Partagez | 
 

 ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


MessageSujet: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Mer 29 Mai - 11:39

⊹ We all need somebody to lean on. ⊹
Le temps des tempêtes arrive, avant qu'on l'ait prédit, amours impossibles, défaites, ironies... Quand tout s'abîme, quand même nos rêves fuient, il ne reste qu'une île, un port, un parti, on n'est riche que de ses amis, c'est dit, c'est dit...


Naranja courait. Non pas pour échapper à sa sœur ou à un monstre mais plutôt pour retrouver le plus rapidement possible la chaleur rassurante de ses draps. Elle ne réalisait pas encore bien ce qui venait de se passer et n'était pas certaine de le vouloir, mais c'était un fait : Albus venait de la plaquer. Rien que le fait d'y penser la rendait malade. Des larmes traîtres et désireuses de montrer sa peine et son chagrin n'avaient de cesse de couler sur ses joues pales. Elle se savait au bord de l'évanouissement. Ses jambes frêles avaient bien du mal à supporter le poids de la tristesse qui l'avait envahi, et pourtant, elle continuait d'arpenter les couloirs à une vitesse folle comme si sa vie en dépendait, comme si elle avait le diable aux trousses. Elle essayait en vain de mettre un peu d'ordres dans ses idées pour tenter d'y voir un peu plus clair, de comprendre les raisons qui avaient poussé Albus à mettre un terme à leur relation mais aucune ne lui paraissaient suffisantes ou réellement justifiées en réalité. Depuis le tout début, depuis le jour où elle s'était intéressée à lui, jamais elle n'aurait cru qu'il pourrait à ce point lui faire du mal. Et maintenant qu'elle en prenait conscience, cela n'arrangeait rien car elle souffrait terriblement. La plaie venait à peine d'être ouverte et Nara craignait pourtant que jamais elle ne se referme. Après tout, Albus avait pris une place tellement importante dans sa vie, et ce, en si peu de temps. Elle se souvenait avec douleur de leur première rencontre où elle avait été surprise d'apprendre que le grand, le merveilleux, le fantastique Albus Potter, celui dont tout le monde parlait, n'avait jamais embrassé une fille de son existence. Cela lui paraissait tellement inconcevable à son âge, qu'elle avait même décidé de l'aider comme elle le pouvait. L'idée des cours sur l'art de la drague, à la base, c'était bien la sienne. Désormais, elle savait à quel point cela avait été une erreur car plus elle passait de temps avec lui, et plus l'amour s'immisçait sournoisement dans son cœur. Oui, elle était tombée amoureuse de lui sans même s'en rendre compte, se lassant rapidement du petit jeu qui s'installait entre eux. Elle ne voulait plus l'aider à séduire d'autres femmes, c'était devenu lassant, mais surtout, la jalousie avait vite pris le dessus. Elle se souvenait l'immense chaleur qu'elle avait ressenti lorsqu'il lui avait demandé de sortir avec elle. Elle ne s'y attendait tellement pas. Naïvement, elle avait accepté. Mais aujourd'hui, elle en payait le prix fort. Cet amour, ces sentiments qu'elle ressentait à son égard la détruisaient de l'intérieur, elle se sentait faible, tellement faible d'avoir succombé à son charme. En même temps, comment cela aurait pu finir autrement ? Ces leçons, pour lui apprendre à embrasser, toutes ces choses-là, c'était tellement ridicule lorsqu'elle y repensait. Pour elle, c'était impossible d'échanger des centaines de baisers sans jamais rien ressentir pour l'autre... Elle était tombée dans un piège sans vraiment le vouloir et maintenant qu'elle regardait les choses en face, elle ne pouvait s'empêcher de regretter. Si seulement elle avait été moins bête... Cela lui aurait éviter bien des souffrances... Les remords commençaient à l'envahir doucement alors qu'elle arrivait dans le couloir qui menait aux cuisines. Elle chatouilla doucement la poire qui commença rapidement à rire, et Nara étouffa un sanglot. Pourquoi cette putain de poire était heureuse et pas elle ? La vie était trop injuste.  En douce, elle pénétra dans la pièce où des dizaines d'elfes s'affairaient sans doute pour préparer le déjeuner. Aussi silencieusement et discrètement qu'elle le put, elle déroba une bouteille d'alcool qui traînait sur une étagère, sans doute destinée pour la table des professeurs et la dissimula sous sa robe de sorcière. Si sa pauvre mère la voyait ainsi... Quelle piètre opinion aurait-elle d'elle ? Sa pauvre cadette contrainte de voler pour noyer son chagrin dans la boisson... Quelle honte... Elle était belle la dernière des D'Alvarez. Penser à sa mère lui rappelait également que rien ne durait toujours, et encore moins l'amour. L'exemple même de ses parents en était la preuve vivante. Ils avaient vécu ensemble durant de longues années, avaient survécu et surmonté des tas d'épreuves douloureuses, avaient eu sept beaux enfants ensemble et pourtant, aujourd'hui, ils vivaient séparés chacun de leur côté, divorcés. C'était à peine s'ils se parlaient... Elle le savait désormais, dans cette vie, rien n'était éternel. Il ne fallait pas s'attendre et espérer mieux.

Une fois devant la porte de sa Salle Commune, elle souhaita que celle-ci soit la plus vide possible. Elle n'avait pas envie du tout parler et encore moins que les gens la voient dans cet état, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'elle avait pleuré. Ses yeux étaient rougies et bouffis, et son maquillage avait coulé. Elle était bien jolie la jeune espagnole... Elle essuya ses dernières larmes pour tenter de faire bonne figure, même si elle savait que c'était peine perdue, et entra. Elle vit aussitôt Madelyn plongée en pleine conversation avec Louis près de l'âtre de la cheminée. Nara la regarda deux secondes, hésitant à la déranger, et finalement décida de l'ignorer. Madelyn n'avait pas à subir ça, elle n'avait pas à la voir pleurer. Elle traversa précipitamment la salle commune sur la pointe des pieds, la tête baissée pour que personne ne l'arrête. Elle était presque arrivée au couloir qui menait aux dortoirs lorsqu'elle entendit quelqu'un l'appeler. Son prénom résonna dans ses oreilles mais elle ne s'arrêta pas pour autant, bien au contraire. Elle accéléra le pas et parcourut la distance qui la séparait de son dortoir encore plus rapidement. Une fois à l'intérieur, elle se jeta sur son lit et ferma ses rideaux, se plongeant dans l'obscurité. Elle avait besoin d'être seule. Elle esquissa un geste pour attraper son journal, caché sous son oreiller mais se ravisa. À quoi cela servirait-il de toute manière ? Il n'y avait rien d'exaltant à raconter qu'elle avait le cœur brisé en mille morceaux. Et ce n'était certainement pas de coucher sa douleur sur papier qui rendrait la pilule plus facile à avaler. Elle ne savait pas comment y faire face. Elle trouva d'elle-même la réponse en sortant la bouteille qu'elle avait volé et l'ouvrit. Elle approcha le goulot de ses lèvres et but une première gorgée. Le liquide infâme et trop fort lui brûla la bouche et détruisit son œsophage, elle n'avait pas trop l'habitude. Cela lui tourna immédiatement la tête. Écœurée, elle conduisit tout de même la bouteille de sa bouche une deuxième fois et avala une fois de plus le liquide. Les larmes coulèrent de nouveau sur ses joues. Elle se dégouttait elle-même. Elle comprenait maintenant pourquoi Albus l'avait plaqué, elle n'était qu'une pauvre fille. Une pauvre fille. Elle méritait ce qu'il lui arrivait, elle n'était pas assez bien pour lui, c'était sur. Comment avait-il pu rester avec elle aussi longtemps ? Elle était vraiment trop nulle. Réaliser ça lui donna envie de boire une autre gorgée. Ce qu'elle fit quelques secondes plus tard. Elle sentait déjà ses pensées s'embrouiller. C'était peut-être mieux comme ça, car penser lui faisait trop mal. Même si son esprit commençait à ressentir les effets de la boisson, ses sens étaient encore en éveil : elle entendit aisément la porte du dortoir se refermer et une voix demander : « Nara ? T'es là ? » Elle marmonna quelques mots en espagnol même si elle savait que la personne qui venait d'entrer ne comprendrait pas tout : « Déjame sola, por favor. » Mais elle savait bien que Madelyn n'en ferait qu'à sa tête, comme d'habitude. De toute manière, si la jeune espagnole aurait trouvé Maddie dans cet état là, il allait sans dire que jamais elle ne l'aurait laisser seule, mais si celle-ci la suppliait de le faire. Dans ces moments-là, on avait besoin d'une amie. Elle la laissa donc doucement ouvrir les rideaux. Un rayon de lumière entra puis disparut lorsque Madelyn s'enferma avec elle et s'assit à ses côtés. Naranja la regarda et des perles salées roulèrent sur son visage. Elle murmura : « Oh Maddie... » Et elle pleura encore. Elle n'arrivait pas à s'arrêter, elle n'arrivait pas à lui expliquer, elle était perdue, tellement perdue, elle ne savait plus quoi faire, plus quoi dire. Elle aurait voulu lui dire ce qui n'allait pas, mais elle ne pouvait pas. Dire à voix haute qu'Albus venait de rompre serait rendre la chose encore plus réelle. Alors elle ne prononça plus un seul mot, se contentant de se blottir dans les bras ouverts de sa meilleure amie et de la laisser la réconforter. Nara ne s'était jamais mis dans un état pareil de toute sa vie. Pas même lorsque sa sœur lui en faisait baver de toutes les couleurs, pas même lorsqu'on l'insultait pour ce qu'elle était, jamais. Mais pour lui, pour Albus, oui, elle en était capable. Il l'avait rendu folle. Elle se rendait maintenant compte comment on pouvait souffrir d'amour.

