Partagez | 
 

 alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 9:08



ISLINGTON
Alexis "Lexi" Charlie
Rather than love, than monney, than faith, than fame, than fairness,
give me truth.

nom  Islington. prénom  ▽ Alexis Charlie. Quoi ? Ce sont des prénoms de mecs ? Mais n'importe quoi ! Vous en dites des bêtises, alala. Bon d'accord, certes, ce sont des prénoms plutôt masculins, surtout le premier, on se demande à quoi pensaient mes parents lorsqu'ils me l'ont attribué, mais cela m'importe peu car la plupart des gens m'appelle Lexi de toute manière. Et puis, je les aime bien, cela ne m'a jamais posé de problèmes identitaires. Et sinon, plusieurs mangemorts me connaissent aussi sous le nom de Charlie. âge  ▽ vingt-et-un ans. Les années passent, et pourtant... Il paraît que je m'embellis avec l'âge. Cela me fait bizarre de grandir d'ailleurs, parfois, j'ai du mal à me dire que je suis une adulte. Beurk, adulte, je n'aime pas ce mot. nature du sang  ▽ sang-mêlé. La nature du sang, sérieusement, qu'est-ce qu'on s'en fiche. Ma famille n'a jamais été pure et ne le sera jamais, et alors franchement ? Et puis, ma mère était une cracmole malheureusement... De nos jours, on ne peut pas vraiment dire que ça soit bien vu par la société. Personnellement, cela ne me pose aucun problème, mais pour elle, ma pauvre maman, c'est difficile à vivre. nationalité  ▽ germano-écossaise. Entre l'allemand et l'anglais, on peut dire que je suis bilingue. Je tiens ma double nationalité allemande de ma mère. ancienne maison  ▽ poufsouffle profession  ▽ chanteuse, danseuse, animatrice dans un bar. Je n'ai jamais été très douée à l'école, je suis toujours passée en année supérieure avec tout juste la moyenne, j'ai même redoublé ma cinquième année. Alors je dois l'avouer, je n'avais pas vraiment d'ambition pour le futur, alors j'ai choisi de faire ce que je savais mieux le faire : le chant. Et puis, de toute manière, ce boulot, c'est juste un moyen de gagner ma vie, de boucler les fins de mois. Ce n'est pas vraiment ce qui m'intéresse le plus pour le moment. camp  ▽ phenix. Lorsque j'étais à Poudlard, j'étais déjà résistance. Néanmoins, je n'étais pas du tout active au sein du clan. Je participais aux réunions, je jouais mon rôle, mais rien de plus. Après Poudlard, je n'ai pas cherché à intégrer un groupe opposé à celui du Lord. Je vivais ma vie tranquillement. Mais une mauvaise expérience m'a fait changé d'avis. caractère  ▽ loyale + courageuse + maline + drôle + jalouse + vertueuse + discrète + capricieuse + paresseuse + légèrement agaçante + menteuse + manipulatrice avatar  ▽ tamsin egerton



le barème

ambitieux : ••••
romantique : •••••
sportif : •••••
généreux : •••••
franc : •••••
sérieux : •••••

le pourquoi du comment

Voldemort à la tête du monde magique ? Franchement, ça me révolte. Je n'ai jamais compris tout cet engouement autour du sang. Pourquoi celui des sorciers serait-il plus pur ? Pourquoi toutes ces conneries sur les Moldus, ces théories ridicules sur la suprématie des sorciers, qui serait la race supérieure ? J'ai l'impression de revenir aux temps d'Hitler et des juifs. Je suis d'origine allemande, alors je connais tout cela, et pour moi, cela s'en rapproche. Néanmoins, j'espère bien que très bientôt, dans les prochaines années, la résistance et le groupe phenix sera assez puissant pour renverser le pouvoir, inverser la tendance, retrouver un monde de paix et d'amour, comme du temps du grand Albus Dumbledore.



et toi dans tout ça? moi ? J'ai pas envie de parler de moi, parce que déjà, vous savez déjà tout, alors c'est même pas marrant de faire semblant de prétendre qu'on ne se connait pas.   On dira seulement que je suis ici grâce à une vieille amie (pas vieille en vrai   ). J'aime tout, le contexte, le design, tout tout tout. Sinon, on ne demande pas son âge à une demoiselle, c'est super mal poli non mais.  le petit mot magique est rouge, j'adore le rouge.  
Mon vis ma vie fait 7.281 mots pour le moment, putain de merde, j'ai encore déconné. Je sais pas trop si c'est fini, je crois que oui, je me tâte, on verra ça demain.

Code:
Tamsin Egerton - Alexis C. Islington



__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  



Dernière édition par Alexis C. Islington le Sam 22 Mar - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 9:08


Chapitre 1 : L'enfance


L'enfance c'est comme être bourré. Tout le monde se souvient de tout ce que tu faisais, sauf toi.
It takes courage to grow up
and become who you really are.

▽ ▽ ▽



Tu fronces doucement les sourcils. Trois + sept ? Oula, tu trouves ça compliqué. Tu donnes un coup de coude à ta voisine, tu demandes dans un murmure :« Hé, Clara ? Trois + sept ça fait combien ? » Elle te regarde et lève les yeux au ciel, comme si la réponse était d'une évidence même. Pour toi, tout cela, le calcul mental, c'est hyper obscur, même ultra méga obscur. Ta tête refuse de réfléchir à ce problème dont l'avenir du monde dépend sûrement, étant donné l'air sérieux de la maîtresse. « Bah trente-sept ! » Tu lui souris et écris la réponse sur ta feuille. Ouf, au moins, tu auras une bonne réponse. Parce que un + deux, tu as réussi, mais le reste... Tu scrutes ton professeur, assise sur son bureau, ses lunettes rondes sur le nez, qui surveille la classe d'un œil attentif. Elle te fait un peu peur des fois. Tu préfères ne pas croiser son regard terrifiant parce que tu as souvent l'impression qu'elle te prend de haut, comme si tu n'étais qu'une petite fille stupide. Bon, d'accord, tu as un peu de mal en calcul, mais en poésie, tu es ultra forte ! Et puis, au fond, tu sais bien que les écoles avec des enfants moldus sont nulles. C'est ton père qui l'a dit. Mais ta maman y a tenu, tu ne sais pas trop pourquoi. Elle t'a dit que c'était pour te socialiser. Mais tu ne sais pas trop ce que ça veut dire. En fait, tu n'as même pas compris. Tu as juste hoché la tête et le lendemain, on te conduisait ici. Mais tu trouves ça bien, tu t'aies fait de nombreuses copines et copains. On t'aime bien dans la classe. On t'aime même plus que bien. On joue à la marelle avec toi, et on te choisit toujours en premier pour jouer aux gendarmes et aux voleurs parce que tu cours vite. Très vite. Tu n'as que six ans, mais la vie est belle. Tu es choyée, tu es aimée, que pourrais-tu demander de plus ?

