Partagez | 
 

 Samara ▽ i need you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


propriété de rhys Ϟ
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/04/2014
► parchemins : 102


MessageSujet: Samara ▽ i need you   Jeu 17 Avr - 23:03


«Have you ever had a feeling
That we're not alone? »



Il l’avait observée longuement, elle le savait car elle avait fait de même, jusqu’à ce que leurs regards se croisent. Une grimace s’était dessinée sur son visage alors qu’Ashara rougissait et détournait rapidement les yeux pour les reporter sur sa lecture. Elle n’avait pas fait exprès de s’asseoir si près d’Aidan, n’avait même pas remarqué sa présence avec que son amie ne lui glisse un coup de coude dans les côtes et désigne le jeune homme du menton. Depuis lors, Ash n’avait plus été capable de se concentrer sur quoique ce soit d’autre que le jeune Campbell. Elle aurait voulu s’approcher plus encore, lui glisser un mot, comme elle le faisait auparavant, parler avec lui, comme auparavant. Mais c’était impossible, car tout avait changé. Elle avait changé, c’était certain. Plus sûre d’elle, plus à même se défendre. Elle n’était plus la petite fille fragile qu’il avait un jour connu, celle dont il pansait les blessures causées par son père. Elle n’était plus la petite qui craignait l’avenir, qui avait peur du passé. Elle n’était plus rien de tout cela. Mais lui aussi avait changé. Elle le voyait dans son regard. Celui-ci était plus sombre, plus dur. Il devenait un homme, un vrai, se laissait même pousser la barbe. Il regardait les autres filles comme jamais il ne l’avait fait, s’amusait à lancer des sourires à celles qui le draguaient depuis toujours. Ashara détourna le regard, dégoûtée. Elle ne comprenait pas son petit manège, ce regard qu’il lui jeta alors qu’une élève de Serpentard venait de lui frôler le bras. Elle aurait aimé se jeter sur elle et l’envoyer paître. Non. En réalité, elle aurait aimé que ce soit lui qui l’envoie paître. Mais au lieu de cela, elle le vit écrire un mot et le lui envoyer. Cette vision brisa le cœur de la jeune Gryffondor. Il utilisait leur moyen de communication avec d’autres. Elle en eut la nausée. Elle le pensait plus loyal que cela. À quoi jouait-il ? La jalousie s’immisça dans son cœur, la colère aussi. Une colère qu’elle n’avait pas ressenti depuis tant de temps. Mais très vite, la colère fut remplacée par la tristesse. Elle évaluait à présent tout ce qu’elle avait perdu, ce qu’elle avait détruit. Elle l’avait voulu, mais ne pensait pas que les choses iraient aussi loin. La détestait-il ? Oui, peut-être. Elle l’avait trahi, en un sens et il ne comprenait pas que ce geste lui avait couté beaucoup plus qu’elle ne le laissait paraître. Elle lui avait rendu sa liberté, l’avait poussé à ce qu’il choisisse son frère plutôt qu’elle car elle ne voulait pas que la rancune s’installe dans leur relation. Elle voyait aujourd’hui à quel point elle avait tord. Mais agissait-il de son propre chef ? Ou était-ce la voix de Rhys qui se glissait dans ses oreilles et lui empoisonnait l’esprit ? L’aîné Campbell n’était-il pas entrain d’influencer son frère au point qu’il déteste Ashara ? De cela, elle doutait moins. Elle en était même presque persuadée. Il ne pouvait la haïr avant tant de force sans l’influence de son aîné, c’était impossible. Et pourtant.

Ash jeta un dernier coup d’œil à Aidan puis se releva d’un coup, fermant d’un coup sec son livre au passage. S’ensuivit un long combat de regard entre les deux protagonistes. Elle le supplia, du regard, elle lui demandait de la pardonner, mais la rouge et or se confrontait à un mur. Elle heurta un regard de glace, dur, froid. Elle ne put que détourner les yeux et s’éloigner rapidement. Aidan n’avait pas pu ne pas voir le regard humide de la jeune fille. Il n’avait pas pu ne pas comprendre qu’elle s’apprêtait à pleurer, elle qui ne pleurait que rarement. Il n’avait pas pu vu la fragilité dans son regard, reflet de la fêlure dans son cœur. Elle fit le trajet jusqu’à la tour des Gryffondors sans réellement s’en rendre compte. Elle savait que les choses étaient sérieuses, mais pas à ce point là. Elle ne s’imaginait pas que cela dégénèrerait tant entre elle et le jeune Campbell. Elle jeta son livre sur son lit sans prendre gare à ce qu’il s’y trouvait. Elle entendit un tintement métallique. La jeune femme se pencha et ramassa le collier offert par Aidan quelques années plus tôt. Son estomac se serra à la vue du bijou. Il lui rappelait tant de souvenir, une autre époque, une autre vie. Le collier était fait d’or et représentait le signe de l’infini. Le métal sembla lui brûler la peau, aussi elle préféra l’enfouir au fin fond de sa malle. Là, elle l’oublierait, elle en était sûre. Elle ne se rappelait même pas l’avoir enlevé, il ne quittait pourtant jamais son cou. Peut-être l’avait-elle ôté durant son sommeil. Cela ne l’étonnerait même pas.

