Partagez | 
 

 combat de coqs | mctoole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: combat de coqs | mctoole   Ven 8 Fév - 13:08


Jeremiah McGregor et Clint O'Toole.
soyons honnêtes, O'Toole tu tiens plus la route.


Jeremiah était exténué, cette mission l'avait tué. Enfin au sens figuré pas au sens propre sinon il ne serait plus là mais ça vous l'aviez sûrement compris, je sais que vous n'êtes pas des débiles profonds. Ne le prenez pas mal, c'est un compliment sincère. Donc bref pour en revenir à notre situation, Jeremiah était fatigué et vraiment de mauvaise humeur. Le Seigneur des Ténèbres l'avait envoyé en mission avec une bécasse, pas plus intelligente que ses pieds et qui se croyait irrésistible. Le jeune homme avait du supporter son incompétence et tous ses sous-entendus très salaces. Il craignait une crise de Taylor, en plus de ça la fille n'était même pas jolie. C'est vrai il n'aurait jamais couché avec elle même s'il avait été libre et en manque, cette fille était dégoûtante ! Durant les quelques heures, environ une douzaine, qu'ils avaient ensemble, elle avait passé la moitié de son temps à se maquiller. Pour couronner le tout, elle avait vraiment une bouche de morue, jamais il n'aurait pu embrasser ça ! Il avait quand même un minimum d'amour propre. Enfin bon la mission s'était quand même soldée par une réussite et c'était ce qui comptait. Le jeune homme supportait très mal l'échec et moins il le vivait, mieux il se portait. En effet il n'avait pas l'habitude d'échouer, sa vie était couronnée de succès si on regardait en général. Évidemment il avait connu quelques ratés mais qui n'en n'a pas eu ? Personne car personne n'était parfait. Malheureusement la mission s'étant finie tard, elle ne lui avait laissé que très peu d'heures de sommeil, trois pour être précis. Ainsi il s'était réveillé du mauvais pied et ça n'avait fait qu'empirer ! En effet, l'eau de sa douche avait été très tiède à la limite du froid, son café infecte, sa chemise tachée, il avait du donc en changé et une fois qu'il avait mis le pied dehors, un déluge s'était abattu sur Londres. Il avait voulu gagner le Ministère à pied pour se détendre un peu mais du coup il était retourné chez lui et avait utilisé le système des cheminées. On pouvait dire que tout allait mal aujourd'hui.

A son arrivée, le Ministère était en effervescence. Il faut dire qu'il était un peu moins de neuf heures du matin et tout le monde allait au travail. Le Ministère était vaste et une foule de personne travaillait ici. Jeremiah se mêla à cette foule ne prêtant pas vraiment d'importance aux personnes qui se trouvaient autour de lui. De toute manière il n'était pas d'humeur à être courtois. Il voulait qu'on lui foute la paix tout simplement. Il savait bien que tôt ou tard il devrait adresser la parole à quelqu'un mais il ne voulait juste pas maintenant. Le jeune homme arriva alors dans l'un des nombreux ascenseurs et appuya sur le niveau trois qui correspondait entre autre à celui des oubliators, l'étage donc où il travaillait. Alors que l’ascenseur allait partir, des avions en papier firent leur apparition pour se placer au dessus de la tête de certains employés. Jeremiah n'en fit pas parti ce qui n'était pas très étonnant, il était un employé modèle, c'était connu. Jeremiah sourit intérieurement devant cette scène, tous ses employés étaient en général des inférieurs à sa personne, ils n'avaient pas grande intelligence et occupé des postes de faible responsabilité. Il en fallait bien, tout le monde ne pouvait être à sa hauteur. Il se voyait bien tous les diriger dans quelques années mais chaque chose en son temps. L’ascenseur dit alors « Niveau trois : Département des accidents et catastrophes magiques ». Le jeune sortit ainsi qu'une autre personne qu'il n'avait pas remarqué et qu'il ne connaissait pas, en tout cas pas personnellement. Jeremiah n'accorda d'ailleurs pas plus d'importance à cette personne, il se contenta d'avancer tout droit. Dans le couloir, il croisa quelques personnes et les salua comme il se devait. Jeremiah était certes de mauvaise humeur mais pas impoli, il se devait de préserver sa bonne réputation. Il ne mit ensuite pas longtemps à gagner son bureau qu'il partageait avec... Clint O'Toole, oh oui c'était vraiment la joie (ironique). Ce dernier était d'ailleurs en train de dormir sur sa chaise. Jeremiah lui lança un regard rempli de jugements et se dirigea vers sa bon bureau sur lequel était disposé quelques lettres qu'il ouvrit. Pas de nouvelles très importantes. Il avait une lettre de sa mère qui lui demandait pleins de choses principalement concernant son mariage à venir comme s'il avait envie qu'elle s'en préoccupe ou d'en parler avec elle. Elle n'avait qu'à s'adresser à Taylor pour ce genre de choses ! De toute manière le jour J, elle ne pourrait pas le rater, il serait l'homme en haut de l'allée juste devant le prêtre qui ferait bonne figure mais qui serait au fond terrifié. Les femmes apportaient toujours trop d'importance aux dispositifs d'un mariage, on pouvait citer l'une des dernières disputes de Taylor et Jeremiah à propos de centres de table...

Lorsque Jeremiah eut fini de lire son courrier il se retourna vers Clint qui dormait toujours. Quel fainéant ! Il était neuf heures et demi, ne dormait-il pas la nuit ? Il devait faire des choses pas très catholiques mais ça le regardait, Jeremiah n'avait pas spécialement envie d'avoir les détails de sa vie sexuelle qui devait être trépidante... ou pas. Néanmoins au boulot, il devait assurer c'est tout, lui il ne venait pas pour l'entendre ronfler. Jeremiah attrapa alors l'une de ses lettres qui lui était inutile et la roula en boule avant de la lancer en direction de Clint avec un regard maléfique. Malheureusement il rata sa cible ce qui le rendit furieux ! Quoi ? Comment ? Lui avait raté, ça ne se pouvait pas ! Il attrapa donc sa baguette et fit ramener la boule de papier dans sa main. Une fois que ce fut fait, il essaya de nouveau. Cette fois-ci il réussit, en plein dans le visage de Clint mais ça ne suffit pas à réveiller l'éléphant. Heureusement qu'il ne se faisait pas attaquer car il se ferait tuer sur le champ. Cela donna une idée à Jeremiah mais il ne la mit pas en pratique. Tuer Clint au boulot n'était pas franchement une bonne idée. Tout le monde saurait que c'est lui. Jeremiah décida d'en finir, il se leva, se dirigea vers le bureau de Clint et abattit violemment l'agrafeuse sur le bureau de ce dernier le réveillant. Ce dernier manifesta par un espèce de spasme très drôle qui manqua de le faire tomber de sa chaise. Jeremiah jubilait. « C'est pas le moment de dormir O'Toole, on bosse-là ! » Oui enfin en théorie pour le moment ils ne bossaient pas vraiment mais si Jeremiah devait être éveillé, Clint le serait aussi. S'il ne pouvait pas tenir le rythme, il pouvait prendre sa retraite. Jeremiah après avoir parlé revint s'asseoir sur sa chaise. « On dort pas la nuit O'Toole ? Problème d'insomnies ? Somnambulisme ? » Jeremiah ne fit pas de remarque par rapport à son âge mais il le pensa fortement. Évitons de commencer les hostilités de suite...