▽ ▽ ▽



Tu te tiens à une distance plus que raisonnable des autres. Tu enfiles ta capuche sur tes cheveux blonds comme si le fait de la glisser sur ta tête suffira à te faire oublier. Mais ça ne marche pas du tout, car tu as envie de pleurer. Une nouvelle boule de papier atterrit sur ta table, tu l'attrapes et la jettes dans la poubelle. Tu fais comme si tu n'y prêtais pas attention, mais au fond de toi, ça blesse ton petit cœur d'enfant, ton petit cœur d’artichaut en miette. La sonnerie retentit, tu attends que tout le monde sort, sinon, on te bousculera, et tu le sais. Tu sors tranquillement de la salle de classe, et tu te réfugies dans un coin, jouant seule, totalement seule, toujours seule en attendant que ta mère vienne te chercher, elle ne devrait plus tarder. Elle arrive. Elle voit que tu as pleuré. Elle ne te demande pas pourquoi, c'est inutile, c'est la même chose depuis la rentrée. Elle te prend la main, soupire et te dit : « Demain, tu n'iras pas à l'école. » En réalité, tu n'iras plus jamais. Les choses ont changé depuis que tes pouvoirs se sont manifestés lors de la kermesse annuelle de Noël. Depuis ce jour, on te prend pour une folle, une cinglée, une sorcière. Toi, tu sais que tu en es vraiment une, maman et papa te l'ont dit, mais tu n'as rien à redire aux autres, les moldus qu'on les appelle. Tu es contente de ne plus y aller. Ta maman a dit qu'ils ne savent pas, qu'ils ne comprendraient pas, que tu es exceptionnelle, qu'ils ne le sont pas, mais que ce n'est pas de leur faute, qu'ils sont comme maman, qu'ils n'ont pas de pouvoir, mais que ce n'est pas grave.

▽ ▽ ▽



« Maman, tu es vachement grosse tu sais. » tu dis, sans faux-semblants, sans ne prendre des pincettes, en regardant son corps qui a tellement changé ces dernières semaines. Elle tourne la tête vers toi, surprise, lâchant son livre et rit. Tu ne l'as jamais vu s’esclaffer comme ça. Tu l'accompagnes dans son fou rire. Tu sais très bien pourquoi elle a un gros ventre, parce qu'il y a un bébé dedans, on t'a tout expliqué. C'était pas évident au début de tout comprendre. Mais tu le sais désormais, tu auras bientôt un petit frère, ou une petite sœur. Toi, tu espères une fille, comme ça, vous pourrez jouer à la dînette, ça serait vachement rigolo. Et aussi à la poupée, et tu lui diras pleins de secrets qu'il ne faudra répéter à personne, et tu l'aimerais, tu es certaine que tu l'aimeras. Tu poses doucement ta tête sur le ventre rond de ta maman et tu écoutes. Tu entends des bruits étranges et tu commences à lui parler : « Tu sais, aujourd'hui, avec maman, on a révisé les tables de soustraction, je te jure comment c'est compliqué, mais t'inquiète pas, je vais te les apprendre tout de suite, comme ça, ça sera plus facile pour compter combien de bonbons il te restera après que maman soit passée par là. Bah oui parce que vois-tu... » Tous les jours, tu passent des heures et des heures collée à ta mère, parlant à ce bébé grandissant bien au chaud, et tu ne t'en lasses pas. Chaque discussion est un moment privilégié avec eux deux.

▽ ▽ ▽

Tu trottines jusqu'à la chambre d'hôpital de ta mère, ta main dans celle de ton père, dans l'autre, tu tiens ton doudou lion que tu gardes toujours avec toi. Tu as le sourire aux lèvres. C'est le grand jour, tu as longtemps attendu pour ce moment. Tu frappes à la porte comme une grande et aussi vite que le permettent tes petites jambes, tu te penches au dessus du landau avec précaution. Maman t'a dit de faire très attention, parce que les bébés sont très fragiles. Alors tu l'écoutes, et tu caresses tout doucement sa toute petite main, et tu sens que Maximilien attrape tes doigts fortement. Finalement, c'est un petit frère que la vie t'a donné, mais tu t'en fiches, tu le trouves trop adorable avec ses cheveux bruns, ses petites joues roses, ses petites mains. Tout est petit chez lui. Il te sourit et te regarde avec ses grands yeux. « Mais il est tout petit ! » On te réponds qu'il n'a que quelques heures, que c'est normal, qu'il deviendra un jour aussi grand que toi. Tu murmures que ce n'est pas possible.  « J'étais comme ça moi aussi ? » Ton père te soulève pour que tu vois mieux et réponds :  « Oh non, beaucoup plus grande ! » Tu ris. Il pleure. Tu regardes ton papa, un air crédule sur le visage. Pourquoi pleure-t-il ? C'est à cause de toi ? Non, c'est parce qu'il n'a pas de doudou lui, le pauvre. Toi, tu as toujours besoin de ton doudou quand ça va pas. Tu réfléchis, et tu lui donnes doucement le tien. Il est limite aussi gros que lui, mais c'est pas grave.

▽ ▽ ▽



Assise à ton piano, tu te penches sur la partition de musique que tu es en train de déchiffrer. Tu fronces les sourcils et attrapes un crayon à papier pour annoter un commentaire, lorsque soudainement, on tire ta tête vers l'arrière. « MAMAN ! Y A MAX QUI ME TIRE LES CHEVEUX ! » Le petit garnement fuit la pièce en riant et tu commences à lui courir après pour te venger. Il est hors de question qu'il s'en sorte comme ça, ce petit emmerdeur. Qu'est-ce que tu le détestes. Il t'embête à chaque fois qu'il le peut, tu tentes souvent de lui rendre la monnaie de sa pièce, mais tu n'es pas très douée pour jouer aux vilaines filles. Tu es sur le point de le rattraper lorsque ta mère apparaît sur le palier de la porte : « LEXI ! T'arrêtes t'embêter ton frère ! » Tu te stoppes net. PARDON ???? « Mais... »Tu es sur le point de répliquer, lorsque Max te tire la langue. Son air mutin sur son visage d'enfant te fait sourire. Tu le détestes ton frère, mais pourtant, tu l'aimes aussi. Et tu sais bien que sans lui, tu t'ennuierais. Parce qu'il ne va pas à l'école non plus. Il n'y a jamais été. L'école à la maison, avec maman, ce n'est pas plus mal, et ça évite les questions embarrassantes. Pourquoi tes cheveux sont soudainement devenus bleus, pourquoi tu fais des choses étranges, pourquoi certaines objets volent autour de toi... C'est bien moins compliqué comme cela.





Chapitre 2 : Les années à Poudlard


L'école, c'est comme le poil :
à 15 ans, t'en as plein le cul.
FIRST MONTH OF SCHOOL: Look nice and dress nice.
REST OF THE SCHOOL YEAR: Rocking the homeless look.