Ashara ne voulait pas rester là, elle en était incapable. Elle fit demi tour et se mit à déambuler dans les couloirs sans but particulier. Jusqu’à ce qu’elle aperçoive Samaël. Elle se figea. Il ne l’avait pas encore vue. Son cœur se serra dans sa poitrine. Lui aussi, elle était persuadée de l’avoir perdu. Un autre nom à ajouter sur la liste déjà trop longue. Un goût amer se glissa dans sa bouche. Elle avança à la rencontre du Serpentard. Elle ne pouvait pas s’excuser auprès d. ’Aidan, mais elle pouvait le faire avec Samaël. Le silence entre eux avait trop duré. Elle avait besoin de lui dans sa vie, elle s’en était rendue compte au moment-même où elle l’avait repoussé et se demandait encore aujourd’hui, des mois plus tard, pourquoi elle avait agi comme elle l’avait fait. Elle regrettait énormément d’avoir repoussé le jeune homme. Elle savait qu’avec lui, elle aurait pu être heureuse et que les choses se seraient déroulées bien différemment. Mais non. Elle avait dû écouter sa peur. Enfin, il la vit. Il était clair qu’elle voulait lui parler, aussi fut-elle reconnaissante qu’il ne tourne pas les talons pour la laisser en plan. « Salut … On peut parler, toi et moi ? » Elle attendit un signe de réponse positive et, quand il accepta, décida de l’emmener dans le parc. Elle ne voulait pas faire cela dans le château, aux vues et au sues de tous. Elle avait aussi besoin d’air, de se changer les idées. Le trajet se déroula dans le silence le plus complet. Elle se rendit compte que ses mains étaient moites, que son cœur cognait fort dans sa poitrine. Elle avait peur, encore une fois. Mais Ash fit taire sa peur. Une fois arrivée à l’extérieur, elle proposa au Serpentard de s’asseoir près d’un arbre, comme ils avaient l’habitude de le faire quand ils se parlaient toujours. « Je … » Elle se tut, inspira, expira, chercha à ne pas écouter les battements irréguliers de son palpitant. « Je suis désolée, vraiment. Je n’aurais pas du agir comme je l’ai fait, te repousser sans jamais te donner d’explication valable. » Elle n’osait pas croiser son regard. Elle se mit à enrouler un brin d’herbe autour de son doigt, chercha ses mots. « Tu comptes énormément pour moi Samaël, tu as toujours compté à mes yeux et je me rends compte que je suis une idiote d’avoir laissé tout ce temps s’écouler sans jamais venir m’excuser. J’espère que tu pourras me pardonner. » J’ai besoin de toi. Mais elle ne le lui dit pas, pas encore. Elle était trop pudique, trop réservée pour se laisser aller à ce genre de confession. Elle ne l’avait jamais fait avec Aidan, ni Pete et ne commencerait probablement pas aujourd’hui.

__________

Ne me quitte pas - Il faut oublier, oublier le temps des malentendus et le temps perdu à savoir comment. Oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi, le cœur du bonheur. Ne me quitte pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 04/05/2013
► parchemins : 266


MessageSujet: Re: Samara ▽ i need you   Sam 19 Avr - 6:46


«Have you ever had a feeling
That we're not alone? »



Ses doigts tapotaient la table de la bibliothèque. Il essayait de se concentrer sur le parchemin qu'il avait déroulé devant lui. En vain. Il lisait les mots sans les comprendre. Ils défilaient devant lui comme par magie, mais le jeune homme n'en saisissait pas le sens. Il enfoui son visage dans ses mains. La fatigue commençait à le submerger. Jamais il n'aurait pensé travaillé autant en classe préparatoire. Mais il devait continuer, il s'était promis de réussir cette année pour sa soeur, sa mère et surtout Heaven. Il voulait qu'elles soient fières de lui et aussi que son père soit fier de lui où qu'il soit. Il faisait tout pour être le digne fils de son père, un résistant convaincu. Le serpentard savait qu'il n'approuverait pas à cent pour cent tous ses choix, mais il se donnait bonne conscience en se disant qu'il le faisait pour le bien être de sa famille et de ses amis qui lui étaient chers. Sa soeur lui reprochait d'être trop impliqué dans la cause résistante, mais il ne pouvait faire autrement. Il avait ça dans le sang, c'était plus fort que lui. Tout comme son impulsivité et sa brutalité. Quoique ce coté là se calmait depuis qu'Alistair avait quitté l'enceinte de Pourdlard. Aucune des personnes restées à Poudlard ne le cherchaient autant que lui. Samaël ne pouvait nier que ça lui faisait du bien de ne plus être constamment sur la défensive, à attendre un nouveau coup d'Alistair ou qu'il cherche sa soeur pour quelle que raison que se soit. Le vert et argent était soulagé sur ce point, mais il savait qu'il le reverrait un de ses jours. En attendant, il profitait de son absence. Du coup, il n'avait plus aucune raison pour ne pas travailler. Il n'était plus constamment déconcentré par les coups bats de son ennemi. Il n'avait plus de souci à se faire pour Willow ou même Heaven. Quoi que pour cette dernière, c'était une autre affaire... Le jeune homme n'arrivait pas vraiment à se la sortir de la tête. Pas depuis cette fameuse nuit. Son regard était dans le vide. Des pensées toutes différentes les unes des autres défilaient dans son esprit. Il s'était perdu. Il ne remarqua même pas que quelqu'un s'était installé à coté de lui.

