Partagez | 
 

 WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Ven 23 Déc - 3:41



La vie vous mettez à l'épreuve tout au long de votre existence. Ça pouvait être de petites choses insignifiantes à un tel point que sur le moment vous n'allez même pas le relever, ça vous semblera totalement futile, complètement dérisoire. Oui vous allez passer à autre chose et en conséquence à côté. Vous n'y penserez sûrement pas, en tout cas pas dans l'immédiat mais tôt ou tard ce petit truc, ce petit détail vous rattrapera et vous n'aurez aucun moyen de luter. Non vous allez être obligé de vous plier et d'être patient si ce petit détail n'était pas trop grave, dans le meilleur des cas. Bien sûr il y avait aussi les gros problèmes, le genre que lorsqu'ils vous tombent dessus, vous ne pouvez rien faire. Dans ce dernier cas, c'était pas cool, vraiment pas. Heureusement pour Lucy ce qui lui arrivait c'était le premier cas et je vous rassure tout de suite, ce n'était pas trop grave. Mais avant de parler de la situation actuelle, il fallait revenir une semaine plus tôt...

Cette semaine-là tout allait plutôt bien, Lucy était de bonne humeur. Les cours étaient intéressants, les entraînements de Quidditch se déroulaient bien, elle ne pensait pas tout le temps à Win et elle avait eu un gros fou rire en cours de métamorphose avec notamment Apple et Théoxane. Tout se passait plutôt bien. Le soir elle avait une soirée jaune de prévu. Vous ne devez sûrement pas comprendre ce que signifiait une soirée jaune sauf si vous faisiez parti de la maison Poufsouffle. Quand vous devenez un blaireau votre vie devenait tout de suite plus jaune et ensoleillée, ça commençait par l'écharpe et la cravate. Lucy se souvient encore lorsqu'elle a porté pour la première fois la cravate de sa maison et le blason, elle était fière ! Elle se souvient que ce jour-là elle avait retrouvé Louis et Louise. Tous les trois étaient de la même année, ils se connaissaient depuis qu'ils étaient tous petits et voilà qu'ils s'étaient retrouvés dans la même maison. Lucy n'avait pas pu rêver mieux comme départ bien qu'elle était persuadée que Louis et elle se retrouveraient dans la même maison, c'est vrai ils étaient semblables, passés tellement de temps ensemble que ça l'aurait tuée, au sens figuré bien sûr. Évidemment ils ne se seraient pas éloignés, ils auraient continué à se voir mais Lucy s'était toujours dit que s'ils n'avaient pas été dans la même maison, elle ne savait pas quelque chose se serait cassé. Enfin bref pour en revenir aux soirées jaunes, c'était une soirée qui regroupait un petit groupe d'élèves exclusivement de la maison Poufsouffle, ça ne pouvait être que des filles ou que des garçons mais pas seulement, c'était une soirée normale, pyjama, ça englobait pas mal de choses en faite. Pour conclure, tout se passait très bien. Elle assistait à son dernier cours de la journée à savoir les potions, son cours préféré. Apple était son binôme, ça marchait bien entre les deux filles, elles étaient sur la même longueur d'onde pour les cours et au niveau de la résistance aussi. C'était bien de trouver quelqu'un avec qui on était phase. Tout se passait très bien lorsque Lucy se mit à éternuer, rien de grave à priori, Apple lui dit « A tes souhaits » et tout se passa normalement. Elles terminèrent encore une fois les premières ce qui était une petite fierté pour Lucy vu qu'elle souhaitait briller dans cette matière et elle ne se débrouillait pas trop jusqu'à présent.

Toute la soirée, elle la passa à éternuer et à se moucher. Son nez était devenu tout rouge à force et elle avait l'impression que ses yeux étaient tous gonflés. « Lucy tu devrais aller à l'infirmerie, je t'assure que tu ressembles plus à rien. » Ca c'était Sloan, une des camarades de dortoir de Louise, Théo et Lucy. Elle était sympa mais quelques fois elle était insupportable, déjà elle avait un goût prononcé pour l'humour sarcastique, les potins et en général la moquerie. Toutes les filles étaient un peu comme ça, certes mais Sloan, elle, elle adorait ça. Lucy se contenta alors de lui répondre de la manière la plus civilisée qu'il soit, ce qui n'était pas trop difficile vu que Lucy était un amour : « Je te remercie de te soucier de moi mais je vais très bien, c'est juste un petit rhume, ça va passer. » En tout cas elle l'espérait parce que si ce n'était pas le cas, ça voulait dire infirmerie et ce que voulait dire affronter Victoire Weasley à savoir la « maman » Weasley. S'il fallait savoir une chose sur Victoire Weasley c'était que c'était une vraie mère poule et que comme elle travaillait à Poudlard, elle se chargeait de veiller sur toute sa famille, personne n'y échappait. Lucy avait beaucoup d'affection pour sa cousine mais elle avait du mal avec son côté sur protectrice. Lucy avait déjà son père qui se chargeait de cela, pas besoin d'une seconde personne. Le pire c'est que son père, elle ne le voyait pas au quotidien.

Le lendemain, pas beaucoup de changement à part que ses yeux étaient encore plus gonflés et qu'elle se mouchait toujours autant. Elle devenait horrible c'est vrai mais Lucy avait sa fierté, elle n'irait à l'infirmerie que lorsqu'elle ne pourrait plus rien faire. Lucy était très têtue, ça devait être de famille parce qu'en général les Weasley étaient têtus mais c'était une bonne chose d'être têtu, ça montrait qu'on avait du caractère et c'était essentiel dans la vie. Le mercredi, un nouveau symptôme apparu : la fièvre. Lucy était littéralement clouée au lit, elle n'avait plus le choix, elle était obligée d'aller à l'infirmerie. Théoxane se proposa de l'emmener, gentille comme elle était. Arrivée là-bas, Victoire s'occupa directement d'elle. « Qu'est-ce qui t’arrive Lucy ? Je t'ai déjà vu en meilleure forme ! » Lucy arriva à lui tirer la langue pour lui montrer qu'elle était en si mauvais état, elle était une Weasley, elle était une dure à cuire ! « Juste un petit rhume et un mal de crâne, donne-moi quelque chose pour soigner ça et je retourne en cours. » Finalement, Victoire n'a rien trouvé alors elle a donné un truc à avaler à Lucy pour calmer sa fièvre et ça allait beaucoup mieux après. L'histoire aurait pu se terminer là mais malheureusement le lendemain tout était pire : la fièvre était revenue, elle avait toujours son rhume et en plus elle avait envi de se gratter de partout, en effet elle avait des boutons sur tous le corps, c'était l'horreur mais qu'est-ce qu'elle avait par Merlin ? Elle n'avait vraiment pas besoin d'être malade avec la semaine qu'elle avait eu, c'est à peine si certaines personnes avaient osé l'approcher ces derniers temps à cause de son visage : yeux gonflés et nez tout rouge mais elle était allée à l'infirmerie, elle avait fait le nécessaire. Ce qu'elle vivait ce matin, ça n'aurait pas du arriver ! Ça n'allait pas du tout, ça non. Évidemment comme vous vous en doutez, elle a terminé tout droit à l'infirmerie. Cette fois-ci Victoire l'a collée dans un lit et l'a obligée à y rester tant qu'elle ne serait pas totalement guérie. Lucy sentit que son calvaire allait réellement commencé.

