un brusque accès de colère, elle attrapa un vase dans l’entrée et le jeta sur le sol. Un magnifique vase bleu qu’en temps normal le jeune homme aurait pu rattraper en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire. Seulement les pupilles dilatées par l’énervement de la demoiselle l’empêchèrent de faire le moindre geste. « UN PROBLEME ? » hurla-t-elle. Sa propre voix la surprit, elle prit une profonde inspiration et chercha des yeux une autre chose à casser. Cela faisait vraiment du bien de sentir les objets exploser en mille morceau à ses pieds, mais cela ne suffisait pas encore. « Un problème qui est aussi ton putain de problème. » Elle n’avait pas hurlé, mais sa voix restait forte. Elle détachait chacun de ses mots et les ponctuait de regards meurtriers. Elle n’avait pas envie de prononcer le mot, elle ne voulait pas le dire, elle ne voulait pas rendre la chose plus réelle. C’était déjà trop que de le savoir, alors le dire. « Trois mo… » Les mots n’avaient pas franchi ses lèvres, ils s’étaient perdus entre ses cordes vocales et sa gorge. Comme si Merlin même l’empêchait de le dire. Comme s’ils étaient tabou. Ce qui était un peu le cas, c’était trop irréel pour être prononcé.  Pourtant elle savait le dire pour les autres, elle savait se moquer, se réjouir -si c’était réellement nécessaire-, ou faire sa commère. Pour elle, c’était une autre paire de manches. Elle inspira. Elle ne voulait pas que Jeremiah l’apprenne sur un bout de papier comme elle l’avait fait. Elle s’arma de courage -ou alors de haine ?- et prononça la phrase en entier. « Trois mois que je suis enceinte. » Elle n’avait pas crié, mais c’était tout comme. Chaque mot avait traversé l’air avec une force surhumaine. Chaque syllabe avait quitté ses lèvres pour pénétrer avec rage dans les oreilles de son fiancé.  Elle était déboussolée, perdue, énervée, haineuse. Elle aurait pu tuer le monde entier. Pourquoi fallait-il que cela arrive à elle ? Comment n’avait-elle pas pu le remarquer avant ? Que s’était-il passé ? Quand est-ce que le fœtus avait-il était fécondé ? Tant de questions et tant d’énervements. La blonde était au bord de la crise de nerfs, elle n’allait pas tarder à s’attaquer à un innocent. Enfin Jeremiah était-il réellement innocent ? Taylor s’empêcha de se poser plus de question, elle haïssait les filles qui s’en posaient à longueur de journée alors elle se contenta de faire ce qu’elle savait faire le mieux : détruite et abîmer. « RAHHHHH. » hurla-t-elle en attrapant un cadre photo qu’elle envoya valser au sol. Elle savait que Jeremiah allait l’arrêter à temps, avant qu’elle ne détruise tout l’appartement, mais au pire cela lui ferait faire faire un peu plus de ménage. Et il serait bien heureux d’astiquer son plumeau, alors voilà elle lui rendait service. Sa rage empêchait tout autre sentiment, heureusement car elle n’aurait pas voulu pleurer comme un être faible pour une chose aussi futile. Enceinte, était-ce vraiment de Taylor qu’on parlait ? Pourrait-elle être mère un jour ? Oh, certainement pas dans l’immédiat.