Spoiler:
 

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.


Dernière édition par Naranja L. d'Alvarez le Dim 2 Nov - 3:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Sam 20 Juil - 14:52

we all need somebody to lean on
Ohana signifie famille,
famille signifie que personne ne doit
être abandonné, ni oublié.


Constellations. Comète. Étoile Filante. Tels étaient les beaux mots qui résonnaient dans l'esprit de Madelyn à cet instant. Des mots qui lui permettaient de voyager, qui la faisait rêver, qui l'emmenait loin, loin de ce monde, loin de cette terre, au dessus de tout. Dans un ciel noir et vide, seule, la lune flottant à ses côtés, telle une amie. Telle une égale. Un monde loin de la guerre, loin de la peur, loin de la douleur. « Maddie ? » Madelyn sursauta et ouvrit les yeux. Devant elle se tenait Nara, un sourire amusé aux lèvres. « Ben alors, tu dormais ? Il est presque dix heures je te signale. » Maddie émit un grognement avant de se passer une main dans les cheveux et de se redresser. « Non, je ... Je pensais. » Réponse énigmatique qui intrigua d'autant plus Nara. « Et tu pensais à quoi, si je puis me permettre, madame la mystérieuse ? » Maddie eut un soupir rêveur. Elle s'était levé tôt ce matin-là. Très tôt. Elle avait fait un mauvais rêve et n'avait pas réussi à se rendormir. Elle n'avait aucune envie de descendre seule dans la Grande Salle à cette heure du matin et avait donc décidé de passer le temps en bouquinant. Elle n'avait pas hésité en choisissant un livre sur l'astronomie et les constellations, et elle avait fini par laisser tomber son bouquin au sol pour se plonger dans ses rêveries. « Aux étoiles. A l'univers. A tout ce qui est grand, beau et lointain. » Le regard de la Poufsouffle se perdit dans le vide, et Nara la fixa un instant, perplexe, avant de rire. « Maddie, même après six ans, tu m'étonneras toujours autant ! » A ces mots, Mad offrit un sourire à son amie avant de répliquer, joueuse. « C'est ce qui fait mon charme, non ? » C'est à cet instant que Maddison ouvrit à la volée la porte de la salle de bain, une serviette nouée autour de la taille, ses longs cheveux blonds dégoulinant dans son dos. En voyant Madelyn réveillée, un grand sourire éclaira son visage. « Ah, enfin debout la marmotte ! » Madelyn la contredit aussitôt. « Je ne dormais pas ! » Mais ses deux meilleures amies échangèrent un regard peu convaincu avant d'éclater de rire. Vexée, Mad attrapa un coussin et l'écrasa sur la tête de Nara, qui se retrouva à moitié allongée sur le lit de son amie. « Alors, tu t'avoues vaincue ?! » Nara, la tête enfouie sous l'oreiller, marmonna quelque chose qu'aucune des deux autres filles ne comprit. Maddie la laissa se redresser légèrement. « Joder, Mad, tu m'as fait mal ! » A ces mots, Madelyn s'écarta aussitôt pour permettre à son amie de se redresser. Celle-ci se tenait le poignet d'un air douloureux. Maddie allait lui demander si tout allait bien, quand soudain, Nara lui sauta dessus et l'écrasa sur le lit de tout son poids. « Gagnéééééééé ! » Et à cet instant Maddison éclata de rire devant la ruse de son amie ... Et devant Madelyn qui, complètement écrasée, avait du mal à reprendre son souffle. Cette dernière grogna d'ailleurs un « Traîtresse. » Nara fit mine de ne pas avoir entendu, avant d'appuyer encore plus fort sur le ventre de son amie. « Pardon ? » Après un instant d'hésitation, Maddie murmura, bien à contre coeur, sous le rire de Maddison et le sourire fier de Naranja : « Ok... T'as gagné. » Aussitôt, Nara lui rendit sa liberté et elle s'empressa de se lever, de peur que Maddison se mette elle aussi à lui sauter dessus. Et pendant que l'espagnole criait victoire dans tout le dortoir, Mad s'enferma dans la salle de bain en lui tirant la langue d'une façon totalement puérile.

Un peu moins d'une demi-heure plus tard, les deux Maddie étaient assises côté à côté à la table des Poufsouffles pour prendre un petit déjeuner. Elles étaient plus qu'en retard et elles avaient échappé de peu à la visite aux cuisines. Quand à Nara, elle les avait abandonné sur le chemin, car elle voulait retrouver Albus, qu'elle n'avait plus revu depuis un bout de temps déjà. A ces mots, Mad avait senti son ventre se tordre sous la culpabilité. Cela faisait déjà plusieurs jours que Albus s'était confié à elle. Ce soir-là, quand elle l'avait retrouvé complètement détruit, ils avaient parlé. Longtemps. Et il s'était confié. Il lui avait raconté Code Phénix et cet épisode de sa vie qui s'était conclu de manière désastreuse. Et depuis, Madelyn ne savait pas quoi faire vis-à-vis de Nara. D'un côté, elle ne se sentait pas en droit de lui dire tout cela. C'était à Albus de le faire. De l'autre, elle n'arrivait pas à garder le secret. Naranja était sa meilleure amie, et elle lui cachait rarement des choses, Maddie n'était pas comme ça. Alors avoir un secret aussi lourd sur les épaules, c'était dur. Et ele ne savait pas quoi en faire. Elle songea un instant qu'elle devrait peut-être demander conseil à Louis. Maddison, c'était hors de question, elle ne savait pas tenir sa langue. Mais son Louis ... Il ne dirait rien si elle le lui demandait, il le savait. « Bon, tu manges pas ? » Maddison, qui avait déjà fini sa tranche de bacon, regardait son amie étrangement. « Si, si, désolée. Je réfléchissais. » « Encore ! Et ben, qu'est-ce qu'il te prend ? » rit Maddison. « Oh, non, rien, je suis un peu préoccupée c'est tout. Ne t'inquiètes pas. » la rassura Madelyn avant de porter sa tranche de bacon à sa bouche et de boire une gorgée de jus de citrouille pour passer le tout. Finalement, elle attrapa son sac, fit un signe de tête à son amie et les deux filles quittèrent la Grande Salle. Elles virent alors avec étonnement un attroupement formé prêt des panneaux d'affichage. Soudain, Madelyn eut un mauvais pressentiment et son cœur se mit à battre à toute vitesse. Elle attrapa sa meilleure amie par le bras, et la conduisit en plein milieu de l'attroupement. « Pardon, pardon... Ah, merde, laisse-moi passer espèce d'abruti ! » Maddison la fixa un instant, surprise de cette soudaine saute d'humeur, Maddie d'habitude si souriante avec tout le monde. Mais Mad ne prit pas la peine de s'expliquer. Elle était enfin arrivée devant le panneau d'affichage, et ce qu'elle y lut lui glaça le sang. " Les élèves concernés sont Albus Potter, Fred et Lucy Weasley, Adrian Tymers et Hermès Charleston. " A cet instant, elle aurait étripé Voldemort de ses propres mains. Comment allait réagir Nara ? Et puis soudain le nom de Lucy lui sauta aux yeux. Merde. Louis. Il fallait qu'elle voit Louis. Maddison, qui venait de terminer de lire l'annonce, la tira à l'écart de la foule. « Quoi ? C'est quoi cette histoire ? Maddie ! Tu étais au courant ? Réponds moi, c'est quoi cette histoire, dans quoi s'est fourré Albus ? » Madelyn se mordit la lèvre se demandant quoi faire, finalement, elle prit une décision. « Ecoute ... Essaye de trouver Nara. Je pense pas que ce soit une très bonne idée qu'elle parle à Albus maintenant, c'est important Maddie. Moi, il faut que j'aille parler à Louis. Mais faut que tu retrouves Nara. A tout à l'heure. » Et Mad fila aussitôt en direction de la Salle Commune des Poufsouffles. Elle était presque sûre d'y trouver Louis, et également presque sûre qu'il n'y ait quasiment personne d'autre à cette heure de la journée. A moins que son meilleur ami ait changé ses habitudes. Depuis qu'il fréquentait cette abrutie de Cayrel, on pouvait s'attendre à tout de sa part ... Enfin, ce n'était pas le moment de penser à ça. En entrant dans la salle commune, elle n'eut pas à chercher longtemps, elle repéra aussitôt la tête blonde qu'elle connaissait tant, assise dans un canapé à feuilleter un livre. « Loulou ! Tu as vu les dernières nouvelles ? Il faut qu'on parle ! »