Tes valises sont prêtes depuis des semaines, histoire d'être certaine de ne rien oublier. Dans quelques heures, tu sais que tu seras à Poudlard. On t'en a tellement parlé. C'est une grande école. Tu veux y aller, tout comme tu ne veux pas. Tu vas avoir du mal à quitter ta famille, à quitter ta mère et ton père, et surtout, à quitter Max. Ce n'est encore qu'un gamin, il n'a que six ans. Tu as peur qu'il t'oublie durant toutes ses années où tu sera loin de lui car c'est une nouvelle règle depuis cette année. On ne peut plus rentrer durant les vacances. C'est un coup dur pour toute la communauté magique qui a des enfants. Les nouveaux premiers années resteront minimum sept ans cloîtrés entre quatre murs. Tu soupires. Tu as du mal à réaliser. On frappe à la porte. Tu sens ta gorge se nouer. Tu sais que c'est eux. Ils viennent pour toi. Ta mère fond en larmes, ton père ouvre la porte, et tu les regardes avec respect. On t'a toujours dit d'être respectueuse avec eux, alors c'est ce que tu fais. Tes parents t'enlacent pendant de longues secondes, Max t'embrasse et retourne jouer. Il ne comprend pas. Il ne comprend pas qu'il ne te verra pas pendant cinq ans. Cinq longues années où tu grandiras et lui aussi. Cinq années durant lesquelles tu deviendras une femme, une jeune adolescente, et durant lesquelles son corps d'enfant deviendra un peu plus grand. On t'emmène, tu te retournes, tu leur fais un signe de la main. Il te manque déjà.

▽ ▽ ▽



Au milieu de la foule de premières années, tu es perdue. Tant de nouveaux visages à assimiler d'un coup. Tu te tais, tu ouvres les yeux, tu te fabriques des souvenirs. Une dame fait l'appel, des élèves montent sur l'estrade et mettent un chapeau miteux. C'est donc ça le Choixpeau magique... Celui qui décide de la Maison dans laquelle on passera les sept prochaines années. Tu sais que ton père était à Gryffondor, de son temps. Quant à ta mère, elle n'a jamais étudié à Poudlard... Tu te fiches bien de la maison dans laquelle tu vas atterrir, tu veux juste te faire des amis. « Islington Alexis ! » appelle-t-on au bout d'un moment. Tu commences à t'avancer. On te regarde bizarrement. Tu paniques. Mince, tu t'es trompée ? On ne t'a pas appelé ? « Islington Alexis, j'ai dit ! » Tu lèves les yeux au ciel. Tu relèves le menton, toi qui te fait pourtant toujours très discrète, tu t'assois, et tu regardes les centaines d'yeux fixés sur toi. Tu n'as certainement pas honte de ton nom. « C'est moi. Lexi. » On pose le Choixpeau sur ta tête, et deux secondes plus tard, il hurle : « Poufsouffle !»

▽ ▽ ▽



Tu regardes tes amis, la joie peut se lire aisément sur leurs visages. Toi, tu préfères te terrer dans ton coin, car tu es certaine que l'an prochain, vous serez séparés. Tu es nulle. Nulle. Tu sais pertinemment que tu as loupé tes BUSE, et que tu vas redoubler. Tu as ta lettre de résultats à la main, mais tu n'oses pas trop l'ouvrir, tu as la trouille. Tu as toujours un petit espoir, bien sûr, mais tu ne te leurres pas non plus. Il faut l'avouer, les cours, ce n'est pas vraiment ton truc. Tu n'es certainement pas l'un de ses rats de bibliothèque qui passe sa journée à réviser, bien au contraire. Tu aimes tellement t'amuser, même si tu es quelqu'un de très discret. On vient vers toi, on te demande tes notes. Résolue, tu décachettes la lettre, tu lis, tu souris tristement. On te donne une tape dans le dos, pour te donner du courage. Tu quittes la pièce, tu cours jusqu'à une salle vide, tu pleures. Redoublement demandé. Tu as du mal à accepter la nouvelle, tu te promets de travailler plus. Pourtant, quand la nouvelle commence, tu retournes à ta petite vie de flemmarde tranquillement.

▽ ▽ ▽

Tu trépignes d'impatience. Tu entames ta sixième année, les BUSES sont enfin passées, et cette fois-ci, tu as obtenu la moyenne dans chacune des matières (ou presque, chut hein). Tu n'étais pas dans les meilleurs, mais au moins, on peut dire que tu t'es remise un peu à niveau. Cette année de redoublement a finalement été bénéfique puisqu'elle t'a permis de combler les lacunes accumulées durant tes cinq premières années. Finalement, ce n'est pas plus mal. Et puis, au fond, il y a bien un deuxième avantage à cela...  Cette année, Max rentre à Poudlard. Cette année de redoublement, c'est une année de plus avec lui finalement. Tu tentes de cacher ton excitation lorsque les premières années entrent dans la grande salle. Tu le reconnais immédiatement, surprise de voir à quel point il a grandi. Cela fait tellement longtemps, tellement longtemps... Tu as même l'impression que cela fait des siècles que vous ne vous êtes pas vu, et c'est tout comme. Cette nouvelle règle empêchant de rentrer chez soi est une pire saloperie, un bon moyen d'endoctriner un peu plus les élèves les plus vulnérables. Mais toi, tu ne te laisses pas  embobiner, tu n'es pas bête, même si tu as redoublé. Tu fixes ton frère, et tu rigoles toute seule (dans sa moustache, dédicace mama ahahah → ). Cette petite tête de con, elle t'a tellement manqué.

▽ ▽ ▽

« Hé, ISLINGTON ! » Tu te retournes rapidement, le son de la voix qui t'a appelé semble sans appel. Le genre de voix où tu as plutôt intérêt de vite répondre, sous peine de te faire péter la gueule à la pause déjeuner. Un préfet s'avance vers toi rapidement, il a l'air pressé. Tu fronces les sourcils. Merde, t'as rien fait de mal à ce que tu saches. OH NON. Le prof a capté que t'as triché pendant le contrôle de métamorphose. NAN, merde, putain, faut que tu te justifies. « Nan mais c'est pas moi, c'est elle qui... » Il lève la main, te faisant signe de te taire. « Tu vas calmer ton frangin et tout de suite. S'il veut survivre plus de deux jours ici. Vu la scène qu'il nous a fait hier soir dans la salle commune, ça vaut mieux. »  Tu te mords la lèvre, tu écoutes toute l'histoire et tu pars en courant. Oh LE PETIT MERDEUX. Tu le cherches partout dans l'école. Il ne doit pas être loin, les cours sont terminés depuis deux heures. Il n'y a pas encore dix millions d'endroit où il peut être, ça ne fait que deux jours qu'il est à Poudlard, il n'a certainement pas eu le temps d'en explorer tous les recoins. Tu le trouves assis sur un banc accompagnée d'une petite brune. Tu ne fais pas attention à elle, tu gueules en allemand, et tu t'attires les foudres de ceux qui sont installés près de lui. « P'tit con ! » Tu lui attrapes l'oreille et tu le traînes vers un coin discret, alors qu'il te supplie d'arrêter et que d'autres rient sous votre passage. Ce mec a cinq ans et demi. « Mais t'es débile ou quoi ! » Il te demande ce qu'il a fait, et cela te met très en colère. En colère tout rouge. Il ne t'a jamais vu dans cet état, c'est bien certain. « MAIS LÂCHE-MOI LEXI ! TU ME FOUS LA HONTE LA ! LÂCHE SALE... » Tu es furieuse contre lui, contre sa tête de vache, et ses idées mégalomaniaques. Il croit quoi le petit ? Qu'il peut venir conquérir le monde comme ça ? Tu as bien l'intention de le faire redescendre sur terre. « T'ES PAS MA MÈRE BORDEL DE MERDE, PUTAIN MAIS ARRÊTE ! Aïeeeeeeeeeee...  » qu'il beugle, mais il n'a pas le temps de continuer, parce que tu tires plus fort. Mais tu ne cèdes pas, tu l'assis sans ménagement dans un coin de la cour, bien à l'abri des regards et tu chuchotes en allemand. « Mais putain, t'es con naturellement ou tu prends des cours du soir ? T'es juste cinglé merde ? Qu'est-ce qu'il t'a prit de faire ce que t'as fait hier ? Cherche pas à te donner en spectacle Max, surtout pas ici. T'es pas Dieu, t'es pas Voldemort, t'es qu'un gosse de 11 ans de première année, alors tu la boucles, et tu files droit. » Tu soupires, tu espères qu'il a comprit. Tu te penches vers lui et le serres dans tes bras. T'es quasi certaine qu'il peut sentir ton cœur battre contre sa poitrine. T'as eu si peur. Tu aurais du mal à supporter qu'on s'en prenne à lui parce qu'il souhaite jouer au plus malin.