Il fut sortie de ses pensées par une main qui fouillait ses cheveux. Il se figea sortant de se torpeur. « Tu travailles vraiment là ? » Ses yeux rencontrèrent ceux d'Ophélia. Ses yeux verts le transpercèrent. Elle le scrutait, elle essayait de le sonder. Le brun la connaissait bien. Elle s'était mise en tête qu'il se passait quelque chose entre Samaël et Heaven. Elle ne semblait pas heureuse à la connaissance de cette nouvelle malgré que Samaël niait l'évidence. Ophélia n'avait pas à tout savoir sur lui. Ils n'étaient pas un couple, ils partageaient seulement un lit à l'occasion. Elle lui avait fait une scène la dernière fois. Le serpentard lui avait bien fait comprendre qu'elle n'en avait pas le droit. Pas d'attache, c'était leur deal. Ce n'était pas la rousse qui allait lui dicter sa vie, ni décider à sa place. « Ça fait un moment qu'on s'est pas retrouvé que tous les deux... » Sa voix était pleine de sous-entendu. Samaël la scruta. Aucun sourire sur les lèvres. Il sentait toujours la main de la serpentarde dans ses cheveux. Il racla sa gorge qui était sèche. Il n'avait pas encore prit son déjeuner. La soif et la faim commençaient à s'emparer de lui. « Non, je ne travaille pas. Et non, je ne viendrais pas avec toi. » Il avait été direct, net et précis. Il fallait qu'il pause des limites. « Ca fait trois fois que tu me fais le coup Sam... » « Tu devrais prendre l'habitude, car ça risque d'être plus souvent le cas. » Il se leva et ramassa son parchemin. Ophélia était toujours assise et assimilait ses paroles. Le jeune homme voyait que ça bouillonnait à l'intérieur. Elle allait se lâcher d'une minute à l'autre. Il valait mieux qu'il soit partit avant sinon il en aurait pour des heures. De toute façon la faim le tiraillait. Le brun ramassa ses papiers dans sa besace et sortit de la bibliothèque. Il entendit quelqu'un taper une table. Ophélia sans aucun doute, elle était si impulsive, comme lui. Le sorcier ne se retourna pas et continua son chemin. Il descendit les marches. le jeune homme était arrivé au rez-de-chaussé. Il prit les couloirs en direction de la Grande Salle. Il marchait d'un pas décidé, toujours perdu dans ses pensées. C'est alors qu'une ombre se dressa devant lui. Sa vision, d'abord flou, se régla sur la personne qui se tenait devant lui. Ashara. Soudain son souffle s'arrêta. Il ne s'était pas tenu aussi près d'elle depuis des années. Depuis qu'elle l'avait "quitté" officieusement avérait dire. Oz leva un sourcil. Que lui prenait-il ? La rouge avait-elle perdu la tête ? Il pensa à faire demi-tour, faire comme si il ne l'avait pas vu ou trouver une autre excuse, mais c'était trop tard. Leurs yeux s'étaient croisés. Il n'y avait pas d’échappatoire. Il l'observa attendant qu'elle parle. Ashara devait bien avoir quelque chose à lui dire sinon elle ne se tiendrait pas devant lui comme ça non ? « Salut … On peut parler, toi et moi ? » Le jeune homme l'observa plus attentivement. Cela faisait des mois qu'ils ne s'étaient pas adressés la parole. Malgré qu'il soit blessé par ce qu'il s'était passé, Samaël devait bien reconnaître qu'il aurait tout de même voulu garder un contact avec la gryffondor. Elle était l'une des rares filles qui n'étaient pas trop... filles justement, à Poudlard. Enfin si, elle était bien une fille, mais pas du genre à bavasser pour un rien ou ricaner à chaque parole pour se rendre intéressante. Il aimait bien le caractère d'Ashara. Et il lui manquait, un peu quand même. Il hocha légèrement la tête sur le coté en signe d'approbation.

