Partagez | 
 

 [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


lost in a bottomless mess
avatar


personal informations

► date d'inscription : 29/05/2012
► parchemins : 731


MessageSujet: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Ven 13 Juil - 3:23


If loving you is a crime...
Luly & Mèmès
Un inconnu a dit « aimer aide à connaître, connaître aide à comprendre, comprendre aide à aimer », pour Hermès cela s'était effectivement passé dans cet ordre-là. Le jour de sa répartition, un peu avant la cérémonie, il avait rencontré cette jeune et douce rousse au joli minois et, même s'il ne l'avait compris que beaucoup plus tard, en était tombé amoureux. L'amour foudroyant, le coup de foudre, tomber amoureux au premier regard, on donne à ce phénomène de multiples noms. Hermès n'avait jamais cherché à en choisir un, tout ce qu'il savait c'était que c'était vrai, point. Lucy c'était l'un de ses deux rayons de soleil avec Théo, mais c'était le principal, sans qu'il ne l'ai jamais voulu. Un sourire de sa part et il voulait bien se jeter au cou de Voldemort pour lui arracher ses deux vilains yeux de serpent. Bien entendu elle ne le lui demanderait jamais, elle l'aimait trop pour ça mais lui pourrait. Oui, elle l'aimait mais pas comme lui le voulait, tout du moins pas encore. Mais même si Hermès ne savait pas encore ni s'il fallait forcer le destin, ni comme le faire, il savait qu'il en avait envie et que s'il décidait de le faire, il arriverait à ses fins.

C'était toutes ses pensées qui occupaient son esprit ce matin tandis qu'il se réveillait difficilement. Cette nuit avait fait partie des mauvaises, il avait mal au dos et se sentait loin d'être frais. Faisant balancer ses jambes sur le côté de façon à poser ses pieds par terre, il fronça les sourcils tout en passant une main dans ses cheveux. Il joignit ensuite les deux sur son visage, grommelant pour lui-même quelques paroles sans réel sens mais elles servirent au moins à libérer sa gorge des mots qui n'étaient pas sortis pendant la nuit, de lui éclaircir la gorge comme on dit. Il regarda l'heure sur le réveil posé sur sa table de nuit : onze heures déjà. « Bénis soient les samedis matins ! » pensa le Poufsouffle, ces rares jours où les élèves pouvaient se transformer en marmottes durant quelques heures et ajouter à leur sommeil déjà léger à cause des longues soirées du vendredi, un bonus non-négligeables et ô combien nécessaire. Surtout pour les Poufsouffle qui étaient connus pour être de très grands fêtards.

Enfin un peu plus éveillé il jeta un regard aux alentours, apparemment ses camarades de dortoirs étaient de moins grosses marmottes que lui, ne restaient que des lits défaits et des vêtements un peu partout sur le sol, du bordel, un dortoir de garçon quoi. Se dirigeant vers la salle de bain, il laissa tomber le caleçon qu'il avait porté cette nuit-là et, arrivé à bon port, entra dans une douche et se lava sans trop se presser : il avait vraiment besoin de ça pour se réveiller. Après une bonne demi-heure à laisser l'eau lui redonner un peu de vigueur il sortit, se sécha et s'habilla rapidement. Il regarda son reflet dans le miroir... Boh, ça allait. Une main passée dans ses cheveux il décida de descendre dans la salle commune pour attendre les deux autres indestructibles.

Il s'assit à une des chaises de la grande table de la salle commune et déplia une Gazette oubliée dessus. Les gros titres étaient tous aussi déprimants les uns que les autres, tous à la gloire du « Lord » à deux balles ou en défaveur des courageux résistants, c'était à vomir. Hermès détestait ce journal, tout ce qu'il lui accordait c'était son statut d'informateur, même si tout y était extrêmement subjectif et déformé, si on savait démêler le vrai du faux on pouvait y trouver de très bonnes nouvelles comme de très mauvaises mais importantes, tout était question de perception. Parfois, à trop lire de mauvaises nouvelles – comme la dernière qui avait été à l'origine du bal tout pourri – Hermès choppait le cafard, et se disait que leurs actions à eux, les résistants, devenaient inutiles mais il y avait toujours quelqu'un du clan, Lily, Albus ou Louis, qui était là pour lui rappeler que mêmes les plus infimes actions servaient la cause. Lui n'était pas une tête pensante, il avait besoin de gens autour de lui pour lui rappeler pourquoi il avait telle ou telle conviction.

Il vit Naranja descendre les escaliers du dortoir des filles, il attendait déjà depuis dix minutes et il se demandait ce que pouvaient bien faire ses deux amies.

    « Hé coucou Nara, tu as vu les filles ?
    - Oui, Théoxane est partie tôt ce matin en chantant sa chanson contre les poutsiks et Lucy a décidé de faire une grasse matinée dans notre chambre, il n'y a plus personne en haut. » lui répondit-elle en souriant.
    « Merci bien gente demoiselle. La remercia-t-il avec un petit clin d'oeil. »


« Une grasse matinée hein ? » pensa le blond. Une vilaine idée lui vint en tête comme un sourire malicieux se dessinait sur ses lèvres. Hors de question que cette sournoise puisse faire une grasse matinée alors que lui s'était réveillé. Alors après que Nara ait quitté la salle commune, sûrement pour aller déjeuner, et qu'il n'eut resté que quelques premières années distraits et pas tout à fait réveillés, le garçon aux idées presque maléfiques se leva et se précipita sur l'escalier du dortoir des demoiselles et monta hâtivement les marches à la recherche de la porte du couloir des chambres des sixièmes années.

La porte poussée, il sentit l'odeur raffinée des demoiselles et rougit presque de s'introduire dans leur antre, en effet Hermès était un garçon très respectueux et avait l'impression de violer leur intimité mais balaya vite cette idée, désireux de mener à bien sa petite blague contre sa Luly. Le soucis, c'était qu'il n'était encore jamais venu ici, évidemment. Première porte ouverte, raté il n'y avait personne. C'était d'ailleurs parce que Nara lui avait dis que la Weasley était la dernière dans les dortoirs que Hermès avait osé monter : il ne prenait aucun risque. Seconde porte, apparemment toujours pas la bonne, tous les lits étaient vides et faits, et Lucy ne faisait jamais son lit, ce n'était pas son genre. Le troisième serait elle la bonne ? Toujours pas. Le pauvre garçon ouvrit toutes les portes jusqu'à la dernière qui se révéla, en toute logique, être la bonne. Il n'avait pas eu de chance dans cette histoire, et si toutes les portes avaient fait trop de bruit ? Il espérait qu'aucune n'avait réveillé le rousse tandis qu'il ouvrait la dernière porte.

Une masse de cheveux en bataille dépassait de la couverture du lit du fond de la chambre. Une tignasse folle et orange, ça ne pouvait être qu'une seule personne. Que devait-il faire ? La chatouiller ? Crier et lui faire peur ? Lui sauter dessus ? Attendre qu'elle se réveille ? Les quatre à la fois ? Oh et puis il verrait bien, improvisation, le maître mot. S'approcher, sans faire de bruit. Il tira doucement la couverture pour dégager son visage. Il s'était trompé, ce n'était pas Lucy qui dormait sous cette couverture, dans ce lit, mais un ange endormi. Sa comparaison fit rire Hermès, il la nota dans un coin de sa tête pour la ressortir un jour à Lucy, si un jour il en avait l'occasion.

