Partagez | 
 

 Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Mer 23 Jan - 0:07


Jeremiah McGregor.

« SACREBLEU, PAS JAUNE. » le hurlement de rage que poussa la jeune blonde la sortit elle-même de son rêve. Elle prit la première chose qu’elle avait à portée de main et le jeta contre le mur. Au poids de la chose et au bruit de casse qui en résultat, la surveillante en conclu que c’était le cadre photo à côté de son lit. Tant pis, il était moche de toute manière. D’un geste de baguette méthodique elle supprima le sortilège d’endormissement et ses yeux s’habituèrent peu à peu à la lumière environnante. Il n’était pas loin de sept heures du matin et elle ne devait être à Poudlard que dans deux bonnes heures, mais elle était réveillée et trop irascible pour se rendormir. Elle se leva et, sans un regard pour sa chambre en bordel, elle alla prendre une douche.

Si sa chambre était aussi mal rangée ce n’était pas que de sa faute. Déjà elle n’était maniaque que dans ses missions, le reste du temps peu lui importait l’ordre et ensuite elle n’était presque jamais chez-elle, alors pourquoi ranger ? D’ailleurs c’était la première nuit qu’elle revenait à Prés-au-lard après la fameuse nuit avec Jeremiah. Celle où ils s’étaient fiancés sincèrement, celle où ils avaient fait l’amour en laissant réellement se dégager leurs passions, celle qu’elle n’oublierait pas de sitôt. Seulement ce matin son cœur battait plus par rage, que par amour, contre son fiancé qui avait eu la stupide idée de. Non, elle ne voulait même pas y penser et elle augmenta la chaleur et la puissance du jet d’eau.

Une demi-heure plus tard et presque calmée, elle sortit de la pièce d’eau prête à s’habiller, toujours sans jeter un coup d’œil à la pièce, elle attrapa ses vêtements avant d’aller chercher sa cape. Elle prendrait un café avec n’importe quel professeur compétant à Poudlard, cela la calmerait de penser à ce que le Lord avait prévu pour la suite des événements dans le château, plutôt que de s’attarder ici.

La porte avait à peine claqué qu’elle avait déjà transplané devant le château. Elle leva son bras portant la marque, et elle traversa les grilles, qui semblaient de fer, pour entrer dans le parc. Seulement le chemin était trop long et personne ne se baladait encore dans le parc, bref, rien pour la distraire mais tout pour la ramener à ses sombres pensées, ô si seulement un élève pouvait arriver et faire une connerie pour que … Le choc la surprit. Grâce à ses réflexe elle put rester debout, mais ce qui la perturbait le plus était qu’elle n’avait strictement rien vu ni entendu venir. On lui était rentré dedans, et malgré la respiration de buffle, sûrement dû à la course matinée, elle n’avait senti la présence de personne avant la collision. C’était mauvais cela, très mauvais. Un bon mangemort est toujours à l’écoute, ne relâche jamais sa garde. « Je je, je suis désolée mademoiselle Kensington. » Ainsi donc l’être avait une voix et parlait, ce devait être un élève, elle n’en avait rien à faire, cela aurait été une souris, la sentence aurait été égale. « C’est tout ? » Elle ne le regardait toujours pas, trop supérieure pour baisser son regard sur le gamin à ses côtés. « Voyons, tu souhaites être sportif, voyons d’abord si tu es résistant. » Sa baguette était déjà prête dans ses mains, elle prononça la formule, juste pour faire peur à l’élève, son voix, menaçante, calme, mais grave ne trancha l’air que dans un souffle. « endoloris ». Avec délice, elle baissa son regard vers l’élève alors à terre. C’était toujours le même scénario. D’abord l’élève semblait surpris. Puis la douleur le jetait sans ménagement au sol. Enfin le sortilège prenait possession de toutes les parties du corps de la personne et là cela devenait horrible. La bouche du garçon s’ouvrit comme pour hurler, mais avant même qu’un son ne s’échappe, l’ancienne langue-de-plomb avait lancé un sortilège de mutisme. « Voyons, tu ne vas pas réveiller tes camarades non plus. » Le visage du jeune homme devint rouge, puis gris. Son corps se tordit. Sa bouche s’agrandissait, des larmes commençaient à couler le long de ses joues. L’élève souffrait. Et puis il avait mal, plus Taylor se calmait intérieurement. Au bout d’un moment qui lui parut suffisant, la blonde leva le sortilège, prenant garde à bien laisser celui de mutisme en place et se retourna pour partir. D’un voix assez forte elle dit. « Quand on est mauvais, on fait attention à ne pas se montrer en public. » L’intuition féminine de la blonde lui assurait qu’elle n’allait plus revoir cet élève avant un bon moment…

Le cœur un peu plus léger, elle entra dans le hall. Elle y croisa le professeur de créature magique, parfait. Voilà un bon mangemort sans foi ni loi, avec qui elle pourrait se détendre avant de s’exciter pour de bon sur les élèves. Elle se rappela sa discussion avec Clint, même si les enfants étaient dur à vivre, cela avait du bon, car elle avait presque carte blanche pour en faire ce qu’elle voulait. Un rictus méprisant se forma sur ses lèvres quand elle vit un troupeau de première année passer les portes de la grande salle, ils avaient l’air si innocent et si naïf, c’était peut-être les plus amusant à torturer, quand leurs mines étonnées se transformaient en douleur.

« Eh Kensington, t’as invitée ta mère pour ton mariage ? à non c’est vrai elle est morte. » La jeune femme perdit le contrôle de ses émotions pendant quelques instants tant elle était surprise par la réplique du jeune homme. Décidemment, Merlin voulait qu’elle tue quelqu’un. Oh si elle pouvait tuer une Weasley ! Elle reprit son visage impassible en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Son esprit carbura au maximum, seuls les mangemorts étaient au courant de son mariage, mais l’information avait dû filtrer, cela n’était pas grave, juste quelque peu embêtant mais puisqu’il était prévu de longue date cela ne devrait choquer personne. Par contre l’histoire sur sa mère la fit hésiter. Seul Eros à Poudlard était au courant qu’elle n’avait plus de nouvelles de sa mère depuis qu’elle avait quitté le domicile familial il y a plus de sept ans. Se pouvait-il qu’il avait laissé filtrer l’information dans l’ambition de continuer à la blesser ? Si seulement il savait que sa mère était une affaire classée qui ne la touchait en rien. Elle se leva pour s’approcher du présomptueux. « T’as vu pignouf, elle vient me voir. » murmura-t-il à son camarade, qui lui au moins, eu l’intelligence de se déplacer, certes indolemment, le plus loin possible de la surveillante de mauvais poil. Elle était si proche de lui qu’elle n’avait pas besoin d’hausser la voix. « Ma mère se porte comme un charme et je ne te conseille pas de t’attaquer à elle, elle te terrasserait en moins de temps qu’il ne faut pour dire quidditch. Je te laisse un nycthémère pour te présenter à mon bureau. » Alors qu’elle tournait les talons pour aller voir ailleurs, n’importe où mais loin de cette grande salle, elle entendit l’élève murmurer à son camarade. « Qu’est-ce qu’elle a dit de ma mère l’autre connasse-là ? » Sans que personne, pas même-elle, ne comprenne, les mains de la blonde se refermèrent sur la gorge de l’élève. Son visage n’allait pas tarder à manquer de sang. « Un nycthémère, gros ignare, c’est une période de vingt-quatre heures. Mais. Ne. M’insulte. Jamais. Plus. » chacun de ses mots étaient ponctués d’un resserrement de ses doigts. Avec toute la force dont il était capable, il tenta d’acquiescer. « Je n’ai pas compris ce que tu as tenté de me dire. » Les yeux du jeune homme s’écartèrent, comprenant qu’il allait manquer de souffle et de sang… et il s’évanouit. Alors délicatement elle desserra la pression de ses doigts et d’un ton méprisant, elle désigna un jeune garçon frêle. « Toi, amène-le à l’infirmerie. » Et lassée de toute cette agitation, elle quitta la salle.

Voilà. Elle était de nouveau de mauvaise humeur, prête à casser n’importe quoi. Pourvu que cela fasse mal à quelqu’un. Jeremiah. Ses yeux s’ouvrirent. C’était lui la cause de tout cela, il fallait qu’elle aille le voir. Sans prévenir quiconque elle quitta le château et transplana à Londres. Les mesures de sécurités avaient été renforcées de partout et elle dû présenter son pass et montrer sa marque au gardien pour entrer directement et ainsi éviter tous les contrôles aussi lent qu’inutiles, les sorciers avaient beaucoup trop peur pour se rebeller et cela faisait bien longtemps que personne n’avait entendu parler de révolte de l’ordre du phénix. D’ailleurs Harry Potter croupissait dans sa prison et personne ne s’en souciait. Tant mieux.

« Clint. » salua-t-elle, d'un ton presque aimable, le jeune homme qu’elle croisa devant la statue des moldus écrasés. Ah. Voilà une chose qui la remettait d'humeur stable. Elle faillit en oublier. « JEREMIAH MCGREGOR. » Il était dans son champ de vision, accompagné d’une charmante jeune femme, une mijaurée évidement, mais cela l’importait peu. Qu’il reste au centre de l’attention, elle allait pouvoir le démonter sur place. Il croisa son regard et il comprit. Comme quoi il connaissait plutôt bien sa fiancée car il lui offrit un sourire tout à fait hypocrite. « ne te ridiculise pas en public, je sais à quel point tu es sexy quand tu t’énerves, mais là évite de te donner en spectacle. » Il avait osé, osé se moquer d’elle et la rabaisser en public et le pire, c’est qu’il avait raison. Même si, soit-dit entre nous, elle était sexy dans toutes circonstances. Elle lui attrapa violemment le poignet et l’attira à elle. « Connais-tu alors une salle ou je pourrais t’assassiner sans un lot de témoin, dans ce cas. » Lui rendant son sourire hypocrite. Un point partout. Dire que la jeune femme était en train de s’esclaffer à leurs côtés. Jeremiah posa sa main sur celle de sa fiancée, comme pour lui dire ‘ne la tue pas elle, ce n’est pas un de tes élèves que tu peux martyriser à tes souhaits’ ah, voilà donc un deuxième problème dû à Poudlard. Elle prenait l’habitude d’être une reine, qui pouvait se venger sur la première personne venue, chose peu conseillée dans la réalité, sauf si l’on se trouve dans un quartier moldu évidemment.

Finalement elle suivit le blond au travers du ministère qu’il connaissait par cœur et dont elle n’avait presque rien oublié. Rapidement ils se retrouvèrent dans une petite pièce, ni sur chauffée, ni pleine de monde, sans fenêtre –parfait, sans témoin– et sans objets de valeurs –chouette elle allait pouvoir casser des meubles sans remords– il avait bien choisit. « Tu ne sais pas pourquoi je viens ? MONSIEUR je fais tout mieux que tout le monde ? » Elle n’attendit même pas qu’il réponde. Elle ne le regardait même pas. Non pas qu’elle avait peur de céder face à son regard mais plutôt qu’elle savait qu’il allait essayer de l’amadouer pour faire passer ses torts comme des riens. « Oh non, monsieur McGregor ne se mouille pas ? » Elle lui tourna le dos. « Ou peut-être même que tu ne sais même pas ce que tu as fait. » Dans une mimique parfaitement fidèle à elle-même, Taylor leva les yeux au ciel. « Voilà c’est précisément ça en fait. Tu n’as JAMAIS rien fait pour t’occuper du mariage. Tu pensais que j’allais m’en occuper toute seule, que j’avais le temps et rien à faire à Poudlard ? Que je m’ennuyais et que ça m’amusait ? Et BIEN NON MONSIEUR, cela ne m’amuse pas. Cela me fatigue. Un élève m’est rentré dedans tellement je suis distraite. Tu te rends compte ? Mais toi non, tu t’en fiches. Toi tout va bien, je fricote avec mes collègues au Ministère. Non, ne mens pas, je SAIS. J’ai travaillé ici pendant un bon bout de temps, il est évident que j’ai gardé des contacts, croyais-tu que j’allais te suivre comme un chien fidèle ? Croyais-tu que tes beaux allaient suffirent pour me garder proche de toi ? Pff. Balivernes. Si tu me veux, il faut que tu me mérites, et aujourd’hui tu es plutôt mal parti. » Elle écarta ses fins doigts afin de desserrer ses poings. Heureusement qu’il n’y avait pas de témoins. « Et pour en revenir à toi tout particulièrement. » reprit-elle, un poil moins fort, en se retournant vers le blond et en plantant son regard dans ses pupilles. « Tu as préféré délaisser et demander, à une quelconque pimbêche de s’occuper des centres de tables. POURQUOI s’est-elle occupée de cela en premier d’ailleurs ? Mais le pire de tout c’est qu’elle les a pris JAUNE. Quelle couleur idiote. Depuis quand le jaune c’est beau ? C’est médiocre et trop pétant. Je n’aime pas le jaune. Je REFUSE de voir ça dans la salle de réception. Et je ne sais pas si le pire est que tu ais délaissé ou que ça soit jaune. Maintenant rattrape-toi. » Fatiguée par toute sa tirade, elle s’assit sur la chaise qui se trouvait à côté d’elle et elle ferma les yeux. Continuant de maugréer contre le mariage, le jaune, les pimbêches et toutes les choses qui lui passaient par la tête. Elle n’allait pas le libérer tant qu’il n’avait pas fait quelque chose pour se rattraper, oh ça oui, c’était sûr !