Malgré la faim qui le tiraillait, il ne passa pas à la Grande Salle. Tant pis, il se rattraperait ce soir. Il n'allait pas faire faux bond à la brune. Samaël suivait la jeune sorcière. Elle le conduisait dehors. Ils traversèrent le parc. Le brun ne décrocha pas un mot. En même temps, il était loin d'être le plus bavard de Poudlard. Il y avait peu de chance pour que ça soit lui qui commence la conversation. Associable sur les bords ? Un peu. Le vert suivit la jeune femme jusqu'à un grand arbre. En jetant un regard dans les alentours, il remarqua qu'il n'y avait pas grand monde. Personne a moins d'un kilomètre à la ronde. Ils allaient sûrement parler et ça l’arrangeait de n'avoir personne qui pouvait les épier. Samaël n'aimait pas les commères. A croire qu'il n'aimait personne celui-là. Bien sûr qu'il y a des gens qu'il apprécie, mais il les choisit bien et surtout, il ne choisit pas n'importe qui. Il la vit s'asseoir près d'un arbre, comme ils le faisaient autrefois. Cela raviva des souvenirs chez le résistant. Il se débarrassa de sa sacoche en la passant par-dessus sa tête et prit place en tailleur près d'Ashara. Il se tint à une distance convenable. Il l'observa du coin de l'oeil. Elle semblait nerveuse. Elle commença à parler, mais s'arrêta aussitôt. Samaël l'observa reprendre sa respiration. Il avait bien raison, elle était nerveuse. Il aurait bien voulu la rassurer en posant une main sur son épaule, mais ce n'était sûrement pas le moment. Il resta stoïque telle une statue. « Je suis désolée, vraiment. Je n’aurais pas du agir comme je l’ai fait, te repousser sans jamais te donner d’explication valable.» Il était stupéfait. Jamais il n'aurait pensé qu'Ashara s'excuserait. Samaël était heureux et aussi reconnaissant. Il la regardait. Il était bouche bée. La rouge et or évitait son regard. Il l'avait remarqué. Elle continua. Il décida de ne pas la couper. « Tu comptes énormément pour moi Samaël, tu as toujours compté à mes yeux et je me rends compte que je suis une idiote d’avoir laissé tout ce temps s’écouler sans jamais venir m’excuser. J’espère que tu pourras me pardonner. » Elle s'était livrée à lui. Il ne l'aurait jamais pensé. Une part de lui espérait qu'ils arriveraient à se rabibocher, mais jamais il n'aurait cru que ça soit possible. Il avait mal vécu leur séparation que ça soit, officieusement, en couple ou en amis. Il n'avait pas compris pourquoi elle avait fait ça. Le jeune homme avait été blessé dans son orgueil et dans sa fierté. Il a eu beaucoup de mal à passer au dessus de ça. C'est pourquoi, pendant très longtemps, il avait fait comme si il n'avait jamais connu la jeune femme. Ça lui faisait mal au coeur, il s'était beaucoup attaché à elle. Après cette séparation, il croyait qu'il n'avait aucune importance aux yeux d'Ashara. Et ça lui avait fait mal. Plus qu'il ne voulait l'admettre. Il était heureux de constater que c'était le contraire.  

Samaël cherchait ses mots. Il ne savait pas par quoi commencer. Il y avait tellement de chose à dire. Lui aussi avait des choses à se reprocher. Il le savait. Il regardait ses mains sans vraiment les voir. Il toussota. Il releva les yeux vers la jeune femme. Elle ne le regardait toujours pas. Oz la scruta. Il savait que ce n'était pas convenable, surtout qu'ils étaient presque des étrangers l'un pour l'autre à cet instant présent. Elle avait tellement changé. Elle semblait plus forte, plus femme, plus confiante en elle. Ça lui allait bien. Le sorcier n'avait jamais pris le temps de la regarder ces derniers mois, il faisait comme si elle n’existait pas malgré qu'elle soit tout aussi active que lui dans le groupe des résistants. Il s'en voulait de l'avoir laisser tomber. Ils auraient pu former un bon binôme tous les deux. Il prit une ispiration et se tourna vers la rouge. « Tu n'es pas la seule a avoir des tords, Ashara. Moi aussi je suis désolé. » Il avala sa salive. Samaël se doutait que ça avait du être dur pour la jeune femme de se livrer et d'avouer ses sentiments. « J'aurais dû ravaler ma fierté, de mon côté, et ne pas faire comme si tu n'existais pas. » Le vert respira lentement. Ils étaient lancés. Était-ce le début d'un rapprochement ? Surement. Cela lui faisait chaud au coeur.« Je suis sûr que tu avais tes raisons pour mettre un terme à ce qu'il se passait entre nous. J'aurais peu être mieux fait de comprendre, au lieu de "t'éviter". Saches que si un jour tu veux m'en parler, il n'y a aucun problème.» Cela semblait si facile en apparence de pardonner quelqu'un. Mais le jeune homme y pensait depuis quelques temps. Et dès qu'il l'avait vu se dresser sur son chemin, il avait réaliser qu'il était peu être temps de passer au-dessus de tout ça. Après tout, Samaël avait évolué lui aussi. Il avait grandit, accomplit de nouvelles choses, ressentit des sensations qu'il n'avait jamais ressentit. Et surtout, il commençait à ressentir quelque chose pour Heaven. Il avait bien tourner la page. Il s'en était remis. Oz était donc peu être capable de pardonner pleinement à Ashara et de lui reparler. Il en était quasiment sûr même. « Je pense que j'arriverais à te pardonner. Et je me rends compte que j'ai peu être déjà commencer à le faire avec le temps. » lui révéla-t-il. Il se sentait plus léger, comme si un poids s'était levé de ses épaules. Il était soulagé. « Tu me manques Ashara. » Il venait de le réaliser, là, maintenant. Ça lui avait échappé de la bouche. Abasourdi par la révélation qu'il vint de lui faire, il se tut.