▽ ▽ ▽

« Pourquoi on t'a donné un prénom de mec ? » Tu te retournes, et tu reconnais la petite brune de Gryffondor, celle qui traîne avec Maximilien. Encore une petite bécasse qui influence ton frère, qui joue avec ses sentiments où tu ne savais quoi d'autres encore. Cela fait déjà quelques semaines que Max joue aux petits frimeurs à Poudlard, malgré ton avertissement. Au début, tu as pourtant essayé de le dissuader de s'adonner ce jeu dangereux, mais finalement, tu as décidé de le laisser faire ses propres expériences. Il comprendra peut-être lorsqu'il recevra son premier doloris... Tu frissonnes à cette idée, tu n'oses même pas y songer, pas une seule seconde. Tu en as déjà reçu, comme tout le monde dans cette école, parce qu'ici, c'est le lot quotidien des sang-mêlés (et les sang-purs également, ne vous méprenez-pas, tout le monde est logé à la même enseigne). « Qu'est-ce que ça peut te foutre toi ? Est-ce que je te demande moi pourquoi tu t'appelles comme une fleur ? » Son regard offusqué te montre bien que tu l'as vexé, mais tu t'en fiches complètement. Elle a cru quoi la gamine ? Que tu allais faire amie-amie avec elle sous prétexte qu'elle te pose une question, et qu'elle est en première année et qu'elle fricote plus ou moins avec ton petit frère ? Hors de question.

▽ ▽ ▽

Tu plisses les yeux sur le parchemin sur lequel tu travailles depuis trois heures. Tu ratures un paragraphe, trempant ta plume dans ton encrier, tu t'apprêtes à écrire de nouveau mais tu t'arrêtes tout à coup. Tu relèves le menton, et d'un coup de tête, comme ça, sans prévenir, tu te lèves et remballes tes affaires. Tu as toujours détesté l'atmosphère ultra pesante de la bibliothèque. Tant d'érudits (dont tu ne faisais absolument pas partie, avouons-le) réunis dans ce haut lieu du savoir et du travail, cela t'étouffe. Tu sors et tu déambules doucement dans les couloirs. Tu as une brusque envie d'être seule alors tu traînes dans le château, sans destination préalable, allant où tes pas te mènent, sans réfléchir. Tu entends un bruit sourd accompagné d'une sorte de geignement de douleur. Presque instinctivement, tu te diriges vers la source du cri, en moins de dix secondes, tu tournes à l'angle du couloir, et tu aperçois ton frère à terre, pris au piège entre les mains d'un professeur. Tu ne réfléchis pas, tu interviens, tu reçois un doloris en plein sur l'abdomen. Tu t'écroules sur tes genoux, et un deuxième sort te cloue au sol. Tu tentes de te relever, mais la douleur est bien trop importante, ton corps se soulève sous le choc, tu te tortilles, attendant que la souffrance cesse, et au bout d'un instant, elle s'arrête enfin. Un coup de pied violent dans ton ventre te crispe et ravive le supplice. Tu te mets en boule sur toi-même, un gémissement plaintif sort de ta bouche, et tu te redresses doucement. Il est parti, tu poses la main sur le front de Max et tu demandes faiblement, dans un chuchotement presque inaudible : « Ça va ? » Tu n'attends pas de réponse et murmures presque aussitôt, sur le ton de l'auto-dérision : « Règle numéro une ici, ne jamais s'interposer lorsqu'un professeur donne une punition. »

▽ ▽ ▽

Tu es embarrassée. Tu es gênée, tu ne sais pas trop comment réagir. Depuis quelques minutes, tu fixes au loin Dalia Harrison, car tu reconnais ton erreur. La pauvre petite ne méritait pas ton comportement de l'autre jour. Tu te mords la lèvre inférieure, et tu te lèves soudainement. Tu t'assois à côté d'elle, et tu lui dis : « Parce qu'en fait, quand je suis née, j'étais censée être un garçon, tout simplement. Du coup, mes parents n'avaient pas réfléchi à des prénoms féminins. C'est ça la raison. » Tu déglutis, et tu rajoutes :  « Et comme ça devient mixte... Voilà... » Tu as fait un mauvais jugement. Dalia n'a pas de mauvaise influence sur Max, parce que ce petit con n'a besoin de personne pour se mettre dans des situations improbables et dangereux. Tu t'en veux un peu. Tu espères qu'elle ne t'en voudra pas trop.

▽ ▽ ▽

Tu fais tes valises, et ta gorge est serrée. Tu ne t'attendais pas à ce que la fin de tes études arrive aussi rapidement. Déjà sept ans que tu es entre ces murs, deux ans que Max est arrivé, et tu n'as rien vu passé. Pourtant, les ASPIC sont terminés, tu penses avoir plutôt globalement réussi. Certes tu seras loin d'être major de promotion, mais tu t'en fiches de tout cela, car de toute manière, tu n'as toujours pas trouvé le métier que tu exerceras dans quelques mois. Tu te tâtes toujours, mais pour le moment, ça n'a absolument aucune importance. La seule chose qui en ait, c'est que tu pars. Tu quittes cette école pourrie, mais en même temps, tu quittes ton frère, et tu en as pas envie.






Chapitre 3 : Après Poudlard


Ta naïveté et ta bonté te tueront.
Do not pray for an easy life, pray for the strength to endure a difficult one.