©️ fiche créée par ell




Spoiler:
 

__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Sam 26 Jan - 13:12


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


« June, June attends-moi. » Jeremiah se mit à courir dans le couloir pour rattraper son amie-larbin. Même si pour le coup c'était plus pour qu'elle lui rende un service parce que voyez-vous, de un il n'avait pas le temps, pas forcément l'envie et qu'il avait confiance dans les goûts de June. « Jeremiah, ça va ? T'as l'air pressé, une mission de prévue ? » Naïve, naïve. On pourrait pratiquement lui offrir le bon Dieu à confession à cette gamine, même si elle en était plus vraiment une. Bien souvent elle lui rappelait sa petite sœur, Tarama. C'est vrai sa magnifique, douce et précieuse Tamara. Bon bien sûr, Jeremiah n'avait pas du tout la même relation avec June et il ne la désirait pas le moins du monde mais tout le monde devait convenir qu'elles étaient semblables. Elles étaient toutes les deux très naïves et insouciantes mais c'était du à leur âge et au fait que toutes les deux avaient des grands frères très protecteurs qui les avaient toujours épargnées... « Ça va et toi ? Non je suis pas pressé, c'est juste que je voulais pas te rater ! » Il lui fit un sourire charmeur qu'il réservait toujours pour les charmantes demoiselles qui pouvaient lui être utiles. « Je voulais te demander, tu t'es occupé de notre petit secret ? Tu sais pour le mariage, non parce que si Taylor me demande, tu vois je veux être capable de donner la bonne réponse... » C'était mal ce qu'il avait fait, refourguer son boulot à June mais il avait des excuses, ne l'oublions pas. « Oh oui bien sûr, je m'en suis occupée. J'ai été voir avec une amie tu vois parce qu'à deux on est toujours de meilleurs conseils et donc on a choisi comme couleur jaune. Je sais tu es septique. Moi aussi je l'étais au début mais je t'assure que c'est parfait ! Ça va amené de la clarté et faire comme un écho à votre bonheur et le plus important c'est assorti à votre couleur de cheveux à toi et Taylor, si c'est pas génial ! Ne me remercie pas et si tu as besoin d'autres choses, dis-moi ça me fait très plaisir de t'aider. Vous auriez dû engager un organisateur de mariage, un homme occupé et important comme toi n'a pas le temps pour ça. » Elle avait tout compris, flatter l'ego des hommes était indispensable. Elle irait loin par contre pour le jaune Jeremiah n'était toujours convaincu et il sentait que Taylor non plus. Il allait devoir être très convaincant au près de sa belle, il allait avoir besoin d'encouragements. « Merci June, tu ne te rends pas compte du service que tu me rends. Je te laisse je dois y aller. Passe une bonne journée. » Il lui fit une bise avant de la laisser, il avait d'autres chats à fouetter.

Jeremiah retourna alors dans son bureau. Clint n'était pas là et tant mieux Jeremiah n'avait pas envie de lui parler. Tous les deux n'étaient pas vraiment potes, non ils étaient plutôt des rivaux dans tous les domaines et en plus Clint était ami avec Taylor. Clint adorait lui rappeler cela et se payer la tête de Jeremiah au passage, pff, pathétique ! Il fallait être indulgent, il ne lui restait que quelques années à vivre vu son âge. C'était le mammouth du service, le petit vieux quoi qu'on garde parce qu'il fait pitié (la dédicace c'est gratuit mon cher ) Jeremiah se laissa alors tomber sur sa chaise de bureau et se mit à réfléchir plus en profondeur et longuement sur son avenir. Dans quelques mois, une année et quelque plus au plus tard, il serait marié. Oui il y aurait une madame Jeremiah McGregor et c'était assez flippant en toute honnête. Il aimait Taylor, ce n'était pas la question. Elle était le genre de femme rêvée pour un homme de sa condition : elle était de sang pur, belle, charmante en société et elle était une Mangemort confirmée. Non oui elle avait tout pour plaire bien qu'il fallait tout de même mettre son mauvais caractère de côté. Lorsqu'il l'avait demandé en mariage, il l'avait fait parce qu'il en avait envie. On ne l'avait pas forcé, ils étaient déjà fiancés de toute manière mais il voulait lui montrer qu'il le voulait aussi. Oui il voulait lui montrer qu'il ne la prenait pas pour femme par obligation, c'était une preuve d'amour. A ses yeux il n'avait jamais été aussi vulnérable qu'au moment où il avait posé genoux terre et qu'en la regardant droit dans les yeux et qu'il lui avait demandé d'être sa femme pour de vrai. Or ça ne lui arrivait que très rarement d'être dans une position de faiblesse. Heureusement elle avait dit oui, il n'aurait manqué que ça qu'elle lui rit au nez. Oh si ça avait été le cas, il serait devenu fou et il ne savait ce qu'il aurait été capable de faire, des mauvaises choses, c'était sûr. Mais maintenant avec l'après-coup, avait-il envie d'être enchaîné ? Non mais parce que le mariage ça ressemblait un peu à des chaînes. C'était peut-être aussi pour ça qu'il n'avait pas envie de s'investir dans les préparatifs du mariage, que quand on le félicitait il souriait un peu gêné. Alors qu'il réfléchissait à cela, quelqu'un vint frappa à la porte, un collègue de boulot. « McGregor, on t'attend dans le hall avec O'Toole. Il y est déjà apparemment. » Bien puis qu'on avait besoin de lui, il venait.

Le niveau des Oubliators était le troisième étage, Jeremiah utilisa donc l'un des ascenseurs pour se rendre dans le hall. Il arrive en un rien de temps, c'était l'avantage de la magie, on ne perdait jamais de temps, ou presque. Lorsqu'il arriva plusieurs hommes étaient rassemblés. On parlait boulot de toute évidence. Un sujet important car il n'y avait que « les gros bonnets » de présent ici. Oui Jeremiah se considérait comme un gros bonnet parce qu'il avait graver les échelons très vite et qu'il avait la figure du jeune premier qui réussit tout. Il n'y avait pas à dire mais maintenant tout le monde le respectait, ou presque. On lui expliquait une future mission qui allait se dérouler à Poudlard et c'était du sérieux. Cependant on ne raconta pas tous les détails, ça, ça serait fait dans un bureau petit ou seraient présents seulement les personnes concernées. Le Ministère n'était pas à l'abri d'espions surtout que le hall était à tout moment très fréquenté, enfin sauf peut-être la nuit et encore on pouvait avoir des surprises. Tout le monde se sépara. Une femme vint alors l'interpeller pour lui parler papiers administratifs, une tactique pour l'aborder et espérer plus si affinités. Lorsque Jeremiah entendit une voix qu'il serait capable de reconnaître parmi une foule en délire et ça ne sentait pas bon. « JEREMIAH MCGREGOR. » Qu'est-ce qu'il avait dit ? Elle était énervée, ça se sentait. Qu'est-ce qu'elle avait ? Franchement il n'était pas d'humeur pour une scène. Il employa donc la technique qui était la plus à même à adoucir la situation. Il lui adressa un sourire avant de lui dire calmement : « Ne te ridiculise pas en public, je sais à quel point tu es sexy quand tu t’énerves, mais là évite de te donner en spectacle. » Qu'il était pas mignon ? Elle allait sûrement le flinguer sur place mais au moins il serait resté digne jusqu'au bout, jusqu'à son dernier souffle. Elle lui saisit alors violemment le poignet, cette femme était violente sérieusement. « Connais-tu alors une salle ou je pourrais t’assassiner sans un lot de témoin, dans ce cas. » La minette qui l'avait accosté plus tôt se manifesta en se moquant de Taylor. Mauvaise idée, très mauvaise idée, elle voulait sérieusement mourir celle-là ! Jeremiah entrevoyant la tempête prit la main de Taylor pour lui dit qu'elle ne pouvait pas s'occuper de cette fille, elle n'avait pas ce pouvoir au Ministère. Le Ministère n'était pas sa cour de jeux comme Poudlard. Il en profita alors pour l'emmener ailleurs. Il fallait mieux qu'ils s'en aillent avant que ça dégénère en crêpage de chignons et qu'il soit obligé de les séparer.

Jeremiah la conduisit alors dans une petite pièce qu'il savait reculée où personne ne viendrait les déranger, c'était ce dont ils avaient besoin pour que Taylor explose à volonté. Il savait qu'elle allait se déchaîner, elle était comme ça Taylor, elle avait du caractère et elle le faisait savoir. Il l'aimait pour ça aussi parce que ça faisait beaucoup de son charme. Jeremiah se posa dans un coin attendant la sentence. Connaissant la jeune femme, ça allait arriver très vite. « Tu ne sais pas pourquoi je viens ? MONSIEUR je fais tout mieux que tout le monde ? » Ça c'était un fait, elle n'avait pas besoin de le dire en question. Il était celui qui faisait tout mieux que tout le monde. Et puis elle n'avait pas besoin de le dire sur ce ton, il n'était pas son gamin, elle n'avait pas à l'engueuler comme si c'était le cas. Non franchement, il n'aimait pas du tout le ton qu'elle employait, il fallait qu'il reste calme car sinon ça allait très mal tourné. « Oh non, monsieur McGregor ne se mouille pas ? » Jeremiah soupira tellement la situation l'exaspérait à l'avance. « Ou peut-être même que tu ne sais même pas ce que tu as fait. » Avait-elle enfin cracher le morceau qu'ils en finissent ? Ah elle avait un côté théâtral, elle aimait faire durer le suspens. Il n'avait pas toute la journée, il était un homme occupé et ce n'était pas des conneries, certains avaient un vrai métier qui était un peu difficile que d'engueuler des gamins. « Voilà c’est précisément ça en fait. Tu n’as JAMAIS rien fait pour t’occuper du mariage. Tu pensais que j’allais m’en occuper toute seule, que j’avais le temps et rien à faire à Poudlard ? Que je m’ennuyais et que ça m’amusait ? Et BIEN NON MONSIEUR, cela ne m’amuse pas. Cela me fatigue. Un élève m’est rentré dedans tellement je suis distraite. Tu te rends compte ? Mais toi non, tu t’en fiches. Toi tout va bien, je fricote avec mes collègues au Ministère. Non, ne mens pas, je SAIS. J’ai travaillé ici pendant un bon bout de temps, il est évident que j’ai gardé des contacts, croyais-tu que j’allais te suivre comme un chien fidèle ? Croyais-tu que tes beaux allaient suffirent pour me garder proche de toi ? Pff. Balivernes. Si tu me veux, il faut que tu me mérites, et aujourd’hui tu es plutôt mal parti. » Oh mais qu'elle continue à se comparer à un trophée parce que lui peut-être elle ne devait pas le mériter ? Comme elle le disait si bien, il flirtait mais il ne faisait rien de mal et il pourrait avoir qui il voulait ici en un claquement de doigt ! Alors qu'elle arrête de monter sur ses grands chevaux ! Lui faisait-il des scènes lui ? Elle travaillait avec Eros, lui qui lui avait du chantage sexuel pendant longtemps mais est-ce qu'il le lui avait reproché, non ? Pourtant il pourrait en avoir des doutes ! Cela faisait bien longtemps que Jeremiah ne couchait plus qu'avec qu'une seule femme et c'était elle mais non madame n'était pas encore satisfaite, il faudrait en plus qu'il lui écrive des poèmes, genre ? Elle voulait qu'il vienne lui chanter ses louanges à Poudlard aussi ? Mais elle rêvait, Jeremiah n'était pas comme ça ! Ne l'avait-elle pas compris encore ? Il n'était pas romantique au quotidien, non il l'était rarement pour des situations particulières.

Alors oui c'était vrai, il ne s'occupait pas du mariage mais ce n'était quand même pas de sa faute s'il n'arrivait pas s'y investir. Il y avait un blocage chez lui, il contournait juste l'obstacle. Et puis même en général les femmes adoraient organiser le mariage de A à Z pour avoir le mariage de leurs rêves, Jeremiah lui offrait cela sur un plateau d'argent mais madame n'était toujours pas satisfaite. Elle n'avait qu'à organiser cela avec sa meilleure amie et lui foutre la paix. Ah mais oui problème, Taylor n'avait pas d'amis ! Il y allait avoir très peu de gens au mariage vu le nombre de personnes avec qui elle n'était pas en guerre ! Malgré que toutes ses pensées traversaient l'esprit du jeune homme, en dehors il resta calme, un peu hautain et glacial mais au moins il ne lui serait pas le cou si fort qu'elle pourrait mourir à bout de souffle. Il ne la torturait pas jusqu'à ce qu'elle en pleure et le supplie de lui accorder son pardon. AH oui Jeremiah McGregor était charmant mais il avait une facette noire, très noire que Taylor ne connaissait pas et qu'elle ne voulait pas voir, croyez-le. « Et pour en revenir à toi tout particulièrement. » Elle se calmait un peu, s'excusait-elle déjà ? Jeremiah avait pensé que ça prendrait plus de temps, elle était épatante des fois, cette femme. Naïf. « Tu as préféré délaisser et demander, à une quelconque pimbêche de s’occuper des centres de tables. POURQUOI s’est-elle occupée de cela en premier d’ailleurs ? Mais le pire de tout c’est qu’elle les a pris JAUNE. Quelle couleur idiote. Depuis quand le jaune c’est beau ? C’est médiocre et trop pétant. Je n’aime pas le jaune. Je REFUSE de voir ça dans la salle de réception. Et je ne sais pas si le pire est que tu ais délaissé ou que ça soit jaune. Maintenant rattrape-toi. » Elle s'assit alors sur une chaise laissant Jeremiah en pleine réflexion. Il ne savait pas trop par où commencer mais de toute manière ça n'allait pas plaire à sa future femme. Elle croyait quoi ? Qu'il allait lui demander pardon à genoux ? Dans ce cas-là, elle se fourvoyait et elle se fourvoyait grandement ! Jamais il ne s'abaisserait à ça, jamais ! Elle pouvait crever, oui fini les belles expressions. Il n'était pas son pantin ou son jouet. Elle croyait qu'elle pouvait venir comme ça et lui faire une crise à propos de flirts de centres de tables ? Mais il en avait rien à cirer des centres de table, ils pouvaient être jaune, vert ou fushia il en avait rien à faire ! Qui regarderait ces centres de tables ? PERSONNE ! A part les vieilles ménagère frustrées sexuellement qui remarquer les petits détails parce que personne s'occupait d'elles. Qu'elles aillent tirer un coup et qu'elles lui foutent la paix avec ces put**n de centres de table. Tout ce qui comptait c'est que ça ne soit pas multicolore après quelles couleurs, il s'en fichait. Tout ce que les gens retiendraient c'est que leurs deux familles avaient fait une union avantageuse et c'est tout. Dans les journaux, on dirait d'eux qu'ils étaient beaux, brillants et qu'ils avaient tout pour être heureux. Basta, tout le monde serait content mais nul part on ne lirait un commentaire sur les centres de table !