Une fois allongée dans un lit de l'infirmerie, Lucy s'endormit aussitôt, peut-être un effet de la fièvre, elle était vraiment fatiguée et pas bien. Elle avait chaud puis froid et encore chaud et ainsi de suite. Pendant son sommeil, elle se mit à délirer encore une fois sûrement à cause de la fièvre. Dans son drôle de rêve, elle était en compagnie de sa famille, ils étaient autour d'une table chez ses grand-parents à priori, Arthur et Molly Weasley, elle était au milieu de ses cousins, ses cousines, ses tantes et ses oncles. Normalement ils devraient tous être des êtres humains avec des yeux, un nez, une bouche, des cheveux, tout ce qui faisait qu'on était humain sauf que dans le rêve de Lucy aucun membre de sa famille n'était humain, non ils étaient des animaux. Louis était un zèbre, Fred une girafe, Molly – sa sœur – était une gazelle, Albus était un lion, décrire tout le reste de la table prendrait longtemps. Lucy quand à elle, elle était antilope, il y avait mieux dans le règne animal mais ce n'était pas trop mal. A part le fait qu'ils soient des animaux, tout semblait normal, ils discutaient, ils riaient, c'était jovial. En même temps si vous étiez déjà venu manger chez les Weasley, vous saviez que c'était jovial. La famille Weasley était le genre de famille qui aimait se retrouver pour festoyer comme on disait ou tout simplement se retrouver. Ils aimaient se retrouver les uns, les autres, être ensemble. C'était leur force, le truc qui les rendait spécial, l'unité était la force des Weasley. Eux ils ne divisaient pas pour mieux régner, ils restaient ensemble et faisaient face au combat. C'était beau, n'est-ce pas ? Magnifique même. Il est vrai que certains s'égaraient, d'autres voulaient faire preuve d'autonomie, si on pouvait appeler cela comme ça mais à un moment ou un autre, les brebis égarées rentraient au bercail. Les Weasley, il fallait l'avouer, était un modèle pour les autre familles alors prenez-en de la graine ! Pour en revenir à cette histoire d'animaux, tout se passait donc très bien jusqu'au moment où tout le reste de sa famille se tourna vers Lucy, ils avaient l'air affamé ce qui était étrange vu toute la nourriture qu'il y avait sur la table. Lucy fut soudain effrayé, ils commencèrent à se rapprocher d'elle et quelqu'un se jeta même sur elle quand... BAM, Lucy ouvrit les yeux, elle avait un mal de crâne infernal mais elle se sentait mieux déjà qu'avant sa petite sieste. Mais quelle heure était-il ? Vu la lumière qu'il y avait à l'infirmerie, il devait être tard, dans les environs de dix-neuf heures ou une heure qui s'en approchait. Elle entendait des voix dans le fond mais pas très distinctement, elle devait être encore à moitié réveillée très certainement. Néanmoins la voix lui semblait familière. Elle en déduisit donc qu'il devait s'agir de sa cousine, Victoire. Elle avait légèrement froid aussi et ses draps étaient un peu mouillés, à cause de la transpiration sûrement, on ne pouvait pas dire qu'elle était super à l'aise, ça non. Elle avait connu mieux même si c'était beaucoup mieux qu'avant qu'elle ne s'endorme. Elle avait décidé qu'elle voulait s'asseoir, elle en avait assez d'être endormie. L’opération fut exécutée accompagnée d'un mal de crâne mais Lucy y arriva comme une grande. Elle dut faire du bruit car elle entendit des bruits de pas venir dans sa direction, Victoire à tous les coups. BINGO ! Elle ouvrit le rideau et vint s'asseoir à côté de Lucy. Après quoi, elle lui fit un sourire compatissant et lui demanda : « Comment tu te sens ? » C'était bien Victoire, ça, toujours à l'écoute ! « Tu vois bien je pète le feu, alors je sors quand ? Parce que tu vois je suis déjà restée toute une journée ici et je ne peux pas me permettre d'accumuler du retard dans mes cours. » On reconnaissait bien là, la fille de Percy Weasley ! La fille sérieuse qu'il avait élevé et qui allait quitter Poudlard avec des brillants résultats à ses ASPICS. « Lucy, tu sais quel jour on est ? Tu as dormi pendant plus d'une journée. Il est hors de question que tu sortes pour l'instant, Louis s'occupe de tes devoirs, je ne fais pas de soucis pour toi, tu vas rattraper ton retard en un rien de temps. » Lucy ne s'attendait pas à avoir été endormie pendant si longtemps. Pour elle, elle n'avait fait qu'un petit somme alors vous devez bien vous imaginez que ça lui fit un choc de savoir qu'elle était restée inconsciente si longtemps. Pourquoi diable, Victoire ne l'avait pas réveillée ? C'était mauvais de dormir aussi longtemps, Lucy l'avait lu quelque part, en tout cas elle le croyait. De toute manière ce n'était pas comme si c'était super important. « En tout cas je savais que tu étais appréciée à Poudlard mais pas à ce point-là, plein de gens sont venus te voir et ils t'ont laissé pas mal de sucreries. Évite de tout manger, je te connais et je sais que tu adores ça mais tu risques de le regretter après. » Lucy se retourna vers les sucreries et elle sentit son ventre gargouiller. Quoi ? Elle n'avait pas mangé depuis plus de vingt-quatre heures, ça n'arrivait jamais ce genre de choses. Même quand elle était malade, elle ne perdait jamais l'appétit. L'appétit chez Lucy Weasley c'était son fondement même, elle était un estomac sur pattes et ça depuis toujours, demandez donc à sa mère. Audrey Weasley était une femme qui savait que pour faire plaisir à sa fille, il fallait lui faire à manger. Manger guérissait tous les problèmes de la demoiselle alors évidemment qu'elle allait tout manger, en tout cas jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. Cependant Lucy était quelqu'un de reconnaissante c'est pourquoi elle répondit à Victoire : « Merci de veiller sur moi mais tu dois avoir d'autres personnes à t'occuper, laisse-moi je sais me débrouiller toute seule. Et puis de toute façon je suis obligée de rester dans ce lit, je vois pas trop ce que je vais pouvoir faire à part manger et dormir de nouveau. » Victoire lui adressa un dernier sourire puis la laissa.

Lucy examina alors ce qu'on lui avait apporté et donc par déduction combien de ses amis tenaient à elle et à quel point. Elle vit qu'il y avait deux paquets de patacitrouilles, ceux-là la connaissaient par cœur car c'était ses sucreries préférées. Il y avait aussi des chocogrenouilles, elle adorait ça donc ça marchait aussi. Par contre il y avait un truc bizarre sur sa table de chevet qu'elle n'allait sûrement pas manger. Elle ne voulait pas être encore plus malade ! Cette personne ne l'aimait pas beaucoup, honte à lui. Vous aurez bien compris que tout ça n'était que de la plaisanterie, Lucy se fichait bien de tous ses présents même si c'était gentil de la part de ceux qui lui avaient offert tout ça. Elle avait des amis sur qui compter c'est ce qu'elle pouvait déduire de ces marques d'affection. Maintenant il fallait qu'elle se décide à choisir par quoi elle allait commencer. Bien sûr son cœur lui disait de se jeter sur les patacitrouilles mais d'un autre côté il fallait peut-être mieux qu'elle les garde pour la fin, c'est vrai il fallait garder le meilleur pour la fin. Oui mais si elle mangeait le reste et qu'elle n'avait plus fin après ? Elle n'aurait alors pas du tout manger de patacitrouilles. C'est vrai qu'elle pourrait les manger à un autre moment mais elle voulait les manger aujourd'hui ! Vous vous rendez compte dans quel état elle se mettait juste pour des patacitrouilles et d'autres sucreries ? Elle devait être vraiment malade, oui ça ne faisait aucun doute. Elle avait enfin fait son choix... Tant pis pour le meilleur pour la fin, elle se jeta sur les patacitrouilles et sans aucun regret ou scrupule. Elle ouvrit le paquet limite comme une bête sauvage tellement elle était affamée et mit une patacitrouille directement dans sa bouche et là ce fut un petit bout de paradis. Littéralement. Elle avait l'impression de planer tellement c'était bon, les patacitrouilles étaient définitivement et irrévocablement sa drogue, elle n'avait pas honte de le dire. Et elle avait bien envi de se droguer continuellement tiens. Soudain elle entendit une voix qui devait s'adresser à elle : « Tu pourrais partager, tu sais ? T'es pas toute seule. » Lucy s'arrêta cinq minutes alors qu'elle avait la main dans le paquet de chocogenouilles prête à en attraper une autre pour la fourrer dans sa bouche. Elle continua alors la main d’œuvre délicatement en essayant de faire le moins de bruits possibles afin que la personne d'à côté qui lui avait apparemment parlé ne l'entende pas. Elle faisait un peu genre qu'elle avait pas entendu ou qu'elle était morte ou tout simplement endormie. Elle était mauvaise mais personne ne touchait à ses sucreries. Si elle avait fait plus attention, elle aurait pu se rendre compte qu'elle connaissait la personne qui lui avait parlé mais elle n'avait plus tout sa tête, ça c'était la conséquence du manque de sucres dans son corps. Elle s'attendait à ce que l'histoire se finisse là mais tout d'un coup le rideau séparant le lit voisin du sien s'ouvrit laissant apparaître Fred Weasley et manquant de provoquer une crise cardiaque chez Lucy.