créée par Matrona


__________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: sweet love | (é)TAYJER   Sam 24 Mai - 4:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« What if I’m not the hero? What if I am... The bad guy? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Elle cassa un vase. Rectification ce n'était pas un vase lambda, non. C'était un vase ramené d’Égypte par sa mère. En effet, elle l'avait acheté en compagnie de ses amis Amun et Kebi. Jeremiah ne les a rencontré qu'une fois mais il trouvait ce vase particulièrement beau. Il aurait pu emmener Taylor en Égypte mais là c'était mort ! Non mais regardez le vase, il était foutu. Même si Jeremiah le réparait par la magie, les dégâts continueraient à se voir. Taylor n'avait donc aucun respect pour le matériel ? Certes, ils étaient riches mais ça ne voulait pas tout dire qu'elle pouvait tout casser. Si sa mère apprenait que Taylor avait cassé le vase, elle pourrait passer un mauvais quart d'heure. Autrement dit, ça n'aiderait absolument pas à améliorer leurs liens. « UN PROBLEME ? » Oui c'est bien ce qu'il lui avait demandé mais au son de sa voix, il sentit bien que le terme était mal choisi. À tous les coups, il n'était pas assez fort. Qu'avait-il donc fait ? Rien, rien. Arrête Jeremiah de croire que tu fais des choses quand il est évident que tu n'as rien fait. Des fois, il pouvait être très... statique. Oui quasiment une statue, c'était cela quand on ne bougeait pas depuis des décennies. « Un problème qui est aussi ton putain de problème. » Oh merde, il a parlé trop vite. En fait il avait sûrement du faire une connerie. OU alors elle avait fait une connerie qui le concernait. Ouais à tous les coups, c'était de sa faute. Pourquoi ça serait toujours la sienne, de toute manière ? C'est vrai, il était brillant. Il ne faisait pas de conneries (ou presque). En tout cas, le jeune McGregor n'appréciait pas tellement les regards meurtriers que lui lançaient sa fiancée. Il préférait largement lire l'adoration dans ses pupilles plutôt que de la haine viscérale. Mais par Merlin, qu'avait-elle ? Ça ne pouvait pas être quelque chose de si grave. « Trois mo… » Trois quoi ? Des mots ? Des moules ? Des morilles ? Des mornifles ? Y avait tout un tas de possibilités qui rendaient la probabilité quasiment nulle que Jeremiah devine tout seul. Non il avait besoin d'un petit coup de pouce de la part de Taylor pour le coup.

Mais elle allait parler à la fin ? Jeremiah n'en tenait plus. Il avait limite envie de la secouer pour qu'elle sorte de son mutisme. « Trois mois que je suis enceinte. » Quoi ? Attendez QUOI ? QU'EST-CE QU'ELLE AVAIT DIT ? Enceinte comme quand genre une femme a un enfant... dans son ventre ? La bonne blague. Ils se protégeaient, ils n'étaient pas fous. Ils ne voulaient pas d'un envahisseur qui foutait tout en l'air. Jeremiah ne voulait pas de gosse, pas maintenant. JAMAIS DE LA VIE. D'où elle sortait cette connerie ? Parce que pour le coup, oui ça ne pouvait être qu'une ineptie. Le médicomage qui lui avait ce diagnostic s'était forcément trompé, il ne pouvait y avoir d'autres solutions. Un fœtus de trois mois ? Ahahahah. En fait non ce n'était pas drôle. « Impossible. » Il l'avait plus dit pour lui que pour elle mais Taylor avait sûrement du l'entendre. Cette réaction ne lui conviendrait peut-être pas mais il était en état de choc lui aussi. Il avait tout le même le droit d'avoir un peu temps pour accepter et même de ne pas bien apprendre la chose. Ils détestaient les gosses bordels. Il n'en voulait pas, Taylor non plus, un gosse ne pouvait pas apparaître dans ses conditions, à moins que... A moins que le truc était un emmerdeur. Ou attendez une petite minute, Taylor aurait pu coucher avec un autre homme pas aussi malin que Jeremiah et qui n'aurait donc pas pris ses précautions. VOILA LA VERITE. La salope. Non, non elle ne le trompait pas. Pourquoi même émettait-il l'hypothèse que ça soit le cas. Après tout, tous les deux s'aimaient vraiment. Il fallait qu'il arrête de réagir comme un enfant, qu'il se mette à réagir comme un homme. C'était ce qu'il était après tout.

