Partagez | 
 

 « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Guerra, caza, y amores, por un placer, mil dolores Modo
avatar


personal informations

► date d'inscription : 25/06/2012
► parchemins : 3968


MessageSujet: « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.   Dim 8 Juil - 1:24


I'll be there for you, 'cause you're there for me too...
« I don't want this moment to ever end, where everything is nothing, without you, I wait here forever just to see you smile. Because it's true, I am nothing without you. »


Nara s'éveilla dans les vêtements de la veille, surprise de ne pas se trouver dans la chaleur de son lit. Un coup d’œil autour d'elle suffit pour confirmer ses doutes. Effectivement, elle s'était endormie sur l'un des canapés de la Salle Commune. Le livre qu'elle lisait au coin du feu était au sol. Le soleil était déjà haut dans le ciel, et elle était surprise qu'aucun élève passant par là ne l'ai réveillée. Elle s'étira doucement, et malgré cela tous ses os craquèrent. La jeune fille soupira légèrement, elle ne voulait pas bouger. Elle était bien là. Dans la salle commune des Poufsouffle, Nara se sentait presque comme chez elle tellement la pièce était chaleureusement décorée, l'atmosphère, en général, entre les élèves de la maison d'Helga était des plus joyeuses. Nara releva la tête vers le portrait de la fondatrice de sa maison, et le fixa durant de longues minutes. Parfois, elle se remémorait sa première soirée à Poudlard, lorsqu'on avait posé le vieux Choixpeau sur sa tête. La petite, crispée sur son tabouret, attendit la sentence. Une fois qu'il eut accompli sa mission, Nara courut vers les autres membres de sa maison. Poufsouffle. Elle avait remercié le ciel durant de longues nuits pour cela. En effet, elle avait toujours craint de se retrouver dans une maison où elle aurait du faire des choix qui ne lui ressemblaient pas, des choix qui n'étaient pas pour elle. Les différents clans à Poudlard étaient bien définis, et il fallait l'avouer, la probabilité de retrouver un Obscur à Serpentard était aussi forte que de retrouver un Résistant à Gryffondor. Elle bénissait le ciel d'être à Poufsouffle, où se retrouvaient de nombreux d'Impartiaux. Malgré tout, étant elle même de Sang-Mêlé, voir les Sang-Purs dénigrer les Moldus, cela l'horripilait. Sa propre mère en était une, et cela n'empêchait pas d'être la meilleure maman que la terre n'ait jamais portée. Parfois, elle songeait à tout cela, et se demandait à quoi cette bataille pouvait bien rimer. Éradiquer le monde de tous les Moldus était une tâche impossible. Que Voldemort et ses acolytes veuillent passer le reste de leur vie à les traquer, c'était leur soucis, mais Nara ne voyait franchement pas l'intérêt. Sa mère elle-même disait que les sorciers faisaient partie de l'évolution de la race humaine. Défaitiste, elle disait également que dans l'histoire du monde, la mutation, l'évolution, avait conduit à l’extinction de ceux qui n'avaient pas su s'adapter, qui n'avaient pu évolué, et que désormais, c'était leur tour : les Moldus étaient la « race » la moins évoluée sur terre. Nara pleurait souvent lorsqu'elle tenait de tels discours. La jeune fille avait grandi dans un village espagnol entourée de voisins, d'amis, de personnes qui n'avaient jamais eu une once de pouvoirs magiques en eux. Pourtant, les moments qu'elle avait passé en leur compagnie étaient sans contexte un des meilleurs souvenirs de son enfance. Comment pouvait-on imaginer une seule seconde que ces gens-là puissent être moins évolués ? C'était de la foutaise. Ils ont pas de pouvoirs, certes, mais ils possèdent bien d'autres qualités que certains sorciers ne savent plus apprécier. Le travail, la difficulté. Les sorciers deviennent de plus en plus aigris et fainéants. Alors que le simple moldu travaille dur durant de longues heures pour finalement être fier d'avoir accompli son ouvrage, le sorcier, d'un simple coup de baguette, le fait. Certes, le magicien pourrait prétendre gagner son temps, mais si tout peut être réglé par une formule magique, un sort, où était la satisfaction d'avoir accompli quelque chose par soi-même ? Dans quelques années, Nara espérait bien retrouver sa terre natale, ses champs de blés, ses couchers de soleils, SON soleil, ses plages, son sable, les gens qui y vivaient. Assurément, même si à Poudlard, elle appréciait la compagnie de plusieurs de ses camarades, rien ne valait l’accueil chaleureux de Roberta qui lui offrait toujours un pain au chocolat le jeudi matin, du vieux Javier, toujours assis sur une chaise au bar d'en face de l'Eglise qui lui offrait ses plus beaux sourires édentés en la voyant simplement rire et danser, de Miguel qui ne pouvait s'empêcher de venir lui ébouriffer les cheveux pour l'embêter. Autant de personnes qu'elle croisait tous les jours chez elle, qui n'étaient pas réellement proches d'elle, ni de sa famille, mais qui pourtant, débordaient de dévotion et d'affection. Cela lui manquait parfois, mais ici, à Poudlard, pour pallier à ce manque d'amour et de passions, il y avait Albus.