Tu entames la dernière partie de la chanson, tu montes haut dans les tours, c'est ton grand final, tu donnes tout ce que tu as, tu tiens, tu tiens bon, ta voix n'est pas enrouée, elle est entraînée à tout cela. Tu es une pro. Tu adores tellement ton job. Tu joues avec le public, tu fais un dernier tour sur toi-même, et chantes ton dernier mot, tout en puissance, mais tout en douceur. On t'applaudit vivement, il faut dire que tu as tes habitués, tu as tes fans, et ça te plaît. Tu t'inclines doucement, tu acceptes une rose qu'on te donne. Tu humes avec délice son parfum. Tu te redresses et salues la foule, tu envoies des baisers, on te réclame une nouvelle chanson. Tu es flattée, mais tu ne peux pas accepter, le bar va fermer, et tu le sais. Ce boulot que tu as trouvé est bien payé pour un bar qui n'est pas si connu que cela. Au final, tu n'aurais jamais pu avoir mieux. Les horaires sont certes plutôt contraignants puisque tu n'as pratiquement aucune soirée pour toi, mais au moins, tu as tes journées pour faire tout ce dont tu as envie. La pièce se calme peu à peu et tu tombes dans les bras de ton patron, Jack, un homme d'une quarantaine d'années, qui t'aide à descendre du comptoir. « C'était génial Lexi, comme toujours. » Il glisse dans ta main l'argent de ce soir. À vrai dire, tu n'as pas vraiment de salaire fixe, tu gagnes une part convenue depuis longtemps sur toutes les recettes du soir. Alors oui, tu te donnais toujours à fond pour attirer les gens ici. Plus le bar était rempli, plus les clients consommaient, plus tu te faisais d'argent. C'était simple. Tu ne roules pas sur l'or, alors tu fais de ton mieux comme à chaque fois. Tu te diriges vers les vestiaires et tu te changes pour une tenue plus sobre. Les robes rouges et courtes étaient parfaites pour faire le show, mais pour marcher dans les rues de Londres, cela faisait un peu racoleuse, vous êtes d'accord.  Tu enfiles un jean et des baskets, et tu coiffes tes cheveux en une longue tresse, ramenant ta touffe blonde devant toi. Tu adores ta chevelure, c'est comme une part de ton identité. Tu en prends soin, et les clients aiment beaucoup aussi. Lorsque tu ressors des vestiaires, le brouhaha de tout à l'heure s'est atténué. À vrai dire, il n'y a plus un bruit, seule la femme de Jack qui termine de nettoyer les tables est encore là. « Bonne nuit Lexi, à demain soir. » Tu la salues chaleureusement et tu pousses la porte de service. Et encore une soirée de passée. Tu as hâte de retrouver la tiédeur de tes draps. Tous ces efforts sont tout de même extrêmement épuisants. Tu traverses la rue, tu n'habites pas très loin, à un kilomètre un peu plus au Nord. Tu rentres toujours à pied. Tu n'es pas particulièrement courageuse, seulement très imprudente en vérité. Tu te dis toujours qu'on n'osera pas s'attaquer à une femme qui porte un jean troué et des baskets. Tu pourrais aussi bien transplaner, tu gagnerais du temps, mais tu ne veux pas de cette vie de feignant où l'on se reposer sur ses pouvoirs à chaque instant. Tu rencontres quelques ivrognes en passant, tu appelles pour eux le Magicobus, car dans leur état, transplaner était la meilleure manière de se faire désartibuler. Tu donnes quelques gallions à la dame qui dort sous le pont, tu passes par ici tous les soirs, tu aimerais tellement pouvoir faire plus pour elle. Elle te sourit, tu sais qu'elle t'attend. Elle te bénit comme elle le fait à chaque fois, et tu lui souhaites une bonne nuit. Tu es quelqu'un de bon et de serviable, tu le sais, et parfois, on te dit que cela te perdra car le monde est fait de vautours et de repaces, mais tu n'écoutes pas. Tu as besoin d'aider les autres et te sentir utile. Au delà de cette guerre entre moldus et sorciers, il y a tellement d'autres personnes qui vivaient dans la misère et la pauvreté... Alors toi, tu fais ce que tu peux, tu donnes ce que tu as.



Tu tournes à l'angle du chemin de traverse, tu arrives bientôt à ton immeuble lorsqu'on t'interpelle. « Et ma jolie ! Attends-moi. » Tu te retournes et tu continues ton chemin. Lui, tu n'as pas trop envie de l'aider, il te fait peur. Tu sais qu'il est mangemort, cela fait plusieurs fois que tu le croises à cette heure là, mais d'ordinaire, il te laisse tranquille, il ne t'avait jamais importuné avant ce soir. Il commence à accélérer, tu fais pareil, tu cours, il te rattrape. Il te tient les poignets avec force, et tu tentes de t'échapper : « Mais lâchez-moi sale... » Il plaque sa main contre ta bouche : « Sale quoi ? SALE QUOI ? Espèce de petite salope. » Tu sais que c'est la fin, tu vas mourir ce soir, tu vas probablement mourir ce soir. Tu vois toute ta vie te défiler dans les yeux, tu essaies de te défendre, mais tu es trop faible, tu n'arrives pas à attraper ta baguette. Il te traîne dans un cul de sac et te coince contre le mur. Tu veux crier, mais les mots ne sortent pas, tu es terrorisée, et puis de toute manière, il plaque toujours sa main contre sa bouche. Il t'arrache ta veste et commence à te toucher. Il libère tes lèvres et tu cries à l'aide. Il t'assigne un coup de pied dans le ventre et tu t'écroules à terre, le souffle coupé. Tu lèves les yeux vers lui, tu enregistres son visage et tu murmures : « Seigneur Dieu, dès à présent, j'accepte avec résolution, en totale soumission et de bon mon cœur, la mort qu'il vous plaira de me donner, malgré toutes les angoisses, les peines, les souffrances et les tourments. » Il ne comprend pas, il te regarde et te demande : « Qu'est-ce que tu baragouines ? » Tu recommences, tu pries, ça te donne du courage pour endurer la suite. Il saisit ce que tu fais, et il rie. « Ma pauvre fille, Dieu n'existe pas. Notre seul vrai Dieu c'est le seigneur des ténèbres. » Voldemort, un Dieu, tu ricanes intérieurement. Voldemort, ce tueur, le directeur de Poudlard, le Ministre de la Magie. Tu attends depuis toujours qu'il chute, que la résistance prenne de l'ampleur, qu'elle gagne du terrain, que Voldemort soit déchu, qu'il meurt, que le monde redevienne celui qu'il était auparavant, du temps d'Albus Dumbledore. Son nom résonne dans ta tête, alors que tu continues de chuchoter comme une litanie sans fin : « Et malgré toutes les angoisses, les peines, les souffrances et les tourments... AAAAAAAHHHHH NOOOONN PITIÉ PAS ÇA  ! » Tu hurles alors que tu sens ses mains putrides toucher ton ventre, tes cuisses et tes seins. Tu préfères mourir tout de suite plutôt qu'il te prenne de force. Soudainement, le poids du mangemort te tombe dessus et tu t'écroules à terre, pas assez forte pour le supporter. Tu ne comprends pas, jusqu'à ce qu'on enlève son corps. Tu as envie de pleurer, ses membres sont inertes, tu crois qu'il est mort. Tu relèves les yeux, tu plisses le regard, et tu demandes : « Qui êtes-vous ? » Tu ne vois pas bien, il fait trop nuit. Tu entends : « Tu ne me reconnais pas ? » Si, sa voix te parle, tu te souviens. « Jeff ? »