Après quelques secondes à contempler l'expression de la demoiselle encore sous le joug de Morphée, Hermès se décida enfin à : sauter sur le lit en criant et en chatouillant la Poufsouffle.
© Belzébuth


Dernière édition par Hermès A. Charleston le Sam 15 Déc - 2:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Sam 21 Juil - 13:34


Spoiler:
 

La demoiselle Weasley ne rêvait que d'une chose depuis une semaine : faire une grasse matinée. Elle n'en pouvait plus de se lever tôt tous les jours, d'assister à des cours toute la journée où être obligée d'aller à la bibliothèque ou la Grande Salle pour faire des devoirs. Elle voulait du repos, traîner sous sa couette et que personne ne vienne la dérangeait. Surtout qu'elle le méritait car en plus d'être une élève douée, elle était capitaine de son équipe de Quidditch et c'était une fêtarde invétérée. Tout ça prenait beaucoup de temps et d'énergie. Et puis il y avait des fois où l'aînée de Percy Weasley était une vraie marmotte surtout que pour le moment elle était en plein rêve, un rêve des plus étranges. Son rêve était tellement étrange qu'elle se demandait où elle pouvait bien se trouver. Elle était attachée à un arbre, enfin ça y ressemblait mais l'arbre était orange à pois violets. Or dans la nature, un arbre n'était jamais de cette couleur. Autre détail choquant : la praire dans laquelle elle se situait était constituée d'une herbe rose fluo. Lucy adorait les couleurs mais cette abondance de couleurs faisait un peu mal aux yeux. Elle avait l'impression que son acquitté visuelle était trop sollicitée. Chaque détail était coloré ce qui ne permettait pas à son œil de se reposer un peu. Comme quoi les couleurs sombres ou les couleurs pastels faisaient du bien. Elle décida de garder cela à l'esprit, elle qui adorait se vêtir de couleurs prononcées et éclatantes. Bah oui parce que peut-être que d'autres avaient mal aux yeux en la regardant, après tout dépendait de ceux qui avaient mal aux yeux. Si c'était la bande d'obscurs méchants à souhait, le fait qu'ils aient mal était bien le cadet de ses soucis. Au contraire elle mettrait des vêtements plus colorés en espérant que ça leur brûle des yeux, qui a dit que les Weasley ne pouvaient pas être machiavéliques ? Il fallait se méfier d'eux, il arrivait souvent à Lucy d'être machiavélique, dès qu'on s'attaquait à ses proches elle pouvait être pire qu'une furie. Message subliminal adressé à des personnes en particulier ? Peut-être bien. Enfin bref elle était donc ligotée à un arbre vêtue d'une robe digne d'une princesse du Moyen-Âge rose bonbon, elle était d'ailleurs horrible aux yeux de la demoiselle Weasley. Qu'elle idée de porter une robe de cette couleur ? C'était limite un crime, jamais elle ne mettrait ça de sa propre volonté. Néanmoins le plus bizarre c'est qu'elle était prisonnière d'un petit groupe de dix personnes de petites tailles, vous l'aurez compris elle était l’otage de nains. Est-ce qu'elle avait fumé hier soir ? Non parce que ce rêve était vraiment barge, elle en faisait beaucoup des rêves étranges mais là c'était le summum. Elle les entendait discuter de ce qu'ils allaient faire d'elle. C'est le plus grand des nains qui prenaient les décisions, il sembla alors pour la demoiselle que c'était leur chef. « On attend, le prince va pas tarder à se ramener ou en tout cas un de ses larbins et on peut être sûr qu'il va nous donner une belle somme pour la relâcher. » Le prince ? Mais c'était qui le prince ? Lucy se dit alors que son rêve était trop pathétique, elle rêvait comme n'importe quelle fille fleur bleue qu'un prince vienne la délivrer. Pff ! Mais la Lucy présent dans ce rêve était vraiment paniquée. - Pour la suite de la scène il faut imaginer Lucy Wealey avec une voix particulièrement fluette et plus avec un style Barbie que la Lucy de tous les jours – « Relâchez-moi ! Ces cordes me serrent trop et pourquoi êtes-vous si méchants ? Nous pourrions être amis si vous me relâchiez. » C'était clair et net là, elle était sous l'effet d'une drogue.

Le groupe de nains la regardaient, crédules se demandant si elle était totalement sérieuse. L'un des nains s'approcha d'elle, il était laid, avec une partie du visage défiguré et il avait les mains sales. La Lucy de ce rêve craignait qu'il tâche sa robe si belle mais il se contenta de lui parler : « Hey la p'tite dame, on attend que le damoiseau arrive on a dit. » Un hennissement de cheval se fit alors entendre et au loin on pouvait apercevoir un cavalier très bien vêtu avec une cape blanche et doré. Les nains semblèrent légèrement excités sûrement à cause de l'idée d'avoir de l'or. « C'est le prince Hermès. » Il s'avança dans la lumière, un peu au ralenti comme pour donner encore plus de poids et de brillance à son arrivée. Autant dire que c'était la grande classe ! Quelle fille ne serait pas amoureuse. « Ma bien aimée je suis là, n'ayez crainte ! Maintenant que je suis à vos côtés plus aucun mal ne vous sera fait. » S'en suivit alors une scène de bataille digne des plus grandes bastons de tous les temps. Hermès affronta tous ses nains avec pour seule aide son épée. Pendant cette bataille, Lucy poussait des petits cris craignant à chaque fois pour la vie de son prince. Finalement quand il vint à bout du dernier nain, elle ne put s'empêcher de crier un bravo plein de reconnaissance et de fierté. Il vint alors couper les cordes qui la retenaient prisonnière avec son épée et elle se jeta dans ses bras. « Ne me laissez plus jamais. » Hermès la regarda droit dans les yeux avant de lui dire doucement : « Plus jamais mon amour, plus jamais. » Et là ils commencèrent à se rapprocher pour s'embrasser comme dans tout bon film qui se respecte ou dessin animé de Disney sauf que la demoiselle Weasley fut réveillée tout en douceur (ironique) par un Hermès en train de sauter sur son lit puis crier et la chatouiller. Lucy eut la réaction normale d'une fille qui se fait réveiller de cette façon... Elle hurla. « MEMEEEEEEEEEEEEEEEEES ! Je te jure, je vais te tuer, aujourd'hui et maintenant. Je vais te réduire en morceau et après je te ramènerais à la vie juste pour te tuer une nouvelle fois. » Le jeune homme loin d'avoir peur de ces menaces la chatouilla deux fois plus obligeant la demoiselle Weasley à se tortiller dans tous les sens et de rire aux éclats. C'était de la triche ce qu'il faisait ! Il savait très bien qu'elle craignait les chatouilles, elle était incapable de rester indifférente. Finalement au bout d'un moment il se décida à la laisser tranquille, Lucy put enfin reprendre son souffle et ne plus ressembler à une espèce d'hystérique épileptique. « C'est pas juste ! Toi tu crains pas les chatouilles ou alors t'as une force mentale incroyable. » Elle fit une pause avant de rajouter très vite. « Mais je t'assure que je vais te tuer, peut-être pas aujourd'hui du coup mais un jour. Sûrement au moment où tu t'y attendras le moins, je te sauterais dessus et BAM plus de Hermès. » Elle le vit sourire peut-être même rire, elle n'en n'était pas sûr mais elle ne put s'empêcher de conclure : « C'est ça fait le malin ! Mais tu verras un jour, tu ne me résisteras pas. Je suis une Weasley, j'ai de la ressource. » Elle lui fit alors le signe qu'elle gardait un œil sur lui puis elle se tut quelques instants afin de reprendre son souffle car il l'avait quand même pas mal maltraitée.