Plus d'une heure plus tard, les deux Poufsouffles discutaient encore. Maddie avait fini par poser sa tête sur les genoux de son meilleur ami et celui-ci jouait négligemment avec ses cheveux, comme ils aimaient le faire étant enfant. « Tu savais rien alors. » « Non. Et toi, tu savais. Et tu m'as rien dit. » Maddie perçut sans mal le reproche dans la voix de son amie. Elle savait qu'il n'avait pas essayé de le cacher. C'était comme ça entre eux, ils se disaient tout, au risque que cela fasse mal. Et cette fois-ci, Maddie avait failli à la règle. « Oh, Loulou, je suis tellement désolée. Mais je ne l'ai su qu'il y a quelques jours, et je ne savais pas quoi faire de tout ça ! Tu comprends, il y avait Albus, qui allait si mal, et puis de l'autre côté il y avait Nara et ... et ... » Il n'en fallut pas plus à Louis pour attraper la main de sa meilleure amie et planter ses prunelles dans les siennes. Sans un mot, il lui fit comprendre que ce n'était rien, et qu'il ne lui en voulait pas. Mad allait enfouir sa tête contre l'épaule du jeune homme, quand soudain, la porte de la salle commune s'ouvrit. Elle tourna aussitôt la tête, et à la vision de Nara, tentant tant bien que mal de cacher ses larmes, son cœur se brisa. Elle se retourna vers Louis. « Tu m'en veux pas si ... » « Non, vas-y. Elle a besoin de toi, je crois. » Madelyn offrit l'un de ses plus beaux sourire à son Loulou, posa un baiser sur sa joue, puis fila vers le dortoir. Elle hésita un instant avant d'ouvrir la porte, puis elle se décida à la pousser le plus doucement possible. Elle ne tarda pas à apercevoir Nara, avachie sur son lit. Ainsi que la bouteille d'alcool qu'elle tenait dans sa main. Le cœur de Maddie se serra. « Déjame sola, por favor. » Mad mit un peu de temps à reprendre ses esprits, mais avec les nombreuses leçons d'espagnol que Nara lui avait donné depuis qu'elles se connaissaient - Maddie adorait en apprendre plus sur les cultures étrangères - elle comprit sans mal ce que voulait lui dire son amie. « Jamás. » murmura-t-elle en s'approchant du lit de son amie et en ouvrant doucement les rideaux. Puis elle s'enferma dans le lit à baldaquin, lança un sort de silence au cas où quelqu'un aurait la merveilleuse idée de débarquer dans le dortoir, puis posa sa main sur l'épaule de son amie. « Oh Maddie ... » Et Nara se mit à pleure. Maddie ouvrit aussitôt ses bras et sa meilleure amie vint s'y réfugier. Mad sentait les larmes de Nara couler dans son cou, et elle la serrait fort, pour que tout cela cesse, pour que son chagrin disparaisse, parce qu'elle ne supportait pas de la voir ainsi. « Oh, Nara, Nara ... » murmurait-elle. « Chut, je suis là. Je suis là. » Elles restèrent longtemps ainsi, Nara pleurant, et Maddie luttant pour ne pas que les larmes coulent sur ses joues face au chagrin de son amie. Elle ne l'avait jamais vu ainsi, jamais, et malgré toute l'affection qu'elle avait pour Albus Potter, elle n'avait qu'une envie, lui remettre les idées en place. Mais qu'avait-il fait, bordel ? Finalement, les larmes cessèrent, et Nara, la tête sur les genoux de Madelyn, se calma. Un peu. Elle semblait toujours prêt à fondre en larmes à la moindre petite contrariété, mais au moins, elle ne pleurait plus. Quand Maddie crut enfin la discussion possible, parce qu'elle n'allait sûrement pas en rester là, elle se mit à caresser doucement les cheveux de sa meilleure amie. « Narabelle ... Il faut que tu m'expliques maintenant. C'est Albus, n'est-ce pas ? Je sais ... C'est lui. Il n'y a que lui pour que tu pleures ainsi. Parle-moi, Narabelle, dis-moi tout. Il ne faut pas que tu gardes ça pour toi. »
Revenir en haut Aller en bas


Belle comme le jour + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 20/07/2013
► parchemins : 118


MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Jeu 25 Juil - 5:15


dortoir des filles  ◈ madyna
We all need somebody to lean on
Don't cry, go shopping and get over it !  


 



M
addison entrouvrit lentement les yeux, réveillée par…le silence. Les bavardages de ses camarades de dortoir semblaient la bercer durant son sommeil, alors lorsque la plupart sortirent elle s’éveilla. Elle s’assit puis passa difficilement sa main dans ses cheveux emmêlés. « T’es réveillée ? » demanda bêtement Nara qui, elle aussi, semblait à peine sortie de ses rêveries. Maddie hocha la tête essayant d’empêcher ses paupières de se refermer. Elle lança un regard sur le côté, Madelyn dormait toujours. La brune alla prendre son bain la première pendant que la blonde s’amusait avec sa boule de cristal en plastique. Elle n’avait jamais compris d’où lui venait cet intérêt pour la divination. Elle avait sûrement était envoûtée par la perspective de voir l’avenir. En tous cas c’était le cours où elle avait les meilleurs résultats et sûrement l’un des seuls où son attention ne se portait pas sur la légèreté de sa plume. Elle essaya de lire quelques lignes sur l’Histoire de la Magie en attendant que sa meilleure amie termine. Lorsqu’elle vit le nom de sa maison, une certaine fierté apparut sur son visage. C’était idiot puisque toutes les maisons de Poudlard y étaient citées, pourtant cela ne l’empêchait pas de sourire dès qu’elle lisait "Poufsouffle". Nara finit par sortir. Maddison poussa un soupir de soulagement et se leva. Elle regarda l’heure. Neuf heures vingt minutes. « Je te laisse t’occuper d’elle ? » dit-elle en indiquant Madelyn. L’espagnole hocha la tête. Et Maddie qui regardait à peine où elle marchait faillit glisser sur une chemise à carreaux. Elle se redressa de justesse sous le rire de son amie. Elle soupira en ramassant le vêtement qu’elle jeta distraitement sur le lit le plus proche avant de se rendre dans la salle de bain. Elle actionna l’eau chaude qu’elle laissa couler pour s’habituer au bruit. Elle fixa son reflet dans le miroir en soulignant ses cernes du doigt. Elle éloigna ensuite ses cheveux de son visage, remarquant un bouton sur sa joue. Elle serait bien sortie pour farfouiller dans ses affaires avant de trouver un produit pour le visage et de l’étaler grossièrement sur sa peau, de peur que ça ne se propage, mais elle se souvint de ce qu’elle faisait. Elle s’introduit donc dans la cabine de douche. Elle commença par mouiller son visage, ce qui l’aida à se réveiller, puis ce fut ses cheveux et enfin le reste de son corps. L’eau coulait le long de son dos, alors qu’elle essayait de déterminer si ses cheveux étaient plus longs qu’hier. Elle se persuada que c’était le cas, même si la réponse était sûrement non. Lorsqu’elle eut terminé, elle aurait dit qu’elle y avait passé la journée. Elle s’enroula dans une serviette blanche. Elle entendait maintenant les voix de ses deux amies. Elle sortit et leur sourit. « Ah, enfin debout la marmotte ! » lança-t-elle à l’adresse de Madelyn. Cette-dernière contesta le fait qu’elle soit endormie ce qui ne persuada pas pour autant ses meilleures amies. Cette réaction sembla quelque peu vexer Mad qui attaqua Nara avec un coussin pour se venger. S’ensuivit une mini-bataille dans laquelle la brune fit croire qu’elle était blessée, ce qui lui apporta la victoire. Maddison avait tout suivi ponctuant les actions de son rire communicatif. Elle regarda ensuite l’autre Maddie s’enfuir dans la salle de bain après avoir tiré la langue à une Nara triomphante. La Creswick alla se coiffer. Elle décida de ne pas se compliquer la vie à faire une coiffure magnifique, surtout qu’elles risquaient d’être en retard. Elle se contenta donc d’une simple tresse sur le côté. Elle trouvait ses cheveux trop fins, elle rêvait d’une lourde tresse qui reposerait sur son épaule et pas d’une longue brindille blonde qui, bien que jolie, était trop fragile. Elle mit ensuite sa robe de sorcier et se maquilla.

