Partagez | 
 

 ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


WONDERDALIA prepare for trouble...
avatar


personal informations

► date d'inscription : 31/03/2012
► parchemins : 989


MessageSujet: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Lun 2 Juil - 11:17



Il fallait espérer que sa technique marche. Que la douceur aie l'effet voulu et que ça lui délie la langue. Elle ne le quittait pas des yeux pour déchiffrer son visage et sa réaction. Elle crut le voir hésiter, mais ce n'était peut-être que son imagination qui lui jouait un tour. « T'embrasser c'est pas fade mais je préférerais de loin que ça le soit parce qu'en attendant c'est pire que ça ! T'embrasser ça fait mal Dalia, d'accord ?! Embrasser Emily ça me fait du bien et franchement j'ai pas envie d'avoir mal, personne n'a envie d'avoir mal sauf les masochistes et je ne suis pas masochiste. » Mal? Pourquoi mal? Elle n'avait pas eu, à ce qu'il lui semblait les lèvres gercées et elle ne l'avait pas mordue, puisqu'elle n'avait strictement rien fait. Elle s'était juste laissée embrasser. Étrangement c'est le terme masochiste l'aida finalement à comprendre qu'il s'agissait d'une douleur psychique plutôt que physique, réalisant que ce à quoi elle avait d'abord pensé paraissait quand même plutôt ridicule. En fait elle ne comprenait pas le sens du mot, mais avait pensé en avoir deviné le sens. Elle était agacée, si ça faisait mal il n'avait qu'à pas l'embrasser. Après tout personne ne l'avait forcé à le faire et elle, elle n'avait rien demandé. À l'entendre c'était limite si c'était pas de sa faute et elle trouvait ça assez fort. Dalia se fit violence pour passer outre. Encore une fois il mentionnait Emily. Ne voyait-il pas que ce n'était pas une bonne idée? Qu'elle supportait mal le sujet? Pourquoi toujours la comparer à sa rivale qui avait de toute façon gagné? Elle n'avait pas besoin de ça et puis surtout ça n'avait jamais été la question. Mais en un sens c'ėtait pas plus mal, ça lui permettait de se réveiller un peu, de remonter sa garde qu'elle avait parfois tendance à baisser. Elle avait pas tout à fait assimilé le sens de ses propos, mais tant pis. L'essentiel c'était qu'il préférait Emily. Et qu'il ne lui avait toujours pas clairement répondu. « Et toi tout ce que tu sais dire c'est que j'ai tort mais ce n'est pas l'entière vérité et tu le sais très bien, arrête de me faire la leçon de morale alors que tes mains sont aussi sales que les miennes ! » Les doigts de la main libre de Dalia se crispèrent. Elle en avait réellement assez. Elle commençait sincèrement à perdre patience, il se moquait littéralement d'elle. Non seulement il ne lui répondait pas, mais en plus il la provoquait à outrance. Elle faisait des efforts pour être calme, pour ne pas l'agresser pour essayer de le faire parler en douceur et il l'avait le don de lui donner à nouveau envie de se mettre en rage. Surtout qu'en plus elle détestait ce sujet. Il était toujours en train de sous-entendre qu'elle était responsable et si elle comprenait bien il faisait référence à leur rupture. Or, elle ne voyait pas comment ça pouvait être le cas. C'est vrai elle n'avait rien fait. Ou bon...en admettant que si, en admettant qu'elle voyait ce qui était possible qu'il lui reproche, c'était pas du tout comparable à ce qu'il avait fait lui. Objectivement. S'il n'était pas content il n'avait qu'à pas rompre. Il pouvait quand même pas lui remettre la faute sur elle. Elle voulait lui rétorquer quelque chose, mais avait peur de le faire fuir si elle s'énervait. « Quand vas-tu enfin te remettre en question, Dalia ? Tu n'es pas une petite fille, tes paroles et tes actes ont des conséquences, merde ! Réveille-toi ! » Elle eu un mouvement de recul. Il n'avait pas à lui crier dessus! Qu'il arrête un peu d'inverser les rôles. Elle avait le droit de gueuler. C'est son jour par le sien. Franchement à ce moment-là avec l'histoire du baiser et le reste, il avait plus à se reprocher qu'elle. Il pouvait laisser tomber les leçons de morale qu'elle n'était absolument pas d'humeur à entendre. Comme tout le monde elle n'aimait pas se faire crier dessus quelques soit les circonstances, mais là c'était pire. D'autant qu'elle comprenait pas son but. Où voulait-il en venir, pourquoi voulait-il qu'elle se réveille? Ca l'agaçait sincèrement qu'il ne se montre pas plus clair. S'il se dépêchait pas elle finirait bientôt pas reprendre ses cris.


« Tu veux la vérité, tu veux savoir pourquoi je veux tellement te faire du mal, hein ? Je vais te le dire et c'est très simple parce que je déteste tellement, à un tel point que tu ne peux l'imaginer. Je t'avais tout donner, je t'avais servi mon cœur sur un plateau d'argent et tu la broyé ! Et malgré tout je continue à t'aim... à ressentir quelque chose toi mais je déteste tout autant voir plus. Donc maintenant tout ce que je te demande c'est de me laisser tranquille pour aujourd'hui, laisse-moi passer. » Trop de choses. Il aurait du faire des pauses, pas tant au vu de la longue de son discours, mais surtout étant donné sa teneur en sens. Trop d'informations tue l'information. Elle n'avait rien saisis et rien compris du tout. Elle ne fut capable d'aucune réaction immédiate. Pendant quelques secondes, elle ne fit strictement rien du tout trop perdue. Puis elle plissa les yeux. Il fallait maintenant lui laisser le temps que ça monte au cerveau et qu'elle puisse comprendre et analyser ses propos. Se remémorer toues ses paroles lui prit déjà quelques instants. Elle ignora délibérément son ton menaçant et son envie de partir. Elle voulait d'abord s'assurer qu'elle avait bien compris, sans compter qu'elle devait répondre. Ressassant son discours dans sa tête, elle remarqua qu'à nouveau il inversait les rôles. C'était vraiment agaçant. IL lui avait brisé le cœur et non l'inverse. À croire qu'il avait rompu alors qu'il l'aimait encore et en avait conscience. Mais dans ce cas pourquoi? C'était débile et pour le coup il agissait réellement comme un masochiste. Elle n'avait jamais montré la moindre intention de le quitter. S'il avait rompu en l'aimant encore et en le sachant alors il s'était fait du mal tout seul. Distraitement, elle se mordit la lèvre. Ce n'est que plus d'une ou plusieurs minutes plus tard qu'elle réalisa le principal. Sur le plan sentimental ils étaient à ce qu'il semblait dans la même situation. Dans un mélange de haine et d'amour. C'était si inattendu qu'elle en resta d'abord de marbre. Elle aurait pu croire que savoir qu'il l'aimait encore, même un tout petit peu, lui aurait fait plus que plaisir. Pourtant elle ne pouvait s'empêcher de se demander s'il la détestait bien comme elle, elle le détestait. C'est à dire pour ce qu'à ses yeux elle avait fait ou si au contraire il la détestait elle. S'il s'était lassé de sa personnalité comme tant d'autres avant lui. On pouvait dire qu'elle avait eu la réponse à sa question. Le baiser n'était pas tout à fait expliqué, mais la vrai question qui se cachait derrière oui. Pourtant elle n'arrivait pas à être satisfaite. Dalia était surtout très confuse, fronçant les sourcils elle commença lentement. « Arrêtes de m'embrouiller l'esprit! Tu veux que je m'imagine que c'était un malentendu ou quoi? Ouais on était deux. Mais moi j'ai jamais voulu rompre. » Elle marqua une pause. C'était clairement un reproche, chose qu'elle regrettait. Elle ne voulait pas se dévoiler si vite. Après tout il mentait peut-être encore. Même s'il fallait l'admettre qu'il avait l'air sincèrement embêté d'avoir dit ce qu'il avait dit chose qui était logique si c'était la vérité. Elle pouvait aussi compter sur le fait que pour lui ce qu'elle avait dit n'était pas forcément très clair puisqu'il ne pouvait pas savoir pourquoi elle était si perdue. Pas très à l'aise, elle se balançait d'un pied à l'autre un peu hésitante. « C'est toi qui l'a fait. Et je vois toujours pas comment ça se justifie. Si tu m'aimais encore à ce moment là, comme tu sembles le dire, fallait pas abandonner. T'aurais pas du t'enfuir comme ça. Juste pour une dispute? Attends faut me comprendre, je pensais te connaître par cœur, je croyais qu'on se disait tout et j'apprends en même temps voire même après les autres que tu quittes les résistants. Je pensais valoir un peu mieux. Et puis je veux dire c'est une décision énorme, surtout quand t'y étais depuis ta première année. Je comprends peut-être toujours pas ton choix, mais j'aurais pu essayer. Enfin quoi, on aurait pu parler! Essayer. On s'enfuit pas au moindre soucis, sauf quand on s'en fiche. Alors même si tu m'aimais c'était sûrement pas assez. » Elle s'arrêta un instant. Elle fit un pas en avant, ils étaient déjà suffisamment proches pour que ce pas permette sans qu'elle n'ai besoin de la lever que leur mains se touchent. C'était pas son but, mais elle ne s'écarta pas. Que n'aurait elle pas fait pour l'embrasser à ce moment là sans penser qu'il pourrait utiliser ce geste contre elle. Mais elle n'était pas assez sûre d'elle et pour une fois elle laissa de coté son impulsivité. « J'avais le droit de réagir ainsi. Et ouais après tout, t'avais le droit de rompre, mais dans ce cas si t'es mal, c'est de ta faute. »