Jeremiah serra alors les poings et commença peu doux et implorant comme l'attendait sûrement Taylor. « Et quoi, c'est tout ? Tu n'as rien d'autres à me reprocher pendant que tu y es ? Tu crois quoi, Taylor ? Que je vais ramper à tes pieds comme ton petit chien ? Tu me fais une crise à cause de flirts mais surtout à cause de centres de table ! Tu te rends compte à quel point la situation est ridicule ? A quel point tu es ridicule ! Oui car c'est toi qui te ridiculise, heureusement qu'il n'y a que nous deux. Oui, heureusement que je nous ai emmenés là. » Il sourit ironiquement. Ils allaient sûrement en arriver aux mains au rythme où ça allait mais ne dit-on pas que toute relation a besoin de piquant ? Oh entre eux, je vous rassure, il n'en manquait pas ! « Tu veux que je sois sincère Taylor ? Je vais te dire j'en ai rien à faire de ces centres de table. Mais alors c'est même pas un soucis pour moi, je veux dire qu'il y ait ou pas, c'est la même chose et tous nos invités s'en foutront aussi ! Oh si peut-être qu'ils feront une petite remarque en s'asseyant à leur table mais si le repas est bon, que l'alcool coule à flot et qu'il y ait de la bonne musique, ce centre de table n'aura jamais existé dans leurs vies ! » Ça faisait du bien sincèrement d'éclaircir son point de vue sur ces satanés centres de table. Ah oui ça soulage. « Deuxièmement, oui je flirt avec des jeunes femmes canons, incroyablement sexys mais surtout qui sont incroyablement bêtes ! Comme tu l'as si bien dit Taylor, tu as été au Ministère, tu sais que ça marche comme ça pour moi. Je fais un sourire charmeur à une fille, lui glisse deux-trois mots doux et elle fait tout ce que je lui demande. Est-ce que c'est facile comme méthode ? Oui, évidemment ! Mais j'aurais tort de m'en priver. Est-ce que ça veut dire que je trompe pour autant ? Non. Si je voulais le faire, je ne t'aurais pas demandé au mariage. On serait resté comme avant et je me serais tapé toutes les foutues secrétaires du Ministère sans avoir à attendre ce genre de crises. » Il commençait lui aussi vraiment à s'énerver. Marre de se faire engueuler et en plus elle venait de pourrir sa journée. AH les femmes, une fois que je vous les prenais, elles vous pourrissent la vie pour toujours. « Ensuite oui, j'ai demandé à une fille de s'en charger. Une pimbêche à tes yeux, une amie aux miens. June Macnair, une personne très respectable, autant que toi ou moi. Je ne pense donc pas que tu ais à la traiter de pimbêche, elle ne l'a jamais fait à ton égard. Pourquoi j'ai délégué ? Et bien je pense que c'est clair parce que je ne m'intéresse pas aux centres de table et parce que j'ai confiance en elle et en ses choix. Alors c'est vrai que jaune n'est pas forcément une bonne couleur mais ce n'est pas pour autant horrible, c'est lumineux, c'est accordé à notre couleur de cheveux comme l'a dit June. Je soupçonne sous ta haine du jaune, un pauvre Poufsouffle qui a eu le malheur de faire quelque chose qui t'a déplu. Alors maintenant calme-toi, tu veux ? »

Jeremiah essaya de se calmer même si c'était vraiment difficile. « Je ne veux pas que tu crois que parce que la couleur des centres de table ne m'intéresse pas, je ne veux plus me marier avec toi, c'est faux. Je te demander de m'épouser sincèrement mais les modalités de notre mariage n'est pas mon principal soucis. Je ne suis pas féru des détails, qu'on se marie sur une plage que nous ou qu'on fasse un grand mariage, je m'en fiche. Je t'offre la possibilité d'avoir le mariage de tes rêves, de l'organiser de A à Z, peu de femmes peuvent en dire autant ! Si tu ne veux pas t'en occuper, bien, engage un organisateur ! On a de l'argent, on peut largement se le permettre. Moi j'ai d'autres choses à m'occuper. Je suis oubliator, c'est un métier qui occupe beaucoup de mon temps et quand je te vois je n'ai pas envie de me prendre la tête à propos de centres de table ! S'il faut quelqu'un pour me représenter, tu n'as qu'à organiser le mariage avec ma sœur ou avec ma mère, tu vas adorer le faire avec elle, j'en suis sûr. » C'était purement ironique, les deux femmes finiraient par s’entre-tuer bien que Taylor aurait très vite l'avantage. « Maintenant je pense qu'il faut mieux se calmer au lieu de s'exciter. » A tous les coups en lui disant de se calmer, Jeremiah n'allait faire que l'énerver encore plus, tant pis.


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Dim 3 Mar - 11:43


Jeremiah McGregor.

« Et quoi, c'est tout ? Tu n'as rien d'autres à me reprocher pendant que tu y es ? Tu crois quoi, Taylor ? Que je vais ramper à tes pieds comme ton petit chien ? » Elle ne le croyait pas, il allait le faire. Elle était soixante fois trop en colère pour laisser passer cela. Elle n’était pas son chien non plus. Il fallait faire des efforts de chaque côté et elle avait décidé qu’elle n’en ferait plus tant que lui non plus, un point c’était tout. « Tu me fais une crise à cause de flirts mais surtout à cause de centres de table ! Tu te rends compte à quel point la situation est ridicule ? A quel point tu es ridicule ! Oui car c'est toi qui te ridiculise, heureusement qu'il n'y a que nous deux. Oui, heureusement que je nous ai emmenés là. » Elle n’était pas sensible sans raison et malgré toutes les vérités sur son comportements qu’on lui balançait à la gueule, elle ne le prenait généralement pas mal puisqu’elle l’avait toujours voulu. Là par contre, venant de Jeremiah c’était autre chose. Ridicule, elle ? Il allait voir ce qu’il allait voir. Elle commençait à voir rouge. « Tu veux que je sois sincère Taylor ? Je vais te dire j'en ai rien à faire de ces centres de table. Mais alors c'est même pas un soucis pour moi. » Il le faisait exprès. Il la testait, vérifiait ses limites. Elle disait ‘centres de table’, mais elle parlait de son incapacité à s’intéresser au mariage. Elle disait ‘centres de table’, mais elle parlait de tout ce qu’il zappait consciemment ou non. Elle disait ‘centres de table’, mais elle parlait de lui et d’elle. Les centres de tables étaient un détail, mais ils avaient l’avantage d’être concrets et de montrer du doigts les problèmes. « Deuxièmement, oui je flirt avec des jeunes femmes canons, incroyablement sexys mais surtout qui sont incroyablement bêtes ! » Ce n’était pas grand-chose, mais c’était déjà un bon début. Après, il y a flirter et flirter. Et à ce moment précis l’ancienne langue-de-plomb n’était pas prête à voir les bons côtés que cela pouvait avoir, et les semi-compliments cachés encore moins. « Comme tu l'as si bien dit Taylor, tu as été au Ministère, tu sais que ça marche comme ça pour moi. Je fais un sourire charmeur à une fille, lui glisse deux-trois mots doux et elle fait tout ce que je lui demande. Est-ce que c'est facile comme méthode ? Oui, évidemment ! Mais j'aurais tort de m'en priver. » Elle haussa un sourcil. Il était donc fier de ne rien faire par lui-même et de s’arranger des coups plus simples partout ? Ainsi monsieur choisissait la facilité pour éviter d’avoir à se mouiller. Bien. Bravo. Elle au moins elle exécutait ses tâches elle-même et jusqu’au bout. Quel était l’intérêt de se voir confier des missions si c’était pour les voir s’exécuter par d’autres ? Ou alors voulait-il se plaindre par ce biais en montrant qu’on ne l’estimait pas à sa vraie valeur ? Pauvre chéri. Taylor l’aurait presque plain. Presque. « Est-ce que ça veut dire que je trompe pour autant ? Non. Si je voulais le faire, je ne t'aurais pas demandé au mariage. On serait resté comme avant et je me serais tapé toutes les foutues secrétaires du Ministère sans avoir à attendre ce genre de crises. » Elle ne releva même pas. Elle était tellement énervée qu’elle était à la limite de préférer l’avoir surpris en train de la tromper. Certes, elle l’aimait réellement, mais cela les tuait tous les deux. . « Ensuite oui, j'ai demandé à une fille de s'en charger. Une pimbêche à tes yeux, une amie aux miens. June Macnair, une personne très respectable, autant que toi ou moi. » Taylor tiqua. Elle connaissait bien June, certes elle ne l’aurait pas traitée de pimbêche si elle avait su que c’était elle l’origine de tout cela, mais pourquoi June et surtout pourquoi June ne lui en avait pas parlé ? Maintenant c’était ce détail plus qu’autre chose qui l’énervait : pourquoi avait-il déléguer sans lui en parler directement ? Oui, dès qu’un rayon de soleil se montrait quelque part, Taylor pointait autre chose du doigt, jamais satisfaite. « Pourquoi j'ai délégué ? » Ah bien, c’était la question qu’elle se posait, comme quoi il lui arrivait de faire des choses bien parfois. « Et bien je pense que c'est clair parce que je ne m'intéresse pas aux centres de table et parce que j'ai confiance en elle et en ses choix. » Le rapport était trop étroit pour que la demoiselle Kensington arrive à le saisir. Il ne s’y intéressait pas, ainsi qu’au mariage soit dit en passant, mais le fait qu’il fasse confiance aux choix de Macnair … quel était le rapport avec la choucroute ? « Alors c'est vrai que jaune n'est pas forcément une bonne couleur mais ce n'est pas pour autant horrible, c'est lumineux, c'est accordé à notre couleur de cheveux comme l'a dit June » … Taylor resta sans voix et san pensées. Il défendait le jaune maintenant ? le JAUNE. J-A-U-N-E. Yellow. Amarillo. Gelb. Giallo. Melyn. Ou encore žlutý. Qui diable être censé aimait cette couleur criarde ?« Je soupçonne sous ta haine du jaune, un pauvre Poufsouffle qui a eu le malheur de faire quelque chose qui t'a déplu. » Le « Alors maintenant calme-toi, tu veux ? » La jeune femme eut un mouvement de recul, tel un sursaut. Il osait lui donner un ordre ? Qu’elle se calme ? Bien sûr mon petit, on allait en reparler … Qu’elle se calme après tout ce qu’il venait de lui balancer en pleine face, comme si c’était possible. Elle ricana. Elle allait lui répondre bien sèchement quand il reprit, beaucoup plus calme. « Je ne veux pas que tu crois que parce que la couleur des centres de table ne m'intéresse pas » Bah tiens, elle allait le croire, s’il était doué pour tromper les autres, cela ne prenait pas avec elle. « que je ne veux plus me marier avec toi, c'est faux. » C’était déjà mieux, mais elle n’était toujours pas calmée. « Je te demander de m'épouser sincèrement mais les modalités de notre mariage n'est pas mon principal soucis. » Bon, il commençait à gagner des réels points là. Elle était presque déçue de ne pas avoir le pouvoir de réellement lui cracher ses défauts au visage. Rha. Pourquoi est-ce qu’il savait lui dire ce qu’il fallait aussi ? Il l’énervait tellement il était parfait pour elle. « Je ne suis pas féru des détails, qu'on se marie sur une plage ou qu'on fasse un grand mariage, je m'en fiche. » Ils s’appelait Kensington et McGregor, ils n’avaient pas le choix, leur mariage devrait être grand. Ce n’était pas du fétichisme ce qu’elle faisait. Théoriquement, le mariage en grande pompe ne l’intéressait pas non plus, elle n’avait personne à impressionner, sauf le Lord, mais ce n’était pas un mariage qui lui ferait plaisir. Alors ce n’était pas pour elle qu’elle faisait tout cela, mais pour sauver les apparences, pour montrer son éducation, pour que les autres voient à qui ils avaient à faire. « Je t'offre la possibilité d'avoir le mariage de tes rêves, de l'organiser de A à Z, peu de femmes peuvent en dire autant ! » Ah mais bien sûr, monsieur connaissait mieux Taylor qu’elle ne se connaissait elle-même. Alors évidemment c’était de sa faute si elle se plaignait de tout organiser et lui qui la laissait tout faire. Oh mais quelle gentillesse, elle en était presque touchée. Ou pas. Elle lui lança un regard blasé. Elle n’était presque plus énervée. Juste hébétée par ce qu’il pouvait se trouver comme excuses. « Si tu ne veux pas t'en occuper, bien, engage un organisateur ! On a de l'argent, on peut largement se le permettre. Moi j'ai d'autres choses à m'occuper. » C’était une idée qu’elle n’avait même pas eu et elle s’en voulait. Seulement elle ne pourrait jamais l’avouer et encore moins à lui. Comment se faisait-il qu’elle n’y avait pas pensé ? « Je suis oubliator, c'est un métier qui occupe beaucoup de mon temps et quand je te vois je n'ai pas envie de me prendre la tête à propos de centres de table ! » Elle faillit s’étouffer. Bien sûr, elle était la femme, donc celle qui restait à la maison sans rien faire ? C’était repartit, elle voyait rouge, elle était à deux doigts d’exploser, heureusement qu’il parlait encore sinon elle n’allait pas tarder à ne plus se retenir. « S'il faut quelqu'un pour me représenter, tu n'as qu'à organiser le mariage avec ma sœur ou avec ma mère, tu vas adorer le faire avec elle, j'en suis sûr. » Elle se mordit la lèvre pour se retenir de lui rire au nez. Sa sœur était bien mignonne mas un peu naïve, elle ne l’appréciait pas assez pour la laisser aux commandes. Et sa mère. Jamais de la vie. Elle risquerait de la tuer. « Maintenant je pense qu'il faut mieux se calmer au lieu de s'exciter. » C’était le mot de trop, s’en était-il rendu compte ? Elle espérait bien parce qu’au moins il comprendrait l’origine de la tornade. Elle hésita un instant. Peut-être que si elle s’en allait maintenant, sans rien dire, cela le rendrait fou ? Quoique, il risquerait d’en avoir rien à faire et de ne surtout pas la retenir, foutu orgueil masculin.

Alors, n’y tenant plus, elle craqua. « Alors déjà tu ne me dis pas ce que je dois faire. Je me calme uniquement si j’en ai envie et là je n’en ai aucune envie. » Super la réplique, seulement elle était trop énervée pour mesurer ses mots et puis il lui avait déjà dit qu’elle était ridicule alors autant lui faire plaisir et continuer dans ce sens-là. « Tu me trouves ridicule, j’espère que tu n’as pas trop honte de t’afficher avec la pauvre petite pionne que je suis… c’est vrai que je n’ai pas de PRESTIGIEUX métier qui te ferait honneur, que je travaille très peu. Je pense même que je m’ennuie à Poudlard. C’est un travail tellement facile là-bas… D’ailleurs j’ai choisi d’y aller moi-même, depuis TOUJOURS je rêve d’être pionne, une vieille pionne que tout le monde déteste. » Ok la dernière partie était vraie et rechercher mais le reste… il savait que c’était le Lord en personne qui l’avait placé à Poudlard, ce n’était pas son choix. Elle y avait consenti uniquement par fidélité envers son maître mais elle préférait son travail en temps que langue-de-plomb, c’était évident. « Non ça va ? Tu t’en remettras de n’avoir qu’une pionne pour femme ? Super, j’en suis ravie. » Son ton était tellement sec et sarcastique que Jeremiah devrait être énervé de l’écouter déblatérer aussi longtemps sur des détails, mais il l’avait cherché alors elle continuait. « Non parce que sinon tu peux proposer toi-même au Seigneur des Ténèbres un changement, je suis sûre qu’il préférera tes idées aux siennes. » Le sourire faussement conciliant qu’elle lui offrit ne trompait personne.

