Partagez | 
 

 Hello cold world • Balexou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Forte comme un loup, douce comme un agneau. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2013
► parchemins : 879


MessageSujet: Hello cold world • Balexou   Ven 21 Mar - 7:06





Hello cold world

Babylone S-M. Sturridge & Alexis C. Islington


23H18. Ce fichu réveil affichait ces quatre numéros avec une fierté déconcertant. Lou soupira en attrapa fermement sa couette et la remonta sur son nez en grognant. Elle voulait dormir, il FALLAIT qu’elle dorme ! Elle devait se lever tôt le lendemain et le manque de sommeil commençait à se faire sentir. Malgré tout, elle ne s’endormait pas. Elle ne s’endormait pas, certes, mais elle n’était pas complètement réveillée non plus. Ses yeux refusaient de s’ouvrir et pourtant son cerveau, lui, n’avait pas la moindre envie de se mettre en veille. Quelle plaie. Il faut dire que les gémissements du couple de l’immeuble d’à côté, qui n’avait encore une fois pas fermé leur foutue fenêtre, OU d’un « couple » lambda dans la rue n’aidaient vraiment pas la rousse à s’endormir. Elle s’imaginait d’ailleurs, en ce moment même, se lever, prendre un vase, le remplir d’eau et le déverser sur ce maudit couple. Malheureusement, elle avait beaucoup trop peur de tomber sur un mangemort ou une personne du ministère. Elle resta alors bien au chaud dans son lit et fixa le plafond.

23H51. L’Anglaise inspira profondément. Il fallait qu’elle se rende à l’évidence : elle n’allait pas dormir de la nuit. Agacée par ce manque de coopération de la part de son cerveau, elle se leva et alla se poster devant l’une de ses fenêtres. A travers les carreaux brisés, elle détailla la ville nocturne si différente de ce qu’elle pouvait laisser paraître la journée. Londres avait deux visages. Le calme et pourtant agité visage du jour où les passants et les touristes jalonnaient les routes goudronnées ou pavées de son territoire. Et puis, il y avait cette Londres nocturne, dynamique, changeante. Les deux visages de ces grandes villes que l’on connait tant. La demoiselle connaissait parfaitement le premier visage mais le deuxième ne la rassurait pas tant que ca. Elle était certaine qu’à cette période de la journée, les sorciers ne se gênaient pas pour sortir et se mêler aux moldus. Les chances de tomber sur des mangemorts ou des membres du ministère étaient alors décuplées. Après tout, ils n’étaient pas censés savoir qu’elle était née-moldue. Peut-être était-elle fichée, c’était même sur en y réfléchissant bien, mais tout le monde n’y avait pas accès. Si elle agissait comme une moldue, chose qu’elle s’obstinait à faire depuis son exclusion, elle se fondrait certainement dans la masse. A vrai dire, non, elle se fondrait dans la masse. C’était, là aussi, une certitude.

Rapidement, la jeune femme se débarrassa de son vieux pyjama et enfila un jean et un simple t-shirt. Elle laissa retomber ses cheveux roux sur ses épaules et maquilla ses yeux en se brossant les dents. Une vieille habitude qu’elle avait prise depuis qu’elle commençait à se maquiller. Lou trouvait marrant de faire deux gestes différents en même temps. C’était pour elle, un petit challenge matinal qui pimentait un peu son quotidien. Challenge qui ne se terminait pas toujours en happy end… Lorsqu’elle eut fini, elle enfila un gilet et sa veste, attrapa son sac en bandoulière et s’aventura dehors après avoir fermé la porte de son appartement. L’air frais de cette heure tardive lui griffa le visage. Il ne faisait pas bon sortir à cette période de l’année. Vraiment pas. Comme à son habitude, Lou fixa ses pieds dès qu’elle posa un pied dehors puis se mit à marcher rapidement. Elle ne savait pas où elle allait mais la seule chose qu’elle savait c’était qu’il ne fallait jamais rester trop longtemps au même endroit. Après quelques minutes d’errance, Lou se retrouva nez à nez avec un pub dont elle ignorait totalement l’existence. Curieuse, elle franchit le pas de la porte.

La chaleur qui émanait de cet endroit lui fit tout de suite oublier le froid de l’extérieure. Elle resta quelques secondes postées devant la porte à détailler les lieux avant de repérer une petite table vide au fond de la salle. Lou avait tout de suite repéré la scène et il était hors de question qu’elle se mette juste devant. Manquerait plus qu’on l’oblige à monter sur scène… Et puis quoi encore. Le plus discrètement possible pas vraiment naturellement elle alla s’asseoir à la table. Pour faire comme tout le monde, elle commanda, comme tout le monde, une bière. Les esprits semblaient embrouillés et quelque peu échauffés ce soir et la demoiselle se félicita de s’être mise au fond de la salle. S’il y avait une bagarre, elle ne se retrouverait pas en plein milieu. Elle balaya rapidement la salle du regard. Le pub était presque bondé. Les gens parlaient fort et misaient de ci de là des choses dont Lou ne voulait pas avoir connaissance.  Elle s’était mise dans l’idée qu’elle allait boire sa bière et qu’elle allait rentrer bien tranquillement chez elle en croisant les doigts pour que l’alcool l’assomme. Ce soir, elle n’était pas d’humeur à sourire et elle ressemblait à tout sauf à une personne d’apparence joyeuse. Oh, elle était joyeuse, elle l’était toujours, mais les cernes sous ses yeux et son teint blanc lui donnaient des allures cadavériques qui ne lui allaient pas comme un gant. Tant pis. Peut-être qu’elle pouvait se faire passer pour une alcoolique dans ce cas. Ou une droguée. Ou… une paumée ? Une rebelle de la vie ? Un jeu de rôle, c’était quelque chose de drôle ca non ? Souriant à cette idée, elle porta la chope à ses lèvres pâles. Cette soirée était peut-être prometteuse, finalement.



Spoiler:
 

__________


Breathe  me
« To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower, hold infinity in the palm of your hand and eternity in an hour. » W. BLAKE @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fille de joie n'a pas d'états d'âme
avatar


personal informations

► date d'inscription : 03/11/2013
► parchemins : 411


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Mar 1 Avr - 11:44


« give drink to the ladies »




Ce soir Babylone avait invité Alexis pour une soirée initiation. Enfin voyez plutôt par-là qu'elle lui apprenait quelques ficelles du métier – choper les messieurs riches mangemorts si possible – dans un lieu public. Babylone avait bien assimilé le fait que la rue c'était pas tellement le truc d'Alexis. Bah, la demoiselle Sturridge respectait cela. Il n'y a pas beaucoup de personnes pour qui s'était le truc et même des personnes qui acceptaient sa profession. Bah y avait des cons partout sur la planète, Babylone avait le droit de disposer de son corps comme elle le désirait. Personne n'avait son mot à dire là-dessus. Quelqu'un aurait pu mais c'était... tombé à l'eau. Babylone ne s'attarderait pas sur les détails, c'était encore trop douloureux. Et puis, elle n'était pas trop du genre à tout raconter avec des copines. Elle n'avait que trop peu de copines à qui elle faisait des confidences. Il y avait Scarlett sa meilleure amie et Milo évidemment son ange gardien. Quoiqu'elle hésitait encore à en parler avec Milo parce qu'elle savait qu'il était capable de bien des choses. Hors lui parler d'un homme qui l'avait fait souffrir ne serait pas quelque chose que le jeune homme accepterait calmement. De toute manière, il n'y avait rien à faire. Oui, Milo ne pourrait pas lui casser la gueule et Babylone ne le souhaitait pas de toute manière. Et techniquement, Milo le pouvait s'il se mettait en quête de le faire mais non, Babylone refusait que ceci arrive. Bref pas la peine de s'étendre sur les peines de cœur, pas besoin de remuer le couteau dans la plaie.