Elle s'en voulait un peu d'être si dure, mais c'était ce qu'elle pensait et ce qu'elle avait eu envie de lui crier chaque fois qu'il sous-entendait presque qu'elle l'avait blessé. Habituellement elle ne comprenait pas toujours le sens de ce qu'il disait contrairement à ce jour-là. Cette fois toutefois elle avait craqué, c'était pourtant d'une voix calme qu'elle l'avait dit. Elle voulu s'avancer encore, mais recula plutôt, comme pour faire demi tour. Elle s'éloigna presque, mais se retourna finalement vers Ellio. Elle posa une main sur son épaule comme pour se hisser jusqu'à lui, hésitant à poser ses lèvres contre les siennes. Elle pouvait, mais il risquait de ne pas le lui rendre. Elle avait une autre solution qui ne nécessitait rien de sa part. Elle leva son autre bras pour l'enrouler autour de sa nuque et enfouit sans plus attendre son visage dans son cou. Elle du se retenir de pousser un soupir de contentement. Ce serait peut-être la dernière fois, peut-être pas, de tout façon elle la savourait comme telle. Quand avait elle humé la douce odeur de sa peau pour la dernière fois? Il y avait trop, beaucoup trop longtemps. Il lui avait tellement manqué. Elle resserra son étreinte, elle se moquait qu'il finisse par la rejeter, elle était bien là où elle était, qu'il l'entoure ou non de ses bras rien ne pouvait gâcher ça. Elle n'en abusa pourtant pas très longtemps. Elle s'écarta à nouveau et recula pour ne plus qu'ils soient collés.

« Essaie pas de me faire croire que tu pensais que je t'aimais plus. Sérieux sinon je serais pas restée. Enfin merde, deux ans c'est pas rien. Et tu le savais. Aujourd'hui je veux me convaincre que je te hais, vraiment j'essaie! Et au fond une partie de moi te déteste, mais pas autant que je me déteste moi parce qu'au final je t'aime toujours et ça me tue. » C'était dit. Elle ne voulait pas mentir, du moins plus maintenant. Il avait des sentiments grand bien lui fasse! Elle pouvait au pire des cas espérer qu'il ne la tourne pas au ridicule. Elle se sentait déjà moins opprimée qu'avant, plus libre. Elle l'avait enfin avoué. Comme, grâce notamment à Rhîm, elle ne s'était attendu à rien, elle ne se sentait pas aussi mal qu'elle aurait pu l'être autrement. Évidemment elle souffrait quand même. Une légère nausée commençait d'ailleurs à s'emparer d'elle, elle ne pouvait pas être tout à fait à l'aise après lui avoir révélé une chose pareille. Mais surtout elle se souvenait suffisamment bien des propos de son amie et de ce qu'elle en avait tiré pour réaliser que c'était pas finit. Qu'elle n'aurait pas ce qu'elle pouvait vouloir avoir. En partie parce qu'il y avait beaucoup d'obstacles et parce que tant de choses devaient être réglées. Mais également car la rupture avait causé tant de dégâts et de marques qu'elle ignorait si c'était ne serait-ce que réparable. Par exemple, sa confiance en lui en avait grandement souffert. Elle avait trop peur qu'il lui brise à nouveau le cœur. Mais de toute façon, inutile d'y penser. Il avait des sentiments pour elle. Ok. Et après? Ça ne voulait rien dire. Il la détestait aussi et apparemment plus encore qu'il ne l'appréciait. Et puis il avait Emily et il l'avait dit il était bien avec elle, aucun soucis, il ne souffrait pas. La question ne se posait donc même pas. « Mais on s'en tape, t'as Em-mi-ly et tu dis qu'elle est bien pour toi...vous êtes déjà ensemble...alors » Elle s'écarta pour enfin le laisser passer. Du bras elle lui fit même signe qu'il pouvait partir. Qu'elle ne se mettrait plus en travers de son chemin. Ici, mais également avec Emily. « Tu es libre. » Elle baissa la tête et ferma les paupières. Elle avait toujours été très sensible et il fallait qu'elle retienne les larmes du mieux qu'elle pouvait. C'était peut-être mieux ainsi, elle pourrait enfin passer à autre chose. Et elle faisait ce qu'il fallait, c'était ce qu'il y avait de meilleur pour lui. Ca rejoignait ce que Rhîm avait dit finalement. Il avait des sentiments pour elle et en aurait peut-être toujours, mais ça ne voulait pas dire que tout était bon. C'est pour ça que la huitième année n'avait pas trouvé que ce qu'elle avait dit était positif. Ils avaient peut-être bien fait de se l'avouer. La hache de guerre était enterrée du moins de son côté et jusqu'à ce qu'Emily brise le cœur de son Ellio. Elle veillerait alors à la vengeance. Oui c'était le mieux. Alors pourquoi était-ce si dur?Pourquoi avait-elle l'impression qu'elle ne serait plus jamais heureuse de sa vie? Il ferait mieux de partir vite, parce qu'elle était à deux doigts de changer d'avis. Agir de manière aussi désintéressée et même réfléchie, était loin d'être une chose commune pour quelqu'un comme Dalia. Elle aurait été incapable d'une telle maturité, si elle avait eu moins de temps pour y penser et sans la conversation avec Rhîm qui, mine de rien, lui avait ouvert les yeux. Normalement elle aurait rapidement fait savoir qu'Emily pouvait aller voir ailleurs et aurait tout fait pour le récupérer. Le changement était donc de taille, mais peu durable parce qu'elle était susceptible de ne pas tenir plus longtemps ces nobles propos.

