Partagez | 
 

 CAMEY ▲ survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: CAMEY ▲ survive   Ven 6 Sep - 8:01


« we are not going to die today »



« Cours Sidney, plus vite allez ! » Ils étaient perdus. Camelote ne pouvait pas et ne voulait pas croire qu'ils allaient se faire prendre aujourd'hui, que c'était la fin pour eux. Non, non il devait bien rester un espoir. Et pourtant, ils étaient blessés tous les deux et les Mangemorts étaient encore derrière. Ils courraient dans les rues d'un petit village anglais. C'était une véritable course poursuite et les gentils perdaient du terrain. Camelote reconnaissait les voix de Clint O'Toole et Taylor Kensingon. Le premier donnait des instructions tandis que l'autre guidait quelqu'un d'autre. En tout cas ils étaient quatre mais Camelote ne reconnaissait pas les deux autres. Il faut dire qu'elle n'avait pas vraiment regarder souhaitant plutôt sauver sa peau et celle de Sidney en premier lieu. Camelote se doutait bien qu'ils seraient poursuivis mais elle avait sous-estimé la virulence de leurs poursuivants. Camelote ne pouvait l'expliquer mais leurs assaillants arrivaient toujours  à les retrouver, peu importe où ils allaient. Camelote connaissait beaucoup de forêts et petits villages, Sidney connaissait aussi pas mal de recoins mais ça ne suffisait pas. Camelote ne savait pas combien de temps ils arriveraient à tenir et vu la situation extrêmement dangereuse dans laquelle ils se trouvaient, leur fuite pourrait se finir très vite. Elle prit alors à gauche, Sidney à ses côtés puis à droite. Ils reprenaient un peu d'avance mais ce n'était pas suffisant. Il leur en fallait assez pour pouvoir transplaner. Soudain, Camelote vit un enfoncement dans un mur, sans prendre plus de temps pour réfléchir, elle poussa Sid à l'intérieur et y entra à son tour. C'était risqué mais c'était leur meilleure chance ! Soit les mangemorts continuaient le chemin espérant leur tomber dessus, soit ils les avaient vus et ils allaient mourir. Camelote pourtant n'avait pas peur. Non l'adrénaline l'empêchait d'avoir peur, au contraire, elle réfléchissait plus vite et analysait la situation très calmement. Les mangemorts leur passèrent alors devant sans les voir. Son plan avait marché, Merlin merci. Elle attendit qu'ils se soient un peu plus éloignés puis elle prit la main de Sid. Elle lui fit comprendre ce qui allait arriver puis ils transplanèrent. Ils se trouvaient à présent dans la forêt de Llyn Cratnant dans le nord du Pays-De-Galles. Par précaution, Camelote entraîna Sid et ils se cachèrent derrière un arbre tombé au sol.

Ils respiraient fort, Camelote avait mal de partout mais c'est baguette en main qu'elle redoutait le moment où elle verrait Clint O'Toole et sa clique arriver. Une minute s'écoula sans que rien ne se produisit. On entendait que le bruit des oiseaux qui chantaient dans la forêt. Après deux minutes, toujours rien. Camelote ne relâcha pas sa garde avant cinq minutes d'attente. Le délai achevé, elle se laissa tomber sur le sol et récupéra son souffle. « Ça va ? » Pas de réponse. Camelote sursauta et se retourna vers Sidney. Il avait les yeux bien ouverts, déjà il était pas mort, merci. Mais pourquoi répondait-il pas ? Avait-il perdu la parole ? Non, les mangemorts n'envoyaient pas ce genre de sorts. « Bordel Sidney, réponds ! Tu me fous une trouille pas possible là. » Ils auraient été en bon état tous les deux, elle lui aurait sûrement donné un coup dans l'épaule mais à ce moment-là, ce geste serait déplacé et totalement hors contexte. Camelote se redressa alors et commença à faire l'inventaire de ses blessures. Elle s'était foulée la cheville gauche en courant, un sort l'avait touché au niveau de l'épaule droite et son blouson était déchiré sur tout le bras droit, victime d'un contact brutal avec le mur. Elle avait les cheveux en bataille et sans prévenir elle se mit à pleurer. La pression et l'adrénaline retombaient et c'était plus violent. Elle essaya de sécher ses larmes mais elle continuait encore et encore de couler. Dans quoi s'était-elle embarquée ? Elle n'aurait jamais du mettre les pieds à Poudlard ! Jamais, elle avait perdu William et elle s'était mise dans de beaux draps ! En plus elle venait d'apprendre de source sûre qu'Oli avait été envoyé à Azkaban et c'était entièrement de sa faute. Rien que de penser à Oli ne fit que décupler ses larmes. Elle avait tellement mal au cœur, elle avait l'impression qu'on le lui avait tout simplement arraché. Chaque nuit elle faisait des cauchemars où elle voyait Oli torturé. Une vraie madeleine voilà ce qu'elle était en train de devenir sous les yeux médusés de Camelote – même s'il la voyait assez souvent pleurer ces derniers temps – « Désolé, désolé, désolé... C'est juste que... Et ben tu vois, l'adrénaline tout ça et j'ai vraiment eu peur qu'ils nous tombent dessus, c'était vraiment moins une. » Elle fit une pause avant de reprendre, vous connaissez Camelote, elle parle, elle parle, elle parle et elle s'arrête plus après... « Et puis on dirait pas comme ça mais j'ai les nerfs en compote et je crois que ça se mélange avec les hormones, je pleure comme ça, c'est incontrôlable. Désolé, va pas croire que je suis pas de taille pour supporter d'être en cavale parce que c'est pas vrai ! J'ai vu des choses terribles dans la forêt interdite, bien pire que ce que l'on vit en ce moment. » Son ton était devenu menaçant même si le pauvre Sidney n'avait rien fait pour ça. « Désolé je m'en prends à toi mais t'y es pour rien. Désolé. » Elle sécha alors définitivement ses larmes avec le revers de ses manches. Elle respira un coup. C'était pas le moment de craquer, il y avait des choses bien plus importantes à faire. Elle lança quelques sorts pour les protéger un minimum. Ils ne resteraient pas ici très longtemps mais ils devaient se soigner d'abord. Si les mangemorts leur tombaient dessus, Camelote ne serait pas en état de courir et Sidney ne semblait pas non plus en état. « T'es blessé où ? Je vais essayais de te soigner autant que je peux. J'ai pas mal d'amis à Ste Mangouste qui m'ont appris de quoi soigner un peu. » Elle s'assit devant lui, lui adressant un sourire qui se voulait rassurant. Après tout, elle était la plus vieille là, elle devait s'occuper de lui et pas le contraire. Elle avait mal commencé en se mettant à pleurer comme une fillette mais maintenant qu'elle était remise, elle allait faire mieux, beaucoup mieux. Elle devait le faire au moins pour lui parce qu'il n'avait qu'elle comme elle n'avait que lui. Enfin elle avait quelques contacts au sein des Phénix mais ça serait mettre en danger ces personnes-là. Camelote gardait cela comme dernier recours mais tant qu'elle pourrait se passer de leur aide, elle le ferait. Elle était dans la merde, elle n'emmènerait pas les autres avec elle.


créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


fugitive ⚔ the fire is coming
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/08/2012
► parchemins : 674


MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   Mar 10 Sep - 3:30


« we fight to survive »




Ses jambes défilaient sous son corps. Il courrait comme jamais avant, ses poumons le brûlait. La gorge et les poings serrés, il était côte à côte avec Camelia. Ils s'était rencontrés durant leur fuite à chacun. Dès la mort du présumé traitre, Sidney avait décidé qu'il était temps. Il devait partir, pour sauver sa vie, son humanité et probablement plusieurs innocents à qui il aurait ôté les vies en se transformant en monstre. Et depuis ils ne s'étaient plus quitté. Jugeant pour soi même que deux valait mieux qu'un et qu'ils auraient plus de chances de survivre.Cours Sidney, plus vite allez ! Elle le poussait, bien qu'il n'était qu'à un pas d'elle il ne disait rien et redoublait d'effort. Il s'était accoutumé à la douleur dans ses côtes, là ou son t-shirt lui collait à la peau, humide de sang encore frais, à peine séché. Ses yeux cherchent frénétiquement autour d'eux, il ne reconnait rien, pas une rue, pas une seule indication. Le village était bien trop petit, ils arriveraient bien vite dans une vallée, ou une grande étendue, et un seul sortilège bien placé les empêcheront d'aller plus loin. Leur quatre assaillants étaient increvables, et ça en devenait effrayant. Mais plutôt ça que de se laisser enrôler au côtés du Seigneur des Ténèbres. La blonde tourne à gauche, puis à droite, de manière à se faire perdre de vue, et alors que l'ancien septième année la dépasse légèrement, elle lui attrape violemment le bras pour le pousser dans un renfoncement. Il trébuche, et se redresse, alerte. Il s'empêche de pousser un hurlement pour la blessure qui ne fait que s'ouvrir un peu plus. Ils se collent contre le mur, et attendent. À peine quelques secondes plus tard, le groupe de quatre mangemorts passe en trombe, là, à quelques mètres d'eux, sans pour autant les remarquer. Sidney serre les poings, sa baguette tremble dans ses mains, son coeur bat la chamade à cause de la course et son sang ne fait qu'un tour avant que Camelia n'attrape sa main. Il hoche la tête, et le visage de la garde chasse disparait dans un tourbillon de blond, de noir.