Dès qu’elles furent prêtes, les trois jeunes filles se dirigèrent vers la Grande Salle. Sur le chemin, Nara les abandonna pour aller rejoindre Albus. Les Maddie se retrouvèrent donc toutes les deux à la table des Poufsouffles. Madelyn semblait pensive, cependant Maddison n’y fit pas vraiment attention. Elle avait une discussion avec l’une de ses camarades sur la façon d’obtenir un vernis craquelé. Au début, elle pensait que son amie se joindrait à elles et qu’elle parlerait de la lune, de l’astrologie et tout ce qui va avec. Pourtant, elle était restée dans son coin, Maddison se dit que la discussion ne l’intéressait pas ou qu’elle préférait manger. Mais en regardant l’assiette encore pleine de son amie, elle s’inquiéta. « Bon, tu manges pas ? » lui demanda-t-elle. « Si, si, désolée. Je réfléchissais. » C’était la deuxième fois, et Maddie le lui fit remarquer en riant. Elle essayait d’endiguer la légère anxiété qui s’était emparée d’elle. Y avait-il un problème ? Si c’était le cas, elle voulait que son amie lui en parle. Elle était peut-être trop bavarde, mais elle savait garder un secret. Enfin, elle le raconterait sûrement à Nara, mais juste à Nara. Mad lui assura que tout allait bien et elle se mit à manger. Néanmoins, elle n’était pas convaincue, même si elle ne posa aucune question. Elle espérait que Madelyn lui parlera tout de même plus tard. Maddison oublia rapidement ce qu’il s'était produit car son attention se porta sur la jeune fille assise à sa gauche qui venait de complimenter sa tresse. Elles ne purent pas en parler plus longtemps parce que l’autre Maddie lui fit signe de partir. Les deux jeunes filles se levèrent donc. La blondinette agitait mollement son sac de gauche à droite laissant ses pensées vagabonder de-ci de-là. Elle se demandait ce que Nara et Albus devaient se dire. Elle ne s’attarda pas sur la question, se remémorant du début de leur relation qui n’était à la base, qu’amicale. Lorsqu’ils avaient commencé à sortir ensemble, Maddison n’était pas vraiment d’accord. Elle réussissait toujours à trouver des défauts au Griffon, parce qu’à ses yeux il ne correspondait pas à sa meilleure amie. Pourtant elle avait changé d’avis lorsqu’il était venu lui demander des conseils pour plaire un peu plus à la belle brune. Maddie avait trouvé ça tellement mignon et romantique qu’elle avait décidé de l’aider. De plus, elle avait appris à le connaître un peu plus et elle trouvait que finalement il n’était pas si inintéressant. A peine furent-elles sorties de la Grande Salle qu’elles remarquèrent une foule autour des panneaux d’affichage. Madelyn réagit très rapidement et elle entraîna son amie parmi les élèves. Maddison fut étonnée par ce changement soudain et la brutalité des paroles de la jeune fille si souriante habituellement. Elle ne comprenait plus rien. Quand elles arrivèrent face à l’annonce elles se mirent à lire. La blonde ne put s’empêcher d’ouvrir de grands yeux en voyant le nom d’Albus…et celui d’Hermès. Elle se tourna vers Mad qui elle paraissait s’en douter. C’était ça qui la tracassait ? Pourquoi ne pas lui en avoir parlé ? Avant de lui en vouloir, elle préférait lui demander. Peut-être qu’elle se trompait… Elle tira sa meilleure amie à l’écart et la bombarda de questions. « Quoi ? C'est quoi cette histoire ? Maddie ! Tu étais au courant ? Réponds moi, c'est quoi cette histoire, dans quoi s'est fourré Albus ? » Elle attendait une explication. Une explication que Madelyn ne lui donna pas, au lieu de cela elle lui demanda d’aller chercher Nara pendant qu’elle elle irait parler à Louis. Donc lui il pouvait avoir des réponses et pas elle ? Bon, elle ne réagissait pas très bien étant donné qu’elle était plutôt susceptible. Elle prenait très mal le fait que Mad lui cache des choses. Cela signifiait-il qu’elle n’avait pas confiance en elle ? Elles se connaissaient pourtant depuis leur première année et elles savaient tout l’une de l’autre. Quand avaient-elles cessé de tout se confier ? Elle ne s’attarda pas plus. Même si elle était quelque peu blessée, elle savait que si Madelyn lui demandait de trouver Nara et de l’empêcher de parler avec Albus c’était qu’il y avait une raison valable. Elle se mit donc à la recherche de sa meilleure amie.

Maddie ne put s’empêcher de penser à Hermès. Elle ne comprenait ce qui l’avait poussé à faire ça. Enfin, elle ne le connaissait pas vraiment, même si elle pouvait passer des heures à le regarder ils ne s’étaient jamais réellement parlés. Maintenant elle s’en voulait de ne pas avoir écouté Madelyn et de ne pas être allée le voir. Il savait à peine qui elle était, elle ne pouvait pas lui demander d’expliquer sa décision. Il la prendrait sûrement pour une folle. A ce moment-là, elle voulait vraiment le trouver, lui et lui parler. Pas du Code Phœnix, surtout qu’il ne lui répondrait sûrement pas mais de quelque chose, n’importe quoi. Elle ne pouvait tout de même pas oublier Nara, même si elle ne voyait pas le mal dans le fait de dialoguer avec Albus. Ils devaient en parler et peut-être qu’elle était au courant, qui sait ? Mais elle se rappela la Maddie quelque peu paniquée et pressée qui lui disait que ce n’était pas une bonne idée qu’ils discutent. Alors, la blonde cherchait, elle cherchait vraiment. Mais le château était immense et il lui arrivait de penser à autre chose de temps à autre. Néanmoins elle se reprenait rapidement et continuait minutieusement  ses recherches. Après sûrement une heure ou plus, elle vit Albus, seul. Il ne semblait pas dans son assiette. Alors dans quel état devait être Nara ? Elle se rendit presque immédiatement dans sa Salle Commune et y trouva Louis. « Est-ce que Mad… » Elle n’eut même pas à finir sa phrase. « Oui elle dans le dortoir avec Nara. » Elle lui sourit et le remercia avant de se rendre dans la pièce.  Au début, elle ne savait pas trop quoi faire. On aurait dit qu’elle avait perdu toute notion de repérage et qu’elle aurait pu rentrer dans le mur. Elle se ressaisit et se dirigea vers le lit de Nara, elle tira les rideaux et y trouva ses deux amies. Naranja avait pleuré et semblait effondrée pendant que Mad lui caressait les cheveux. Tout d’abord la tristesse la submergea, elle ne supportait pas voir son amie dans cet état. Mais elle laissa rapidement place à la colère qui l’envahit, lui compressant les côtes et bouillonnant dans son ventre. Elle n’avait sûrement jamais détesté Albus à ce point. Parce qu’Albus était sans aucun doute la cause de tout cela. Elle s’en voulait aussi à elle, de ne pas avoir suivi sa première intuition, de ne pas avoir essayé de les éloigner. Elle s’assit à côté de la jeune espagnole et serra la main de celle-ci dans la senne pour lui montrer son soutien. Lorsqu’elle s’exprima sa voix était douce et bienveillante, comme si elle parlait à son enfant. « Qu’est-ce qui s’est passé mon bébé ? Qu’est-ce qu’il a fait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Dim 4 Aoû - 7:17


❝ We all need somebody to lean on. MADYNA FOREVER


Nara avala une énième gorgée. Elle sentait déjà son œsophage et son estomac brûler, comme si un incendie se déchaînait dans son ventre. C'était fort, vraiment trop fort. Sa tête lui tournait, et au lieu d'oublier sa peine, l'alcool ne faisait que de l'accentuer. Elle n'arrêtait pas d'y penser et c'était même bien plus pire. Allongée sur son lit comme une loque humaine, elle avança une fois de plus le goulot vers ses lèvres et faillit renverser la bouteille sur elle. Elle était franchement lamentable. Ridicule. Mais elle était mal, et ne savait pas trop comment surmonter cette douleur. Elle avait l'impression de revivre le divorce de ses parents. Elle n'avait jamais eu aussi mal de sa vie. Depuis qu'elle était à Poudlard, c'était même la première fois qu'elle se sentait aussi démunie et aussi seule... Même lorsqu'Anjelica lui menait la vie dure, elle n'avait jamais failli, n'avait jamais pleuré, n'avait jamais bu. Mais là, on lui avait brisé le cœur, alors tout était différent. Elle entendit un bruit, sans doute Madelyn qui montait dans le dortoir, mais elle fit la morte, elle n'avait nul envie de lui parler. Lorsqu'elle lui demanda de partir, elle refusa. Jamais. Elle avait dit jamais. Jamais elle ne la laisserait seule dans un état pareil, et Nara pouvait le comprendre. Elle-même aurait sans doute refusé de partir en voyant la jeune Poufsouffle dans un état similaire. Rapidement, elle sentit les bras de sa meilleure amie la serrer aussi fort qu'elle le pouvait, comme si son étreinte avait le pouvoir d'effacer toute sa peine, d'absorber son mal et sa douleur. « Oh, Nara, Nara ... Chut, je suis là. Je suis là. » E Les mots étaient inutiles pour le moment car de toute manière, Nara ne savait pas quoi dire alors tout simplement, elle déclara : « Oui. » Les larmes cessèrent un peu, mais juste un peu. Nara sentait qu'il ne suffisait d'un rien pour qu'elle sombre de nouveau. Il ne fallait pas qu'elle parle d'Albus, sinon, c'était fichu. Mais elle savait que Madelyn voudrait savoir la raison de son chagrin. Mais elle n'était pas encore prête à le lui dire. L'annoncer à voix haute, c'était comme briser un silence et rendre la chose encore plus réelle. Doucement, elle posa sa tête sur les genoux de sa meilleure amie, et Madelyn, instinctivement, commença à lui caresser les cheveux, pour continuer à l'apaiser. Nara se sentit légèrement mieux. Elle ne pensait plus à rien. Jusqu'à ce que la jeune Rosebury demande : « Narabelle ... Il faut que tu m'expliques maintenant. C'est Albus, n'est-ce pas ? Je sais ... C'est lui. Il n'y a que lui pour que tu pleures ainsi. Parle-moi, Narabelle, dis-moi tout. Il ne faut pas que tu gardes ça pour toi. » Comment savait-elle ? Comment savait-elle qu'Albus était la cause de ses malheurs ? Était-il possible qu'elle en ait eu vent ? Elle savait que le jeune Gryffondor et elle s'étaient rapprochés ces derniers temps, et Nara n'y avait rien vu de mal. Elle avait confiance en Maddie, et en lui aussi. Enfin, du moins, jusqu'à aujourd'hui. Maintenant, elle n'était plus sûre de rien. Toutes ses convictions s'étaient envolées et elle ne comprenait plus rien. Elle ignorait comment aborder le sujet, elle ne savait pas par où commencer. Maddison la sortit de sa torpeur lorsqu'elle ouvrit les rideaux de son lit et s'installa près d'elles. Nara se redressa et s'assit pour lui laisser plus de place. La chaleur de la main de Maddison dans la sienne lui redonna un peu de courage. Ciel, quelle était chanceuse d'avoir deux amies comme les deux Maddie...  « Qu’est-ce qui s’est passé mon bébé ? Qu’est-ce qu’il a fait ? » Nara releva les yeux vers elle, et son regard inquiet lui intima de parler. Même si c'était dur. De toute manière, cela ne servait à rien de s'enfermer dans un mutisme. Il fallait parler, parler pour aller mieux.

