Partagez | 
 

 there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


THE LEADER ☨ celui qui a vaincu la mort
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/12/2012
► parchemins : 24


MessageSujet: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Lun 11 Fév - 9:26


vous n'auriez pas dû vous moquer de moi


Ils étaient tous là, élèves comme membres du personnel, réunis dans la Grande Salle. Voldemort se tenait assis sur sa chaise, ses yeux se posant sur la masse d’élèves qui attendaient patiemment qu’il prenne la parole. Son doigt glissait lentement sur la peau de son serpent, endormi et enroulé autour de la lourde chaise en or qui lui servait de siège. Un sourire s’étendit sur ses lèvres glacés tandis qu’il percevait la crainte et la peur dans les yeux de ces élèves, qu’il sentait leur angoisse s’emparer peu à peu de l’air, et que la tension se faisait de plus en plus forte. Il adorait sentir leurs regards se lever sur lui et y voir la crainte qu’il pouvait leur inspirer. Il se nourrissait de cette peur et il comptait bien remettre de l’ordre dans cette école. Sa fureur et sa frustration quant aux dernières nouvelles le rendait encore plus assoiffé de sang et de vengeance que d’habitude, et il sentait qu’aujourd’hui, il allait rappeler aux élèves de ce château pourquoi on craignait son nom. Son regard se posa furtivement sur les adultes qui se tenaient debout devant la table des professeurs. Ses Mangemorts les plus fidèles, l’élite de l’élite, ceux à qui il avait confié la tâche d’enquêter sur le traître qui osait salir ses rangs. Son sourire redoubla d’intensité tandis qu’il se levait, lentement, prenant son temps pour ne pas briser l’atmosphère angoissante de la salle. Des dizaines d’yeux se levèrent vers lui et lorsqu’il fut sûr que tout le monde le regardait, il prit enfin la parole, brisant le silence pesant qui régnait entre ces quatre murs. « Vous savez tous pourquoi vous êtes ici. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un traître se cache dans nos rangs, et quand je mettrai la main sur lui, il regrettera de s’être moqué de moi de la sorte » Faisant une pause, il lança un regard perçant à tous les membres du personnel qui baissèrent les yeux, sans exception. Aucun ne pouvait se permettre de défier Lord Voldemort du regard, même le plus téméraire d’entre eux. Satisfait, le Lord reprit son discours. « Et vous, mes chers élèves, vous allez m’aider dans cette tâche. Vous allez tous être, un par un, interrogé par des membres du Ministère qui se feront une joie de vous faire dévoiler tous vos secrets. » Levant la main, il montra les quelques Mangemorts debout et tous les regards se tournèrent vers eux avant de revenir se poser sur le Lord. « Mais avant que mes fidèles partisans ne s’occupent de vous, je tiens à m’assurer de plusieurs choses » Un sourire machiavélique se dessina sur ses lèvres lorsqu’il sentit la surprise s’emparer de toutes les personnes présentes dans cette salle. Il avait prévu quelque chose, une petite surprise dont seul lui avait la connaissance, et qui allait en surprendre plus d’un. Posant son regard sur chaque membre du personnel, tour à tour, il sortit lentement sa baguette de sa robe de sorcier et commença à la faire glisser entre ses doigts, jouant de lenteur pour augmenter leur angoisse. « Vous allez devoir me prouver votre loyauté. Chacun d’entre vous va devoir me convaincre qu’il ne m’a pas trahit. » Il adorait jouer avec ses pions, ce petit jeu malsain et sadique le rendait plus heureux que n’importe quoi d’autre. Son idée lui donnait plus de satisfaction que n’importe laquelle des bonnes nouvelles que ses partisans pouvaient lui rapporter. « Je veux que, chacun d’entre vous, vous torturiez un élève, que j’aurais choisi, ici et maintenant. Et je ne veux pas voir une seule once d’hésitation dans vos yeux, sinon c’est moi qui vous tuerait » Ce fut le plus beau moment de sa vie. Le visage décomposé des adultes, la peur qui se lisait clairement sur les traits de chaque élève, les tremblement qui les secouaient, tout cela était parfait. Son plan était parfait. Cette situation était parfaite. « Si vous n’êtes pas un traître, et si vous méritez d’appartenir à mes partisans, cela ne sera qu’un jeu d’enfant pour vous. » Un Mangemort se doit d’obéir, et se doit de torturer ou de tuer sur simple demande. C’était ainsi, c’était la règle du jeu, et Voldemort se faisait un malin plaisir de le rappeler à chaque personne qui se trouvait ici, dans cette pièce. « Sortez vos baguettes. » La voix glacée du Lord s’éleva dans les airs, aussi tranchante qu’une épée, aussi implacable que puisse l’être un ordre de sa part. Nagini se réveilla à ces mots, et son corps ondula lentement avant de tomber sur le sol et de glisser sous la table. Levant sa baguette, le Lord ferma les yeux et fit bouger son bras de gauche à droite. Un faisceau blanc s'échappa du morceau de bois et un léger cri retentit. Un sourire apparut sur les lèvres du maître, laissant apparaître ses dents, et il rouvrit les yeux. Une élève venait d'être désignée par le sort, et son corps était à présent au milieu de la salle, dans le passage. Baissant le bras, il jeta un regard aux membres du personnel. « Que le spectacle commence mes amis » L’heure du massacre a commencé. Les élèves allaient comprendre qu’il ne faut pas déjouer l’autorité de Lord Voldemort. Les adultes allaient comprendre quel était leur rôle. Tous allaient comprendre qu’on ne se joue pas de Lord Voldemort sans en subir les conséquences. Que le jeu commence.

∆∆∆

Vous l'aurez donc compris, l'heure n'est pas à la rigolade. Tous les membres du personnel, plus Méryt qui doit aussi prouver une loyauté, ou du moins prouver qu'elle n'est pas complice du traître, doivent torturer un élève choisit par Voldemort en personne. Et je vous rappelle que si vous ne faites pas ce que le grand manitou dit, il vous bute (oui oui *sort*). Donc, voici les duos tortionnaire/torturé établis :

☞ Camelote/Noah
☞ April/Elio
☞ Eros/Pálina
☞ William/Roxanne
☞ Méryt/Violette


Jeremiah et Clint interviennent aussi, mais sans avoir de victime attitré, tout va dépendre du déroulement du rp. Vos posts devront être assez courts pour ne pas bloquer le rp, pas plus de 1000 mots - grand grand maximum. Il n'y a aucun ordre de passage, tout dépend de qui se sent d'attaque pour commencer, et la simple règle à respecter est la torture de votre élève. Et pour finir, Voldemort le grand manitou interviendra quand bon lui semble, histoire de pimenter cette histoire.

__________
I shall kill every last man, woman and child who tries to conceal you from me
« Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois... et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal, mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore... et l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun ne peut vivre tant que l'autre survit... celui qui détient le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Lun 11 Fév - 12:22


paint the walls with red


Eros se tenait droit, contre le mur, le visage fermé. Il n'osait même plus regarder le Seigneur des Ténèbres qui serpentait avec son sourire sinistre et son regard perçant. Il y avait eu du remue ménage. Et pour ainsi dire, l'ambiance dans le château avait radicalement changer. Poudlard, qui n'était déjà plus ce qu'elle était, était devenue sombre à l'entente d'un traitre chez les Mangemorts, les fidèles de Voldemort. Alors voilà, Sturridge tentait de se rendre invisible. Déjà qu'il n'était pas fort en quelconques convictions, se rallier à cet homme et porter sa marque sur son bras était héréditaire, vengeur, et reflétait bien son état d'esprit mais il craignait vraiment qu'on puisse en douter. Il n'était qu'un joueur de Quidditch sans preuve formelle qu'il ne balançait pas toute ses informations à l'Ordre du Phénix. En fait, Léon pouvait trouver toute sortes de raisons pour lesquelles on pouvait douter de lui. De base, il n'était pas une personne de confiance, et cela en disait long. Il écoutait son maître parler d'une oreille, épiant la foule d'élèves terrifiés. Tandis que certains des employés du Ministère souriaient vicieusement, Eros pouvait presque palper la tension dans la Grande Salle. Il n'aimait pas du tout ça. Et alors que les élèves apprenaient qu'ils allaient subir un interrogatoire pas des plus plaisants, le surveillant se détendit un peu, voyant la fin de cet oratoire proche. C'est alors qu'il les pointa de sa main frêle et squelettique, eux les Mangemorts, employés à Poudlard, alignés contre le mur. « Mais avant que mes fidèles partisans ne s’occupent de vous, je tiens à m’assurer de plusieurs choses. Vous allez devoir me prouver votre loyauté. Chacun d’entre vous va devoir me convaincre qu’il ne m’a pas trahit. » En quelques secondes, l'ambiance était devenu presque insupportable. Il ne pouvait se jouer de personne dans cette situation, et la perte de contrôle le troublait considérablement. Le surveillant sentait l'envie de transplaner devenir très forte. Mais là, c'était sa mort assurée. Il se contenu, tentant même un sourire pour jouer le jeu. « Je veux que, chacun d’entre vous, vous torturiez un élève, que j’aurais choisi, ici et maintenant. Et je ne veux pas voir une seule once d’hésitation dans vos yeux, sinon c’est moi qui vous tuerait » Même s'il gardait un visage fermé, et un regard plein d'assurance, il n'avait jamais été aussi chamboulé. Pourtant il gardait la tête froide, restait un brin positif face à tout ça. Une main trouva la sienne, et Camelia entremêla ses doigts aux siens dans leur dos ; personne ne voyait leur moment de faiblesse. Avec un certain recul, le jeune homme se dit que le hasard pouvait bien jouer, il ne connaissait pas énormément d'élèves personnellement, et il n'en aimait pas le tiers, ça facilitait les choses. Alors qu'un bourdonnement avait envahit sa tête, il imita les gestes des autres Mangemorts lorsqu'ils sortirent leur baguettes. Il avait un mauvais pressentiment, qui faisait battre son coeur si fort dans sa poitrine qu'il se demandait si les élèves à l'autre bout de la salle ne l'entendait pas. Alors qu'il se persuadait que le sort tomberait sur un élève de première ou seconde année insignifiant, une lumière blanche éclaira une partie de la salle et un cri strident éclata le silence qui avait suivit les paroles de Lord Voldemort. Et c'est en voyant le corps de Pálina échouée au milieu de la Grande Salle qu'Eros entendit une voix en lui dire que le hasard ne fait jamais bien les choses. Surtout manipulé par Voldemort.
Un goût métallique avait envahit la bouche d'Eros. Il mit quelques secondes à desserrer la pression de ses dents sur sa lèvre inférieure. La septième année était consciente, sur le sol, plus sonnée que blessée. Le Seigneur des Ténèbres se tourna vers lui et les autres employés du château, faisant voleter sa longue robe grisée de poussière. « Eros, mon cher. Si tu voudrais nous faire le plaisir d’inaugurer cette séance. Ce sera, juste une formalité, du moins, je l'espère. » Un filet de sueur froide donna l'impression au surveillant que la température avait descendu de dix degré. Il fit tourner sa baguette dans sa main avant se s'avancer. À un rythme lent, qu'il faisait passer pour respectueux devant Voldemort. Sturridge n'eut que quelques secondes pour croiser son regard avec celui de celle étendu à ses pieds. Il ne savait pas comment exprimer plus de regret qu'il n'en ai jamais eu. Il n'avait pas le droit ni à l'erreur, ou à la moindre hésitation. Alors en hochant la tête, il donna un signe à la jeune rousse, pour qu'elle se prépare, qu'elle anticipe lorsqu'il prononça haut et fort. « Crucio! » En plus de balancer le sort sur celle avec qui il avait déjà tant partagé, il fallait jouer avec son corps qui se convulsait de manière violente sous les ac coups de la baguette. Et pour sa propre survie, Eros ne pouvait qu'en exagérer les mouvements, esquissant une grimace que peut être certain prendrait pour un sourire ça, et là. Sa baguette tressaillit entre ses doigts fébrilement lorsque les cris de Pálina résonnèrent contre les murs. S'il n'était pas certain d'en ressortir mort ou poursuivit à vie, le Mangemort se serait précipité sur la Gryffondor pour transplaner et prendre soin d'elle. Mais il avait bien sentit la paire d'yeux des plus fidèles serviteurs de Voldemort sur lui dès qu'il avait fait son premier pas en avant. Alors il continua d'entortiller sa baguette dans les airs, toujours agressivement pointée vers la jeune femme qui agonisait à ses pieds.
Après de longues minutes, juste assez pour qu'elle n'ait aucun séquelles graves, la voix tonitruante du Directeur mit fin à son supplice. Et bien malgré lui, Eros reparti se mettre en rang, impassible, auprès de ses collègues de travail. À l'intérieur, il bouillait d'envie d'emmener Pálina à l'infirmerie, et foutre une droite au blond qui l'attrapait par le coude pour la remettre sur pied.