Enfin bref, toute cette histoire avait contribué à ce que Babylone reprenne le boulot et limite d'arrache-pied. Oh oui et particulièrement, elle avait repris ses activités frauduleuses qui consistaient à coucher avec des mangemorts et récolter leurs confessions avant de les vendre aux Phénix. Elle ne se sentait pas coupable de cela, c'était un moyen de gagner encore plus d'argent. Quand vous étiez dans la rue, votre vision du mal et du bien changeait. Toute manière ne disait-on pas que ces choses-là étaient relatives ? Et puis dans le cas de Babylone s'était avant tout une distraction pour ne pas penser à ses vrais problèmes. Elle se focalisait sur le travail pour éviter de penser. Beaucoup de gens le faisaient en réalité mais ça choquait plus dans le cas de Baby parce qu'elle était une fille de joie. Mais passons... Elle avait donné rendez-vous à Alexis dans un petit bar plutôt mal famé des quartiers moldus. Enfin il était mal famé mais pour le quartier, c'était du top niveau. Baby portait un petit short en jean en dessus duquel elle avait un collant noir très opaque filé plusieurs endroits. Un top noir très petit qui cachait pas grand chose, on voyait d'ailleurs très distinctement son soutien-gorge noire. Pour attendre Alexis, elle avait quand même une petite veste. Nous étions en décembre, il commençait un peu à faire froid tout de même. Comme chaussures, des petites bottines à talon noir. Les cheveux détachés comme d'habitude, très peu de maquillage. Elle était canon, comme d'habitude. Elle ne perdrait pas sa nuit, il en était hors de question. En tout cas Alexis se faisait désirer, ah ces filles ! Babylone décida donc de fumer une cigarette. Son péché mignon et ce qui provoquerait très certainement sa mort. Tant pis, il fallait bien mourir un jour toute manière. Et puis quand vous attendez plusieurs heures sur le trottoir, la clope c'était l'un des meilleurs moyens de se réchauffer ! Et la clope avait l'avantage – ou le désavantage – d'attirer les messieurs. D'ailleurs voilà qu'un se ramenait. Il était déjà un peu éméché et c'était clairement le type fauché. En gros, il avait aucune chance. « Hey ma jolie, besoin de compagnie ? » Babylone lui adressa un regard avant de répondre avec courtoisie. « Non c'est bon, merci. » L'homme lui sourit avant de rajouter. « Allons, faut pas avoir peur moi je suis un gentil garçon. On peut faire connaissance Al.. » Babylone l'interrompit. « Écoute j'attends une copine, j'ai pas besoin de m'en faire d'autres. » Il sourit de plus belle. Décidément qu'est-ce qu'il était lourd ! « Bah tant mieux, je suis pas là pour me faire des amis non plus. » Cette fois-ci, c'était bon, Babylone allait se le faire... au sens figuré ! Elle tira sur sa cigarette avant de se tourner vers lui et lui souffler toute la fumée dans la gueule au passage. « On joue pas dans la même gamme, mon gars. Tu peux pas te payer une fille comme moi alors casse-toi avant de te payer plus la honte. » Avant qu'il ne puisse dire quoique ce soit, Babylone vit Alexis arriver et se dirigea vers elle. « Et ben c'est pas trop tôt mais tu me sauves d'un blaireau alors je te pardonne. » Elle déposa une bise sur sa joue avant de la prendre par l'épaule et la conduire à l'intérieur.

À l'intérieur, il y avait de l'ambiance. Un grand brouhaha formé par une foule de personne qui discutaient. Babylone demanda à Alexis ce qu'elle buvait mais celle-ci ne dut pas l'entendre parce qu'elle ne répondit pas. Du coup, Babylone décida d'improviser. Elle s'approcha du bar et fit un signe au serveur qui lui amena alors ce qui semblait être deux bièreaubeurres. Babylone les saisit et avec Alexis, elles commencèrent à se mettre en quête d'une table libre. Autrement dit une mission impossible mais elles aperçurent une table occupée seulement par une fille toute seule. Baby décida donc de compter sur la solidarité féminine et décida de s'asseoir à cette table. Elle s'adressa vers l'inconnue, une rousse qui semblait un peu... ailleurs. « Baby, Alexis. Si ça te dérange pas, on va rester là. Y a pas d'autres tables libres. » Elle lui sourit avant de rajouter : « J'adore la couleur de tes cheveux, c'est naturel ? » Hop, hop on sympathise histoire de mieux s'intégrer et faire genre on quelqu'un de sympathique. Toute manière, si la fille disait pas ce qu'il fallait ou quoi rapidement, Babylone trouverait le moyen de la dégager.
créée par Matrona


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Mer 7 Mai - 9:38

It's a cold cold cold world, a cold cold cold world.
balexou


« Jack, j'peux rester que deux heures. » cria Alexis au milieu de la foule. Elle encaissa l'argent qu'un client lui tendait et regarda son patron se rapprocher d'elle doucement, se frayant un passage jusqu'à son employée. « Quoi ? Pourquoi ? C'était pas prévu. » 'Parce que je vais apprendre à chopper des mangemorts bien riches et pro-Voldemort pour pouvoir ensuite donner les informations glanées sur l'oreiller aux phenix'. C'était la raison officieuse. La raison officielle était tout autre. « Glenn est au courant. J'ai échangé mon quart avec Misha.  Mes parents sont à Londres pour la semaine. »  Jack acquiesça sans demander plus de détails. Parfois, la jeune fille se félicitait d'avoir trouvé des patrons aussi cools et aussi conciliants. Franchement, elle se plaisait ici. Certes, ce n'était certainement pas ce qu'elle aurait voulu pour son avenir, mais après tout, elle n'avait toujours pas trouvé le métier de ses rêves et elle n'était pas certaine de le vouloir. C'était la guerre. Jamais rien ne pourrait vraiment lui convenir tant que Voldemort était au pouvoir et elle le savait très bien. Cela ne servait à rien de polémiquer là-dessus. « Pas de soucis. T'en fais pas, on s'en contentera bien pour une fois. » Misha était une autre serveuse qui travaillait à temps partiel en parallèle de ses études, mais il fallait l'avouer, elle n'enflammait pas le bar avec ses talents de cantatrice puisqu'elle ne savait pas chanter. Lexi était là pour ça. Elle animait les soirées grâce à ses talents et donnait un coup de main derrière le comptoir, mais rien de plus. Mais bon, pour une fois, ils se passeraient bien d'elle pour la fin de soirée et la fermeture. Et puis, elle avait encore deux heures devant elle pour faire plaisir aux clients potentiels. Certains venaient exprès pour elle, d'autres étaient de passage ou des habitués, peu importait du moment qu'ils restent et consomment. C'était bien ce qui comptait. « Allez, c'est l'heure. » murmura la jeune fille bien plus pour elle-même que pour les autres. Elle quitta son tablier, révélant sa jolie robe noire qui épousait ses formes avec volupté et détacha ses cheveux. Sa longue chevelure blonde et bouclée tomba en cascade dans son dos. Dix heures sonna et on commença à siffler pour qu'elle monte sur scène. C'était toujours comme ça. Souriant à la foule, elle grimpa sur une scène improvisée, ici le comptoir même du bar, et commença à chanter sous les applaudissements de la foule.