Alors Nara bégaya : « Il... il.. il... » Non, impossible de prononcer ces mots-là. Elle fondit de nouveau en larmes et cacha sa tête entre ses mains. Cela devait bien être la première fois que ses deux meilleures amies la voyaient pleurer. La jeune espagnole n'avait pas un caractère facile, et c'était bien rare qu'elle laisse ces émotions la dominer. Mais là, elle n'y arrivait plus. Toute la tension accumulée des dernières semaines devait sortir. « Il... » Elle releva la tête et dit d'une voix grave : « Il m'a plaqué. » Le silence qui s'installa entre les trois filles dura quelques instants. Sans doute elles digéraient la nouvelle. Cela devait faire un choc car pour Nara, ils allaient juste trop bien ensemble. Soudainement, Nara rattrapa la bouteille et en but encore une gorgée avant de répéter. « Ouais, il m'a plaqué. » Nara se remémora la scène et elle sentit les larmes salées couler de nouveau sur ses joues. Comment faire de nouveau confiance aux hommes après ça ? Elle ne tombait que sur des hommes qui finissaient par la faire souffrir. Hermès, puis Albus... « J'comprends pas. J'comprends rien. Vraiment rien... » Elle tenta de s'expliquer, mais ses pensées demeuraient trop confuses. C'était difficile de s'exprimer, surtout depuis qu'elle avait bu. Tout s'embrouillait dans sa tête, mais l'alcool avait une vertu aussi, il l'aidait à parler. « L'autre jour il me dit qu'il m'aime, il me dit qu'il pense à l'avenir, à nous, à lui et moi, il me dit de belles choses, il me fait de belles promesses. » Albus lui avait tout offert sur un plateau, et d'un coup, d'un seul, il avait anéanti son monde en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Nara avait toujours du mal à le croire. « Tout est fini. Ouais, c'est fini. » La bouteille était déjà à plus de la moitié, mais Nara continuait à la vider, il n'y avait que ça qui lui faisait de bien, et ses tremblements s'atténuaient un peu. « J'ai juste dit que ce qu'il avait fait été stupide et qu'il a risqué sa vie... qu'il aurait pu mourir... c'est vrai non ? C'est vrai ce que j'ai dit alors pourquoi ? Pourquoi ? » Ces questions demeuraient pour le moment sans réponses. Et elle ignorait si elle en aurait un jour de toute manière. Albus semblait décidé à ne rien lui dire, à la laisser dans le doute, dans le silence. « J'ai dit que j'avais eu peur pour lui. C'est normal non ? J'vois pas ce qu'il y a de mal à ça, et il m'a dit que puisque j'avais peur, c'était fini. » En colère, elle se donna un coup de poing violent dans la cuisse. Si fort qu'elle poussa un cri de douleur. « Merde, qu'est-ce que j'ai fait de mal putain ! Et monsieur se barre comme ça, sans la moindre explication... j'ai trop rien compris... » Elle baissa de nouveau la tête et demanda, presque dans un murmure : « Qu'est-ce que je dois faire les filles... Je suis trop perdue... J'veux qu'il revienne, je l'aime... » Elle commença vaguement à parler en espagnol, signe que ses pensées devenaient trop chaotiques et incohérentes pour qu'elle puisse les exprimer en anglais. Mais elle se reprit, avouant à demi-mots: « Je l'aime... »

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Jeu 12 Sep - 10:10


......madyna ∞ « famille signifie que personne ne doit être abandonné »
Nara allait mal. Et Maddie allait donc mal aussi. Voir sa meilleure amie pleurer dans ses bras, c'était son cœur qui se brisait, c'était une pointe de flèche qui s'enfonçait lentement et la torturait. Surtout qu'elle se sentait responsable. Coupable. Qu'elle s'en voulait. Elle aurait pu la préparer à tout cela, peut-être même l'éviter. Elle s'en voulait d'avoir été proche d'Albus ces derniers-jours, d'en avoir oublié Nara, de n'avoir pas tout fait pour protéger sa meilleure amie. Elle s'en voulait d'avoir insisté pour qu'Albus lui raconte tout. Elle s'en voulait d'être impuissante alors que Nara sanglotait dans ses bras, et quand Maddison arriva dans le dortoir pour prendre place sur le lit, elle hésita une seconde, avant de se lever et de s'écarter un peu. La culpabilité lui enserrait le cœur, et elle ne se sentait pas à sa place entre ses deux meilleures amies, elle qui leur mentait, qui leur cachait quelque chose. Alors elle se contenta d'ouvrir les rideaux d'un geste de baguette magique et de s'appuyer contre la monture du lit, en se mordillant la lèvre, tandis que Maddison prenait la relève auprès d'une Nara toujours sanglotante... qui finit par parler.  « Il... il.. il... Il... Il m'a plaqué. Ouais, il m'a plaqué. » Il lui avait fallu plusieurs minutes pour admettre cela. Plusieurs minutes entrecoupés de sanglots, et d'une gorgée de whisky pur-feu que la jeune espagnol avait ingurgité sans qu'aucune des deux Maddie n'ait pu l'en empêcher. De nouveau, Madelyn se sentit mal, et elle eut soudain envie de vomir. Comme si tout cela était de sa faute. Voir Nara dans cet état... elle qui ne supportait pas de voir ses proches souffrir, c'était une véritable épreuve. « J'comprends pas. J'comprends rien. Vraiment rien... L'autre jour il me dit qu'il m'aime, il me dit qu'il pense à l'avenir, à nous, à lui et moi, il me dit de belles choses, il me fait de belles promesses. » Il allait falloir qu'elle parle à Albus. Vraiment. Quand elle serait calmée, parce qu'à cet instant elle avait juste envie de le frapper jusqu'à ce que ça lui ait remis les idées en place. « Tout est fini. Ouais, c'est fini. » Madelyn ne disait rien. Elle ne savait pas quoi dire face au désespoir de Nara. Et d'un autre côté, tout cette tristesse qu'elle ressentait la faisait se remettre en question, elle. Pourrait-elle un jour ressentir quelque chose comme ça pour un garçon ? Être aussi triste après une rupture ? Après tout, après Stefan, elle s'était sentie sale, dégoutée, humiliée, mais pas triste. Elle n'avait pas vraiment regretté leurs baisers et leurs moments à deux, surtout pas après avoir appris ce qu'il lui avait fait. Le seul garçon qu'elle aimait, c'était Louis. Le seul pour qui elle pourrait pleurer. Mais bon sang, c'était pas comme si Louis, c'était son Albus à elle ?! Il n'y avait rien de comparable ! Louis c'était son tout, mais ce n'était pas son petit-ami, rien que l'idée lui semblait étrange. Alors bon, pourquoi elle ne ressentait pas ces sentiments si forts que semblaient éprouver Nara pour un autre garçon que son meilleur ami ? « J'ai juste dit que ce qu'il avait fait été stupide et qu'il a risqué sa vie... qu'il aurait pu mourir... c'est vrai non ? C'est vrai ce que j'ai dit alors pourquoi ? Pourquoi ? » Ces questions demeuraient pour le moment sans réponses. Et elle ignorait si elle en aurait un jour de toute manière. Albus semblait décidé à ne rien lui dire, à la laisser dans le doute, dans le silence. « J'ai dit que j'avais eu peur pour lui. C'est normal non ? J'vois pas ce qu'il y a de mal à ça, et il m'a dit que puisque j'avais peur, c'était fini. » Et puis elle s'en voulut de nouveau, de penser à elle alors que Nara était si mal. De l'envier, alors que son chagrin se muait peu à peu en désespoir. De ne rien faire, alors que sa meilleure amie, de rage, s'assénait un coup de poing sur la cuisse qui lui arracha un cri de douleur. « Merde, qu'est-ce que j'ai fait de mal putain ! Et monsieur se barre comme ça, sans la moindre explication... j'ai trop rien compris... Qu'est-ce que je dois faire les filles... Je suis trop perdue... J'veux qu'il revienne, je l'aime... » Deux mots, assénés, comme ça, mine de rien, et qui retentirent dans l'esprit de Maddie comme deux coups de fouets. Elle l'aimait. Oui bien évidemment elle le savait qu'elle l'aimait. Elle était même heureuse pour elle. Jusqu'à aujourd'hui. Elle l'aimait, et elle, Madelyn, aurait dû tout faire pour préserver leur amour. « Je l'aime... » Or, elle n'avait rien fait. Rien fait du tout.