Voilà maintenant vous connaissiez toute l'histoire, nous revoilà au point de départ. Cette histoire peut paraître futile et sans importance mais elle en avait, Lucy avait survécu et maintenant elle était en face de son cousin à moitié tétanisée, paralysée par l'effet de surprise. Il lui avait fait vraiment peur ! Ça n'allait pas ? On ne faisait pas peur ainsi aux gens. Il faut dire qu'elle ne lui avait pas répondu non plus. C'était un peu sa faute en quelque sorte. Tout ce qu'elle trouva à dire dans un premier temps fut : « Fred ? » Sans blague ! Oui, oui, on pouvait confirmer qu'il s'agissait de Fred Weasley, le seul et l'unique, son cousin qui était en septième année. Pas mal Lucy bon sens de l'observation, au moins ça, c'était encore opérationnel à 100%. Comme elle sentait bien qu'elle devait rajouter quelque chose, elle prit de nouveau la parole : « Mais pourquoi t'es là ? Et depuis quand ? » Sûrement pour faire un peu de tricot, elle ne savait donc pas que son mentor aimait le tricot ? C'était sa nouvelle passion après le Quidditch. Lucy, Lucy on voulait bien que la maladie avait pu griller certains de tes neurones mais quand même, il fallait te ressaisir. Elle tendit alors le paquet de patacitrouilles vers Fred, comme c'était lui, elle voulait bien lui en donner. Entre membres de la famille, on doit bien partager. Une fois qu'il fut servi, elle se remit comme avant et ajouta pour terminer de parler. « Si j'avais su que c'était toi, j'aurais répondu tout de suite mais je crois qu'avec la chaleur. Et en faite c'est des conneries, je meurs de faim alors je dois bien reconnaître que j'ai pensé garder tout ça pour moi. » Elle était honnête on pouvait au moins lui reconnaître cette qualité.

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Lun 29 Oct - 7:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Dim 8 Jan - 1:14


Fred sortait d'un cours de potions aussi ennuyeux qu'à l'ordinaire. Comme d'habitude, il avait fait équipe avec Juyne, une poufsouffle, blonde, assez grande et plus jeune que lui d'un an. Et oui ce n'était plus son grand acolyte Win qui était son partenaire de potions parce que le jeune homme avait si peu révisé l'année d'avant pris entre ses discutions avec ses cousins, ses longues ballades avec sa petite amie Alienor et bien sûr ses essais de plans imparables pour embêter les obscurs, les mangemorts et tout le château pour montrer l'importance des résistants dans Poudlard. Et c'est bien connu, si on ne révise pas, on ne progresse pas, on perd son niveau. C'est ce qui était arrivé à Fred. Le voilà maintenant de nouveau en septième année à la place d'aller se balader en dehors des murs du château. Mais ça l'arranger un peu car il ne savait pas vraiment ce qu'il voulait faire l'année d'après. Il avait encore beaucoup d'hésitations.

Sa nouvelle classe était sympathique, normal c'étaient des poufsouffles mais il ne s'y sentait pas bien comme il pouvait l'être dans celle d'avant. Fred avait recherché une personne dans son dortoir sur laquelle il pourrait compter, une personne comme Win avait été avec lui. Mais ce n'était pas facile de remplacer son meilleur ami. Le rouquin espérait réussir à trouver un jour une personne qui lui ressemblerait, avec laquelle il pourrait parler de tout et rien et surtout avec laquelle il se sentirait proche. Mais ce jour n'avait pas l'air très prêt d'arriver...

Donc cet après-midi là, le plus vieux Weasley restant à Poudlard, sortait d'un cours de potions. La potion qu'ils étaient censé faire lui et sa voisine n'avait pas été très bien réussie, c'était le moins que l'on puisse dire. Elle avait même était complétement ratée. Fred qui aimait bien voir sa partenaire se planter, ne l'avait pas beaucoup aidée. Il lui avait pourtant donné quelques conseils qui s'avéraient très utiles. Il savait désormais à peu près comment réussir les potions après les avoir effectuer l'année précédente. Mais il savait aussi comment les faire rater, exploser, faire fondre le chaudron et faire sortir toute la classe étant donnée l'odeur nauséabonde qu'elle pouvait dégager. Cette fois ci, les deux amis n'avaient pas réussi à faire exploser la classe au grand désespoir du rouquin. Pourtant il s'y était employé. Mais non il avait pourtant dit tout ce qu'il ne fallait pas faire à la blonde avec qui il partageait un chaudron. Le mieux dans cette affaire c'est que ce n'était jamais le Weasley qui s'exposait au risque. Non il laissait ça à sa voisine. Lui il donnait les conseils et évidemment prenait en même temps quelle lorsque ça ratait. Pourtant il n'avait rien fait. C'était elle qui avait mis tous les mauvais ingrédients.

Fred était dans le couloir. Le cours avait à nouveau fini en dispute entre Juyne et lui car le chaudron qui était celui de Juyne avait fondu. Fred était dans ses pensées, pensées de résistance, blagues mais aussi des pensées tournées vers Alienor. Pensait-elle à lui de l'autre bout de l'Angleterre perchée sur son balai ? Il éternua. Ce n'est qu'un petit courant d'air, pensa-t-il. C'est vrai qu'il ne faisait pas très chaud ce jour là et que le vent était très froid. Il avait du attraper un petit rhume en allant se balader dans le parc la veille parce que le temps n'était pas très beau non plus. Il se dirigea donc vers les cuisines. Il allait retourner chercher son écharpe dans son dortoir avant de se rendre au cours suivant, c'était plus sûr. Il la passa en vitesse autour de son coup et se dirigea vers le troisième étage où il avait cours de métamorphose. Il aimait tout dans ce cours, mis à part le prof parce qu'il avait, comme tous les autres profs, prêté allégeance au lord même si certains ne semblaient pas être tout à fait d'accord avec lui. Ceux là étaient encore pire. Ils se soumettaient à lui pour pouvoir enseigner au lieu de suivre leur idéal. Il était assis dans le fond de la classe en écoutant le cours expliquant comment s'ajouter des moustaches. C'était intéressant pour certaines choses, comme par exemple espionner pour l'Ordre du Phénix ou bien être auror. Il y en avait désormais très peu et ils recherchaient les personnes de l'ordre alors si ce métier avait un cours moment intéressé le fils de Georges et Angelina Weasley, il n'avait pu vraiment envie de le devenir. Au bout de trois essais, il réussit à se faire pousser une magnifique moustache rousse. C'était facile, il l'avait déjà fait l'année précédente. Et puis Fred était tout de même doué pour la magie, il n'écoutait juste pas en cours... Maintenant son nez coulait. Et voilà, il avait attrapé un rhume. Plus question de faire la fête le soir et de travailler tard, même si ça ne lui arrivait presque jamais. Non il fallait qu'il se repose et donc qu'il se couche tôt parce que sinon, il allait mettre longtemps à s'en remettre et il allait être vraiment malade. Et puis, dans ces cas là, il valait mieux être prudent.

Fred se rendit donc dans la salle commune des poufsouffles assez tôt ce soir là. Juste après le repas. Oui parce que d'habitude, il aimait bien prendre un peu son temps de rentrer là bas et flâner un peu dans les couloirs même si cela ne plaisait pas à tout le monde. Il finit en vitesse le devoir de défense contre les forces du bien qu'il était malheureusement obliger de continuer d'étudier en septième année. C'était vraiment intéressant d'apprendre que d'être du côté du bien était mal et qu'il fallait se battre contre la liberté et la paix... Fred roula son parchemin et alla directement se coucher. Il espérait que ses camarades de dortoirs seraient calmes en montant dormir. Il s'enroula dans ses couvertures et s'endormit presque aussitôt.

En pleine nuit, il se réveilla. Il se sentait très mal. Il avait l'impression qu'il était en train de prendre feu. Il se redressa en sueur dans son lit et enleva une des couverture. Instantanément, il eut froid. Non tout mais pas ça. Pas de la fièvre. Fred se recoucha. Ça allait passer c'était juste un mauvais moment dans la nuit. Il mit longtemps à se rendormir mais réussit enfin. Il rêva, ou plutôt cauchemarda. Il était poursuivit par des créatures très bizarres dans une forêt. Elle était sombre, étrange et lui était familière. Ce devait être la forêt interdite dans laquelle il s'était rendue quelques fois. Soudain, il reçut un énorme choc derrière la tête et tomba dans les pommes. Il se réveilla dans un autre endroit. Tout était blanc, lumineux, magique. Devant lui se tenait non seulement son père, mais aussi une autre personne qui lui ressemblait étrangement. On n'aurait pas pu les différencier à l'œil nu. Etait-ce son oncle Fred ? Il ne le sut jamais. Malgré les sourires de ces deux personnes, il ne se sentait pas bien. Il avait l'impression qu'on lui avait vraiment tapé la tête avec un objet. Il sentait son sang battre dans sa tête. Il se réveilla une deuxième fois. Il avait vraiment mal à la tête. Il vit que son compagnon de dortoir s'était levé et venait vers lui. Il lui dit "Ça va Fred ? T'arrêtais pas de parler dans tes rêves ?" Tout était flou dans les pensées du rouquin. Il avait la tête qui tournait. Il essaya avec difficulté de s'assoir. Il eut alors l'impression que sa tête allait exploser. Il répondit :

"Non je descends à l'infirmerie. J'ai un mal de crane énorme".