Soudainement elle se mit à rire d'un rire léger, discret mais c'était tout de même un rire. D'ailleurs pourquoi riait-elle ? Oh elle ne savait pas vraiment alors il ne saurait sûrement pas mais comme pour illustrer un peu la situation elle lui dit : « Tu sais quoi ? T'es con ! Non mais franchement j'étais en train de rêver et toi tu m'as coupée en plein dedans ! » Elle se retourna alors, étant allongée à présent sur le ventre. Elle s'était mise dans cette position pour lui faire face. Elle lui lança un regard malicieux avant de lui répondre : « Devine quoi ? T'étais dans mon rêve et c'était vraiment trop bizarre mais du coup à cause de toi je saurais jamais comment il se termine. » C'était pas tout à fait vrai parce que bon il l'avait reveillé alors qu'elle et lui allaient s'embrasser dans son rêve, c'était un peu une fin. Il manquait juste « Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » mais bon comme ça elle l'embêtait et elle aimait bien faire sa chieuse de temps en temps... Surtout avec Hermès. Bah oui parce que lui il aimait bien la faire tourner en bourrique, c'était de bonne guerre. En plus si elle n'avait même pas le droit de mettre la tête à l'envers à son meilleur ami, à qui pourrait-elle le faire ? Y avait bien ses cousins mais les pauvres, ils devaient déjà supporter le fait d'être apparenté avec elle, c'était une lourde responsabilité !

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


lost in a bottomless mess
avatar


personal informations

► date d'inscription : 29/05/2012
► parchemins : 731


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Lun 10 Sep - 5:42


If loving you is a crime...
Luly & Mèmès
La princesse aux cheveux flamboyants se leva en moins de temps qu'il n'en aurait fallut pour dire Quidditch et, pas encore totalement réveillée, elle se mit à hurler comme une furie : « MEMEEEEEEEEEEEEEEEEES ! Je te jure, je vais te tuer, aujourd'hui et maintenant. Je vais te réduire en morceau et après je te ramènerais à la vie juste pour te tuer une nouvelle fois. » Ouh mon Dieu quelle menace. Hermès rit de plus belle face à ces cris inutiles et ridiculement haut perchés. Comme si Lucy ne savait pas qu'il n'était capable d'aucune pitié lors d'une guerre de chatouilles. Mais après tout il était logique qu'elle essaye cette option étant donné que jusqu'ici il n'avait jamais craint les chatouilles et que par conséquent, elle se retrouvait totalement impuissante et condamnée à subir lors de chaque bataille qui les confrontait. Condamnée à subir oui, Hermès fourra donc de plus belle ses doigts sur les hanches de la jeune fille, titillant chaque centimètre du pyjama qui recouvrait la zone sensible. Haha ! L'ennemi battait en retraite – en fait elle commençait surtout à ne plus arriver à reprendre sa respiration entre les spasmes de rire nerveux qui l'agitaient, et le blondinet ne cherchant pas à la tuer, il stoppa net sa torture.

    « C'est pas juste ! Toi tu crains pas les chatouilles ou alors t'as une force mentale incroyable. » lança-t-elle, à nouveau capable de prendre une bouffée d'air correcte sans risquer l'AVC.
    « Un peu les deux, répondit-il, enchaînant sur un faux rire machiavélique parfaitement imité.
    « Mais je t'assure que je vais te tuer, peut-être pas aujourd'hui du coup mais un jour. Sûrement au moment où tu t'y attendras le moins, je te sauterais dessus et BAM plus de Hermès. »


Hermès sourit, il aimait se dire que ce genre de menace, elle ne pourrait jamais les mettre à exécution, malgré tout elle l'aimait. Peut-être pas autant que lui l'aimait elle, mais pas loin tout du moins et ça, ça lui faisait plaisir. Sans le vouloir, il montra donc toutes ses dents à Lucy.

    « C'est ça fait le malin ! Mais tu verras un jour, tu ne me résisteras pas. Je suis une Weasley, j'ai de la ressource. » comme pour essayer de l'impressionner.


Elle lui fit comprendre qu'elle le gardait à l’œil par un geste presque comique. Son expression déterminée était réellement pliante tant elle contrastait avec son petit corps chétif. Rien chez Lucy ne faisait peur tant qu'elle était de bonne humeur, si ce n'étaient ses idées folles qui étaient tout bonnement effrayantes parfois. Oh bien sûr, dès qu'elle était en colère, il suffisait d'un seul regard pour déstabiliser le plus grand colosse, mais hors de cela, elle avait l'air trop angélique pour que quiconque se méfie ou la craigne.
Elle réussit à enfin reprendre son souffle, tandis que lui s’asseyait face à elle sur la couverture épaisse. Comme on y était bien assis ! Finalement les filles avaient beaucoup de privilèges, il était certain que sa couverture à lui n'était ni aussi douce ni aussi confortable. Hermès eut presque envie de se lever pour vérifier que toutes les couvertures du dortoir étaient les mêmes ou si Lucy avait lancé un sortilège d'amplification à la sienne mais il fut stoppé net par le rire léger et cristallin de Lucy, ce qui eu l'effet d'un lavage de cerveau – quel était son prénom déjà ? – et il eut presque peur qu'elle ait pu entendre ses pensées ou bien qu'il ait parlé à voix haute. Il se tourna donc vers elle pour vérifier que ses bêtises n'étaient pas arrivées jusqu'à ses oreilles mais elle ne semblait pas se moquer. Son rire ressemblait plutôt au rire que l'on a en repensant à un vieux souvenir sympathique, alors Hermès se rassura, sa stupidité était préservée. Elle se tourna vers lui, saisissant qu'elle avait attiré l'attention de son ami sur elle par ce rire inopiné.

    « Tu sais quoi ? T'es con ! Non mais franchement j'étais en train de rêver et toi tu m'as coupée en plein dedans ! » dit-elle.


Hermès n'en était pas certain mais au premier abord... ça n'avait aucun rapport avec le rire qu'il venait d'entendre. Soit.

    « Vous m'en voyez confus votre majesté. » répondit-il en ironisant comme il lui lançait une grimace dédaigneuse.


Elle lui répondit en tirant la langue, puis passa de assise à allongée sur le ventre, les yeux plongés dans ceux de son ami, comme prête à la plus grande et scandaleuse des confidences.

    « Devine quoi ? T'étais dans mon rêve et c'était vraiment trop bizarre mais du coup à cause de toi je saurais jamais comment il se termine.  »


Il avait fait partie de son rêve ? Voilà qui devenait intéressant. Hermès était curieux de savoir ce que pouvait bien raconter ledit rêve, et de connaître le rôle qu'il y jouait. Au vu du regard de la demoiselle, elle ne serait pas encline à le lui dire très facilement, ou même à le lui dire tout court. À priori, il était possible que cela soit si gênant pour elle qu'elle soit prête à se battre pour en garder le secret, la tigresse. Qu'il en soit ainsi, Hermès n'avait peur de rien, au contraire, la perspective d'un combat au corps à corps avec la Weasley le ravissait plus que de raison, d'autant qu'il était certain de gagner malgré toute la hargne qu'elle manifesterait sûrement durant la confrontation.

    « Ah, un rêve ? Et quel genre de rêve c'était ? Et qu'est-ce que je foutais à l'intérieur ? » Demanda-t-il doux comme un agneau.