∞everleigh

__________
attends voir.


Dernière édition par K. Jeremiah McGregor le Ven 24 Mai - 2:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Dim 10 Fév - 6:41

jeremiah et clint


arrête de te la péter, si on te casse les dents t'es moche


Lorsque Clint ouvrit les yeux, la lumière du jour heurta ses iris et il dût s’habituer quelques secondes avant de parvenir à discerner quoi que ce soit autour de lui. Se relevant sur son lit et s’adossant contre le sommier, il se frotta les yeux en grimaçant, une violente douleur au crâne s’emparant de lui. Mais bon, il commençait à avoir l’habitude d’avoir mal au crâne, vu les nombreuses cuites qu’il se prenait, et les migraines étaient devenues une habitude pour l’irlandais. Quand bien même, ce n’était toujours pas quelque chose d’agréable et le Mangemort grimaçait encore lorsque les pointes de douleur se faisaient plus fortes. Rouvrant les yeux, il les posa sur la silhouette qui dormait juste à côté de lui, ses cheveux bruns s’étalant sur l’oreiller blanc. Seule la respiration de la brune pouvait assurer qu’elle était vivante, et Clint pouvait voir son corps se soulever à intervalles réguliers tandis qu’elle respirait calmement dans son sommeil. La veille avait été éprouvante pour le brun qui avait dût se rendre à Poudlard pour une petite réunion au sommet avec le Lord lui-même ainsi que tous les membres du personnel de l’école mais aussi les Mangemorts qui allaient s’occuper des interrogatoires. Lorsqu’il en était sorti, il avait surpris Andrews, ce gros porc dégoûtant, en train d’agresser April dans sa cabane, et il avait perdu son sang-froid, abattant froidement l’immonde masse de graisse qui s’était écroulé sur le sol comme un vulgaire sac de pommes de terre. Il avait ensuite ramené la brune chez lui, grande première – applaudissement s’il vous plaît. Sauf que ce matin il devait se rendre au ministère, ce qui ne l’enchantait guère, et il devait donc laisser April rentrer seule au château. Après tout c’était une grande fille, elle pouvait bien transplaner seule, son état s’étant améliorer grâce aux potions guérisseuses. Tournant de nouveau la tête en direction de la brune, il se pencha vers elle et alla caresser sa nuque avec ses lèvres, remontant doucement le long de son visage. Il entendit la brune marmonner quelque chose et il vit très clairement les frissons qui apparaissaient sur la peau dénudée de la jeune femme. Souriant légèrement, il la fit tourner vers lui avant de s'emparer de ses lèvres. April n'ouvrit même pas les yeux, se contentant de sourire dans son demi-sommeil, et le brun continua ses caresses jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux. Après un bref regard, le Mangemort continua à embrasser sa maîtresse, ses lèvres se déposant sur celles de la brune, puis sur son cou, ses tempes. Leurs embrassades finirent comme elles se finissaient en temps normal, puis le Mangemort lança un regard au réveil qui trônait sur sa table de nuit. Se levant, le Mangemort se dirigea vers la salle de bain et entreprit de s’engouffrer sous la douche pour se réveiller. Le jet d’eau froide eut pour effet de lui remettre les idées en place et d’atténuer son mal de crâne. Quelques minutes plus tard, il sortit de la salle de bain et s’empressa d’enfiler des vêtements avant de mettre sa veste et d’attraper sa baguette. Jetant un coup d’œil à sa montre, il vit qu’il était presque en retard, et se contenta donc de laisser un mot à la brune qui s'était déjà rendormie pour lui dire qu’il avait dut partir et qu’elle devait repartir seule au château. Ceci étant fait, l’irlandais transplana et se retrouva bientôt dans le hall du Ministère qui grouillait de monde. Le Mangemort détestait cet endroit et les personnes qui y travaillaient. Toujours en train de courir, de crier, de juger les gens. Tous les jeunes premiers étaient là, fiers d’avoir accédé à des postes au sein du Ministère alors que la plupart n’étaient même pas capables de tuer un moldu sans trembler ou vomir de peur. Enfin bon, il fallait de tout pour faire un monde, même de jeunes cons.

Se dirigeant vers les ascenseurs, Clint attendit patiemment comme tout le monde pour pouvoir en emprunter un. Il croisa plusieurs personnes de sa connaissance, dont Parker qui le rejoignit, l’air vraisemblablement extenué. Les deux hommes se saluèrent avant de rentrer dans un des ascenseurs qui démarra dans un grincement sinistre. Puisqu’ils n’étaient pas seuls dans cet ascenseur, ils ne purent pas vraiment parler des évènements de la veille mais ce n’était pas plus mal au goût de Clint qui ne voulait pas avoir une leçon de morale dès le matin. Lorsque les portes s’ouvrirent au troisième étage et que la voix stridente annonça le département, Clint sortit de l’ascenseur pour se retrouver au beau milieu d’un couloir qu’il ne connaissait que trop bien. Le département des Oubliators, un endroit qu’il aimait encore moins que le reste du Ministère puisque c’était là qu’il travaillait, et qu’il devait partager son bureau avec ce con de McGregor. Un jour les deux hommes allaient littéralement s’entretuer, ce n’était pas possible autrement. Traînant des pieds, il arriva finalement devant son bureau et ouvrit la porte pour découvrir une salle vide. Au moins l’autre n’était pas encore arrivé, ce qui lui laissait encore un peu de temps avant de se faire emmerder. Ôtant sa veste qu’il balançant sur une chaise, il alla s’installer derrière son bureau. Jetant un regard à la pile de lettres qu’il grandissait de jour en jour, il ne prit même pas la peine de les ouvrir. Il préféra poser ses jambes sur la table de bois avant de fermer les yeux. Il avait eu une petite nuit, alors autant profiter de l’absence du blondinet à la coupe pré pubère pour la rattraper un petit peu. C’est comme ça qu’il s’endormit. Il n’entendit pas la porte d’entrée s’ouvrir, il ne vit pas le regard froid de Jeremiah se poser sur lui, il ne l’entendit pas ouvrir ses lettres, il ne vit pas l’essai manqué de Jeremiah pour le réveiller – et pourtant il se serait bien foutu de sa gueule, dommage. Par contre il entendit le fracas que son collègue produisit en abattant une agrafeuse sur la table. Se réveillant en sursaut, il leva les yeux vers ce con qui le regardait d’un air réprobateur. Non mais genre. « C'est pas le moment de dormir O'Toole, on bosse-là ! » Haha la bonne blague. Il devait être arrivé depuis cinq minutes et il osait lui dire qu’il bossait. Non mais c’est l’hôpital qui se fout de la charité là. Ôtant ses jambes du bureau, Clint regarda le blond se rassoir derrière son propre bureau sans rien dire. Ce n’est qu’après avoir lancé un regard à sa montre qu’il prit enfin la parole. « Tu te fous de ma gueule ? T’as qu’à arriver à l’heure McGregor » Et ouais, moi je sais lire l’heure. Avec Jeremiah ce n’était pas une relation amicale, bien loin de là. Clint avait toujours détesté les jeunes premiers qui pensent que tout leur est dû et que ceux qui étaient là avant eux n’étaient que des merdes. Et malheureusement McGegor appartenait à cette catégorie de personnes. De plus, il était fiancé à Taylor, or Clint était plutôt ami avec Taylor. Et la jalousie maladive du blond s’était fait ressentir, aussi Clint ne se privait-il pas de bien faire chier son collègue dès qu’il allait voir la blonde. Ce qui avait pour effet de faire sortir de ses gonds le petit. Si c’est pas mignon tout ça. « On dort pas la nuit O'Toole ? Problème d'insomnies ? Somnambulisme ? » Non, tisane à 20 heures et hop au dodo. Levant les yeux au ciel devant la piètre provocation de son collègue, le brun attrapa une lettre sur son bureau avant de l’ouvrir. Ses yeux parcoururent la lettre rapidement avant qu’il ne la jette dans un coin de la table, n’étant pas de très grande importance. Tout en attrapant une autre lettre, Clint répondit à l’attaque de McGregor. « Ce que je fais la nuit ce n’est pas trop de ton âge McGregor, t’es encore un peu jeune pour ce genre de choses » Il leva les yeux vers son collègue et lui adressa un sourire hypocrite au possible. « Tu m’excuseras d’avoir une activité sexuelle plus importante que la tienne » Et bim dans ta tronche. Retournant à ses lettres, Clint ne prêta plus aucune attention au blond jusqu’à ce qu’il ait finit de lire toute sa paperasse. C’était d’ailleurs une tâche plus que chiante mais bon, il était bien obligé de le faire donc il le faisait. Des réclamations, des ordres de missions, quelques lettres de Parker. Il déchira la plupart des lettres sans importance avant de laisser tomber les morceaux de parchemin dans la corbeille puis mit les autres dans un coin de son bureau avant de se retourner vers Jeremiah. « Bon, et on doit faire quoi aujourd’hui ? » Encore des sortilèges d’amnésie, encore et encore la même chose. C’était lassant et fatiguant de toujours reproduire les mêmes gestes, de prononcer les mêmes formules, de répéter les mêmes phrases. Heureusement qu’il avait encore quelques missions extérieures à exécuter parce que sinon il aurait pété un câble depuis longtemps. Surtout avec un collègue comme le sien, qui passe sa vie à vouloir prouver au monde entier qu’il est le plus fort et le plus beau et patati et patata. Pathétique. Heureusement que Clint n’était pas quelqu’un de très susceptible, surtout lorsque les quolibets venaient d’une personne telle que Jeremiah. Il prenait plutôt un malin plaisir à le laisser parler, à rétorquer parfois, à l’ignorer souvent. Au fond Jeremiah était un gosse mal éduquée, et il fallait juste le remettre à sa place de temps en temps. Mais bon, faut pas pousser trop loin non plus, Clint n’était pas connu pour sa patience à toute épreuve, loin de là, alors si un jour Jeremiah le faisait vraiment chier, il allait se retrouver avec un coquard sur son petit visage parfait. Ce serait marrant qu’il soit couvert de bleus pour son mariage tiens, c’était une idée à retenir. Et d’ailleurs en parlant de mariage. « Et alors McGregor, ton mariage ça avance ? Tu sais, tu peux prendre quelques jours pour le préparer, ta compagnie ne m’est pas de très grande utilité » Non pas qu’il s’intéressait aux préparatifs ennuyeux du mariage de cet abruti, mais bon, c’était toujours mieux que de lire des lettres. Au moins il aurait un minimum d’animation aujourd’hui, et McGregor se révélait être un parfait bouffon du roi pour ce genre de choses.