« RAHHHHH. » Et voilà qu'elle recommençait à tout casser. Il fallait que ça s'arrête ça et très vite parce que ces meubles, il les aimait tout de même. Ce n'était pas primordial mais ça avait de la valeur. Il s'avança donc vers elle pour lui prendre doucement les poignets et l'empêcher donc de faire plus de dégâts. « Arrête, tout casser n'arrangera rien. » Une parole de raison, enfin. Merci Jeremiah. Bon maintenant qu'il avait dit ça, il devait enchaîner. « Tu en es vraiment sûr ? Non mais ça pourrait être une erreur. » Il fit une pause mais savait très bien que ça ne conviendrait pas à sa bien aimée. « Excuse-moi d'être septique mais on s'est protégé. On a fait en sorte que ceci n'arrive pas. » Ceci = bébé. Non mais je préfère préciser. En plus de cela, ça montrait à quel point la future progéniture n'avait aucune attribution d'humanité. On oublie pas que le couple Kensington-McGregor était un couple de méchants. « Tu veux faire quoi ? » Il essayait de se montrer compréhensif et tout. Franchement on pouvait pas lui reprocher de pas faire ce qu'il fallait... ou justement si.
créée par Matrona


__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: sweet love | (é)TAYJER   Mer 11 Juin - 8:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« It's impossible »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