Elle continua, toujours sans le laisser parler. Elle avait suffisamment attendu à son tour de lui cracher à la figure, de toute manière vu tout ce qu’il lui avait dit, il devait s’y attendre, ce n’était pas le genre de Taylor de rester les bras croisés, sage, à attendre que la vie passe, et cela il devait bien le savoir. « Tu sais pourquoi je n’ai même pas songé à demander de l’aide à un organisateur ? » A force de se poser la question, elle avait trouvé elle-même la réponse. « Parce que je songeais que c’était mieux de s’en charger nous-même, en temps que couple. Pas forcément parce que c’est romantique, tu sais aussi bien que moi que nous ne le sommes pas pour deux sous, mais simplement parce que c’est ce que font tous les couples. Mais tu as raison, je devrais laisser quelqu’un d’autre s’en charger –et non, ta mère ce n’est pas envisageable, je n’ai pas vu la mienne depuis de nombreuses années et ce n’est pas pour m’en retrouver une autre sur les bras que j’ai choisi de me marier– de ce mariage. Comme ça on découvrira tout le jour même du mariage et tu ne pourras même pas t’en prendre à moi si les nappes se retrouvent rouge pétante, le centre de table jaune hideux –oh pardon, quelle belle couleur que le jaune !– et les chaises vertes. Oh, comme j’ai hâte ! » Elle exagérait mais elle en était capable. Capable de tout arrêter, de laisser quelqu’un s’en charger et de découvrir la salle de réception le jour du mariage, sa robe la veille et le contenu de la cérémonie au fur et à mesure. Cela pourrait être une bonne expérience, qu’est-ce qu’il en pensait l’heureux McGregor ? Elle sourit et lui exposa son idée. « Hein ? Pourquoi pas, après tout, puisque tout le monde se fiche du mariage, quel est l’intérêt d’y perdre ses cheveux ? » Après une légère pause, elle conclut. « C’est donc d’accord, j’abandonne tout, j’engage le premier venu et tout serait parfait ! » Son ton était de plus en plus aigu et sa colère ne s’éloignait pas. Elle en avait ras l’amphore de toujours se plier. Certes Jeremiah prenait pour beaucoup plus que son grade. Dans sa colère il y avait le personnel de Poudlard, il y avait les élèves, il y avait les rebelles, il y avait les missions qui se passaient mal, il y avait trop de choses et elle avait besoin d’exploser. « Au fait pour June, tu dragues qui tu veux, c’est vrai que mon pauvre chéri, on te confie beaucoup trop de chose, c’est vrai que tu es un grand oubliator, fiancé à une pauvre pionne, rappelons-le, et que tu n’as pas le temps de tout faire. Puis on doit te confier tellement de missions inutiles, comme l’organisation de ton mariage, donc il te faut déléguer. C’est vrai, tu as bien raison de ne rien faire par toi-même, c’est beaucoup trop dur. » S’il ne perdait pas son calme face à autant d’attaques sarcastique, Jeremiah était réellement un homme extraordinaire. Enfin c’était sûr qu’il n’était pas ordinaire, mais là c’était carrément au-dessus. C’était inhumain. Peut-être que Taylor allait regretter ses paroles, mais tant qu’elle ne s’était pas pris une réelle claque –morale ou physique– elle ne pourrait s’avouer vaincue. Elle avait besoin de voir les limites pour une fois. Elle n’avait jamais été une vraie rebelle, respectant l’ordre plus que sa propre vie, mais ce mariage lui faisait tourner l’œil. « Mais bon, puisque tu sais tout mieux que tout le monde, tu as toujours une solution pour tout arranger, c’est génial. » Elle ne savait même plus ce qu’elle disait telelment son esprit était bloqué par la rage. Elle voyait encore rouge et son cœur battait un poil plus vite que la normal, mais qu’importe, elle était là et elle se vidait.
© fiche créée par ell


__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Lun 25 Mar - 0:24


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


Le calme s'installa quelques instants ce qui devrait rassurer Jeremiah mais ce ne fut pas le cas. Oh non, il commençait à bien connaître Taylor depuis le temps et il savait très bien que c'était le genre de femmes qui n'avait pas la langue dans sa poche et qui disait tout ce qu'elle pensait. Elle n'hésitait pas à lui dire ses quatre vérités alors le fait qu'elle se taise c'était plus mauvais signe. Oh non ça promettait la tempête, la tornade, le raz-de-marée. Il allait encore devoir subir ses furies à son plus grand désespoir, il en avait marre de se faire engueuler ! « Alors déjà tu ne me dis pas ce que je dois faire. Je me calme uniquement si j’en ai envie et là je n’en ai aucune envie. » Bravo, vraiment mature Taylor. Non mais c'est vrai on avait pas l'impression qu'elle avait vingt-six ans et qu'elle allait bientôt se marier, enfin bientôt, si ça continuait comme ça, ça ne risquait pas d'être si tôt que ça... « Tu me trouves ridicule, j’espère que tu n’as pas trop honte de t’afficher avec la pauvre petite pionne que je suis… c’est vrai que je n’ai pas de PRESTIGIEUX métier qui te ferait honneur, que je travaille très peu. Je pense même que je m’ennuie à Poudlard. C’est un travail tellement facile là-bas… D’ailleurs j’ai choisi d’y aller moi-même, depuis TOUJOURS je rêve d’être pionne, une vieille pionne que tout le monde déteste. » Bon Jeremiah nota qu'il l'avait offensée en parlant de ses obligations et son métier mais après tout, c'était vrai ! Il n'allait pas s'excuser d'avoir un travail plus important que le sien. Bon certes il oubliait le fait que c'était le Lord qui avait exigé qu'elle vienne à Poudlard mais tout de même. Par exemple, il ne lui avait pas demandé à lui de venir, ça montrait qu'il était bien plus important au Ministère. Elle faisait la gueule, c'était son problème mais qu'elle ne lui en tienne pas responsable. S'il n'avait plus le droit d'être honnête... « Non ça va ? Tu t’en remettras de n’avoir qu’une pionne pour femme ? Super, j’en suis ravie. » Elle est exagérée, là ! Il voulait bien reconnaître ses torts sur le fait qu'il n'avait pas été très classe mais tout de même, avait-il dit qu'il avait honte de se marier avec elle parce qu'elle était juste pionne ? Non, il n'avait jamais dit ça mais elle, elle l'insinuait et le disait même très clairement. Elle cherchait à ce que ça pète entre eux, c'était tout ?! Jeremiah ne se laisserait pas faire, il était tant de montrer qui était l'homme. « Non parce que sinon tu peux proposer toi-même au Seigneur des Ténèbres un changement, je suis sûre qu’il préférera tes idées aux siennes. » Et voilà l'argument magique ? Comme si Jeremiah allait aller se plaindre au près du Seigneur des Ténèbres. Jamais il ne ferait une telle chose surtout que bon, le métier de Taylor n'était pas remis en question mais le fait qu'elle avait largement le temps de programmer un mariage ce qui n'était pas le cas de Jeremiah, enfin à peu près. Il pourrait avoir le temps s'il le voulait vraiment mais il n'avait pas envie de s'embêter à tout choisir niveau décoration et compagnie. Pourquoi n'était-elle pas du genre à vouloir avoir le monopole des décisions concernant leur union ? Non mais c'est vrai, ça lui simplifierait vachement la vie. Il ne demandait pas beaucoup pour son bonheur, tout de même.

« Tu sais pourquoi je n’ai même pas songé à demander de l’aide à un organisateur ? » Qu'allait-elle sortir comme argument ? Il n'en savait rien mais ça ne présageait rien de bon. Il fallait se méfier de l'esprit féminin qui trouvait toujours de quoi retourner la situation en sa faveur. Durant toutes ses années où Jeremiah avait fréquenté pas mal de femmes, il avait pu s'en rendre contre. Oh oui elles jouaient sur vos faiblesses, vos failles et les exploiter afin de les retourner contre vous. Il fallait être intraitable ou vous vous faisiez bouffer, surtout avec une femme du caractère et de la trempe de Taylor. Une furie, il n'y avait pas d'autres mots. « Parce que je songeais que c’était mieux de s’en charger nous-même, en temps que couple. Pas forcément parce que c’est romantique, tu sais aussi bien que moi que nous ne le sommes pas pour deux sous, mais simplement parce que c’est ce que font tous les couples. » Elle jouait cette carte ? De toutes les choses auxquelles Jeremiah avait imaginées, il n'avait jamais pensé à ça. Il était quand même septique, était-elle vraiment sincère ? Non parce que si elle l'était, il ne pouvait pas se moquer de ça. C'était même assez touchant qu'elle veuille qu'ils fassent ça ensemble. Néanmoins on parlait de Taylor et elle était bien capable de mentir là-dessus. Jeremiah décida donc de voir la suite pour se faire son opinion. « Mais tu as raison, je devrais laisser quelqu’un d’autre s’en charger –et non, ta mère ce n’est pas envisageable, je n’ai pas vu la mienne depuis de nombreuses années et ce n’est pas pour m’en retrouver une autre sur les bras que j’ai choisi de me marier– de ce mariage. Comme ça on découvrira tout le jour même du mariage et tu ne pourras même pas t’en prendre à moi si les nappes se retrouvent rouge pétante, le centre de table jaune hideux –oh pardon, quelle belle couleur que le jaune !– et les chaises vertes. Oh, comme j’ai hâte ! » Non mais s'ils engageaient un professionnel, il vérifierait que c'est un bon ! Elle les prenait pour quoi ? Mais forcément il fallait qu'elle soit extrême comme d'habitude. Elle ne pouvait pas être raisonnée ? Non, jamais. Elle était vraiment fatigante parfois. Il avait beau l'aimait, il n'appréciait pas tout chez elle, non. Elle avait des caractéristiques qu'on peut tout simplement appelées défauts, en tout cas pour Jeremiah, avec lesquels il avait vraiment du mal. « Hein ? Pourquoi pas, après tout, puisque tout le monde se fiche du mariage, quel est l’intérêt d’y perdre ses cheveux ? » Et bah oui pourquoi elle pétait un câble, hein ? Voilà qu'elle réussissait à lui faire perdre son calme également et ce n'était pas une bonne chose quand il perdait son sang-froid. Il y avait vraiment un côté sombre chez lui qu'elle ne voulait pas voir... « C’est donc d’accord, j’abandonne tout, j’engage le premier venu et tout serait parfait ! » Bon, c'était fini ? Sûrement pas vu que sa voix montait de plus en plus dans les aigus ce qui trahissait bien qu'elle était de plus en plus énervée. Elle allait se déchaîner encore plus, c'était une certitude ! Il aimait d'ordinaire sa fougue, surtout au lit en fait mais là franchement il s'en serait passé ! Merci du cadeau, sa voix de crécelle, quand elle montait dans les aigus, était tout bonnement insupportable ! Personne n'aurait pu le supporter, subitement il venait à plaindre les élèves à Poudlard qui subissait son gourou. « Au fait pour June, tu dragues qui tu veux, c’est vrai que mon pauvre chéri, on te confie beaucoup trop de chose, c’est vrai que tu es un grand oubliator, fiancé à une pauvre pionne, rappelons-le, et que tu n’as pas le temps de tout faire. Puis on doit te confier tellement de missions inutiles, comme l’organisation de ton mariage, donc il te faut déléguer. C’est vrai, tu as bien raison de ne rien faire par toi-même, c’est beaucoup trop dur. » Ok là c'était trop ! Qu'elle s'énerve, ok, il pouvait le supporter, rester calme et calmer ses ardeurs mais là elle venait de l'insulter d' une manière tellement violente ! Ce n'était pas du second degré ou quoi, elle se foutait vraiment de sa gueule et elle espérait qu'il ne lui dise rien ou même mieux qu'il lui dise amen ? Elle se fourrait le doigt dans l’œil ! Non c'était déjà à peine s'il arrivait à se contenir de lui sauter dessus et de laisser éclater sa violence à lui aussi. « Mais bon, puisque tu sais tout mieux que tout le monde, tu as toujours une solution pour tout arranger, c’est génial. » Il la regarda quelques instants, hésitant à se barrer, lui en coller une, tout casser et lui répliquer des répliques sanglantes lui aussi. Elle n'était pas la seule à pouvoir jouer ce petit jeu. Finalement il décida d'y aller progressivement. « C'est bon t'as fini ? T'as pas d'autres déclarations élogieuses à faire mon sujet ? » Il ne lui laissa pas le temps de répondre car déjà il envoyait voler toute une rangée d'étagère par terre. Sur cette rangée, il y avait quelques bouquins et des fournitures de bureau. Il fallait mieux qu'il se défoule sur ces objets que sur la tête de Taylor, non ?

L'excès de violence avait du la refroidir car Taylor ne bougeait plus. « Pour qui tu prends, hein ? Tu crois que tu peux te permettre, que tu as le droit de me parler comme ça ? JE NE SUIS PAS UN TES GAMINS A POUDLARD ! » Nouvel excès de rage, il shoota dans l'un des objets qu'il avait précédemment renversé par terre. « Tu crois que tu vas me dicter ta loi, peut-être ? Va te faire foutre, Taylor, d'accord ? VA TE FAIRE FOUTRE ! » Il se retint de casser encore quelque chose mais il n'en n'était pas loin. A la place il se rapprocha d'elle et passa sa main dans ses cheveux. Il n'en n'avait pas fini avec elle. « Je ne fais rien de moi-même ? Déjà c'est faux et ensuite c'est mon problème ! T'es pas contente ? T'as qu'à te trouver quelqu'un d'autre, ok ! Tu viens, tu me tapes une crise et tu oses m'insulter ! Tu crois que je vais te laisser me rabaisser et rien faire, rien dire ? Tu rêves ! La femme qui me parle sur ce ton et qui me dénigre n'est pas née ! Tu ne peux pas prendre toutes les libertés, Taylor ! » Et cette fois-ci il vint exploser son poing contre le bureau juste à côté d'eux créant un trou assez conséquent et se faisant mal au passage. Oh oui, il s'était peut-être cassé quelques os. Vu qu'elle avait commencé les hostilités et à appuyer où ça fait mal, Jeremiah répliqua : « Oh et une chose madame je m'excite pour un rien, n'oublie pas que je dispose de toi ! Tu m'es fiancée de force, je peux être source de ton bonheur comme de tes pires ennuis alors si j'étais toi, je ne jouerais pas avec le jeu. Ne me parle plus jamais comme ça, tu m'as bien entendu ? » Le connard ! Pour lui ça faisait bien longtemps qu'il ne pensait plus à ça mais le fait qu'elle s'attaque à son ego, il ne pouvait faire autrement que répliquer avec autant de peu de classe qu'elle. Il savait pertinemment qu'elle ne le laisserait jamais impuni d'avoir pu dire de telles choses mais en ce moment tout ce qu'il arrivait à se dire c'est que c'était la vérité, il pourrait lui faire vivre un vrai Enfer s'il était bel et bien un connard. Néanmoins vu ces antécédents, l'Enfer était peut-être plus proche qu'on ne le pensait. Comme on l'avait dit, Jeremiah avait de grandes parties sombres en lui et ce n'était pas joli à voir, croyez le bien ! Il avait toujours à se maîtriser avec Taylor mais là il fallait peu pour qu'il perde totalement le contrôle et qu'il fasse du mal à Taylor. Il le regretterait évidemment parce qu'il ne voulait pas lui faire du mal, sincèrement mais des fois il ne contrôlait juste plus sa haine et son corps. Il était là sans être là, il était juste possédé par une haine dévastatrice.