Spoiler:
 


Dernière édition par A. Clint O'Toole le Sam 4 Mai - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Jeu 14 Mar - 10:48


Jeremiah McGregor et Clint O'Toole.
soyons honnête, O'Toole tu tiens plus la route.


Monsieur lisait son courrier, ben voyons, répondre lui demanderait trop d'énergie, il fallait qu'il en garde un peu. A son âge, les vitamines ne servaient plus à rien, non. Tout ce qui était tonus musculaire et compagnie était foutu. Pauvre Clint, mort avant l'heure. Enfin pauvre, Jeremiah s'en foutait et même dans un sens, il en était ravi. Il était pour le renouvellement au Ministère, les dinosaures devaient rester chez eux et puis franchement le métier d'Oubliator demandait beaucoup d'énergie. En effet ça demandait de la vitalité, bref de la jeunesse ce qu'il représentait lui et ce que n'était plus Clint. Il était bon pour élever des chats, seul et abandonné chez lui. Qui se souciait de lui de toute manière ? PERSONNE. Triste vérité. Il n'avait réussi aucun accomplissement en tout une vie. Par Merlin, certains gâchent vraiment leur vie. Tellement triste... ou pas. « Ce que je fais la nuit ce n’est pas trop de ton âge McGregor, t’es encore un peu jeune pour ce genre de choses » Ahahah, très drôle, vraiment mais ça ne faisait rire que lui ! En plus dans cette catégorie-là, il y avait fort à parier que Jeremiah pouvait aisément en apprendre à Clint. Il n'y avait qu'à voir qui avait la côte avec les femmes du Ministère... évidemment que c'était lui, Kriss Jeremiah McGregor, le seul, l'unique. Le fantasme de toutes les secrétaires et en général des femmes de dix-huit à cinquante-cinq ans. Elles salivaient toutes à son passage, rêvaient de lui la nuit et ne le cachaient même pas. Elles étaient capable de bien des choses pour capter son attention et même qu'il prononce leurs noms. Jeremiah était un mini Dieu ici au près des femmes et c'est tout ce dont il avait besoin pour réussir. Ben oui, les femmes sont toujours dans l'ombre mais elles gouvernent en soit. S'il avait les femmes dans sa poche, il aurait le pouvoir. CQFD. « Tu m’excuseras d’avoir une activité sexuelle plus importante que la tienne » Jeremiah ne put s'empêcher de rire. Sérieusement, il s'enfonçait là. Une activité sexuelle plus importante que la sienne ? DANS SES RÊVES. Jeremiah se doutait bien que Clint était jaloux de lui, l'enviait mais le montrait à ce point,c'était assez pitoyable. Ah la la, la vieillesse, ça perd de ténacité avec l'âge, pauvre garçon. Jeremiah aurait bien fait une remarque mais il vit que Clint ne l'écoutait plus donc il décida de ne pas gaspiller de la salive. Mais enfin lui ne postillonnerait pas sur Clint au moins.

Jeremiah ouvrit alors un tiroir de son bureau pour en sortir un dossier. En effet c'était une chemise de couleur vert foncé qui contenait une masse importante de feuille de style A4, tout ce qu'il y a de plus basique sauf que sur ses feuilles étaient inscrites des informations des plus importantes. En effet, des rapports de missions. Certaines avaient forgé la gloire de Jeremiah mais il savait pertinemment qu'il y en aurait bien d'autres, ce qui ne serait malheureusement pas le cas de Clint. Oui ce vieux bonhomme vivait ses dernières années en tant qu'oubliator. Personne n'osait l'encourager à partir tant que sa dignité n'était pas affectée mais déjà tous devait ralentir le pas souvent pour qu'il ne soit pas essouffler. Ah peut-être que Jeremiah lui rendrait visite de temps en temps à l'hospice pour lui rappeler le bon vieux du temps au boulot en lui racontant tous ses exploits, à Jeremiah, non parce que Clint n'a jamais réalisé d'exploit... Ah pauvre bonhomme. Ça devait quand même être dur d'être perpétuellement en compagnie de quelqu'un de plus beau, plus jeune, plus intelligent, plus brillant, plus charismatique – vingt minutes plus tard – dix fois mieux que soit en résumé, c'était sûrement pour cela autant d'amertume. Jeremiah devait se montrer compatissant et au contraire alléger son fardeau qui rappelons-le était celui de la vieillesse... Ou pas. Clint avait quand même une tête qui lui revenait pas mais il essayerait enfin si Clint ne cherchait pas trop. Il y avait des limites à tout ! « Bon, et on doit faire quoi aujourd’hui ? » Parce qu'Alzheimer l'avait atteint aussi ? A quand Parkinson ? Pauvre de lui, il attrapait tous les maux de la vieillesse. Décidément son cas était plus grave que Jeremiah ne le pensait. Franchement il pouvait faire la quête, il récolterait pas mal d'argent. Ou alors faire une interview pour la Gazette, il ferait pleurer dans les chaumières. Peut-être enfin se trouverait-il une femme de son âge, donc aveugle et sourde, qui l'accepterait. Ils vivraient en harmonie tous les deux. Jeremiah leur trouverait même une petite chaumière en pleine cambrousse en Alaska afin de rendre ce bonheur complet. Oui il était prêt à faire cela. Ça montrait à quel point il était généreux et après on dit que la jeunesse est ingrate. « Et alors McGregor, ton mariage ça avance ? Tu sais, tu peux prendre quelques jours pour le préparer, ta compagnie ne m’est pas de très grande utilité » Le mariage, vraiment il lançait ce sujet, il voulait vraiment que Jeremiah s'énerve ? Non parce que franchement le sujet de mariage était loin de calmer Jeremiah ou de le mettre de bonne humeur... Avec Taylor, le montait rapidement quand ils venaient à évoquer les détails et préparatifs du mariage. Ce n'était pas vraiment l’apothéose du bonheur, ni l'extase au paradis. Non mais ils se faisaient plus un remake d'une descente aux Enfers. Ils allaient finir par s’entre-tuer s'ils n'arrivaient pas à se calmer... « C'est trop gentil de ta part de te soucier de ça mais je peux gérer, que veux-tu je suis capable de faire pleins de choses à la fois, à mon âge. » Et BIM prends ça dans ta face, la momie ! Mais il n'était pas question que le jeune homme s'arrête là. « Mais ça m''étonne que tu poses la question, j'aurais cru que Taylor t'aurait demandé d'être sa demoiselle d'honneur, vous êtes tellement copains ! T'inquiètes pas, pour la cérémonie j'ai déjà veillé à ce qu'on te dispose une chaise avec un petit coussin pour ton confort. » Et encore une, il ne fallait pas s'arrêter en si bon chemin quand on était bien lancé. « Quant à ma vie sexuelle, elle se porte très bien, pas de problème de ce côté-là. Mais bon on va pas commencer à raconter nos différentes parties de jambes en l'air. Ça risquerait de mettre mal à l'aise quelqu'un et c'est pas bon pour les rapports au bureau, n'est-ce pas ? » Il se rappela alors aussi qu'il ne savait plus ce qu'ils devaient faire aujourd'hui. Il fallait tout qu'il lui dise, pfff, qu'on lui donne un partenaire digne de ce nom ! Là il faisait tout le boulot. « On a quelques interventions à faire, rien de vraiment exceptionnel mais apparemment, une de ces interventions pourrait nous demander pas mal de temps. »