Deux heures plus tard, Alexis sortit son rouge à lèvres et se remaquilla légèrement. Légèrement, le mot était un peu faible. Outrageusement serait plus approprié en réalité. Tellement que cela ne lui ressemblait pas du tout. Mais elle avait rendez vous avec Babylone ce soir et elle en avait assez de passer pour la petite fille sainte qu'elle n'était plus vraiment. Elle enfila des talons aiguilles et toute suite, elle se sentit davantage désirable. Il fallait l'avouer, elle n'avait plus l'impression d'être elle-même lorsqu'elle se déguisait comme ça. Oui, c'était du déguisement pour elle : c'était tellement loin de ce qu'elle était. Mais c'était sa vie désormais. Parfois, elle avait la nette impression d'oublier qui elle était vraiment, mais aussitôt, elle se reprenait et se souvenait pourquoi elle faisait ça. Oui, elle était prête à sacrifier sa propre vie pour la cause résistante, pour les phenix, pour que le bien l'emporte. C'était ce qui la faisait se lever le matin, c'était ce qui la motivait le plus. Elle avait besoin de ça. Bref. Babylone lui avait donné le lieu de rencontre, un bar miteux, encore pire que celui dans lequel elle travaillait, mais bon, peu importait l'endroit en réalité. Elle sortit par la porte de service et transplana pour y être rapidement. Elle était déjà très en retard. Elle atterrit dans une ruelle peu éclairée qu'elle avait déjà repérée il y a quelques temps. Il n'y avait jamais personne ici, de toute manière. Elle marcha pendant quelques minutes et reconnut Babylone au loin. La grande classe, comme toujours. Alexis admirait beaucoup cette fille. Pute mais classe. Enfin... Elle plissa les yeux en voyant un homme à ses côtés. Elle s'approcha d'elle et agita la main pour qu'elle la voie. « Et ben c'est pas trop tôt mais tu me sauves d'un blaireau alors je te pardonne. » Lexi regarda en arrière d'un air méprisant et déclara au blaireau en question : « Bah dégage, t'as pas compris ou quoi ?! » Baby lui attrapa l'épaule et la conduisit à l'intérieur du bar. « Quel gros lourd ce mec putain. » Oui, depuis qu'elles se connaissaient, la blonde avait pris de l'assurance, beaucoup d'assurance. C'était peut-être mal. C'était peut-être bien. Mais au moins, elle s'était endurcie et ne ressemblait plus vraiment à cette pauvre petite chose que Jeff avait retrouvé dans une rue à trois heures du matin. Bref. Les temps changeaient. « Tu vas bien ? » demanda la jeune fille, mais sa question se perdit dans le brouhaha de la pièce. Il y avait du monde, vraiment beaucoup de monde. Il y avait une soirée spéciale ou quoi ? D'habitude, il n'y avait pas autant de personne. En tout cas, il y avait pas mal d'ambiance. De la musique et tout le reste. Bref. Endroit parfait pour pouvoir parler sans se faire remarquer. Babylone cria quelque chose mais Alexis n'entendit rien. Elle la vit se diriger vers le bar et elle la laissa faire. Peu importe ce qu'elle amènerait, elle le boirait. L'endroit était tellement bondé que la jeune fille se demandait vraiment comment elles allaient bien pouvoir trouver une table libre. Mais c'était compter sans Babylone et son bagout habituel. Elle n'avait aucune gêne et ultra sociable, contrairement à Lexi qui aurait plutôt attendu qu'une table se libère. Baby s'installa près d'une jeune fille à la chevelure flamboyante. Peut-être qu'elle la connaissait après tout. « Baby, Alexis. Si ça te dérange pas, on va rester là. Y a pas d'autres tables libres. » Ah bah non, elle ne la connaissait pas. Merde. Comment elles allaient pouvoir parler tranquillement toutes les deux avec cette fille là dans les pattes ? Alexis reposa son regard sur les traits du visage de l'inconnue, qui ne lui était en réalité pas si inconnue que ça. Elle lui disait vaguement quelque chose, comme si elle l'avait déjà vu quelque part. Tentant de faire fonctionner ses neurones, elle continua de la scruter attentivement tandis que Baby tentait de faire la conversation. « J'adore la couleur de tes cheveux, c'est naturel ? » Alexis n'attendit pas la réponse et demanda : « On se connaît nan ? » Lexi porta la bieraubeurre à ses lèvres et avala une gorgée. « Tu traînes souvent dans les bars ? » C'était peut-être pour ça qu'elle lui disait quelque chose. Mais après tout, elle voyait tellement de gens... Il était difficile de se souvenir de tout le monde. Pourtant, une tête rousse comme ça, ça ne s'oubliait pas vraiment comme ça. Soudainement, un déclic s'opéra dans sa tête : « Mais si ! » s'exclama-t-elle soudainement, se fichant de couper la parole à son interlocutrice. « T'étais à Gryffondor, je me souviens ! » Elle avait eu comme une sorte de flash, mais c'était tout ce qu'elle se souvenait. « Et, c'est quoi ton nom ? »

Spoiler:
 

Code by Silver Lungs

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Forte comme un loup, douce comme un agneau. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2013
► parchemins : 879


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Ven 30 Mai - 23:16

Lou porta la chope jusqu’à ses lèvres et déversa une partie du contenu dans sa bouche. Son regard morne balayait les lieux dans l’espoir de ne croiser aucune tête connue. Ca n’allait pas être compliqué. Plus inconnue qu’elle, il était impossible de trouver. L’invisibilité à l’état pur, elle était loin d’être la fille populaire que tout le monde aime. Un automatisme s’imposait doucement à elle. Elle scrutait les gens, buvait. Scrutait. Buvait. Scrutait. Buvait. A cette allure, sa chope fut bientôt vide. La rousse fut tentée de s’en aller mais le peu de temps qui venait  de s’écouler la cloua sur son siège. Elle n’allait pas bouger ses fesses d’ici pour le moment. Dans un désespoir cuisant, elle leva sa main en direction du serveur et lui fit signe de lui en apporter une autre. Son sourire était éteint. Le feu et la chaleur en allés. Ce soir, elle n’était qu’une âme en peine qui se saoulait dans l’espoir d’oublier. Une mauvaise option. Elle ne tiendrait pas. Dans un souffle, sa chope vide disparut et une pleine prit sa place. La jeune femme la regarda et glissa sa main dans l’anse du verre. Son regard se reposa sur la salle bondée. La place qu’elle occupait était parfaite. Elle pouvait voir tout le monde mais personne ne la voyait. Une place de choix. Elle remarqua que le rideau de la scène se ferma. Des affiches étaient placardées sur les murs du bar mais elle n’arrivait pas à les lire. Elles se trouvaient près du comptoir, à l’autre côté de la pièce. Elle jura. Pourquoi était-elle venue ici ? Pourquoi ce soir ?