Il commença à se lever. Il ne prit rien. Il savait que les surveillants de couloirs ne feraient rien si ils le voyaient, il était vraiment dans un état pitoyable. En fait, il n'était même pas sûr de réussir à se rendre jusqu'à l'infirmerie tout seul. Heureusement, son camarade semblait l'avoir remarqué car il lui dit doucement "Attends je t'accompagne, tu ne peux pas te balader seul dans ton état." Fred le remercia intérieurement de ne pas avoir parlé trop fort. Il lui répondit :

"Merci. Je sais pas ce que j'ai. Je croyais que j'avais un petit rhume mais apparemment, c'est plus grave."

Ils quittèrent silencieusement le dortoir puis traversèrent la salle commune des poufsouffles. Fred se sentait si mal qu'il ne savoura même pas le fait de voir une fois de plus le jaune et noir tapissant les murs, les couleurs de sa maison. Ils durent traverser une grande partie du château. D'habitude, Fred adorait les escapades nocturnes qu'il soit seul ou accompagnait. Mais là, ce n'était pas le cas. Il se tenait à la rampe lorsqu'il descendait les escaliers parce qu'il avait peur de tomber car sa tête tournait un peu. En plus, il redoutait de tomber sur des mangemorts en patrouille dans le château. En effet, dans son état, ils pourraient le malmener pour tout ce qu'il leur faisait subir... La traversé du château lui semblait durer une éternité. Il dût s'arrêter à plusieurs reprises à cause de ses maux de tête qui étaient si gros qu'ils lui faisait tourner la tête. Heureusement son camarade le rattrapa par le bras dans les escaliers. Il était prêt à tomber.

Il arriva enfin à l'infirmerie. Il entra sans frapper et vit sa cousine Victoire Weasley, la fille de Bill et Fleur qui arrivait en vitesse. Elle lui demanda tout de suite ce qui n'allait pas. Elle était vraiment aux petits soins. "Qu'est ce qu'il y a Fred ? Tu vas pas bien ?". S'il avait été en pleine forme Fred lui aurait répondu qu'il allait bien et qu'il avait eu une crise de somnambulisme qui l'avait conduite jusque là mais les circonstances n'étaient pas celles là. Il lui répondit donc :

"Non je me sens mal. J'ai un mal de crane épouvantable. Je sais pas ce qu'il m'arrive."


Il fut content lorsque sa cousine et l'infirmière de Poudlard l'assit sur un des lits. Mais elle lui posa aussi des questions, certainement pour savoir ce qu'il avait "Quand est-ce que ça à commencer ? Et comment ?" On était tout de même au beau milieu de la nuit. S'en rendait-elle compte ? Mais après tout si ça pouvait lui permettre de guérir plus vite. Il répondit donc à son interrogatoire :

"Ça à commencer vers la fin de l'après midi. J'ai cru que j'avais un rhume. Mais ça à empirer cette nuit. Je crois que j'ai aussi de la fièvre."


En effet, il commençait à avoir très froid avec seulement son pyjama sur le dos. Il grelottait sur le lit. Il vit Victoire se tourner vers son camarade de dortoir et lui dire de repartir, il était dans de bonnes mains. Il espérait que son ami ne se ferait pas prendre dans les couloirs en retournant au dortoir. Sa cousine ne mit pas longtemps a s'en apercevoir et lui dit :

Ne reste pas assis sur ce lit. Viens je vais te mettre un peu plus dans le fond et ensuite je t'amènerais de quoi te soigner. Une dernière question. Est ce que tu as des boutons sur le corps ?


Des boutons sur le corps ? Fred ne le savait pas, il n'avait même pas regardé. Il remonta une de ses manches de pyjama et remarqua la quantité de boutons qu'il pouvait y avoir dessus. Est-ce que c'était une épidémie pour que la question qu'elle lui avait posé soit si précise ? Fred répondit d'un signe affirmatif de la tête tout en se dirigeant vers le fond de l'infirmerie. Apparemment, une autre personne était également malade ou blessée. Mais son lit était entouré d'un voile de tissu blanc. Fred se demanda qui cela pouvait bien être, mais il se sentait trop mal pour chercher plus longtemps si c'était une personne de Poufsouffle ou une personne qu'il connaissait et qu'il n'aurait pas vu depuis un petit bout de temps. Il s'allongea sur le lit et s'enveloppa dans la couverture. Elle était moins bien que celle de son vrai lit et Fred savait qu'il avait toujours du mal à s'endormir dans un autre lit que le sien mais il était vraiment fatigué. Il attendit que Victoire lui donne ses médicaments. Il but l'espèce de sirop qu'elle lui avait donné et manqua de tout recracher. Pourquoi les médicaments étaient-ils toujours aussi dégoutants et imbuvables. Ça ne donnait pas envie de se soigner. Il posa alors sa tête sur l'oreiller de ce lit et tenta de s'endormir. Mais il avait trop chaud. Il repoussa la couverture. Ça allait déjà beaucoup mieux. Mais au bout de quelque temps, il commença à avoir froid et dut de nouveau se glisser sous la couverture. Ah la fièvre, c'était une vraie horreur. Mais au bout d'un bout de temps, certainement apaisé par les médicaments, il finit par s'endormir.

Il fit de nouveau un rêve étrange. Il discutait avec James Sirius Potter. Il était à ses côtés, mais normalement son cousin préféré était à Askaban depuis peu. Fred était content de le voir. Puis après un moment de discussion, il se sentit devenir de plus en plus triste. Il n'arrivait plus à sourire, ni à rire d'ailleurs. Il était là aux côtés de son cousin qu'il ne pouvait plus voir dans la réalité mais il n'arrivait pas à s'amuser avec lui. Et puis il sentit un froid intense. Tout commença alors autour de lui à geler et tout devint sombre. Fred vit des larmes couler sur les joues de son cousin, des larmes de tristesse et il en sentit aussi qui roulaient doucement sur ses joues. Bon sang, pourquoi était-il si triste ? Il aurait du être heureux de retrouver son cousin. Et puis il regarda sa cheville. Elle était attachée par une énorme chaine un poteau non loin de là. Son regard se dirigea ensuite vers celle de James qui avait également une chaine pour retenir son pied. Et là, Fred comprit. Son cousin n'était pas libre, il ne s'était pas non plus rendu à Askaban, cette horrible prison, pour rendre visite à son cousin. Non il était lui aussi là-bas, il en était prisonnier. Mais pourquoi ? Il n'avait rien fait de mal ? Il n'avait fait pour l'instant malgré qu'il veuille en faire plus que des petites farces aux obscurs. Il était démoralisé. Il avait l'impression de devenir fou à cause de toute sa tristesse. Il vit le visage de ses parents qui lui manquait, celui d'Alienor et de Win à qui il ne pouvait pas arrêter de penser, celui de la personne qui était déjà là dans son rêve précédant, un visage qui ressemblait à celui de son père mais en plus souriant et avec une oreille en plus. Et puis soudain, il eut une impression de chaleur et de libération. Quelqu'un arrivait. Il y eu de la lumière et tout redevint joyeux. James et lui furent tirés par une personne masquée. Fred ne savait pas qui elle était mais il eut instantanément confiance en elle. Elle les mit tous les deux sur son balai et ils quittèrent l'endroit le plus triste de la terre. Ils volèrent pendant de longues minutes, voir heures dans un ciel parfait. Et puis, ils descendirent sur terre. L'endroit avait l'air sûr. Un petit vent doux agitait ses cheveux roux. Soudain, ils arrivèrent. Des mangemorts. Ils étaient tous avec leur masques de tête de mort. Fred ne savait pas qui ils étaient. Ils se mirent à courir. La personne encagoulée les emmenait quelque part. Surement dans un lieu sûr. Mais d'autres personnes masquées surgirent devant eux et leur bloquèrent le passage. Elles brandissaient leur baguette magique. Il y eu un premier cris. Dans le chahut, Fred ne le compris pas, mais il vit la personne qui les avaient fait évadé tomber lourdement sur le sol. Elle était morte. Ce fut le tour de James de tomber. Fred comprit alors quel était le cri qui était dit. Il garda les yeux grands ouverts. Il voulait voir la mort en face, avec courage. Avada Kedavra !