Spoiler:
 


Dernière édition par Eros L. Sturridge le Mar 12 Fév - 10:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mar 12 Fév - 9:18




Etrangement, la Grande Salle était remplie d’élèves mais incroyablement silencieuse. La cause de ce silence se tenait immobile sur sa chaise, regardant chaque élève présent avec ses yeux perçants qui vous donne des frissons dans le dos et qui vous oblige à baisser le regard instantanément. Pálina ne faisait pas exception à cette règle, et elle baissa les yeux à partir du moment où elle pénétra dans la salle et qu’elle alla s’installa à la table des rouge et or comme ses camarades de maison. Tout le monde savait de quoi aller parler le Lord, l’annonce qui avait été placardée sur le mur principal du hall ayant fait pas mal de remous au sein des élèves. Mais personne n’aimait passer ne serait-ce qu’une minute en présence de Voldemort et de son esprit tordu. La rouquine patienta comme tout le monde, une boule se formant dans sa gorge tandis que le silence se faisait de plus en plus pesant. Le Lord était doué pour faire durer le suspense et vous immiscer cette peur tétanisante au sein de votre corps. « Vous savez tous pourquoi vous êtes ici. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un traître se cache dans nos rangs, et quand je mettrai la main sur lui, il regrettera de s’être moqué de moi de la sorte »Les yeux rivés sur ses mains pâles, la rousse écouta silencieusement le Lord prononcer son discours. Les mots de Voldemort semblaient imprégner son cerveau comme s’il les prononçait dans sa tête et non pas dans la Grande Salle. Cette simple idée que cet homme soit capable de telles prouesses suffit à faire frissonner de nouveau la jeune fille. Certes elle n’était pas froussarde, mais certains hommes inspirent le respect et la crainte, et malheureusement son directeur faisait partit de cette catégorie de personnes. « Et vous, mes chers élèves, vous allez m’aider dans cette tâche. Vous allez tous être, un par un, interrogé par des membres du Ministère qui se feront une joie de vous faire dévoiler tous vos secrets. »Relevant timidement la tête, la jeune fille posa son regard sur un petit groupe de Mangemorts qui se tenaient à l’écart et qu’elle n’avait jamais vu de sa vie. Ils avaient tous l’air très sérieux et regardaient droit devant eux, leurs yeux se posant sur les élèves, leurs futures victimes. La perspective de se retrouver face à l’une de ces personnes, dans une salle close, subissant moult souffrances n’enchantait guère la demoiselle, mais de toute manière elle ne connaissait rien, elle n’avait aucune information. Alors ils auraient beau la torturer, fouiner dans son cerveau, il était impossible qu’ils trouvent quoi que ce soit. Elle ne prenait même pas part à cette guerre de clans qui sévissait au sein de l’école, alors de là à connaître des informations sur un quelconque traître, il ne fallait pas déconner. « Vous allez devoir me prouver votre loyauté. Chacun d’entre vous va devoir me convaincre qu’il ne m’a pas trahit. Je veux que, chacun d’entre vous, vous torturiez un élève, que j’aurais choisi, ici et maintenant. Et je ne veux pas voir une seule once d’hésitation dans vos yeux, sinon c’est moi qui vous tuerait » La rouquine releva instantanément la tête, comme de nombreux élèves dans la salle. Voldemort n’avait décidemment pas l’esprit sain, mais là ça dépassait tout entendement. La rousse tenta d’avaler sa salive mais sa gorge était trop sèche et elle se contenta donc d’attendre le reste du discours de Voldemort, priant Merlin pour que rien ne lui arrive. La rouge et or entendit un hoquet de surprise derrière elle et elle osa tourner légèrement la tête pour apercevoir la tête de Matt, qui regardait le Lord d’un air effrayé et effaré. Elle avait beau détester son ami imaginaire de la haine la plus profonde, aujourd’hui elle était contente de trouver un quelconque soutien dans les yeux de cet être fictif. « Sortez vos baguettes. » La voix du Lord résonna dans la pièce et Pálina détacha son regard de Matt.

Cependant, elle eut à peine le temps de tourner la tête pour voir Voldemort lever sa baguette qu’elle sentit une espèce de force la pousser au beau milieu de la pièce, comme si on venait de l’accrocher à un énorme harnais avant de la tirer violemment. Quittant le banc et atterrissant sur le sol glacé de la pièce, elle sentit des dizaines de regards se poser sur elle. Elle avait envie de vomir, une boule se formant dans sa gorge, son cœur battant beaucoup trop vite. Relevant la tête et portant une main à son crâne qui lui faisait mal à cause du choc, elle entendit la voix du Lord s’élever de nouveau dans la salle, et ce qu’elle entendit la pétrifia totalement. « Eros, mon cher. Si tu voudrais nous faire le plaisir d’inaugurer cette séance. Ce sera, juste une formalité, du moins, je l'espère. » Un « Non » silencieux se dessina sur ses lèvres. Tout sauf ça. Mais c’était trop tard. Il n’avait pas le choix, elle le savait, mais elle n’arrivait pas à croire que ce soit lui qui allait la torturer aux yeux de tous. C’était tellement affreux. Levant les yeux vers le pion qui approchait d’elle tel un robot, elle tenta vainement de reculer. Elle croisa le regard d’Eros et perçut son léger signe de tête, comme en signe de prévention, et elle était sûre qu'il avait pût lire la peur dans ses yeux. « Crucio! » Deux secondes plus tard, le sortilège la frappait en pleine poitrine. Sa tête était sur le point d’exploser, elle avait l’impression que tout son corps était en feu et des cris ne tardèrent pas à sortir de sa bouche pour résonner dans la grande salle. C’était un véritable supplice, une horreur dont elle ne parvenait pas à se défaire, même en essayant de lutter. C’était comme si on brûlait ses tripes et qu’on s’amusait à compresser son crâne. De longues minutes douloureuses s’en suivirent, puis plus rien. Le corps de la rousse retomba sur le sol, tremblant. Lorsqu’elle parvint enfin à ouvrir les yeux, elle sentit une main sur son épaule et sentit qu’on l’aidait à se relever. Les yeux de la rouquine cherchèrent Eros qui retournait à sa place, comme si tout cela n’était pas arrivé. Baissant le regard car elle sentait des larmes lui monter aux yeux en voyant avec quelle froideur apparente le pion arrivait à se comporter, elle sentit que ses jambes ne pouvaient plus la soutenir et retomba sur le sol, s’accrochant à l’élève qui la secourait. « J’arrive pas à me lever » prononça-t-elle, restant au beau milieu de la pièce. Mais un éclair lumineux lui fit tourner la tête. Voldemort était déjà passé à une autre victime, et celle-ci gisait au beau milieu de la pièce, à quelques centimètres de la rousse. La lionne serra la main de son ami, enfonçant ses ongles dans sa chair, tandis que son regard croisait celui de son successeur. Tout cela était trop macabre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mar 12 Fév - 10:16


toute cause demande des sacrifices


Camélia était droite comme un piquet, les lèvres pincées et le regard dans le vide. Elle essayait d'être parfaitement figée et croyez-bien que ce n'était pas facile. Ce n'était pas la nature de Camélia Jacqueline Clarke d'être statique. Non d'habitude c'était une vraie pile électrique et un rien la faisait sourire mais aujourd'hui était un jour grave. C'était mauvais, très mauvais et tout le monde pouvait le dire. Oh oui et pourquoi ? Parce qu'alignée avec ses collègues, Camelote regardait Eros Sturridge, l'un de ses plus proches amis en train de torturer une élève injustement. La torturait-il pour le plaisir ? En aucune façon. Il s'agissait de Palina MacLeod et Camélia était au courant qu'Eros et elle couchaient ensemble et elle était pratiquement sûre que le pion avait des sentiments pour l'élève ! C'était le Seigneur des Ténèbres qui l'avait exigé parce qu’apparemment il y avait un traître parmi eux. Camelote ne le montrait pas mais elle était terrorisée ! Jusqu'à présent jouer l'espionne à Poudlard avait été facile, elle avait une belle vie. Elle pouvait flâner au beau milieu des fleurs, elle réprimandait un élève de temps en temps et surtout elle pouvait voir Oli tous les jours. Le fait qu'elle se soit fait des amis était un bonus non négligeable. Pourtant elle était sûr de ne pas avoir cramé sa couverture ! Elle n'avait rien fait qui méritait qu'on sache qu'elle était une espionne, certes elle avait fait des choses afin d’œuvrer pour la cause mais tout genre dans la discrétion et en s'assurant que personne ne la surprenne. Cela ne pouvait pas s'arrêter maintenant ! Camelote avait terriblement envie de regarder Oli, qu'il la rassure juste en le regardant mais elle savait qu'elle ne le pouvait pas ! Déjà parce que ça serait une faiblesse et qu'en le regardant elle n'aurait pas la force d'endurer la pression. Elle était sûre que si elle le regardait, elle le verrait s'inquiéter pour elle et elle ne résisterait jamais à ses yeux. Ça serait les mettre en danger tous les deux alors qu'en plus Oli n'avait rien. Il avait seulement été un ami serviable et disponible.

A part les cris de Palina, il n'y avait plus aucun bruit dans la Grande Salle. Tout le monde était médusé devant cet acte ignoble mais on ne pouvait pas blâmer Eros. Non Camélia n'était pas en colère en le regardant parce qu'elle savait qu'il n'avait pas le choix. Le pire dans tout ça c'était que Camelote savait que ça serait bientôt son cas, juste après lui de toute évidence puisqu'elle était juste à côté dans la ligne. Elle aurait aimé qu'on l'oublie, que Voldemort passe après elle comme ça parce qu'il aurait une lubie où elle ne savait quoi mais il fallait qu'elle arrête de rêver : elle allait devoir torturer elle aussi un élève. Lequel parmi eux cela serait ? Peu importe lequel, Camélia ne prendrait pas de plaisir. Ce n'était pas marrant de torturer quelqu'un, non ! Ça ne rentrait pas dans ses hobbies. Au moment où elle s'y attendait le moins, le Lord s'adressa à elle : « Camélia, à ton tour. Si tu t'occupais de... » Une fille fit alors un mouvement qui attira le regard du Lord qui souriant fit signe à Camélia que ça serait sa cible. Camélia se retourna alors vers sa victime désignée, il s'agissait de Noah, une élève d quatrième année à Poufsouffle. Camélia garda alors son calme et avança, enfin elle fit deux pas. Elle n'osa pas vraiment regarder la jeune fille dans les yeux. Elle allait être son bourreau, elle ne voulait pas affronter son regard, ce n'était pas nécessaire. Camélia leva sa main droite dans laquelle se trouvait sa baguette et murmura une formule. Immédiatement après, la jeune fille était allongée sur le sol, les mains derrière le dos ne pouvant se libérer. C'était le moment, Camélia le savait, elle devait à présent formuler le sortilège impardonnable et elle ne devait pas hésiter, elle devait se montrer... Insensible. « Crucio. » L'élève se tordit alors de douleur. Camélia ne savait même pas si elle criait car elle n'entendait plus rien. C'était comme si elle était soude à présent. Elle fixait cette élève qui se tordait de douleur devant elle et surtout à cause d'elle.

Cela dura des minutes ce qui parut être des heures à Camélia. Elle ne sait pas exactement ce qui a fait qu'elle s'arrête sûrement la voix de Voldemort qu'elle ne pouvait ignorer, son instinct de survie sûrement qu'il lui rappelait la présence du danger. Elle abaissa sa baguette, retourna à sa place n'écoutant de nouveau rien à ce qui se passait autour d'elle. Elle ne regarda pas non plus Noah, ce n'était pas une bonne chose à faire de toute manière. Qu'aurait-elle pu dire ? Désolé ? Il ne fallait même pas y compter, dans cette école elle représentait l'autorité tyrannique. Aux yeux de tous, elle était une mangemort assoiffée de sang ou en tout cas qui prenait plaisir à montrer sa suprématie. Alors aussi étonnant que cela puisse être, Camelote se mit à rire, pas d'une façon joyeuse, non mais d'une manière machiavélique. Aux yeux de tous donc elle apparaîtrait comme fière d'elle et prête à recommencer bien qu'au fond d'elle, elle espérait qu'elle n'aurait plus jamais à revivre cela.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mar 12 Fév - 10:47


Effodiunt


S’il y avait bien une personne qui était encore plus mal de se trouver en ce moment même dans la grande salle, c’était bien April. Depuis que l’information sur un potentiel traitre dans les rangs du Lord avait filtré, la jeune femme n’avait jamais été aussi stressée de sa vie, aussi parano également. Elle savait que sa couverture ne tenait plus qu’à un fil et que si un jour elle était démasquée, elle ne tomberait pas seule. La tension de la grande salle autrefois presque joyeuse était palpable, nocif, aussi épaisse que du goudron. Il résultait de la peur et de l’angoisse de chaque pore de peaux présentes dans cette pièce. April pouvait sentir la tension de ses propres muscles et elle se retint de simplement quitter la pièce pour échapper à tout ça, mais si elle le faisait, elle se livrait d’elle-même et plutôt crever, elle n’avait pas travaillé aussi dur pour ça. Essayant de calmer les battements frénétiques de son cœur et de paraître la plus sereine possible dans de telles conditions, la brune tourna la tête pour jeter un coup d’œil à ses collègues qui semblaient aussi mal en point qu’elle. Ce qui était ironique vu qu’elle était la seule dans cette pièce avec Camélia à savoir qu’aucun d’entre eux ne pouvait être le traite. Les paroles de Voldemort lui glacèrent le sang littéralement et la jeune femme ne put retenir un frisson d’horreur en prenant conscience de ce qu’il allait demander à chacun des membres du personnel. Pauvre taré, il ne pouvait pas simplement les faire interroger comme c’était prévu de base ? Non il voulait une fois de plus se donner en spectacle et chaque personne ici n’était qu’un jouet entre ses mains de psychopathe. Croisant furtivement le regard de Clint appuyé dans un coin, April détourna le regard en priant secrètement pour que Voldemort ne pousse pas le vice au point de faire les interrogatoires par affinités de même pour maintenant. Si Alterman devait se retrouver à torturer Sarah elle ne savait pas comment elle allait réagir, elle ne se reconnaissait plus ces derniers temps alors une simple épreuve comme celle-ci lui laissait un goût amer dans la bouche. En cherchant du regard la pouffssoufle, April assista impuissante à la nomination d’une autre élève qu’elle connaissait bien, Pálina. Déglutissant difficilemment, elle regarda sans broncher Eros qui descendit les marches pour pointer sa baguette sur la gamine terrorisée. Très vite les hurlements de la jeune fille se répercutèrent sur les murs en pierres froide et April du se retenir à grands efforts de ne pas se boucher les oreilles tellement ces cris étaient insupportables.