:
 

__________
Approches-toi de moi, sers-moi fort,

avant qu'on se separe.Faut pas attendre qu'il soit trop tard pour dire qu'on tient aux autres, qu'on a besoin d'eux,qu'on plongerait devant des balles rien que pour eux, qu'on sera toujours là. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


propriété de rhys Ϟ
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/04/2014
► parchemins : 102


MessageSujet: Re: Samara ▽ i need you   Sam 26 Avr - 20:54


«Have you ever had a feeling
That we're not alone? »



Il avait tenté de l’éviter. Elle l’avait bien vu, était consciente que son regard avait fui le sien alors qu’elle traversait le couloir pour venir à sa rencontre. Elle avait vu la bataille faire rage dans son esprit : la laisser venir à lui, ou faire demi tour. Elle ne pouvait le blâmer. Ashara avait laissé les choses se détériorer entre eux et n’avait rien fait pour y remédier. Jusqu’à aujourd’hui. Elle se souvenait des baisers, de ces moments volés ou ils n’étaient qu’à deux. Elle se souvient de la sensation dans son estomac à chaque fois qu’il la regardait. Il se contractait, son cœur battait et elle n’espérait plus qu’une chose : qu’encore une fois, ils ne soient qu’eux, sans personne pour les regarder. Ils n’avaient jamais rien officialisé, n’avaient jamais vraiment mis de mots sur leur relation. C’était simple, doux, et elle avait tout gâché pour des raisons qui lui échappaient encore aujourd’hui. Enfin, presque. Elle aurait pu être bien avec Samaël, vivre quelque chose avec lui. Elle le voulait, dans le fond, plus que tout. Leur amitié s’était petit à petit développée en quelque chose d’autre, ils étaient passés du stade de simple ami à … et bien rien, en réalité. Elle avait tout stoppé avant que les choses ne puissent se définir réellement. Elle s’était éloignée, d’un coup, avant qu’ils ne puissent vraiment s’engager dans une relation. Aujourd’hui, elle se demandait pourquoi. Pourquoi elle avait décidé du jour au lendemain de laisser la distance les séparer, pourquoi elle n’avait pas laissé les choses se faire comme elles auraient dû. Pourquoi elle n’avait pas pu aimer Samaël plus qu’Aidan. Car là se trouvait le nœud du problème. Elle était bien avec lui, elle se sentait en sécurité, elle l’aimait beaucoup. Mais il n’était pas Aidan. Et dans le fond, elle n’avait pas voulu le faire souffrir. Elle n’avait pas voulu lui faire croire qu’elle pouvait un jour tomber amoureuse de lui alors qu’elle n’y croyait pas, à l’époque du moins. Aujourd’hui, elle se trouvait idiote. Car elle savait que c’était faux. Ou du moins, elle se posait la question. Elle se demandait souvent si Samaël aurait pu être celui qui lui aurait fait oublier Aidan. Elle se demandait souvent si ils seraient toujours ensembles, ce qu’il serait advenu de leur amitié. La rouge et or ne l’aurait probablement jamais admis, mais c’est aussi la peur qui motiva sa réaction. Peur de s’engager dans une relation, peur de tomber amoureuse, peur de souffrir, peur de perdre quelqu’un à qui elle tenait. Mais pour finir, elle l’avait tout de même perdu. Et cela, elle ne parvenait pas à se le pardonner. Elle avait déjà perdu tant de monde dans sa vie. Elle ne pouvait pas, ne voulait pas perdre Samaël aussi. Seulement, alors qu’elle se trouvait devant lui, elle se rendait compte qu’il y avait encore tant de questions sans réponse.

Toutes ces questions qu’elle se posait depuis des mois ressurgirent dans son esprit. Elle scruta son visage, sonda son regard. Elle se demanda si il l’avait oubliée, si il avait tiré un trait sur elle. Sûrement. Révolu était le temps où elle aurait fini par glisser sa main dans la sienne dans le parc, ce temps même où elle posait sa tête sur son ventre pour observer la course des nuages. À présent, il ne restait que des incertitudes. Elle aurait dû se douter que quelque chose n’allait pas alors qu’elle n’arrivait pas à officialiser aux yeux de tous ce qui aurait pu devenir une relation. Tout était de sa faute, dans le fond. Elle le savait, l’avait toujours su. Ashara n’avait même jamais cherché à blâmer Samaël. Elle ne s’était jamais dit qu’il aurait pu la retenir, à l’époque, se battre pour elle et chercher à la comprendre. Elle n’était même pas certaine de lui en avoir laissé la possibilité. Cette époque était trouble dans sa mémoire, car c’était aussi à ce moment que la rouge et or avait coupé les ponts avec Aidan. Dans quel sens ces évènements s’étaient déroulés, elle n’aurait su le dire. S’était-elle éloignée de Samaël parce qu’elle venait de perdre Aidan, ou avait-elle décidé de s’éloigner d’Aidan parce qu’elle venait de renoncer à Samaël ? Elle ne le savait pas, incapable de déterminer quel événement avait influencé l’autre. Tout ce qu’elle savait pour le moment, c’était à quel point elle était soulagée de le voir hocher la tête et qu’il accepte de la suivre dans le parc pour parler. Elle ne voulait pas faire cela au vu et au su de tout le monde. Elle n’avait pas envie d’être observée alors qu’elle s’excusait auprès du Serpentard. Elle ne voulait pas être la source de nouveaux ragots, dans le fond.