« Baby, Alexis. Si ça te dérange pas, on va rester là. Y a pas d'autres tables libres. » La jeune femme se retourna vers la source sonore. Là, devant elle, deux jeunes femmes aussi magnifiques l’une que l’autre commençaient à s’installer à sa table. Elle bredouilla péniblement, soupira, puis leur fit un signe de main pour leur exprimer son accord. De toute manière, si elle n’était pas contente, c’était certainement à elle de partir. Deux contre une. Le calcul était déjà vite fait. Le regard de la rousse se posa sur les nombreux tatouages qui jonchaient la peau de la brune. Ils étaient magnifiques. Elle était magnifique. Tout simplement. « J'adore la couleur de tes cheveux, c'est naturel ? » Lou revint à la raison et remarqua qu’elle souriait. Elle ne put s’empêcher de lui sourire à son tour en hochant la tête. La Lou joyeuse refaisait-elle surface ? « On se connaît nan ? » La rousse tourna la tête vers la jolie blonde. Elle aussi était magnifique et Lou ne tarda pas à se sentir mal à l’aise. Tentant de feindre ce malaise, elle porta sa chope à ses lèvres et but une grande gorgée. L’alcool n’allait pas tarder à lui monter à la tête et pfuit, envolées les pensées. « Mais si ! T'étais à Gryffondor, je me souviens ! Et, c'est quoi ton nom ? » Lou ricana devant cette énergie rare. Elle avait l’impression de se voir dans cette blonde. Elle semblait aussi énergique qu’elle. La jeune rousse leur répondit mais sa voix ne porta pas jusqu’aux deux filles. Elle réitéra sa réponse. « Je m’appelle Lou. » lâcha-t-elle, un timide sourire sur les lèvres. Elle n’arrivait pas à les resituer. Elle était persuadée qu’elles étaient aussi à Poudlard mais impossible de se souvenir de leurs maisons. « Je ne me souviens pas vous avoir vu à Poudlard… J’ai pas les idées claires je crois. Vous étiez pas à Gryfondor en tout cas. » Et pourtant, elle reporta sa chope à ses lèvres en attendant une réponse. Lou désigna la scène du menton. « Je crois qu’il y a un spectacle ce soir. Je sais pas ce que c’est mais les gens ont l’air impatients. » En effet, quelques hommes sifflaient, d’autres frappaient des mains. Peut-être n’allait-elle pas rester ici très longtemps.


Spoiler:
 

__________


Breathe  me
« To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower, hold infinity in the palm of your hand and eternity in an hour. » W. BLAKE @ ALASKA.


Dernière édition par Lou J. Stanhope le Sam 9 Aoû - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fille de joie n'a pas d'états d'âme
avatar


personal informations

► date d'inscription : 03/11/2013
► parchemins : 411


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Jeu 3 Juil - 9:14


« give drink to the ladies »




« On se connaît nan ? » Sans déconner ? Si elles se connaissaient, ça serait quand même un sacré heureux hasard. Le monde magique n'est pas assez grand pour que ces deux-là se connaissent. Deux individus perdus dans la monstrueuse foule de la vie. C'était affreusement poétique, n'est-ce pas ? Bah c'était sûrement l'alcool qui commençait à faire effet. On arrivait tellement plus à faire ressortir la beauté des faits banaux dans ces situations-là qu'il faudrait peut-être voir à rechercher l'ivresse le plus souvent possible. Sauf que le hic était là : l'ivresse justement. Pourquoi n'avait-on pas inventé un produit sain qui aurait les mêmes propriétés de l'ivresse pour conter la beauté de l'ordinaire ? Babylone devait peut-être lâcher la rue pour bosser là-dessus... Ouais peut-être demain mais pas ce soir, parce que ce soir c'était cuite avec les copines. « Tu traînes souvent dans les bars ? » Ah oui ? Peut-être. Babylone n'allait pas si souvent que cela dans les bars. Les rares occasions étant des soirées entre copines mais de par son métier, elle n'avait pas tellement de soirées de libres. Croyez-le ou non, les clients se trouvaient plus facilement au mesure que le soleil se couchait. Après tout ils étaient attiré par les sombres nuits qui leur permettait de plus cacher leur identité. Il est bien connu que les clients privilégiés des prostituées étaient les lâches, les maris en manque de fougue, les hommes qui n'arrivaient à trouver de la compagnie par la méthode traditionnelle et les personnes aux pratiques un peu extravagantes et douteuses. Il y avait bien évidemment plein d'autres profils. Babylone avec Seth avait après tout montré qu'il ne correspondait à aucune des catégories citées, quoique dans un sens il était lâche. « Mais si ! T'étais à Gryffondor, je me souviens ! » Ah Poudlard. Si l'on pouvait éviter de ressasser cette époque glorieuse cela arrangerait la demoiselle Sturridge. Elle avait passé énormément de bons souvenirs à l'école de sorcellerie mais aussi des très mauvais. Et puis de toute façon, elle ne faisait pas parti de ceux qui aimaient se rappeler continuellement leurs souvenirs d'antan. Elle vivait au présent. carpe diem. « Et, c'est quoi ton nom ? » Voilà une question pus judicieuse et bien plus intéressante. L'appeler « machine » ne serait sûrement pas à son goût et guère peu sympathique. Quoique ça pourrait très vite devenir à la mode. On ne savait pas de quoi étaient faites les prochaines tendances.