Ils allaient tous y passer c’est certain. Soupirant doucement, la brune perçut un mouvement à sa droite et tourna la tête vers Oli a qui elle adressa un sourire pour tenter de le rassurer alors que Voldemort félicitait Eros comme un brave toutou, avant qu’un nouveau hoquet de surprise se fasse entendre parmi les élèves. Deuxième victime, deuxième démonstration. Cette fois ci ce fut Camélia qui fut appelé à prouver sa loyauté. April tourna la tête pour voir son amie jouer son rôle de mangemort sanguinaire à la perfection, ne sillant pas un seul instant. Son rire quelque peu hors propos l’a déstabilisa quand même mais elle ne se permit aucun commentaire, attendant fatalement son tour quand un troisième élève fut tiré par le sort au milieu de la pièce, un garçon cette fois ci. « Nous avons un troisième candidat. Voyons…Miss Alterman très chère, et si vous nous montriez vos talents pour les sortilèges de torture ? » Merde. La concernée releva la tête au dernier moment pour apercevoir la silhouette du garçon allongé par terre, complètement hébété et apeuré. Elle ne le connaissait pas. April dû se retenir de lâcher un soupire de soulagement alors qu’elle avança à son tour au milieu de la grande salle jusqu’au jeune garçon qui semblait être un pouffssoufle. Ne réfléchissant pas une seule seconde, la belle pointa sa baguette sur lui. « Effodiunt » un jet de lumière blanche frappa le garçon en pleine poitrine avant qu’il ne se mette à convulser, des bruits de craquements envahir alors la pièce tandis que chacun de ses os se brisait un à un plusieurs fois lui arrachant des hurlements de souffrance et le plaçant parfois dans des positions inquiétantes. Le processus aurait pu durer des heures mais April mit fin au sortilège après seulement quelques minutes, il était juste question de prouver sa loyauté et non de tuer ce gamin. Croisant à peine son regard, la belle regarda un bref instant la rouquine à côté avant de retourner dans le rang avec les professeurs, satisfaite d’avoir passé cette étape sans trop de difficulté compte tenu de ce que cela aurait pu être, fourrant ses mains dans les poches arrière de son jean pour cacher son léger tremblement en sentant le regard de Voldemort sur elle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mer 13 Fév - 4:18




« Vous savez tous pourquoi vous êtes ici. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un traître se cache dans nos rangs, et quand je mettrai la main sur lui, il regrettera de s’être moqué de moi de la sorte. Et vous, mes chers élèves, vous allez m’aider dans cette tâche. Vous allez tous être, un par un, interrogé par des membres du Ministère qui se feront une joie de vous faire dévoiler tous vos secrets. Mais avant que mes fidèles partisans ne s’occupent de vous, je tiens à m’assurer de plusieurs choses. Vous allez devoir me prouver votre loyauté. Chacun d’entre vous va devoir me convaincre qu’il ne m’a pas trahit. »

La vie, c'est dur. Au fur et à mesure des années, William avait fini par se résigner à l'accepter. Mais il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle aurait pu être mieux - comme pire. Et en ce moment même, il se disait qu'elle n'aurait jamais, ô grand jamais, pu lui offrir de pire cauchemar que ce qu'il était en train de vivre - était-ce vivre? - aujourd'hui, en cette minute cruciale. Oui. Cruciale. C'était le mot. Alors que le Seigneur des Ténèbres, le mage Noir le plus craint au monde, l'homme qui n'en était pas un, cet immortel serpent cruel et machiavélique, observait de ses yeux perçants l'assemblée réunie devant lui, William se demandait ce qu'il - ce qu'ils - avait fait pour mériter cela. Et son cœur se serra en pensant qu'il n'y avait aucune raison.
Il n'écoutait pas, du moins pas attentivement, car il était trop occupé à retenir ses larmes. Ses sanglots incontrôlables qui lui montaient à la gorge en sachant que l'enfer qui les attendait serait bien pire que ce qu'ils imaginaient. Voilà pourquoi, d'ailleurs, il n'imaginait pas. Il ne voulait pas imaginer. Il ne voulait tout simplement pas y être, à cette seconde où il devrait montrer sa loyauté à celui qui était la cause, si on réfléchissait bien, de son malheur. Mais bon, pour déduire ça, il fallait quand même l'aide d'une prof de français qui voit des liens partout, hein.
Toujours est-il que le moment fatidique arriva. Il prononça sa sentence. « Je veux que, chacun d’entre vous, vous torturiez un élève, que j’aurais choisi, ici et maintenant. Et je ne veux pas voir une seule once d’hésitation dans vos yeux, sinon c’est moi qui vous tuerait. » William avait les yeux rivés sur ses chaussures. Il était juste à côté d'April, qui semblait faite de pierre. Personne ne bougeait, d'ailleurs, alors que tous les coeurs s'étaient arrêtés de battre une seconde lorsqu'ils avaient appris ce qui les attendait - une seconde de silence pour leur douleur. William ferma les yeux, se concentrant. Il ne devait pas penser à ce qu'il pensait. Surtout pas. Surtout pas Lucy Weasley. Surtout pas Pete Levingston. Surtout pas Isis Cayrel. Surtout pas Roxanne Weasley. Surtout pas Sarah Mandleton. Surtout pas... « Sortez vos baguettes. » Il fouilla dans sa poche, paniqua légèrement, changea de poche, en ressortit le bout de bois, qu'il tourna entre ses doigts moites. « Que le spectacle commence mes amis. » Un petit cri retentit, et la jeune fille à la masse de cheveux roux qui répondait au nom magnifique de Pàlina McLeod se retrouva sur le sol froid, à attendre son supplice. Le Mage Noir désigna Eros, qui, vu l'attitude, connaissait Pàlina. Mais William n'était pas au courant de leur relation. Les cris de douleur de la jeune fille résonnèrent dans la salle, tandis que le monde retenait son souffle. William eut du mal à déglutir, ne pouvant qu'observer Camélia succéder à Eros et jouer son rôle de mangemorte sans pitié à la perfection. Le rire sadique qui s'échappa d'entre ses lèvres appartenait à une autre personne, assurément. Puis fut le tour de April, qui montra, suivant les bons désirs du Lord, à quel point sa carrière en magie noire était importante, en utilisant un sortilège jusque là inconnu de William.
Quand ce fut son tour, il prit une grande bouffée d'air, et fit quelques pas, s'avançant afin de voir qui il allait devoir torturer. Son coeur rata un battement. Il déglutit péniblement, son regard devint vide, inexpressif, dur. Il arrêta de respirer. Il n'entendit même pas sa voix rauque prononcer la formule du sortilège impardonnable. En un instant, un éclair de lumière rouge sang, elle se tordait de douleur, ses cheveux blonds cachant sa bouche ouverte pour pousser ces cris atroces. William était à l'affut du moindre signe de la part de Voldemort, et arrêta à la seconde où il leva la main, reprenant le souffle qui commençait à lui manquer et tournant les talons après avoir jeté un long regard d'excuse à Roxanne. Il retourna sans mot dire à sa place, ses pensées comme gelées dans une mare de sang coagulé. Il avait l'impression d'avoir vendu son âme au diable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


    Méryt ҩ keep calm and dance like a unicorn
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2012
► parchemins : 376


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mer 13 Fév - 8:06




Pourquoi elle se trouvait là ? Méryt-Ahmès ne se sentait pas à sa place dans cette salle. Elle était entouré de mangemort et de professeurs du lycée. Elle reconnut, tout de même, quelques phénix de pré-au-lard. Elle croisa le regard noir de quelques mangemorts et un frisson parcourut son échine. De plus elle ne comprenait pas la présence des élèves. Qu'est ce que le grand mage noir leur préparait ? Dans la salle régnait un silence de mort. Puis le mage se leva et tout le monde porta les yeux sur lui. Méryt y compris. « Vous savez tous pourquoi vous êtes ici. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un traître se cache dans nos rangs, et quand je mettrai la main sur lui, il regrettera de s’être moqué de moi de la sorte. Et vous, mes chers élèves, vous allez m’aider dans cette tâche. Vous allez tous être, un par un, interrogé par des membres du Ministère qui se feront une joie de vous faire dévoiler tous vos secrets. Mais avant que mes fidèles partisans ne s’occupent de vous, je tiens à m’assurer de plusieurs choses. Vous allez devoir me prouver votre loyauté. Chacun d’entre vous va devoir me convaincre qu’il ne m’a pas trahit. » Méryt-Ahmès leva un sourcil. Prouvez sa fidélité ? Elle ne faisait même parti des mangemorts. Aux yeux de la loi, elle était considérée comme une neutre puisque le phénix n'était pas vraiment reconnu par le Lord. Seuls quelques mangemorts se doutaient qu'elle faisait partit de se groupe. Elle attendit patiemment la suite des instructions, essayant de ne rien laisser paraître ce qui devenait de plus en plus dur au fils des paroles du mage noire. Ce qu'il leur demandait était horrible. La torture. Tellement prévisible, mais tellement redouté. La jeune femme essaya de se convaincre qu'elle avait mal compris, mais vu le regard des élèves, elle n'avait pas eu d'hallucination auditives. Elle déglutit péniblement. Jasmine se tenait droite tandis que le premier mangemort s'avança. C'était Eros. La jeune femme qu'il devait torturer se tenait par-terre. De là où elle était, la phénix remarqua des cheveux roux. Quelques secondes plus tard, les cris de la jeune femme remplirent la pièce. C'était horrible. Méryt-Ahmès ne pouvait supporter ça. Elle n'aimait pas faire du mal, surtout sans raison. Et elle était sur le point de le faire elle aussi, elle ne voyait pas comment elle pouvait s'en sortir autrement. Puis le silence revint et les yeux de Méryt-Ahmès se posèrent une nouvelle fois sur le milieu de la salle. La jeune femme gisait encore à terre, quelqu'un venait l'aider tandis qu'une nouvelle victime prit place. C'est alors que Camélia s'avança. Son amie semblait calme, mais Méryt se doutait qu'à l'intérieur elle était comme elle. Des minutes défilèrent ainsi que les victimes et les bourreaux.

Une énième personne fut envoyer dans le centre de l'arène. C'était une jeune femme aux cheveux noirs. La commerçante pu apercevoir les couleurs de la maison de l'élève : du bleu. Pan, son meilleur ami qui se tenait à ses cotés, se figea. La jeune femme comprit. Elle l'avait redoutée, mais il semblait bien que se soit elle. Violette. L'amie de Pan. Celle dont il n'arrêtait pas de lui parler. C'est alors que Méryt-Ahmès sentit le regard du Lord se poser sur elle. Non, non, ce n'était pas possible. Pas elle. Le mage lui accorda un sourire. Méryt-Ahmès n'eu pas le courage d'avancer. Elle sentit Pan lui toucher le coude, l'encourageant en quelque sorte à avancer car il n'avait pas envie qu'elle subisse les foudres du Lord même si cela voulait dire faire du mal à Violette à son plus grand malheur. Mais Méryt-Ahmès ne bougea pas, ses jambes n'arrivaient plus à la porter. Elle sentit quelqu'un lui donner un coup dans le dos et la pousser sans ménagement. Un mangemort supposa-t-elle. Il lui envoya une parole désagréable, mais elle ne capta pas vraiment ses mots. Jasmine avança donc péniblement au milieu de la salle. Elle sentait tous les regards posés sur elle. Tout le mondait se demandait si elle allait craquer. Tout en avançant, elle lança un léger regard vers Pan. Il ne la regardait pas, ni Violette. Il allait le regard projeter au loin. Il ne voulait surement pas voir sa meilleure amie torturée son amie. Méryt-Ahmès se trouva trop rapidement devant la condamnée à son goût. Elle aurait voulu retarder ce moment encore un petit moment. Elle baissa les yeux vers la jeune femme. Elle ne se concentra pas sur ses traits, c'étaient bien assez dur comme ça, mais elle essaya de lui montrer qu'elle était extrêmement désolée. Elle espérait qu'elle comprendrait. Elle serra les lèvres puis leva le bras. Ce dernier était lourd, elle avait du mal. Pourtant, il n'y avait que sa baguette magique dans sa main. Elle la pointa sur Violette. Elle déglutit, puis prononça : « Crucio. » Méryt-Ahmès n'entendit aucun autre bruit que le sang tambourinant à ses tympans. Elle avait les yeux dans le vide. Elle ne voyait plus rien. Au bout d'une minute, elle posa tout de même les yeux sur Voldemort. Elle attendit qu'il lui dise d'arrêter. Il semblait se délecter de la souffrance que laissait transparaître Violette. Après avoir eu le signe tant attendu, Méryt-Ahmès osa enfin poser les yeux sur Violette, ce qui n'est surement pas la meilleure chose à faire, mais elle ne pu s'en empêcher. Elle marcha à reculons, regagnant sa place.Elle se sentait sale. Voldemort avait fait d'elle une mauvaise personne en l’obligeant à torturer Violette. Une seule et unique larme coula au coin de son oeil. Elle l'écrasa.


Spoiler:
 

__________
▽ « J'étais cette petite fille qui courrait après l'amour et qui n'en attrapait que des bouts.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/10/2012
► parchemins : 3316


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mer 13 Fév - 8:24




Assise comme tous les autres élèves à la table de sa maison, la blonde regardait d’un air calme le bout de ses doigts qui tremblaient légèrement. Comme tous les autres, elle n’osait pas lever les yeux vers le Lord qui prononçait son discours, rappelant à tout le monde le sujet de cette réunion exceptionnelle. Si, en apparence, la blonde était calme, à l’intérieur elle paniquait complètement. C’était une véritable effusion de cris et de larmes qui se jouait dans son cerveau à mesure que la voix du Lord retentissait dans la pièce, s’ancrant dans l’esprit de la vipère comme des marques au fer rouge. Des interrogatoires. Avec des membres du Ministère. Si la blonde n’avait rien à se reprocher, elle savait d’ores et déjà comment tout cela allait se passer : son nom lui collait trop à la peau pour qu’elle puisse espérer s’en sortir indemne. Elle partait déjà avec le lourd handicap de se nommer Wealsey, et rien, pas même le blason qui ornait sa veste, ne pouvait changer ce fait. Les mains de la blonde se crispèrent lorsqu’elle entendit le Lord énoncer à haute voix ce qui allait suivre : ils allaient torturer des élèves, choisis au hasard. Comme ça, pas simple jeu, comme si tout ceci n’était qu’une vaste scène et que les élèves présents sur cette scène n’étaient que des figurants, faciles à remplacer. Serrant ses mains l’une contre l’autre, s’enfonçant ses ongles dans la chair, la jeune fille osa relever les yeux lorsqu’elle entendit un bruit sourd et un cri percer le silence qui était revenu. Ses yeux azur se posèrent instantanément sur la silhouette qui gisait au milieu de la pièce. Une jeune fille rousse, Pálina si la vipère ne se trompait pas, avait été désignée comme première victime de cet spectacle. Sans ciller, la blonde observa Eros avancer sous l’ordre de Voldemort, lancer un sort sur le corps de la rouge et or qui commença à hurler. Se forçant à ne pas détourner les yeux de ce triste spectacle, la jeune fille fut cependant soulagée lorsque la baguette du surveillant retomba le long de son bras et que les cris cessèrent. Une boule s’était formée dans sa gorge, comme si les larmes allaient couler, mais elle se retint de faire quoique ce soit. Elle se devait d’avoir une attitude normale, de prouver à son directeur qu’elle était différente des autres Weasley. Mais c’était bien plus dur à supporter que les pleurs d’un première année un peu trop maltraité. Là, c’était de la torture, des hurlements qui sortaient des tripes, des cris qui vous glacent le sang. Puis, ce fut au tour d’une Poufsouffle de se faire désigner. La garde-chasse s’avança et opéra de la même manière. Les hurlements reprirent, et c’était toujours aussi difficile à entendre. Cette fois-ci, la verte et argent ne pût garder les yeux rivés sur le corps tremblant de Noah plus longtemps, et elle les baissa au beau de quelques secondes seulement. Elle ne vit pas Camelote repartir avec les autres membres. Seul le nouveau bruit qui désignait la victime et la voix du Lord lui permettait de savoir comment se déroulaient les évènements.