La minuscule petite rousse passa ses doigts sur ses lèvres comme s'ils disposaient d'une fermeture Éclair, fit mine de tourner une clé à la commissure de celles-ci et de la jeter au loin dans la chambre. Ah elle voulait jouer à ça ? Hermès sauta tout à coup à l'endroit où elle avait jeté la clé, fit semblant de la récupérer et, tout aussi vite, revint sur le lit et s'assit à califourchon sur le corps de Lucy. Celle-ci se retourna prête à protester mais le garçon posa doucement mais rapidement un doigt sur ses lèvres tout en approchant son visage à quelques centimètres du sien. « Rappelle-toi, elles sont verrouillées. » susurra-t-il taquin. Sa victime leva les yeux au ciel, exaspérée. « Maintenant c'est moi qui ait la clé, c'est moi qui décide. Mais que vais-je en faire ? La jeter par la fenêtre et rendre service à la communauté ? La garder dans ma poche pour plus tard ? La vendre aux enchères ? Je suis certain d'en tirer un excellent prix. Bon, il est vrai que l'un des Indestructibles sans sa voix ça casserais un peu l'harmonie du groupe mais je suis sûr que Théo saura combler le vide. Après tout je crois que vous êtes bien les deux filles les plus bavardes de cette école. Je suis prêt à parier que tu endormirais même Voldemort si vous aviez un tête à tête, il te couperait la langue tant il en aurait marre. » Comme il parlait, Hermès s'était relevé et marchait tranquillement dans la chambre, tel un orateur qui expliquerait sa campagne politique. Un coup d’œil dans son dos lui apprit que la Poufsouffle le regardait avec un sourire mauvais sur le visage. Il continua son discours, intrigué de savoir combien de temps elle tiendrait avant de lui sauter dessus pour tenter de lui faire regretter, « tenter » parce qu'il était prêt à parier qu'elle n'y arriverait pas, une petite clé de bras et la demoiselle lui chanterait ses louanges... Ou l'insulterait en criant comme un putois, ce qui paraissait plus plausible. À croire que le charme de cette rebelle entêtée n'était fais que pour lui plaire.
© Belzébuth


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Ven 14 Sep - 5:45


Spoiler:
 

« Ah, un rêve ? Et quel genre de rêve c'était ? Et qu'est-ce que je foutais à l'intérieur ? » Ça l'intéressait ça évidemment mais elle ne lui dirait pas, ça non. Son rêve serait son moyen de pression, le jeune homme allait s'en mordre les doigts. Jamais elle ne plierait, elle pouvait résister à la torture, elle ne lui dirait pas. Il était méchant avec elle voilà ce qu'il récoltait, ça lui donnera peut-être une bonne leçon comme ça ! Elle passa donc ses doigts sur sa bouche pour lui montrer que ses lèvres étaient scellées. Comme c'était dommage, elle ne pouvait plus parler. Vraiment gênant pour le jeune homme, non ? Il n'aurait jamais ses informations. Enfin bref elle qui avait fait comme si elle avait la clé permettant d'ouvrir ses lèvres décida de la lancer mais Hermès voulant jouer les rattrapa en vol. Il accourut alors vers elle et s'assit à califourchon sur elle. Il se fichait d'elle ! En plus monsieur n'était pas un poids plume, il lui faisait presque mal ce sauvage. Et quel position ! Est-ce qu'on se mettait comme ça sur les jeunes filles ? Ah si son père était là, il s'occuperait personnellement du jeune Charleston. La demoiselle s'apprêtait à hurler, ce qui était une réaction normale mais le jeune homme posa un doigt sur ses lèvres avant d'ajouter : « Rappelle-toi, elles sont verrouillées. » Mais quel gamin faisait-il ! Lucy leva les yeux au ciel, exaspérée. Qu'est-ce qu'il pouvait être puéril des fois,un vrai gamin ! S'en était limite affligeant tellement il était ridicule. « Maintenant c'est moi qui ait la clé, c'est moi qui décide. Mais que vais-je en faire ? La jeter par la fenêtre et rendre service à la communauté ? La garder dans ma poche pour plus tard ? La vendre aux enchères ? Je suis certain d'en tirer un excellent prix. Bon, il est vrai que l'un des Indestructibles sans sa voix ça casserais un peu l'harmonie du groupe mais je suis sûr que Théo saura combler le vide. Après tout je crois que vous êtes bien les deux filles les plus bavardes de cette école. Je suis prêt à parier que tu endormirais même Voldemort si vous aviez un tête à tête, il te couperait la langue tant il en aurait marre. » Ahah très drôle. Franchement Lucy était morte de rire mais comme il lui avait dit elle ne pouvait malheureusement pas parler. Mais enfin il voulait jouer à cela, il l'attaquait sur une de ses faiblesses en plus parce qu'elle adorait parler mais elle était également très têtue et déterminée. Or Hermès avait sûrement sous-estimé ce côté de sa personnalité. C'est vrai d'habitude elle lui aurait sûrement sauté dessus et aurait crié tel un barbare mais pas cette fois, et ouais mon vieux ! Elle s'assit tranquillement sur son lit et s'étira à divers endroits : les épaules, les poignets. Elle fit ensuite une chandelle avant de s'allonger de nouveau sur son lit. Cela devait bien faire cinq minutes qu'elle n'avait toujours pas parlé et qu'elle n'avait pas jeté un coup d’œil sur Hermès. On se demandait bien pour qui s'était le plus dire qu'elle ne parle pas, sûrement pas la personne à laquelle vous pensez. Lucy envisageait maintenant très sérieusement d'aller prendre sa douche et de planter Hermès là mais cela serait peut-être un peu trop cruel. Oui il n'était pas si méchant que ça à la base ce fourbe, elle lui devait bien une deuxième chance. En conséquence elle resta allongée là silencieuse.

Les minutes continuaient de s'écouler sans que la demoiselle Weasley n'ait cédé. Un exploit sûrement pour beaucoup d'entre vous mais ce n'était pas si difficile en réalité. Finalement elle roula sur son lit pour se retrouver sur le côté et faire face à Hermès et comme un air de défi elle lui dit : « Je peux me taire jusqu'à ce soir tu sais. » Puis elle roula de nouveau et fixa le plafond. Il était beau ce plafond, peut-être n'avait-elle jamais autant fixé son plafond d'ailleurs. Elle pouvait remercier Hermès pour le coup. Avec lui, elle faisait toute sorte de choses qu'elle ne ferait pas seule. Vraiment utile cet ami ! Néanmoins à force de fixer ce plafond elle risquait vraiment de s'endormir même si elle venait à peine de se lever. Après tout peut-être que comme ça elle pourrait assister à la fin de son rêve malgré le fait qu'elle soit quand même très prévisible. Mais peut-être qu'il y aurait eu un revirement de dernière minute, c'était possible après tout. Pendant qu'elle se posait toutes ses questions elle ne vit pas Hermès se rapprochait d'elle. Il posta ensuite sa tête juste au dessus de celle de Lucy. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle le vit d'ailleurs. Il se servit donc de la clé pour ouvrir ce qui était fermé ceci annonçait donc la victoire écrasante de Lucy Weasley ! Un long sourire s'étendit d'ailleurs sur son visage qui montrait bien qu'elle n'était pas peu fière de sa victoire. Elle se permit même de lui dire. « Ahah tu vois bien, tu ne peux me résister. On ne contrôle pas un Weasley pour ta gouverne, monsieur ! » Lucy s'assit alors de nouveau sur son lit, souriant toujours. Elle était vraiment satisfaite d'avoir eu Hermès. Non mais parce que franchement elle était sur le point de craquer, elle aimait vraiment trop parler pour se taire toute une journée. Elle connaissait trop de gens en plus pour ne pas parler. Lucy était le genre de filles à avoir dix millions d'amis et on ne vous parlait même pas de ses connaissances... « Tu manques de détermination mon cher c'est ton défaut pour le coup. Mais va je t'apprendrais si t'es sage ! » La demoiselle redoubla son sourire. Elle était cruelle quand même pour le coup, elle se moquait bien de lui. En même temps les amis avaient le droit entre eux parce que justement c'était des amis. En plus c'était pour la blague, elle ne se moquerait jamais sérieusement de lui. D'ailleurs elle s'occuperait personnellement de la personne qui se moquerait sérieusement d'Hermès, peu importe si c'était une gamine ou un gros balaise. Lucy n'avait peur de rien ou presque.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