De rage, contre elle-même surtout, et pour se donner du courage face à ce qu'elle s'apprêtait à dire, et qui allait sûrement lui attirer les foudres de ces deux filles, qui comptaient plus que tout pour elle, Maddie s'approcha de Nara et lui arracha la bouteille des mains. Puis elle la porta à sa bouche, et but une gorgée, puis deux, puis trois, jusqu'à ce que sa gorge la brûle tant et si bien qu'elle eut l'impression de s'enflammer de l'intérieur. Sa main s’agrippa à la monture du lit, l'empêchant de tomber à terre, puis elle posa la bouteille sur le dit lit, sans se rendre compte que quelques gouttes de whisky se renversaient sur la couverture. « Nara, je suis désolée. C'est de ma faute. Tout est de ma faute. » On ne pouvait pas dire que Maddie était résistante à l'alcool. Alors une demi-bouteille de whisky pur-feu en une seule fois, ça lui avait carrément tourné la tête, et ses idées commençaient déjà à s'embrouiller. « Je... Je savais tout. Depuis pas longtemps hein !  Mais je savais tout... Tu comprends, je ... Je voulais pas te le dire, pas t'inquiéter... Je savais pas comment t'annoncer qu'Albus... Si j'avais su qu'il... Je l'aurais empêché, tu sais, de... » Maddie s'arrêta soudain, cligna des yeux puis resta silencieuse une bonne demi-minute avant de comprendre que ses phrases n'avaient aucun sens. Elle se laissa alors glisser à terre, dos à ses deux amies, appuyée contre le lit, et posa sa tête dans ses genoux. Elle attendit cinq minutes, le temps de reprendre très légèrement ses esprits. Par Merlin, elle avait la tête qui tournait. « Voilà. Une après-midi, j'ai trouvé Albus seul dans un couloir, complètement effondré. Je pouvais pas le laisser comme ça, je savais que tu n'aurais pas aimé qu'il se retrouve seul dans un moment comme ça et je ne savais pas où tu étais... Et puis je me suis dis... Enfin, bref. Je l'ai poussé à se confier, pensant que ça lui ferait du bien. Il m'a tout raconté. Il m'a dit, pour Code Phénix, et ce jour-là, il sortait à peine du bureau de Voldemort. Il était sacrément... secoué. Aaaah... » Maddie posa sa main sur sa gorge, soudain, et toussa violemment alors que le goût âpre du whisky lui revenait en bouche. « Je voulais pas t'inquiéter. Je savais pas comment te le dire. C'était y'a une semaine pas plus... Je pensais pas... Je pensais que... Enfin, j'avais pas imaginé... Qu'il te laisserait. Je crois... Je suis pas sûre, je crois qu'il veut te protéger, même si c'est complètement débile comme méthode. Je sais pas... Je suis désolée de t'avoir caché ça... Nara... Je suis désolée. » Maddie s'était mise sur ses genoux, de manière à se trouver aux pieds de Nara, agenouillée. Sa tête lui tournait affreusement, et elle posa son front sur les draps. Elle n'avait tellement pas l'habitude de boire... « Je suis désolée. Je suis désolée. » répétait-elle en boucle comme si elle n'avait que cela à dire.
Revenir en haut Aller en bas


Belle comme le jour + MODO
avatar


personal informations

► date d'inscription : 20/07/2013
► parchemins : 118


MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Ven 8 Nov - 4:25


dortoir des filles  ◈ madyna
We all need somebody to lean on
Don't cry, go shopping and get over it !  


 



M
addie ne supportait pas de voir les gens qu’elle aimait pleurer. Elle était incapable de les regarder alors qu’ils étaient malheureux tout en restant calme. Une telle colère l’envahissait qu’il fallait qu’elle se défoule, sur la personne responsable, ou –s’il n’y en avait pas– sur le premier élève venu. Nara était sa meilleure amie et la découvrir dans cet état lui donna envie de partir pour s’en prendre à Albus, mais elle savait que l’espagnole avait besoin d’elle. Alors elle resta, presque automatiquement. Elle refoula sa colère du mieux qu’elle le put et passa sa main dans sa chevelure blonde, manquant de s’arracher de nombreuses mèches. Les nerfs. Les nerfs auraient dit son père en secouant la tête. Elle attendit patiemment que Nara décide de parler, se demandant d’où lui venait ce calme soudain. Sûrement du fait qu’elle se sentait obligée de ne pas se montrer trop brusque, ne sachant pas comment se comporter face à la jolie brune qui pleurait devant elle pour la première fois. Elle préférait se montrer prudente, avancer au rythme de son amie pour qu’elle soit en confiance et qu’elle parle. Ce qu’elle fit quelques instants plus tard. « Il... il.. il... Il... Il m'a plaqué. » Maddie resta bouche bée à l’annonce de cette nouvelle. Elle ne s’y attendait pas, vraiment pas. Elle pensait que leur couple allait durer, que ce n’était qu’un obstacle qu’ils devaient surmonter tous les deux. Jamais elle n’aurait pensé qu’ils mettraient fin à leur relation et surtout pas que ce soit lui qui y ait mis fin. Maddison aurait voulu se montrer indignée, l’insulter, tirer Nara par le bras pour qu’elles aillent le remettre à sa place, pourtant elle resta assise et se contenta de poser un regard triste sur son amie. Elle l’observa boire une énième gorgée de whisky pur-feu, impuissante. De toute façon, à quoi cela servirait de la lui enlever maintenant ? « Ouais, il m'a plaqué. » Maddie froissa grossièrement entre ses doigts un papier qui trainait en l’entendant répéter cette phrase. Elle essaya ensuite de croiser le regard de Madelyn, mais elle semblait pensive. Non, ce n’était pas le moment de l’être, Mad était sans aucun doute les plus douée des deux pour consoler. Maddison était trop franche, trop tête en l’air, trop blessante. Elle savait hurler, contredire les gens, les remettre à leur place, mais elle était assez mal placée pour donner des conseils. Elle pouvait quelquefois emprunter des recommandations de sa sœur qui s’appliquaient à plusieurs cas sans avoir pour autant les siennes. Elle se sentait inutile et lamentable, elle était une mauvaise amie pour Nara. Elle aurait dû empêcher Albus de lui faire du mal. L’espagnole était aveuglée par son amour, pas Maddie et elle aurait dû profiter de sa lucidité pour la protéger. A la place, elle s’était laissée avoir, son romantisme avait pris le dessus. « J'comprends pas. J'comprends rien. Vraiment rien... » Eh bien, elle n’était pas la seule. Il n’y avait aucune raison qui expliquait le geste d’Albus qui venait à l’esprit de Maddison.  « L'autre jour il me dit qu'il m'aime, il me dit qu'il pense à l'avenir, à nous, à lui et moi, il me dit de belles choses, il me fait de belles promesses… Tout est fini. Ouais, c'est fini.  » Pourquoi Maddie n’était-elle pas heureuse ? A la base, elle était contre cette relation et était persuadée qu’elle se terminerait rapidement. Malheureusement Nara s’était attachée à lui et la blonde ne s’était pas opposée comme une idiote. Elle lui avait même donné des conseils pour plaire à sa meilleure amie ! Elle avait de quoi s’en vouloir. En plus, la bouteille d’alcool se vidait à mesure que la brune parlait. Elle détestait la voir comme ça, elle aurait voulu la serrer contre elle et ne plus la lâcher. Depuis que son amie avait commencé à parler elle ne s'était pas exprimée, n'avait pas bougé et s’était contentée d’attendre une réaction de Madelyn. Il fallait qu’elle se reprenne, qu’elle montre son soutien sans failles. « J'ai juste dit que ce qu'il avait fait été stupide et qu'il a risqué sa vie... qu'il aurait pu mourir... c'est vrai non ? C'est vrai ce que j'ai dit alors pourquoi ? Pourquoi ? » Heureusement que la jeune fille n’attendait pas de réponses à ses questions parce que Maddie aurait été incapable de les lui donner. Elle se contenta de se gratter le coude, gênée. « J'ai dit que j'avais eu peur pour lui. C'est normal non ? J'vois pas ce qu'il y a de mal à ça, et il m'a dit que puisque j'avais peur, c'était fini. Merde, qu'est-ce que j'ai fait de mal putain ! Et monsieur se barre comme ça, sans la moindre explication... j'ai trop rien compris... » Maddie sursauta en entendant le cri de douleur que Nara avait poussé après s’être donnée un coup de poing dans la cuisse. Voyant que Mad ne faisait rien, Maddison prit avec douceur la main de l’espagnole et la desserra lentement. Ensuite, elle aplatit les doigts de sa meilleure amie et les reposa, en espérant que peut-être ça la calmerait. « Qu'est-ce que je dois faire les filles... Je suis trop perdue... J'veux qu'il revienne, je l'aime... » C’était ce que Maddison redoutait. Bon, elle savait que Nara était amoureuse d’Albus, sinon elle ne pleurerait pas comme ça. Néanmoins le fait qu’elle le dise rendait la chose beaucoup plus triste et réelle. « Je l'aime... » Et qu’elle le répète était encore pire. Maddison était sur le pont de prendre sa meilleure amie dans les bras lorsque Madelyn s’approcha de Nara et… lui prit la bouteille des mains. QUOI ? Non, non Maddison ne voulait pas être la plus mature, non elle en était incapable. Sa respiration s’accéléra un peu, priant pour que Mad se contente de la poser... Eh bien, non elle approcha le goulot de sa bouche et but. Maddie poussa un long soupir et leva les yeux au ciel. Était-elle la seule à ne pas avoir passé une si mauvaise journée ? Elle regarda donc sa deuxième meilleure amie boire puis s’accrocher à la monture du lit pour ne pas tomber. Maddison se leva pour l’aider mais en voyant que Mad posait la bouteille sur le lit elle en profita pour la prendre. Elle se rassit en serrant l’alcool entre ses doigts. « Nara, je suis désolée. C'est de ma faute. Tout est de ma faute. Je... Je savais tout. Depuis pas longtemps hein !  Mais je savais tout... Tu comprends, je ... Je voulais pas te le dire, pas t'inquiéter... Je savais pas comment t'annoncer qu'Albus... Si j'avais su qu'il... Je l'aurais empêché, tu sais, de...» Ces phrases n’avaient pas beaucoup de sens. Mais Maddison comprenait. Maddison s’en doutait. Aujourd’hui Madelyn s’était montrée étrange et secrète alors qu’elle était sa meilleure amie. Il y avait donc un problème, non ? Mad s’assit par terre et s’appuya sur le lit. Elle resta silencieuse un moment avant de continuer. « Voilà. Une après-midi, j'ai trouvé Albus seul dans un couloir, complètement effondré. Je pouvais pas le laisser comme ça, je savais que tu n'aurais pas aimé qu'il se retrouve seul dans un moment comme ça et je ne savais pas où tu étais... Et puis je me suis dis... Enfin, bref. Je l'ai poussé à se confier, pensant que ça lui ferait du bien. Il m'a tout raconté. Il m'a dit, pour Code Phénix, et ce jour-là, il sortait à peine du bureau de Voldemort. Il était sacrément... secoué. Aaaah... » Madelyn toussa bruyamment. Maddison lui tapota doucement le dos comme sa mère le faisait quand ça lui arrivait à elle. Elle aurait dû lui en vouloir de ne pas lui en avoir parlé, de le lui avoir caché. Mais elle n’y arrivait pas, elle voyait que son amie était mal et ne voulait pas en rajouter. « Je voulais pas t'inquiéter. Je savais pas comment te le dire. C'était y'a une semaine pas plus... Je pensais pas... Je pensais que... Enfin, j'avais pas imaginé... Qu'il te laisserait. Je crois... Je suis pas sûre, je crois qu'il veut te protéger, même si c'est complètement débile comme méthode. Je sais pas... Je suis désolée de t'avoir caché ça... Nara... Je suis désolée. » Maddison détourna les yeux, se contentant d’écouter, Mad s’adressait à Nara alors elle n’avait pas à s’exprimer, pas tout de suite en tous cas. Maddie se mit ensuite à genoux aux pieds de l’espagnole et posa son front sur les draps. Était-il nécessaire de lui dire que boire avait été une mauvaise idée ? Maddie aurait adoré le faire et faire remarquer qu’elle était la plus adulte des trois, mais en tant que plus adulte elle se tut encore une fois. « Je suis désolée. Je suis désolée. »