Spoiler:
 


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Sam 4 Mai - 10:59

jeremiah et clint


arrête de te la péter, si on te casse les dents t'es moche


Jeremiah McGregor était le stéréotype du jeune premier qui débarque quelque part et qui pense tout avoir sur un plateau d’argent alors qu’au fond il ne valait pas mieux que les autres. Ce genre de personnes, Clint en avait vu défilé : la plupart du temps des fils de bonne famille qui ont été éduqués dans les jupons de maman – ou de l’elfe de maison du coin – et dont papa a trouvé une place au Ministère. Après, avec quelques bonnes lettres envoyées aux bonnes personnes et signée d’un beau nom de sang-pur bien connu et bien respecté, et voilà ce que ça donnait. Des blondinets à mèches pas plus épais qu’une asperge qui arrivaient au bureau avec leur sourire émail dimant alors qu’ils ne savaient même pas envoyer un sortilège convenable. Non vraiment, parfois Clint se demandait s’il ne valait mieux pas quitter le Ministère ou dire au Lord que c’était foutu pour lui parce que vu la relève qu’il y avait, les Mangemorts n’allaient pas faire long-feu. Il y avait fort à parier que McGregor criait comme une pucelle si jamais il se coupait le doigt. Même sans la présence de Taylor, qui, il fallait l’avouer, ne faisait qu’envenimer les choses, les deux Mangemorts ne se seraient jamais entendus. Clint n’était déjà pas le genre de personne très sociable, et il faisait très peu d’efforts lorsqu’il s’agissait de tisser de nouveaux liens avec d’autres êtres humains. L’irlandais se complaisait dans sa solitude, avait quelques liens forts qu’il gardait fortement, mais hormis ces deux trois personnes personne n’était digne d’intérêt aux yeux du brun. Il ne voyait pas pourquoi il se devait de faire un effort envers d’autres personnes qui ne l’intéressait pas et surtout, il ne ressentait pas ce besoin viscéral d’être entouré en permanence. Certaines personnes avaient besoin d’avoir plein de monde qui gravite autour d’elle, tels des papillons attirés par la source de lumière la plus proche. Mais Clint trouvait cela puéril et narcissique, et surtout totalement masochiste. La plupart de vos connaissances ne sont là que pour faire joli, vous avez beau avoir des dizaines et des dizaines de personnes autour de vous cela ne vous empêche pas de vous sentir seul. Et l’irlandais préférait de loin n’avoir que quelques amis, triés sur le volet, auxquels il accordait sa confiance totale, plutôt que de posséder des dizaines de connaissances mais dont aucune ne sera là quand il en aura besoin. Ce trait de caractère n’avait pas aidé les relations qui unissent les deux oubliators. Et il faut dire qu’au premier coup d’œil l’irlandais avait cerné la personnalité du blond : narcissique, imbu de lui-même et ambitieux. De quoi le dégoûter à vie du travail et des relations professionnelles. Déjà que O’Toole n’avait que moyennement apprécié d’être envoyé au Ministère alors qu’il vivait une vie parfaitement tranquille en étant chargé de ramener les exilés, voilà qu’il avait la chance de se retrouver en compagnie du blond comme collègue. De quoi vous donner envie de vous tirer une balle dans la tête. Les deux caractères opposés des deux hommes ajoutés à la belle Taylor, voilà qui donnait un cocktail explosif. Autant les deux oubliators auraient pût faire un effort pour se supporter, mais lorsque Jeremiah eut appris que Taylor et Clint se connaissaient, et pire, qu’ils s’entendaient bien, alors là ce fut la troisième guerre mondiale. La jalousie perdra les hommes, telle est la morale de cette histoire. Heureusement pour lui,, Clint n’était pas susceptible – pas quand cela vient d’un minet de vingt ans – et en plus il avait trouvé son occupation première au travail. Jeremiah McGregor, bouffon officiel du Ministère. Au moins il servait à quelque chose, c’était toujours mieux que rien. Roulant des yeux tandis qu’il entendait déjà la voix criarde de son collègue résonner dans la pièce, le brun daigna au moins poser son regard sur la frêle silhouette de l’oubliator qui semblait énervé. Oulala, McGregor pas content, au secours j’ai peur. Un rictus se dessina sur les lèvres de Clint tandis qu’il tapotait le bois du bureau de ses doigts, attendant patiemment que le gentil garçon finisse son caprice et retourne jouer aux barbies. « C'est trop gentil de ta part de te soucier de ça mais je peux gérer, que veux-tu je suis capable de faire pleins de choses à la fois, à mon âge. » Ah bah non attention t’es encore un peu trop jeune pour pouvoir gérer plusieurs choses, faut pas avancer trop vite dans la vie mon choupinou. Retenant une réplique, le brun se contenta d’adresser un sourire à son collègue et de pencher la tête sur le côté, attendant la suite de cette tirade qui promettait. Il n’y avait pas à dire, plus Clint côtoyait le Mangemort qui lui servait de collègue, plus il le trouvait pitoyable. Toujours à lui lancer des piques, propos très clairement explicites à propos de son âge ou encore d’autres sympathiques commentaires qui relevaient du même niveau, c’est-à-dire très bas. Croisant ses bras sur le devant de la poitrine, l’oubliator continua à regarder Jeremiah s’exciter tout seul, à gesticuler dans tous les sens pensant peut-être être plus impressionnant de cette manière-là. « Mais ça m''étonne que tu poses la question, j'aurais cru que Taylor t'aurait demandé d'être sa demoiselle d'honneur, vous êtes tellement copains ! T'inquiètes pas, pour la cérémonie j'ai déjà veillé à ce qu'on te dispose une chaise avec un petit coussin pour ton confort. » Demoiselle d’honneur, pas une mauvaise idée ça dis donc. Quoique, la seule chose qui intéressait Clint lors de ce genre de cérémonies, où il ne mettait quasiment jamais les pieds puisqu’il ne connaissait personne et donc n’était jamais convié, c’était le buffet qui regorgeait toujours de boissons alcoolisées plus délicieuses les unes que les autres. Sauf que vu que c’était le mariage de McGregor, il y avait fort à parier que la seule boisson autorisée serait de la limonade, parce que le jeune homme ne devait pas encore avoir le foie assez formé pour ingurgiter de l’alcool. Levant les yeux au ciel, le brun ne pût retenir une réponse cette fois-ci. « C’est bien aimable de ta part c’est vrai que les coussins c’est plutôt confortable. » McGregor ne s’arrêta pourtant pas en si bon chemin, il avait l’air en forme. L’irlandais ne bougea cependant pas de sa chaise, continuant d’observer son collègue sans montrer une quelconque marque d’agacement ou même d’énervement. Premièrement parce que ce qu’il voyait l’amusait plus qu’il ne l’énervait. Et deuxième parce que Clint O’Toole était le roi de la tête impassible, il parvenait à garder un visage de marbre malgré les circonstances, et les rares fois où il montrait ce qu’il ressentait vraiment c’était lorsqu’April le poussait dans ses retranchements. Autant dire que Jeremiah McGregor n’était pas l’homme à qui Clint allait montrer ses sentiments, surtout que ça lui ferait bien trop plaisir. Et ce n’était pas bon pour l’égo de Clint. Comme quoi l’égo masculin vous fait parfois garder la tête haute.