AAAAAh !

Fred se réveilla en hurlant dans l'infirmerie. Il ne savait pas quelle heure il était mais ce devait être l'après midi car le soleil entrait par les fenêtres, illuminant de sa clarté la pièce dans laquelle le rouquin se trouvait. Il vit sa cousine qui arrivait en courant vers lui. Il se força à lui sourire. Il l'aimait quand même bien même s'il la voyait que dans des moments difficiles... Blessure du au quidditch, maladie, mauvais sort... Oui, c'est sûr que ce n'était jamais vraiment la joie lorsqu'il voyait Victoire Weasley, mais ce n'était tout de même pas de sa faute à elle si il lui arrivait des malheurs... Elle lui demanda tout de suite :

"Ça va Fred ? Je t'ai entendu hurler depuis l'autre bout de l'infirmerie..."


En même temps, si elle ne m'avait pas entendu, elle aurait besoin de porter un appareil auditif*, pensa Fred. C'est vrai que l'infirmerie n'était pas très grande et qu'il avait vraiment hurler. Il lui répondit en essayant de paraitre en un peu meilleure forme que la veille pendant la nuit.

"Oui, c'était juste un cauchemar, ne t'inquiète pas, j'ai l'impression d'aller beaucoup mieux."


Ça avait été l'un des pires cauchemar de toute sa vie. L'éclair de lumière verte qui avait jailli de la baguette de la personne en face de lui, la mort des deux autres personnes... Tout cela lui semblait si réel, Fred en était terrifié. Il avait aussi un peu peur que ce rêve soit prémonitoire vu qu'il faisait parti des résistants et qu'il allait ensuite rejoindre l'ordre du phénix. Tout le monde savait que beaucoup de leurs membres avaient été tués... Il vit sa cousine se pencher au dessus de lui pour prendre sa température. Il espérait qu'il était guéri comme ça il pourrait quitter au plus vite l'infirmerie. Mais il vit à la tête que fit Victoire que sa sortie n'allait pas être pour le soir même. Elle lui dit gentiment :

"Ta température est encore un peu haute et tu as beaucoup dormi et fais des cauchemar. Je préfère que tu restes encore une journée ici, le temps que tu te rétablisses complétement. Au fait, tu as toujours des boutons sur le corps ?"


Est-ce qu'il avait encore des boutons sur le corps ? Fred n'en savait strictement rien. Pourquoi cette question précise revenait-elle tout le temps ? Il releva ses manches. Il y avait encore des marques des boutons mais ils s'étaient estompés pendant la nuit. Il répondit :

"Dommage je voulais partir ce soir..."


Puis il ajouta en riant "Mais en même temps, un jour de cours en moins ne me fera pas de mal"

Il espérait que sa cousine ne prendrait pas trop mal toutes les remarques qu'il pouvait faire. Il décida alors de poser la question qu'il avait dans la tête.

"Pourquoi est-ce que tu me demandes si j'ai des boutons, il y a une épidémie dans l'école ? C'est grave ? Bon de toute façon j'en ai quasiment plus..."


Il espérait que le fait d'avoir des boutons n'était pas dû à une maladie grave. Qu'il ne serait pas obligé de rester là encore longtemps parce que l'amélioration de son état de santé n'était que passagé. La compagne de Ted Lupin lui donna encore quelques médicaments à boire tout en lui disant "Ne t'inquiète pas. Ce n'est pas une maladie grave, c'est juste parce que j'ai eu un autre cas de cette même maladie chez une autre poufsouffle donc je voulais directement savoir si tu avais des boutons pour te donner les bons médicaments tout de suite". Une autre poufsouffle ? Qui ça ? C'était certainement l'autre personne qui était sur le lit d'à côté mais Fred ne pouvait pas voir son visage parce qu'elle était derrière un voile blanc. Il but les horribles potions qui lui avaient été donnés et il manqua de tout recraché tellement elles étaient dégoutantes. Pires que des dragées surprises de Bettie Crochues à la crotte de nez. Il se demandait même pourquoi les médicaments étaient aussi mauvais... Puis lorsque sa cousine repartit en le laissant tout seul sur son lit, il reposa sa tête sur son oreillet et ne prit même pas le temps de repenser à des plans ou blagues à faire contre les obscurs, il se rendormit instantanément.

Il fut réveillé quelques heures plus tard par des voix juste à côté. Elles venaient de sa cousine et de la personne malade qui se trouvait de l'autre côté du drap blanc. La poufsouffle mystérieuse. Mais la voix de celle-ci était loin d'être inconnue de Fred. Il ne mit pas longtemps à reconnaître la voix de sa cousine Lucy Weasley. Ses deux cousines étaient en train de discuter. Apparemment Lucy voulait tout de suite retourner en cours. C'était elle tout craché. Lui aurait bien voulu y passer son année. Et puis il entendit la suite. Elle avait eu plein de bonbons. C'était normal, elle aimait tellement ça. Il se l'imaginait déjà se gavant de patacitrouilles. Il entendit Victoire lui dire de ne pas tout manger. Ohlala ! Elle devait en avoir beaucoup... Lui aussi voyait quelque boites de chocogrenouilles qui avaient sûrement été déposées là par des personnes de son année, par sa famille ou par des personnes de l'équipe de quidditch. C'est vrai que ce n'était pas tout les jours qu'il était malade et son départ en pleine nuit n'avait pas dû être particulièrement discret. Il attendit que Victoire s'en aille pour dire à sa cousine :

"Tu pourrais partager, tu sais ? T'es pas toute seule."

Silence. Pourquoi ne répondait-elle pas ? Ne l'avait-elle pas entendue ? Peut-être qu'elle ne voulait tout simplement pas partager mais ça l'étonnait de Lucy. Elle était d'habitude si gentille avec lui. Bon, il avait déjà des sucreries à manger mais en lui adressant la parole Fred avait surtout eu un peu envie d'engager la conversation. Il attendit un peu. Il n'y avait plus de bruit à côté. Puis Fred entendit le bruit discret d'un paquet de chocogrenouilles. On faisait semblant de dormir et pas de bruit pour ne pas être dérangée pendant qu'on mangeait, Lucy !

Il ouvrit la rideau d'un seul coup. Il sourit en voyant qu'il avait fait peur à sa cousine. Elle ne semblait pas avoir reconnue sa voix avant. La pauvre, elle devait être complétement malade pour ne pas le reconnaître... « Fred ? » Oui c'était bien lui, en chair et en os. Sans blague, ne pas reconnaître la voix de son propre cousin, la voix d'une personne avec laquelle elle passait quand même beaucoup de temps. Il lui sourit. Elle n'avait pas une très bonne mine. Il se demandait si elle avait eu la même maladie que lui. Il allait lui demander pourquoi elle était là lorsqu'elle lui demanda « Mais pourquoi t'es là ? Et depuis quand ? » Le rouquin se sentait déjà mieux et il eut tout de suite une idée de réponse marrante. Mais il s'arrêta avant. Un paquet de patacitrouille venait de jaillir à côté de lui. Enfin, jaillir... Sa cousine lui tendait son paquet de patacitrouille. Il lui sourit et la remercia. Et puis il allait lui dire pourquoi il était là lorsqu'elle lui dit « Si j'avais su que c'était toi, j'aurais répondu tout de suite mais je crois qu'avec la chaleur. Et en faite c'est des conneries, je meurs de faim alors je dois bien reconnaître que j'ai pensé garder tout ça pour moi. » Tout ça pour elle ? Après avoir certainement eu la même maladie que lui, elle allait attraper une indigestion ! Fred se demandait toujours comment Lucy pouvait manger autant de bonbons sans être malade. Lui il l'aurait été depuis longtemps. Mais Fred ne lui en voulait pas. Lui aussi avait un peu faim et il avait encore le goût horrible des médicaments dans la bouche. Il prit une patacitrouille qu'il mis dans sa bouche, lui sourit et lui répondit :

"La chaleur, ma pauvre Lucy, tu ne sais vraiment pas mentir même si tu ne me l'avais pas dit j'aurais su que c'était un mensonge ! J'ai une question, t'as jamais d'indigestion ? Tu vois pas tout ce que tu es capable de manger. C'est incroyable ! En plus t'es même pas grosse. "


Il ajouta "Avoue que tu te jettes des sorts pour t'amincir" en rigolant. Puis il lui raconta son histoire passionnante sur la raison de sa présence à l'infirmerie.