Risquant un regard, elle aperçut le corps d’Elio gire au beau milieu de la salle, et April s’avancer vers lui. Cette dernière fit preuve d’une grande imagination et ce qu’elle fit conforta la vipère dans son idée que cette femme n’était qu’une folle à lier. Elle lui brisait les os. Littéralement. D’horribles craquements se faisaient entendre et Roxanne ne put retenir une grimace d’horreur en pensant à la souffrance que cela devait causer. Puis le silence revint. Il fallait que ça se termine. Pour le moment, aucun serpent n’avait été désigné, mais ce n’était peut-être qu’une coïncidence. Et ce n’était pas peu de le dire. Quelques secondes plus tard la blonde sentit une force l’empoigner et la projeter au beau milieu de la pièce, comme les autres auparavant. Sa tête percuta violement le sol et elle se redressa au prix de lourds efforts. Levant la main à son crâne, elle sentit un liquide chaud sous ses doigts et comprit qu’elle avait dût s’ouvrir le front. Mais ce n’était rien par rapport à ce qui l’attendait. Déjà, Blake avançait, l’air dur. Jamais elle ne l’avait vu comme ça. Ses mots se coincèrent dans sa gorge et elle ferma les yeux au moment où elle entendit le professeur prononcer son sort. Deux secondes plus tard, elle entendait ses propres cris déchirer l’air. Sa tête lui faisait mal, son ventre lui faisait mal, tous ses membres semblaient être en proie à une souffrance déchirante. Hurlant, se débattant contre cette force impossible à arrêter, elle finit par retomber sur le sol lorsque Blake eut finit son manège. La vipère ne rouvrit les yeux que quelques secondes plus tard, les bras tremblants, sa blessure au front saignant légèrement. Se redressant grâce au peu de forces qui lui restaient, elle lança un regard à la rousse qui se tenait encore à ses côtés, incapable de se redresser. Ils étaient presque tous incapables de retourner à leurs places, Elio avec ses os brisés, Pálina n’ayant plus de forces, Noah étant à quelques mètres de là, sonnée. Se retournant vers la table des professeurs, elle vit le sourire de Voldemort s’agrandir tandis que ses yeux se posaient sur chacune des victimes. Elle avait envie de vomir, mais elle se concentra pour ne pas y penser, et, douloureusement, elle parvint à atteindre la table la plus proche. « Retournez à vos places » La voix du Lord glaça le sang de la blonde qui se stoppa dans son mouvement. Elle ne savait pas si elle allait réussir à aller jusqu’à la table des verts et argent dans l’état dans lequel elle se trouvait. Tournant la tête, elle aperçut tous les membres du personnel qui avaient l’air calmes et normaux, puis les Mangemorts du Ministère qui semblaient très peu intéressés par ce qui se passait, comme s’ils regardaient une pièce qu’ils connaissaient par cœur. Dans un dernier tremblement, la blonde parvint à se poser sur le banc de la table, le souffle haletant, la peau pâle, les mains crispées. Derrière elle, les hurlements reprenaient de plus belle, et Roxanne reconnut le visage de Violette lorsqu’elle tourna la tête. Même en détestant cette fille, elle ne pouvait pas lui souhaiter cette souffrance.

Spoiler:
 

__________


    I don't wanna break these chains. your cruel device, your blood like ice. one look could kill, my pain, your thrill. your mouth, so hot your web, I'm caught your skin, so wet black lace on sweat I wanna love you, but I better not touch I wanna hold you, but my senses tell me to stop I wanna kiss you, but I want it too much I wanna taste you, but your lips are venomous poison you're poison runnin' through my vein you're poison, I don't wanna break these chains

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mer 13 Fév - 12:05


Lorsque le Seigneur des Ténèbres parlait, l'air était empli de vibrations stridentes. Un simple regard de sa part suffisait à remplir d'effroi l'intégralité de l'assemblée réunie dans la Grande Salle. Autant qu'Oliver pouvait en juger, le Lord n'avait rien d''un être humain ; son visage pâle, émacié, ses iris rouges, son sourire carnassier : il semblait tout droit sorti d'un affreux cauchemar. Et pourtant ils ne rêvaient pas, ce sorcier existait vraiment.
Oliver résistait à la tentation de lever la tête, il mourrait d'envie d'observer plus attentivement celui dont sa grand-mère lui avait toujours dit qu'il sauverait ce monde en pleine dégénérescence ; et pourtant tout son corps redoutait l'issu de ce rassemblement. La plupart des élèves du château ne savaient pas ce qui les attendait, ils n'avaient jamais enduré le sortilège Doloris, n'avaient jamais reçu des coups de fouets, n'avaient jamais été retenus dans un cachot humide et froid pendant plusieurs jours. Certains levaient ouvertement la tête vers l'assemblée de Mangemorts, quelle bande d'idiots, songeait Oliver. Il s'agissait de faire profil bas ; le Directeur avait pourtant ouvertement annoncé le but de cette réunion, il désirait repérer un traitre parmi ses rangs, rien qui ne concerna directement les étudiants donc. Non, le jeune Kensington n'avait aucune raison de s'inquiéter, tout se passerait bien pour lui. Des interrogatoires se dérouleraient, pourvu qu'il ne soit interrogé par Taylor, ou Jeremiah, il n'aurait rien à craindre : il n'avait rien à cacher.

Un murmure d'effroi se répandit soudainement dans la salle lorsque le Lord annonça qu'une séance de torture se déroulerait dans l'instant. Oliver réprima un violent haut-le-corps ; les choses ne se passeraient donc pas si facilement. Malgré lui, il releva la tête, à la recherche de sa sœur, dans l'espoir insensé qu'elle ne participerait pas à cette humiliation publique. Il la repéra pourtant facilement, entourée de ses collègues en charge de l'école ; il crut même déceler une once d'impatience, d'excitation, dans son regard, rivé sur le sol. Il la maudit silencieusement.
Un dénommé Eros, que l'aiglon ne connaissait pas, inaugura la démonstration de foi. Lorsque Oliver reconnu sa victime, ses poings se contractèrent vigoureusement, et le peu de couleur que conservait son visage disparu instantanément. La salle s'emplit rapidement des cris inarticulés et désespérés de Pálina, qui gisait à même le sol dur et froid. Il songea un bref instant à se lever, à implorer le Seigneur des Ténèbres pour qu'ils le fassent souffrir lui plutôt qu'elle. Rares étaient ceux à Poudlard pour qui Oliver aurait été prêt à se sacrifier, du moins partiellement, mais la Gryffondor en faisait partie. Personne, aussi loin qu'il puisse s'en souvenir, n'avait fait preuve d'une aussi grande compassion à son égard. Entendre les hurlements incontrôlés d'une personne pleine de bonté, bien qu'il ne l'avouerait jamais, le rendait fou de rage. Cependant la raison prit le pas sur ses émotions, il aurait été ridicule de penser que son intervention changea quoi que ce soit. Oliver se contenta donc de fermer les yeux, il n'avait pas le courage de regarder, priant pour cela cessa le plus rapidement possible.

Les victimes s'enchainèrent pourtant sans relâche, pendant ce qui parut être aux yeux d'Oliver une éternité. Il tremblait de tous ses membres, au bord de la régurgitation. C'était la première fois qu'il assistait à une séance de torture en étant extérieur à tout supplice. Bien sûr, tous les élèves étudiaient la théorie en cours ; comment provoquer la souffrance sans tuer sa victime, comment faire peser sur elle une pression psychologique ayant pour but de lui faire révéler ses moindres secrets. Mais aucun cours, aucun livre, n'aurait pu décrire fidèlement ce qui se passait sous ses yeux. Il n'aurait pu imaginer qu'entendre le craquement sourd des os qui se brisent, encore et encore, puisse être si pénible. Le fait que cet exercice eu pour but l'amusement, plutôt que la réelle recherche d'un quelconque traitre, le dégoutait au plus au point. Il connaissait pertinemment la douleur que provoquait un os qui éclate, la vision cauchemardesque d'un membre anormalement tordu. Le corps pouvait être réparé, la magie le permettait, mais les souvenirs, eux, demeuraient.
Les persécutions dont il avait été victime depuis son entrée au château rejaillirent de sa mémoire, comme si chaque coup infligé aux victimes hasardeuses faisait l'écho de ses propres blessures. Le jeune Serdaigle fut prit de vertiges, et tenta désespérément d'inspirer de longues goulées d'air pour se calmer. Le plus effrayant, songeait-il, était le calme absolu qui régnait dans l'assemblée, hormis les cris déchirants des élèves torturés. Personne ne fit mine de s'interposer ; au contraire, certains, et pas uniquement dans les rangs de Mangemorts, semblaient s'exalter du funeste spectacle. N'existait-il donc aucune différence entre le châtiment d'un traitre et la torture gratuite ?

Lorsque Violette, une élève de Serdaigle, ne poussa plus que de faibles gémissements, Oliver s'autorisa à nouveau un coup d'oeil autour de lui. Tout comme lui, la grande majorité des apprentis sorciers fixaient leurs mains ou la table autour de laquelle ils étaient installés. On entendait de faibles pleurs, ainsi que de longs reniflements. Mais aucune protestation.
C'en était trop ; se retournant rapidement sur son banc, Oliver vomit dans l'allée principale les restes de son dernier repas. Il avait parfaitement conscience de ce qu'avaient enduré ses camarades, et son corps réagit adéquatement, comme par réflexe, ou par habitude. Le contenu de son estomac percuta le sol dans un bruit horriblement familier, et surtout parfaitement audible. Il sentit de nombreux regards se braquer sur sa nuque, et ferma les yeux, inspirant longuement : il savait pertinemment ce qui allait se passer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Jeu 14 Fév - 10:09




Adossé contre l’un des murs de la Grande Salle, Clint observait la scène qui se déroulait sous ses yeux d’un air peu intéressé. Il avait été convié à se joindre à cette petite réunion au même titre que tous les autres membres du Ministère installés désormais à Poudlard, mais il devait bien avouer que tout cela ne le concernait absolument pas. Écoutant la voix du Lord dont il connaissait toutes les intonations et les secrets, il écouta attentivement les mots de son maître. Ce n’est que lorsque le Lord évoqua une petite séance de torture que Clint se redressa imperceptiblement, le regard beaucoup plus sévère. A en juger par la tête de toutes les personnes présentes dans la salle, personne n’avait été mis au courant de cette affaire, pas même les Mangemorts du Ministère. Mais après tout, c’était logique lorsque l’on connaissait un tant soit peu les habitudes du Lord, qui préfère garder ses secrets pour mieux faire exploser ses bombes. Lançant un coup d’œil aux membres du personnel qui avaient tous l’air froids et sévères, il croisa le regard d’April qui ne semblait pas à son aise, même si elle le cachait très bien. Malheureusement, Clint la connaissait mieux que les autres Mangemorts du Ministère et il remarqua que la jeune brune n’avait pas l’air enjouée sans doute parce que une évaluation de la sorte par le Lord en personne n’était pas une mince affaire. Mais April n’était pas la seule dans ce cas : tous les autres membres du personnel et les habitants de Pré-Au-Lard ne semblaient pas à leur aise, certains jouant cependant mieux la comédie que d’autres. Posant son regard sur chacun d’entre eux, Clint tenta d’observer les réactions de chacun pour repérer ceux qui se comportaient de manière étrange, mais sa tentative échoua. Il avait plus besoin d’un verre et d’une clope pour le moment, et n’était pas vraiment apte à jouer les détectives. De toute manière, ce fut plus le léger sourire qu’April envoya à Oli, ce taré de bibliothécaire, qui fit froncer les sourcils de Clint, plutôt que l’idée tordue du Lord – comme si c’était la première. Ne détachant pas son regard des deux adultes, il ne vit pas l’élève qui fut désignée pour être la première victime, et ne détacha son regard que pour observer un pion s’avancer dans l’allée. Malgré leur apparente réticente, les adultes avancèrent un par un lorsque le Lord leur donnait l’ordre d’aller au centre de la pièce. Regardant les élèves défiler devant ses yeux, Clint écouta leurs cris déchirer l’air sans afficher ne serait-ce que l’ombre d’une pitié quelconque. Après tout, ils ne connaissaient pas ces élèves, il n’en avait absolument rien à foutre, et les cris émis par les êtres humains sous la torture commençaient à être une rengaine habituelle aux oreilles du Mangemort. Il regarda donc patiemment, attendant la fin de cette scène pour enfin sortir de cet endroit et aller fumer une clope, parce que sérieusement regarder des gosses chialer et crier ce n’était pas non plus la chose la plus passionnante du monde. Mais il resta là, à regarder, sans ciller, sans émettre un son, comme s’il regardait un film qu’il connaissait déjà par cœur.

Cependant, tandis qu’une énième élève finissait de se faire torturer, un bruit déchira le silence et tout le monde se retourna vers la source de ce-dit bruit. Un élève, un Serdaigle apparemment, était penché au-dessus du banc et venait de vomir sur le sol de la Grande Salle. Dégueulasse sérieusement, faut avoir les nerfs solides dans la vie, attend au moins de rejoindre les toilettes, un peu de respect pour ceux qui nettoient. Clint aperçut du coin de l’œil le Lord se tourner vers le garçon, un sourire sadique collé aux lèvres. « Il semblerait que certains élèves soient trop fragiles pour assister à ce genre de cérémonies » Super cérémonie. Voldemort se tourna vers les membres du Ministère, un sourire glacé collé à ses lèvres pâles. « Que quelqu’un me fasse le plaisir de remettre les idées de ce jeune homme en place » Tous les membres du Ministère se lancèrent un regard. Finalement, vu que personne ne se décidait à faire le premier pas, le Lord leva sa baguette et pointa Clint avec son bout de bois. « O’Toole allez-y » Ah bah bien sûr hein, comme si je m’y attendais pas. Retenant un soupir, Clint sortit sa baguette de sa poche intérieure de veste et avança au milieu de l’allée, rejoignant rapidement la table des bleus et bronze. Attrapant le garçon par le col de sa chemise, il l’obligea à quitter le banc et à se retrouver au beau milieu de la pièce. Posant un regard dégoûté sur la frêle silhouette de l’enfant il recula d’un pas avant de le viser de sa baguette. « Obturatio fluere » Un faisceau de lumière gris frappa le bleu en pleine poitrine et deux secondes plus tard il portait ses mains à son cœur. Le sort lancé par Clint empêchait le sang de circuler convenablement dans le corps, déréglant à la fois la respiration, les battements du cœur, mais aussi tous les réflexes nerveux et vitaux. A trop longue durée, il vous tuait dans une souffrance atroce, mais l’objectif n’était pas de tuer ce gamin, seulement de lui apprendre que vomir au beau milieu de la Grande Salle n’était pas admis. Regardant l’aiglon se débattre contre une force invisible, il finit par baisser sa baguette au son de la voix du lord. Puis il posa un regard sur les autres élèves qui venaient de se faire torturer : tous très mal en point, arrivant à peine à se relever. Mais bon, ils devaient apprendre à leurs dépens que le monde dans lequel ils vivaient fonctionnait de cette manière-là. Lançant un dernier regard à l’élève, il lui lança un « Nettoie-moi ça. Sans magie bien sûr » avant de tourner les talons et de retourner se ranger aux côtés des autres Mangemorts, lançant un rapide regard à April. Puis il reprit sa position initiale, espérant que cette fois-ci, il pourrait enfin se tirer de cette salle et laisser les gamins fragiles entre eux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Ven 15 Fév - 2:54


Lorsque le maléfice prit fin, ce fut comme si Oliver respirait pour la première fois depuis de très longues années. Il n'avait jamais ressentit une chose d'aussi désagréable ; si la douleur avait été intense, c'était la sensation de ne plus rien contrôler qui l'avait étrangement terrifié. Il s'était vu lentement mourir, parfaitement conscient de sa chute dans le néant, et pourtant incapable de protester de quelque manière que ce soit. Le contrôle du Mangemort sur son organisme avait été total, comme si chaque petite parcelle de son être avait été subordonné aux ordres de quelqu'un d'autre, comme si lui même n'existait plus. Un voile noir était venu recouvrir sa vision, une sombre brume s'infiltrant malicieusement dans son esprit.
A genoux, en état de choc, son cerveau refusait toujours de fonctionner correctement. Il se releva pourtant péniblement, priant pour que ses jambes ne le trahissent pas. Si la peur que le tenaillait l'empêchait de lever la tête, et de défier du regard les pitoyables bourreaux qui les menaçaient tous, un relent haineux coulait dans sa bouche. La gorge serrée, il songea que ce sale con d'O'Tool aurait bien du mal à s'en prendre à quelqu'un de son âge. Il n'était cependant pas question de tenter quoi que ce soit ; mais Oliver jura qu'un jour il se vengerait de ce lâche, comme il se vengerait de tous ceux qui lui avaient fait du mal. Le plus pitoyable dans l'attitude des Mangemorts, de ce que pouvait en juger le Serdaigle, c'est qu'ils semblaient tirer fierté de leur ascendant sur des élèves terrifiés : ne comprenaient-ils pas qu'au lieu de prouver leur force, ces actes ne faisaient que démontrer leur faiblesse ?