Retenant donc un léger bâillement et un rictus amusé, Clint se contenta de fixer son collègue comme si ce dernier lui parlait de la pluie et du beau temps, n’ayant ni l’air intéressé ni l’air ennuyé. C’est tout un air de porter un masque de fer. « Quant à ma vie sexuelle, elle se porte très bien, pas de problème de ce côté-là. Mais bon on va pas commencer à raconter nos différentes parties de jambes en l'air. Ça risquerait de mettre mal à l'aise quelqu'un et c'est pas bon pour les rapports au bureau, n'est-ce pas ? » Cette fois-ci le brun ne pût s’empêcher de laisser échapper un léger ricanement de ses lèvres entrouvertes. Le pauvre, s’il savait. Mais non, il valait mieux pour eux deux qu’il ne soit au courant de rien en ce qui concerne la vie intime de l’irlandais. L’oubliator n’avait pas vraiment envie d’étaler les parties de jambes en l’air qu’il pouvait avoir et certainement pas devant McGregor, même si cela pouvait lui faire comprendre que malgré l’âge on ne perd pas d’endurance. Il y a des personnes mieux loties que d’autres dans la vie, par chance O’Toole appartenait à cette catégorie. Oui oui, ses chevilles vont bien merci de vous poser la question. « On a quelques interventions à faire, rien de vraiment exceptionnel mais apparemment, une de ces interventions pourrait nous demander pas mal de temps. » Han merde, il avait oublié qu’ils devaient travailler. Tout cette bonne humeur matinale lui avait fait momentanément oublier qu’il allait devoir se lever de cette chaise pour lancer des sorts d’oublis à des débiles profonds qui n’allaient même plus retrouver le chemin de la sortie tant leur mémoire serait altérée par les sortilèges. Décroisant ses bras, le brun se leva, histoire de se mettre à la même hauteur que son collègue, vérifiant que sa baguette était toujours bien en place dans sa veste. Une fois que cela fut fait, il attrapa son paquet de clope avant d’en allumer un en plein milieu du bureau. Un des avantages à travailler au Ministère c’était la liberté que possédaient les employés de fumer au beau milieu de la journée. A Poudlard, les professeurs ne pouvaient pas sortir une cigarette en plein cours, ce serait donner une mauvaise image à des jeunes qui n’en avaient pas besoin, se mettant d’eux-mêmes sur le mauvais chemin. Ou alors certains allumaient des cigarettes, mais c’était plus pour les écraser sur leurs élèves que pour les fumer. Tirant une bouffée de son délice mortel, le brun avala la fumée avant de la recracher dans l’air, fumée qui s’évapora rapidement après être restée compacte l’espace d’un instant. « Et c’est quoi cette fameuse intervention ? J’ai pas envie de me retrouver devant un pleurnichard comme la dernière fois, à croire que les gens n’ont plus aucune fierté » La dernière fois, un sorcier ayant commis une faute avait été envoyé à l’étage des Oubliators, et il avait pleuré et supplié lesdits oubliators de ne pas lui effacer la mémoire. Les gens sont parfois tellement naïfs. Résultat, Clint en avait eu marre et c’était la moitié de l’existence de ce pauvre homme qu’il avait effacé, au lieu des dernières semaines. Comme quoi on récolte ce que l’on sème. Portant la cigarette à ses lèvres une nouvelle fois, le Mangemort s’avança vers la porte qu’il ouvrit rapidement. « Me fais pas attendre McGregor » lança-t-il avant de sortir dans le couloir, désert, où seuls les parchemins volants circulaient d’un bureau à l’autre. Ne se retournant pas, il entendit cependant distinctement la porte claquer derrière lui, signe que le blondinet avait suivi ses pas, et les deux hommes se dirigèrent vers la salle du fond en silence. Ouvrant la porte devant laquelle les deux hommes s’arrêtèrent, Clint fut le premier à pénétrer dans la pièce. Il s’agissait d’une grande pièce sombre, sans fenêtres, où seules quelques chandelles permettaient d’y voir un peu plus clair. Jetant un coup d’œil à sa montre, le brun se retourna vers Jeremiah qui venait de rentrer dans la salle à son tour. Ils avaient encore du temps à tuer avant que leur première victime ne daigne venir ici – ou plutôt être entrainée de force dans la salle par deux colosses – et Clint avait fortement envie de provoquer de nouveau le jeune homme. On occupe son temps comme on peut quand on a rien de mieux à faire. Tirant sur sa cigarette qui se consumait d’elle-même, le brun la jeta sur le sol avant de l’écraser du bout de sa chaussure avant de reprendre la parole. « Et sinon comment va Taylor ? Je l’ai vu y a pas longtemps, c’était sympa. » Marquant une légère pause, le brun jeta un coup d’œil dans cette pièce qu’il ne connaissait que trop bien désormais, étant obligé d’y foutre les pieds dès que son travail le lui demandait, c’est-à-dire très régulièrement. « J’ai tellement hâte de te voir en robe de marié McGregor. Tu seras très … mignon. » Y a pas à dire, emmerder ses collègues de travail c’est vraiment la meilleure chose du monde.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Mar 20 Aoû - 10:53


Jeremiah McGregor et Clint O'Toole.
soyons honnête, O'Toole tu tiens plus la route.



Jeremiah était le genre de mecs consciencieux qui faisait son boulot à fond. On ira pas jusqu'à dire que c'était un bourreau de travail, cela était faux. Il travaillait fort mais savait utiliser les autres pour lui simplifier la vie. Il était malin le bonhomme, qu'est-ce que vous croyez ! Et puis de toute façon, depuis toujours il avait été habitué à ce que d'autres personnes fassent les choses chiantes et délicates à sa place. O'Toole s'alluma une cigarette mais qu'il ne se gêne surtout pas. De toute manière, il s'autorisait tout et se fichait bien des autres. Ça ne gênait pas Jeremiah en soit mais juste pour faire chier O'Toole, il pouvait se montrer mécontent. Oui ce n'était pas avec ce genre d'attitudes que les choses allaient s'arranger entre les deux. Toute manière pour qu'il y est une amélioration, il faudrait qu'elle soit voulue d'au moins un côté. Cela n'était pas le cas, plutôt mourir ! « Et c’est quoi cette fameuse intervention ? J’ai pas envie de me retrouver devant un pleurnichard comme la dernière fois, à croire que les gens n’ont plus aucune fierté » Pour une fois Jeremiah était d'accord avec Clint. Il détestait les pleurs, un peu de fierté quand même ! Lui s'il était arrêté, il était hors de question qu'il pleure. Il n'était pas une petite tapette et en plus de ça, il leur casserait plutôt la gueule parce que bon il était pas n'importe qui. Néanmoins ce qui froissa le jeune homme c'est que Clint ne sache même pas un minimum leur agenda. Ce n'était quand même pas si compliqué ! Il était débile ou quoi ? Jeremiah se posait la question alors qu'il avait déjà la réponse : Clint était un débile fini. Le pire c'est qu'il devait travailler au quotidien avec lui, c'était dégradant. « Si tu pouvais te tenir un minimum au courant, ça nous ferait gagner pas mal de temps. » Clint se leva. Super merci de l'intérêt porté. Jeremiah leva les yeux en l'air tandis que Clint ouvrit la porte et lui dit. « Me fais pas attendre McGregor » Il allait se détendre O'Toole, baisser d'un ton et redescendre d'un étage sinon Jeremiah allait commencer à réellement s'énerver. Limite il finirait pas préférer la présence de sa bouche de morue de la veille. Peut-être qu'il pourrait envoyer Clint dans son service pour enfin s'en débarrasser. Un plan machiavélique commença à se préparer dans son cerveau. Clint n'avait qu'à bien se tenir !