__________
Don't fuck with my love +I already told you trust and respect is what we do this for. I never intended to be next but you didn't need to take her to bed, thats all. And I never saw her as a threat until you disappeared with her to have sex of course. Don't fuck with my love. That heart is so cold all over my own I don't wanna know that babe. Don't fuck with my love I told him, he knows. Take aim and reload, I don't wanna know that babe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


sexy baker i'll put my buns in ur oven
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/02/2012
► parchemins : 1099


MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Mar 31 Juil - 13:17

ELIA ❧ all my love is rage.
Il était là, elle était là, ils étaient là, face à face et à présent si silencieux. Pourquoi ? Parce que les choses avaient pris une tournure bien étonnante ? Si on leur avait dit un an auparavant qu'ils allaient se détester, ils n'y auraient pas cru parce qu'un an auparavant ils étaient encore fous amoureux. Ils ne s'imaginaient pas l'un sans l'autre et Ellio était peut-être naïf mais il croyait que Dalia et lui pourraient finir leur vie ensemble. Ces choses-là n'arrivaient pas que dans les films, le jeune homme en était persuadé, il suffisait juste de trouver la bonne personne au bon moment et de ne jamais la laisser s'échapper. Rien de bien compliqué mais maintenant tout ça était balayé d'un revers de la main, Ellio n'y croyait plus. La vie vous rattrapait toujours et faisait tout capoter, on ne pouvait pas y faire grand chose. On devait juste accepter le fait qu'on était pas de taille à affronter les aléas de la vie, on était condamné à faire face, souffrir et tenter de retrouver le bonheur. Mais un bonheur éphémère qu'on chercherait pourtant à atteindre toute sa vie. Dit de cette manière, la vie était bien triste mais le jeune homme était légèrement en état de dépression en ce moment. Ceci avait tendance à se généraliser ces derniers temps ce qui était loin d'être une bonne chose pour sa santé morale mais santé tout court avant tout. « Arrêtes de m'embrouiller l'esprit! Tu veux que je m'imagine que c'était un malentendu ou quoi? Ouais on était deux. Mais moi j'ai jamais voulu rompre. » Certes elle n'avait jamais parlé de rompre mais ce qu'elle lui avait dit à la place c'était la même chose voir pire. Elle lui avait fait comprendre qu'elle ne l'accepterait jamais s'il n'était pas un résistant. Ainsi elle le rejetait pour ce qu'il était et c'était une façon de rompre. Il fallait qu'il soit ce qu'elle voulait qu'il soit sinon elle ne voulait pas de lui. Les choses ne marchaient pas de cette manière, dans un couple il fallait savoir faire des compromis. Elle pour le coup elle n'avait voulu faire aucun compromis, la relation avait donc été mise en échec. Or il ne pouvait tolérer ne pas être maître de sa personne, un seul choix s'était alors imposé à lui : rompre. Elle ne voulait pas comprendre ou ne pouvait pas comprendre. Dans le premier cas cela montrait bien qu'elle n'était pas faite pour lui et dans le deuxième cas, cela montrait un clair net manque de maturité de sa part et à présent, il arrivait à un moment de sa vie où il avait besoin de plus de maturité de la part de sa petite amie. Il semblerait donc qu'à chaque fois on soit dans une impasse. « C'est toi qui l'a fait. Et je vois toujours pas comment ça se justifie. Si tu m'aimais encore à ce moment là, comme tu sembles le dire, fallait pas abandonner. T'aurais pas du t'enfuir comme ça. Juste pour une dispute ? Attends faut me comprendre, je pensais te connaître par cœur, je croyais qu'on se disait tout et j'apprends en même temps voire même après les autres que tu quittes les résistants. Je pensais valoir un peu mieux. Et puis je veux dire c'est une décision énorme, surtout quand t'y étais depuis ta première année. Je comprends peut-être toujours pas ton choix, mais j'aurais pu essayer. Enfin quoi, on aurait pu parler ! Essayer. On s'enfuit pas au moindre soucis, sauf quand on s'en fiche. Alors même si tu m'aimais c'était sûrement pas assez. » Elle appelait cela une vulgaire dispute ? UNE VULGAIRE DISPUTE ? Elle se foutait de lui ? Il n'avait jamais considéré cela comme une vulgaire dispute, pour lui cet événement avait toujours été la pire chose qui était arrivé. Ce n'était pas une vulgaire dispute lorsque votre petite amie vous rejetez, non c'était pire que tout ! Certes il ne l'avait pas prévenu avant mais il avait ses raisons, ce n'était pas facile à l'époque. Son cœur était déchiré entre ses proches et sa famille mais surtout en quoi il croyait ou pensait croire. Il était perdu et il n'en n'avait pas parlé à Dalia parce qu'elle n'aurait pas été objective. Et vu qu'il était fou d'elle, il l'aurait suivi mais il aurait eu des regrets. Elle avait été injuste avec lui. Il la vit alors se rapprocher de lui d'un pas, il aurait pu reculer, il l'aurait voulu mais il ne l'avait finalement pas fait. Tout ça c'était vraiment perturbant, il avait des arrières goût d'une situation près du lac. Ils étaient trop proches, il n'arrivait à pas à réfléchir calmement. En plus de ça leurs mains se rencontrèrent ce qui finirait le garçon à coup sûr. Ce contact pourtant agréable lui brûlait la peau comme si c'était un geste interdit. Cette proximité soudaine était trop inhabituelle depuis leur rupture, cette douleur encore ardente pour qu'il l'apprécie. « J'avais le droit de réagir ainsi. Et ouais après tout, t'avais le droit de rompre, mais dans ce cas si t'es mal, c'est de ta faute. » Elle avait en grande partie raison mais lui reconnaître cela serait tolérer sa supériorité et il en était hors de question, pour lui elle avait tout de même tort même si ce n'était que partiellement.