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Lun 25 Mar - 4:20


Jeremiah McGregor.

« C'est bon t'as fini ? T'as pas d'autres déclarations élogieuses à faire mon sujet ? » Non, elle n’avait jamais fini, son orgueil lui interdisait de se taire devant son futur mari mais la rage qu’elle possédait jusqu’alors venait d’être transmise à l’homme debout devant elle. D’un coup de poing il détruit les objets à sa portée. Alors Taylor se tait. Elle sent qu’il va se passer quelque chose, en mal, en bien, qu’importe. Elle se tait devant la violence qu’elle n’hésitera pas à rendre. Ils sont deux être sanguinaires qui malgré tout s’aiment, alors cela ne peut que faire des étincelles. Elle se tait et le regarde. Elle n’est pas encore prête à faire profil bas devant lui, elle soutient son regard rempli de haine comme le siens. La situation pourrait être comique si elle n’était pas aussi dramatique.

Elle attendait qu’il lui réponde, qu’allait-il dire après cela ? « Pour qui tu prends, hein ? Tu crois que tu peux te permettre, que tu as le droit de me parler comme ça ? JE NE SUIS PAS UN TES GAMINS A POUDLARD ! » Pas le droit ? Et pour quelle raison, elle parlait comme elle le voulait à son future mariée. La jeune femme n’était pas du genre à être l’esclave d’un homme à l’égo surdimensionné. Oh que non, elle voulait être son égal, si elle était supérieure cela ne la dérangerait pas le moins du monde mais cela ne devrait pas lui plaire, alors elle accepterait d’être son égal. Et à quelqu’un que l’on considère comme son égal on ne se met pas dans des petits papiers pour lui parler, non on dit les choses telles qu’elles le sont. Certes elle y allait peut être un peu fort, mais au moins elle disait et se lâchait. Et elle ne parlait pas comme ça aux gamins de Poudlard, oh que non, elle leur lançait un sortilège et c’était plus rapide. « Tu crois que tu vas me dicter ta loi, peut-être ? Va te faire foutre, Taylor, d'accord ? VA TE FAIRE FOUTRE ! » Il criait maintenant et elle toujours en silence, attendait la suite. Il croyait quoi, qu’il allait lui dicter la sienne ? Hello, on est au vingt et unième siècle, c’est fini la domination des femmes par les hommes. Il fallait s’y habituer. Certes Taylor n’était pas la plus engagée dans le combats des féministes mais se laisser marcher sur les pieds, jamais. Il passa sa main dans ses cheveux. Allait-il les arracher, la tirer par ces derniers, lui faire mal ? Elle ne se débattit pas et plongea son regard dans celui de son fiancé. « Je ne fais rien de moi-même ? Déjà c'est faux et ensuite c'est mon problème ! T'es pas contente ? T'as qu'à te trouver quelqu'un d'autre, ok ! Tu viens, tu me tapes une crise et tu oses m'insulter ! Tu crois que je vais te laisser me rabaisser et rien faire, rien dire ? Tu rêves ! La femme qui me parle sur ce ton et qui me dénigre n'est pas née ! Tu ne peux pas prendre toutes les libertés, Taylor ! » Sa rage se lisait dans ses yeux, se sentait dans ses paroles, se comprenait dans la puissance de ses frappes. Elle s’en fichait, il était soixante plus fois fort qu’elle, mais elle avait une bonne endurance, elle avait supporté beaucoup de souffrances, elle pouvait y arriver, quoiqu’il fasse. Elle serait forte. « Oh et une chose madame je m'excite pour un rien, n'oublie pas que je dispose de toi ! Tu m'es fiancée de force, je peux être source de ton bonheur comme de tes pires ennuis alors si j'étais toi, je ne jouerais pas avec le feu. Ne me parle plus jamais comme ça, tu m'as bien entendu ? » Oh que oui elle t’avait entendu et ensuite ?

Taylor releva la tête et très droite elle le regarda. Son regard disait tout : sa haine, sa rage de vaincre, sa non-volonté de se faire rabaisser. Peut être que si on fouillait vraiment on y trouverait un peu d’amour et du respect pour ce jeune homme qui ne se laisserait jamais faire. Elle inspira et ricana. Elle avait décidé d’aller plus loin encore, de ne pas se laisser faire. Qu’allait-il faire ensuite ? Elle voulait le savoir, elle ne pouvait pas l’épouser en ayant vu que ses beaux côtés, il devait en avoir d’autres, comme tout bon mangemort qui se respecte. Et si elle ne les connaissait pas avant le mariage et qu’elle découvrait une vérité trop dérangeante après celui-ci, qu’en serait-il de sa vie ? Certes elle était fiancé et serait mariée dans tous les cas, mais elle voulait savoir avant. « C’est parfait, tu viens d’illustrer parfaitement ce qu’est la phallocratie. Tu es autant soumis à moi que je le suis à toi à cause de ce mariage arrangé. Si tu penses sincèrement que tu es le seul à pouvoir me faire du mal, tu es bien loin de la vérité. » Elle n’avait pas besoin de dessin pour expliquer, elle n’avait que vingt-cinq ans, elle était loin d’être moche, et elle savait charmer son entourage pour obtenir des faveurs elle aussi. Il n’était pas le seul à pouvoir jouer à ce petit jeu-là. S’il voulait entrer dans le conflit, elle pourrait suivre. S’il s’attendait à ce que le mariage ne soit qu’un contrat et qu’il la trompe tous les soirs pensant qu’elle l’attendrait sagement à la maison il serait déçu. Il y avait quelques semaines il lui avait promis l’inverse, il lui avait donné un véritable gage d’amour, mais ensuite, était-ce éternel ?

« Je t’ai très bien entendu, mais vois-tu je n’ai pas envie d’être rangée comme un trophée, qui boit tes paroles et t’admire comme un chien. Je veux pouvoir dire ce qui ne va pas, je veux pouvoir critiquer, améliorer, changer, évoluer. Et je n’ai pas l’impression que tu me laisses cette opportunité. » Elle s’arrêta quelques secondes pour réfléchir la suite. Elle ne savait pas où ses paroles la conduiraient mais parler et cracher lui faisait du bien. « Tu ne croyais tout de même pas que j’allais rester de marbre lorsque tu m’insultais ? Car oui, en pensant un seul instant que je suis inférieur à toi, tu m’insultes. » Encore une fois elle soutint son regard, et ses yeux si clairs d’habitude étaient sombres. Elle était prête à faire n’importe quoi tant la rage l’habitait. Elle n’aimait pas se laisser faire par n’importe qui. Certes, devant le Lord elle faisait profil bas, mais il avait prouvé ce qu’il valait, elle savait de quoi il était capable et combien il méritait l’idolation que certains avaient pour lui. Jeremiah, et bah, il fallait le tester encore, même s’il se débrouillait bien pour rabaisser les gens plus bas que terre. Seulement elle était toujours debout car il cassait les objets et non elle. Il avait donc soit de l’estime pour elle, soit il était faible de s’attaquer à une femme. Pourtant il avait tuer et voir les gens souffrir. Alors qu’attendait-il ? Elle voulait voir jusqu’où il pouvait aller. Il pouvait faire mieux. « Et je n’aime pas être insultée, surtout par quelqu’un que je pensais connaître et apprécier. » Et sans crier gare elle lui cracha sur le visage. De rage, de dégoût, de haine. C’était violent et inutile. Pire encore, cela ne ferait que l’énerver encore plus, mais il l’avait cherché aussi. Elle se trouvait des excuses partout, pourtant elle ne regrettait pas son geste. Pas encore s’entend, peut être que plus tard il saurait lui faire regretter, sûrement même qu’il saurait le faire, mais là elle attendait. Elle voulait voir qui il était vraiment, comment il allait réagir, ce qu’il allait faire. Elle n’allait pas être déçue…
© fiche créée par ell


__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Mar 26 Mar - 8:26


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


Elle venait de lui cracher au visage. Elle venait de lui. cracher. au. visage. Jeremiah n'arrivait même pas encore à réaliser ce qu'elle venait de faire. Il avait rêvé, ce n'était pas possible. Elle ne pouvait tout de même pas lui avoir crach... Si c'était ce qu'elle venait de faire, pourquoi chercher à nier la vérité ? Parce qu'il craignait ce qui allait arriver et ce qui était déjà en train de passer. Elle y était arrivée à ce qu'il devienne fou, était-ce son but ? Car si c'était le cas, elle allait sûrement regretter d'avoir testé ses limites. Jeremiah ne contrôlait déjà plus rien de ce qui se passait en lui, la machine avait été actionnée et malheureusement elle n'avait pas été livrée avec un bouton stop. Ce qui allait suivre aller être moche, très moche et il ne pourrait rien faire pour l'arrêter, enfin bien sûr il essayerait parce qu'il ne voulait pas faire de mal à Taylor, enfin pas comme ça, pas de cette manière. Mais en serait-il capable ? Déjà ses yeux bleus se voilaient, s'assombrissaient et étaient passés tantôt du gris clair pour finir par être à la lisière du gris foncé et du noir. Ses yeux semblaient également un peu dilatés, illusion d'optique ou réalité ? Et bien c'était difficile à dire. Ses traits étaient tirés et sa mâchoire proéminente. Il faisait littéralement peur, oui si on le croisait dans cet état la nuit, dans une ruelle sombre, on aurait tous peur de se faire découper en morceau et pire encore. Il prit alors le temps d'essuyer le cracha qu'avait envoyé Taylor sur son visage d'un revers de la main, à l'aide de sa manche à défaut d'avoir un mouchoir sous la main. Certes ce n'était pas très hygiénique et le maniaque en lui commençait déjà à imaginer toutes les bactéries présentes dans ce petit échantillon de salive. On ne savait pas ce qui était entré dans la bouche de Taylor et ce qu'elle mangeait par exemple. Enfin bref, ne commençons pas à parler de bactéries, ça risque de devenir très repoussant et cela découragerait les gens de poursuivre à lire ces lignes. En tout cas le fait d'enlever le cracha provoqua une sorte de décharge électrique, comme un rappel de cet acte horrible qu'elle avait osé commettre. C'était pire que tout ce qu'elle avait pu lui dire jusqu'à présent, pire que tout ce qu'elle avait fait. C'était une humiliation, il ne pouvait laisser passer cela. Ce geste avait éclipsé toutes les choses qu'elle avait pu dire. Il ne se souvenait même pas de toutes les insultes qu'elle avait pu lui balancer à la tronche. Ce n'était plus qu'un lointain souvenir.

Il s'approcha alors d'elle et l'attrapa par le coup de sa main droite puissante et la plaqua contre le mur. Elle aurait une marque pour au moins deux jours. Même avec de la résistance, Jeremiah la maîtrisait aisément. Il avait beaucoup plus de force qu'elle, elle l'avait elle-même reconnu. Il sortit ensuite sa baguette qu'il tenait dans sa main gauche et l'agita tout en murmurant à peine une formule ce qui commença à provoquer des douleurs affreuses à Taylor. Elle devait avoir l'impression qu'on lui enfonçait tout doucement des couteaux dans le crâne. Seulement si vous croyez que ce sort ne provoquait qu'une douleur mentale vous vous trompez... OH non ces coups étaient pour la plupart juste illusoires, seulement dans votre tête mais certains étaient bien réels. C'est pourquoi une marque commença à se dessiner sur côté gauche du front de Taylor. En même temps Jeremiah ne relâchait pas la pression sur le coup de Taylor ce qui l'empêchait par la même occasion de parler. Il ne la regardait pas non plus, enfin pas dans les yeux. Non il était concentré sur son front, sur cette marque qui se dessinait sur son front. Il pensait à la souffrance qu'elle devait ressentir et il devait avouer que ça lui faisait du bien, oui. Il avait l'impression qu'elle la méritait et que comme ça, elle allait le respecter c'était sa manière à lui de lui faire payer pour avoir osé lui cracher dessus. Néanmoins une partie de lui lutter contre ses instincts meurtriers qui avaient pris possession de lui. Mais cette partie de lui n'était pas assez forte, pas de taille. Taylor avait réveillé toute la partie sombre qui sommeillait en lui et elle avait ainsi provoqué son déchaînement... Mais il baissa les yeux une fraction de seconde et croisa les siens. Il put y lire des sentiments partagés : de la peur bien sûr, qui n'aurait pas peur face à lui dans sa situation ? Mais aussi de la haine et quoi de la déception ? Néanmoins ce contact visuel réussit à déstabiliser Jeremiah et c'était tout ce dont on avait besoin pour qu'il se crée un violent combat entre son côté sombre et lui. On avait d'un côté Jeremiah qui ne voulait pas faire de mal à Taylor et de l'autre et bien, évidemment la partie sombre qui criait vengeance, qui voulait uniquement laver son honneur blessé. Pris dans ce conflit, Jeremiah fit cesser son sort, ne pouvant porter son attention sur tout mais il ne relâcha pas la pression de sa main sur son cou.