lost in a bottomless mess
avatar


personal informations

► date d'inscription : 29/05/2012
► parchemins : 731


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Mar 25 Sep - 5:57


If loving you is a crime...
Luly & Mèmès
Encore et encore, Hermès poursuivait son laïus, attendant que son amie lui saute dessus mais rien n'arrivait, rien du tout. Et, bien que ses deux meilleures amies soient les filles les plus bavardes d'Angleterre, ce n'était pas son cas à lui, il n'était pas du genre loquasse et préférait se taire et écouter. Un bon moyen d'équilibrer les choses, en somme, ça paraissait presque logique. Ce qui l'était moins en revanche c'était bien ce silence limite pesant dans son dos. Il attendit encore quelques secondes après avoir stoppé son grand discours, avant de faire demi-tour. Et, bien loin de vouloir lui sauter au visage pour lui tirer les oreilles, Lucy était tranquillement allongée sur son lit, à attendre qu'il termine. Ah, alors c'était ça sa stratégie aujourd'hui ? La sixième année faisait dans le neuf cette fois-ci. La plupart du temps, elle était plutôt du genre brute de pomme, un peu guerrière, Hermès était celui qui le savait le mieux, victime de ses fréquents coups de folie, mais là elle avait décidé de jouer la flemmarde. Soit. Hermès la regarda s'étirer un peu partout, comme pour faire semblant qu'elle venait de se réveiller et que personne ne se trouvait dans la chambre. Elle le singeait proprement. Chacun de ses muscles déliés – enfin, faussement déliés – elle se mit à faire la chandelle sur son lit... Tout était normal. Laissant tomber sa gymnastique matinale, elle s'allongea sur son lit et se plongea dans une contemplation de son plafond, comme fascinée par la poussière et les toiles d'araignées. Hermès ne pouvait le nier, Lucy avait parfois cette force de caractère, cette patience qui lui manquait à lui. Ils avaient tous deux eu l'occasion déjà de voir qui était le meilleur aux jeux de patience, et ça avait toujours été Luly car Hermès détestait rester en place à ne rien faire, son tempérament le lui interdisait, il devait faire quelque chose, quoi que ce soit. Ainsi, la grande et éternelle gagnante du « je te tiens, tu me tiens, par la barbichette » était Lucy – bin oui, ce n'était pas Théo, déconcentrée par le moindre papillon qui volait à proximité, qui allait essayer de prétendre au titre. Nombreuses étaient les « tapettes » que Herm avait prises de Lucy quand celui-ci baissait les bras. Et il fallait avouer que parfois (mais rarement tout de même) il aimait aussi la laisser tout simplement gagner. Bref, elle était toujours là, à faire semblant que personne d'autre ne vivait sur la planète Terre, fixant son plafond, Hermès s'approcha donc, levant les yeux au ciel, amusé, et s'assit sur le rebord du lit. Il pensait que peut-être elle regarderait, et même avec un air mauvais qui sait ? Mais non, elle tint bon. Pas tellement étonnant. Il rit. Il adorait ce côté borné – bon, parfois ça lui tapait sur les nerfs, c'est vrai, mais il valait mieux rester sur le côté « j'adore son caractère de cochon ». Tout à coup, peut-être avait-elle changé d'avis, elle se retourna vers lui et plongea son regard dans le sien avec une détermination palpable.

    « Je peux me taire jusqu'à ce soir tu sais. » lança-t-elle à son vis-à-vis.


Puis elle s'allongea à nouveau comme une masse sur son matelas. Se taire jusqu'à ce soir ? Bien qu'il ait une totale confiance en ce que disait Lucy en général, il ne pouvait s'empêcher d'avoir un léger doute sur la véracité de ses propos. Car, aussi loin qu'il s'en souvienne, elle n'avait jamais passé plus d'une heure sans parler... Même dans son sommeil ! En effet, les rares fois où ils avaient passé la nuit ensemble, sur le toit pour une nuit à la belle étoile ou dans le parc quand ils campaient clandestinement, elle avait toujours parlé durant son sommeil, racontant des histoires sans queues ni têtes à propos de poneys partis chasser l'éphélant. Non, vraiment, se taire jusqu'à ce soir n'était pas quelque chose d'envisageable pour la Lucy Weasley qu'il connaissait, ou alors elle finirait presque par en souffrir. Un sourire tendre passa furtivement sur son visage. Il préférait encore la libérer de cette force terrible que détenait la super-clé invisible. Alors, après avoir regardé une dernière fois cette Lucy boudeuse, il se pencha juste au dessus d'elle, de façon à la regarder dans les yeux, repris the clé, et fit faire un tour à celle-ci sur les lèvres de son amie. Ce fut comme si la clé avait actionné quelque chose d'autre qu'un verrou en tournant car la Poufsouffle étala un immense sourire sur son visage accompagné d'un regard empli de fierté.

    « Ahah tu vois bien, tu ne peux me résister. On ne contrôle pas un Weasley pour ta gouverne, monsieur ! » dit-elle à Hermès en appuyant sur son nom.
    « Très bien madame, je m'en rappellerais. lui répondit-il.

    Elle se redressa, s'asseyant au côté de son ami de toujours et ajouta :

    « Tu manques de détermination mon cher c'est ton défaut pour le coup. Mais va je t'apprendrais si t'es sage ! » ponctuant sa phrase d'un sourire plus encore plus grand que le précédent (si cela était possible).
    « Tu me dois au moins ça oui, vu toutes les fois où j'ai pu te battre à la guerre des chatouilles. Mais c'est vrai que tes victoires sont tellement rares qu'elles se fêtent ! »


Il la taquinait parce qu'il l'aimait beaucoup, mais ne voulait surtout pas la blesser, aussi quand un semblant de mine boudeuse se dessina sur les lèvres de Lucy, Hermès se corrigea aussitôt :

    « Excuse-moi, je deviens maladroit. »


Il se remit debout et partit s'asseoir sur le lit qui se trouvait à côté de celui de la Poufsouffle. Il souffla, lança un regard à Lucy et ajouta :

    « Je t'avoue que depuis le bal je suis un peu sur les nerfs. Cette pauvre Jenny, elle n'avait rien fait et elle était tellement fidèle à ce sale rat de Voldemort, je ne comprends pas comment il fonctionne, parfois j'ai vraiment envie de l'écraser. »


Il était en train de s'énerver, c'était absolument idiot, il le savait, mais il était comme ça, impulsif, bête. Il frappa le lit et le fit grincer. « Merde, pardon, vaut mieux pas que je casse le mobilier de ta chambre ou tu risquerais de te faire accuser ma Luly. » Il tenta de se calmer mais ça n'avait jamais été quelque chose de simple chez lui, en fait seules Théoxane et Lucy y arrivaient, même si parfois elles devaient s'y mettre à deux. Il s'en voulait d'être aussi bête et brute. Seulement il avait toujours été comme ça, alors que pouvait-on bien y faire ? Il lança un regard sur Lucy et lui dit avec un de ces regards qu'il sortait pour charmer les demoiselles, histoire d'oublier ce petit moment gênant : « Alors ce rêve, qu'est-ce qu'on y faisait ? On chassait des ronflak ? » et il rit.
© Belzébuth


__________
C'est quand tout se brise, qu'on se retrouve seul, que de vrais liens se créent.


Dernière édition par Hermès A. Charleston le Mer 21 Nov - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Lun 29 Oct - 1:40