Maddison soupira et commença à caresser les cheveux de Madelyn de façon régulière. « C’est pas grave Maddie. C’est vrai que t’aurais dû nous le dire mais au fond t’as rien fait de mal. C’est lui qui t’as confié tout ça et si tu l’avais répété tu aurais brisé sa confiance, hein ? Et on sait que t’es pas comme ça… C’est sa faute à lui. Il aurait dû te laisser en dehors de tout ça et en parler à Nara. » Elle gardait fermement la bouteille dans sa main gauche. Si ses amies en prenaient encore elles seraient incapables d’écouter sa sagesse du moment. Celle-ci était bien simple: tout était de la faute d’Albus. Si ça ne tenait qu’à elle, même la pluie qui abimait la coiffure qu’elle avait mis des heures à faire serait à cause de lui. Il venait de rendre ses deux meilleures amies tristes. Les DEUX en même temps. Il était vraiment en mauvaise posture. Cependant, ce n’était pas le bon moment pour penser à la façon de lui faire du mal, de le blesser comme il venait de blesser Nara. Maintenant il fallait qu’elle console les deux jeunes filles. Elle n’aimait pas ce rôle, mais elle devait arrêter d’être égoïste. Madelyn l’avait toujours calmée et empêchée de s’emporter et Nara était la première à la défendre même lorsqu’elle avait tort. C’était à elle de leur montrer qu’elle méritait leur amitié. « Nara, tu es trop bien pour lui, il ne te mérite pas mon bébé. T’es trop belle et trop intelligente, tu peux trouver mille fois mieux. Oui tu peux trouver quelqu’un de plus beau, de plus grand, de plus intelligent.» Elle savait que serait sûrement dur de convaincre son amie, mais elle allait persévérer. Elle posa un regard pesant sur la belle brune « Ecoute, tu vas pleurer, tu vas être triste, sentir qu’il te manque quelque chose, que tu n’es pas… entière. Mais après tu vas commencer à trouver d’autres garçons mignons, à être moins triste en pensant à Albus et tu vas tout simplement tourner la page. Et Madelyn… » Elle prit la main de la concernée après avoir posé la bouteille d’alcool à côté de son pied « … et moi on est là pour t’aider à le faire le tôt possible. » Elle serra ensuite la main de Nara dans la sienne. Elles étaient liées et Maddie aimait ces démonstrations d’amitié indestructible, elle se sentait toujours plus forte. « Mais Maddie, si on te confie encore quelque chose d’aussi important, tu nous le diras, hein ? » En posant cette question, elle pensa immédiatement à Hermès. Mad était-elle aussi au courant pour lui ? Elle ne savait pas si c’était le moment adéquat pour le demander, mais elle était incapable d’attendre. Elle voulait savoir. Même si elle sa future réaction lui était inconnue, elle était trop imprévisible et impulsive pour se préparer à l’avance. « Et pour Hermès tu… tu savais ? » La voilà qui redevenait la pire amie que l’on pouvait avoir. Incapable de penser aux vrais problèmes, comme ceux de Nara ou de ménager les gens qu’elle aimait, comme Madelyn. Elle ramenait la conversation à elle. Nara allait mal, vraiment très mal. Il fallait qu’elle oublie ses besoins pour le moment et qu’elle revienne sur l’essentiel. « Bon, Narou tu veux que j’aille te ramener des Chocogrenouilles ? Ou tu préfères autre chose ? Attends t’as des mouchoirs ? » Quand quelqu’un va mal, il faut être aux petits soins avec lui, non ? Même si ce quelqu’un en question voudrait qu’on se comporte de la même façon avec lui qu’avec les autres. Nara n’allait quand même pas se plaindre qu’on s’occupe d’elle vu qu’elle était incapable de bouger et Madelyn n’était mieux. Elle se leva, attendant une quelconque instruction. Elle essaya ensuite de faire un peu d’humour, mieux valait rire que pleurer, pas vrai ? « Bon, va falloir que je vous remaquille toutes les deux, je veux pas être vue à côté de vous dans cet état. Vous comptez pas sortir de la chambre maintenant, hein ? » Elle leur sourit pour montrer qu’elle plaisantait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   Sam 16 Nov - 11:53