Elle n’avait rien préparé, ne savait même pas ce qu’elle allait dire. Alors elle s’excusa. Elle en fut tout aussi étonnée que Samaël d’ailleurs. Cela ne lui ressemblait tellement pas, elle la lionne si fière, si sûre d’elle. Mais il n’y avait rien d’autre à dire que pardon dans ce cas. Elle croisa son regard quelques instants et y lut la stupéfaction. Elle eut presque envie de sourire. Elle sentit son cœur manquer un battement dans sa poitrine. Lui pardonnerait-il ? Elle l’espérait tant. Elle avait besoin de lui. Elle s’en était rendue compte dès l’instant où elle avait choisi de s’éloigner de lui. Mais trop fière à l’époque, ou par peur peut-être, elle avait décidé de laisser les choses se faire. Elle pensait que le temps l’aiderait à l’oublier. Elle pensait qu’un jour elle finirait par le croiser dans les couloirs sans remarquer sa présence. Mais la Gryffondor en était incapable. Elle était trop loyale et trop attachée à ses amis pour agir de la sorte et devenir indifférente. Elle se tut, le laissa digérer tout ce qu’elle venait de dire. Ashara vit bien qu’il cherchait ses mots. Elle ne le pressa pas. Ils avaient tout le temps devant eux. « Tu n'es pas la seule a avoir des tords, Ashara. Moi aussi je suis désolé. » Elle vrilla son regard sur lui, tout aussi étonnée qu’il le fut quelques instants plus tôt. « Non mais … tu n’as pas … c’est moi … » Elle cherchait ses mots, mais finit par laisser tomber. « J'aurais dû ravaler ma fierté, de mon côté, et ne pas faire comme si tu n'existais pas. Je suis sûr que tu avais tes raisons pour mettre un terme à ce qu'il se passait entre nous. J'aurais peu être mieux fait de comprendre, au lieu de "t'éviter". Saches que si un jour tu veux m'en parler, il n'y a aucun problème. » Elle se rendit compte qu’elle retenait sa respiration depuis plusieurs secondes déjà. Elle évacué l’air de ses poumons dans un grand soupir et finit même par sourire au jeune homme. « Je pense que j'arriverais à te pardonner. Et je me rends compte que j'ai peu être déjà commencé à le faire avec le temps. » Le soulagement. Voilà ce qu’elle ressentait en cet instant. Un soulagement qu’elle n’avait pas connu depuis des mois. Un poids s’était envolé. « Tu me manques Ashara. » à une époque, elle se serait glissée contre lui et l’aurait serré dans ses bras. Mais ils n’en étaient probablement pas encore là. « Tu me manques aussi Samaël. Tu m’as manqué chaque jour depuis qu’on a arrêté de se parler. » Elle se tut, scruta quelques instants l’horizon. « Si tu veux tout savoir, j’ai eu peur. » Elle rougit. Elle devait l’étonner. Elle qui ne s’excusait jamais venait de le faire, mais plus encore, elle venait d’admettre à Samaël qu’elle avait eu peur, chose qu’elle ne faisait jamais. « J’ai eu peur de finir par te perdre, peur de souffrir. Et au final, j’ai fini par te faire souffrir toi et par souffrir aussi. Je me suis rendue compte à la minute où je t’ai repoussée à quel point j’étais une idiote. Mais j’étais trop fière moi aussi. » Devait-elle lui parler d’Aidan ? Elle hésita. Choisit de se taire. Blake et Nara devaient probablement être les seules personnes sur cette terre à connaître ses véritables sentiments pour son « frère adoptif ». Elle fit une moue gênée, se rendant compte de ce qu’elle venait d’avouer au Serpentard. Elle, peur ? Inimaginable, impensable. Et pourtant. Ashara était terrifiée de s’engager avec un garçon. L’intimité la tétanisait. Les sentiments … N’en parlons même pas, elle ne voulait pas y penser. La jeune femme tenta de sourire à Samaël, elle espéra que c’était là le début d’une nouvelle page dans l’histoire de leur amitié. Elle l’espérait même de tout son cœur.

  :
 

__________

Ne me quitte pas - Il faut oublier, oublier le temps des malentendus et le temps perdu à savoir comment. Oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi, le cœur du bonheur. Ne me quitte pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 04/05/2013
► parchemins : 266


MessageSujet: Re: Samara ▽ i need you   Ven 11 Juil - 5:56


«Have you ever had a feeling
That we're not alone? »