« Tu me dois au moins ça oui, vu toutes les fois où j'ai pu te battre à la guerre des chatouilles. Mais c'est vrai que tes victoires sont tellement rares qu'elles se fêtent ! » Si Lucy Weasley n'était pas ce qu'elle était, à savoir une grande blagueuse, elle aurait franchement pu se vexer ! C'est vrai il insinuait tout de même un peu qu'elle était unelooseuse vu qu'elle ne gagnait que très rarement... Et c'était ce mec son meilleur ami ? Il fallait vraiment qu'elle revoit les critères nécessaires pour arriver à cette haute fonction. Cependant Lucy était une vrai actrice, elle s'étonnait d'ailleurs qu'on ne lui ait pas encore décerné de prix pour son interprétation formidable de la moue boudeuse. Non parce que franchement ça marchait à chaque fois, surtout avec Hermès, allez savoir pourquoi... Les professionnels passaient vraiment à côté de quelque chose, ils ne savaient plus comment dénicher les talents de nos jours. Il faut dire la période n'était pas propice à ce genre d'activités futiles, tant pis. Enfin devant sa mine, Hermès rajouta vite : « Excuse-moi, je deviens maladroit. » Il était tellement chou... Voilà pourquoi c'était son meilleur ami ! Hermès était quelqu'un d'exceptionnel et Lucy se disait tous les jours qu'elle avait énormément de chance de l'avoir. Elle ne serait pas la même aujourd'hui si elle ne l'avait pas rencontré lors de la soirée de leur répartition. C'était aussi durant cette soirée qu'elle avait rencontré Théoxane. On peut dire que cette soirée avait vraiment été en or. Lucy avait gagné sur tous les tableaux en étant dans la même maison que Louis et Louise – pour ne citer qu'eux – et faire la connaissance de Théoxane et d'Hermès. Enfin avant que Lucy ne puisse dire quoique ce soit, Hermès s'était déjà levé pour gagner le lit voisin au sien. Il faisait ce qu'il voulait après tout et puis il avait peut-être la bougeotte. Vous savez cette maladie qui vous empêche de rester en place. C'était un mal sérieux, peu de gens le prenait au sérieux et c'était vraiment un manque ! Si un jour vous avez la bougeotte je doute que ça vous fasse rire !! « Je t'avoue que depuis le bal je suis un peu sur les nerfs. Cette pauvre Jenny, elle n'avait rien fait et elle était tellement fidèle à ce sale rat de Voldemort, je ne comprends pas comment il fonctionne, parfois j'ai vraiment envie de l'écraser. » Il donna un coup violent dans le lit. Ceci n'effraya pas Lucy, elle connaissait bien son Hermès depuis le temps. Il était comme ça, il avait du cœur et il détestait l'injustice. Ça lui donnait beaucoup de charme. C'est vrai Hermès avait tout pour lui, il avait la carrure d'un Prince Charmant des temps modernes. Elle en avait vraiment de la chance de l'avoir à ses côtés au quotidien. Elle en avait conscience, enfin elle le pensait mais sans doute ne pouvait-on jamais prendre entièrement conscience d'une telle chance. Mais ceci est un débat sans fin ! Le plus important était qu'il était là, qu'elle était là et qu'ils étaient là tous les deux, ensemble.

Cependant Lucy ne pensait pas tout à fait comme Hermès concernant ce qui s'est passé au bal et plus précisément par rapport à Jenny Adster. Lucy n'avait pas de pitié pour Jenny, non elle n'était pas triste pour elle. Bien sûr, la cruauté qu'avait exprimé leur cher directeur lui avait donné des frissons dans le dos. C'est vrai, tuer un élève en plein bal ça dépassait toutes les horreurs que le Seigneur des Ténèbres avait commises auparavant enfin du moins depuis qu'il était directeur à Poudlard. De plus s'il était capable de s'en prendre à une élève x, cela était encore plus dangereux pour les « résistants » notoires. Lucy entendait par-là les habitués aux heures de colles, les « rebelles » de l'école donc. Si Lucy sentait tellement cette menace pesée sur elle, ce n'était pas vraiment pour sa petite personne, elle était un peu une élève modèle mais pour nombreux de ses amis. Et Hermès était l'un des premiers concernés. C'est vrai, sa réputation était basée sur nombreuses de ses frasques – aux yeux du personnel de Poudlard –. Il fallait préciser car aux yeux de Lucy ce n'était pas des frasques. Également Lucy pensait à Fred, son cher cousin. Fred avait un profil similaire à celui d'Hermès mais en plus il portait le nom de Weasley qui était déjà bien assez handicapant dans la société actuelle. Non Lucy ne voulait pas imaginer le pire, non, ça n'arriverait pas, pas à ses proches. Il ne fallait pas qu'elle voit le mal partout car c'est comme ça qu'il se produisait réellement !

Perdue dans le fil de ses pensées, elle en avait oublié de donner une réponse à son ami. Elle le faisait attendre, le pauvre alors qu'on pouvait bien constater que le sujet était un peu sensible. C'est donc à ce moment-là qu'elle répondit. « On peut dire qu'on sait à quoi à s'attendre réellement avec lui maintenant. Jusqu'à présent il n'était rien arrivé de bien grave. C'est vrai, les pions sont horribles mais ce n'est rien en comparaison avec tuer quelqu'un. Le mouvement va en prendre un coup et c'est tout à fait normal, si Voldemort est capable de tuer n'importe quel élève, que va en être des résistants notoires ? » Lucy lui faisait part de ses doutes. Le fait que Voldemort est tué Jenny Adster était horrible et au fond d'elle, elle avait un peu peur. Ça l'avait un peu refroidie même si elle était toujours dévouée à la résistance, ça ne changerait pas. Lucy continua alors : « Je veux dire par là que je ne veux pas que quelqu'un soit touché et tu sais, j'ai un peu peur pour toi, un bon nombre de mes cousins mais aussi de mes amis. C'est peut-être idiot mais c'est comme ça. » Lucy s'arrêta essayant de remettre à jour ses idées, les classer, les organiser bref mettre un peu d'ordre dans son esprit. Elle se rendit compte qu'elle avait oublié de parler de Jenny Adster. C'est vrai elle avait parlé du fait qu'elle était morte mais pas d'elle. Ce n'était pas non plus nécessaire mais Lucy avait l'impression qu'elle devait tout de même commenter un peu ce qu'elle pensait de la jeune femme. « Néanmoins je ne suis pas triste pour Adster, c'est peut-être cruel mais elle a eu ce qu'elle méritait en quelque sorte. C'était une peste ! Une fille cruelle qui passait son temps à rabaisser les autres et elle a cherché son malheur ! Je ne l'aurais pas tué, je ne souhaitais pas sa mort mais dans un sens, on peut dire que justice a été faite ! » Lucy n'aurait sans doute jamais eu le courage de l'avouer comme ça devant n'importe qui mais là c'était Hermès, c'était différent. C'est vrai l'avantage avec son meilleur ami, c'est qu'on pouvait tout lui dire, il comprenait toujours. Si on ne le disait pas à lui alors on ne le disait à personne.

Lucy s'arrêta de parler pendant quelques temps. Elle ne voulait en fait pas finir sur de telles paroles. C'est vrai c'était horrible et puis comme elle l'avait un peu sous-entendu, elle se fichait un peu de Jenny Adster, ce n'était pas quelqu'un qu'elle appréciait. Alors qu'elle appréciait Hermès et que s'il venait à mourir, elle serait dévastée ! Oh oui, elle passerait ses journées entières à pleurer, elle ne sortirait même pas de son lit. Non parce que ça serait trop horrible. Comment passer au dessus d'un tel chagrin ? Le pouvait-on ? Quand Lucy voyait son oncle George, elle n'avait pas l'impression qu'il soit passé au dessus de la mort de son frère jumeau. Il faisait semblant, il tenait le coup, il vivait avec mais en rien il n'avait oublié. Il souffrait toujours. On ne devrait jamais avoir à subir la douleur de perdre des gens qu'on aime mais malheureusement on ne choisissait pas, la mort nous rattrapait toujours. On était condamné à mourir mais on souhaitait juste que ça soit le plus tard possible. Pensant à tout cela, Lucy ne put s'empêcher de balancer à Hermès en le regardant droit dans les yeux. « Ne fait pas quelque chose de stupide. » Comprendrait-il ce qu'elle voulait vraiment dire par-là ? Sûrement c'était son meilleur ami mais peut-être aurait-elle du être un peu plus explicite. Parce que derrière ces mots, elle exprimait toutes ses craintes de le perdre, elle lui disait l'importance qu'il avait à ses yeux et qu'il avait intérêt à rester envie sinon elle le ferait ressusciter pour le tuer de ses propres mains. Cette phrase était drôle et pourtant Lucy ne trouvait pas ça drôle. Elle espérait vraiment qu'il comprenne et qu'il fasse en sorte de respecter cette demande. Peut-être qu'elle était exigeante mais n'avons-nous pas le droit de l'être avec les gens qu'on aime ? Telle est la question qu'on est en droit de se poser...