We all need somebody to lean on.
Madelyn ∞ Maddison


Les larmes coulaient trop et semblaient ne jamais tarir. La gorge de Nara était complètement brûlée, elle avait un coup âpre dans la bouche, et ses joues rosies montraient à ses deux meilleures amies à quel point elle avait bu. Beaucoup bu. S'ajoutant de cela la peine, la fatigue, le désespoir. Elle était bien jolie, la belle espagnole. Elle était même bien pitoyable. Si quelqu'un la voyait dans cet état-là... Naranja pensa tout naturellement à sa mère, à qui elle avait toujours voulu ressembler, et à son père, qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui : une jeune femme forte, loyale et indépendante. Mais aujourd'hui, pour la première fois depuis longtemps, la petite Poufsouffle pleurait. Et sans retenue. Était-ce le résultat de l'accumulation de tous les maux qui la rongeaient et qui souhaitaient remonter à la surface ? Peut-être ? Ou peut-être pas. Mais de toute manière, c'était désormais trop tard : les filles l'avaient vu. De mémoire, c'était la première fois qu'elles la voyaient sangloter et se lamentait sur son sort. Parce que Nara ne pleurait pas. Jamais. Elle avait appris à contrôler ses émotions, parce que sinon, on s'en servait contre elle. Comme Anjelica qui, lors de leur enfance et même durant ses premières années à Poudlard avait pris un malin plaisir à utiliser ses faiblesses pour lui faire encore plus de mal. Alors Nara s'évertuait souvent à ne rien laisser paraître lorsque cela n'allait pas. Et puis, il y avait toujours Dante dans le dortoir pour se moquer d'elle aussi... Mais là, elles étaient seules toutes les trois et heureusement. Nara n'aurait pu parler avec personne d'autres. Pour les histoires d'amour, c'était toujours un peu difficile de discuter avec Ken... Même si elle l'adorait, elle préférait largement en parler entre filles, se loger dans la chaleur de leur bras et se faire réconforter. Après s'être confiée à elles, Nara reporta la bouteille à ses lèvres, histoire de s'embrouiller encore plus l'esprit. De toute manière, elle avait envie d'oublier. C'était tout ce qu'elle pouvait faire pour le moment. Elle allait de nouveau boire à même le goulot lorsque Madelyn lui arracha son breuvage et le porta elle-même à ses lèvres. Incrédule et stupéfaite, Nara la regarda vider une bonne partie de l'alcool qu'elle avait volé. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Ne comprenant pas, elle demanda : « Mais, qu'est-ce qui te prend ? Ça va pas Maddie ? » On aurait dit qu'elle cherchait à se donner du courage. Nara craignait le pire. Ce n'était pas vraiment le genre de la blonde d'agir de la sorte. Elle continua de boire durant de longues secondes pendant lesquelles Naranja était trop ahurie et choquée pour réagir. Elle attendit alors. Apparemment, elle n'était pas la seule à en avoir gros sur le cœur et à avoir besoin de parler, de soulager sa conscience aussi peut-être. Maddie posa la bouteille sur le lit, en renversant même plus le lit. Nara l'attrapa et en but encore, histoire de ne pas gâcher la fin de la bouteille, vous comprenez... « Nara, je suis désolée. C'est de ma faute. Tout est de ma faute. » De sa faute ? C'était quoi le délire ? Elle avait vraiment trop bu, elle disait n'importe quoi. Comment tout cela pouvait-il être de sa faute ? « Mais, qu'est-ce que tu racontes ! C'est n'importe quoi ! »Elle n'avait vraiment rien à voir dans cette histoire. Rien. Absolument rien. « Je... Je savais tout. Depuis pas longtemps hein !  Mais je savais tout... Tu comprends, je ... Je voulais pas te le dire, pas t'inquiéter... Je savais pas comment t'annoncer qu'Albus... Si j'avais su qu'il... Je l'aurais empêché, tu sais, de... » Le silence tomba aussitôt sur le dortoir, et Nara sentit sa mâchoire se décrocher alors que le sentiment de trahison envahissait Naranja aussi vite qu'une traînée de poudre. Non, c'était impossible. Elle n'avait pas pu ! Elle n'avait pas fait ça ! Les larmes de Nara reprirent rapidement alors que depuis tout à l'heure, elles s'étaient un peu calmées. Mais entendre ça lui faisait mal. Même si elle ne comprenait pas tout. Mais tout ce qu'elle savait, c'est que Maddie avait été au courant, et qu'elle ne lui avait rien dit. C'était injuste. N'étaient-elles pas meilleures amies ? N'étaient-elles pas sensées tout se dire ? Tout se confier sans réserve ? Naranja avait envie de crier contre elle, lui dire qu'elle la détestait, mais elle n'y arriva pas. Elle ne pouvait pas. Rapidement, elle porta la bouteille à sa bouche. Des larmes vicieuses coulèrent silencieusement sur ses joues tandis que le liquide infâme s'infiltrait encore un peu plus dans son esprit.

Madelyn descendit du lit, et se laissa tomber par terre. Il valait mieux qu'elle ne la regarde pas dans les yeux. Parce que Naranja aurait été capable de la tuer par le regard. Même si au final, elle savait que si Maddie ne lui avait rien dit, c'est qu'elle devait avoir ses raisons. Alors elle l'écouta raconter comment Albus s'était confié à elle un jour. Selon ses dires, il allait mal et lui avait tout raconter. Pour le code phénix, et le reste. Le cœur brisé, l'espagnole en fut encore plus touchée. C'était elle sa petite-amie. Pas Madelyn. Pourquoi ne lui avait-il pas tout dit à elle ? Pourquoi Madelyn ? Pourquoi elle et pas une autre ? Cela confirmait ce que Nara pensait depuis longtemps : Albus n'avait pas confiance en elle. La preuve, il se confiait à sa meilleure-amie. Continuant de sangloter silencieusement au fur et à mesure que Madelyn avouait tout, elle se demandait qui d'autres avaient bien pu être au courant. Si Maddison l'avait également su, Naranja les tuait toutes les deux, c'était décidé. « Je voulais pas t'inquiéter. Je savais pas comment te le dire. C'était y'a une semaine pas plus... Je pensais pas... Je pensais que... Enfin, j'avais pas imaginé... Qu'il te laisserait. Je crois... Je suis pas sûre, je crois qu'il veut te protéger, même si c'est complètement débile comme méthode. Je sais pas... Je suis désolée de t'avoir caché ça... Nara... Je suis désolée. » La protéger ? La protéger de quoi au final ? C'était ridicule et complètement stupide. Nara s'en fichait de tout cela, tout ce qu'elle voulait, c'était être heureuse. Qu'importe les conséquences, qu'importe le reste. Maddie se retourna brusquement et se rapprocha de l'espagnole. « Je suis désolée. Je suis désolée. ». Elle n'arrêtait pas de donner des excuses encore et encore. Mais Naranja ne disait rien. Il lui fallait le temps d'assimiler toutes ses informations. Et puis, elle était trop en colère contre elle, même si elle n'arrivait pas à l'exprimer. Maddison soupira. La pauvre. Coincée entre les deux filles, elle devait s'accrocher pour les consoler toutes les deux... color=rosybrown]« C’est pas grave Maddie. C’est vrai que t’aurais dû nous le dire mais au fond t’as rien fait de mal. C’est lui qui t’as confié tout ça et si tu l’avais répété tu aurais brisé sa confiance, hein ? Et on sait que t’es pas comme ça… C’est sa faute à lui. Il aurait dû te laisser en dehors de tout ça et en parler à Nara. »[/color] Sauf que Nara n'était pas d'accord. C'était grave. Mais elle se prit doucement la tête entre les mains et garda le silence. De toute manière, que pouvait-elle bien rajouter de plus ?  « Nara, tu es trop bien pour lui, il ne te mérite pas mon bébé. T’es trop belle et trop intelligente, tu peux trouver mille fois mieux. Oui tu peux trouver quelqu’un de plus beau, de plus grand, de plus intelligent.» Nara sanglota davantage. Maddison avait toujours agi très bizarrement envers Albus. Un jour elle l'aimait bien, un jour pas... Naranja n'avait jamais bien compris la relation qui les unissait tous les deux. « Mais Maddie, j'veux pas quelqu'un d'autre, je le veux lui... » murmura-t-elle plus pour elle-même que pour les deux autres. N'écoutant plus son amie, Nara se perdit dans ses souvenirs, se rappelant à quel point elle avait apprécié les derniers moments passés avec Albus : ceux où il n'était pas encore distant et qu'il ne la rejetait pas encore. Le temps où elle allait bien et qu'elle était heureuse. Relevant la tête vers les deux Maddie, cherchant un peu plus de réconfort, elle entendit Maddison dire : « Et Madelyn et moi on est là pour t’aider à le faire le tôt possible. » Elle lui attrapa la main et Nara la serra si fort que la pauvre avait sans doute les doigts broyés. Mais peu importait, ca pour le moment, elle en avait besoin. Désespérément besoin. « Mais Maddie, si on te confie encore quelque chose d’aussi important, tu nous le diras, hein ? Et pour Hermès tu… tu savais ? » Nara n'écouta pas la réponse, parce qu'elle n'était pas vraiment intéressée. Elle savait bien que Maddison en craquait pour le blond depuis quelques semaines, mais elle n'avait jamais osé lui dire qu'Hermès était amoureux de Lucy... Alors, elle comprit. Elle comprit comment Madelyn avait pu garder le secret d'Albus pour elle. Comme elle gardait celui d'Hermès pour elle. Alors, elle répondit simplement : « Je t'en veux pas Maddie, je t'en veux pas... Mais Maddison a raison, refais jamais ça s'il-te-plaît... » Passant la main dans ses cheveux emmêlés, Nara ne savait pas quoi dire d'autres. Elle se sentait un peu apaisée. Un peu. « Bon, Narou tu veux que j’aille te ramener des Chocogrenouilles ? Ou tu préfères autre chose ? Attends t’as des mouchoirs ? » Riant légèrement, Nara pensa que Maddison resterait toujours elle-même en toutes circonstances. Toujours prévenante et aux petits soins. Comment ferait-elle sans elle ? « Bon, va falloir que je vous remaquille toutes les deux, je veux pas être vue à côté de vous dans cet état. Vous comptez pas sortir de la chambre maintenant, hein ? » Le sourire de Maddison en disait long. Cette fille était une perle. Véritablement. Jamais Nara aurait pu imaginer tomber sur quelqu'un d'aussi géniale qu'elle à Poudlard. Enfin, il y avait aussi l'autre blonde à côté d'elle. Celle qui était légèrement émêchée, tout comme elle. Nara demanda : « Oh oui, Maddie, je t'en prie... regarde dans ma valise, j'en ai pleins... Pleins de chocogrenouilles et de petits biscuits... » Maddie s'exécuta et revient ensuite s'asseoir sur le lit. Lui tendant un mouchoir, Nara s'essuya les yeux et sécha ses larmes. Croquant rapidement dans les friandises, Nara sentit une douce chaleur envahir son être. Le chocolat. Le remède à pas mal de douleur. « J'sais pas ce que je ferais sans vous... » Se glissant dans ses draps, et fermant les yeux, Nara se laissa aller. Elle avait tout ce qu'il lui fallait. Des amis en or, un lit, du chocolat. Mais il lui manquerait toujours quelque chose. Albus. « Merci d'être là les filles... » C'était qu'une simple phrase. Mais elle le pensait tellement fort. Les paupières closes et lourdes, Nara bailla. Elle était tellement fatiguée. Toutes ses révélations l'avaient épuisée.

terminé

Code by Silver Lungs

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: ⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

⊹ We all need somebody to lean on. ⊹ MADYNA (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « COULOIRS » :: SALLES COMMUNES :: dortoir des filles-