"Alors tout à commencé hier après midi. J'ai voulu faire une farce. J'avais des pétards du docteur Flibuste et j'ai voulu en lancer en direction d'un groupe d'obscurs. Tu me connais, je peux pas y résister. Et là, je sais pas ce qu'il s'est passé, le pétard et revenu dans ma direction. Il me fonçait dessus. J'ai pas pu l'éviter et il m'a explosé au niveau du dos. Oui parce que j'ai tenté de courir pour lui échapper donc c'est le dos qui a tout prit. Heureusement, Victoire m'a bien rafistolé."


Il se tut. Il aimait raconter des histoires débiles et marrantes. Comme ci il avait pu être là à cause de ça. Il sourit à sa cousine et dit " Mais non en fait c'est juste une petite maladie. Tout de suite ça fait moins classe, hein ? En fait, j'ai attrapé un rhume, mais ça devait pas en être un parce que je me suis réveillé cette nuit en plein milieu de la nuit, j'avais un mal de crane énorme et de la fièrvre alors je suis venu. Je me suis dit qu'il valait mieux ne pas attendre trop longtemps. Et j'ai aussi des boutons un peu partout, mais ça c'est qu'un détail..." Il se demandait pourquoi sa cousine était là. Surement pour la même chose que lui vu ce que lui avait dit Victoire. "Et toi, j'imagine que tu es là pour la même chose, non ?" Et oui, il savait tout ! Il eut soudain une idée. Ils étaient tous les deux bloqués à l'infirmerie et Lucy ne pourrait pas partir, il pouvait peut-être un peu l'interroger sur Win. Il avait tant envie de savoir ce qu'il s'était passé avec lui. Mais il fallait qu'il y aille en douceur. Il dit donc

"Alors ça a bien commencé ton année ? Pas trop de changement à part dans l'équipe de quidditch j'imagine ?"


On commençait sur l'école et on dérivait sur le quidditch et ensuite il pourrait y avoir Win, le grand sujet, le sujet principal. Il fallait juste que Lucy tombe dans le panneau mais avec un sujet comme l'école ou le quidditch ça devrait pouvoir aller.



Spoiler:
 


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Sam 4 Fév - 14:00


Lucy regarda alors son cousin mangeait une patacitrouille, ça lui fit un peu mal au cœur quand même car c'était sa patacitrouille. C'est une blague ! Elle acceptait de partager... mais qu'avec lui. Si quelqu'un d'autre arrivait, elle planquait tout. Une réserve de bonbons ça se finit plus vite qu'on ne le croit. Il fallait toujours être prudent avec ce genre de choses, elle ne disait pas cela sous l'effet de la maladie parce que vous voyez c'était limite si elle n'avait pas un coffre fort pour y déposer ses sucreries. Elle était légèrement folle des sucreries et beaucoup pensait que ça lui était monté à la tête et ils n'avaient peut-être pas tout à fait tort. Avec tout le sucre qu'elle avait ingurgité, il devait bien avoir quelques effets secondaires. C'était peut-être de là du coup que venait le fait qu'elle était toujours en train de sourire. Hum... Intéressant... Enfin bref, tout ce qu'il fallait retenir c'était que les sucreries étaient sacrées pour la demoiselle Weasley et qu'il ne fallait pas plaisanter avec la nourriture, en particulier tout ce qui était à base de sucre. « La chaleur, ma pauvre Lucy, tu ne sais vraiment pas mentir même si tu ne me l'avais pas dit j'aurais su que c'était un mensonge ! J'ai une question, t'as jamais d'indigestion ? Tu vois pas tout ce que tu es capable de manger. C'est incroyable ! En plus t'es même pas grosse. » Lucy fit semblant de ne pas comprendre, elle qui était pure et innocente. Elle avait son petit secret mais elle ne dira jamais rien, elle emportera ce secret jusque dans la tombe. Avoue que tu te jettes des sorts pour t'amincir » Lucy fut choquée de cette accusation fondée et complètement fausse. Elle n'avait pas besoin. Pratiquer une activité régulière suffisait ainsi que manger cinq fruits et légumes par jour. Enfin surtout faire du sport parce que les cinq fruits et légumes par jour, elle ne les mangeait pas. L'une de ses techniques aussi et de ne pas manger les sucreries trop vite sinon c'était comme ça que vous faisiez une « overdose » de sucres. Oh si ça existait, Lucy en était passée pas très loin, plusieurs fois. Ça commençait par un trop plein d'énergie, puis des étourdissements, tomber dans les pommes et ainsi de suite, c'était la dégringolade en quelques sortes. « Alors tout à commencé hier après midi. J'ai voulu faire une farce. J'avais des pétards du docteur Flibuste et j'ai voulu en lancer en direction d'un groupe d'obscurs. Tu me connais, je peux pas y résister. Et là, je sais pas ce qu'il s'est passé, le pétard et revenu dans ma direction. Il me fonçait dessus. J'ai pas pu l'éviter et il m'a explosé au niveau du dos. Oui parce que j'ai tenté de courir pour lui échapper donc c'est le dos qui a tout prit. Heureusement, Victoire m'a bien rafistolé. » Cette situation rappela un souvenir à Lucy – voir rp avec Roxanne – ou Lucy avait également eu des problèmes avec des pétards qu'elle avait mal lancé. A croire que les Weasley n'étaient pas doués avec ce genre d'explosifs ou d'engins sauf bien sûr les jumeaux George et Fred Senior qui eux étaient des as dans tout, c'était bien connu. En tout cas c'était une histoire de dingue qui était arrivé à son cousin, Lucy n'en revenait pas. Elle qui était là juste pour de la fièvre et quelques autres symptômes habituels semblait bien fade à côté de lui. « Mais non en fait c'est juste une petite maladie. Tout de suite ça fait moins classe, hein ? En fait, j'ai attrapé un rhume, mais ça devait pas en être un parce que je me suis réveillé cette nuit en plein milieu de la nuit, j'avais un mal de crane énorme et de la fièvre alors je suis venu. Je me suis dit qu'il valait mieux ne pas attendre trop longtemps. Et j'ai aussi des boutons un peu partout, mais ça c'est qu'un détail... » Sacré farceur ! Et surtout quel beau menteur ce Fred mais en attendant il avait les mêmes symptômes, peut-être une épidémie se dit Lucy et c'est pourquoi elle ne put s'empêcher de signaler à son cousin : « Comme c'est étrange, j'ai les mêmes symptômes que toi. J'aurais du me douter que c'était de ta faute si je suis ici. » La demoiselle Weasley plaisantait bien sûr mais elle aimait bien être un peu piquante de temps en temps et puis au pire si ça ne convenait pas à Fred, elle avait une excuse : elle était malade, pauvre enfant. En tout cas si c'était une épidémie, l'infirmerie n'allait pas tarder à être remplie et Lucy espérait sortir d'ici avant que ça ne soit le cas. Ce n'est pas qu'elle n'aimait pas les gens, bien au contraire, mais elle ne les aimait pas malades. Ah ça non ! Les nez qui coulent, les têtes de déterrés et les corps agonisants, non merci, elle repassera. En même temps qui était fan de ça, sincèrement ? PERSONNE. Sauf les personnes travaillant dans le domaine médical et encore cela reste à démontrer et à justifier.