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


lost in a bottomless mess
avatar


personal informations

► date d'inscription : 29/05/2012
► parchemins : 731


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Sam 24 Nov - 8:05


If loving you is a crime...
Luly & Mèmès
Sa petite question humoristique était passée à la trappe, la réflexion de Hermès sur la mort de Jenny Adster et sur l'ignominie que représentait le clown noir à gueule de serpent avait plongé la demoiselle dans de sombres pensées si l'on en croyait son sourire qui se défaisait au fur et à mesure qu'elle tergiversait avec elle-même. Avait-elle, elle aussi, été troublée par les agissements de Voldemort et par son cruel manque de logique et de justice ? Hermès avait bien entendu trouver injuste de sa part de tuer quelqu'un qui lui revendiquait une fidélité sans faille, cela avait prouvé une fois de plus son immense cruauté, quitte à tuer quelqu'un autant tuer une personne gênante non ? Les pensées de cet homme... de cette être abjecte qu'il était aussi bien physiquement que moralement, étaient vraiment imprévisibles et incompréhensibles. Ses phalanges blanchirent à nouveau sous le coup de la colère, le sang ne passait plus tant il serrait fort ses poings. Il souffla un coup sec, pour rejeter – tout du moins symboliquement – toute l'aversion qu'il éprouvait envers cette personne et retrouver un semblant de calme devant sa petite Lucy qu'il voulait pourtant protéger de ses sautes d'humeur. Après tout c'était lui le garçon, il se devait d'être fort. Il savait bien que ce genre d'idée machiste énervait au plus haut point ses deux meilleures amies, mais malgré cela il considérait qu'il était de son devoir de protéger les personnes qu'il aimait, et bien entendu Lucy Weasley et Théoxane Mars étaient sur la première marche du podium. Qui sinon ? Son oncle qui n'avait que faire de lui ? Ses parents disparus depuis sa naissance ? Non, personne d'autre ne méritait cette place qui était la leur, c'étaient elles qui l'avaient sorti de cette solitude qu'il vivait depuis sa naissance : c'étaient elles sa famille.

Jetant un coup d’œil à Lucy pour assurer ses pensées, il constata qu'elle était toujours plongée dans ses pensées, décidément. Fort heureusement, elle finit par émerger et répondit :

    « On peut dire qu'on sait à quoi s'attendre réellement avec lui maintenant. Jusqu'à présent il n'était rien arrivé de bien grave. C'est vrai, les pions sont horribles mais ce n'est rien en comparaison avec tuer quelqu'un. Le mouvement va en prendre un coup et c'est tout à fait normal, si Voldemort est capable de tuer n'importe quel élève, que va en être des résistants notoires ? »


Si le jeune homme avait effectivement pensé que la mort d'un non-obscur aurait été logique, il n'avait pas vu le problème sous un angle personnel, mais son amie avait raison. Qu'en adviendrait-il de ses amis qui étaient tous résistants ? Qu'en adviendrait-il de Théoxane, et Lucy ?! Et si Voldemort décidait sur un coup de tête de liquider tous les Weasley, Potter et descendants des familles Phoenix comme Louise par exemple ? Hermès n'avait, une fois n'était pas coutume, pas vu plus loin que le bout de son nez. Cet acte signifiait un millier de chose de plus que ce à quoi, lui, avait pensé. Alors il fallait être plus prudent, il fallait qu'ils se tiennent beaucoup plus tranquilles. Il fallait qu'ils arrêtent les conneries, tous. Oh, en ce qui le concernait il n'en avait que faire, il voulait bien prendre tous les avada kedavra du monde si c'était à la place des ses amis. Il fallait qu'il arrête de faire l'idiot avec Albus, il fallait qu'il arrête... d'être lui, presque.

    « Je veux dire par là que je ne veux pas que quelqu'un soit touché et tu sais, j'ai un peu peur pour toi, un bon nombre de mes cousins mais aussi de mes amis. C'est peut-être idiot mais c'est comme ça. » ajouta-t-elle le front plein de soucis.


De toute évidence, Lucy pensait plus ou moins comme lui, à ce détail prés qu'elle s'inquiétait pour lui avant de s'inquiéter pour elle. Il ne fallait pas qu'elle s'inquiète pour lui, surtout pas, il gérerait et puis ce n'était pas le plus important. De toute façon, contrairement à la prophétie de la légende, « aucun ne peut vivre si l'autre ne survit pas ». C'était comme ça entre Lucy, Théo et lui, un maillon enlevé de la chaîne suffisait à ce qu'elle se désagrège. Ils se reposaient les uns sur les autres et se comprenaient trop bien pour que quiconque puisse remplacer l'un deux dans le cercle.

    « Néanmoins je ne suis pas triste pour Adster, c'est peut-être cruel mais elle a eu ce qu'elle méritait en quelque sorte. C'était une peste ! Une fille cruelle qui passait son temps à rabaisser les autres et elle a cherché son malheur ! Je ne l'aurais pas tuée, je ne souhaitais pas sa mort mais dans un sens, on peut dire que justice a été faite ! » finit-elle par lancer.


Hermès n'était pas d'accord avec ce point de vue, il avait une vision de la justice beaucoup trop linéaire pour pouvoir penser qu'une peste méritait la mort pour la simple et unique raison qu'elle état une peste. Cependant les paroles de Lucy ne le choquaient pas : elle avait le droit de penser ce qu'elle voulait, ils ne cherchaient jamais à se prouver quoi que ce soit entre eux, chacun comprenait l'autre sans effort. Voilà pourquoi il ne voyait pas de problème à ce que Lucy exprime ce genre de pensée. Après tout elle était bien libre de penser ce qui lui chantait, et tant que ça n'engageait pas son pronostic vital, à quoi bon débattre avec la pire tête de mule de l'univers ? Non non, aucun intérêt et puis ils se comprenaient trop là tout de suite, ils partageaient un moment fort, il aurait été idiot de tout gâcher. Alors le Poufsouffle se tut et attendit que la demoiselle continue. En effet il avait remarqué ce petit froncement de sourcil caractéristique, de toute évidence ça chauffait fort dans sa tête, il entendait presque les rouages tourner et ça ne présageait rien de léger, il aurait parié que c'était quelque chose de sérieux, de grave.
Souvent il se disait qu'il donnerait cher pour entrer dans la tête de sa meilleure amie, elle était vraiment originale, sa façon de penser devait être assez drôle.

Il scruta encore son visage quelque secondes, puis elle releva la tête avec le visage comme traversé d'une illumination. « Ne fait pas quelque chose de stupide. » lança-t-elle sans crier gare. Hors contexte, l'absurde de cette phrase aurait sûrement fait rire Hermès, après tout ce n'était pas vraiment un garçon très fut-fut, mais la situation étant ce qu'elle était, l'ambiance qui régnait dans la pièce et l'intensité du regard de Lucy planté dans ses yeux faisaient qu'il ne pouvait pas rire, il avait même oublié de respirer et ne s'en rendit compte que quand il commença à voir trouble. Il inspira un bon coup et se leva pour rejoindre Lucy sur son lit.