Enfin les deux Mangemorts déambulèrent alors dans les couloirs. Clint légèrement en avance sur Jeremiah. Ils se dirigeaient bien sûr vers la pièce où ils administraient leurs interrogatoires. En général, Jeremiah jouait le bon flic et Clint le mauvais. C'était la technique la plus efficace qu'ils avaient trouvé et Clint était une brute débile, il ne pouvait pas jouer autre chose. Jeremiah, lui étant plus fin et plus malin, le flic gentil lui donnait le moyen d'être machiavélique à souhait. Finalement tout le monde y trouvait son compte. Une fois arrivés dans la salle, ils constatèrent qu'il n'y avait personne ce qui était normal. Ils se devaient d'arriver les premiers. « Et sinon comment va Taylor ? Je l’ai vu y a pas longtemps, c’était sympa. » Évidemment Clint parlait de sa future femme juste pour l'embêter. Jeremiah savait qu'il le ferait, il faisait toujours ça mais à chaque fois c'était plus fort que lui, il ne pouvait s'empêcher de répliquer. Toute manière s'il ne le faisait pas, ils s'emmerderaient franchement. « J’ai tellement hâte de te voir en robe de marié McGregor. Tu seras très … mignon. » Ahah, très drôle, vraiment pour un homo sapiens, l'humour était plutôt évolué... LOL. Mais puisqu'ils étaient partis dans ce genre de conversation, Jeremiah resta dans le même ton. « Je sais que ça t'excite mais désolé, je me tape pas des mecs surtout pas des vieux. » Boum prends-toi ça dans les dents. Jeremiah lui adressa un sourire moqueur pour accompagner sa phrase. Ça faisait jamais de mal et il savait que Clint les affectionnait tout particulièrement. « Et pour répondre à ta question, oui Taylor va bien. Mais elle m'a pas parlé qu'elle t'avait vu récemment, ça devait pas être si sympa que ça. » Et on est reparti pour un tour. Toute façon une fois lancée, on ne s'arrête plus. C'était tellement facile en même temps, les mots venaient tous seuls, les moqueries de même. S'en prendre à Clint, c'était tellement apaisant et ça permettait à Jeremiah d'être bien éveillé. C'était parfait pour commencer ensuite les entretiens. « Oh et puisque tout à l'heure j'ai pas eu le temps de répondre. Aujourd'hui entre quelques entretiens sans importance, on doit voir la folle qui a essayé de s'en prendre à un directeur de département. Tu sais elle lui a quasiment sauté dessus dans le hall. Depuis silence radio, complètement ravagée du cerveau si tu veux mon avis. Elle devrait te plaire. » Il était ravagé du cerveau donc normal qu'il aime les gens de son espèce. C'était un coup bas c'est vrai, pas forcément très réfléchi mais en même temps à la guerre tous les coups sont permis. Il n'y a pas de raisons que Jeremiah se gêne, comme si c'était le cas. Taylor serait là elle n'approuverait sûrement mais en même temps, elle ne lui dictait pas sa conduite. Il ne manquerait plus que ça ! Lui, il ne lui demandait pas d'explications, elle se prenait la tête avec qui elle voulait. Lui il se prenait la tête avec Clint, c'était un de ses petits plaisirs qu'il se faisait quotidiennement. Ça ne faisait de mal à personne sauf à Clint à la rigueur mais vu qu'il était sado-masochiste il prenait du plaisir. Il le connaissait plutôt bien, travailler ensemble ça rapproche. Oui enfin il y a des limites quand même, il n'en n'était pas au point d'aller boire un verre et de se faire des barbecues les week-ends. Jeremiah avait des amis, pas besoin de Clint.



∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Dim 10 Nov - 7:17

jeremiah et clint


arrête de te la péter, si on te casse les dents t'es moche


Clint avait de nombreux défauts. On pouvait même aisément accepter le fait que le Mangemort possédait davantage de défauts irritants et insupportables que de qualités louables et figurant sur la liste de ce qui vous permet d’être sacré saint. Le brun possédait un caractère exécrable dont il était cependant très fier, ne voyant pas en quelle mesure faire bonne figure valait le coup, et il considérait le fait de jouer à être le meilleur, le plus beau, le plus fort, totalement puéril. Cela ne l’étonnait donc pas quand il voyait McGregor rouler des mécaniques comme un coq en pâte, envoyant des sourires qu’il voulait ravageurs à tout ce qui portait un jupon au Ministère. Et c’est toute cette attitude de jeune premier de la classe aux chevilles plus gonflées qu’une colonie de Miss Beauté qui énervait au possible l’oubliator. Que ce soit la coiffure peroxydé de son collègue qui devait passer plus de temps devant son miroir que devant ses dossiers, que ce soit son attitude supérieure, ses regards hautains et ses sourires narquois, tout insupportait au plus haut point l’irlandais qui n’avait d’autre solution que de titillait son collègue. Il ne savait même plus comment tout ce petit manège avait débuté, mais la seule chose dont il était sûr, c’est que ça avait bien fonctionné. Lorsque Jeremiah avait poussé la porte de son bureau pour la première fois, une tension palpable avait immédiatement envahi la pièce et depuis, cette tension n’avait fait que s’aggraver. Ils étaient tous deux bien trop opposés l’un à l’autre pour espérer un jour voir l’ombre d’une trêve amicale apparaître dans leur horizon de haine mutuelle. Ce jeune blond qui avait débarqué comme si le Ministère tout entier lui appartenait contractait trop fortement à l’attitude désinvolte d’O’toole qui ne se souciait guère du succès et des promotions. Sa vie était très bien comme elle était, et il ne cherchait pas à courir derrière une gloire fictive et éphémère, à recevoir les honneurs et les lauriers de tous ses collègues, à être hissé au premier rang. Il allait disparaître dans l’oubli et c’était une condition qui ne le dérangeait pas outre mesure. Au contraire, McGregor ne semblait vivre que pour être promu, arriver au sommet. Et l’oubliator irlandais en avait vu défilé, des jeunes premiers qui faisaient tout pour parvenir à leurs fins. Ecraser leurs amis et leurs ennemis, manipuler et manigancer, voire même supprimer. Il était rôdé aux jeux de ces jeunes gens qui se mordaient parfois les doigts en se rendant compte qu’ils n’avaient pas le charisme pour arriver au sommet. Et, si Clint ne pouvait rien faire pour contrer l’envie grandissante de pouvoir de Jeremiah, il pouvait cependant l’énerver, le faire sortir de son masque de parfait petit pion Mangemort bien propre sur lui. Et c’est ce qu’il cherchait à faire dès que l’occasion se présentait, utilisant sa nonchalance et quelques piques bien trouvées pour voir le rouge monter au visage de son collègue et le voir perdre patience. A croire que Clint trouvait dans cette relation une alternative bien plus douce au sadisme des Mangemorts. Depuis qu’il travaillait au Ministère, il n’avait plus vraiment l’occasion de faire part de ses sortilèges assez… dérangeant, et même si cela ne lui manquait pas totalement, il subsistait une part de violence chez cet homme qui demandait à être assouvie. Et donc, il s’arrangeait pour déverser tout ceci de manière presque trop gentille sur son collègue. « Si tu pouvais te tenir un minimum au courant, ça nous ferait gagner pas mal de temps. » La voix du blond parvint aux oreilles de Clint qui ne lui adressa pas même un regard, se contentant de se lever de sa chaise avant de se diriger vers la porte dans une seule parole à l’adresse de cet abruti. Parfois, l’indifférence est la meilleure des défenses, et O’Toole savait que Jeremiah n’aimait pas être ignoré de la sorte. Et c’est donc pour cela qu’il se faisait un malin plaisir de le faire, afin de le faire sortir de ses gonds. Il remarqua que son idée fonctionnait bien lorsqu’il aperçut le visage énervé de McGregor dans le reflet de la vitre. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du brun, sourire qui disparût bien rapidement pour laisser son masque de glace reprendre le dessus.