Il pensa alors que c'était terminé car elle s'était éloignée. Il lui semblait bien qu'elle s'en allait, le laissait enfin tranquille. Il pensait alors que l'accalmie était venue mais elle se retourna alors vers lui et l'enlaça. En effet elle avait placé ses bras autour de son cou et son visage tout contre sa nuque. Il sentait son souffle chaud lui parcourait la peau ce qui lui provoqua une sensation de plaisir mais en même temps ça le glaça sur place. Il aurait voulu l'entourer de ces bras et la garder prisonnière, tout près de lui pour l'éternité mais ce n'était pas possible. En conséquence il ne fit strictement rien. Il attendit que le moment se passe, que Dalia se dégage d'elle-même, profitant tout de même de cette étreinte bien qu'il savait qu'il ne devrait pas, ce n'était pas sain. Elle resserra son étreinte avant de se décoller de lui. Cette petite pause dans leur histoire avait un goût amer maintenant qu'elle était terminée bien qu'elle était jouissive au plus haut point sur le moment. « Essaie pas de me faire croire que tu pensais que je t'aimais plus. Sérieux sinon je serais pas restée. Enfin merde, deux ans c'est pas rien. Et tu le savais. Aujourd'hui je veux me convaincre que je te hais, vraiment j'essaie ! Et au fond une partie de moi te déteste, mais pas autant que je me déteste moi parce qu'au final je t'aime toujours et ça me tue. » Ses yeux furent similaires à des billes, elle l'aimait toujours ? Avait-il bien entendu ? Cette nouvelle provoqua plusieurs réactions très contradictoires chez le jeune homme. D'abord l'euphorie. L'euphorie car il venait entendre que la personne qu'il aimait plus que tout l'aimait en retour, lui qui en avait tellement douté, ce n'était pas rien ! Ensuite la colère parce que s'il en avait été mis au courant bien avant, les choses ne se seraient pas passées de la même manière. Le désarroi car même si cette nouvelle était bonne, n'était-ce pas trop tard ? Après tout ce qui s'était passé ? Ellio en avait bien peur. De plus maintenant leur relation était impossible puisqu'il était un obscur, elle était une résistante et ils étaient trop investi dans leurs clans pour que ça n'est pas de conséquence. « Mais on s'en tape, t'as Em-mi-ly et tu dis qu'elle est bien pour toi...vous êtes déjà ensemble...alors » Il aurait voulu lui crier qu'ils n'étaient pas ensemble, au contraire ils n'avaient rien défini mais c'était tout comme s'ils étaient ensemble et il ne pouvait niait quelle lui faisait du bien. C'est alors que lui frappa cette vérité plus qu'éclatante – bien qu'il ait commencé à la réaliser auparavant – qu'il ne pouvait tout avoir, Dalia et Emily, la sûreté et le goût du risque. Même si à chaque fois qu'il voyait Dalia, il avait des papillons dans le ventre, est-ce qu'il préférait cela au délice de la complicité qu'il avait avec Emily ? « Tu es libre. » BAM. Horrible. Non il refusait, non, non et non ! C'était hors de question que ça se termine, que... Mais qu'attendait-il ? Il avait tout fait pour qu'elle le laisse tranquille et maintenant que c'était le cas il n'en voulait pas. Que cherchait-il ? Il dit alors tout doucement et pas très fort. « Je ne veux pas être libre. Je veux juste... » Il fit une pause avant de rajouter cette fois-ci plus audible. « Peu importe ce que je veux ou pas, le temps est passé depuis. Tu n'as peut-être pas voulu rompre mais tu m'as rejeté Dalia ! REJETE. C'est pire que tout. » Nouvelle pause avant de rajouter : « Alors forcément que j'ai cru que tu ne m'aimais plus ! Quel genre de personne amoureuse rejette celle qu'elle aime ? Explique-moi, donne moi ta logique parce que vois-tu je ne comprends pas. » Son ton était devenu un peu plus agressif à cause de la colère qui était là. Cependant il reprit son calme pour faire une confession puisque c'était l'heure. Au moins il se sentirait plus léger. « Tu sais j'étais persuadé que tu aurais été celle qui n'aurait pas été le plus d'accord avec ma décision de quitter les résistants mais j'étais persuadé que tu m'aurais soutenu. Je pensais qu'on aurait survécu sans problème à cela parce que si ça avait été la situation inverse moi je t'aurais soutenu. Au lieu de ça, tu...on a tout gâché. »


(c) tears buried.

__________
 

+ Comme à tes genoux au premier rendez vous, je veux ce feu qui nous dévore et cette douleur que j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


WONDERDALIA prepare for trouble...
avatar


personal informations

► date d'inscription : 31/03/2012
► parchemins : 989


MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Mer 1 Aoû - 13:51

Il ne partit pas. Pourquoi? Tout avait pourtant été dit et elle avait fait un effort immense, sa bonne volontée avait des limites, elle avait besoin qu'il parte. Maintenant. « Je ne veux pas être libre. Je veux juste... »C'était à peine audible et Dalia n'était même pas sûre d'avoir comprit. De toute façon, il ne semblait pas y avoir grand chose à comprendre puisque lui même semblait perdu. Elle aurait voulu le presser, le secouer pour le forcer à dire ce qu'il voulait dire. Plus tôt ce serait sortit, plus tôt ils en auraient finit. Il irait alors déjeuner et elle, elle retournerait probablement à son dortoir. Elle se retint toutefois préférant lui laisser une chance de s'exprimer sans son aide. Elle s'autorisa un mince espoir vu qu'il ne voulait pas être libre, cela voulait-il dire que peut-être ils pouvaient être ensemble? Oui, mais non, elle avait prit de bonnes résolutions elle n'allait tout de même pas les laisser tomber en quelques minutes. « Peu importe ce que je veux ou pas, le temps est passé depuis. Tu n'as peut-être pas voulu rompre mais tu m'as rejeté Dalia ! REJETE. C'est pire que tout. » Elle baissa les yeux. Déjà parce qu'il était d'accord avait elle, le temps avait causé trop de dégâts pour que de toute façon ça puisse marcher. Enfin, ça voulait dire qu'il aurait voulu que ça marche? Une partie d'elle avait envie de l'arrêter tout de suite et de le lui demander, prête à tout envoyer bouler. Mais, il ne fallait pas, il fallait qu'elle se concentre sur la suite. Elle n'avait jamais vu les choses sous cet angle et ne parviendrait probablement jamais à réellement le faire. Discuter avec Rhîm lui avait déjà permit d'être un petit peu moins bornée et peut-être que l'entendre lui dire ça avait agit comme un déclic. Elle comprenait un peu mieux son point de vu à lui sans pour autant le trouver intelligent ni acceptable. « Alors forcément que j'ai cru que tu ne m'aimais plus ! Quel genre de personne amoureuse rejette celle qu'elle aime ? Explique-moi, donne moi ta logique parce que vois-tu je ne comprends pas. » Voilà qu'il se mettait en colère, elle le savait, elle pouvait le sentir rien qu'à son ton déjà plus agressif qu'avant. Elle n'eut néanmoins pas de mouvement de recul, elle pensait qu'elle était en mesure de le calmer. Elle pouvait en effet lui donner l'explication qu'il voulait, qu'elle puisse le satisfaire ou non ce n'était pas le problème. Elle allait lui donner une réponse et il cesserait de s'énerver. Après tout elle n'avait rien à cacher, du moins plus maintenant. Son vrai secret était découvert, le reste n'était rien à côté. Et puis elle avait conscience qu'il méritait de savoir comme elle quelques minutes plus tôt. En réalité, elle avait toujours pensé qu'il avait comprit. Son but n'avait jamais été de le rejeter, du moins pas vraiment. Elle avait voulu lui ouvrir les yeux, lui faire réaliser que son choix n'était pas vraiment le sien. Elle s'apprêtait à lui répondre, mais lui même reprit, un ton en-dessous. « Tu sais j'étais persuadé que tu aurais été celle qui n'aurait pas été le plus d'accord avec ma décision de quitter les résistants mais j'étais persuadé que tu m'aurais soutenu. Je pensais qu'on aurait survécu sans problème à cela parce que si ça avait été la situation inverse moi je t'aurais soutenu. Au lieu de ça, tu...on a tout gâché. » Si son but était de la faire culpabiliser, c'était gagné. Pourtant c'était pas comme ça qu'elle voyait les choses. Pas du tout. Elle n'avait pas soutenu sa décision, certes, mais parce que ce n'était pas la sienne! Parce que ça sortait de nul part, qu'il n'y avait pas eu de signe avant-coureur de ce changement de clan. Quand il présentait les choses à sa façon, elle semblait avoir été une petite-amie des plus nulles. Mais c'était pas comme ça que ça s'était déroulé, du moins pas exactement. Elle se fit violence pour ne pas s'énerver et parler calmement. Ce n'était déjà pas si facile de remuer ainsi le passé, il valait mieux que ça se passe au moins dans la douceur. En revanche, elle ne put rien faire contre les larmes qui jaillirent malgré elle de ses yeux. Elle avait peur qu'il ai raison, que ce soit elle qui ai merdé au fond.