Il atterit violemment sur les genoux, incapable de tenir sur ses jambes plus longtemps. Ils avaient prit une avance minime. Peut être allaient-ils être capable de respirer un moment. Mais le loup-garou n'y comptait pas trop. Camelia ne s'arrête pas pour autant, elle l'entraine à l’abri d'un tronc d'arbre et sa souche. Le brun était appuyé contre l'écorce, lançant des coups d'oeils méfiants aux alentours. Le goût de sang dans sa bouche, sa respiration saccadé, un bourdonnement horrible s'était installé dans ses oreilles, et il n'avait pas bonne mine mais l'adrénaline et l'alerte ne semblaient pas vouloir dégager. Il restaient là, à silencieusement reprendre des forces, et prier Merlin que rien ne viendrait compromettre leur situation déjà désastreuse. Du coin de l'oeil il vit Camelia se poser au sol. Ça va ? Il tourna la tête, et l'observa en poussant un soupir douloureux. Il était presque sûre d'avoir le poumon gauche dans un état qui laissait à désirer. Il se surprit à repenser à Poudlard. Cassiopée qui devait être soulagée de le voir disparut. Son esprit vaquait de visage en visage, se disant qu'ils n'avaient pas perdu quelqu'un de primordial. Un nom restait sur le bord de ses lèvres, mais il secoua la tête, s'interdisant de penser à la Serpentard. Surtout pas.Bordel Sidney, réponds ! Tu me fous une trouille pas possible là. Il sursaute en la regardant, guère appeuré, juste surpris par le haussement du ton de sa voix. Je vais bien Cam, t'inquiète. Puis sans le prévenir, ou le laisser s'apprêter, elle fondit en larmes. Le Gryffondor, ancien Gryffondor la regarde l'air désemparé. Ça n'était pas la première fois que ça lui arrivait, et Sidney se serait souvent joint à elle pour pleurer comme un gamin qui avait besoin de ses parents. Mais il n'avait personne, il n'avait jamais eu personne. Poudlard avait été sa maison pendant longtemps, et désormais il n'avait plus rien. Strictement rien. Enfin, maintenant il était avec Camelote, tel était son surnom. Il avait besoin d'elle autant qu'elle avait besoin de lui. Il ne pouvait pas se défiler et errer dans le pays, il ne supporterait pas longtemps la vie de nomade. Il s'approche de la jeune femme et se penche non sans laisser apparaitre une grimace sur son visage. Il chuchote en posant une main sur sa joue. Ça va aller Camelia. On a l'air en sécurité pour le moment. Il ferma les yeux, la chaleur de la course poursuite retombait, et la douleur revenait comme un coup dans la figure. Il fit tomber son sac à dos presque vide sur le tapis de feuille et s’assied en face d'elle. Désolé, désolé, désolé... C'est juste que... Et ben tu vois, l'adrénaline tout ça et j'ai vraiment eu peur qu'ils nous tombent dessus, c'était vraiment moins une. Il hocha la tête en regardant aux alentours. Cette fois ci ils avaient vraiment eu chaud. Cet homme, Clint, il faisait bien assez flipper tout le monde au château. Mais quand il traquait, il devenait autre chose, une espèce de machine impossible à arrêter. Il y avait la pionne, Taylor. Qui cachait bien son jeu. Mangemort, connue de tous, mais aussi mortelle que son congénère. La volonté de survie de Camelia les avait sortis de ce pétrin plus d'une fois, il ne lui en était que reconnaissant. Et puis on dirait pas comme ça mais j'ai les nerfs en compote et je crois que ça se mélange avec les hormones, je pleure comme ça, c'est incontrôlable. Désolé, va pas croire que je suis pas de taille pour supporter d'être en cavale parce que c'est pas vrai ! J'ai vu des choses terribles dans la forêt interdite, bien pire que ce que l'on vit en ce moment. Il hocha la tête, un mince sourire sur les lèvres. Il ne préférait pas la contre dire. Le jeune homme avait comprit comment faire avec elle au fil des jours. La nuit de leur fuite avait été si rapide. Tout s'était enchainé si vite. Désolée je m'en prends à toi mais t'y es pour rien. Désolée. Il secoue la tête en balançant la main. Elle parlait beaucoup pour une petite blonde. Sidney lui n'avait pas l'habitude. Il faisait des phrases courtes, simples, ou bien il ne disait rien du tout. Mais pour elle, il faisait un effort. Ils n'étaient que deux après tout, elle aurait finit par devenir folle s'il ne parlait pas du tout.

Plusieurs sortilèges de protections plus tard, Sidney fait l'inventaire du peu qu'il lui reste. L'essence de Dictame totalement épuisée, alors qu'il en avait le plus besoin maintenant. Il lève les yeux vers sa partenaire, un peu hésitant. Tu connais le sortilège Vulnera Sanentur ? Il lui fit un sourire forcé, mais il ne pouvait plus continuer sans que sa blessure ne soit prise en charge. Il n'osait même pas lever son t-shirt. T'es blessé où ? Je vais essayais de te soigner autant que je peux. J'ai pas mal d'amis à Ste Mangouste qui m'ont appris de quoi soigner un peu. Elle s'assit devant lui à nouveau, il retira sa chemise et il entreprit de soulever petit à petit son t-shirt. Le tissu avait du mal à se décoller de la plaie, il déglutit en le levant d'un coup. Camelia perdit un peu de couleur en regardant ses côtes. J'ai l'habitude, t'inquiète. Tu sais, les cicatrices, les blessures, tout ça. Il évite son regard, elle connaissait très bien sa condition, c'était probablement la première chose qu'il lui avait dit. Et cela se voyait, sur son visage, ses bras, son abdomen, sa peau était criblée de cicatrices, plus blanches, parfois en relief, elles se démarquaient. On a plus d'essence de Dictame. J'ai quelques potions, pas vraiment étiquetées et des trucs de soins basiques, mais le sortilège en primordial là, je peux plus continuer avec une ouverture béante comme ça. Il fait tourner sa baguette entre ses doigts et reprit : Je suis désolée que t'aies à le faire, je l'aurais bien fait moi même mais je doute que ça fonctionne. Mis à part cette blessure il ne sentait pas le besoin d'être soignée. Elle, par contre, elle boitait, et la moitié de son blouson avait été arrachée. Il s'allonge à même le sol, et la laisse lancer le sortilège. Mais la fatigue, le stress, le manque de soins, tout ce mélange empêche au bon fonctionnement du sort. La blessure se referme quand même, laissant une méchante cicatrice encore imbibée de sang. Mais il lui sourit, assez fier, c'est tout ce qu'il lui fallait, bien mieux de ce qu'il avait osé espérer. En fouillant dans son sac il attrape un morceau de coton, qu'il imbibe d'eau pour essuyer le reste du sang sur sa peau. Il se redresse, et pointe la garde chasse du doigt. À ton tour. Il prend son bras entre ses mains, observe ses égratignures, sa cheville et la soigne du mieux qu'il peut. Désolé, je suis pas trop doué concernant tout ça. J'suis pas très doux non plus. Il rigole pour faire évacuer son gêne. Ils sont deux dans la même merde, il n'a pas à être gêner ou quoi que ce soit. Du moins il essaie.T'as un pull ou un truc de rechange ? Il doit me rester un t-shirt si tu veux. Il désigne nonchalamment son sac en attendant sa réponse et boit deux gorgées d'eau. Il tend machinalement la bouteille à Camelia, ayant déjà le réflexe de tout partager par deux. Qu'est ce qu'on va faire Cam ? Je.. j'avais pas prévu ce que je ferais après ma cavale. Au final on est dans une merde pas possible. On a même pas d'objectif, ou de vivres à proprement parler. Faut qu'on s'organise. Il s'appuie contre le tronc d'arbre, en poussant un long soupir. Il est prêt à la suivre peu importe ce qu'elle décide. Il lui doit sa vie, par ailleurs, ils sont deux maintenant.