La nouvelle lui retournait la tête. Enceinte. Non mais n’importe quoi. Comme si un être magique pouvait vivre à l’intérieur de son ventre, comme si une créature allait la vider de ses denrées alimentaires et de son sang. Ils n’avaient qu’à l’appeler Renesmée et ils avaient tout gagné. « Impossible. » Fut la première réaction de Jeremiah et le regard que lui lançait Taylor fut assez convaincant. Elle aurait aimé qu’il réagisse bien, mais elle-même ne connaissait pas la façon dont il fallait réagir. Tuer cet embryon encore dans son œuf ? Le laisser vivre et l’élever ? Que fallait-il faire ? La jeune professeur de sortilège sentait des larmes de rage lui monter dans les yeux, mais elle refusait de les laisser s’emparer d’elle. Taylor était plus forte que son mécanisme intérieur, c’était elle qui dirigeait et les réflexe naturels n’avaient pas leur mot à dire. Elle était pourtant sur le point de paniquer et jeter des objets au sol pour se rassurer. Seulemetn en quoi cela la rassurait ? En rien du tout, mais peut être que si elle tuait quelqu’un cela l’aiderait plus ? Oui, mais qui. Alerte alerte ! Qui était d’accord pour souffrir pour calmer les nerfs de Taylor ? Garrett au premier rang ? Oh merci ! « Arrête, tout casser n'arrangera rien. » Jeremiah avait enfin retrouvé la parole, après l’avoir regarder détruire des tas d’affaires sans raison. Seulement la jeune femme était bien trop énervée pour s’arrêter. Elle attrapa un cadre photo, mais la main de Jeremiah se posa sur le bras de l’ancienne serpentarde. Ce simple geste la fit se redresser et automatiquement elle reposa le cadre à sa place. Elle aurait été soumise à sortilège de l’impérium ç’aurait été la même chose, mais non, elle était juste totalement chamboulée et avait besoin de la présence de Jeremiah à ses côtés. Ce simple contact lui montra qu’elle n’était pas seule. Ce n’était peut être rien, mais pour une jeune fille qui avait enchaîné les déceptions et les trahisons, cela voulait dire beaucoup. Même s’il était aussi perdu qu’elle, même s’il ne l’acceptait pas, ils étaient deux. Et ensemble on construit un empire. « Tu en es vraiment sûr ? Non mais ça pourrait être une erreur. » Le regard lancé par la demoiselle fut assez éloquent, comme si Taylor laissait la marge à des erreurs dans sa vie. Elle lui remit la feuille qu’elle avait récupérée à Sainte Mangouste sous le nez. Tout concordait. Le nom de Taylor Kensington apparaissait en gros au-devant déjà, puis on voyait son groupe sanguin, ses ancêtres -pertinent- et même le nom du guérisseur chercheur qui avait testé les fioles : Carlisle. Non, sérieusement, tout était malheureusement bien trop vrai. Taylor et Jeremiah devait se rendre à l’évidence. « Excuse-moi d'être septique mais on s'est protégé. On a fait en sorte que ceci n'arrive pas. » La blonde eut un accès de doute, elle cligna des yeux plusieurs fois et le regarda avec étonnement. Mais il ne semblait pas se rendre compte de ses paroles accusatrices et violentes. Elle resta sur le cul quelques secondes et ne sembla plus pouvoir réagir. La main de Jeremiah, toujours posée sur son bras, lui semblait soudain brûlante comme marquée au fer rouge. Sa rage grandissait alimenté par son désir de ne pas avoir d’enfants. Pourtant si elle avait regardé les yeux de Jeremiah elle n’aurait pas vu le soupçon. Si elle avait été attentive, elle n’aurait pas aperçut le doute, mais il était trop tard. « Tu veux faire quoi ? » Elle n’en pouvait plus, c’était une remarque de trop, alors sous le coup elle explosa. « TU TE RENDS COMPTE DE CE QUE TU INSINUES ? TU FAIS EXPRES ? TU TE MOQUES DE MOI ? CAR BIEN SUR CE SEARIT DE MA FAUTE ? ON S’EST PROTEGES MAIS LE SEUL RISQUE, LA SEULE ERREUR VIENDRAIT DE MOI ? OH BIEN. TRES SPIRITUEL. » Ses paroles n’avaient plus de sens, les mots coulaient de ses lèvres et se déversaient sur le pauvre Jeremiah innocent. Elle n’en pouvait plus. Elle était pétrifiée par la rage, ses paroles n’étaient que méchanceté et sans aucun lien. Elle allait craquer. Il suffisait que Jeremiah pose sur elle un regard doux et elle se calmerait. Il suffisait que son fiancé pose un regard dur et elle repartirait au quart de tour. Il suffirait que son amant pose sur elle un regard interloqué et elle se stopperait net. Elle était perdue, mais elle avait besoin de lui. Et la meilleure façon de montrer qu’on avait besoin de quelqu’un était de le cacher. Oui l’esprit d’une femme est retors, mais si c’était trop simple de traverser toutes les couches ce ne serait plus vraiment drôle. « Alors oui, accuse-moi d’être fidèle et que ces connards de putain de sortilèges de protections ne marchent pas. MAIS BORDEL SI TU NE ME FAIS PAS CONFIANCE JE NE VOIS PAS CE QUE CECI (comme tu dis) VIENDRAIT FAIRE CHEZ NOUS. » Autrement dit, je ne veux pas le garder et c’est de ta faute. Oh, comme c’était tellement plus facile d’accuser l’autre et de dire des horreurs sans noms sur le dos de l’autre. Taylor n’avait jamais prévu d’avoir un enfant si rapidement, pour elle mettre au monde était un devoir car il fallait perpétuer l’amour du Lord sur de nombreuses générations encore. Taylor se passa une main sur le visage et hurla sa rage de nouveau. « RHA. » Un cri de rage qui sortait du fond du cœur mais qui n’avait aucun sens. Sans réfléchir la demoiselle chercha du regard quelque chose à exploser, une fois de plus. Certes Jeremiah ne serait pas heureux, mais quelle douce vengeance que de détruire son mobilier alors qu’il reste impassible. Elle détestait le manque de confiance dans ce couple, elle avait bien cru qu’il avait réussi à passer par-dessus, après toutes années de sournoiseries et de bluffs, voilà qu’ils devaient jouer sur une autre table. C’était peut être difficile de changer du tout au tout, mais ils n’avaient pas le choix, ils allaient devoir le faire. Taylor avait décidé de lui faire confiance, même si cela faisait mal. « Et puis tu crois vraiment que je viendrais te l’annoncer comme ça si je t’avais trompé. » lâcha-t-elle dans un souffle méprisant.