Les deux hommes s’avancèrent donc dans le couloir, côte à côté. Durant le trajet, Clint cru judicieux de lancer le sujet houleux de Taylor, et malgré toute la stupidité de son acte, il trouvait ça plutôt drôle de provoquer le jeune blond peroxydé. Il fallait bien qu’il trouve un intérêt quelconque à son travail puisque ce dernier n’était pas très épanouissant, et faire de la vie de McGregor un enfer était quelque chose qui le mettait étrangement de bonne humeur. Surtout que le brun avait besoin d’oublier certaines choses, de se détacher de sa vie privée le temps qu’il était au Ministère. Et malheureusement pour le blond, il était la proie idéale aux yeux de l’irlandais. « Je sais que ça t'excite mais désolé, je me tape pas des mecs surtout pas des vieux. » Ouh, quelle répartie de haut vol, autant dire que le blond avait beaucoup d’imagination quant à ses joutes verbales. A force de se faire entendre dire qu’il était vieux, le brun n’était même plus touché par les propos puérils de son collègue. Et il avait bien envie de lui rétorquer que l’âge n’était pas toujours un handicap, le Lord devait bien se taper dans les 150 ans, et pourtant Jeremiah se pisse dessus dès qu’il est convoqué dans son bureau. Pathétique petit enfant. Et puis après tout, les années d’expérience de l’irlandais lui permettrait sans aucun doute de mettre la pâtée à son chétif collègue, parce qu’après tout, ce dernier sortait tout juste des bancs de l’école et il n’avait pas vraiment le même bagage que l’oubliator. Même si, Clint devait l’admettre, McGregor s’avérait plutôt doué avec ses sortilèges. Mais bien sûr, plutôt mourir que de faire un compliment à cette espèce de stéréotype de fils de bourge. « Et pour répondre à ta question, oui Taylor va bien. Mais elle m'a pas parlé qu'elle t'avait vu récemment, ça devait pas être si sympa que ça. » Un sourire se dessina sur les lèvres du brun qui répondit du tac-au-tac à son collègue tandis qu’ils s’approchaient de la salle d’interrogatoire. « Ou alors elle ne voulait pas t’expliquer en détails ce qu’on a fait ce soir-là. Je pense que c’est plutôt ça » Lançant un sourire en coin à son collègue, le brun tourna ensuite la tête vers le couloir. On aurait dit deux gamins qui se battaient pour une sucette, et pourtant les deux hommes étaient des Mangemorts capables du pire. Pathétiques. « Oh et puisque tout à l'heure j'ai pas eu le temps de répondre. Aujourd'hui entre quelques entretiens sans importance, on doit voir la folle qui a essayé de s'en prendre à un directeur de département. Tu sais elle lui a quasiment sauté dessus dans le hall. Depuis silence radio, complètement ravagée du cerveau si tu veux mon avis. Elle devrait te plaire. » Une folle qui s’en était prise à un directeur de département, muette qui plus est. Et bah ça allait être joyeux toute cette histoire dis-donc. S’arrêtant devant la porte de la pièce où devait attendre la jeune criminelle, le brun se tourna vers le blond. « C’est toi qui dis ça, alors que ta sœur est sans doute devenue psychiatre pour soigner ton cerveau d’aliéné ? L’hôpital qui s’fout de la charité putain. » Posant sa main sur la poignée de la porte, le brun haussa les sourcils avant de reprendre, l’air sérieux cette fois-ci. « On la joue comme d’habitude ? Tu fais le gentil. De toute manière avec tes cheveux peroxydés personne croira que tu pourrais faire du mal à une mouche »

Et c’est sur ces belles paroles que le brun appuya sur la poignée de la porte, pénétrant dans la pièce. Plus question de rire cette fois-ci, il avait désormais reprit son masque de fer et s’avança dans la pièce. La salle était seulement meublée par une table et trois chaises, l’une d’elle étant d’ores et déjà occupée par une femme qui semblait en effet, complètement ravagée du cerveau. Ses yeux semblaient fou, exorbités et regardant dans tous les sens, et elle rongeait nerveusement ses ongles. S’avançant vers la table, le brun ôta sa veste avant de poser avec force ses deux mains sur la table, obligeant la femme à lever son regard fou vers lui. Plongeant ses yeux d’acier dans le regard de sa victime, le brun prit la parole en premier tandis que Jeremiah le rejoignait. « Je vais être clair, j’ai pas que ça à faire de ma journée. Je sais même pas pourquoi vous êtes encore en vie, si ça n’tenait qu’à moi vous seriez déjà en train d’être dévorée par les vers. Seulement il semblerait que vous avez peut-être des informations sur l’Ordre ou n’importe quelle autre organisation anti-régime. » Marquant une pause, le brun approcha son visage un peu plus vers la jeune femme et reprit, d’une voix glaciale. « Donc tu vas me faire le plaisir de répondre à mes questions, sinon je te jure que tu vas regretter que ta mère n’ai pas fait de fausse-couche » Puis, se reculant légèrement, il ôta ses mains de la table, se retournant vers Jeremiah qui était censé jouer le gentil flic. Comme toujours. Lui lançant un regard, il détourna de nouveau les yeux vers la femme qui n’ouvrit pas la bouche, ses yeux s’étant perdus sur un point invisible qu’elle fixait en se balançant d’avant en arrière sur sa chaise. Un soupir traversa les lèvres du brun tandis qu’il passa une main sur son visage. S’approchant de McGregor, il baissa le ton de sa voix avant de parler. « On tirera rien d’elle, elle m’a l’air complètement abrutie. C’est à Ste-Mangouste qu’ils auraient dût l’envoyer, pas chez nous. Je peux gérer qu’un seul taré et la place est déjà prise » Autrement dit par toi. Lalala. Se tournant de nouveau vers la folle, il secoua la tête en signe de résignation. « Bon, si c’est comme ça, on va t’envoyer quelqu’un qui te tuera après une bonne journée de torture. Apprécie ton voyage en enfer » Puis il récupéra sa veste et tourna les talons, prêt à quitter la pièce. Leur travail devenait vraiment de plus en plus ennuyeux, même les prisonniers ne se prêtaient pas au jeu des interrogatoires. Cependant, au moment où l’irlandais posa sa main sur la poignée de la porte pour sortir, il entendit un cri derrière lui, un cri masculin. Se retournant d’un geste brusque, il vit la scène au ralenti. La femme semblait s’être réveillée de sa torpeur et venait de sauter sur Jeremiah qui n’avait pas eu le temps de sortir sa baguette. Sa main agrippait les cheveux de la femme qui semblait vouloir serrer le cou frêle du blond avec ses mains, le visage déformé par la folie et la rage. La veste de Clint tomba sur le sol au moment où il sortait sa baguette d’un geste rapide. Un rayon de lumière rouge fila à travers la pièce et la femme fut bientôt catapultée contre le mur, son dos frappant avec force la pierre. Puis elle tomba sur le sol comme une vulgaire poupée de chiffon, ses membres pris de spasmes. Se tournant vers McGregor, Clint le vit se tenir le cou en observant avec dégoût la jeune femme. L’irlandais se rapprocha de nouveau de la table et, sans regarder Jeremiah, il brisa le silence. « Quelle malade. » Puis il se tourna vers le blond et reprit. « Ça va ? » Il se doutait que le blond n’allait pas apprécier la plaisanterie, et il allait avoir le plaisir de lui rappeler qu’il l’avait sauvé des griffes d’une folle furieuse. Mais là, il voulait surtout voir la réaction du blond. « Je te laisse t’occuper d’elle si tu veux, je suis pas trop torture et tout le reste, par contre si tu veux te défouler » Il fit un signe de la main en direction de la jeune femme qui semblait se remettre doucement de ses émotions, toujours allongée sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   Sam 21 Déc - 12:02


Jeremiah McGregor et Clint O'Toole.
soyons honnête, O'Toole tu tiens plus la route.