Elle lui était tombée dessus sans qu'il s'y attende. Ashara. Il ne l'avait pas vu depuis longtemps. Elle ne s'était plus approchée de lui depuis longtemps et il n'avait pas tenté quelque chose de son coté non plus. A vrai dire, il n'avais pas cherché. Samaël avait mal pris le fait d'être abandonné du jour au lendemain, sans aucune raison. Sa fierté l'avait empêché d'aller demander des explications ou même de prendre des nouvelles de la belle. Il avait décidé de vivre sans elle. Oz pensait réellement qu'il aurait pu vivre sans elle. Si elle avait pu l'oublier si facilement, pourquoi pas lui ? Il s'était trompé. C'était difficile d'oublier un bout de femme comme elle. Elle n'était pas comme les autres. On dit souvent que les personnes que l'on connait sont différents, mais pour elle c'était la pure vérité. C'est pour ça que le vert et argent n'avait pu complètement l'oublier. Ils s'étaient tellement rapprochés. Le brun s'était confié, il avait créé un lien intime avec la lionne. Samaël avait même été prêt à penser qu'ils auraient pu être plus que des amis et ils étaient très proche de l'être. Il aurait suffit de quelques jours de plus pour que Samaël ose l'embrasser. Enfin le vrai baiser, celui qui voulait vraiment dire quelque chose, pas le petit qui vous arrivait de faire de temps en temps. Il s'était maudit tellement de fois de ne pas l'avoir fait plutôt. Mais c'était tout lui ça. Oz agissait toujours trop tard quand il s'agissait de sentiment, du moins quand il s'en rendait compte. ou bien ça lui tombait dessus sans qu'il s'en rende compte, comme avec Heaven. Le vert était un vrai handicapé des sentiments. Dans tous les cas, elle était partie et la serpentard n'avait pas su comment réagir pour la retenir. Aujourd'hui, alors que la belle se tenait devant lui, Samaël se demandait comment il aurait pu. Lui faire la coure ? Pas vraiment son genre et pas sûr que se soit le sien non plus. La bloquer quelque part pour la forcer à te reparler ? Ça n'aurait pas marcher non plus. Il se posait un tas de question pour trouver une solution, mais toutes étaient plus invraisemblables les unes des autres. Samaël fixait toujours Ashara. Il attendait qu'elle parle. C'était la lionne qui était venue vers lui. Elle devait donc avoir quelque chose à demander. Il déglutit pendant que la jeune femme s'adressait à lui. Il l'observa. Tout d'abord il cru qu'il avait mal entendu. Elle voulait parler ? Maintenant ? Se moquait-elle de lui ? Le serpent la sonda, mais elle semblait sérieuse. Il n'y avait aucun doute la-dessus. Le sorcier décida de la suivre sans broncher. Son ventre quand à lui se tortillait dans tous les sens. La vue de la belle ne lui avait pas coupé l'appétit en tout cas.

Le brun la suivit jusque dans le parc. Ashara l'ammena dans un coin reculé du parc. Il y avait peu de monde. Ils étaient tranquille, comme autrefois. Personne ne pouvait les espionner ou même les voir. C'était bien d'un certain coté. S'ils devaient s'expliquer, il fallait mieux ne pas avoir de témoin. Chacun avait sa fierté et n'avouerait jamais qu'il avait fait le premier pas pour s'excuser. Enfin si c'était ce qui allait se passer et il y avait de grande chance pour que se soit le cas. Pour le moment, ils étaient tous les deux assis sur l'herbe. Samaël avait retiré sa sacoche de ses épaules pour être plus à l'aise. Il la posa près de ses genoux. Elle commençait par être usée par le temps, il fallait dire qu'il l'emmenait partout avec lui. C'était un cadeau de son père et il n'arrivait pas à se résoudre de l'abandonner. Il aimait bien l'avoir, c'était comme une partie de son père. Elle le lui rappelait et lui donnait du courage. Peut être qu'elle lui en donnerait assez pour discuter et s'ouvrir à la lionne qui se tenait à quelques mètres de lui. La belle ouvrit la bouche en première. Ses paroles te laissèrent bouche bée. Stupéfaction. C'était le mot. Jamais il n'aurait pensé qu'elle sorte ses mots aussi facilement. Aussi rapidement. Le Serpentard resta silencieux un long moment. Ce moment semblait interminable, mais Oz assimilait les paroles de la jeune sorcière. Il avait du mal à parler. Il ne s'était pas préparé à ça. Il ne pensait ne plus jamais lui parler et tout avait changé du jour au lendemain. Le brun était totalement perdu, désemparé, sans mot. Samaël essayait de reprendre ses esprits. Il s'excusa à son tour. Il était vrai qu'Ashara n'avait pas que ses torts, lui aussi en avait. Il aurait peu être dû essayer de se "battre" plus pour elle, essayer de comprendre. Mais il n'avait rien fait, rien de rien. Cela avait été une grande bêtise. Elle semblait étonnée à son tour. Elle ne devait sûrement pas comprendre ce qui se passait. « Non mais … tu n’as pas … c’est moi … » Il ne prit pas compte de ses paroles. Il devait le faire, il lui devait bien ça après tout. Elle n'avait pas été n'importe qui dans sa vie. Il devait lui parler, il en ressentait le besoin. Il continua à s'exprimer. Il lui dit ce qu'il avait sur le coeur. Cela soulageait Oz. Il se rendait compte à cet instant qu'il avait trop de chose qu'il avait ravaler par fierté et que ça le bouffait intérieurement. Le sorcier l'entendit soupirer. Il fut légèrement surpris. Il releva la tête pour voir ce qui n'allait pas, mais il la vit sourire. Cela réchauffa son coeur. C'était la première fois depuis des mois que Samaël voyait la belle lui sourire. Il lui dit alors la vérité. Il se sentait prêt à lui pardonner. Ce froid et ce silence avait durer bien trop longtemps. Il lui dis les mots, les fameux mots. Tu me manques. «  Tu me manques aussi Samaël. Tu m’as manqué chaque jour depuis qu’on a arrêté de se parler. » Que c'était bon à entendre. Elle tenait donc encore à lui. Il n'y croyait vraiment pas. Il lui faudrait du temps pour s'en remettre. Samaël ne s'attache pas à beaucoup de personne et surtout pas à n'importe qui. Bien sûr il ne choisit pas tellement à qui il s'attache, si il s'était écouté lui et Heaven ne serait jamais plus parler depuis leur première rencontre. Mais Heaven avait forcé le destin ainsi que sa soeur Willow qui adorait la blonde. Et voila où ils en étaient maintenant... Le cul entre deux chaises, perdu entre l'amitié et un autre sentiment qui se rapprochait de l'amour. Alors oui, ça lui faisait du bien de retrouver Ashara même si ça n'allait pas être tout de suite comme avant. Il avait besoin de simplicité dans sa vie, il ne voulait pas de prise de tête. Ashara était la bonne personne. Samaël était plus qu'heureux de la retrouver.