▽ ▽ ▽



Tu trembles, il glisse un plaid sur tes épaules et un chocolat chaud dans tes mains. Tu n'arrêtes pas de pleurer. Tu te demandes si l'homme est mort, et s'il l'est vraiment, tu sais que c'est de ta faute, que c'est à cause de toi. C'est peut-être Jeff qui a lancé le sort, c'était peut-être un mangemort sanguinaire mais tu es coupable, tu sens la culpabilité te ronger. Jeff t'a ramené chez lui. Les larmes coulent toujours sur tes joues pâles, tu tentes de les arrêter, mais c'est le contre coup du traumatisme, c'est lui qui l'a dit. Il doit en savoir quelque chose, étant donné qu'il est en formation de médicomagie. Tu penses que ça lui va bien. Tu te souviens de lui, c'était un gosse intelligent déjà à Poudlard, même si à l'époque vous ne vous parliez pas. Tu avais une année de plus que lui, et puis, lui avait ses propres amis. Tu te souviens de lui aux réunions résistants, c'est tout. Mais malgré tout, tu lui ais reconnaissant. Il t'a sauvé. Tu murmures : « C'est ma faute s'il est mort... » Il s'agenouille devant toi et te dit : « Mais il n'est pas mort. Je ne l'ai pas tué. » Presque aussitôt, il rajoute : « ET toi, non, tu penses surtout pas ça. S'il était mort, tu n'aurais rien à te reprocher. C'est lui, souviens toi de ce qu'il allait te faire. C'était un mangemort, il l'a mérité cent fois. » Ton respect pour la vie humaine s'envole quasi instantanément. Il a raison. Combien de femme n'ont pas eu ta chance avant toi ? Combien de membres de la résistance a-t-il tué avant toi ? Combien de fugitifs a-t-il attrapé ? Tes larmes tarissent peu à peu, tu te tais, mais tu sens la flamme de la vengeance naître dans tes yeux, et il le voit aussi certainement. Au bout d'un certain temps, il demande : « Tu crois toujours en la résistance ? » Tu acquiesces que oui. Tu avoues à mi-mots que cette situation te pèse, que tu n'en peux plus de la discrimination envers les moldus, les nés-moldus, les sang-mêlés, tu dis les pires atrocités sur Voldemort, cet homme, non pas cet homme, tu rectifies, ce monstre qui n'a aucune tolérance, aucun respect pour personne. Tu en as assez de vivre dans la peur et dans l'oppression. Tu lui dis tout cela, et il te propose de le rejoindre dans une organisation secrète appelée phenix. Tu plisses les yeux, tu acceptes.







Chapitre 4 : Epoque actuelle


Défendre la vie, jusqu'à la mort.
It's the moment of truth and the moment to lie
the moment to live and the moment to die
the moment to fight to fight, to fight.

▽ ▽ ▽



Tu ricanes, alors que l'homme t'arrache avec frénésie tes vêtements. Tu attrapes sa cravate, tu tires dessus et captures ses lèvres. Ses mains glissent sur ton corps tandis qu'il ôte le reste de tes vêtements. Lui est déjà nu depuis longtemps, excepté sa cravate qu'il a gardé, tu ignores pourquoi d'ailleurs. Tu enroules tes jambes autour de ses hanches et le regardes dans les yeux. Tes doigts touchent doucement sa marque des ténèbres qui orne son bras gauche, il retire ton bras. Il l'aime pas que tu y touches, pourtant, quelques secondes plus tard, tu reposes doucement ton index dessus. Cette fois, il te laisse faire, trop occupé dans son désir charnel pour y prêter attention. Il te pénètre, ses yeux sont fiévreux, tu fermes les tiens, absorbant les vibrations de son orgasme. Il t'embrasse ardemment, tu attrapes les mèches blondes de ses cheveux, griffant de ton autre main son dos brûlant. Il plante son regard dans le tien et sourit, tu fais de même. Sa respiration se calme, il se couche à tes côtés, il te regarde, ferme les yeux et t'interroge : « Tu dors ici ? » Taquine, tu demandes à ton tour : « Pourquoi, t'aimerais ça ? » Son visage s'illumine et il rit : « Oh que oui j'aimerais ça. » Tu te lèves, nue, et tu le laisses admirer ton corps tandis que tu te rends dans sa salle de bain. Tu fouilles dans son placard et enfiles une de ses chemises et un de ses caleçons. Tu trouves un de tes collants que tu avais oublié un jour et tu le mets rapidement. Tu te brosses les dents et les cheveux. Puis, tu retournes près de lui, il est presque endormi. « Pars pas. » Tu murmures à son oreille : « Je dois aller bosser. Tu fais quoi demain ? » Il chuchote : « Je ne sais pas, il y a une réunion avec le Lord toute la journée concernant les prisonniers d'Azkaban... » Tu hoches la tête, tu l'embrasses et te lèves en disant  : « À plus beau gosse.  » Il te donne une tape sur les fesses, te dit : « Salut Charlie. » Puis il s'endort. Tu quittes son appartement et tu transplanes directement jusqu'à chez toi. Tu allumes un feu, tu ôtes de nouveau tes vêtements et les jettes dans l'âtre. Tu te glisses aussitôt sous la douche, tu attrapes un gant et tu frottes ton corps, tentant d'effacer par tous les moyens sa trace sur ta peau. Tu fais mousser ton savon, et tu frottes, tu frottes et frottes encore. Ta peau est rougie au bout d'une dizaine de minutes. L'eau est brûlante. Tu te sens un peu mieux. Tu coupes l'eau. Tu enroules une serviette de bain autour de tes cheveux et de ta poitrine. Tu te regardes dans le miroir, n'aimant pas le reflet qu'il te donne. Tu quittes ta salle de bain et t'affales sur ton lit. Tu ouvres le tiroir de ta table de chevet et serres le chapelet de ta grand mère paternelle dans tes mains. Tu fermes les yeux, calmes ta respiration et murmures : « Pardonnez-moi Seigneur, car j'ai péché.  »  Cela fait plusieurs semaines que tu joues à ce petit jeu dangereux. Tu te sens sale, mais tu le sais, c'est nécessaire. Au fond, c'est sans doute l'un des plus gentil mangemort qui existe au monde, mais c'est un mangemort quand même. Les larmes coulent doucement sur tes joues, et tu entames une prière silencieuse. Tu ne le vois que pour une seule raison : les informations qu'il peut te transmettre sur l'oreiller. Informations que tu redonnes à la résistance. Heureusement pour toi, il fait partie de ces nouveaux mangemorts qui parlent aisément, qui ne croient pas qu'une gentille et jolie petite blonde comme toi puisse lui causer du tord. Tu as envie de vomir. Tu te lèves et te diriges vers les toilettes, tu t'assois sur le bord de la baignoire, et tu te sens mieux. Tu bois un verre d'eau. Un jour, ça ira mieux Lexi, un jour, ça ira mieux. C'est ce que tu te répètes tous les jours, toutes les nuits.

▽ ▽ ▽

Max,
En regardant les dernières photos que tu m'as envoyées, j'ai bien vu que tu t'étais fait un nouveau tatouage espèce de cachottier ! Cela m'a donné envie d'en faire un nouveau à mon tour, je te montrerais ça quand tu sortiras de Poudlard pour la prochain sortie à Pré-au-Lard. Travaille bien à l'école frangin, sois poli avec tes professeurs.
Je t'aime, tu me manques.