« Comme vous voudrez, monsieur » lâcha faiblement Oliver, imitant à la perfection la docilité propre aux Elfes de maison. Il n'avait que faire des apparences, qu'il le prennent donc pour un être faible et méprisable s'ils voulaient, un jour viendrait où l'énormité de leur erreur leur serait révélée. Il prit alors le risque de fixer les pieds du Seigneur des Ténèbres, priant de toutes ses forces que la distance entre eux et la compacité des élèves empêcheraient au mage d'user de légilimencie. Usant de toute son expérience en la matière, il s'efforça d'imiter une attitude hésitante, soumise, mais déterminée.
« Monsieur le Directeur, je vous prie d'excuser la pitoyable scène que je vous ai offerte. » Il tourna les talons, incapable de faire face plus longtemps au serpent massif qui reposait sur le sol. Tandis qu'il se dirigeait vers son banc, nauséeux, l'aiglon ne put s'empêcher de soupirer silencieusement. Il s'en tirait bien mieux que les autres ; son corps n'était pas mutilé, et il ne garderait probablement pas de séquelles de cette agression, ce qui était bien plus enviable au sort d'Elio, dont tous les os avaient été broyés.
Il déchira un pan de sa robe noire, et entreprit de nettoyer les vomissures qui lui avaient coûté un si pénible moment. Il mourrait d'envie d'insulter les idiots qui le fixaient intensément, certains stupéfaits, d'autres amusés. Que l'un d'entre eux osât seulement faire une remarque désobligeante, et la rancoeur qui bouillait en lui exploserait, bien qu'il su pertinemment que laisser libre à ses émotions aurait été idiot. Une fois sa tâche achevée, il se réinstalla à sa place, en nage, et mort de fatigue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


THE LEADER ☨ celui qui a vaincu la mort
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/12/2012
► parchemins : 24


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Lun 18 Fév - 5:22




Son regard glacé se posait sur chaque élève désigné par le destin, et un sourire sadique se dessinait sur ses lèvres tandis qu’il voyait les silhouettes de ses Mangemorts avancer vers leurs victimes. Chaque fois que les hurlements stridents résonnaient dans la Grande Salle, son sourire se faisait plus ouvert, plus grand. Oh oui, il adorait voir ces corps se tordre de douleur sous ses yeux, il adorait entendre leurs supplications, et admirer les visages dégoûtés et effarés des autres élèves dans la pièce. Son plan était parfait, plus personne ne pouvait douter qu’il était prêt à tout pour parvenir à ses fins. Enfin ces élèves comprenaient que le Lord n’était pas n’importe qui, et que leurs enfantillages ne pouvaient être tolérés dans cette école. Quant au traître … Il devait se plier à ses ordres, même s’il détestait cela, et c’était une victoire plus que savoureux pour le Maître. Ils y passèrent tous, l’un après l’autre, certains semblant plus résignés que d’autre, les habitants de Pré-Au-Lard se faisant plus hésitants que les autres, mais tous accomplissant leur lourde tâche. Un élève eut quant à lui une réaction exagérée, vomissant ses tripes au beau milieu de la Grande Salle. Lançant un regard à ses Mangemorts du ministère, il en désigna un pour aller sanctionner cet imbécile, et les hurlements reprirent, à la plus grande joie de Voldemort. Enfin, le calme revint dans la Grande Salle, la dernière victime essuyant son crime d’un air pitoyable, s’excusant auprès du directeur qui posa sur lui un regard emplit de dédain et de haine. On ne lui adressait pas la parole, et il n’avait guère que faire des excuses lamentables d’un élève aussi misérable. Posant son regard sur les corps des élèves torturés qui gisaient au milieu de la Grande Salle, la plupart étant incapables de se relever, il avança d’un pas. « J’ai dit, retournez à vos places » Son sourire contrastait avec sa voix sifflante et glaciale, mais tout le monde savait qu’il prenait un malin plaisir à jouer ce jeu malsain. Les élèves étaient incapables de se relever, il le savait très bien, mais il avait envie de jouer avec des corps disloqués et de leur faire prendre conscience de toute cette douleur. Voyant que les élèves ne bougeaient pas, ou plutôt ne pouvaient pas bouger, il leva sa baguette dans un geste lent et théâtral. « J’ai dit » Douce voix, annonciatrice de malheureuses choses. « Relevez-vous » A ces mots, les corps des élèves se levèrent d’un bond, flottant à quelques centimètres du sol. On aurait dit des bougies flottant dans les airs, un magnifique spectacle de corps en sueurs et en pleurs qui flottaient comme des cadavres sans énergie. Jouant avec sa baguette, il fit bouger ces dits corps, les faisant balancer de gauche à droite, de haut en bas, comme un marionnettiste utilise ses marionnettes. Enfin, après quelques minutes de ce petit jeu, il finit par baisser sa baguette et tous les corps retombèrent sur la sol dans un fracas horrible, la chair heurtant la pierre, les os se brisant sur la surface dure et rugueuse du sol. Se tournant cette fois-ci vers ses Mangemorts, les membres du personnel mais aussi les habitants de Pré-Au-Lard, il joua avec sa baguette, plantant son regard sur chacun d’eux avant de prendre la parole. « Ne croyez pas que cela vous exempt de tout soupçon. Certaines de vos performances m’ont … déçu. Je m’attendais à plus d’originalité de votre part, et je n’ai pas vu assez de … de conviction dans vos gestes. » Oh oui, il voulait voir cette haine déformer leurs traits, cette violence s’emparer de leurs yeux, cette envie de faire souffrir l’autre s’allumer dans leurs sourires. Ils voulaient des êtres impitoyables, des larbins voués corps et âme à sa personne, et il n’avait pas été assez contenté des performances de ses Mangemorts, même s’ils avaient écouté les ordres. « Voyons si vous êtes plus doués avec un peu d’aide » Pointant sa baguette vers le groupe de Mangemorts, un filet de lumière ocre fila en direction de l’un des corps. Automatiquement, Voldemort sentit une sorte de fourmillement le long de son bras, contrôlant à présent les moindres faits et gestes de sa victime. « Chers membres du Ministère, vos baguettes je vous prie. » Lorsque ses Mangemorts eurent tous sortis leurs baguettes, il leur fit un signe de la main, leur présentant les quelques membres du personnel et habitants de Pré-Au-Lard qui semblaient ne plus savoir ce qui se déroulait sous leurs yeux. « A votre tour mes chers amis » Un à un, les membres du Ministère pointèrent leurs baguettes sur les membres du personnel, et des filets ocres sortirent des morceaux de bois, allant frapper les adultes en pleine poitrine. Ils étaient maintenant tous soumis à l’imperium. Bientôt, tous avancèrent d’un pas, soumis à l’ordre des Mangemorts du Ministère. Voldemort quant à lui se retourna de nouveau vers les élèves déjà torturés, et, dans un sourire, il enclencha le deuxième tour. « J’espère pour vous qu’il vous reste encore quelques forces » Que le jeu s’emballe.

∆∆∆

Et oui mes amis, vous pensiez que c'était fini, et bah non. Chaque membre du personnel et habitant de Pré-au-Lard est maintenant soumis à la volonté de Voldemort ou d'un membre du Ministère. Donc, c'est eux qui décident de qui vous torturez, comment vous le torturez, et pendant combien de temps (bonne chance à celui qui tombe sur Voldemort haha). Donc, comment se déroule ce deuxième round ? Vous êtes affecté à un Mangemort du Ministère (certains sont des pvs vu qu'on est en manque de Mangemorts psychopathes ahem). Vous allez recevoir un MP qui vous indique ce que ce-dit mangemort vous ordonne de faire et ensuite, à vous de jouer ! Voici les duos de Mangemort :

☞ Camelote/Seth Macnair
☞ April/Jeremiah McGregor
☞ Eros/Clint O'Toole
☞ William/Odette Carrow
☞ Méryt/Voldemort


Pour les élèves, don't worry vous allez aussi jouer, mais vous saurez pas ce qui va vous arriver mouhaha.
Pour ceux qui ont pas encore répondu, pas de soucis, vous pouvez soit prendre le rp en court soit reprendre ce qui s'est passé avant, c'est comme vous voulez

__________
I shall kill every last man, woman and child who tries to conceal you from me
« Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois... et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal, mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore... et l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun ne peut vivre tant que l'autre survit... celui qui détient le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mar 19 Fév - 9:05


Just puppets in your hands


April regarda sans sourciller les élèves défilés et les sorts fusés. Elle ne laissa rien transparaitre après son propre passage. Il faut admettre qu’elle était devenue maitre dans l’art de tromper son monde sinon ils se seraient pas tous là, la seule personne qui semblait lire en elle comme dans un livre ouvert était Clint. Elle pouvait sentir son regard métallique insistant sur elle mais ne tourna pas une seule fois la tête vers le mangemort, trop occupée à regarder les élèves se tortiller de douleur sur le carrelage froid, emplissant la pièce de leurs cris. La jeune femme n’avait jamais été fan des tortures malgré les apparences et malgré le fait qu’elle détienne un large choix de sortilèges plus pervers les uns que les autres. Elle tuait, elle obéissait mais la torture relevait en général d’un plaisir pur de voir l’autre souffrir et à part quelques exceptions elle n’aimait pas ça. Mais en aucun cas elle ne bougea ou ne montra une quelconque objection aux ordres de Voldemort, jamais elle ne se mouillerait pour de vulgaire élève, pire encore elle ressentit une certaine satisfaction à voir des élèves comme Roxanne Weasley se faire remettre à sa place. Sadique vous avez dit ? Non, j’ai juste précisé quelques exceptions à la règle et cette fille en faisait partit à juste titre. Comme tout le monde, Alterman ne fut même pas surprise d’entendre un élève se vider l’estomac dans un bruit infecte, c’était même étonnant que ça ne soit pas arriver avant et comme tout le monde, elle savait que Voldemort ne laisserait pas passer cette marque évidente de faiblesse. Et ça ne coupa pas puisque Clint s’avança à son tour pour punir le dit élève. Une fois de plus, April assista à la scène d’une violence sans nom, un frisson lui parcourut l’échine en réalisant qu’elle avait vite tendance à oublier que Clint restait un mangemort puissant et sans pitié en réalité, son sort d’une rare cruauté lui servant de piqure de rappel. Quand ce fut finit et que Voldemort ordonna aux pauvres élèves blessés de retourner à leurs places, la brune pensa naïvement qu’ils allaient tous pouvoir retourner à leurs vacations. Grossière erreur. « Ne croyez pas que cela vous exempt de tout soupçon. Certaines de vos performances m’ont … déçu. Je m’attendais à plus d’originalité de votre part, et je n’ai pas vu assez de … de conviction dans vos gestes…Voyons si vous êtes plus doués avec un peu d’aide » Le visage d’April se vida de son sang quand elle réalisa sans mal ce qu’il sous entendait par là. Non pas ça, tout mais pas ça. S’il y avait bien un sort que la jeune femme redoutait c’était bien celui-ci. Elle avait apprit à encaisser la douleur mais se faire contrôler de la sorte était juste pire que de la torture. Se crispant comme tout les membres du personnel, Alterman tenta de rester le plus neutre possible quand tout les membres du ministère pointèrent leurs baguettes sur eux, un filet argenté serpenta jusqu’à elle et la jeune femme se retint de partir en courant, esquissant juste un léger mouvement de recul avant que le sort ne l’a pénètre en pleine poitrine. Une chaleur cuisante, étouffante s’insinua alors dans chaque fibre de son corps avant qu’une douleur aigüe ne l’a fasse serrer les dents tandis que chacun de ses nerfs se battaient contre le sort, en vain. Elle avait rarement vécu les effets de l’Impérium et la douleur était acerbe, une douleur différente que le Doloris, elle était plus psychologique. Elle sentait que son corps était lourd, comme paralysé, elle ne pouvait pas bouger tant que l’auteur du sort ne l’avait pas décidé, c’était comme être enfermé dans son propre corps, on peut penser mais ça s’arrête là.