L'inconnue dite « machine » pour le moment se mit à rire. Qu'est-ce qui était drôle ? Si elle se foutait de la gueule d'Alexis, Babylone n'hésiterait pas à lui donner un coup de boule. Quoi ? Ce n'était pas très glamour, très féminin ? Chéri, c'est une fille de joie, une fille de la rue, ça ne l'intéresse pas. Surtout que bon, même si la rousse était très joli, ça ne l'arrêterait pas pour lui abîmer le visage. On ne se moque pas des copines. La rue ça vous apprend cela, la solidarité entre les filles. « Je m’appelle Lou. » Lou, court mais efficace dira-t-on. C'était plutôt joli. « Je ne me souviens pas vous avoir vu à Poudlard… J’ai pas les idées claires je crois. Vous étiez pas à Gryffondor en tout cas. » Ah non, ça ça risquait pas. Babylone Sally-Muse Sturridge à Gryffondor ça aurait été la déchéance ultime, sûrement pire que sa condition actuelle. Elle ne plaisantait pas. Au cas-où, je précise. Elle se mit à rire laissant dévoiler ses dents. « Démasquée. J'étais à Serpentard. » Elle but une gorgée de son verre aussi avant de rajouter : « Tu sais que pour certains ça suffirait à faire de nous des ennemies mortelles ? Mais je ne suis pas de ces gens-là, j'espère que toi aussi. Et puis nous sommes des adultes maintenant. » Ouais, ça serait un peu puéril de se détester juste pour cela mais il y avait beaucoup de personnes débiles... elles étaient partout. Prenez garde. « Je crois qu’il y a un spectacle ce soir. Je sais pas ce que c’est mais les gens ont l’air impatients. » Ah peut-être. Il y avait pas mal de concerts d'organisés dans ce bar. Il fallait dire que dans les quartiers moldus, tout un tas de jeunes n'avaient rien à faire privés de magie. Ils se réfugiaient assez facilement dans la musique. Vous ne trouverez pas meilleurs musiciens dans tout Londres qu'ici, Babylone vous donnait sa parole. « Ouais sûrement, espérons que le groupe soit canon. » Quoi ? Oui on voyait ses intérêts mais en même temps, ce n'était pas tellement étonnant de la part de Babylone. Grand sourire sur les lèvres, elle fit un clin d’œil à un homme debout à côté du bar. « Sinon y a de quoi faire dans le bar. Donc, Lou ? C'est bien ça ? Tu viens souvent dans le coin ? Avec Alexis, on aime bien venir dans le coin... » Conversation, conversation. Babylone était une femme polie et puis il n'y avait pas de raison de se séparer de la rousse, avouez que ça serait pas mal un trio. Toutes les couleurs de cheveux représentées... Oui bon, pas sûr que Lou soit partante pour les activités qui rassemblaient à la base les deux autres femmes. Quoique si elle était ouverte et impliquée dans la cause Phénix (ou pas d'ailleurs, si elle voulait se faire de l'argent ça marchait aussi). De toute manière, Babylone n'avait rien dit pour le moment. Elle se comportait comme toute femme de son âge. Et elle n'était pas mal à l'aise pour un sou, ça serait mal connaître la demoiselle. Elle avait arrêté de se sentir gênée depuis très certainement sa cinquième année à Poudlard. Enfin il y avait quelques exceptions mais justement elles étaient rares ! Et en général beaucoup plus intimes aussi, pas dans le sens dans lequel vous voyez tout de suite cela ! Ce qu'elle voulait dire c'était à un niveau sentimental et non pas sexuel.

Spoiler:
 
créée par Matrona


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



I still fight while I can fight
as long as the wrong feels right
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/03/2014
► parchemins : 313


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Mar 29 Juil - 6:47

It's a cold cold cold world, a cold cold cold world.
balexou


Il y avait vraiment beaucoup de bruit. Beaucoup de bruit, beaucoup de monde, et donc peu de place dans ce bar. Alexis ne se sentait pas vraiment à son aise, au milieu de toutes ses personnes et se demandait même pourquoi Baby l'avait choisi mais elle suivit tout de même son acolyte qui s'incrusta sans plus de cérémonie à une table. Parfois, la jeune fille aimerait ressembler à Babylone. Elle était belle, elle était sûre d'elle-même, elle était drôle, elle était sans-gêne. C'était une fille canon en règle. Mais il ne fallait pas l'oublier, c'était une prostituée. Lexi se refusait de se considérer comme telle, mais au final, lorsqu'elle y réfléchissait, elle n'était pas si différente d'elle que cela : lorsqu'on lui demandait, elle écartait les cuisses. Une brusque envie de vomir remonta dans la gorge de la jeune fille. Elle s'installa sans tarder à une table où une jolie rousse se trouvait déjà. La fixant attentivement, elle chercha dans son esprit où elle avait bien pu la voir et elle trouva. Comme quoi, sa mémoire ne lui faisait pas si défaut que cela. La rouquine la scruta attentivement, et Lexi se sentit presque mal à l'aise. Elle détestait qu'on la fixe de la sorte, mais elle fit semblant de ne pas s'en formaliser. « Je m’appelle Lou. » dit-elle, un léger sourire sur les lèvres, mais rien n'y faisait, ce prénom ne lui disait rien. Elle avait eu un flash, simplement parce qu'à cause de Dalia et de Max, elle avait souvent regardé la table de cette maison, rien de plus. « Je ne me souviens pas vous avoir vu à Poudlard… J’ai pas les idées claires je crois. Vous étiez pas à Gryfondor en tout cas. » Lexi rigola en regardant Baby. La pauvre petite dans la maison des Lions. Elle était certaine qu'à l'intérieur d'elle-même, elle bouillonnait. À l'époque, elle jouait encore à la petite fille de Sang-Pur parfaite. Celle qui n'osait même pas parler aux autres maisons. Trop la honte. Enfin, pour être honnête, Lexi n'en savait fichtrement rien. Elle ne faisait que supposer. « Démasquée. J'étais à Serpentard. » La blonde surenchérit en faisant un clin d’œil à la rouquine : « Et moi Poufsouffle, en passant, les meilleurs, les plus géniaux. » Pour être honnête, peu importait leurs anciennes maisons. Mais au moins, cela leur permettait de faire plus ample en connaissance, et d'engager la conversation. Après tout, elles s'étaient vraiment incrustées à sa table. Babylone déclara : « Tu sais que pour certains ça suffirait à faire de nous des ennemies mortelles ? Mais je ne suis pas de ces gens-là, j'espère que toi aussi. Et puis nous sommes des adultes maintenant. » Lexi acquiesça. Si elle s'était arrêtée à cela, jamais elle n'aurait approché la jeune femme, jamais elle n'aurait osé. Lexi n'était pas du genre sociable et ne l'avait jamais vraiment été. Elle avait toujours peur de déranger. Du moins, auparavant. Elle s'ouvrait un peu plus maintenant qu'elle était sortie de Poudlard. Elle n'avait pas vraiment eu le choix. Ce n'était pas évident de devenir sociable. Au moins, lorsqu'elle traînait avec Baby, c'était plus facile. Elle connaissait tellement de monde. Cela ouvrait largement son cercle de connaissances. « La preuve, regarde nous. Une poufsouffle et une Serpentard ! Sérieusement, ces conneries de maison, c'est tellement débile... Je trouve que ça divise plus les élèves que de les fédérer, ou de leur donner une espèce d'appartenance stupide. Enfin, bref. Passons. » Certes, Lexi n'avait jamais eu honte d'être un petit blaireau, ou une petite blairette. Elle en avait même été fière. Mais jamais elle avait refusé de parler à quelqu'un parce qu'il appartenait à une autre maison que la sienne. Ce n'était pas vraiment son genre.