Elle prit une forte inspiration ignorant les fines goutelettes qui menaçaient de s'écouler du coin de ses yeux. « J'pensais pas que ça avait l'air d'être ça. » murmura-t-elle d'abord, on ne peut moins claire. « Je t'ai pas rejeté...du moins, pas vraiment...enfin c'était pas du tout ce que je voulais! Le truc c'est que c'était juste trop...je sais pas, bizarre. T'as changé comme ça, boum! d'un coup. Et sincèrement, j'arrive pas à croire que tu t'es mis cette idée en tête tout seul. Non, j'y arrive juste pas. Parce que ce genre de choses ça arrive juste pas. Un résistant qui passe obscur, c'est pas commun. Et oses me dire que c'est par conviction. J'te connais, ou du moins je te connaissais, t'es pas comme ça. Même aujourd'hui vas-y, dis moi que les sang-purs valent mieux que les autres, que je sais pas moi...Edelwiess vaut mieux que toi, moi, Marcus, ou même Rhîm tiens, juste parce qu'elle est née dans la bonne famille. » S'il lui répondait que oui, elle ne pourrait plus rien pour lui. Qu'Ariel vale mieux qu'elle pour d'autres raisons, c'était discutable, mais juste pour la nature de son sang, certainement pas. « Pareil, pour toi, Annie-Brooklyn vaut mieux que moi et Janet vaut mieux que Sarah, juste pour ça? » Ok donner pleins d'exemple ne rendait pas son explication plus logique, il avait comprit, elle pouvait s'arrêter. Pour Dalia c'était surtout à ça que se résumait l'idéologie obscure et mangemorte. C'était pas plus compliqué et comme elle voyait pas pourquoi ils ne seraient pas tous égaux et qu'en plus sa famille pensait pareil le choix des résistants était très vite fait. Pour Ellio apparemment c'était moins simple et puisqu'elle était là autant qu'il lui expose sa théorie. « Ca m'étonnerait que tu penses comme ça. Et si c'est pas ça, alors pourquoi t'as changé de clan? Explique moi peut-être que malgé mon immaturité et ma débilité j'arriverais à comprendre. » Dalia était évidemment ironique. Elle n'était pas du genre à s'insulter elle-même, mais lui même avait sous entendu qu'elle était immature et la fois précédente qu'elle était bête. Ca l'avait trop blessé pour qu'elle l'oublie et qu'elle s'empêche de le ressortir. « J'dis pas que Xander t'as recruté directement. Mais il t'a manipulé pour te faire douter. Au moins ça. J'en suis sûre.» La dernière fois qu'elle avait prononcé le nom du Serdaigle de septième année, Ellio n'avait pas apprécié et ça c'était très mal terminé. Elle préféra donc passer directement à la suite pour ne pas lui laisser le temps de s'énerver. « Ce que j'ai rejeté c'est un changement qui ne venait pas de toi. C'est tout. » Ce qu'elle ne précisa pas, c'était qu'entre temps il lui avait tellement manqué, qu'elle était presque prête à s'en moquer. Il lui semblait bien que Rhîm avait dit qu'il fallait qu'elle accepte ses choix, non? Elle parlait forcément de ce choix là. Et peut-être que s'il lui expliquait, il y avait une possibilité pour qu'en effet elle l'accepte. C'était pas sûr, mais c'était possible. Si elle ne l'avait pas précisé c'était que ce n'était pas le problème, qu'il ne lui avait pas demandé ce qu'elle en pensait maintenant. Mais elle se rappela de la dernière intervention d'Ellio. « Franchement, je t'aurais pas rejeté, je te le promet, j'aurais jamais pu. La seule raison pour laquelle j'ai agit ainsi c'est parce que je voulais te réveiller. Si j'avais pensé que c'était un choix qui t'étais propre, si il n'y avait pas eu ces semaines où tu m'as évité voire même rejeté avant qu'enfin on discute, si tu m'avais mieux expliqué, j'aurais fait un effort, ça m'aurait pas plût, mais j'aurais essayé. » Ca faisait beaucoup de si, mais elle n'avait rien de mieux à dire. Elle se rendait maintenant compte que quelque part à un moment de son discours les larmes avaient coulées et elle avait les joues mouillées. Elle n'aimait pas ça, elle n'aimait pas avoir à pleurer devant lui, à cet instant c'était comme avouer que tout avait été de sa faute. Or c'était pas le cas, elle n'était pas d'accord. Elle n'osa pas le regarder, elle n'avait rien à ajouter, rien qui vale d'être dit en tous cas. Il avait eut son explication et maintenant elle voulait être seule pour sécher ses larmes en paix. La situation aurait presque pu être drôle, les rôles étaient inversés, maintenant elle voulait partir. Elle n'avait plus rien à faire ici, son bilan elle l'avait déjà fait, elle n'avait rien à gagner à continuer à discuter.

__________
Don't fuck with my love +I already told you trust and respect is what we do this for. I never intended to be next but you didn't need to take her to bed, thats all. And I never saw her as a threat until you disappeared with her to have sex of course. Don't fuck with my love. That heart is so cold all over my own I don't wanna know that babe. Don't fuck with my love I told him, he knows. Take aim and reload, I don't wanna know that babe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


sexy baker i'll put my buns in ur oven
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/02/2012
► parchemins : 1099


MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Jeu 2 Aoû - 14:06

ELIA ❧ all my love is rage.
Et voilà c'était fait, c'était dit. Comment se sentait-il ? Léger c'était vrai dans un sens, il le pensait réellement ce qu'il venait de lui dire mais se sentait-il mieux après cela ? Pas vraiment, ça ne soulageait en aucun cas son cœur et sa tête, ça ne réparait pas tout ce qui s'était passé entre eux. Non ça ne changeait rien juste faire ressortir plus de souffrances encore mais au moins le regret de ne pas l'avoir dit disparaissait. C'était un début de toute manière il avait très bien assimilé l'idée que se reconstruire lui prendrait longtemps, peut-être des années ou en tout cas des mois, ce qui était déjà le cas puisqu'ils avaient rompu il y a environ huit mois de ça. Exactement huit petits mois aux yeux d'Ellio qui pourtant étaient bien longs. C'est vrai on faisait tellement de choses en huit mois, pourquoi n'arrivait-il pas à l'oublier ? Oh au fond de lui il en connaissait la raison mais il continuait de la nier coûte que coûte, oui car il savait qu'il l'avait dans la peau. C'est une expression, il ne s'était pas fait tatouer son prénom ou son portrait mais il l'avait dans la peau car tout son organisme réagissait à sa présence, à sa voix. Le seul fait de penser à elle lui faisait quelque chose, autant de dépendance n'était pas saine. Alors il tentait pour le moment assez en vain de se libérer de son emprise alors qu'elle ne faisait rien de spécial pour alimenter son engouement, enfin ce n'est pas comme si elle mettait des tenues affriolantes sous son nez, le rendait jaloux, enfin si elle le faisait mais sûrement pas exprès. Enfin si peut-être, oh il ne savait plus quoi penser. « J'pensais pas que ça avait l'air d'être ça. » C'était ça son explication ? Apparemment. « Je t'ai pas rejeté...du moins, pas vraiment...enfin c'était pas du tout ce que je voulais! Le truc c'est que c'était juste trop...je sais pas, bizarre. T'as changé comme ça, boum! d'un coup. Et sincèrement, j'arrive pas à croire que tu t'es mis cette idée en tête tout seul. Non, j'y arrive juste pas. Parce que ce genre de choses ça arrive juste pas. Un résistant qui passe obscur, c'est pas commun. Et oses me dire que c'est par conviction. J'te connais, ou du moins je te connaissais, t'es pas comme ça. Même aujourd'hui vas-y, dis moi que les sang-purs valent mieux que les autres, que je sais pas moi...Edelwiess vaut mieux que toi, moi, Marcus, ou même Rhîm tiens, juste parce qu'elle est née dans la bonne famille. » Mais il avait envie de lui dire que la principale raison qui avait fait qu'il avait rejoint les obscurs. Ce sentiment de rejet, d'avoir été pris pour un con, vous réfléchissiez moins et vous fonciez, submergé par l'adrénaline de la vengeance. Et puis Xander avait su trouver les mots pour le rassurer et le conforter dans l'idée qu'il appartenait aux obscurs et il faut dire que la plupart de ses amis résistants s'étaient braqués, lui aussi, la situation s'était alors envenimée et c'était trop tard après pour un retour en arrière. Qu'elle évoque les idéaux sang pur c'était autre chose, il ne pensait pas tout à fait comme ça mais à force de traîner avec des personnes les soutenant, il commençait de plus en plus à le pensait. Et puis lui tout ce qu'il se contentait dans le clan c'était de recruter d'autres personnes. Pour le reste il restait tranquillement dans ses livres. Chacun ses problèmes. « Pareil, pour toi, Annie-Brooklyn vaut mieux que moi et Janet vaut mieux que Sarah, juste pour ça ? » Il ne pouvait pas penser comme ça et puis les sang purs n'étaient pas contre les sang mêlés, ils en avaient besoin. Les sang pur étaient en sous nombre. Ces propos n'avaient pas vraiment de sens à ses yeux. Il nier la vérité. « Ca m'étonnerait que tu penses comme ça. Et si c'est pas ça, alors pourquoi t'as changé de clan ? Explique moi peut-être que malgé mon immaturité et ma débilité j'arriverais à comprendre. » Elle s'aventurait sur une pente glissante ce n'était pas en sortant ce genre de phrases que les choses allaient s'améliorer entre eux, non parce que ce genre de phrases l'énervait. Et lorsqu'il s'énervait entre eux ça ne crée que de la souffrance supplémentaire. Ils n'en n'avaient vraiment pas besoin.

« J'dis pas que Xander t'as recruté directement. Mais il t'a manipulé pour te faire douter. Au moins ça. J'en suis sûre. » Ellio serra les dents, sérieusement elle attaquait encore Xander ? Ellio l'adorait, l'adulait même bien qu'il est quelques doutes sur sa sincérité mais ils étaient très vite balayés par les paroles du septième année. « Ce que j'ai rejeté c'est un changement qui ne venait pas de toi. C'est tout. » Mais il venait de lui ce changement pourquoi ne voulait-elle pas l'accepter ? Il ne sentait plus à son aise, à sa place chez les résistants. Il se sentait oppressé, utilisé, présent pour les autres et non pour lui. Il avait besoin de réfléchir mais on ne lui avait pas la possibilité de réfléchir, de prendre du recul. Non on l'avait forcé à se décider, on lui avait mis des ultimatum, lui avait dit qu'il ne pouvait rester neutre. Bref à croire qu'à son âge on ne pouvait se décider tranquillement, prendre des décisions après de longues réflexions. Non être un bon petit soldat cela plaisait beaucoup plus à ses aînés. « Franchement, je t'aurais pas rejeté, je te le promet, j'aurais jamais pu. La seule raison pour laquelle j'ai agit ainsi c'est parce que je voulais te réveiller. Si j'avais pensé que c'était un choix qui t'étais propre, si il n'y avait pas eu ces semaines où tu m'as évité voire même rejeté avant qu'enfin on discute, si tu m'avais mieux expliqué, j'aurais fait un effort, ça m'aurait pas plût, mais j'aurais essayé. » Ellio fut énervé, il était prêt à laisser éclater sa rage à nouveau, à lui crier dessus, hurler même mais à la place il la vit pleurer et ça le stoppa net. Elle pleurait beaucoup enfin c'est l'impression qu'il avait. Une douceur vint alors s'emparer don son être et de son cœur, il avait juste envie de la protéger, c'était vraiment paradoxal mais c'est ce qu'il ressentait vraiment. C'est donc pour cela qu'il vint sécher ses larmes sur ses joues à l'aide de son pouce puis le reste de se main vint caresser la joue de sa belle. Ce geste était bien trop doux et romantique alors qu'ils n'étaient plus ensemble et qu'il y a encore quelques minutes il lui annonçait qu'il la détestait. Et comme pour continuer sur sa lancée et il l'attira vers elle et la prit dans ses bras. Il ferma ensuite les yeux. Quelques secondes au paradis ou en tout cas pas très loin. Ah pourquoi les choses ne pouvaient pas s'arrêter quelques minutes, eux qui resteraient ainsi. Il se contenta alors de dire sur un ton assez doux. « Juste ne pleure pas. » Il relacha alors son étreinte et recula un peu. Ces instants devaient être rares sinon il allait perdre la tête, il avait besoin de distance.

Il resta alors plusieurs minutes silencieux que dire ? De toute manière est-ce que ça servirait à quelque chose ? Ellio avait de sacrés doutes à propos de cette question. « Je... Euh... Je pense qu'on est plus sur la même longueur d'onde, Dalia. C'est trop tard maintenant. On... On devrait juste s'ignorer. » Il n'avait aucune envie qu'ils s'ignorent mais ne s'étaient-ils pas fait assez de mal comme ça ? Au diable sa vendetta, elle ne valait pas le coup face à détruire Dalia. Ils n'étaient plus synchronisés c'était tout. « Il est clair que c'est trop tard maintenant. »


(c) tears buried.