créée par Matrona


__________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: sweet love | (é)TAYJER   Lun 10 Nov - 8:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« What if I’m not the hero? What if I am... The bad guy? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Vu la tête de Taylor, il fallait qu’il imagine l’hypothèse qu’il avait fait quelque chose de mal. Peut-être qu’il aurait mieux fait de fermer sa gueule en fait. Elle allait le déchiqueter, le découper en morceaux oui. Elle avait de la rage en elle, ça se lisait tous les yeux. A tous les coups, elle allait devenir incontrôlable et lui lacérer le visage avec ses ongles tellement affutés qu’on dirait des griffes. Oui, oui il aurait des cicatrices absolument dégueulasses et il devrait vivre avec cela pour le restant de sa vie. Ah pour les autres, il inspirerait de la pitié. Alors que bordel il était Kriss Jeremiah Alvaric McGregor, le beau gosse qui vous inspire la crainte et le respect mais certainement pas la pitié. En même temps, c’est vrai que remettre en cause les affirmations de la belle n’était pas une chose très judicieuse. Il aurait mieux fait de se taire mais il avait paniqué. Ça peut se comprendre quand même vu la bombe qu’elle venait de lui lâcher. « TU TE RENDS COMPTE DE CE QUE TU INSINUES ? TU FAIS EXPRES ? TU TE MOQUES DE MOI ? CAR BIEN SUR CE SEARIT DE MA FAUTE ? ON S’EST PROTEGES MAIS LE SEUL RISQUE, LA SEULE ERREUR VIENDRAIT DE MOI ? OH BIEN. TRES SPIRITUEL. » Voilà. Evidemment, elle sur-réagissait. Il avait dit que c’était peut-être une erreur, une erreur médicale si ça se trouve par forcément elle. Et puis même il n’allait pas dire que c’était de sa faute puisqu’il avait fait les choses bien. Elle ne pouvait pas lui mettre la faute sur le dos, il refusait. C’était un non catégorique ! Jeremiah fronça les sourcils, perplexe. Il ne savait pas exactement ce qu’il devait faire pour la calmer. Taylor avait un côté sanguin, côté qu’il aimait bien d’ailleurs car il n’y avait jamais de routine entre eux. Non leur quotidien était toujours pimenté mais là, il est vrai qu’il s’en serait passé. Elle pétait les plombs littéralement. Il pouvait le comprendre car si c’était lui qui portait un bébé, il paniquerait aussi. Mais c’était trop d’émotions intenses pour lui. On vous rappelle que quand ça va pas, le jeune homme tuait des rousses pour se calmer et se faire plaisir. C’était vraiment pas un bisounours. « Alors oui, accuse-moi d’être fidèle et que ces connards de putain de sortilèges de protections ne marchent pas. MAIS BORDEL SI TU NE ME FAIS PAS CONFIANCE JE NE VOIS PAS CE QUE CECI (comme tu dis) VIENDRAIT FAIRE CHEZ NOUS. » Elle commençait à tout interpréter et de travers. Est-ce qu’il pensait qu’elle lui était infidèle ? Oh si jamais c’était le cas, il péterait les plombs lui aussi et ça ne serait vraiment pas joli à voir. Il lui ferait du mal à coup sûr, très mal. Personne ne voulait voir ça, croyez le bien. Quant aux sortilèges, ah oui ça lui semblait le plus logique que le problème vienne de là. Putain, il allait faire un scandale à Ste Mangouste. Il avait le bras long, des relations et ça allait chier. Fois de McGregor ! Calme Jeremiah, tu vas pas taper un scandale à Ste Mangouste quand même, ça serait te ridiculiser plus qu’autre chose. C’est pas faux.