« Si tu veux tout savoir, j’ai eu peur.  » La belle ne le regardait pas. Elle avait perdu son regard dans l'horizon, parmi les arbres et la foule lointaine. Quand à lui, le jeune sorcier l'observait, il la scrutait. Peur ? Ils étaient tous les deux pareils alors ? Les handicapés des sentiments. Samaël continuait de l'observer et elle rougit sous ses yeux. C'était l'une des premières fois qu'il la voyait rougir, elle qui avait toujours tant d'assurance avec lui auparavant. Malgré que l'homme soit surpris par ses paroles, il était heureux qu'elle se confie à lui. Elle osait enfin lui dire ce qui n'allait plus, pourquoi ça n'avait plus fonctionner, pourquoi elle était partie. Il déglutit et pris une grande inspiration. Il avait du mal à respirer. C'était l'heure des révélations, des confidences et il ne s'était pas du tout préparé à ça aujourd'hui. Qui aurait cru que cette journée d'apparence banale se retrouvait être une journée de retrouvaille. « J’ai eu peur de finir par te perdre, peur de souffrir. Et au final, j’ai fini par te faire souffrir toi et par souffrir aussi. Je me suis rendue compte à la minute où je t’ai repoussée à quel point j’étais une idiote. Mais j’étais trop fière moi aussi. » Ils étaient donc bien des handicapés de l'amour tous les deux ou du moins des sentiments. Samaël connaissait bien Ashara. Il savait que ce n'était pas dans ses habitudes de dire, mais il voyait bien qu'il ne disait pas tout. Il l'avait vu hésiter. Le brun se demanda si il n'y avait pas encore autre chose, quelque chose de plus compliqué. Il décida de ne rien dire, de ne rien demander. Ce qu'elle avait dit était déjà beaucoup pour lui.  « Tu n'es pas une idiote Ashara. » Il la comprenait tellement. Il avait faillit faire la même chose avec Heaven. Il avait eu peur d'aller lui parler et il s'était ravisé au dernier moment. Il avait décidé de ne plus être cet handicapé des sentiments et de prendre ça en main. Il le devait pour Heaven, pour lui et maintenant pour Ashara.  « Je comprends. Je m'étais beaucoup attaché à toi et j'ai eu mal quand tu es partie, mais je comprends. Je connais cette sensation. On se ressemble plus qu'on ne le pensait. » lui dit-il avec un sourire. Il n'osait pas s'approcher d'elle. C'était trop tôt encore. Pourtant il lui aurait bien prit la main pour lui montre, lui prouver qu'il comprenait cette sensation, qu'il la connaissait aussi. Samaël n'était pas très tactile mais quand c'était nécessaire, il savait le faire. Il joua quelques minutes avec ses mains les regardant. Il respira lentement. Inspiré, expiré. Encore et encore. Il releva lentement la tête et regarda la jeune femme. « Tu penses que l'on pourra retrouver notre relation d'avant ? La même complicité ? » Samaël l’espérait de tout son coeur lui. Il le voulait. Ashara était une des personnes qui pouvait apaiser ses colères. Celles-ci devenaient de plus en plus nombreuses sans qu'il ne sache pourquoi. Il semblait plus irritable et envoyait plus ce qui l'énervait bouler. Il n'y pouvait rien, il n'arrivait pas à se contrôler, il était trop impulsif parfois. Mais il n'avait pas un mauvais fond, il ne fallait juste pas l'énerver ou ne pas tomber au mauvais endroit au mauvais moment comme on dit.  « Je l'espère en tout cas. »


__________
Approches-toi de moi, sers-moi fort,

avant qu'on se separe.Faut pas attendre qu'il soit trop tard pour dire qu'on tient aux autres, qu'on a besoin d'eux,qu'on plongerait devant des balles rien que pour eux, qu'on sera toujours là. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Samara ▽ i need you   

Revenir en haut Aller en bas
 

Samara ▽ i need you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « EXTERIEUR » :: parc-