Tout commençait à se mélanger dans son esprit, c'était l'enfer. Des souvenirs bien enfuis qui remontaient, notamment la dernière fois qu'il l'avait vu Arabella. Il revoyait le moment où elle lui disait « Tu es devenu un monstre Jeremiah ! » et on sait tous comment cette scène se termine... Il tue Arabella. A côté de ce souvenir, il repensa au soir où il avait demandé Taylor en mariage pour de vrai, enfin où il lui avait demandé de l'épouser parce qu'il l'aimait sincèrement même s'il ne lui avait pas dit. Et puis le moment de félicité ultime lui éclata au visage, un moment qu'il ne pourrait jamais oublié tellement il était d'une importance capitale et d'une rareté exemplaire, l'instant où elle avait dit qu'elle l'aimait. C'était justement peu de temps après qu'il lui ait fait sa demande. « Je t'aime », ce n'était pas long mais ça compensait tout le reste. Sous l'émotion il la lâcha, il lui sembla qu'elle se laissa tomber par terre mais il n'en n'était pas sûr, il n'était déjà plus là. Enfin physiquement si mais pas mentalement. Il était sous le choc car il était en train de réaliser ce qui venait de se passer, ce qu'il venait de faire à Taylor. Il aurait pu la tuer s'il n'avait pas réussi à s'arrêter. Pour l'une des premières fois de sa vie, Jeremiah eut peur de lui. Il s'éloigna au maximum de Taylor se cognant contre une étagère. Par Merlin, comment pouvait-elle avoir envie d'être avec lui ? Il n'était pas quelqu'un de bien, il n'était qu'un... monstre.

Il n'osait même pas la regarder déjà un pour pas croiser son regard mais aussi pour ne pas voir les dégâts qu'il lui avait infligés. Comment pourrait-il se pardonner ? Et comment pourrait-il se pardonner lui ? Certes elle n'avait pas à lui cracher dessus mais il n'aurait jamais du, en aucun cas, lui faire mal comme ça. Quel genre de futur mari torturait sa future femme ? Heureusement qu'il avait pu s'arrêter, sinon elle serait morte ! Il se faisait horreur et il savait très bien que quoiqu'il dise, ça n’annulera jamais sa conduite, jamais. Cependant tout ce qu'il trouva à dire fut : « Je suis désolé Taylor, je suis tellement désolé. Si tu savais comme je m'en veux. » Il n'osa pas relever la tête pour la regarder, même après ça. Oh non il ne voulait pas voir tout ce qu'il avait perdu. Il était fou, dérangé, il avait besoin de se faire soigner. Si Taylor ne voulait plus de lui, si elle voulait le quitter, il ne s'y opposerait pas, il convaincrait même leurs parents à tous les deux que la fin de cette union était une nécessité. Si elle lui demandait de sortir de sa vie, il le ferait aussi même si c'était ce qu'il souhaitait le moins du monde mais c'était le moins qu'il puisse faire pour se faire un peu pardonner. Ou en tout cas il espérait pour lui rendre la vie meilleure. Il était bête, idiot. Et alors la dernière phrase que Taylor lui avait dit avant de lui cracher dessus lui revint en mémoire : « surtout par quelqu’un que je pensais connaître et apprécier. » Apprécier, il notait déjà un changement ou alors était-ce parce qu'à ce moment-là elle ne voulait pas se montrer faible en lui avouant de nouveau qu'elle l'aimait. Ça n'avait pas d'importance pour le moment, alors s'il y avait déjà une diminution au niveau de ses sentiments, qu'en serait-il à présent ? Il ne savait pas s'il voulait savoir justement. Il ne savait pas ce qui était le mieux pour eux de toute manière. Ne ferait-il pas de lui laisser sa liberté maintenant ? Parce qu'imaginons qu'elle le reprenne, il n'était pas à l'abri que ce genre d'épisodes recommence et si jamais il n'arrivait pas à s'arrêter ? Oui finalement c'était peut-être mieux qu'elle le laisse tomber tout de suite.


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Mar 26 Mar - 13:07


Jeremiah McGregor.

Le regard de son futur mari changea du tout au tout, Taylor commença à comprendre son erreur. Si elle n’était pas celle qu’elle était et qu’elle ne connaissait par Jeremiah elle aurait été réellement effrayée et paniquée. Non, elle avait trouvé ce qu’elle était venue chercher, l’homme sanguinaire et violent selon sa réputation. Ses actions avaient dû dépasser ses pensées, jamais elle ne serait allée aussi loin en temps normal, qu’est-ce qu’il lui avait pris ?

Soudain le mur accueillit son dos, elle était cernée et coincée. Elle essaya vainement de se débattre mais la pression faite sur son cou l’en empêchait. Si elle se risquait à bouger un peu trop, elle étouffait, le souffle faillit le manquer, peut-être cela aurait-il mieux valut mais le jeune homme desserra l’emprise, assez pour qu’elle respire, mais trop peu pour qu’elle puisse parler. Un simple filet d’air pouvait traverser son œsophage. Alors qu’elle croyait que cela s’arrêterait là, une douleur cuisante fit irruption dans son crâne, quelqu’un lui enfonçait un couteau pointu avec lenteur et amusement. Puis un autre. Et encore un. Sa tête était percée de toute part, elle sentait presque le sang couler le long de son visage, elle ne savait pas si c’était réel ou non, juste qu’à part la douleur elle ne sentait rien. Elle se forçait à se taire, elle l’avait mérité, mais elle ne pouvait se permettre de s’offrir encore plus faible qu’elle ne l’était. Elle se mordit la lèvre pour ne pas crier. Un goût amer de sang apparut dans sa bouche, elle avait mordu trop fort. Et les couteaux continuaient leur valse, détruisant toutes ses parcelles de résistances. Sa vision même était devenue trouble et abîmée. Elle voulait mourir tout de suite. Arrêter ce massacre, arrêter cette douleur intolérable. Elle pensait en être arrivée au paroxysme de cette atrocité, avoir atteint le seuil de sa tolérance à sa douleur quand elle comprit qu’elle s’était trompée.

Un cri s’échappa de sa gorge. C’était pire encore. Pire que tout ce qu’elle avait pu imaginer et pourtant elle en avait causé des souffrances, elle avait mutilé à maintes reprises, elle s’était réjoui de la douleur de ses victimes, seulement cette fois-ci c’était la sienne et cela changeait la donne. Du sang coulait réellement le long de son visage, sur la partie gauche. La pointe du couteau invisible s’enfonçait avec plaisir dans le trou déjà créé, la douleur était trop violente pour être supportée, dans quelques secondes un nouveau cri allait traverser ses lèvres s’il ne se passait rien. Elle qui voulait tellement être forte, elle qui était si fière, elle qui se croyait tellement supérieure n’était en fait que faible comme tous les autres avant elle. Elle releva les yeux vers son bourreau du jour. Elle se refuserait de lui lancer un regard suppliant, ça serait lui montrer sa faiblesse mais elle ne pouvait rien faire tellement la douleur accaparait toute ses pensées, tout son être. Leurs pupilles se croisèrent et ce fut la libération. Malgré son envie de comprendre, la blonde ne voyait plus rien, son regard avait éteint, vide. La douleur cuisante dans son crâne avait disparue, mais celle sur son front demeurait encore sensible au moindre souffle. L’ancienne langue-de-plomb ne tenait debout que grâce à la pression des mains de Jeremiah sur son cou, ses jambes elles étaient molles. Soudain le sol la recueilli, la fraicheur de la pierre lui fit du bien, car son front et son cou étaient brûlant. Peu à peu elle respirait, il fallait cependant qu’elle aille doucement pour ne pas se faire mal. Elle ferma les yeux et attendit de se sentir revivre. Un bruit sourd la ramena à la réalité et elle ouvrit ses grands yeux.

Elle évitait de regarder dans la direction de son futur époux, elle qui avait vanté si fort les mérites de la femme était couchée comme une moins que rien à terre, à ses pieds, elle devait faire autre chose. Elle tenta de s’asseoir, sa tête la brûlait. Par un réflexe macabre elle porta la main à son front, cherchant le trou. Elle retint le cri mais ne s’empêcha pas une grimace. « Je suis désolé Taylor, je suis tellement désolé. Si tu savais comme je m'en veux. » Elle s’arrêta net et écarquilla les yeux. Elle se refusa de penser à quoi que ce soit et se releva. Elle vit tout trouble et du s’appuyer contre le mur pour reprendre ses esprits. Il s’excusait ? Non, ne pas penser.

Elle lui tourna le dos, s’appuyant sur le mur pour reprendre des forces. De nouveau elle posa son doigt sur sa cicatrice, il était certain qu’elle allait rester là toute sa vie. Elle essayait de devenir la forme, mais elle ne sentait que des traits et du sang. Fermant les yeux elle se laissa aller à ses émotions. Déception, rage, colère, amour, haine, respect. C’était tellement contradictoire et incompréhensible. Elle était en colère qu’il se soit vengé aussi longtemps, elle l’aimait de s’être arrêté, elle le haïssait parce qu’il était hautain et supérieur depuis le début de leur conversation, elle était déçue de son peu d’argumentaire, elle le respectait parce qu’il était tel qu’il était. Il s’était laissé aller et quelques secondes de plus auraient pu lui être fatal, mais elle était en vie. Elle inspira, cela faisait quelques minutes qu’elle était restée en silence, reprenant des forces. Ces quelques minutes n’étaient jamais données lors d’une séance de torture ou alors ce n’était qu’une technique pour attaquer d’avantage et voir l’autre tenter de se défendre faiblement. Seulement cette fois-ci, Taylor savait que c’était fini. Elle se reforma un visage impassible, son masque habituel et lentement elle avança vers le jeune homme. « Merci. » sa voix n’était qu’un murmure, elle était encore faible cela se sentait. Elle se racla la gorge, elle voulait montrer qu’elle était forte, que cela ne l’avait pas atteint. « Je voulais connaître le Jeremiah McGregor que j’allais épouser. Pas seulement la partie bonne de toi ni celle que tu montres au beau monde. Le McGregor tout entier. Je vois de quoi il est capable et je te respecte pour cela. » La jeune femme allait passer pour une folle furieuse, une dingue, une psychopathe. Elle l’était sûrement, mais elle avait été élevée dans la violence, dans le rejet, le déni. Elle n’avait jamais accepté la séparation de ses parents. Et s’ils s’étaient séparés c’est parce que sa mère ne connaissait pas réellement son père. Aujourd’hui Taylor pourrait dire qu’elle savait de quoi son futur mari était capable, qu’il ne plaisantait pas, qu’il irait jusqu’au bout, mais que par amour –elle ne voyait pas d’autres alternative à sa résurrection– il était capable d’encore plus. Elle s’approcha de lui et alors qu’il ne s’y attendait pas, elle l’embrassa. Un baiser mouillé par le sang qu’elle portait sur elle, mais un baiser réel. Elle se recula et s’appuya sur la table, toujours trop faible mais elle ne lui en voulait pas. C’était étrange, d’être si proche de la mort et au lieu de lui en vouloir elle le remerciait. Cette fille était unique. « Je l’ai cherché, je le reconnais. Une envie morbide sûrement, mais tu sais déjà qui je suis. » Elle acquiesce et reprend son souffle. « Et je t’avoue qu’une part au fond de moi n’y croyait pas, une part se situant au centre de mon thorax, entre mes deux poumons, me voyait vivre plus longtemps. Avec toi. » Une déclaration d’amour juste après un meurtre évité de justesse. Taylor n’était sérieusement pas normale.
© fiche créée par ell


__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Mer 27 Mar - 11:13


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


« Merci. » Elle l'avait dit d'une faible voix, sûrement à cause de la pression qu'il avait exercée sur sa gorge mais Jeremiah l'avait parfaitement entendu. Néanmoins il ne pouvait s'empêcher de se demander si ce n'était une pure invention de son imagination. Elle ne pouvait pas lui avoir dit merci, pas après ce qu'il venait de lui faire. Quel genre de femme dirait merci à l'homme qui venait de la violenter ? S'en était à plus rien n'y comprendre. Elle se racla la gorge, preuve que sa théorie était juste, que c'était bien sa faute si elle n'avait pas parlé fort. Encore un mal qu'il lui avait fait. « Je voulais connaître le Jeremiah McGregor que j’allais épouser. Pas seulement la partie bonne de toi ni celle que tu montres au beau monde. Le McGregor tout entier. Je vois de quoi il est capable et je te respecte pour cela. » La voix était plus assurée mais tout de même ces paroles le terrifiaient. Elle le respectait pour lui avoir montré sa partie violente ? Il ne comprenait pas. Non il n'arrivait pas à comprendre. Elle n'était pas en colère ? Elle n'avait pas peur ? Ce n'était pas logique, non. Enfin aux yeux de Jeremiah ce n'était pas logique. Si ça avait été la situation inverse, si c'était Taylor qui lui avait fait – oui techniquement c'était impossible – il aurait tout fait pour se débarrasser d'elle même s'il aurait sûrement déprimer des jours et des jours entiers dans sa chambre, regrettant la femme qu'il aimait... Puis il l'aurait tuée, certes. En fait ça ne pouvait pas marcher dans la situation inverse mais vous comprenez le principe et l'idée véhiculée. Mais avant que Jeremiah ne puisse faire quoique ce soit, Taylor l'embrassa. Il put sentir le sang sur son visage en contact avec Taylor mais le plus troublant dans cette histoire c'était le baiser. Elle lui disait que ce n'était pas grave, pire qu'elle le respectait pour ce qu'il venait de faire et maintenant elle l'embrassait. Le monde était à l'envers ? Il ne saisissait tout simplement pas. Il fallait qu'elle lui explique d'avantage parce que c'était problématique. Il se sentait mal et plus elle lui disait que tout allait bien et plus il se sentait mal. C'était tout de même bizarre, rien ne semblait avoir de sens. « Je l’ai cherché, je le reconnais. Une envie morbide sûrement, mais tu sais déjà qui je suis. » Quoi ? Elle disait que c'était sa faute ? Bon c'est vrai, elle l'avait provoqué mais tout de même ce n'était pas habituel. Il était rare les moments où Taylor reconnaissait ses torts ce qui fit prendre conscience d'une chose à Jeremiah... Il lui avait fait vraiment peur. Elle ne voulait pas l'avouer mais elle avait peur. Ces gestes étaient plus parlants, enfin là techniquement c'était une parole mais nous n'allons pas chipoter. Jeremiah en était convaincu, il avait cassé quelque chose entre eux. Ils ne pourraient plus avoir la même relation car lorsqu'ils se prendraient la tête, elle finirait par arrêter de peur, qu'il lui fasse du mal. Il avait tout gâché.