Tu ne signes pas, tu ne t’éternises jamais dans tes missives, tout simplement parce que tout d'abord, tu n'es même pas certaine qu'il va la lire. Le courrier est constamment surveillé à Poudlard et puis les longues et enflammées lettres entre frères et sœurs, très peu pour vous. Tu cachettes le petit mot et tu l'attaches  à ta chouette. Tu lui souhaites bon voyage et tu reposes ta plume. Ton regard s'éternise sur ton poignet droit, encore légèrement rougi par les aiguilles du tatoueur. Tu n'as pas mal, les tatouages, comme ton frangin, ça te connaît, tu en avais déjà quatre, c'est donc ton cinquième. Mais rien de très extravagant, tu restes dans le sobre et le discret. Mais chacun d'entre eux raconte une histoire, un passage de ta vie. Tu te perds dans tes pensées jusqu'à ce que des mains entourent ta taille. Tu le laisses faire, refrénant ton envie de le repousser. « Charlie ? » Tu lui demandes dans un murmure ce qu'il y a. « Ça veut dire quoi ton nouveau tatouage sur le poignet ? Ce M ? M comme mangemort ?  » dit-il, tout a fait sérieusement. Tu souris et tu réponds : « Peut-être bien. Toutes les femmes ont leurs petits secrets. »

▽ ▽ ▽



Tu te regardes dans la glace de l'entrée de l'appartement de Jeff, tes cheveux sont sacrément en pétard, parce qu'il n'a pas de brosse chez lui. Tu oublies tout le temps de ramener la tienne, mais en réalité, tu ne planifies jamais lorsque tu passes une nuit chez lui, alors c'est pas évident de prévoir la trousse de toilettes. Des fois, tu te dis que tu ferais mieux carrément d'acheter un kit de survie et de le laisser sur place, mais tu n'en ressens pas vraiment l'utilité. Ce n'est pas comme si tu dormais ici souvent, ça reste assez ponctuel. Tu tentes de rassembler le tout en une tresse, mais une fois arrivée au bout de la coiffure, tu te rends compte que tu n'as pas d'élastique. « Merde, quelle conne. » Jeff lève la tête de son bol, la tête du mec qui n'a pas assez dormi ancré sur son visage. Tu lui souris bêtement, et tu retournes dans le salon pour ranger un peu. Jeff ne va pas très bien en ce moment. Il ne va pas bien du tout même, tu sens qu'il a changé, même s'il fait comme si de rien n'était, tu avales durement ta salive et commences à faire un peu de ménage, rapidement. Histoire de donner un visage humain à cet appartement. Tu comprends la situation dans laquelle il se trouve, tu ne demandes pas de compte, et tu te garderais bien de le juger. Il a perdu son frère, la fille qu'il aime est loin de lui, il boit, il se drogue, la vie est difficile pour tout le monde. Toi, tu survis tant bien que mal également, même si c'est plus facile pour toi. Mais c'est ton ami, alors tu ne le laisseras pas tomber. Tu te souviens à quel point il t'a soutenu et aidé après "l'incident", combien de fois il est venu te chercher après le travail, tu avais tellement peur de rentrer seule après cela, combien de fois tu t'es endormie dans ses bras, terrifiée par les images et les flash back qui te ramenaient à l'instant précis où tout avait bien failli basculer. Bref, tu te souviens de tout cela, alors tu es là, et tu seras là quoi qu'il arrive. Vous n'êtes pas les meilleurs amis du monde, mais une présence comme la sienne rend ton existence un peu moins morne et solitaire. Tu ne t'es pas fait beaucoup d'amis, et tu n'as pas trop gardé contact avec les personnes de Poudlard. Tu le regrettes un peu, mais c'est comme ça. Tu termines rapidement ta tâche, et regarde ta montre. « Bonne journée, à la semaine pro', sans doute. » Tu ébouriffes ses cheveux au passage, histoire de l'embêter un peu, et tu accélères le pas. Tu n'es pas du tout en retard pour ton rendez-vous, contrairement à d'habitude, mais tu es tellement habituée à l'être que tu ne peux t'empêcher de courir. Aujourd'hui est un grand jour, comme d'habitude. Tu l'attends avec impatience depuis un bout de temps : la première sortie à Pré-au-Lard de l'année. Tu as hâte de revoir tes deux petites canailles. Ils te manquent, bien plus qu'ils ne le devraient d'ailleurs. Tu transplannes au village et déambules dans les rues bondées de jeunes élèves, attendant avec impatience de voir les deux seules qui t'intéressent. Mais tu n'as pas besoin de les trouver, car c'est eux qui te trouvent. Une petite tête brune te saute sur le dos et tu éclates de rire. Tes jambes flagellent vite sous son poids et tu supplies : « Dégage Dalia tu pèses une tonne !  » Tu ries et tu la prends dans tes bras, une fois vos quatre pieds au sol. Tu te penches un peu vers elle, tu la regardes et tu replaces une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. « Plus tu grandis et plus tu deviens belle toi. Fais gaffe, tu vas attirer tous les mauvais garçons. » Tu es tellement contente de la voir. Plus qu'une amie, Dalia est finalement devenue comme une petite sœur au fil des années, et tu aimes jouer ce rôle qu'on t'a confié. Elle est adorable, tellement adorable. Tu te retournes, et tu vois la moue boudeuse de ton frère. Tu prends la voix de la mère totalement gâteuse et tu déclares : « Oh mais regardez-moi ça, le petite Maxi il est triste parce que je dis bonjour à Dalia avant lui ? Oh regardez comme il est jaloux. » Dalia éclate de dire, Max aussi, et tu serres tes deux énergumènes contre toi. « Allez les jeunes, racontez-moi un peu la vie. » Ces moments à trois passent toujours trop vite. Vous n'avez que peu de temps, et tellement à dire.

▽ ▽ ▽

Il commence à croire que c'est sérieux entre vous. Tu le regardes, il dort. Tu ramasses sans faire de bruit tes affaires. Tu disparais au beau milieu de la nuit, définitivement, tu sors de sa vie. Il ne sait pas où tu habites, ni même où tu travailles. Il ne connaît pas trop vrai nom, il n'a aucun moyen de te retrouver, et tu le sais. Tu ne lui as jamais révélé des détails sur ta vie, ou sinon, c'était des mensonges. Il est temps pour toi de t’éclipser, tu ne pourras rien apprendre de plus de lui. Il n'est pas assez enrôlé dans les mangemorts pour ça. Il n'est pas assez gradé non plus. Il ne sait pas tout. Tu dois viser plus haut. Tu ne sais pas comment tu vas faire, mais tu vas le faire. Tu rentres chez toi, tu t'allonges sur ton canapé, et tu tournes un nouvelle page du livre de ta vie.