April aurait voulu tourner la tête pour voir qui l’a contrôlait mais au lieu de ça elle sentit une vive douleur dans sa jambe quand son pied avança de lui-même. Essayant à peine de résister, elle se mit à marcher jusqu’au centre de la grande salle sans qu’elle n’a pu contrôler quoique ce soit, son corps bougeant involontairement. Crispée jusqu’à la mâchoire, son corps raide se tourna alors lentement vers les membres du personnel. Putain c’est quoi ce bordel. Du coin de l’œil, Alterman vit alors un des mangemorts du ministère la baguette pointée sur elle, un demi-sourire suffisant sur les lèvres. Elle allait le buter. Elle ne savait pas encore quand ni comment, elle ne connaissait même pas son prénom mais elle le buterait. « Bien ! Miss Alterman ouvre le bal cette fois ci ! McGregor montrez nous donc vos talents de marionnettiste et surprenez moi ! » Alors qu’elle voulu répliquer, aucun son ne put franchir la barrière des lèvres de la brune, au lieu de ça son bras tenant sa baguette se leva tout seul la pointant directement…sur Oli qui ne bougea pas, lui aussi soumit au sort de l’impérium. Déglutissant amèrement sa salive, April fixa le bibliothécaire avec qui elle avait partagé bien plus que de simples politesses, sa baguette tendue, sachant déjà ce qui allait arriver. « Ultio » Joy entendit sa propre voix prononcer le sort alors qu’un filet rose pâle fusa droit sur Oli qui s’écrasa au sol, la tête entre les mains alors que ses hurlements de douleurs résonnèrent dans la salle. Il endura une douleur incommensurable, comme si une multitude d’aiguilles se plantaient avec acharnement dans son cerveau. Du sang se mit à couler de ses oreilles et de son nez alors qu’il continuait de se débattre contre cette douleur invisible. Impuissante, April garda sa baguette pointée sur Oli alors que les cris redoublèrent d’intensité. C’était long, beaucoup trop long et pourtant ça ne semblait pas vouloir se terminer, personne ne l’a faisait arrêter. Essayant de toutes ses forces de baisser son bras, April du accepter le fait qu’elle ne pouvait rien faire contre la volonté du mangemort. Elle sentit alors quelque chose glisser sur sa joue droite alors qu’elle fixait Oli sur le sol, croisant son regard implorant. Elle aurait voulu fermer les yeux, se boucher les oreilles, fuir, mais elle fut condamnée à regarder son propre dessin sur l’un des rares amis qu’elle avait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Jeu 21 Fév - 22:50


toute cause demande des sacrifices


Tout allait beaucoup trop vite. Camélia n'arrivait plus à assimiler toutes les informations qui lui étaient accessibles. Beaucoup de cris résonnaient autour d'elle, des élèves qu'on envoyait encore à l'abattoir, des jouets pour Voldemort qui étaient offertes comme victimes aux membres du personnel. La garde-chasse était encore toute chamboulée par son propre acte, elle avait torturé Noah et le pire c'est qu'elle en avait ri après. Se rendait-elle compte de la cruauté dont elle avait fait preuve ? Oui et non, son appareil psychique la protégeait de toute évidence de ce trop grand traumatisme. Si elle avait vraiment conscience de tout ce qui était en train de se passer et de tout ce qu'elle était en train de faire, elle en serait tellement horrifiée ! Elle éclaterait en sanglots, crierait, essayerait sûrement de s'enfuir ou même se ferait du mal pour évacuer toutes ses ondes négatives. Mais enfin tout ça ne conduirait qu'à sa mort immédiate. Alors oui c'était mieux pour elle que son esprit ait activé ses défenses pour lui éviter tout cela. En tout cas si à l'intérieur c'était le chaos, à l'extérieur personne n'aurait pu le prédire. Camélia était parfaitement immobile, le regard un peu dans le vide certes mais elle semblait très confiante. Elle attendait tout simplement. Oui elle attendait que ce calvaire se finisse, elle ne désirait que quitter la Grande Salle et s'enfermait dans son appartement. Boire de l'alcool très certainement et elle pleurerait aussi, honteuse d'avoir été contrainte de faire du mal à des personnes innocentes.

Quand tout le monde fut passer, chacun tour à tour, leur Directeur reprit la parole mais Camélia n'entendait pas. Elle avait ce bourdonnement dans les oreilles qui l'empêchait d'entendre distinctement ce qu'il disait. Cela n'aidait pas à la soulager, au contraire. Elle regrettait encore un acte horrible à accomplir. Voldemort ne pouvait pas s'arrêter-là, il allait pousser la cruauté jusqu'à son apogée. Il n'était pas assez menaçant pour l'instant, c'était encore de la rigolade. C'est alors au moment où elle s'y attendait le moins qu'elle sentit qu'elle n'était plus maître d'elle-même. S'il y a bien une sensation désagréable, c'est celle-là ! C'était affreusement douloureux mais Camélia ne put crier, tout ce qu'elle put faire c'est une grimace trahissant la vive douleur qui s'emparait de tout son corps. Elle comprit alors qu'elle était soumise au sort de l'Imperium. De toute évidence, c'était un Membre du Ministère qui avait à présent le contrôle de son corps. Bien sûr elle avait envie de savoir qui était son maître mais elle savait que c'était vain. Ils étaient beaucoup trop nombreux et surtout elle ne leur faisait pas face. Elle savait que pour son bien et pour celui de tous, enfin du moins pour une grand généralité elle devait obéir. Cela allait être horrible, c'était à prédire mais elle n'avait pas le choix.

Elle se mit alors en mouvement pour s'approcher d'avantage de la masse d'élèves. C'était quoi ce bordel ? Elle allait encore devoir torturer des élèves ? Le premier round n'avait déjà pas été assez suffisant sur ce point ? Il semblait que non. Son bras se leva alors, celui qui tenait sa baguette et elle dit très calmement. « Suffocans obducto. » Le spectacle qui s'en suivit fut des plus horribles. Un épais nuage de brume s’abattit au dessus du groupe d'élèves qui se tenait devant elle. Camélia put savoir grâce à leur blason que c'était un groupe de Serdaigle. Tous devant elle commençait à avoir du mal à respirer. Très vite certains se recroquevillèrent par terre, tellement ils manquaient d'air. Cette vision était insoutenable pour la garde-chasse. Elle sentait tout son corps tremblait pourtant elle savait bien qu'elle ne le devait pas. Le moindre de ses gestes, le moindre tremblement était sujet à la mettre en danger. Elle sera alors le poing, ferma les yeux cinq secondes puis les rouvrit pour assister à la vue d'un première année très certainement à l'agonie, au bord de la mort. Il fallait que ça s'arrête ? Quel était le but ? Tuer encore et toujours plus de monde ? Camélia aurait voulu crier, supplier au Mangemort d'arrêter mais elle ne pouvait rien faire. Déjà parce qu'elle créerait sa propre mort très certainement mais parce qu'elle était subi au sort de l'Imperium aussi. Soudain la voix du maître s’abattit : « MacNair, c'est bon, c'est assez. Il ne s'agit pas de diviser la population de Poudlard en deux. » Voldemort rit légèrement et Seth MacNair obéit, il fit cesser le sort par l'intermédiaire de Camélia. Malheureusement c'était trop tard, l'élève était mort. Un innocent. Elle avait pris la vie d'un innocent. Elle est immobile, encore soumise au sort de l'Imperium, attendant. Elle n'avait plus la force de lutter de toute manière. Elle n'avait aucune plus volonté.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Ven 22 Fév - 14:58




Retourné à sa place, Clint reprit sa position initiale, pensant que le jeu était enfin terminé et que tout le monde pourrait enfin reprendre le cours de sa vie normale. Mais bien évidemment, comme la plupart des personnes présentes dans la salle, le Mangemort se trompait, et bientôt la voix du Lord résonna de nouveau dans la pièce. Ce qui au fond, n’avait rien d’étonnant, connaissant le caractère plutôt imprévisible du Lord, qui semblait se délectait de ce spectacle. Le sifflement du Lord provoqua un frisson parmi tous les élèves, mais aussi parmi les adultes de l’école. Clint observait la scène qui se déroulait sous ses yeux, Voldemort levant sa baguette vers l’une des jeunes femmes de la salle, prenant le contrôle sur sa personne. Imperium. C’est quand il sentit le regard froid du Lord se poser sur lui et sur ses collègues qu’il comprit que eux aussi allaient prendre part à ce jeu malsain, et il leva sa baguette comme tous les autres, sans même une once d’hésitation. Après tout, il ne connaissait que peu de personnes dans Poudlard, et tant qu’il ne tombait pas sur April, il n’y avait pas de problème. Bientôt, un filet ocre jaillit de la baguette de l’irlandais et alla s’écraser sur la poitrine d’un membre du personnel qu’il ne connaissait pas. Si ses souvenirs étaient exacts, il s’agissait d’un dénommé Eros, mais rien était moins sûr. Une sensation étrange mais pourtant pas nouvelle envahis le bras de Clint, comme s’il sentait à présent un lien entre lui et sa victime. Il sût alors qu’il avait à présent le total contrôle sur tous les gestes et les paroles de cet homme. Gardant l’homme en joug, il observa la première silhouette s’avancer comme un pantin, et sa mâchoire se crispa lorsqu’il reconnut la chevelure brune d’April. Il entendit à peine le nom du bourreau de la jeune femme, trop occupé à la regarder agir sans aucune liberté de mouvement, mais il perçut tout de même le mot McGregor. Et ce n’était pas du tout bon signe, même s’il savait pertinemment que le blond n’avait aucune connaissance de la relation qui existait entre les deux Mangemorts. Bientôt, la brune levait sa baguette, mais vers les membres du personnel cette fois-ci. « Ultio » résonna dans la salle tandis qu’un éclair rose traversait la pièce, et bientôt un corps tomba à terre en hurlant à la mort. Posant ses yeux sur la victime, Clint réalisa avec une implacable indifférence qu’il s’agissait de Stoker. L’irlandais ressentit même une légère pointe de satisfaction en voyant le bibliothécaire hurler de douleur, mais il n’y fit rien paraître, gardant son air froid habituel. Puis, après avoir observé le brun quelques secondes, il reporta son attention sur la brune pour y voir … une larme. Oui, une larme, une goutte d’eau. Une larme qui coule des yeux d’April Alterman à cause d’un petit sort de rien du tout ? Alors là ça n’allait pas, mais alors pas du tout. Fronçant les sourcils, il vit la brune baisser sa baguette, comme un automate, et retourner à sa place, le regard bleu de Clint fixé sur son dos.

Le Mangemort prêta peu d’attention à Camélia et à son sort, pourtant assez surprenant, mais entendit tout de même quelques suffocations et daigna détourner les yeux d’April. Il vit alors un nuage épais planer au-dessus de quelques élèves qui toussaient à s’en arracher les poumons, certains semblants au bord de l’asphyxie. Lorsque la blonde eut terminé sa petite entreprise, le Mangemort voulu reporter son attention sur la brune mais il réalisa que c’était à son tour de jouer avec son pantin. Il leva alors le bras, et sa marionnette avança d’elle-même au milieu de la salle. Puis, il intima l’ordre silencieux au surveillant de choisir une victime sur laquelle il leva sa baguette avant de prononcer « Cruda Nervus ». Un filet bleu nuit sortit de la baguette du Mangemort. Ce sort arrêtait tout le système nerveux de sa victime, empêchant alors tous les réflexes vitaux, comme déglutir par exemple. A trop longue utilisation, il provoquait une lente et insupportable agonie. Puis, lorsqu’il eut finit son travail avec la première victime, Clint l’obligea à avancer davantage et de réitérer la torture sur un second élève, ce qu’Eros fit contre son gré. Enfin, la voix du Lord mit fin à ce manège et Clint ordonna au brun de retourner à sa place comme un fidèle toutou. Déjà les cris des victimes s’étaient évanouis, mais malheureusement ce n’étaient sans aucun doute pas les dernières de la journée. Chose dont l’irlandais n‘avait que faire pour le moment, puisque entendre des gamins pleurer et hurler n’était pas une grande première. Il pouvait comprendre la terreur des élèves, mais pour lui, tout ceci avait un goût de réchauffé assez blasant, alors il préférait observer les membres du personnel. Et en particulier une certaine brune qui venait de verser une larme pour l’autre fou de bibliothécaire, alors que Clint savait bien qu’elle n’était pas très douée pour les larmes, et qu’elle en avait même plutôt honte – leur dernière conversation pouvant le prouver assez aisément. Observant du coin de l’œil ce qui se déroulait dans le reste de la salle (c’est-à-dire quels étaient les sorts qui fusaient des baguettes des Mangemorts), l’irlandais garda le regard fixé sur la brune, comptant bien démêler toute cette histoire. Au moins, ce petit jeu macabre lui permettrait peut-être de découvrir quelque chose de très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Sam 23 Fév - 8:02




### Alors que Clint s'avançait, William reprenait peu à peu ses esprits. Il serra les dents et se força à regarder, les yeux vides, la torture qu'infligeait Clint à un Serdaigle qui avait osé vomir sur le sol en pierre de la Grande Salle. Il baissa la tête quand le Lord prit la parole, observant ses pieds. Il avait peur. Et c'était absolument horrible. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressentit une peur aussi sourde et forte, une peur qui paralyse, une peur qui s'insinue tel un venin de serpent dans chaque parcelle de votre corps et qui vous noue la gorge. Il ne respirait presque plus, n'avalait même pas sa salive, sa gorge étant coincée. Il se sentait totalement impuissant et vulnérable, incapable d'influer sur son propre destin en ce moment grave. Il écouta sagement les propos du Lord, tentant de prendre du recul dans son esprit au fur et à mesure qu'il comprenait ce qui allait leur arriver. « Ne croyez pas que cela vous exempt de tout soupçon. Certaines de vos performances m’ont … déçu. Je m’attendais à plus d’originalité de votre part, et je n’ai pas vu assez de … de conviction dans vos gestes…Voyons si vous êtes plus doués avec un peu d’aide » Il eut à peine le temps de discerner le magnifique visage de la froide et cruelle Odette Carrow se durcir avant de pointer une baguette droit sur sa poitrine. Il tenta de prendre autant de distance avec lui-même que possible avant que le sort ne l'atteigne. Il n'eut pas le temps de se détacher assez de son âme. Il se durcit d'un coup, et hoqueta, manqua d'air une fraction de secondes, paniqua, et se rappela comment respirer. Il inspira une bouffée d'air par les narines et se tourna vers les autres. Déjà, April s'avançait. Dans ses yeux, il n'y avait que du vide. Et pourtant, tout au fond brillait son âme si maltraitée. William ne ressentit sa pitié qu'au très profond de lui-même. Mais sa colère, par contre, monta un peu plus à la surface, quand il vit la victime que choisit le bourreau de la jeune prof. Tout de suite contrôlée par Carrow, sa violente envie de se jeter devant la baguette déjà tendue de son amie pour protéger celui qui n'était rien d'autre que son meilleur ami fut violemment réprimée et resta à l'état de flamme dans son regard, qui fusillait le mangemort responsable de cette torture. Incapable de détourner les yeux, merci Odette, il observa Oli se faire torturer, le coeur si serré qu'il ne le sentait plus battre. Le sang, par contre, battait à ses tempes plus vite qu'une batterie. Il vécu ces quelques secondes, ou minutes, comme une fin du monde. Voir Oli se contorsionner par terre en hurlant de douleur était la chose sans doute la plus dure qu'on pu lui infliger.
Seulement il n'y eut pas que Oli. Camélia, qui tortura un groupe d'élève jusqu'à en tuer un. Et Eros, qui sous le contrôle de celui que Will considérait comme un ami, à savoir Clint, tortura aussi un élève. S'il avait été dans son état normal, Edward aurait trouvé que Clint était un peu trop insensible à toute cette scène. Mais il n'était pas dans son état normal. Il était pervertit par la peur. William ferma les yeux, le coeur lourd. Il avait peur de ce qu'on allait le forcer à faire. Il avait peur, et c'était peut-être la peur la plus effrayante qu'il eut éprouvée jusqu'à présent.