Il s'était souvent plaint du caractère de Taylor, du fait qu'elle l'engueule et tout mais finalement il commençait à la regretter. Cependant Taylor n'avait pas fini de parler car elle ajouta : « Et je t’avoue qu’une part au fond de moi n’y croyait pas, une part se situant au centre de mon thorax, entre mes deux poumons, me voyait vivre plus longtemps. Avec toi. » Bien sûr qu'il voyait de quoi elle parlait. Une partie de lui était ravie bien sûr parce qu'elle lui disait par-là qu'elle l'aimait mais d'un autre côté il ne pouvait s'empêcher d'être inquiet de la tournure des événements. Comment pouvait-elle réagir comme ça ? Ce n'était pas normal ! On ne pouvait pas réagir aussi calmement et exprimer autant d'amour, non. Pourquoi Jeremiah se prenait la tête de toute façon ? Il pourrait se contenter de ce que Taylor lui donnait, pourquoi fallait-il qu'il cherche la petite bête ? C'est pourquoi il remua le couteau dans la plaie... « J'aurais pu Taylor, j'aurais pu ne pas m'arrêter si... » Il n'arrivait pas à finir sa phrase, c'était bizarre, d'habitude lui qui avait tellement d'assurance et exprimait son point de vue avec autant de clarté. « Je veux dire comment tu peux en être si sûre ? Parce que je t'assure que moi je n'en n'étais pas sûr. Je ne t'aurais pas regardé... Je... ne me serais pas arrêté ! » Il se rendait bien compte de ce qu'il disait, qu'elle allait prendre peur avec ça, obligée. Mais il avait le besoin d'être honnête avec elle comme si une part de lui voulait tout de même la fuir parce qu'il n'était pas bon pour elle. N'était-ce pas dans un sens une sorte d'expression de son amour ? Il fallait dire qu'ils étaient tellement bizarres tous les deux qu'on ne s'étonne plus de rien avec eux. Non mais c'est vrai, cette scène, peu de couples pouvaient témoigner l'avoir personnellement vécue... « Tu n'as pas peur de moi ? » Il avait besoin de poser la question parce qu'il avait besoin de la réponse. Il fallait qu'elle soit honnête, il ne l'avait pas précisé mais il espérait bien qu'elle devinerait que c'était d'une importance capitale. Il avait peur bien sûr qu'elle minimise ce côté-là, qu'elle lui dise non pour pas qu'il s'inquiète. Mais d'un côté il préférait qu'elle lui dise oui parce qu'au moins, il saurait que ça lui faisait quelque chose. Elle ne pouvait pas ne rien sentir de terrifiant face à son acte, ce n'était tout simplement pas possible, il le maintenait. Il aurait voulu la soigner aussi, faire quelque chose au moins pour arrêter le saignement. Il se doutait bien que la cicatrice resterait à vie comme une marque de sa faute. Chaque fois qu'il la regarderait à présent, il saurait le monstre qu'il était. D'un côté c'était bien, c'était un rappel. Néanmoins il ne pouvait la toucher, il n'osait peur d'il ne savait trop quoi, peut-être que sa folie meurtrière revienne ? Il n'en savait rien.


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Mer 27 Mar - 12:02


Jeremiah McGregor.

« J'aurais pu Taylor, j'aurais pu ne pas m'arrêter si... » Elle était pendue à ses lèvres. Hésitante, perdue, interdite. Elle voulait bien une explication plus poussée, une réaction plus longue. Seulement il ne parlait pas, il ne parlait pas plus. Comme si cela lui faisait mal. Comme si c’était lui qui avait souffert. Elle retint un rictus méprisant, ce n’était pas le moment. « Je veux dire comment tu peux en être si sûre ? Parce que je t'assure que moi je n'en n'étais pas sûr. Je ne t'aurais pas regardé... Je... ne me serais pas arrêté ! » Elle comprenait parfaitement, elle savait que ce qu’il disait était vrai, voilà pourquoi elle le respectait. Parce qu’il avait su s’arrêter, il avait réussi à faire l’impossible. Qui d’autre avait pu se vanter d’avoir arrêté une pareille action ? Même Hercules a tué sa femme, Mégara alors qu’il était déjà considéré comme un héros. Et pourtant il l’aimait tendrement. Elle savait que sa vie n’avait été épargnée que par un heureux hasard, que par un miraculeux croisement de pupilles. Taylor ne parlait pas, elle avait encore besoin de temps pour remettre ses idées en place, pour comprendre ses propres actes. « Tu n'as pas peur de moi ? » Sa voix était étrange comme presque suppliante, comme il avait besoin de la peur de sa fiancée. En réalité Jeremiah voulait juste comprendre ce que Taylor n’arrivait pas à exprimer. Elle ferma les yeux et chercha l’origine de tout cela, la seule chose qui lui vint fut son père. Il était forcément la cause, le nœud central, la chose qui expliquerait son caractère, mais elle ne comprenait pas comment elle en était arrivée là.

Elle soupira et se concentra. Sa respiration était redevenue normale, elle pouvait tenir debout sans tomber. Il restait juste la douleur au front, cette douleur qui ne partirait jamais et qui s’éveillait à chaque passage d’air sur sa cicatrice. Il ne fallait pas qu’elle soit trop proche de Jeremiah sinon son souffle la faisait souffrir. De toute manière le jeune homme s’éloignait. A chaque fois qu’elle se rapprochait. L’ironie de l’histoire : il avait peur d’elle. « Bien sûr que j’ai peur de toi. » Sa voix était douce, elle-même ne se reconnaissait plus. Qu’est-ce qui avait changé en elle pour qu’elle se transforme de la sorte ? « Je ne sais pas d’où cela remonte, mais j’ai besoin de ça. » Elle n’aimait pas parler de ses sentiments, cela n’avait jamais été facile on lui avait toujours appris à les cacher, à montrer un visage dur. A suivre le Lord sans poser de question. Et tout cela lui plaisait maintenant, c’était devenue son habitude, sa vie. Alors qu’est-ce qui s’était cassé pour qu’elle en arrive là ? « Je sais que j’aurai pu… mourir. » Elle avait décidé de parler des choses telles qu’elles étaient, de les nommer, qu’importe les conséquences. « Je ne savais pas ce que j’allais devenir. Je te promets. Une partie en moins espérait, mais tout le reste souhaitait la fin de cette souffrance. Tout le reste ne voulait plus rien sentir. Je ne pensais pas survivre mais de cela, je ne m’en suis rendu compte que trop tard. Je t’ai dit, je ne connaissais pas cette partie-là de toi, comment aurais-je pu savoir ? Les commérages et les rumeurs ne me suffisent pas. » Elle était incroyablement folle, détraquée, dérangée. Trop calme, trop sereine. « Maintenant je sais à quoi et à qui je me mesure. Et je te promets que je n’irai plus jamais aussi loin. Plus jamais. » La peur se lisait dans ses yeux cette fois-ci, elle avait compris la leçon et mieux encore elle l’avait retenue. Elle se mordit la lèvre, chercha encore une explication possible. Seulement elle ne trouvait rien qui découle logiquement. « Toi tu as peur de moi ? » demanda-t-elle faiblement, son comportement lui semblait trop étrange. Etait-elle en train de devenir une vraie psychopathe ? D’un autre côté, les serviteurs du Lord se devaient d’être dérangés et non communs. Elle posa ses mains sur la table qui se trouvait pas loin et reprit. « Je ne comprends pas, tu aurais préféré que je hurle ? Que je me venge ? Que je te frappe ? Je te remercie parce que je reconnais que ma survie a été dues à un coup de chance incroyable et que je n’ai pas envie de te tester une seconde fois, car j’ai peur de ne pas m’en sortir de cette seconde confrontation. » Car même si elle était préparée, même si elle avait une bonne dose de sortilèges en réserve, même si elle avait de l’expérience, Jeremiah avait la force physique qu’elle ne possédait plus, il avait un corps en forme alors qu’elle souffrait toujours de cette douleur frontale. Elle n’était pas si folle, mais elle ne savait pas comment réagir. Elle ne voulait pas l’effrayer, elle ne voulait pas le perdre, elle ne voulait pas s’excuser, elle ne voulait pas recommencer. Plus jamais cette douleur sur elle. Elle ferma les yeux et se perdit dans ses pensées. Elle se revit jeune et la douleur lui serra le cœur. Elle pleurait car elle s’était fait un bleu en tombant par terre. Son père leva la main sur elle. Un garçon bien élevé ne pleure pas. Il sortit sa baguette. Cette fois-ci elle hurlait de douleur. Son frêle corps se tortillait. Ses dents s’entrechoquaient. Son cerveau était perdu. Tout redevint noir. Oui, son père la torturait et lui faisait mal. Son père était son idole. Elle aimait ceux qui avaient du pouvoir sur elle. Voilà pourquoi elle aimait si peu de gens, et pourtant elle ne laissait que si peu de personnes entrer dans sa vie. Seulement il ne fallait pas se leurrer, elle en avait besoin. Cela faisait huit ans que son père était mort et elle venait de trouver un remplaçant. Oh, beaucoup moins cruel, mais elle avait besoin d’entretenir cette peur de l’autre afin de mieux se sentir elle-même.
© fiche créée par ell


__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Sam 6 Avr - 9:13


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


« Bien sûr que j’ai peur de toi. » Voilà au moins c'était dit. Il avait besoin de l'entendre de toute façon. Cela agissait sur lui comme une sorte, une forme de soulagement. Il se sentait un peu plus léger même si franchement dans sa situation, il ne pourrait pas faire partir le sentiment de culpabilité. Non ça le hanterait jusqu'à la fin de sa vie. Oh oui chaque fois qu'il la verrait, surtout à cause de la cicatrice qui lui avait faite, il saurait quel monstre était en lui et à quel point il pouvait faire des dégâts. Ce n'était pas un jeu, c'était très sérieux. En tout cas, la façon dont elle l'avait dit était calme, bien trop calme par rapport à comment Jeremiah avait pu l'imaginer. Il n'arrivait pas à suivre ce qui se passait. Taylor l'étonnait d'une façon vraiment étrange parce qu'il ne savait pas si ça lui plaisait ou non, son calme apparent. Certes elle ne lui faisait pas de reproches, ne s'en prenait pas à lui mais d'un autre côté est-ce que ce n'était pas le signe qu'il avait cassé quelque chose entre eux ? Oh il n'en savait rien ! Pourquoi n'avait-il pas réussi à se contrôler ? « Je ne sais pas d’où cela remonte, mais j’ai besoin de ça. » Comment ça elle avait besoin ? Jeremiah ne comprenait pas là où elle voulait en venir. Pourquoi en avait-elle besoin ? Est-ce qu'elle était en train de dire qu'elle avait besoin qu'il soit violent avec elle ? Ça n'avait pas de sens, ça n'avait rien de normal et s'en était même un peu inquiétant tout comme le fait que Jeremiah ait ce comportement. Ils s'étaient bien trouvés en fait, dérangés tous les deux. Espérons qu'ils n'aient pas d'enfants tous les deux pour ne pas aggraver les choses. « Je sais que j’aurai pu… mourir. » Il baissa la tête. C'était vrai, il le lui avait dit de toute façon qu'il avait été à ça de la tuer. C'était horrible, il avait failli tuer la femme qu'il aimait ! Quel genre d'homme faisait ça ? Déjà le fait qu'il en était capable était une abomination en soit. Il ne la méritait pas, non plus maintenant. « Je ne savais pas ce que j’allais devenir. Je te promets. Une partie en moins espérait, mais tout le reste souhaitait la fin de cette souffrance. Tout le reste ne voulait plus rien sentir. Je ne pensais pas survivre mais de cela, je ne m’en suis rendu compte que trop tard. Je t’ai dit, je ne connaissais pas cette partie-là de toi, comment aurais-je pu savoir ? Les commérages et les rumeurs ne me suffisent pas. » Les commérages et les rumeurs... C'est vrai, il y en avait beaucoup à son sujet parce qu'il plaisait aux femmes principalement. Elles étaient comme attirées par lui comme des aimants et comme il ne disait pas grand chose, elles étaient intriguées. Les hommes qui étaient jaloux le voyaient donc d'un mauvais œil et donc ils cherchaient de quoi lui nuire. Avec toutes ces personnes sur son dos, ça lui laissait peu de marche de manœuvre mais il avait réussi à garder ses petits secrets pour lui. Plus elle parlait, plus elle lui racontait comment elle se sentait et plus cela surprenait le jeune McGregor. « Maintenant je sais à quoi et à qui je me mesure. Et je te promets que je n’irai plus jamais aussi loin. Plus jamais. » Jeremiah la vit, la peur dans les yeux de Taylor et c'était un véritable déchirement. Il aurait préféré qu'elle n'ait pas peur de lui, pas de cette façon en tout cas. Sa peur était tellement frappante que c'était un spectacle horrible.

« Toi tu as peur de moi ? » Jeremiah ne s'attendait pas à ce qu'elle lui pose cette question. Avait-il peur d'elle ? Non pas vraiment. Il avait plutôt peur de l'effet qu'elle avait sur lui, cette sorte de contrôle. Il était clair depuis longtemps qu'elle ne le laissait pas indifférent mais elle l'avait rendu amoureux d'elle et c'était à double tranchant. Il y avait la partie belle, celle où ils s'aimaient tendrement et la mauvaise comme le moment qu'on venait de vivre. Les beaux moments étaient plus fréquents mais les mauvais étaient plus frappants, ils restaient plus en mémoire. Les mauvais moments étaient dévastateurs, ils éclipsaient les bons moments. Ils n'avaient pas besoin d'être terrible pour tout détruire. Non juste un bien placé et c'était bon. C'était affreux, ce n'était pas juste mais la vie était ainsi faite. « Je ne comprends pas, tu aurais préféré que je hurle ? Que je me venge ? Que je te frappe ? Je te remercie parce que je reconnais que ma survie a été dues à un coup de chance incroyable et que je n’ai pas envie de te tester une seconde fois, car j’ai peur de ne pas m’en sortir de cette seconde confrontation. » Il ne savait pas s'il aurait préféré qu'elle hurle ou qu'elle le frappe mais disons que ça aurait été une réaction plus normale à ses yeux. Là elle était trop calme, c'était assez dérangeant mais après est-ce que c'était pire ? Pas tellement. Le fait qu'elle dise qu'elle ne recommencerait pas parce qu'elle avait peur de ne pas en ressortir. C'était dur à entendre mais en même temps c'était réaliste, Jeremiah n'était pas dupe. Il ne savait même pas jusqu'où il était capable d'aller. Il avait envie de lui dire qu'il ne recommencerait plus, qu'il ne lui ferait plus jamais de mal mais pouvait-il tenir cette promesse ? Il n'en savait rien ! « Je voudrais te promettre, tu sais que ça n'arrivera plus jamais. J'aimerais te rassurer en te disant que tu n'as plus à t’inquiéter et que tu n'as pas à avoir peur de moi mais je ne peux pas. Et tu sais, ça me tue. Je ne veux pas te faire du mal. » Il était sincère, il espérait bien que Taylor le sente et le voit. De toute manière ce n'était comme si la situation donnait envie de rire et de faire des blagues. En plus d'origine, Jeremiah n'était pas tellement quelqu'un de drôle qui aimait plaisanter.