    « T'inquiète surtout pas Luly, je ferais gaffe, je te le promets. Mais je veux que tu me promettes la même chose en retour. » dit-il tout bas.


Il la prit dans ses bras car il était évident que tout ça la chamboulait, et il passa plusieurs fois la main dans son dos pour la rassurer. Comme un papa rassurerait sa fille alors qu'elle se réveille d'un mauvais cauchemar, mais le problème, c'était que tout cela n'était pas un cauchemar mais bien leur vie. Leur vie qui ne tenait qu'à un fil, leur vie qui ne dépendait que du bon vouloir d'un taré encapuchonné. À croire que sa vie à lui ne devait être qu'une suite de morts et de disparition sans raisons. Il lui embrassa le sommet du crâne de manière très protectrice, comme d'habitude, puis tapota le genoux de la demoiselle. Il lui prit les mains et, après avoir enlevé rapidement les chaussons ridicules qu'il portait dans les dortoirs, se mit debout sur le lit avec sa meilleure amie et se mit à sauter. Hermès était adepte du « bouger pour oublier ».

    « Promis, mes chaussettes sont propres ! » lança-t-il comme un sourire quelque peu timide se dessinait sur ses lèvres.


Lucy était bien la seule à le rendre timide, même s'il la connaissait par cœur, il avait toujours peur que quelque chose lui échappe et par conséquent, de faire quelque chose de travers, mais si cela avait déjà été cas, elle ne le lui avait jamais fait savoir, de toute façon, elle était trop adorable pour le mettre dans l'embarras, et ça depuis bientôt six ans.
© Belzébuth

__________
C'est quand tout se brise, qu'on se retrouve seul, que de vrais liens se créent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   Ven 14 Déc - 10:53


« T'inquiète surtout pas Luly, je ferais gaffe, je te le promets. Mais je veux que tu me promettes la même chose en retour. » Comme si c'était son habitude de faire des choses stupides. Elle était sage comme une image par rapport à Hermès... Enfin presque. Non mais c'est vrai, il n'y avait pas de comparaison mais bon Lucy trouvait ça touchant de la part d'Hermès. Elle savait très bien qu'Hermès tenait à elle comme elle tenait à lui, ils étaient meilleurs amis. Hermès la prit alors dans ses bras lui caressant de temps à autre le dos. Lucy posa alors a tête sur l'épaule de son meilleur ami et ferma les yeux quelques secondes. Elle était bien là dans ses bras, elle n'aurait souhaité être ailleurs pour rien au monde ! Hermès savait toujours quoi faire pour lui faire du bien, la réconforter et lui redonner le sourire. Il n'y avait pas de meilleurs amis que lui, Lucy pouvait mettre sa main au feu pour soutenir sa thèse. Il vint alors déposer un baiser sur le haut de sa tête, tapota ses genoux et pris ses mains dans les siennes. Qu'est-ce qu'il préparait ? Lucy connaissait Hermès Charleston, elle savait qu'il était fourbe. Il avait toujours une idée derrière la tête et des fois ça pouvait faire peur. Par exemple, tout à l'heure quand il l'avait réveillée tout en douceur... MAUVAISE IDEE ! Non elle se demandait vraiment ce qu'il lui réservait. Quand il la tira pour qu'ils se mettent debout sur le lit de la demoiselle, elle comprit tout de suite... « Promis, mes chaussettes sont propres ! » Tous les deux s'étaient mis à sauter sur le lit et Lucy devait bien avouer que ça faisait un bien fou. Elle avait l'impression d'être retournée en enfance. C'est vrai ils avaient de deux grands gamins dont le plus grand plaisir serait juste de sauter sur ce lit. Ce n'était rien, ça ne coûtait rien et tous les deux ils étaient aux anges. C'était vraiment beau à voir.

Lucy redoubla de force pour sauter plus haut, elle avait envie de voler à présent. Voler sans un balai, juste en sautant assez haut et ne jamais retomber. Ça serait beau, ça serait... magique ! Si elle sautait assez haut, elle y arriverait très certainement, c'était même sûr ! Tout était possible, si on y croyait assez fort, non ? Sauf qu'à force de sauter aussi fort, Hermès l'imitait et à deux ils exerçaient une force très importante sur le lit de la demoiselle si bien qu'au bout d'un moment, le lit céda comme vous vous y attendiez. Les deux adolescents finirent alors par terre, Lucy ayant la chance de finir sur Hermès qui se retrouvait être très confortable. Par contre, le pauvre qui était tombé directement sur le sol et qui devait en plus subir le poids de la demoiselle Weasley, sale quart d'heure... Cependant ils explosèrent de rire tous les deux. « Regarde ce que tu as fait ! Tu me réveilles à la militaire et tu casses mon lit. Décidément Hermès Charleston tu n'amènes qu'ennuis dans ma vie. » Lucy avait pris un ton grave mais elle ne put terminer sa phrase sans laisser échapper un nouveau rire. Ce n'était pas très grave en soit, elle devait bien connaître un sortilège pour réparer ça ou une de ses camarades de dortoir ou sinon Lucy irait chercher Louis. Louis avait toujours la solution à tout quand il s'agissait de magie parce que son cousin c'était le plus fort, le plus intelligent. Lucy était sa fan numéro un pour la vie.

Essayant de reprendre ses esprits, Lucy arriva enfin à stopper son rire pour devenir un peu plus sérieuse. Ceci était très difficile quand vous aviez un Hermès Charleston hilare en dessous de vous. Soudain quelqu'un fit son apparition derrière eux, Mareva McPerson, une des camarades de dortoir de Lucy. « Qu'est-ce que vous faites vous deux ? Je savais qu'il se passait quelque chose entre vous, maintenant j'en ai la preuve. » Mareva avait dit ça avec un petit air de peste qui n'était pas du tout au goût de la fille de Percy Weasley. Non elle n'aimait pas les pestes. « Oups, mon pauvre Hermès nous voilà pris. » Lucy se releva, fit un mouvement de tête pour faire voltiger gracieusement sa chevelure d'ébène. « Mareva, excuse-nous mais tu comprends, on a pas pu repousser notre pulsions sexuelles. Tu sais bien que le sexe c'est meilleur du matin, ça vous réveille et donne du rythme à votre journée. » Lucy se retourna vers Hermès et lui dit avant de lui faire un bisou sur la joue. « Tu m'attends dans la salle commune mon chéri le temps que j'enfile deux trois vêtements ? » Lucy fit un clin d’œil à Hermès. Elle était d'humeur joueuse aujourd'hui. Le jeune homme ne se fit pas prier et gagna la salle commune. Lucy, elle fila chercher ses affaires et s'enferma dans la salle de bain. Mareva se retrouva comme une idiote toute seule. Lucy ressortit de la salle de bain quelques minutes plus tard vêtue d'un jean et d'un sweat-shirt ainsi que pour chaussure des baskets. Mareva était déjà repartie mais c'était bien le dernier des soucis de Lucy, Hermès l'attendait. Elle dévala alors les escaliers qui menaient à la salle commune. Arrivée à bon port, elle tapota l'épaule d'Hermès et tous les deux se mirent en route vers une destination qui restera inconnue mouahahahahah mais sachez une chose, c'est qu'ils s'éclatèrent bien comme toujours en même temps, ils étaient deux joyeux lurons.

[/color]

TERMINE.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: [LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[LUMÈS] If loving you is a crime, then I'm a proud criminal. [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « COULOIRS » :: SALLES COMMUNES :: dortoir des filles-