« Alors ça a bien commencé ton année ? Pas trop de changement à part dans l'équipe de Quidditch j'imagine ? » L'équipe de Quiddith et même SON équipe de Quidditch vu qu'elle en était la capitaine à présent. C'était pas trop la casse, franchement ? Les Weasley cassent la baraque mon gars ! Prochaine étape : devenir Ministre de la Magie et après elle contrôlait le monde ! Who Run The World ? Girls ! Who Run The World ? GIRLS ! Wo-oh-OOOH ! Faudrait peut-être voir à se calmer un peu, elle était juste devenue capitaine, ça changeait pas grand chose à sa petite vie d'étudiante à Poudlard insignifiante. Triste à dire et peut-être un peu dur à entendre. Elle était pas si insignifiante que ça, quand même ? Si ? Vraiment ? Non pas tellement, juste un peu, quoi. Enfin bref, nous nous écartons du sujet, très chère. Elle était donc capitaine et il lui fallait trouver trois nouveaux joueurs rapidement, bien qu'elle avait déjà des idées en tête. Il était déjà clair qu'elle voulait Louis dans l'équipe an tant qu'Attrapeur et elle ne voulait personne d'autres dans ce poste ! Pour plusieurs raisons déjà parce que c'était un excellent joueur, il n'avait plus besoin de le démontrer. De plus, c'était un fin stratège, il pourrait l'aider à créer des tactiques et enfin parce que s'était son cousin préféré, qu'elle avait besoin de lui à longueur de journée et que de l'avoir à ses côtés pendant les matchs et les entraînements lui donnerait plus confiance en elle et assurance. Louis c'était l'un de ses piliers. Quand il était là, tout se passait bien pour elle. En tout cas la plupart du temps. A croire qu'il lui portait chance. Après il y avait quelques noms qui fusaient dans son esprit, rien d'encore très précis. La seule chose inquiétante c'était pour trouver un nouveau batteur. Lucy ne voyait personne pour égalait Win ou en tout cas s'approcher de son niveau. Personne ne lui semblait à la hauteur. Et par personne elle voulait dire vraiment personne, rien, le néant. Quand à son année, tout se passait plutôt bien, elle avait toujours des bonnes notes, ses habitudes, toujours déterminée à devenir Auror et protéger les gens qu'elles considéraient comme bons. De plus elle avait abandonné les matières qu'elle ne pouvait pas voir dont en tête l’Étude des Moldus qui n'était qu’infamante pour elle. Elle adorait la culture moldue, leur science et tout mais ce qu'on leur apprenait dans ce cours, c'était juste du n'importe quoi. Les moldus n'étaient pas une sous race ou méchants, ils étaient tout comme les sorciers et Lucy ne comprenait pas pourquoi les gens détestaient autant. Bien sûr elle gardait ce genre de pensées pour elle sinon elle aurait beaucoup d'ennuis mais elle rêvait de pouvoir s'exprimer librement. Malheureusement tant que le Seigneur des Ténèbres était au pouvoir, ce n'était pas gagné.

Lucy chassa toutes ses pensée avant de répondre à Fred : « Oh tu sais la routine, les cours, devoir, manger, dodo. Avoir une vie aussi monotone en est presque inquiétante. Heureusement que les week-ends mettent un peu plus de piment dans ma vie. Pour ce qui est du Quidditch, ma priorité est de trouver des remplaçants à ceux qui sont partis mais c'est loin d'être facile. Ils étaient tellement d'excellents joueurs ! » Lucy fit une pause. Pour preuve, Alienor Twain, l'ancienne troisième poursuiveuse était devenue joueuse professionnelle maintenant. D'ailleurs Lucy tilta qu'elle ferait mieux de demander de ses nouvelles à Fred puisqu'après tout c'était sa petite amie, enfin aux dernières nouvelles. « Au faite comment va Ali ? Elle nous manque tellement, je devrais lui écrire une lettre. J'y pense souvent mais j'ai jamais le temps où quand je me retrouve devant du papier, je ne sais plus quoi écrire. » Le syndrome de la page blanche comme quoi ça arrivait à tout le monde même aux meilleurs d'entre nous ! Une question brûlait la langue de Lucy, elle aimerait bien savoir s'il avait des nouvelles de Win mais si elle lui demandait, n'allait-il pas sentir qu'il y avait anguilles sous roche ? Lui qui n'arrêtait pas de faire allusion au jeune monsieur Dawning en sa présence. C'était risqué mais Lucy aimerait tellement savoir. Elle avait voulu aussi lui écrire mais pour lui écrire quoi ? « Hey Win, je suis dingue toi, répond-moi que tu m'aimes, sinon je vais me tuer à coup d'excès de glucides. » Non elle ne pouvait vraiment pas lui écrire ça, elle passerait pour une dingue et le ferait fuir. Surtout que bon ce n'était pas exactement ce qu'elle pensait. Il ne fallait pas exagérer les choses. Elle espérait que ça soit positif puisqu'elle avait de forts sentiments pour le jeune encore en statut indéterminé – si elle avait facebook, ça situation serait très certainement « c'est compliqué » pour la parenthèse – mais il y verrait beaucoup plus clair si elle savait ce qu'en pensait Win mais il avait pris la fuite au Ministère le bougre ! C'était pas du propre. Elle était un peu mauvaise là vu que c'était dans la nature des choses de quitter Poudlard un moment où un autre. Lucy se décida, tant pis si Fred se posait des questions, elle voulait des nouvelles : « Et tu as des nouvelles de Win aussi ? » Elle avait essayé de prendre le ton le plus détaché et indifférent du monde mais pas sûr que ça suffise pour ne pas alerter les sens de son cousin qui étaient redoutables et à l’affût de n'importe quoi. Les Weasley se connaissaient trop bien entre eux, c'était difficile de les berner. C'était le grand inconvénient des familles nombreuses ! Flûte.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Sam 16 Juin - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Dim 19 Fév - 7:31


Fred sourit en voyant sa cousine et fan de bonbons faire semblant de ne pas comprendre lorsqu'il lui fit une petite réflexion sur ses mensonges. Il savait à quel point sa cousine pouvait aimer les bonbons, surtout les patacitrouilles. Fred la voyait presque continuellement avec une de ces sucreries à la bouche ou le paquet à la main.

Fred se demandait comment elle faisait pour ne pas grossir. Elle avait forcement un truc. Il trouverait bien ce que c'était. Ce ne devait pas être un truc très secret mais il aurait bien aimé savoir. Elle aurait dû ressembler à un ballon vu tout ce qu'elle pouvait manger comme sucreries en une journée. Maintenant sa cousine semblait un peu choqué qu'il lui ait dit qu'elle se jetait des sorts amincissants. Elle devait pourtant savoir qu'il disait ça pour rire. Il lui raconta l'histoire qu'il venait d'inventer pour sa présence à l'infirmerie. Sa cousine souriait. Avait-elle vécu à peu près la même chose un jour ? Fred se rappela vite fait une histoire de pétards qu'elle avait eu avec sa sœur. Roxanne... Fred ne l'aimait plus trop mais il aurait aimé la faire revenir de leur coté. Elle était tout de même sa sœur, son unique sœur. Elle ne l'avait jamais vraiment aimé mais lui si. Il aurait tout fait et tout donné pour elle. Il dit enfin la vérité. Elle était moins incroyable. Il était juste malade. C'était moins marrant, moins grandiose. Il vit que sa cousine souriait en comprenant qu'il lui avait raconté une belle blague ou histoire. Fred se demandait ce qu'avait Lucy, elle était malade mais il se demandait ce qu'elle avait vraiment. C'était peut-être une épidémie. Elle ne touchait peut-être que les Weasley ou que les joueurs de l'équipe de quidditch. Ça allait être la fête à l'infirmerie si c'était le cas. Fred en avait presque envie. « Comme c'est étrange, j'ai les mêmes symptômes que toi. J'aurais du me douter que c'était de ta faute si je suis ici. » Sa faute ? Mais non c'était pas sa faute ! Il n'était pas responsable de tout les malheurs arrivant à Poudlard. Il fit mine de s'offusquer mais ne put pas la garder très longtemps. Il était évident que sa cousine avait dit ça pour rire. Et puis de toute façon, ce n'était pas très important. Il lui sourit et répondit "Alors comme ça tu crois que je suis responsable de tout les problèmes de Poudlard ? Tu vas voir quand on sera sorti d'ici !" Il fit une courte pause et repensa à la veille au soir. Sa cousine était déjà présente à l'infirmerie lorsqu'il était arrivé. C'était donc elle qui l'avait contaminée. Il ajouta alors "Et ma chère permets moi d'ajouter que je suis arrivé à l'infirmerie après toi. Je pense donc que tu es la responsable de cette maladie qui me touche." Il ne se sentait plus très malade sinon il n'aurait pas pu raconter toutes ses blagues et discuter comme il le faisait. Il allait certainement ne pas rester très longtemps dans ce lieu qu'il n'aimait pas.