créée par Matrona



Spoiler:
 

__________



    dancing through the night, a vodka and a sprite. a glimpse of the silhouettes, a night that they never forget. touch me, yeah. i want you to touch me there. make me feel like i am breathing, feel like i am human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   Mer 11 Sep - 21:58


« we are not going to die today »



Il enleva sa chemise puis il commença à retirer son t-shirt. C'était horrible ! Sa blessure et toutes ses cicatrices. Camélia commença à se décomposer. Elle devait rester forte, elle avait vu bien pire mais bordel ce n'était qu'un gamin ! De dix-sept ans, certes donc c'était un adulte maintenant mais Camélia le voyait un peu comme un petit frère. Ainsi elle le mettait dans la catégorie gamin et ça aurait pas du lui arriver. C'était pas normal qu'il soit dans « cet état » et le pire c'est que Camélia pouvait rien faire pour lui. C'était doublement horrible d'être les mains liées, de ne pas être en mesure de l'aider. Elle se sentait tellement coupable. « J'ai l'habitude, t'inquiète. Tu sais, les cicatrices, les blessures, tout ça. » Encore une fois il prenait la peine de la rassurer. Les rôles étaient tout de même inversés mais c'est vrai qu'il avait l'habitude. Il n'était pas à sa première fois, Camélia non plus. Elle avait vu déjà quelques fois tout ça mais c'était encore bien trop frais pour que ça ne lui fasse plus aucun effet. Bientôt ça serait le cas, fallait-il encore qu'ils tiennent le coup et survivent à tout ça. « On a plus d'essence de Dictame. J'ai quelques potions, pas vraiment étiquetées et des trucs de soins basiques, mais le sortilège en primordial là, je peux plus continuer avec une ouverture béante comme ça. » Camelote avait pris quelques trucs elle-ausi, elle avait emmené sa réserve avec elle en fait. Elle n'avait pas trop réfléchi en réalité. C'est juste que quand William avait été désigné coupable, elle avait su qu'elle devait fuir. Elle avait réuni ses affaires au plus vite et avait quitté Poudlard juste après l'exécution de William. Elle ne pouvait pas rester à Poudlard sachant qu'elle était la prochaine sur la liste, c'était impossible. Car oui elle n'en n'avait jamais douté, après avoir tué William, ils s'en seraient pris à elle. « Je suis désolée que t'aies à le faire, je l'aurais bien fait moi même mais je doute que ça fonctionne. » Camélia retrouva sa détermination à ces mots. Non elle ne pouvait pas le laisser la traiter en victime ou se rendre coupable. Elle était forte, elle pouvait faire cela pour lui, c'était la moindre des choses. « Je peux le faire et je veux le faire. » Sa voix tremblait un peu mais elle le ferait quand même. C'était juste que c'était assez impressionnant comme ça. Elle ne pouvait pas luter contre ses faiblesses humaines et en l’occurrence, un surplus d'émotions.

Camélia essaya de se concentrer en suite mais elle eut beaucoup de mal à exécuter le sort. Elle n'était pas dans l'état psychologique pour le faire. Elle est beaucoup trop sujette à ses émotions pour avoir le minimum de sang-froid requis pour bien faire les choses. Mais qu'est-ce qui lui prend ? Pourquoi craque-t-elle maintenant alors qu'il est évident que ce n'était pas le moment?! Néanmoins le résultat n'est pas trop mal mais il aurait pu être beaucoup mieux. Camélia sait qu'elle peut faire beaucoup mieux. Elle a vingt-quatre ans, bordel, elle n'est plus étudiante, elle devrait être capable de réussir ce genre de sorts convenablement à tout moment ! « À ton tour. » Elle se laissa faire, docilement. Il regarda, examina et soigna. Sidney était délicat et cela était très appréciable par rapport à la situation. Rien d’ambigu ne cherchait pas des significations sous-entendues là où il n'y en n'a pas. En fait il fallait comprendre que Camélia trouvait qu'il s'en sortait beaucoup mieux qu'elle. Certes ça faisait tout de même mal mais c'était obligatoire. « Désolé, je suis pas trop doué concernant tout ça. J'suis pas très doux non plus. » Il rit et elle se joignit à lui. « Arrête tu te débrouilles très bien. » Elle le pensait et elle trouvait que c'était cool de le dire. Toute manière, ils apprenaient ensemble. La fuite c'était nouveau pour tous les deux. « T'as un pull ou un truc de rechange ? Il doit me rester un t-shirt si tu veux. » C'était très gentil de sa part mais elle avait ce qu'il fallait. Elle avait pensé à prendre quelques affaires de rechange. Pas grand chose bien sûr, il n'y avait pas la place mais un minimum. Toujours la même chose : du noir ou du gris, principalement les affaires qu'elles mettaient dans le cadre de son boulot de garde chasse. Ex-boulot, elle l'oubliait bien trop souvent, c'est juste que des fois elle aurait préféré que tout redevienne comme avant, avant que William ne se fasse assassiner. « C'est bon, merci. » Enfin elle attrapa son sac et en sortit un pull. Elle commença ensuite à enlever sa veste puis son t-shirt ce qui fit qu'elle se retrouva en soutien-gorge. Elle n'était pas gênée non plus. Pourquoi l'être ? Sid et elle n'étaient pas en plein rendez-vous galant, ils étaient partenaires. Il n'y aurait jamais rien entre eux, elle aimait beaucoup trop Oli pour ça. Elle enfila ensuite son pull. Voilà qui était bien mieux.