Lou rajouta quelque chose, mais Lexi ne comprit que le mot spectacle derrière le brouhaha. Elle tourna la tête vers l'endroit qu'elle scrutait. « Ouais sûrement, espérons que le groupe soit canon. Sinon y a de quoi faire dans le bar. Donc, Lou ? C'est bien ça ? Tu viens souvent dans le coin ? Avec Alexis, on aime bien venir dans le coin... »  Au moment même où Babylone ferma la bouche, deux garçons charmants et séduisants montèrent sur scène et commencèrent à installer leurs instruments. Musique, musique, musique. Comme un papillon attiré par la lumière, Lexi se perdit dans ses pensées. « Putain, j'ai envie de chanter. » murmura-t-elle, plus pour elle-même que pour ses camarades. Se reconcentrant sur les deux filles, elle ajouta, se souvenant des paroles de la jeune femme : « On vient très souvent dans le quartier, pour être honnête. Mais c'est bien la première fois qu'on s'arrête dans ce bar. Enfin, pour ma part. Mais toi, qu'est-ce que tu fais par ici ? Enfin, je veux dire, dans les quartiers moldus quoi ? Tu traînes souvent par ici ? C'est bien la première fois qu'on te voit. Des cheveux comme ça, ça ne s'oublie pas. » Soudainement très bavarde, Lexi héla le serveur qui leur apporta à boire aussitôt. Attrapant son verre, elle déclara : « Allez, c'est ma tournée ! Je vous invite ! » Reprenant la conversation là où elle l'avait coupé, elle reprit : « Tu fréquentes beaucoup les moldus toi ? Et sinon, rien à voir, mais nos couleurs de cheveux me font penser à un dessin animé que je regardais à la télé quand j'étais gamine. » Elle regarda Baby et déclara : « Tu sais c'est quoi une télé déjà Baby ? Tu sais, ce qu'on utilise pour regarder des films, tout ça. Et les dessins animés, c'est pour des gosses. » Lexi se tut soudainement. Posant rapidement sa main sur sa baguette sous la table, elle demanda en regardant Lou droit dans les yeux : « J'imagine que tu n'as rien contre eux, sinon pourquoi tu t'attarderais ici... » Lexi prenait des risques, beaucoup trop de risques inconsidérés. C'était n'importe quoi. Elle ignorait pourquoi elle s'était sentie en confiance avec la rouquine mais elle devait se montrer plus méfiante. Elle était peut-être dangereuse. Folle. Mangemorte. Comment savoir ?

Un bruit sourd attira alors son attention, et elle tourna immédiatement la tête. Ses doigts se posèrent instinctivement sur ses oreilles, tant cela lui faisait mal au cœur d'entendre de telles atrocités. « MAIS C'EST QUOI CE GROUPE DE MERDE ! ÊTRE BEAU NE SUFFIT PAS POUR CHANTER. » La moitié des personnes du bar se retournèrent vers les trois jeunes filles. Mais la jolie blonde ne s'en formalisa pas. Elle s'en fichait pas mal de ce qu'ils pouvaient bien passer d'elle. Elle savait chanter, elle. C'était même son métier. Alors oui, elle l'avait l'oreille musicale. « QUOI? VOUS VOULEZ MA PHOTO PEUT-ÊTRE? »

Spoiler:
 
Code by Silver Lungs

__________
now we have to fight
Our Father in heaven, hallowed be your name. Your kingdom come, your will be done, on earth, as it is in heaven. Give us this day our daily bread, and forgive us our debts, as we also have forgiven our debtors. And lead us not into temptation, but deliver us from evil©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Forte comme un loup, douce comme un agneau. + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 06/11/2013
► parchemins : 879


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Sam 9 Aoû - 21:34





Lou avait toujours détesté la foule. Ce trop-plein de monde entassé dans un espace réduit, collés à la truelle les uns sur les autres. Une forme géométrique d’âmes et de pensées en relief. Elle détestait sentir la chaleur humaine d’inconnus sur sa peau, leur souffle dans ses cheveux roux et tous les débordements que la naïveté de l’instinct grégaire pouvait provoquer. Elle se sentait fourmis parmi les éléphants, elle se sentait renard parmi les chasseurs. De plus, de par sa nature de sang, la jolie rousse préférait largement marcher à l’orée de la civilisation. Ce monde, cette euphorie n’était pas pour elle, alors, dès que ses yeux clairs constatèrent la marée humaine qui était venue s’échouer dans ce bar, elle se renfrogna bien vite. Tout ce tintamarre de pensées et de non-dits lui donnait la migraine. Les gens criaient, riaient, se chamaillaient pour des broutilles, pour une choppe moins remplie. Les bars avaient toujours été le point de ralliement de la décadence humaine. Le plus adorable des hommes pouvait devenir le pire des abrutis dans un bar. Elle pouvait le dire, elle en savait quelque chose, elle, la petite serveuse du bar d’alcooliques du coin d’une rue moldue. Elle comptait filer en douce entre deux chansons, s’échapper jusqu’à la porte et s’enfuir à toutes jambes jusqu’à son appartement. Ou peut-être errer, sans but précis. Du moins, elle avait envisagé cette solution avant de rencontrer les deux jeunes femmes. Son plan était tombé à l’eau dès l’arrivée leur à sa table. Elle aurait pu ne pas leur adresser la parole, se lever tout simplement, fière et imbue d’elle-même, puis s’en aller mais elle n’avait rien fait de cela. Ce n’était pas elle. Elle n’était ni fière, ni imbue d’elle-même, ni si arrogante et hautaine pour ne pas partager sa table. Elle était tout simplement l’espoir, l’optimisme personnifié. La joie de vivre à l’état pur. Même si, en ce moment, la joie de vivre, elle s’était pris un coup dans le dos. Elle était obligée de rester assise à cette table, désormais elle ne pouvait plus s’enfuir. Après tout, elle était venue pour se changer les idées, n’est-ce pas ? Un petit verre avec des inconnues ne pouvait pas faire de mal !