__________
 

+ Comme à tes genoux au premier rendez vous, je veux ce feu qui nous dévore et cette douleur que j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


WONDERDALIA prepare for trouble...
avatar


personal informations

► date d'inscription : 31/03/2012
► parchemins : 989


MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Dim 5 Aoû - 13:45

Dalia était surtout gênée de se retrouver pour la énième fois dans la même position face à Ellio. C'est dire en pleurant, sans savoir s'arrêter, sans même avoir quoique ce soit à dire qui puisse détourner l'attention de ses larmes. Elle se sentait nulle et forcement ça ne faisait qu'ajouter à sa tristesse. Les yeux obstinément rivés sur le sol, elle ne vit pas la main du Serdaigle se lever et fut surprise de la sentir sur sa joue. Après ce qui s'était dit, elle ne pouvait s'être attendue à un tel accès de douceur. Elle releva ses prunelles pour les plonger dans les siennes tandis qu'après avoir essuyé ses larmes il caressa ses joues. Elle crut lire dans ses yeux un certaine tendresse qui ne fut pas sans lui rappeler celle dont il savait faire preuve à son égard avant. Pendant un instant elle se laissa croire que tout était redevenu comme avant la rupture. À cet époque là jamais il ne l'aurait fait pleurer. Jamais ils n'auraient pu dire qu'ils se détestaient et jamais ils n'auraient pu croire cela possible. En fait pour Dalia à ce moment-là leur couple il était pour la vie. Peut-être était-elle incroyablement niaise et naïve de le croire, mais c'était le cas.  La preuve en était le tatouage qu'elle avait et auquel elle voulait ne jamais penser puisqu'il était indélébile. Dans un joli dessin étaient entrelacées leurs initiales à elle et lui. Pas de manière ostensible, ce qui faisait qu'on y faisait pas gaffe en voyant le tatouage, mais elle elle savait ce que c'était et ça que ça signifiait : son espoir infaillible qu'ils finiraient ensemble. Autant dire qu'un fois qu'ils avaient rompus elle avait beaucoup vu l'utilité de cette marque sur sa peau. C'était comme un mémo qui l'empêchait d'oublier. Dire qu'elle n'eut jamais l'occasion de lui montrer... Le tatouage ayant été fait très eu de temps avant la rupture. Ellio l'attira alors dans ses bras comme pour lui rendre l'étreinte qu'elle lui avait précédemment donné. Elle se laissa faire, entourant même ses bras autour de lui. Mais plutôt que de la réconforter ce geste eut le don de faire redoubler ses pleurs. Parce qu'elle en avait rêvé de pouvoir être ainsi dans ses bras et de bénéficier de la douceur dont il était capable. Or après ce qu'ils s'étaient dit elle sentait bien qu'elle n'y aurait plus le droit. Et c'était ça qui était dur. « Juste ne pleure pas. » Ca c'était,facile a dire. C'était pas franchement comme si elle faisait exprès de pleurer. Surtout qu'elle était déjà très étonnée de voir que ça lui faisait quelque chose. Il relacha alors son étreinte et s'éloigna d'elle et elle ne pût s'empêcher d'être déçue. Elle savait qu'elle avait déjà eut de la chance qu'il ait eu le moindre geste tendre envers elle, mais elle aurait voulu que ça dure plus. À jamais peut-être.

Le silence s'installa tandis que péniblement elle essuyait du plat de la main les larmes qui ne voulaient pas s'arrêter. C'était la manière qu'avait son coeur de lui dire qu'il s'en fichait. Il s'en fichait que du temps ait passé. À l'image du tatouage, son amour pour Ellio ne s'effacerait pas avec le temps. Du moins jamais complètement. Aussi en toute logique son cœur lui criait de le garder pour elle, de ne pas le laisser partir, de le convaincre de la choisir et de lui réapprendre à l'aimer puisqu'il n'avait que des "sentiments" pour elle. Elle pourrait savoir s'en contenter. Mais sa raison qui était souvent inactive était cette fois en éveil et lui indiquait de rester sur sa position. De faire le bon choix pour lui comme pour elle. Reniflant de temps en temps, elle se demandait ce qu'il faisait encore là, ce qu'il attendait d'elle. Voulait-il qu'elle le retienne? Au fond il suffisait d'un signe et elle le ferait, elle lui dirait que c'était pas grave. Qu'ils pouvaient essayer. Mais aucun signe ne vint.  « Je... Euh... Je pense qu'on est plus sur la même longueur d'onde, Dalia. C'est trop tard maintenant. On... On devrait juste s'ignorer. » C'était ça son excuse? Ils n'étaient plus sur la même longueur d'onde? Mais ça se réglait ce genre de chose! Suffisait de régler la fréquence. Elle n'osa pourtant pas s'y opposer. Parce que c'était contraire à ce qu'elle avait dit plus tôt. C'était trop tard ils étaient deux à le dire, ça voulait donc bien dire que c'était vrai, non? En revanche, Dalia n'arrivait pas à être d'accord. Elle ne voulait pas l'ignorer. De toute façon elle savait qu'elle ne pourrait pas. Quelques minutes plus tôt elle avait voulu se convaincre qu'elle pourrait et que même elle veillerait sur lui sans qu'il ne le sache. Mais maintenant qu'elle l'entendait de sa bouche et qu'elle l'imaginait vraiment, elle se rendait compte sur c'était impossible. Jamais elle ne pourrait en être capable.  « Il est clair que c'est trop tard maintenant. » Dalia hocha la tête en guise d'approbation. Elle n'avait pas la force de dire le contraire et de le prouver. Elle ne pensa pas que le fait qu'il le répète deux fois pouvait montrer que lui-même n'en était pas si sûre. Elle le prit comme une sentence qu'il s'appliquait à aire rentrer dans la tête de la Gryffondor. Elle ne pouvait toutefois pas le laisser partir comme ça.  « Je... J'ai plus la force ni l'envie de me battre avec toi. Mais n'y a t-il pas un milieu entre se disputer constamment et être ensemble? Est-ce qu'on peut pas essayer de le trouver? » Ses paroles étaient étranges, un peu confuses puisqu'elle-même ne s'agit pas trop ce qu'elle essayait de dire. Elle voulait lui faire comprendre que l'ignorer ce serait trop dur pour elle, qu'elle avait besoin qu'il soit là même un peu. Qu'elle voulait entendre sa voix et que si désormais elle ne pouvait plus se battre, ça ne voulait pas dire qu'ils ne devaient plus se voir.  « C'est trop tard c'est sûrement vrai et peut-être que ce que tu proposes est ce qu'il y a de mieux, mais je peux pas t'ignorer. » Là c'était mieux. Il penserait probablement qu'elle était faible. Lui ça n'avait, après tout, pas l'air de le déranger tant que ça d'avoir à l'ignorer. En fait ça lui rendrait sûrement la vie plus facile. Mais elle s'en fichait désormais de se révéler ceci ou cela. Elle était fatiguée des cachotteries et c'était le moment ou jamais de révéler ce qu'elle avait sur le cœur.   « Tu m'as trop manqué Ellio. Je ne veux pas que tu n'occupes plus aucune place dans ma vie. » De même elle avait ce besoin d'exister à ses yeux. De faire partie de sa vie à lui même juste un peu. Ils ne pouvaient pas être amis. Ce serait être idéaliste que de le croire. Ils n'étaient plus faits pour ça. Alors que cherchait-elle au juste? C'était bien parce qu'elle ne le savait pas qu'elle lui avait demandé à lui de trouver cet entre-deux.