Sidney lui tendit alors une bouteille d'eau. Elle la prit et but une gorgée. Par Merlin, que ça faisait du bien ! On sous-estimait bien souvent les bienfaits de l'eau. « Qu'est ce qu'on va faire Cam ? Je.. j'avais pas prévu ce que je ferais après ma cavale. Au final on est dans une merde pas possible. On a même pas d'objectif, ou de vivres à proprement parler. Faut qu'on s'organise. » Il avait entièrement raison. Ils étaient dans une sacrée merde ! Ils sombraient petit à petit et ils n'allaient pas tenir encore très longtemps s'ils ne faisaient rien. Il fallait un plan et surtout mettre de la distance entre eux et leurs assaillants. Camélia avait une préoccupation depuis qu'elle était avec Sidney, c'était sa condition. Ils ne pouvaient pas faire comme si elle n'existait pas et pourtant ils n'étaient pas préparés. Quand la pleine lune serait là que feraient-ils ? Camélia n'avait pas la réponse et ça l'inquiétait beaucoup. Elle ne voyait plus qu'une solution... « Je sais Sid. On est vraiment dans la merde. Je pense qu'il faut qu'on se procure du tue-loup. J'y ai bien réfléchi, je sais que c'est dangereux et super risqué mais on a pas le choix parce qu'à la pleine lune, je pourrais rien faire. Je connais quelqu'un à Ste Mangouste qui pourra nous en procurer. De quoi tenir un peu. » Elle lit l'inquiétude dans ses yeux. Elle la reconnaissait puisqu'elle avait la même. « Je sais ce que tu te dis que c'est trop dangereux. Mais quel autre choix a-t-on ? On peut y arriver et en nous déguisant un peu... Tu sais ils ne vont pas s'attendre à ce qu'on aille là-bas, pas à un endroit si exposé. Je pense que c'est ce qui fera notre force. Et puis plus on attend, plus on prend des risques. » En même temps qu'elle essayait de convaincre Sidney, elle faisait la même chose avec elle. En effet elle se persuadait de la nécessité d'aller à Ste Mangouste. Au moins aller là-bas leur donner un but précis ce qui leur faisait cruellement défaut ses derniers temps. Quant à la suite, elle ne savait pas exactement. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle voulait délivrer Oli mais à deux, ils ne pourraient rien faire. Ils ne feraient que se faire prendre et ça n'aiderait personne. En plus pas sûr que Sidney veule la suivre dans cette folle entreprise. Elle n'aurait pas beaucoup d'opportunités de sauver Oli, elle en avait pleinement conscience mais il était hors de question qu'elle le laisse là-bas. Non, non. « Je pense qu'après, il faut qu'on trouve des Phénix pour avoir quelque chose à faire. Maintenant que je me suis enfuie, je peux pas rester les bras croisés. Je sais que tu ne fais pas parti des Phénix mais maintenant que tu t'es enfui, tu dois bien avoir envie de faire quelque chose, non ? » Elle le regarda attendant qu'il lui confirme cela. Il ne pouvait pas rester bras croisés. Non, pas après tout ce qui s'était passé, pas après qu'ils soient poursuivis de cette manière par Clint O'Toole et toute sa clique. Camelote ne pouvait pas croire qu'on puisse vouloir rester bras croisés de toute manière. Avec la tournure que prenaient les événements, il fallait choisir un camp. Camélia avait choisi le sien depuis longtemps, il lui semblait évident que Sidney avait choisi le sien par force des choses. « Je ne peux pas abandonner Oli à Azkaban. » Comme si c'était l'argument choc. Sidney en avait sûrement rien à faire d'Oli Stoker, ils ne se connaissaient peut-être même pas. Camélia ne se souvenait pas qu'Oli lui ait déjà parlé de Sidney. Ça ne le concernait sûrement pas l'emprisonnement de l'assistant bibliothécaire mais pour Camelote... Oli était sa vie, sa personne ! Il était son tout, l'amour de sa vie, elle n'en doutait pas. Loin de lui, elle mourrait à petit feu. Elle avait besoin de lui ou en tout cas de le savoir en sécurité. En tout cas pas à Azkaban !


créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


fugitive ⚔ the fire is coming
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/08/2012
► parchemins : 674


MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   Dim 10 Nov - 6:39


« we fight to survive »




Il met tout son poids contre l'arbre qui le soutient, profitant de ce moment de calme. Dans quelques minutes ils devront partir, sinon ils risquaient leur vie. Il était bien trop facile de trouver des fugitifs désormais. N'importe quel vagabond irait les dénoncer pour deux pièces d'or, et les Rafleurs n'étaient jamais loin. Mais le danger qui arrivait, l'oubliator et son escouade était de loin les plus à craindre. Le brun lève les yeux vers l'ancienne garde chasse. Je sais Sid. On est vraiment dans la merde. Je pense qu'il faut qu'on se procure du tue-loup. J'y ai bien réfléchi, je sais que c'est dangereux et super risqué mais on a pas le choix parce qu'à la pleine lune, je pourrais rien faire. Je connais quelqu'un à Ste Mangouste qui pourra nous en procurer. De quoi tenir un peu. Il brise le contact quand elle évoque le tue-loup. Bien sur, Camélia pouvait transplaner le temps d'une nuit, mais le danger était pour lui-même. Sidney n'était pas maitre de ses mouvements, et si il se faisait attraper, si par malheur on n'entendait ne serait que la plainte d'un hurlement, ils rapliqueraient tous. Cam, on- Je sais ce que tu te dis que c'est trop dangereux. Mais quel autre choix a-t-on ? On peut y arriver et en nous déguisant un peu... Tu sais ils ne vont pas s'attendre à ce qu'on aille là-bas, pas à un endroit si exposé. Je pense que c'est ce qui fera notre force. Et puis plus on attend, plus on prend des risques. Il la toise d'un oeil méfiant. Elle ne pouvait pas être sérieuse. Si elle pensait vraiment qu'ils n'allaient pas surveiller l'un des plus grands hopitaux sorciers de Grande Bretagne. Mais il se tait, pour la laisser finir et donner son point de vu final. Je pense qu'après, il faut qu'on trouve des Phénix pour avoir quelque chose à faire. Maintenant que je me suis enfuie, je peux pas rester les bras croisés. Je sais que tu ne fais pas parti des Phénix mais maintenant que tu t'es enfui, tu dois bien avoir envie de faire quelque chose, non ?

Camélia l'observe avec ferveur. Il aimerait tant répondre que oui, il était prêt à se battre corps et âme dans cette lutte. Il ne s'en sortira pas en haussant les épaules cette fois ci. Mais cette idée de clan ne l'a jamais frappé. Je me suis enfuit pour préserver mon humanité Camélia. Cette histoire de clan.. ça ne m'a jamais aidé. Si je suis encore en vie c'est bien parce que j'ai décidé de ne prendre part à aucune réunion, jamais. J'ai pas été élevé comme ça, c'est pas dans ma nature. Il fût même un temps je ne restais qu'avec des élèves soit disant partisans. Certes, je ne suis pas d'accord avec leur action, mais je ne serais jamais le plus grand résistant jamais vu. J'ai aucune volonté. Regarde moi, je suis un fuyard. J'ai tout laissé derrière pour sauvé ma petite personne! Il le fait quand même, il hausse les épaules, mais avant qu'il puisse répondre, la blonde l'interromp. Je ne peux pas abandonner Oli à Azkaban. Il a comme un electrochoc. Bien sur qu'il connaissait Oli. Celui qui se moquait de lui, qui aurait aimé en savoir beaucoup plus sur le côté loup du garçon. Mais Fawkes se doute qu'il n'y a pas que le bibliothécaire coincé là bas, après le changement d'année, les sortants de Poudlard les plus surveillés seront parqués dans les cellules lugubres de la prison sorcière. Je ne dis pas que je ne vous aiderais pas! Mais on ferait mieux de rester hors du champ de vision des Phénix. Si on parvient à nous voir avec quiconque, cette personne risque gros. Il faut trouver un autre moyen. Il se détache du tronc et comment à faire les cents pas, les mains dans les poches. C'est mission impossible pour Sainte Mangouste.. Mais c'est notre seule opportunité. J'ai peur qu'ils cantonnent toutes les réserves de Tue-Loup, à cause de.. et bien, à cause de moi. Si on agit vite on devrait pouvoir se débrouiller. En deux pas il rejoint ses affaires qu'il remet dans son sac avant de le fermer. Ils doivent toujours être prêt à s'eclipser au moindre bruit suspect, mais aujourd'hui ils prenaient leur aise, et ça n'était pas bon. D'un signe tête, il conseille à sa partenaire de faire la même chose. L'ancien gryffondor avale une dernière gorgée d'eau avant d'enfourner sa bouteille d'eau dans la pochette du sac. Je crois qu- Crac! Le bruit est distinct, mais ils ne voient rien. Une voix s'élève dans les airs, prononçant les incantations pour défaire les sortilèges alentours. Ils seront bien vite découverts, attrapé, torturés. La voix tonne, et une lueur de panique traverse les yeux du lycanthropes. Les deux fugitifs la reconnaissent très bien. Elle appartient à celui qui les poursuits sans relâche depuis ce qui leur paraissent déjà si longtemps. Et comme un réflèxe iné, leurs mains se trouvent, leur doigts s'entremêlent et ils transplanent maladroitement dans un tourbillon nauséux.

créée par Matrona



Spoiler:
 