__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  



Dernière édition par Alexis C. Islington le Dim 23 Mar - 1:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


∇ time bømb
avatar


personal informations

► date d'inscription : 12/05/2013
► parchemins : 840


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 9:28

RE RE RE RE BIENVENUE ALTESSE
Putain t'es canon, on va faire de beaux bébés
Finis ta fiche qu'on puisse rp femelle CAULDWELL(oui dixit la meuf qui a pas posté de rp depuis des semaines )

je t'aime ma chieuse

EDIT : en fait je retire tout ce que j'ai dit tu pues, t'es moche et je te ferai pas de bébés voilà.

__________

    Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un oeuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



living louder, fighting harder
avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 9:43

han, tu l'as fait t'es canon
Rebievenue poulette, réserve moi plein de liens avec mes personnages

__________

Tide out, tide in, a flood of blood to the heart and the fear slipstreams ()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 9:52

oui, je l'ai fait
je vous aime aussi, et je vous fais pleins de bébés à tout le monde, et pleins de liens avec ceux qui veulent

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Moi Je, capricieuse et médisante MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/09/2013
► parchemins : 1562


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 12:43

J'ai comme un souvenir : je ne ferais pas mon nouveau compte avant mai-juin !

Re-bienvenu spèce de folle :a19:

__________


Nothing in here but dust.

I'll give you black rumours. The broken sound of love and lies. Still fill your room. Faded memories of shame. Will find you soon. I'll give you corrosion. Miracles are never what they seem. Welcome to the nightmare, not the dream.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 12:53

t'es sure que j'ai dit ça ?

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


WONDERDALIA prepare for trouble...
avatar


personal informations

► date d'inscription : 31/03/2012
► parchemins : 989


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 13:02

ah que coucou
JOTEM m'oublie pas évidemment hâte de lire ta fiche

__________
Don't fuck with my love +I already told you trust and respect is what we do this for. I never intended to be next but you didn't need to take her to bed, thats all. And I never saw her as a threat until you disappeared with her to have sex of course. Don't fuck with my love. That heart is so cold all over my own I don't wanna know that babe. Don't fuck with my love I told him, he knows. Take aim and reload, I don't wanna know that babe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 13:31

j'oublie pas mon bébé à moi :88:

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Forte comme un loup, douce comme un agneau. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2013
► parchemins : 879


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Sam 22 Mar - 20:04

BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUHHHHH !! Tu as cédé à la tentation du maaaaaaaaaaaaaaal ! Boooooooooooouuuuuh, tu es faaaaible !

Mais bon ♥ On t'aime quand même
Courage pour ta fifiche (:

__________


Breathe  me
« To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower, hold infinity in the palm of your hand and eternity in an hour. » W. BLAKE @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 12/09/2013
► parchemins : 89


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 0:08

Wow une petite nouvelle... Bienvenue pour euh... La sixième fois?    Comme le disait Maître Yoda avant moi: "Admiratif je suis"    (ah oui et je veux un lien Isra' adore les zolies femmes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I will tattøø yøur heart
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/04/2013
► parchemins : 177


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 0:22


    Pfff. Comment tu m'as même pas attendu pour la création de mon TC.   J'suis tellement déçue Bon sinon, rebienvenue, pas la peine de te dire qu'il nous faudra un lien
    kiss kiss


__________
You are the hole in my head. You are the space in my bed, You are the silence in between what I thought and what I said. You are the night time fear, you are the morning when it’s clear when it’s over you’re the start.

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 0:59

LOU > je sais je suis faible, faible, faible, je suis trop nulle, je veux me réincarner en limace tellement je suis incapable de résister à la moindre tentation  :54: 

ISRAEL > nan, nan, c'est que le cinquième, six comptes, t'es fou toi

BRIOCHE > bah je savais même pas que t'en voulais un oui, je te garde pleins de beaux liens mon chou, t'inquiète

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Blake et non Black : groupies s'abstenir. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 07/08/2011
► parchemins : 3374


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 3:11

Ca va elle est pas longue ta fiche     

__________
we could be heroes
If this is to end in fire then we should all burn together. watch the flames climb high into the night. calling out father oh, stand by and we will watch the flames burn auburn on the mountain side. and if we should die tonight then we should all die together (⚡️) i see fire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 3:18

nan, t'as vu, ça va j'ai fini du coup

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Angel on the skyΔ Trop belle pour être vraie
avatar


personal informations

► date d'inscription : 28/02/2012
► parchemins : 1169


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 3:41

Rebienvenue mon chat
Ta fiche
Jooootem

__________
 BROKEN HEART
C'est drôle, je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer...
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 4:39

emichou > jotem aussi

mama > celle-là, c'était pour toi je savais que ça te plairait

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/10/2012
► parchemins : 3316


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 4:55

sept mille mots trololo mélanie tu liras
re bienvenue pour la cinquième fois donc, petit joueuse que tu es
en tout cas j'adore l'avatar même si j'ai aucune idée de qui c'est
et puis je lirais ta fiche quand j'aurais la foi

__________


    I don't wanna break these chains. your cruel device, your blood like ice. one look could kill, my pain, your thrill. your mouth, so hot your web, I'm caught your skin, so wet black lace on sweat I wanna love you, but I better not touch I wanna hold you, but my senses tell me to stop I wanna kiss you, but I want it too much I wanna taste you, but your lips are venomous poison you're poison runnin' through my vein you're poison, I don't wanna break these chains

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 4:58

désolé, j'arrive plus à me restreindre quand je suis inspirée

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 5:26

    Rebienvenue parmi nous Narachoue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 5:32


Loulou

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 15/01/2014
► parchemins : 218


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 6:14

Bon une fiche non lue, une plus. Trop de mots, c'est pour evanesco (Remarquez que ça rime en plus ahah) Rebienvenue la miss Mais si ta fiche, elle sera lue... juste on sait pas trop quand (a)

__________

____∞ father and daughter.
don't worry child, daddy will protect you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 6:50

en tant que modo, je m'auto-pré-valide

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


what's meant to be will always find a way
avatar


personal informations

► date d'inscription : 21/12/2009
► parchemins : 2294


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Dim 23 Mar - 23:55

j'ai vaincu, j'ai réussi à la lire, acclame moi
bon, je te valide même si poufssoufle + phénix = caca mais bon, j'ai pas le droit de refuser les phénix CAULDWELL et c'est qui ce charmant mangemort que tu te tapes ?
aller, rebienvenue, réserver moi des liens avec mes adultes et mes grands élèves



order of phoenix

Bienvenue officiellement sur le forum ! Nous t'invitons à aller créer ta fiche de liens et de rps ainsi que ton journal intime ici. N'oublie pas de faire recenser ton métier et aussi de faire une demande d'habitation ici. Et s'il s'agit d'un double-compte, n'oublie pas d'aller te faire recenser par ici. Bon jeu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dissendium.org



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   Lun 24 Mar - 5:13

BRAVO ! Nan mais j'avoue, moi-même, quand je l'ai relu, ça m'a soulé
quelqu'un je sais pas encore qui
coolos, t'en auras pleins alors, si tu viens avec des idées sympatoches (parce que moi, pas envie de chercher)

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano   

Revenir en haut Aller en bas
 

alexis Δ maybe that's what happens when a tornado meets a volcano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: VADROUILLES AVEC LES GOULES :: « BUREAU DE REGULARISATION DES CREATURES » :: fiches validées-