__________
Don't fuck with my love +I already told you trust and respect is what we do this for. I never intended to be next but you didn't need to take her to bed, thats all. And I never saw her as a threat until you disappeared with her to have sex of course. Don't fuck with my love. That heart is so cold all over my own I don't wanna know that babe. Don't fuck with my love I told him, he knows. Take aim and reload, I don't wanna know that babe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


sexy baker i'll put my buns in ur oven
avatar


personal informations

► date d'inscription : 08/02/2012
► parchemins : 1099


MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   Mer 15 Aoû - 11:05

ELIA ❧ all my love is rage.
Elle hocha la tête et alors les choses éclatèrent au visage d'Ellio : c'était bel et bien fini. Ce petit geste de rien du tout le montrait. Ils n'étaient plus Ellio et Dalia mais bien Ellio d'un côté et Dalia d'un autre. Si avant il restait une petite chance e rien du tout elle n'était plus à présent. Il devrait être content et pourtant son cœur était tellement serré dans sa poitrine. Il avait envie de crier, hurler même, pleurer, tout casser, tout envoyer valser ou jute se terrer dans le noir et ne plus jamais sortir. Mais il ne le ferait pas car il avait toujours été ce grand gaillard qui ne laissait rien paraître à un tel point qu'on ne savait jamais vraiment ce qu'il pensait. En effet il était actuellement au plus bas et pourtant il se tenait droit, ses genoux ne flanchaient pas, ses yeux ne pleuraient pas. Son visage était fermé, même neutre comme si tout allait bien et que rien d'exceptionnel ne se produisait devant ses yeux. Etait-il insensible ? Sûrement pas, peu expressif, ça par contre c'était plus juste. De toute manière à quoi s'attendait-il ? A ce qu'elle se batte pour lui ? Il l'aurait sûrement repoussé encore une fois. Il n'était jamais satisfait, tout ça c'était sa faute aussi ! S'il était plus clair, moins difficile et exigeant, les choses seraient tellement plus simples et naturelles. Là il la faisait tourner en bourrique et lui aussi par la même occasion. S'en était à se demander s'il se complaisait dans la souffrance. Le bonheur très peu pour lui, c'était bien trop facile et banal. Mesdames et messieurs je vous présente le Baudelaire du vingt-et-unième siècle. Il sublimait sa souffrance et dans ce cas-ci sa propre souffrance. Chacun son délire... Peut-être aussi que son but était de tester les gens jusqu'à qu'ils n'en puissent plus, qu'ils soient usés comme ça il pourrait se plaindre qu'au final tout le monde le laissait tomber. Au moins il pouvait faire sa victime, oui peut-être que c'était ça son but ! Dans ce cas-là quel égoïste et être immonde ferait-il mais on ne pouvait s'empêcher de se poser la question, Ellio avait-il lui même la réponse ? Certainement pas. La fin d'une si belle histoire était tellement triste. Ce genre d'histoires on espérait qu'elles durent pour toute la vie mais il fallait bien se rendre compte que ce n'était qu'un rêve, tôt ou tard elles se finissaient. « Je... J'ai plus la force ni l'envie de me battre avec toi. Mais n'y a t-il pas un milieu entre se disputer constamment et être ensemble ? Est-ce qu'on peut pas essayer de le trouver ? » Avait-il bien entendu ? Elle lui proposait un arrangement à l'amiable ? Elle voulait qu'ils marchent ensemble, forment une espèce d'équipe. Ils n'étaient pas au pays des bisounours ! Il n'avait aucune envie de la fréquenter quotidiennement sans qu'ils soient ensemble, c'était tout ou rien. C'était horrible ce qu'elle lui proposait, c'était une mort lente. Une souffrance atroce allégée par un peu de morphine mais lorsqu'on prenait trop de morphine, on devenait accro et on mourrait de trop de morphine. Non il était hors de question qu'il accepte ce qu'elle proposait. Elle voulait qu'ils soient genre des amis mais il ne deviendrait pas son ami. Ils ne seraient jamais des amis ! « C'est trop tard c'est sûrement vrai et peut-être que ce que tu proposes est ce qu'il y a de mieux, mais je peux pas t'ignorer. » Devait-il se réjouir qu'elle ne puisse l'ignorer ou être en colère pour les raisons évoquées précédemment ? Ellio choisit de rester énervé. Elle ne pouvait pas l'ignorer ? Mais bien sûr que si ! Avec un peu de volonté et de détermination, on pouvait le faire. Lui il préférait largement l'ignorer que de devoir la voir au quotidien en tant qu'amie. Cela serait difficile, très difficile même – évaluer la difficulté était difficile – mais ce n'était pas impossible, il y arriverait. Il finissait toujours par réussir dans la vie. « Tu m'as trop manqué Ellio. Je ne veux pas que tu n'occupes plus aucune place dans ma vie. » Ellio se mordilla la lèvre inférieure. Oh combien il pensait toutes ses choses-là. Elle lui avait beaucoup manqué aussi, bien plus qu'il ne l'aurait voulu. C'était le cas de le dire, il aurait préféré ne pas du tout penser à elle, ne pas avoir mal, souffrir de son absence et surtout ne pas penser à elle constamment. Mais il ne choisissait pas.

Il avait vraiment besoin de partir maintenant car elle lui demandait une pénitence qu'il n'accepterait jamais et vu dans l'état dans lequel il se trouvait, il allait prononcé des paroles très dures. Il ne voulait pas être méchant avec elle. Partir était la meilleure des choses à faire dans leur intérêt commun. « Donc si j'ai bien compris tu souhaites qu'on devienne une sorte de... d'amis. » Un silence suivit sa phrase puis le jeune homme se mit à rire doucement puis son rire augmenta pour qu'à la fin il devienne hilare. Il était plié, cela faisait pas mal de temps qu'il n'avait pas ri autant. C'était d'ailleurs très inquiétant à le regarder. On se demandait s'il n'avait pas perdu la raison, oui s'il n'était pas devenu complètement fou. Tellement il riait, des larmes perlaient au coin de ses yeux, il avait mal au ventre et il n'arrivait pas à s'arrêter. Il crut bien qu'il allait en mourir. Il finit pourtant par se calmer, il essuya ses yeux du revers de la main et reprit bien vite son sérieux. Il retourna de nouveaux son regard vers Dalia. Son regard était devenu beaucoup plus inquiétant, les plaisanteries étaient terminées. « On a jamais été amis et on le sera jamais ! » Quels mots cruels à entendre ! Pourtant ils étaient pensés. Ellio ne perdit alors pas une seconde de plus et partit d'ici. Il ne laissa aucune chance à Dalia de le retenir, il faut dire elle n'avait pas émis beaucoup de résistance. D'un côté c'était mieux, ça n'aurait servi à rien de toute manière, enfin... Il valait mieux que ça soit tout pour aujourd'hui.


(c) tears buried.

__________
 

+ Comme à tes genoux au premier rendez vous, je veux ce feu qui nous dévore et cette douleur que j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « ETAGES » :: « TROISIEME ETAGE » :: salle des trophées-