__________



    dancing through the night, a vodka and a sprite. a glimpse of the silhouettes, a night that they never forget. touch me, yeah. i want you to touch me there. make me feel like i am breathing, feel like i am human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   Lun 11 Nov - 0:23


« we are not going to die today »



Sur son visage, Camelote croit lire une réaction forte quand elle prononce le nom d'Oli. Quel était leur lien ? Camelote ne se souvient pas qu'Oli lui ait déjà parlé de Sidney. Peut-être l'avait-il fait et qu'il avait oublié, voilà qui lui faisait un peu plus de mal car l'oubli était la pire des choses. Elle l'avait déjà condamné à l'incarcération, si elle l'oubliait, qui le sauverait ? Il était officiellement un mangemort, les autres membres des Phénix qui ne le connaissaient pas n'auraient que faire de son sort. C'est pour cela qu'elle devait le protéger, elle devait faire quelque chose pour lui, c'était le minimum qu'elle pouvait faire lui ! Et encore c'était vraiment le minimum mais vous vous doutiez bien qu'elle ne se contenterait pas de cela. Elle l'aimait, elle était même folle de lui alors elle ferait tout pour le sauver et connaître des jours heureux à ses côtés, s'il voulait encore lui parler. Elle avait déjà imaginé ce scénario : qu'il ne veuille plus jamais la voir. Autant vous dire que ça la faisait énormément pleurer. La nuit, elle pouvait être une vraie madeleine quand elle surveillait les alentours pendant que c'était au tour de Sidney de dormir. Elle ne savait pas s'il l'avait déjà entendu, elle préférait croire que non. C'était de toute manière pas le moment de penser à cela. Elle ne voulait pas encore pleurer. Elle ne voulait pas qu'on la croit faible. Le fait qu'elle n'était déjà pas très grande et blonde suffisait à la faire paraître fragile. « Je ne dis pas que je ne vous aiderais pas! Mais on ferait mieux de rester hors du champ de vision des Phénix. Si on parvient à nous voir avec quiconque, cette personne risque gros. Il faut trouver un autre moyen. » Il marquait un point. Dans sa détresse, elle n'avait même pas penser au fait qu'elle mettrait un collègue en danger. Seulement dans un sens, être membre de l'Ordre impliquait de se mettre en danger et puis n'étaient-ils pas sensés être solidaires ? Sidney et elle avaient terriblement besoin d'aide sinon ils allaient se faire tuer d'ici au maximum trois mois et encore c'était gentil. « C'est mission impossible pour Sainte Mangouste.. Mais c'est notre seule opportunité. J'ai peur qu'ils cantonnent toutes les réserves de Tue-Loup, à cause de.. et bien, à cause de moi. Si on agit vite on devrait pouvoir se débrouiller. » Sidney la surprenait encore et ce dans le bon sens. Il était vraiment intelligent et il pensait les choses de la bonne manière. Il voyait les inconvénients et en même temps les avantages. Camelote se rendait vraiment compte qu'elle pouvait se reposer sur lui et en même temps compter sur lui, ce qui était essentiel quand on était en cavale. Ça vous souder des personnes très rapidement. « Pas de temps à perdre alors. » Sidney ne lui répondit même pas, il était déjà occupé à rassembler ses affaires. Elle, elle fourra son t-shirt et sa veste dans le sac quand Sid commença à parler mais fut arrêter par un Crac ultra-sonore.

Camelote avant même d'entendre les voix savait parfaitement de qui, il s'agissait : leurs ennemis, cette espèce de brigade toujours collée à leurs basques. Merde, merde, merde. Ça va trop vite, ils vont se faire prendre s'ils ne réagissent pas assez vite. Alors ils se prennent la main et transplanent de nouveau. Seulement cette fois-ci, ça se passe moins bien. Camelote a la tête qui tourne, assez désorientée. À force d'enchaîner transplanage sur transplanage, elle commence à saturer. Ce moyen de transport n'est pas fait pour être utiliser autant de fois d’affilé seulement ce n'est pas comme si Sidney et elle avaient le choix. Elle tenta alors de chercher appuyer et elle le fit contre le portail d'une maison. Ils étaient en plein dans un petit village perdu d'Angleterre. Camelote avait déjà passé des vacances dans ce village avec ses parents, il y a bien longtemps. Elle ferma les yeux histoire de faire passer le mal plus vite puis demanda à Sidney : « Tu peux marcher ? On peut pas rester là. » Elle réouvrit alors les yeux et lui fit face avant de constater qu'il n'était vraiment pas au meilleur de sa force. « Si je t'aide à marcher, on va attirer l'attention sur nous et on peut vraiment pas se permettre cela. Trois rues plus loin, il y a une maison avec une grange. On peut se réfugier là-bas quelques instants, ils ne nous retrouveront pas. On pourra se permettre de se reposer un peu et s'organiser pour Ste Mangouste. » Elle attendit alors un peu se mit en marche. Sidney marcha aussi non pas sans difficulté mais au moins, ils avançaient. Plusieurs fois, l'ancienne garde-chasse ne put s'empêcher de regarder si on les suivait. Elle s'attendait à chaque seconde à apercevoir le visage terrifiant de Clint O'Toole, cependant il ne vint pas. Ils arrivèrent alors à la grange sans embûche. Une fois à l'intérieur, Camelote condamna la porte à l'aide d'une bûche. Elle fit tout à la main sans utiliser sa baguette. Les sorts pouvaient les trahir. Une fois que ce fut fait, elle aida Sidney à s'installer sur des bottes de foin. Il ne faisait pas encore nuit ce qui faisait qu'ils arrivaient à se voir. « Je pense que la meilleure des choses à faire est d'aller à Ste Mangouste à la première heure demain. Aujourd'hui on est trop faible, on est blessé et psychologiquement perturbés. » Au moins on ne pouvait pas dire qu'elle n'était pas réaliste. Ils allaient mal. Clint et sa bande pouvaient les retrouver à tout moment. Cette possibilité n'était pas à écarter mais Camelote pensait sincèrement qu'ils étaient à l’abri ici. « On ferait mieux de manger un peu. Je pense que ça nous ferait du bien à tous les deux. Il nous reste quelque chose ? » Leurs réserves s'amoindrissaient de plus en plus. Ça serait très vite un problème primaire. Ils avaient tellement de problèmes qui leur tombaient dessus.  

créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


fugitive ⚔ the fire is coming
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/08/2012
► parchemins : 674


MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   Mar 21 Jan - 9:23


« farewell my dear. »




Il a l'impression que son coeur lui remonte dans la gorge. Et la sensation ne semble pas vouloir disparaitre. Le mélange de couleur dans l'obscurité lui fait fermer les yeux alors que Camelia perd le contrôle. Sa main glisse d'un millimètre de celle de Sidney et il peut sentir son coeur battre à tout rompre dans sa poitrine. L'adrénaline ne l'empêche même pas de sentir la douleur perçante au niveau de ses côtes revenir au galop. Il retient un gémissement alors qu'ils touchent en fin terre. Prenant une grande inspiration il halète quelques secondes, sans entendre ce que la blonde lui dit, elle aussi hors d'haleine. Il devine à peu près qu'elle lui demande de marcher seul, malgré son état. Il acquiesce silencieusement et se redresse, les épaules un peu plus voutées vers l'intérieur que d'habitude. Si je t'aide à marcher, on va attirer l'attention sur nous et on peut vraiment pas se permettre cela. Trois rues plus loin, il y a une maison avec une grange. On peut se réfugier là-bas quelques instants, ils ne nous retrouveront pas. On pourra se permettre de se reposer un peu et s'organiser pour Ste Mangouste. Il hoche à nouveau la tête, la pousse du bout de la main pour la convaincre d'avancer. Je te suis Camélia, aller. Elle avance d'un pas déterminé, hantée par la peur d'entendre d'autres hurlements barbares, de voir les sorts fuser ne serait-ce qu'à quelques centimètres de leur têtes.

Fawkes lui hisse un peu plus à chaque pas. Il supporte mieux la douleur que d'autre, mais cette fois ci il avait atteint un point où il avait du mal à se tenir sur ses jambes flageollantes. Il ne pouvait pas laisser ses pensées divaguer. Car quand la douleur se faisait la plus forte, que son corps se mouvait de l'intérieur, que sa morphologie n'était plus qu'une masse d'os et d'organes en désordre, le montre en lui se réveillait. Et à cet instant précis, il aurait pu le laisser prendre le dessus. Se laisser aller dans la douleur et la noirceur, se faire tout petit dans son propre corps pour laisser place à une version bien moins agréable que le vrai Sidney. Il secoue la tête, chasse du mieux qu'il peut les idées morbides et lève les yeux devant la grange. Sa partenaire le guide à l'intérieur, alors qu'elle bloque médiocrement la porte du bâtiment de bois. Il n'était déjà pas locace, mais le brun ne trouvait plus la force de parler, ou bien les mots à dire. Rongé par l'obscurité qui le guette, il lutte pour rester éveillé. Il l'avait dans la peau, inculquée par son père. Par le créateur du monstre qui hantait ses nuits, avec qui il partageait corps et sang. Il pose la tête sur le foin, les paupières lourdes. Je pense que la meilleure des choses à faire est d'aller à Ste Mangouste à la première heure demain. Aujourd'hui on est trop faible, on est blessé et psychologiquement perturbés. Il hausse un sourcil, l'air de lui demander s'il avait l'air OP pour une aventure à Sainte Mangouste, probablement le quatrième endroit le plus surveillé de Grande Bretagne après Azkaban, Poudlard et le Ministère. Il finit par hocher la tête, la dodelinant faiblement sur le côté. On ferait mieux de manger un peu. Je pense que ça nous ferait du bien à tous les deux. Il nous reste quelque chose ? De son bras le plus valide il lui pose le sac à dos devant elle. La bouche pâteuse et l'air faiblard il arrive à prononcer quelques mots. Mange. Je vais- me reposer.. Avec un faible sourire, sa Camelotte lui tend la main qu'il attrape volontier Ils ne tenaient qu'à la force d'un duo. La fatigue prend le dessus, elle ferme ses paupières comme de fins doigts passés sur son visage. La respiration profonde il ne veut pas penser au futur. Aujourd'hui il ne s'endort qu'avec un prénom sur le bord des lèvres, un chuchotement plus léger que le vent.

créée par Matrona



RP TERMINÉ (EN SOUVENIR DE CAMELIA)

__________



    dancing through the night, a vodka and a sprite. a glimpse of the silhouettes, a night that they never forget. touch me, yeah. i want you to touch me there. make me feel like i am breathing, feel like i am human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: CAMEY ▲ survive   

Revenir en haut Aller en bas
 

CAMEY ▲ survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: AUTRES LIEUX :: pays de galles-