« C’est toi qui dis ça, alors que ta sœur est sans doute devenue psychiatre pour soigner ton cerveau d’aliéné ? L’hôpital qui s’fout de la charité putain. » Attention O'Toole à ne pas aller trop loin. En même temps, il n'avait pas tout à fait faux. Il était aliéné dans un sens quand on savait que l'un de ses passes temps était de tuer des rousses bien que cela fasse quelques temps que ça n'était pas arrivé. Était-ce l'emprise de Taylor sur lui qui atténuait ses instincts meurtriers ? Ou alors était-ce parce qu'il était trop occupé ? Il tuait déjà bien assez de gens au travail. Pour mettre tout le monde d'accord, on dira que c'était un peu les deux. Attention, il allait bientôt tomber dans la routine métro-boulot-dodo. L'horreur ! Il manquerait plus qu'ils aient un gosse avec Taylor et il était foutu. Et franchement ça n'avait rien de drôle. En tout cas Jeremiah préféra éviter la remarque de son collègue puisqu'elle était tellement basse que répliquer serait lui faire trop d'honneur. « On la joue comme d’habitude ? Tu fais le gentil. De toute manière avec tes cheveux peroxydés personne croira que tu pourrais faire du mal à une mouche » Oh vraiment ? Et pourtant, il n'était pas réputé pour être un tendre mais il faut dire que Clint avec ses allures de brute ne pouvait pas passer pour le gentil. C'est vrai il était parfait pour jouer la Bête dans la Belle & La Bête (t'as vu la référence de fifou). Ce n'était pas de sa faute si lui au contraire était agréable à regarder et s'il avait l'apparence du parfait gendre idéal. Et il n'avait pas les cheveux peroxydés, ils étaient naturels ! Mais Jeremiah ne pouvait pas nier qu'il en prenait soin et les entretenait, c'était la marque de fabrique des McGregor et en conséquence, il fallait les choyer. Alors les remarques de Clint O'Toole sur son physique, il s'en contre-foutait comme de l'an quarante.

Ils rentrèrent ensuite dans la salle. Jeremiah laissa Clint faire son numéro de caïd, il faisait ça à chaque fois et le jeune McGregor ne doutait pas qu'il y prenait du plaisir. Oui ça devait sûrement être pour assouvir ces désirs de roi de la jungle, du grand manitou super viril. S'il avait besoin de cela pour se prouver qu'il était bien un homme, Jeremiah s'en fichait. Lui n'avait pas besoin de cela. Et donc pendant qu'il se faisait menaçant, Jeremiah s'assit sur une chaise en face de la désignée coupable. Elle n'était pas belle à voir ça non. Sûrement que dans le passé, il en avait été différent. Oui quelques traces sur son visage d'une jeunesse éclatante étaient encore présentes. C'était triste de voir ce qu'elle était aujourd'hui mais ce n'est pas pour autant que Jeremiah se montrerait compatissante. Elle avait fauté, elle serait punie, c'était d'une logique implacable. « Je vais être clair, j’ai pas que ça à faire de ma journée. Je sais même pas pourquoi vous êtes encore en vie, si ça n’tenait qu’à moi vous seriez déjà en train d’être dévorée par les vers. Seulement il semblerait que vous avez peut-être des informations sur l’Ordre ou n’importe quelle autre organisation anti-régime. » Ah sacré petit nerveux, va ! Il avait des envies de meurtre... Quoique que Jeremiah soupçonnait plutôt une flemme aiguë. Oui Clint avait surtout envie de retourner pioncer sur sa chaise. C'était honteux, vraiment. « Donc tu vas me faire le plaisir de répondre à mes questions, sinon je te jure que tu vas regretter que ta mère n’ai pas fait de fausse-couche » Tout de suite les grands mots, une fausse couche. Est-ce qu'il avait besoin d'en aller jusque là ? Clint se recula plus loin et Jeremiah prit rapidement la parole pour se montrer plus souple. C'était son rôle de gentil flic. « Comme a commencé mon collègue de vous le dire, il serait mieux de coopérer. Tout ce que nous voulons ce sont des informations. » Traduction : on te fera pas la peau si tu l'ouvres. Jeremiah se tut après pour qu'elle parle mais rien. Super, elle choisissait le sang. Ah la la, pourquoi fallait-il toujours qu'ils cherchent la difficulté ? Clint s'approcha de lui et lui dit bas : « On tirera rien d’elle, elle m’a l’air complètement abrutie. C’est à Ste-Mangouste qu’ils auraient dût l’envoyer, pas chez nous. Je peux gérer qu’un seul taré et la place est déjà prise » Ahah, très drôle. Abruti toi-même ! Non mais franchement, il se croyait malin ? Il était nul. Ah non mais là Jeremiah était tout colère et c'était pas beau à voir quand il était comme ça. « Bon, si c’est comme ça, on va t’envoyer quelqu’un qui te tuera après une bonne journée de torture. Apprécie ton voyage en enfer » Pff, encore la théâtralité.

Jeremiah allait suivre Clint quand la femme se jeta sur lui. Il n'eut pas le temps de la voir venir et elle serrait déjà son cou entre ses doigts. Incapable de saisir sa baguette, il se rabatta sur les cheveux de son agresseur. Il tira de toutes ses forces mais cela ne changeait rien, elle était complètement ailleurs. En désespoir de cause, il poussa un cri pour alerter Clint. C'était le moment qu'il joue les héros celui-là, faire voir qu'il était vraiment fort. La participation de Clint ne se fit pas attendre car il lança un sort permettant à Jeremiah de se dégager. Une fois libre, Jeremiah tâtonna son cou pour évaluer les dégâts. Il devait avoir de grosses marques rouges, cela était sûr. Pourquoi les malades s'en prenaient toujours à lui ? Merde, il était pas une poupée ! « Quelle malade. » Vraiment ? Sans blague, Jeremiah aurait pas deviné. Il avait des envies de meurtre actuellement. Cette barjot avait osé le toucher, pour qui se prenait-elle au juste ? Elle ne savait donc pas à qui elle avait à faire ? Il était Kriss Jeremiah McGregor bordel de merde. « Ça va ? » Pourquoi ça n'irait pas ? Jeremiah préférait crever que de montrer une faiblesse devant Clint. Franchement il aurait pu apprécier le fait que Clint lui demande comment il allait, mais non au contraire il trouvait cela comparable à un affront. Vraiment tordu, je vous jure. « Ouais, ouais, ça va. » En gros casse-toi, j'ai pas besoin de ta pitié, je gère. « Je te laisse t’occuper d’elle si tu veux, je suis pas trop torture et tout le reste, par contre si tu veux te défouler » Sourire ironique. Trop de gentillesse, il ne savait pas que c'était son anniversaire. Clint se montrait rarement généreux, est-ce qu'un petit bobo suffisait à l'attendrir ? Bah, ça serait facile de le manipuler alors. Ou bien, il se montrait gentil avec son collègue et Jeremiah pourrait se contenter d'apprécier. Le truc c'est que Jeremiah était un petit con incapable de voir ce genre de choses. « O'Toole, tu veux jouer le mauvais flic et t'aimes pas la torture ? Faudrait qu'on envisage de changer les rôles. » Jeremiah aurait pu se mettre à rire s'il n'avait pas mal à la gorge. Toute manière ça s'était entendu à sa voix qui avait perdu un ou deux octave. « Mais oui je ne vais pas me montrer impoli et ne pas lui rendre la monnaie de sa pièce. » Il se racla la gorge avant de passer la main devant sa bouche. Il regarda la pauvre femme qui venait de se relever avec un regard meurtrier. Il sortit sa baguette tandis que Clint sortit de la pièce. Il laissa alors éclater tous ses instincts meurtriers et vous savez quoi ? Ça lui faisait un putain de bien fou. La pauvre femme vola dans plusieurs coins, cria et agonisa beaucoup.

Il lui fallut beaucoup de force pour ne pas la tuer sur le champ mais il ne devait pas, il le savait et c'est sûrement ce qui l'aida le plus à se calmer. Jeremiah voulait la gloire et donc son boulot était impeccable. En sortant de la pièce, il vit que Clint était encore là adossé contre le mur. Cela étonna un peu Jeremiah qui avait cru qu'il serait déjà parti. « Une folle de bon matin, ça met de bonne humeur, non ? » Mauvaise blague mais tant pis. C'était ce que Jeremiah avait de mieux en réserve. « Mais merci. » Il était sérieux. Il lui faisait en quelque sorte un compliment ou en tout cas c'était quelque chose de positif, c'était déjà énorme. « Je crois ne pas abuser en réclamant une pause avant le prochain interrogatoire. Un café ? Je te l'offre. » Trop de gentillesse, s'en était quasiment louche et pourtant il était sincère. Il était prêt à lui offrir un café et ça lui faisait même plaisir de le faire, c'était pour dire. Sortez le champagne, à ce rythme dans deux semaines, ils devenaient les meilleurs amis du monde... LOL.  

∞everleigh


__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: combat de coqs | mctoole   

Revenir en haut Aller en bas
 

combat de coqs | mctoole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: ministère :: niveau trois-