Mais vint son tour. Et il comprit que regarder n'était parfois rien comparé à faire. Lorsqu'il entendit l'ordre de Carrow dans son esprit, il tenta de le repousser avec détermination, mais le sortilège d'Imperium fonctionnait trop bien pour qu'il puisse le combattre efficacement. Il dû serrer sa baguette dans sa main, ses phalanges blanchissant, tandis qu'il avançait dans l'allée, ses yeux vides de toute émotion et de tout contrôle de lui-même cherchant un élève. Carrow sondait son cœur, cherchait l'élève qui ferait tiquer le cœur de William. Son regard balaya les rangs des rouges et or. Il avait la main crispe sur sa baguette. Son regard tomba sur Pete. Il pria que non. Son regard dévia sur Blake Cauldwell. Il revint sur Pete. Il forçait pour garder son bras le long de son corps, mais il le vit se lever et sa baguette viser Pete. Une seconde, et il vit le sort frapper Pete en pleine poitrine. Le beau garçon s'écroula sur la table et son corps se mit à se convulser, ses membres changeant, se transformant. Son corps finit par prendre la forme d'un corbeau, qui dès qu'il fut totalement métamorphosé s'élança dans les airs, à la recherche d'un échappatoire possible. Mais William, contrôlé par la Mangemorte, ne lui laissa même pas le temps d'espérer. Son sort frappa Pete en plein vol et il s'écroula en plein sur une table, poussant des cris atroces et inaudibles. William ne savait quel sort Carrow avait utilisé, mais ce n'était pas un simple sortilège Impardonnable. C'était pire. Lorsqu'il entendit le craquement d'une aile, il déglutit et voulu baisser sa baguette, mais Carrow prolongea le supplice jusqu'à-ce que Voldemort fasse une remarque que William n'écouta même pas. Pete reprit sa forme normale, recroquevillé sur la table des Serpentards. Du sang coulait de son nez, de sa bouche, et son bras avait une forme... Anormale. Retenant un haut-le-coeur de dégoût de lui-même, de Voldemort et de Carrow, William retourna à sa place en priant pour que Pete ne lui en veuille pas - et surtout qu'il soit en état de ne pas lui en vouloir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Dim 24 Fév - 11:54


soulless is everywhere



Noah s’était cachée sous la table durant toute la scène. Pálina McLeod était désormais au sol, après avoir subi un sort de la main de Sturridge.

Noah était terrorisée. Littéralement. Tout ce qu’elle espérait, c’était qu’on ne la choisisse pas, elle. Quelqu’un d’autre oui, un gentil Résistant, un ancien du Code Phénix pourquoi pas… Mais pas elle. Elle n’avait rien à faire dans cette affaire ? Elle avait tout faire pour paraître à son aise… Comment l’être quand on sait que sort de notre vie est dans les mains de l’homme le plus fort, le plus doué, mais surtout le plus cruel de sa génération ? Il était sans pitié. Certes, Noah l’était parfois, mais ça n’avait rien à voir. Lui, il n’avait même pas adressé un regard au cadavre de Jenny Adster, au dernier bal ! Il acceptait de torturer ses propres élèves à des fins insensés… Noah était persuadée qu’une personne au moins ne sortirait pas vivante de la salle. Elle tenta de se relever le plus discrètement possible : peine perdue. Le Lord l’avait repéré. Lorsqu’elle fut désignée, elle, la petite blonde parmi tant d’autres jeunes Poufsouffle, elle laissa s’échapper un glapissement. Elle jeta un regard paniqué aux autres élèves qui étaient présents. Par Merlin, pourquoi elle ? Elle est Obscur, bon sang de bonsoir ! A croire qu’elle ne s’était pas montrée assez convaincante… Il était vrai qu’elle était loin d’idolâtrer le Seigneur des Ténèbres, mais, elle était tout de même dans le bon camp…

Noah n’avait jamais brillé par son courage, mais n’était pas prête à se montrer fondant en larmes devant tout le château… Ravalant ses larmes, elle s’avançant en tremblant, les poings serrés, pas vraiment prête à encaisser.

Clarke, la garde chasse, qui paraissait si marrante et si stupide d’ordinaire… Ce fut celle qui fut dans l’obligation de lui faire du mal. Noah n’avait jamais ressenti pareille douleur. Ce fut comme si chaque parcelle de son corps se mettait à brûler, comme si les jointures de ses os menaçaient de se détacher, comme si sa peau allait se consumer, comme si ses veines allaient imploser. Projetée au sol, elle retenait ses cris, mais lorsqu’elle fut dans l’incapacité de se situer dans l’espace et que sa vue devint totalement trouble… Ses cordes vocales n’en firent qu’à sa tête. Des larmes coulèrent sans même qu’elle ne puisse les empêcher d’agir.

La première chose que fit Noah, lorsque le sort s’acheva fut d’essuyer ses larmes et son nez qui coulait du revers de sa manche. Elle se releva du mieux qu’elle put, faiblement, puis trébucha. Elle devait avoir une mine effroyable, pâle, les yeux rougis, les cheveux en désordre cachant son visage… Etait-ce le plus important ? Elle regarda Clarke, de ses grands yeux fatigués, la bouche légèrement entrouverte. Et ça, était-ce vraiment nécessaire ? Probablement. Elle n’aurait jamais eu d’autre choix que de se plier aux ordres du Seigneur. Mais ce rire cruel, qu’en était-il ? Une larme, cette fois de rage et de frustration coula. Certainement pas, elle n’avait pas l’obligation de se moquer. Et Noah ne pouvait rien y faire… Absolument rien.

Elle ne fut pas la seule à être torturée. Défilèrent Elio, une grande Serdaigle mais aussi Roxanne Weasley. ROXANNE YOUHOU. Vous avez désigné la SEULE Weasley qui n’est certainement pas une traitresse ? Logique imparable. Avec Voldemort, décidément, personne n’était en sureté… Noah jeta malgré elle un coup d’œil aux autres. Certains gisaient sous une marre de sang. Elle déglutit. C’était insupportable, comme vue. Comment tolérer de telles horreurs ?

Elle voulait se relever. Montrer qu’elle était plus forte que ça… Cependant l’énergie lui manqua. Elle fut par contre bien obligée de trouver de la force lorsque Voldemort le leur ordonna, en les manipulant d’un sort, en les secouant dans tous les sens… Avant de retomber au sol. En haletant, elle se mit sur les coudes, puis tenta de mettre en position assise, la tête sur les genoux ; les genoux repliés sur son torse. Noah risqua un coup d’œil.

Cette fois-ci, c’était au tour du personnel de se faire commander, de subir et de faire des choses à l’encontre de leur volonté. En temps normal, Noah aurait presque été heureuse que justice soit faite, mais là tout ce qu’elle espérait, c’était que ça s’arrête enfin, qu’elle regagne son dortoir. De plus, ils n’en n’avaient surement pas fini avec les élèves… Noah vit avec horreur Alterman s’attaquer au bibliothécaire, Stoker, Clarke à un groupe de Serdaigles, Sturridge et Blake torturer encore un élève… En plus Pete ! Ciel… Elle ferma les yeux, tentant de régulariser sa respiration et priant pour que ce ne soit qu’un rêve.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


    Méryt ҩ keep calm and dance like a unicorn
avatar


personal informations

► date d'inscription : 22/06/2012
► parchemins : 376


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Lun 25 Fév - 1:06




Les cris ne s'arrêtaient pas. Méryt-Ahmès faisait tout ce qui était en son possible pour ne pas les entendre, mais ça devenait de plus en plus dure. Elle résistait tant bien que mal. Elle aurait voulu fermer ses yeux, faire comme si elle n'était pas là. Comme si tout ça n'avait pas eu lieu, mais c'était impossible. Du coin de l'oeil, elle vit un jeune garçon vomir. Si elle avait pu, elle aurait fait pareil. Mais elle ne voulait pas attirer l'attention sur elle. Maintenant qu'elle avait torturé une élève, elle espérait qu'on l'oublierait. Jasmine passait son tour volontiers. Elle voulait devenir toute petite, insignifiante aux yeux du Lord. Elle se pinça les lèvres pour ne pas crier en voyant un mangemort faire du mal au pauvre garçon qui n'avait pas tenu le coup devant toutes ses horreurs. Après quelques instants, la voix du Lord rempli la grande salle. Méryt-Ahmès retint son souffle. « Ne croyez pas que cela vous exempt de tout soupçon. Certaines de vos performances m’ont … déçu. Je m’attendais à plus d’originalité de votre part, et je n’ai pas vu assez de … de conviction dans vos gestes. » Comment avait-elle pu penser que se serait fini aussi facilement ? Elle avait été bien naïve. Le mage noir reprit une nouvelle fois la parole. La jeune sorcière craignait la suite. « Voyons si vous êtes plus doués avec un peu d’aide » Quoi ? Elle espérait avoir mal comprit. Elle fut percuter de plein fouet par un sortilège. C'était douloureux. Méryt-Ahmès essayait de résister un minimum. Elle se mordit un peu plus les lèvres. Elle regardait le cercle de mangemort, essayant de voir qui la contrôlait. Elle aurait voulut regarder dans les yeux celui qui allait faire d'elle une marionnette. Elle ne vit aucune baguette tournée vers elle. Comment était-ce possible. Puis, contre sa volonté, la jeune femme se tourna brutalement faisant face au mage. C'est alors qu'elle comprit. Elle était la marionnette du Lord. Même si elle avait voulu se rebeller, elle n'aurait pu. Elle se devait obéir, surtout au Lord. Elle n'avait pas le choix. Elle ne pouvait le battre, sa magie était bien trop grande et puissante. La phénix allait vivre un enfer.

Méryt-Ahmès resta à sa place. Cependant le Lord ne la laissa pas tranquille pour autant. Il la tourna dans tous les coins de la salle, l'obligeant à regarder toutes les personnes se faisant torturé ou autre. C'est ainsi qu'elle vit Oli se tordre de douleur sous ses yeux ou Eros, le surveillant, lancer un sort à un nouvel élève. Elle eu même le loisir de voir un élève perdre la vie sous ses yeux. Elle garderait cette image en tête à jamais, même si ce n'était pas elle qui l'avait tué. Voldemort essayait surement de la faire craquer, mais Méryt-Ahmès se faisait de plus en plus forte. Elle avait eu un peu d'expérience avec Israël pour ne pas montrer ses sentiments. Bien sur, ici, c'était beaucoup plus dur, mais elle en était capable. Avec cette expérience, Méryt-Ahmès allait surement en sortir changer, enfin si elle arrivait à rester en vie jusqu’à la fin. Peu être pas en bien, mais elle allait être plus forte. Elle puiserait dans cette force pour battre les mangemorts. Elle se promit de faire tout ce qui était en son possible pour faire revenir la paix ou du moins de la lumière dans ce monde de magie noire. Méryt-Ahmès se sentit bouger. Elle mit son masque froid et serra les dents. Elle ne laisserait rien transparaître. Ses jambes la portèrent sans qu'elle sache où elles l’emmèneraient. Elle se retrouva devant un groupe d'élèves. Certains d'entre eux avait déjà été torturé. Parmi eux se trouvait notamment la jeune Violette. Cette fois-ci, elle ne la regarda pas. Méryt-Ahmès ne devait pas craquer. La sorcière sentit son bras se lever. Un frisson la parcourut. Elle se pointa sur un élève. La commerçante regarda tout d'abord son bras puis suivit des yeux la direction dans laquelle pointa sa baguette magique. Elle découvrit une jeune femme rousse aux couleurs de Serpentard. Le Lord était vraiment sans pitié. Elle venait d'être torturé et voila qu'elle allait subir une nouvelle fous la mauvaise humeur du Lord. Sa bouche s'ouvrit quand on lui commanda de jeter un sort. « Imperium. » C'est ainsi qu'elle commanda la jeune femme. Roxanne Weasley était sous ses ordres. Enfin sous ceux du Lord aussi. Toutes deux attendirent la suite. La phénix se doutait qu'il n'en resterait pas là. C'était bien trop facile. C'est alors qu'il commanda quelque chose à Méryt-Ahmès. Elle déglutit. C'était horrible. Elle n'arriverait jamais à faire ça à la jeune femme. Elle sentit que le Lord commençait à s'impatienter. Puis il donna un petit coup de baguette magique pour l'obliger une nouvelle fois à faire une chose horrible.

C'est ainsi qu'elle obligea Roxanne Weasley a torturé un élève. Le premier qui lui vint à l'esprit. Enfin le premier que le Lord lui avait obliger à penser. Il avait du sonder son esprit, voir à qui tenait Méryt dans cet établissement. Peu de personne le savait. A moins que se soit une coincidence mais la jeune femme en doutait fortement. Du coin de l'oeil, elle vit Kenneth apparaître au milieu de la salle. C'est alors qu'elle ordonna à Roxanne de le torturer. C’est ainsi qu'elle torture le jeune homme qui comptait le plus à ses yeux dans cette salle, même si c’était indirectement. Son coeur se serra. Le mage noir la força à se tourner et elle n'eu pas d'autre choix que de regarder son ex-amant, celui qu'elle aimait toujours se faire torturé sous ses yeux. Une petite larme coula une deuxième fois le long de sa joue, mais cette fois ci elle ne pouvait pas l'écraser. Le lord venait de toucher un point sensible. Elle souffrait beaucoup plus qu'au début. Après tout ce qu'ils avaient vécu voir Kenneth se faire torturer était totalement horrible. C'était dur, trop dur. Elle espérait un jour avoir la chance de se venger de tout ce que le Lord lui avait fait vivre, mais elle ne le pensa pas trop fort pour pas que le Lord devine ses pensées.


Spoiler:
 

__________
▽ « J'étais cette petite fille qui courrait après l'amour et qui n'en attrapait que des bouts.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Mar 26 Fév - 10:22


cruelty is relative


Jeremiah se délectait de tout le spectacle qui s'étalait devant ses yeux. Oui il était à son aise, voir des gamins se faire torturer devant lui ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Il prenait même du plaisir, en tout cas c'était sûr qu'il n'avait pas de pitié pour eux. Il faut dire que dans l'histoire il avait le beau rôle. Il était sur le côté avec les autres membres du ministère, juste à côté de Clint, son coéquipier avec qui, il devait partager son bureau. On ne le torturait pas, non il avait tout le loisir de jubiler devant les mines déconfites des différents membres du personnel de Poudlard. Bien sûr, il n'était pas très heureux pour Taylor, c'était sa chère et tendre, sa future femme mais en même temps ils devaient tous y passer. Il savait parfaitement que Taylor n'était pas le traître, en aucun cas ça ne pouvait être elle. Il la connaissait bien maintenant, elle était cent pour cent du côté du Seigneur des Ténèbres. C'est pour cela qu'il ne se faisait pas trop de soucis pour elle aussi car il savait que torturer un élève ne serait en aucun cas une tâche difficile à ses yeux. Telle qu'il la connaissait, elle y prendrait du plaisir. Sauf si bien sûr c'était quelqu'un qu'elle appréciait mais ils étaient les rares les élèves qu'elle supportait... C'était une vraie tigresse la demoiselle Kensington. Les membres du personnel passèrent tour à tour et Jeremiah n'avait toujours pas bougé. Il ne faisait rien mais il ne voulait pas pour autant porter l'attention sur lui. On ne savait jamais ce que le Seigneur des Ténèbres pouvait faire, Jeremiah ne prendrait pas le risque de le découvrir.