Il respira un bon coup et fouilla dans ses poches de pantalon à la recherche d'un mouchoir, il lui semblait en avoir un. En effet il en avait un, il le sortit de sa poche et le déposa sur le front de Taylor afin de stopper le sang de couler. Il essaya d'être le plus doux possible, ce qui contrastait bien de son comportement précédent. Ce geste était un peu comme une volonté de se faire pardonner, d'effacer son excès de rage même si ce n'était possible. Au moins il était là pour elle, pour prendre soin d'elle. Ce n'était pas grand chose mais c'était comme ça. « Ce que je peux te promettre c'est d'essayer d'arrêter, d'essayer de changer du plus fort que je puisse. Les miracles c'est rare mais peut-être que pour moi ça marchera. » Il continua d'appuyer le mouchoir sur son front. Il la regarda. Malgré sa blessure, elle était toujours aussi belle, il l'aimait toujours autant si ce n'est plus. Elle était la femme qu'il lui fallait même s'il lui causait bien des soucis. Il ne voulait qu'elle, les autres n'avaient pas d'importance pour lui. Elles ne lui arrivaient pas à la cheville. De son autre main, il vint caresser sa joue. C'était mignon c'est vrai mais c'était toujours terni par les événements précédents. Est-ce qu'il en serait toujours ainsi entre eux ? Il se rendit alors compte qu'il n'avait toujours pas répondu à sa question ce qui était un manque. Il décida de répondre très franchement, ça ne servait à rien de mentir de toute façon. « Pour répondre à ta question, non je n'ai pas peur de toi. Ce qui me fait peur en toi c'était l'effet que t'as sur moi. » Il allait lui dire ce qu'il ne lui avait encore jamais dit mais ce n'était pas aussi simple surtout que bon vu les circonstances ce n'était pas l'idéal mais il le sentait, il fallait qu'il le dise. Ce n'était pas une question de devoir, non. C'était parce qu'il l'aimait et qu'il se devait de lui dire, d'être tout à fait honnête avec elle. Elle méritait de l'entendre, elle méritait qu'il se mette dans cette position difficile et délicate qui le rendait si vulnérable. Il devait le faire pour elle ou il ne le ferait jamais. Allez ce n'était pas si compliqué, ça coulait de source. « Taylor, je t'aime et ça fait peur. Je me sens vulnérable et j'ai peur de perdre la tête et pas forcément de la bonne manière. » Son discours sonnait tellement pessimiste mais pourtant il lui avait dit qu'il l'aimait et ça, ça n'avait rien de mauvais. Il hésita un instant mais il l'embrassa tout doucement, du bout des lèvres craignant sûrement de lui faire un quelconque mal. Ça ne lui ressemblait pas d'être un peu hésitant, si délicat mais avec Taylor, n'était-il pas changé ?


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 890


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Lun 8 Avr - 9:21


Jeremiah McGregor.

Taylor releva son fin visage meurtri par la douleur vers son fiancé. « Je voudrais te promettre, tu sais que ça n'arrivera plus jamais. J'aimerais te rassurer en te disant que tu n'as plus à t’inquiéter et que tu n'as pas à avoir peur de moi mais je ne peux pas. Et tu sais, ça me tue. Je ne veux pas te faire du mal. » La jeune femme étira les lèvres en un mince sourire. Elle ne se força pas à écarter trop les lèvres de peur de refaire naître la douleur. Ce sortilège était horrible car en plus d’être très violent, tant que la blessure n’était pas soignée, la douleur était toujours présente. Ainsi, avant que la cicatrice ne soit réellement formée la jeune femme ressentirait toujours avec précision la forme choisie par la baguette de son futur mari. La blonde repensait à tout ce qu’il s’était passé. Elle savait pourquoi elle l’avait testé, mais cette part sombre en elle était maintenant écrasée par sa lucidité. Il n’y avait pas de doute, l’ex langue-de-plomb était masochiste sur les bords, et pas uniquement sur les bords en réalité. Ce qu’il disait lui mettait un vrai baume sur le cœur. Elle n’avait jamais été aimée de cette façon-là, aussi forte. Pourtant son Taylor était l’amour de sa vie, mais là elle ressentait quelque chose de différent, un amour réel et non rêvé. D’un autre côté cela la rassurait. Il restait lui-même, malgré ce qu’elle pourrait faire de lui et en plus il restait dans la réalité, il ne lui offrait pas des promesses irréalisables. Elle aimait quand il était vrai comme cela. L’oubliator chercha quelque chose dans ses poches et quand elle vit qu’il tenait un mouchoir, un éclat de peur traversa son regard. Certes cela allait sûrement arrêter le sang de couler mais elle avait mal quand l’air se posait sur sa blessure alors un mouchoir. Elle se reforma un visage impassible et attendit le choc. La main de Jeremiah allait lentement et elle voyait bien qu’il faisait très attention à être doux. Elle fut touchée de l’attention, certes c’était normal de sa part, mais pour elle, si peu habituée aux gestes tendres, c’était nouveau. Elle sourit faiblement. Elle était faible en cet instant et pas uniquement à cause de la torture qu’elle venait de subir. « Ce que je peux te promettre c'est d'essayer d'arrêter, d'essayer de changer du plus fort que je puisse. Les miracles c'est rare mais peut-être que pour moi ça marchera. » Il était l’homme qu’il lui fallait, l’homme peu soucieux de faire mal, mais soucieux de réparer. Celui qui faisait des efforts pour elle, qui la connaissait mieux que quiconque, qui était là quand il le fallait. Qui lui montrait qu’il était un homme mais qui devenait son homme quelques instants après. Elle ne pouvait rêver de mieux. Toutes les filles, jalouses de son bonheur ne pouvaient même pas comprendre un quart de ce qu’il était réellement. Si certaines voyaient le beau Jeremiah, Taylor voyait le vrai Jeremiah, et elle en était encore mille fois plus heureuse. Elle avait trouvé le bon et c’était son père qui le lui avait donné. Encore un signe du destin, bien que la jeune fille n’y croyait pas une seule seconde. « Pour répondre à ta question, non je n'ai pas peur de toi. Ce qui me fait peur en toi c'était l'effet que t'as sur moi. » Si Jeremiah n’excellait pas en tant qu’oubliator, il avait une chance en tant que poète. La blonde se retint toutefois la remarque, elle était trop faible pour plaisanter et l’heure n’était sûrement pas propice aux blagues. Elle releva la tête et plongea son regard dans les sublimes prunelles de son amant. Il ne devait pas avoir peur. Bien sûr qu’il avait toutes les raisons du monde d’avoir peur, elle était une psychopathe dangereuse, elle avait besoin de violence, elle se satisfaisait de la souffrance des autres, elle n’avait aucun sur-moi qui l’empêchait d’aller trop loin. Mais tout cela n’avait aucune importance, car la seule chose qui comptait c’était lui. « Taylor, je t'aime et ça fait peur. Je me sens vulnérable et j'ai peur de perdre la tête et pas forcément de la bonne manière. » Ses yeux étaient rempli de larmes depuis un bon bout de temps, au début c’était pour la rage, puis pour la douleur, maintenant c’était des larmes parce qu’elle était émue. Son cœur de pierre se transformait peu à peu en un cœur aimant, et tout ça à cause de lui. Jeremiah avait toujours sa main posée sur son front, une main douce qui enlevait le sang. Taylor ferma les yeux lorsqu’il l’embrassa. Ce baiser était nouveau, différent. Une douceur qu’il n’avait jamais eue. C’était unique. Elle attendit quelques secondes avant de finalement murmurer. « Tu es l’homme de ma vie. » C’était une déclaration énorme, même s’il ne devait pas s’en rendre compte. Depuis toujours c’était son père à cette place-là, et même durant les huit dernières années il était resté fièrement à cette place. Malgré la place qu’avait pris Jeremiah dans sa vie, il ne lui arrivait pas encore à la cheville. Or voilà qu’aujourd’hui, il prenait cette place. La jeune femme inspira une nouvelle bouffée d’air. « Je ne sais pas quoi te dire, si ce n’est que. » Elle ne put terminer sa phrase car une douleur encore plus forte que les autres lui traversèrent le cœur en entier. Elle monta sa main sur son front par un réflexe trop rapide pour qu’elle ait eu le temps de le préméditer. Puis les yeux de Taylor se fermèrent tout seul et elle tomba en avant. La table la retenant par derrière, elle s’écrasa dans les bras de Jeremiah. La jeune femme avait perdu trop de sang, de plus ses fonctions cérébrales avaient été abimées à cause du sortilège, or comme elle avait voulu être forte, elle avait fait comme si de rien n’était. Cependant ce sortilège ne faisait pas partit de la famille des sortilèges sans risque, Jeremiah devait bien le savoir. La jeune femme avait perdu tellement de sang qu’elle venait de perdre connaissance. Sa vie était maintenant remise pour de bon dans les mains de Jeremiah…
© fiche créée par ell


__________

+ i'm addicted to you
La haine, le mépris, les blessures physiques et mentales, la passion, le rejet, la jalousie. oui, nous sommes passés par tout cela ... que nous réserve alors l'avenir ?© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


cruauté experte des nuits noires
avatar


personal informations

► date d'inscription : 17/06/2012
► parchemins : 888


MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   Jeu 18 Avr - 0:18


Jeremiah et Taylor McGregor, well soon.
chérie, je t'aime mais des fois, juste tais-toi.


« Tu es l’homme de ma vie. » C'était fort comme parole, peut-être même trop fort d'ailleurs pour lui mais il décida de ne pas fuir en ce moment. Non ce n'était pas le moment de se fermer tout ça parce que l'émotion était trop grande, le moment trop intense. Il se contentait de chasser toute la pression qui pouvait aller avec cette phrase. De toute manière n'allait-il pas l'épouser ? C'était un geste fort aussi, rien de ce qu'on pourrait dire de léger donc il devait arrêter d'avoir peur de tout. Tout allait bien se passer à présent entre eux. Il trouverait le moyen de contrôler la violence qui se trouvait en lui et Taylor et lui vivraient très heureux. Il ne fallait pas en douter, ils étaient faits l'un pour l'autre. Elle lui avait dit qu'il était l'homme de sa vie. Il n'avait pas à douter qu'elle serait la femme de la sienne. Mais pour l'instant c'était trop tôt, Jeremiah était de ceux qui mettait beaucoup de temps pour faire les choses. Il se protégeait au maximum, ce n'était pas sa faute. Il était juste comme ça, il avait besoin de ça pour garder un minimum le contrôle sur sa vie. « Je ne sais pas quoi te dire, si ce n’est que. » Tout se passa très vite. Taylor ne termina pas sa phrase, il la vit tourner de l’œil et l'instant d'après, elle lui tomba dans les bras, inconsciente. La panique s'empara du jeune homme. Elle allait se réveiller, n'est-ce pas ? Il la secoua légèrement mais rien. Par Merlin, ce n'était pas le sort qui... Et si elle... Oh non qu'avait-il fait ? Il ne l'avait pas tué quand même ? Non, cela ne pouvait pas être aussi extrême que ça. Non, jamais il n'avait voulu la tuer... Enfin si mais pas. Oh Mon Dieu, il était une personne terrible. Il fallait qu'il fasse quelque chose et vite mais il était tellement pris de court. Il avait tellement peur. De toute sa vie, il n'avait jamais eu autant peur qu'en cet instant. Il fallait qu'il l'emmène au près de quelqu'un qui pourrait la soigner... Ste Mangouste, bien sûr ! Ni une ni deux, il n'avait plus de temps à perdre de toute façon, Jeremiah sortit sa baguette et transplana, Taylor dans les bras. Ils arrivèrent dans le hall de Ste Mangsoute.

Leur arrivée fit sensation car bon nombre de regards étaient fixés sur eux. Il faut dire que Taylor était inconsciente, ils arrivaient comme ça. En plus de ça, elle perdait énormément de sang et Jeremiah en avait partout sur sa chemise. On se demandait vraiment ce qui avait bien pu arriver. Mais pour le moment Jeremiah ne s'intéressait pas vraiment à ses personnes, il voulait juste quelqu'un pour soigner Taylor. Le reste c'était bien le cadet de ses soucis ! Des personnes travaillant de toute évidence à Ste Langouste emmenèrent Taylor. Jeremiah n'émit pas de résistance, qu'est-ce qu'il aurait pu faire de mieux qu'elles ? Il n'était pas légitime de toute manière d'omettre la moindre résistance. Il était responsable. Il avait commis lui-même cette monstruosité ! Il avait failli tuer la femme qu'il aimait, sa future femme. Mais quelle genre de personnes faisait ça ? Il hésita à partir. Cela ne serait-il pas mieux s'il partait ? Il fallait mieux que ça soit quelqu'un qui ne ferait pas de mal à Taylor qui soit bien pour elle. De toute évidence ce n'était pas lui, ça le tuait mais ça n'était pas lui. Non, lui il n'apporterait que de la noirceur dans sa vie. Il ne pourrait jamais la combler, il ne ferait que lui faire du mal encore et encore jusqu'à la briser net. Il ne pouvait pas être l'homme de sa vie, peut-être fallait-il qu'il la libère. Oui elle pourrait trouver quelqu'un de mieux, c'était sûr. Mais pouvait-il l'abandonner alors qu'elle était au plus mal ? Non il serait plus monstrueux encore. Il ne pouvait pas faire ça. Non en plus il fallait bien qu'il s'occupe de la paperasse et à son réveil, elle le chercherait c'était sûr. De plus il n'avait pas envie de partir, il voulait être au plus près d'elle. Il voulait être la première personne qu'elle verrait quand elle se réveillerait. Cela pouvait sembler débile mais c'était comme ça. En tout cas l'attente fut longue avant qu'il n'ait des nouvelles de Taylor et de savoir si elle allait bien. Cela relevait de la torture mentale à ses yeux, on lui demande plusieurs informations concernant Taylor. Jeremiah y répondit du mieux qu'il pouvait. Il demanda si on pouvait aller chercher sa sœur, Tamara McGregor puisqu'elle travaillait au niveau de la psychiatrie à Ste Mangouste mais elle n'était pas disponible dans l'immédiat alors il resta seul dans la salle d'attente. Les personnes défilèrent mais Jeremiah ne les regardait pas, trop concentré sur Taylor.


RP TERMINE


∞everleigh

__________
attends voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jeremiah McGregor va mourir | (é)TAYJER. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: MAGICAL WORLD :: LONDRES :: ministère :: niveau trois-