Dans son vieux fauteuil, Nara sourit bêtement. Elle avait choisir d'être dans le camp des Impartiaux pour protéger sa famille du malheur et de la mort, pourtant, il suffisait de voir pour comprendre. Les gens qu'elle fréquentait, principalement, étaient des gens comme elle, qui maudissaient le système actuel ou qui au contraire, n'en avaient que faire, et des Résistants. Sortir avec Albus Potter lui avait causé du soucis durant de nombreuses semaines. Aux yeux des Obscurs, cela semblait affirmer sa place auprès des Résistants, alors, elle essayait de ne pas trop y penser. Au départ, elle ne s'était rapprochée de lui que pour s'amuser, pour rire. C'était souvent la principale raison pour laquelle Nara adressait la parole à quelqu'un. Mais cette fois, elle avait entendu d'étranges rumeurs qui disaient que le soit disant géniallissime Albus Potter n'avait jamais embrassé une fille. Pour Nara, qui avait déjà eu quelques aventures au sein même de l'école, c'était un outrage, non pas à son nom, mais plutôt à lui-même. La jeune fille était plutôt de le genre de personne romantique, qui cherche l'amour et la générosité en chacun, et cela l'avait bouleversé d'apprendre que celui-ci n'avait jamais pu trouver la perle rare qui lui ferait chavirer le cœur. Nara avait lu de nombreux romans décrivant le prince charmant, et il fallait se rendre à l'évidence, Albus n'était absolument pas ce qu'elle avait imaginé. C'était mieux. Elle adorait le regarder agir comme s'il ne savait pas vraiment comment s'y prendre, comme s'il avait peur qu'elle désapprouve. Mais d'ailleurs, si elle souhaitait le voir, il était peut-être temps de commencer à se préparer. Elle monta rapidement dans son dortoir, pour se faire une beauté rien que pour lui. Lorsqu'ils se voyaient, rien qu'eux deux, en tête-à-tête, Nara s'appliquait à se faire la plus belle possible. Elle se paraît toujours de ses plus belles robes, de ses plus belles chaussures, toujours pour tenter de lui plaire chaque jour un peu plus. Aujourd'hui, elle opta pour une robe simple, pas trop extravagante qui mettaient ses formes en valeur, et des escarpins qui rendaient ses jambes encore plus fines qu'elles ne l'étaient déjà. Elle se maquilla cependant légèrement, ne voulant pas ressembler à toutes ses filles de Poudlard qui passaient des heures et des heures devant leur glace, pour finalement, avoir l'air affreusement ridicules. Ses cheveux, elle ne savait jamais vraiment quoi en faire, elle préféra ne pas y toucher. Alors qu'elle tournait sur elle-même devant la glace pour juger de sa tenue, Lucy lui dit « Tu as rendez-vous avec Albus ? » Nara sourit, tellement cela tombait sous le sens. « Non, du tout. », répondit-elle d'un ton qui voulait bien dire le contraire. Si elle se souvenait bien, Albus avait dit les toits. Pour être tranquille. Fort heureusement pour elle, la jeune espagnole ne craignait pas le vide. Elle regarda l'heure. Il était onze heures moins cinq. Elle avait tout juste le temps de parcourir le chemin qui la séparait du Gryffondor. Elle grimpa les escaliers qui menaient aux toits. Souvent, il n'y avait personne ici. C'était plus pratique pour parler sans être déranger, pour imaginer des plans tordus, et surtout, pour se retrouver en amoureux. Sans faire de bruit, Nara arriva rapidement au sommet du château. Elle adorait vraiment être ici, c'était l'endroit idéal pour retrouver un peu de quiétude. Il n'y avait pas vraiment de vent, pour une fois. Albus était déjà là, assis dans un coin, et elle s'empressa de le retrouver. Elle s'installa près de lui, toucha doucement sa nuque et se pencha pour l'embrasser, mêlant leurs souffles et leurs cœurs. Le baiser terminé, elle posa son front contre le sien, et lui murmura : « Tu m'as manqué. » Elle avait toujours trouvé cette phrase affreusement niaise dans la bouche d'autres couples. Nara s'était toujours demandé comment c'était possible que l'autre vous manque au bout de quelques heures de séparation. Avec Albus, maintenant, elle savait, elle comprenait. C'était comme ça, c'était étrange, mais elle n'y pouvait rien. Elle plaça ses bras autour de son cou, et se serra contre lui. Sa tête contre son épaule, elle huma son odeur avec délice.

__________
 
Ne pas faire l'impasse sur la douleur
Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.


Dernière édition par Naranja L. d'Alvarez le Ven 5 Avr - 22:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



living louder, fighting harder
avatar


personal informations

► date d'inscription : 13/06/2010
► parchemins : 1753


MessageSujet: Re: « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.   Jeu 19 Juil - 13:15