Cependant comme c'est bien souvent le cas, on ne peut pas rester indéfiniment passif. Non ce n'est pas possible. Voldemort leur avait réservé un peu d’amusement, enfin si on pouvait appeler cela comme ça. Pour Jeremiah ça l'était – sauf s'il devait s'occuper de Taylor et encore, il pourrait prendre du plaisir à faire ce qu'il voulait d'elle, même si avec son consentement c'était plus agréable –. En effet Voldemort leur expliquait leur tâche très clairement, ils devaient soumette les membres du personnel de l'école au sortilège de l'Imperium. Jeremiah s'exécuta sans prendre un réel plaisir. Ce n'était pas désagréable mais delà à ce que ça soit amusant. Peut-être que c'était juste une question de goût, Jeremiah n'était pas forcément dans le truc aujourd'hui. Oh oui il fallait être de bonne humeur en tout cas dans l'humeur adéquate pour torturer quelqu'un sinon on n'y prenait pas de plaisir. Jeremiah se rendit compte alors très vite qu'il dirigeait April Alterman. Au moins voilà qui n'était pas un mauvais choix, non c'était même très intéressant. « Bien ! Miss Alterman ouvre le bal cette fois ci ! McGregor montrez nous donc vos talents de marionnettiste et surprenez moi ! » Jeremiah ne se fit pas prier deux fois, Jeremiah agita plusieurs fois sa baguette en direction de la professeur de soins aux créatures magiques et elle fit tout ce qu'il lui ordonna de faire. C'est ainsi que quelques instants plus tard, elle torturait Oli Stocker, l'assistant bibliothécaire qui hurlait à la mort. Jeremiah avait bien l'impression qu'April n'était pas trop en accord avec ce que Jeremiah l'obligeait de faire mais qu'importe, elle n'avait pas le choix de toute manière. Il ne vit pas la larme cependant et c'était peut-être mieux ainsi car sinon April aurait été directement dans son collimateur. Non il continua la torture jusqu'à ce qu'il fut temps qu'il arrête. Le but du jeu n'était pas de tuer un membre du personnel, mangemort qui plus est même s'il y avait des risques qu'il soit le traître. Jeremiah resta ensuite à sa place attendant la suite au cas où le Seigneur des Ténèbres solliciterait son aide pour une quelconque affaire. Toujours se tenir prêt c'était la clé du succès.

Spoiler:
 

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/10/2012
► parchemins : 3316


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Ven 1 Mar - 6:19




Ses membres tremblaient même après les longues minutes qui avaient passé. Se retenant sur le banc en bois d’une des quatre tables alignées de la Grande Salle, la blonde regardait le sol, les yeux irrités, les membres douloureux, le cœur palpitant. Elle connaissait les effets du sortilège impardonnable, elle l’avait assez vu en cours pour savoir ce qu’il faisait à sa victime. Mais le subir, le sentir dans chacune de ses veines, éprouver cette douleur cuisante dans chaque parcelle de son corps, c’était autre chose que de la théorie. Elle l’avait vécu, et elle ne voulait plus jamais ressentir une telle douleur. Jamais. La blonde regarda à peine les autres victimes de la pièce, elle entendit seulement un élève vomir et le Lord demander à un de ses Mangemorts de le punir. Elle entendit ensuite les hurlements du garçon et ferma les yeux en grimaçant, repensant à ce qu’elle avait elle-même ressentit quelques minutes plus tôt. Puis le silence retomba sur la salle, lourd et pesant. Elle pensait que c’était enfin terminé, que les choses étaient closes. Mais ce silence annonçait quelque chose de pire. Voldemort était doué pour immiscer la panique et la terreur chez les autres, jouant avec leurs nerfs, leur faisant espérer la liberté avant de leur asséner le coup de grâce. C’est ce qu’il fit, encore une fois. La voix du Lord résonna dans la pièce, ordonnant aux élèves victimes des maléfices de se relever, tout en sachant pertinemment qu’ils en étaient incapables. La plupart était encore par terre sur le sol, tentant en vain de rassembler leurs ultimes forces pour se relever. Mais c’était trop tard. Roxanne sentit brusquement une force l’attirer par le col de sa veste et bientôt elle se retrouva suspendue à quelques centimètres du sol comme tous les autres. Son regard se posa sur le Lord qui semblait s’amuser de ce petit spectacle et bientôt elle se sentit tourner dans tous les sens. Des pantins. Ils n’étaient que ses pantins, de vulgaires marionnettes dont il s’amusait avant de les jeter et d’en trouver d’autres. La blonde sentit un haut-le-cœur lui secouer la poitrine mais elle serra les dents, retenant cette envie de vomir qui la tenaillait. Puis elle retomba sur le sol dans un bruit sourd comme tous les autres. La chute ne fut pas douloureuse mais elle tomba sur son poignet qui amortit le poids de son corps et une vive douleur s’empara de son avant-bras. Serrant encore les dents, elle releva timidement la tête pour voir ce qui allait se passer ensuite. « Ne croyez pas que cela vous exempt de tout soupçon. Certaines de vos performances m’ont … déçu. Je m’attendais à plus d’originalité de votre part, et je n’ai pas vu assez de … de conviction dans vos gestes. » Il n’était donc pas encore satisfait de tous ces hurlements et de tout ce sang ? Il lui en fallait encore d’autre ? Fermant les yeux, la vipère entendit les paroles du Lord et perçut les froissements de tissus qui montraient que les membres du Ministère sortaient à leur tour leurs baguettes.

Lorsqu’elle souleva ses paupières, elle vit que tous avaient pointé leurs baguettes sur le personnel, et que ce dernier était à présent sous entier contrôle. Ce fut Alterman qui ouvrit le bal, pointant sa baguette sur Stoker et lui lançant un sortilège qui le fit hurler de douleur. Puis Clarke, qui lança un maléfice sur la table des bleus et bronze. Les élèves visés furent pris de toux et d’étouffement avant que le sortilège ne disparaisse. Puis Sturridge qui tortura deux élèves. Enfin ce fut le tour de Blake qui transforma Pete en corbeau avant de le torturer. Puis ce fut une jeune femme brune que Roxanne avait aperçu à Pré-Au-Lard une ou deux fois qui s’avança. Ce n’est que lorsqu’elle pointa sa baguette sur elle que la blonde comprit qu’elle n’allait pas échapper à cette nouvelle épreuve. Fermant les yeux, elle s’attendit à affronter une douleur insupportable, mais lorsque le sortilège la frappa de plein fouet elle ‘eut pas mal. Une sensation étrange s’empara d’elle. Son cerveau fut comme brouillé par un opaque nuage et elle se sentit bientôt toute bizarre, comme sans énergie. Elle tenta de bouger sa main mais elle n’y parvint pas. Son corps se mit alors à bouger tout seul, et elle comprit qu’elle était à son tour soumise au sortilège de l’imperium. Qu’est-ce qu’elle allait être obligée de faire ? Se relevant, elle sentit sa main se glisser dans sa veste et attraper sa baguette. La vipère déglutit difficilement tandis qu’on l’obligeait à se tourner, faisant face aux autres élèves. Une vague de panique s’empara d’elle. Il y avait dans cette pièce des élèves à qui elle ne voulait pas faire de mal. Son bras se leva alors tout seul, tremblant légèrement. Roxanne voulait hurler, baisser son bras, partir, mais elle n’arrivait pas à bouger de son propre gré. Elle était soumise aux pulsions sadiques de ces Mangemorts. Sa baguette s’arrêta alors, pointée sur un rouge et or. Lorsque le regard azur de la vipère se posa sur sa victime, elle soupira intérieurement. Au moins ce n’était pas un de ses amis, c’était même le contraire. Shaun. C’était lui sa victime. Si la perspective de torturer un de ses camarades ne l’enchantait pas, au moins elle pouvait se rassurer sur le fait qu’elle ne ferait pas mal à quelqu’un qui ne le méritait pas. « Crucio » Le sortilège fusa du bout de bois et alla frapper le rouge en pleine poitrine. Il commença à se tordre de douleur avant que la blonde ne rebaisse enfin le bras. C’était finit. Le sortilège de l’imperium se dissipa aussi sur elle et elle tomba sur le sol froid de la salle, baguette en main, ses jambes se supportant plus l’effort. Elle venait de torturer un élève. Un sortilège impardonnable venait de sortir de sa baguette. Et cela ne semblait inquiéter personne.

Spoiler:
 

__________


    I don't wanna break these chains. your cruel device, your blood like ice. one look could kill, my pain, your thrill. your mouth, so hot your web, I'm caught your skin, so wet black lace on sweat I wanna love you, but I better not touch I wanna hold you, but my senses tell me to stop I wanna kiss you, but I want it too much I wanna taste you, but your lips are venomous poison you're poison runnin' through my vein you're poison, I don't wanna break these chains

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


THE LEADER ☨ celui qui a vaincu la mort
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/12/2012
► parchemins : 24


MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   Lun 11 Mar - 5:15


vous n'auriez pas dû vous moquer de moi


Un sourire froid et glacé parcourait ses lèvres à chaque fois que son visage translucide se posait sur les membres du personnel, tous contrôlés. Les actes qui s’ensuivirent furent plus que contentant pour le Lord qui prenait un malin plaisir à observer les victimes se tortiller sur le sol comme de vulgaires poupées de chiffon, dans l’incapacité de se défaire de la douleur qui s’emparait lentement de leurs membres, remontant dans leurs esprits, les marquant au fer rouge pour de longs moments. Les cris, les larmes, la peur. Il sentait tout cela dans cette pièce, il entendait tout cela, et c’était pour lui la preuve que son pouvoir ne lui avait pas encore échappé des doigts. Ils pensaient tous qu’il était finit, que l’on pouvait se jouer de lui de la sorte, et à présent ils payaient au prix fort cette insouciance mortelle. Des pertes il en avait connu, et il n’avait aucun remord à éliminer quelques élèves de cette salle. Les plus faibles tombaient sous les sortilèges, les plus forts luttaient contre la douleur. Mais tous étaient au même niveau, plus bas que terre, victimes de son imagination sadique. Tous y passèrent, les uns après les autres, sans pouvoir fuir. Ils savaient que la seule façon que tout cela se termine était d’attendre, de subir et d’encaisser. Lord Voldemort n’acceptait pas les lâches ni les traîtres. Malheureusement il en avait laissé filé un entre ses doigts et il se faisait un devoir de le retrouver, même si pour cela il devait s’en charger lui-même. Ses Mangemorts du Ministère avaient sa confiance, mais parfois on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Si les choses traînaient en longueur, il allait se charger lui-même de mettre la main sur ce traître et de lui faire subir ce qu’il devait subir.

La sentence, le châtiment. Douce mélodie qui résonnait à ses oreilles, aussi douce que les hurlements qui sortaient de la bouche ouverte de ces élèves, de ces adultes. Souffrance, ce mot était pour lui la plus doucereuse des sentences. La souffrance il la connaissait, il savait comment la donner, il savait où frapper. Il connaissait les liens qui existaient entre tous ces êtres humains qui se battaient sous ces yeux froids. Les amours, les amitiés. Il n’y avait que ça dans cette école. Et lui, il allait tout détruire, il allait faire souffrir ces idiots. Ses choix allaient être les pires qui soient, ses pions allaient devoir lui obéir sans broncher, même au risque de ne plus pouvoir s’en relever. Il allait le faire, il devait le faire. Pour prouver à tous qu’il était craint pour une bonne raison. Sa main se leva, arrêtant enfin le supplice de la dernière victime de cette salle. La manche de sa robe glissa lentement contre son bras blanc qui tenait sa baguette fermement. Ses yeux se posèrent sur le centre de la pièce où tous les élèves victimes étaient encore étendus. Un sourire parcourut ses lèvres tandis qu’il avançait d’un pas. « Merci beaucoup de votre coopération. Ce petit spectacle attrayant vous a bien montré la façon dont les choses vont se dérouler. Je n’accepte pas l’erreur et encore moins l’échec. » Faisant tourner sa baguette entre ses longs doigts, il posa son regard sur l’ensemble des élèves, son sourire toujours collé aux lèvres. « Ce n’est que le début mes amis. Vous recevez bientôt des hiboux vous convoquant à vos interrogatoires que je superviserai. Si jamais un de mes Mangemorts m’apprend que vous n’avez pas coopéré … Sachez que je n’hésite pas à tuer des élèves. Les souvenirs du bal devraient être encore bien frais dans vos esprits » Un rire sinistre s’échappa de ses lèvres pâles tandis qu’il repensait à la panique qui avait pris la salle lorsqu’une élève était tombée sous son sortilège de mort. Une élève parmi tant d’autres, au fond il se fichait bien des pertes qu’il pouvait donner. Son pouvoir, c’était sa la véritable quête qu’il avait fait toute sa vie, et aujourd’hui qu’il l’avait, il ne laisserait personne entraver sa route. « Les premiers interrogatoires débuteront lundi. » Sur ces brèves paroles, le Lord lança un dernier regard aux élèves avant de se tourner vers les adultes et de leur adresser un vague signe de la main. « Si vous aviez l’obligeance de renvoyez les élèves dans leurs dortoirs. Quant aux cadavres … Faites en ce que bon vous semble, je crois que certaines créatures de la forêt ont besoin de nourriture » S’avançant enfin dans l’allée principale, il ne prêta aucune attention aux élèves qui y jonchaient, regardant fixement devant lui, son serpent glissant derrière lui, la mâchoire ouverte, émettant des sifflements haineux. Enfin, il franchit les portes de la Grande Salle dans un silence respectueux. Oui, cette affaire allait être rapidement réglée. Qu’il doive s’en charger ou non.


∆∆∆

voilà, le rp commun est terminé, merci à tous d'avoir participé

__________
I shall kill every last man, woman and child who tries to conceal you from me
« Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois... et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal, mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore... et l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun ne peut vivre tant que l'autre survit... celui qui détient le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)   

Revenir en haut Aller en bas
 

there's hell to pay (RP COMMUN, INTRIGUE 7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « REZ DE CHAUSSEE » :: grande salle-