Taylor continuait dans sa folie meurtrière. Jeremiah tenait à ses meubles, il préférait qu’elle ne casse pas tout mais il n’avait pas levé le petit doigt encore. C’était facile de se plaindre quand on ne faisait rien. Peut-être que c’était ça : il restait immobile trop longtemps tellement qu’il se changeait en statue. C’était triste cette vie, ce présage tout de même. « Et puis tu crois vraiment que je viendrais te l’annoncer comme ça si je t’avais trompé. » On reparlait de cela, une nouvelle fois ? Evidemment qu’il ne pensait pas qu’elle l’avait trompé. Ils avaient fait du chemin tous les deux, il était pourtant évidant à Jeremiah que tous les deux avaient l’envie d’être exclusifs. Certes au début de leurs fiançailles, ils étaient loin d’être fidèles, Merlin sait qu’ils ont des aventures. Mais maintenant et bien maintenant aux yeux de Jeremiah, ça ne l’intéressait plus. Oui il côtoyait des jeunes femmes très jolies mais elles n’étaient pas Taylor. Lui voulait Taylor. C’est bien pour cela qu’il l’avait réellement demander en mariage, une proposition sincère et touchante. Enfin, c’est l’impression qu’il en avait eu. Il avait du mal à le dire, c’est vrai mais il pensait qu’elle le savait. Il lui semblait que dans ses actes il lui renvoyait le message qu’il était bien avec elle. Peut-être qu’il faisait les choses mal au final, peut-être. C’est là qu’il eut un électrochoc et qu’il se mit donc en mouvement. Déjà il se rapprocha de Taylor, main devant comme pour se protéger un peu. Il lui dit calmement. « Si tu commençais par arrêter de casser tous mes meubles, on pourrait peut-être s’asseoir et discuter tranquillement. » Il ne lui posait pas la question parce qu’il ne lui laissait pas le choix, en fait. Il se rapprocha d’elle, lui prit la main et la conduisit vers le canapé où ils s’assirent tous les deux. Jeremiah souffla avant de lui dire, essayant d’être le plus diplomate possible. Ce qui était très difficile pour le jeune McGregor. Enfin il était diplomate au travail avec ses semblables (les sang purs donc) mais dans sa relation amoureuse, c’était plus que différent. « Je n’ai jamais dit que tu me trompais. De toute façon, si jamais c’était le cas, t’inquiète pas que je ne réagirais pas du tout de la même manière. Pour moi, on est exclusif, ça me semble évident. » Son ton s’était fait plus menaçant mais il voulait qu’elle imprègne parfaitement ses paroles une bonne fois pour toute. Et puis, il ne voulait plus qu’elle le remette en cause de cette manière, il avait passé l’âge. Cordialement. Ça pouvait faire écho à l’une de leurs visites à Ste Mangouste mais mieux ne fallait-il pas rappeler ce douloureux souvenir. « Tu croyais que quoi ? Que j’allais sauter au plafond ? Je veux pas de gosse, enfin pas maintenant. Et vas-y, fais-moi croire que tu attendais que ça d’être mère. On est même pas marié encore et je suis en plein dans mon ascension professionnelle. J’ai pas le temps pour un gosse. » Il ne faisait que dire la vérité même si elle était pas jolie. Toute manière, tous les deux ne formaient pas un couple classique. Ils ne souhaitaient pas ce que tout couple souhaité : une petite vie bien rangée. Non, ils n’étaient pas de cette trempe-là. « Tu nous vois, nous avec un enfant ? » Rire nerveux. Il est possible voir à parier qu’ils seraient les pires parents du monde à l’heure d’aujourd’hui.

Spoiler:
 
créée par Matrona


__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: sweet love | (é)TAYJER   

Revenir en haut Aller en bas
 

sweet love | (é)TAYJER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: chemin de traverse :: appartement de K. Jeremiah McGregor-