La jeune Anglaise avait écouté Baby répondre à sa question. Une serpentard. Sur le coup, Lou s’était éloignée de la table, s’enfonçant le plus possible dans sa chaise. La menace était grande en ces temps, beaucoup trop grande pour être imprudente. Elle en avait connu des mangemorts, des êtres pourris jusqu’à la moelle et, étrangement, serpentard s’avérait être leur berceau. Tiens, il y avait cette fille, cette blonde, cette mangemorte. Une serpentard ! Avec les neurones grillés. Prue Moore. Complètement tarée. Lou se devait d’être sur ses gardes, on ne pouvait pas lui en vouloir. « Tu sais que pour certains ça suffirait à faire de nous des ennemies mortelles ? Mais je ne suis pas de ces gens-là, j'espère que toi aussi. Et puis nous sommes des adultes maintenant. » Lou se contenta d’acquiescer en souriant pour cacher le mal être grandissait qui l’habitait. Elle n’avait pas le droit de cracher sur ce bénéfice du doute. Baby était peut être une personne différente, une fille qui n’avait rien à voir avec la malédiction des serpentards. « La preuve, regarde nous. Une poufsouffle et une Serpentard ! Sérieusement, ces conneries de maison, c'est tellement débile... Je trouve que ça divise plus les élèves que de les fédérer, ou de leur donner une espèce d'appartenance stupide. Enfin, bref. Passons. » Qui l’eut cru. Lou détailla la blonde pour discerner le moindre sortilège d’appartenance mais elle ne vit rien. Alexis et Baby semblaient être des amies. De vraies amies. La rousse se détendit quelque peu. « Les sorciers ont toujours aimé les clans et les appartenances. C’est une bonne raison pour tirer dans les pattes de son voisin parce qu’il n’est pas dans la même maison que soi. Si, en soi, il n’y avait que les clans, les maisons, les groupes, ça ne poserait certainement pas de problèmes. Ce qui pourrit l’humanité, à mon avis, c’est la compétition. Le prestige. » Prestige. Ce mot avait résonné dans son cerveau comme un glas morbide. En le prononçant, Lou se rendit compte à quel point un Homme pouvait se rabaisser pour atteindre le prestige. A quel point il était capable de toucher le fond pour obtenir ce qu’il souhaitait. Une bien triste réalité. Consciente que sa réponse virait à la phrase philosophique collant horriblement avec la situation actuelle, l’Anglaise regarda son verre vide posé sur la table et se mot à rire. « Mais qui a vidé ma choppe ? » Totalement hors de sujet.

« Sinon y a de quoi faire dans le bar. Donc, Lou ? C'est bien ça ? Tu viens souvent dans le coin ? Avec Alexis, on aime bien venir dans le coin... » Ah non. Pas du tout, mais alors pas du tout, du tout, du tout, DU TOUT. « Ça m’arrive, de temps en temps… » JAMAIS. Menteuse. La jeune femme esquiva la question en affichant un sourire sur son visage angélique. « Putain, j'ai envie de chanter. » Halleluyah, la conversation allait tourner. Alors que Lou s’apprêtait à répondre à la remarque de la blonde, cette dernière se mit à parler sans même que la rousse ait eu le temps d’ouvrir la bouche. « On vient très souvent dans le quartier, pour être honnête. Mais c'est bien la première fois qu'on s'arrête dans ce bar. Enfin, pour ma part. Mais toi, qu'est-ce que tu fais par ici ? Enfin, je veux dire, dans les quartiers moldus quoi ? Tu traînes souvent par ici ? C'est bien la première fois qu'on te voit. Des cheveux comme ça, ça ne s'oublie pas. » Et merde. « Tu fréquentes beaucoup les moldus toi ? Et sinon, rien à voir, mais nos couleurs de cheveux me font penser à un dessin animé que je regardais à la télé quand j'étais gamine. » De pire en pire… Il ne fallait pas qu’elles sachent qu’elle était une née-moldue, surtout pas. Après tout, rien ne prouvait qu’elles n’étaient pas mangemortes. Réfléchis Lou, réfléchis. « J'imagine que tu n'as rien contre eux, sinon pourquoi tu t'attarderais ici... » La rousse planta ses iris clairs dans ceux de son interlocutrice. Il fallait qu’elle fasse très attention à ce qu’elle allait dire. Le moindre mot pouvait être mal interprété, très mal interprété. Surtout si elle avait en face d’elle des partisantes de l’autre imbécile. Elle ne pouvait rien faire, elle était coincée. Sans baguette, elle était désarmée, comme depuis ses seize ans. Elle ne pouvait pas dire qu’elle était moldue car Baby et Alexis l’avait déjà vu à Poudlard, elle ne pouvait pas non plus dire qu’elle aimait les moldus car peu de monde, maintenant, dans la communauté des sorciers disait haut et fort qu’il aimait les moldus. On n’est jamais à l’abri d’oreilles indiscrètes. Partagée entre vérités et mensonges, la rousse, encore assez lucide, se résigna à jouer la carte de la sécurité. « Il y a trop de monde et d’oreilles indiscrètes pour que je réponde à ta question sans me mettre en danger, sans vous mettre en danger. » répliqua-t-elle faiblement. L’absence de Liam ne la rendait pas du tout drôle mais alors, pas du tout.

« MAIS C'EST QUOI CE GROUPE DE MERDE ! ÊTRE BEAU NE SUFFIT PAS POUR CHANTER. » Lou avait vu Alexis se boucher les oreilles. Sur le coup, elle avait rigolé devant sa joie de vivre. Sur le coup. Elle avait moins rigolé lorsqu’elle avait entendu la blonde crier à travers le bar. « QUOI? VOUS VOULEZ MA PHOTO PEUT-ÊTRE? » Gênée, Lou tenta de se faire la plus petite possible et s’obligea à détourner le regard vers le mur pour que les gens ne voient pas son visage. Elle était traquée, elle le savait. Elle avait le Ministère qui lui collait au train et elle n’était pas certaine qu’il soit content d’apprendre que Lou faisait amie-amie avec des sorcières. La rousse priait pour que les regards se détournent et que les gens reprennent leur activité mais cela ne semblait pas être dans leurs priorités. « Bah vas-y, chante ! Viens sur la scène ma jolie ! » Des rires gras et absents résonnèrent dans le bar sous le regard amusé des serveurs pendant que Lou, elle, se désintégrait sur place. « Allez ! » Une choppe levée, des cris, des mots mâchonnés suivis d’une dizaine de choppes levées. « Allez ! Allez ! Allez ! » L’Anglaise tenta de ne faire qu’un avec sa chaise, de se fondre dans le décor mais c’était peine perdue. Elle était horrifiée à l’idée d’avoir tous ces yeux, ces visages braqués sur elles. Horrifiée de savoir que les trois quarts de ces personnes avaient une baguette cachée dans leurs vêtements. Et puis, peu à peu, Lou entendit des bruits de pas se rapprocher de leur table sans pour autant qu’elle ne bouge de sa position. Moldu ? Serveur ? Musicien ? Phénix ? Mangemort ? Gros balourd ? Jeune femme ? Jeune homme ? Lou ne voulait pas le savoir. Tout ce qu’elle voulait c’était de ne pas avoir d’ennuis.

Spoiler:
 


Code by Silver Lungs

__________


Breathe  me
« To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower, hold infinity in the palm of your hand and eternity in an hour. » W. BLAKE @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fille de joie n'a pas d'états d'âme
avatar


personal informations

► date d'inscription : 03/11/2013
► parchemins : 411


MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   Sam 18 Oct - 7:30


« give drink to the ladies »




« Ça m’arrive, de temps en temps… » Rooh, babs pas besoin de nuancer à ce point. Franchement qu’elles viennent souvent ou de temps en temps, qu’est-ce que ça changeait ? Quedal. Elles se connaissaient même pas de toute façon, donc pas de quoi avoir quelque chose à prouver mais peut-être que Lou pensait tout de même comme ça. Elle voyait bien son cas. De toute manière, Babylone était bien loin de vouloir se poser autant de questions. Elle était là pour un boire un verre entre copines tranquillement et peut-être trouvait un bon pigeon pour ramener plus d’argent à la maison. On ne lui offrait pas la nourriture ! Babylone se fichait bien de savoir au fond si elle fréquentait souvent les bars. Chacun faisait ce qu’il voulait. « Putain, j'ai envie de chanter. » Babylone se tourna vers Alexis. Ahah, ça ne l’étonnait pas qu’Alexis souhaite chanter. Elle l’avait déjà entendu et elle chantait vraiment bien. Elle était encore plus canon quand elle chantait ce qui était un énorme point bénéfique. La demoiselle Sturridge regarda ensuite ce qui se passait sur scène et vu les deux beaux gosses en train de chanter et elle ne put s’empêcher de dire : « Tu m’étonnes que tu veuilles. Moi aussi j’irais bien sur scène. » Babylone fit un clin d’œil aux deux autres. Elle était peut-être prostituée, elle n’en restait pas une jeune femme d’une vingtaine d’années qui aimait les jolis garçons. Ça c’était universel, toutes les filles faisaient cela. « On vient très souvent dans le quartier, pour être honnête. Mais c'est bien la première fois qu'on s'arrête dans ce bar. Enfin, pour ma part. Mais toi, qu'est-ce que tu fais par ici ? Enfin, je veux dire, dans les quartiers moldus quoi ? Tu traînes souvent par ici ? C'est bien la première fois qu'on te voit. Des cheveux comme ça, ça ne s'oublie pas. Tu fréquentes beaucoup les moldus toi ? Et sinon, rien à voir, mais nos couleurs de cheveux me font penser à un dessin animé que je regardais à la télé quand j'étais gamine. » Attention, le FBI est arrivé. Plus personne ne bouge ! La pauvre Lou, elle allait devoir répondre à chacune des questions si elle voulait s’en sortir vivante. Alexis avait l’air bien décidé à tout savoir de sa vie. C’était limite flippant et beaucoup trop directe. Elle ne ferait pas une bonne espionne comme cela. Elle avait vraiment besoin de cours. Mais sinon une quoi ? Une télé ? C’était quoi ce truc-là. Babylone n’en avait jamais entendu parler et elle a encore moins regardé ce truc-là petite. D’ailleurs Alexis se tourna vers elle et rajouta : « Tu sais c'est quoi une télé déjà Baby ? Tu sais, ce qu'on utilise pour regarder des films, tout ça. Et les dessins animés, c'est pour des gosses. » D’accord. Elle visualisait un peu plus mais pas forcément. Il faudrait qu’elle regarde cette télévision de plus près, un jour. Peut-être qu’Alexis en avait une et qu’elle voudrait bien la lui montrer. Babylone aurait bien demandé mais la conversation se poursuivait déjà.

Babylone but alors une autre gorgée de son verre. « Il y a trop de monde et d’oreilles indiscrètes pour que je réponde à ta question sans me mettre en danger, sans vous mettre en danger. » De quoi ? Qu’est-ce qui était en train de passer ? Babylone n’était pas sûre d’avoir bien entendu ce qui venait de se passer. De quoi parlait-elle au juste quand elle disait ne pas vouloir les mettre en danger ? Alexis avait dû parler de quelque chose de sérieux. Voilà de quoi attiser la curiosité de Babylone. « MAIS C'EST QUOI CE GROUPE DE MERDE ! ÊTRE BEAU NE SUFFIT PAS POUR CHANTER. » Babylone se mit à exploser de rire. Alexis n’avait décidément aucune retenue. Franchement, elle n’était vraiment pas élégante pour le coup. Mais qu’importe ! Elle avait des couilles comme on disait. Au moins, elle s’exprimait franchement et n’avait pas peur de les exprimer. « Ecoute, je serais pas aussi catégorique. Moi le bassiste qu’il soit doué ou pas, je m’en fiche. » Petite dévergondée ! Et vous n’aviez même pas idée. Ce n’était rien pour elle cela, c’était juste un amuse-bouche. Elle s’était exprimée assez fort pour que la moitié du bar l’entende vu qu’après l’intervention d’Alexis, beaucoup de gens s’étaient tus. Peut-être même que le bassiste en question l’avait entendu. Intéressant… « QUOI? VOUS VOULEZ MA PHOTO PEUT-ÊTRE ? » Mais quelle femme, quelle élégance et quelle grâce. Ah là, franchement personne ne pouvait rivaliser. Et c’est alors qu’on assista à une mutinerie. Tout le bar se dressa contre Alexis pour lui dire d’aller chanter. Le juste retour de bâton… Babylone se retourna vers elle comme le reste du bar pour voir si elle assumerait jusqu’au bout. « Allez ma belle, t’as commencé, tu dois finir, c’est tout. Allez ! Allez ! » Babylone commença à taper sur la table avec son poing en rythme. Alexis était piégée. Elle allait être obligée de se lever et d’y aller.

Alors évidemment Alexis se leva et se dirigea vers la scène. Babylone l’applaudit en chœur avec tout un tas de gens. Elle se tourna en même temps vers Lou pour voir qu’elle était drôlement gênée. C’est alors qu’une idée un peu farfelue germa dans la tête de Babylone. Grand sourire aux lèvres, elle lança à Lou : « Hey, on ferait mieux d’y aller aussi. Elle est rien sans des chœurs de qualité comme nous. » Vu le regard de Lou, elle comprit qu’elle n’en n’avait aucune envie. Elle lui prit la main et continua : « T’inquiètes pas, moi non plus je sais pas chanter. Mais on s’en fout, les gens s’en foutent. Tout ce qui compte c’est être sexy et sourire. Tu te déhanches un peu et le tour est joué. Allez, s’il te plaît, je veux approcher le bassiste. » Pourquoi Babylone insistait autant ? C’est vrai, elle connaissait à peine Lou, elles n’étaient pas copines. Elle aurait pu y aller toute seule mais, elle était de nature spontanée ce soir. Elle avait envie de s’amuser et elle intégrait Lou à ses plans qu’elle le veuille ou non. Elle se leva donc et l’entraîna avec elle jusque la scène. Babylone vint évidemment se poster vers le bassiste. « Salut mon chou. » Elle laissa Lou au près d’un autre garçon avant de lui dire : « Je compte sur toi pour prendre soin de ma copine. Elle est un peu nerveuse. » Quelle entremetteuse et c’est sûr que c’est comme ça, qu’elle allait la mettre à l’aise. Babylone savait pas y faire avec la pauvre Lou. La pauvre justement, entre Babylone et Alexis, elle était remuée. A présent Babylone attendait juste que ça commence pour s’amuser. Elle n’était pas du tout gênée sur la scène. Elle ne sait pas chanter mais ça ne la stresse pas. Elle voit juste la perspective de s’amuser et elle a envie de s’amuser. C’est même plus qu’une envie, c’est un besoin.

Spoiler:
 
créée par Matrona


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Hello cold world • Balexou   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello cold world • Balexou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: quartiers moldus :: the dog and bell-