Il changea de sujet et l'interrogea sur sa vie et sur l'équipe de quidditch. Le but ultime c'était de l'amener à parler de Win. Elle en était amoureuse c'était sûr mais elle refuser de le lui dire. Il était pourtant son cousin, son mentor et le meilleur ami de Win. Fred avait bien remarqué que le poste d'attrapeur allait être donné très rapidement à Louis qui jouait très bien mais qui était aussi le cousin préféré de Lucy. Ils étaient comme frère et sœur. Même si c'était normal que le poste soit pour lui car il était le meilleur, les habitants du château ne pourraient s'empêcher de faire des remarques sur cette décision. Mais pour le moment aucun des postes n'étaient pris. Les anciens seraient difficiles à remplacer. Alienor étaient une joueuse hors-pair et surtout elle était la petite amie de Fred. Le rouquin ne voulait pas voir quelqu'un d'autre quelle dans le poste. Il aurait du mal au début. Voir quelqu'un jouer à la place de la personne qu'on aime mais qu'on ne peut plus voir allait être très difficile pour lui. Mais il s'y ferait avec le temps. Des joueurs et joueuses de son niveau, il n'y en avait pas beaucoup. Elle était joueuse pro. Il y aurait peu être Sarah quand elle serait plus vieille. Elle avait un énorme potentiel mais était bloquée par son stress. Elle prendrait de l'assurance avec l'age et Fred était persuader qu'elle ferait une super joueuse professionnelle même si pour l'instant il n'avait pas réussi à lui parler de cela pendant très longtemps. Elle ne semblait pas très bien le prendre lorsqu'il la poussait un peu à choisir cette voie là plus tard dans sa vie. Win, son poste était toujours libre et aucune personne ne semblait commençait à plaire à Lucy. Fred savait très bien pourquoi. Lucy ne voyait que des défauts dans les prétendants au poste. Elle voulait que le poste reste celui de Win, celui de celui qu'elle aimait. C'était si bête qu'il ne soit plus à Poudlard. Ils auraient pu être heureux à deux. Mais elle le reverrait. Il y avait Pré-au-Lard, Londres. Elle aurait peut-être une autorisation de sortie pour les vacances, chose que Fred n'aurait jamais... Il était un peu mélancolique. Il avait envie de voyager. Il savait pourtant qu'il ne pourrait pas. Il était dans les papiers des mangemorts comme personne dont ils devaient faire attention. Il était clairement résistant et ça il était sûr et certain que même le lord en était au courant.

 « Oh tu sais la routine, les cours, devoir, manger, dodo. Avoir une vie aussi monotone en est presque inquiétante. Heureusement que les week-ends mettent un peu plus de piment dans ma vie. Pour ce qui est du Quidditch, ma priorité est de trouver des remplaçants à ceux qui sont partis mais c'est loin d'être facile. Ils étaient tellement d'excellents joueurs ! » Déjà, elle cherchait des remplaçants et pour tous le monde semblait-il... Fred était en train de former une remplaçante à Win. Il ne lui en avait pas encore parlé. Il ne voulait pas qu'elle se présente avant d'avoir le niveau qu'il fallait pour plaire à Lucy. Un niveau qui ne serait pas loin de celui de Win alors qu'elle serait plus jeune. C'était leur secret à lui et Narandja. La sixième année et capitaine de l'équipe de quidditch ne le savait pas et c'était tant mieux. Nara, celle que Fred entrainait n'était pas encore prête pour intégrer l'équipe mais elle allait l'être, ce n'était plus qu'une question de semaines. Fred pensa de nouveau à Alienor, oui, elle était une excellente joueuse mais ce n'était pas pour ça qu'elle lui manquait le plus, de même que Win. Sa petite amie et son meilleur ami, il savait qu'ils devaient être remplacé dans l'équipe mais il ne lui manquerait pas plus pour autant.

"Parce qu'est ce que tu fais de si intéressant le week-end ? Tu as des rendez-vous galants ?" Pourquoi pas ?, pensa le rouquin, après tout elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait. Et si il s'était trompé pour elle et Win ? Si il n'y avait rien eu du tout entre eux ? Ce n'était pas très grave de toute façon, il aurait des renseignements sur autre chose. Il aimait connaître la vie des personnes qui l'entourait, c'était important pour lui de toujours savoir comment ils allaient, comment ils se sentaient, si ils étaient heureux.

« Au faite comment va Ali ? Elle nous manque tellement, je devrais lui écrire une lettre. J'y pense souvent mais j'ai jamais le temps où quand je me retrouve devant du papier, je ne sais plus quoi écrire. » Un air un peu triste passa en vitesse sur le visage du septième année. Il n'aimait pas parlé d'Alienor. Elle lui manquait beaucoup trop. Ils s'étaient à moitié séparé à la fin de l'année et il avait toujours peur qu'elle se trouve un nouveau petit ami dans la capitale. Parce qu'après tout même si ils s'envoyaient des je t'aime et des tu me manques dans les lettres qu'ils s'écrivaient, ils n'étaient plus officiellement en couple. C'était leur décision de fin d'année. Une décision que Fred ne cessait de regretter. Fred lui savait toujours quoi lui écrire lorsqu'il était devant son parchemin. Il lui écrivait des pages entières sur lui, elle, sa famille, le château, le quidditch. Tous les sujets possibles et imaginables y passaient. Ce qu'il aimait le plus c'était quand il voyait le hibou de la joueuse de quidditch qui rentrait dans la grande salle au petit déjeuner le matin. Il savait qu'il aurait une belle lettre de son amie. "Elle va bien. Elle adore ses entrainements. Elle m'a dit qu'elle était encore remplaçante mais qu'elle allait peut-être bientôt passer titulaire. On va essayer de se voir mais ça va pas être très évident avec mes interdictions de sortie." C'était ce qu'il détestait le plus dans le règlement débile de Poudlard. Il n'aurait jamais le droit de quitter le château pour Pré-au-Lard. Il pourrait jamais réussir à voir Alienor sauf si il trouvait un moyen et ça n'allait pas être facile. Il ajouta aussi "Elle m'a dit que Londres était très bien à visiter. On lui manque aussi. Elle dit qu'elle aurait bien passé encore une année à Poudlard pour pouvoir être avec nous." Il allait ajouter "Et elle a vu Win dernièrement" mais ce retint au dernier moment. Il ne voulait pas que sa cousine croit qu'il voulait encore lui parler de Win. Mais Lucy semblait sur le point de dire quelque chose. Fred le voyait à sa tête. Il voyait aussi qu'elle semblait un peu indéterminée à poser sa question. « Et tu as des nouvelles de Win aussi ? » Fred sourit. Il le savait ! Il regarda sa cousine droit dans les yeux. Elle voulait cacher le fait qu'elle voulait vraiment savoir mais elle n'y arrivait pas très bien. Fred la connaissait trop pour qu'elle réussisse à lui cacher réellement les sentiments qu'elle avait. C'était comme ça avec la plupart de sa famille mais surtout pour ceux qui étaient chez les poufsouffles. Ils se voyaient tout le temps, comment pouvait-elle croire qu'il n'avait rien remarqué et ne remarquerait rien dans le ton de sa voix. Il lui répondit "Je savais que tu me poserais la question." Un large sourire éclatait sur son visage. Il allait avoir les réponses tant espérées, enfin il l'espérait. Lucy pouvait très bien réussir une fois de plus à noyer le poisson comme elle le faisait si souvent.

Fred repensa à son meilleur ami. C'est vrai qu'il n'avait pas beaucoup de nouvelles de lui. Il ne devait pas en avoir beaucoup plus que Lucy en avait. Alienor lui en avait parlé rapidement au cours d'une lettre mais Fred n'avait pas encore pris le temps de lui en écrire une. Il savait pourtant qu'il aurait beaucoup de choses à lui raconter ou à lui demander. C'était son meilleur ami, il trouvait toujours un sujet de conversation lorsqu'il était avec lui. Il en trouverait donc un dont il pourrait parler dans sa lettre. Fred décida alors qu'il lui écrirait dès qu'il quitterait l'infirmerie. Il était grand temps qu'il prenne des nouvelles de son ami. Il répondit alors à sa cousine "En fait, je n'ai pas beaucoup de nouvelles de lui. Je n'ai pas encore pris le temps de lui écrire une lettre. Mais Alie l'a rencontré un jour à Pré-au-Lard et elle m'a dit qu'il allait bien." Fred vit alors dans ses pensées le visage souriant de son ami lorsqu'ils bavardaient dans leur dortoir avant de s'endormir. Il vit ensuite son regard un peu angoissé lorsqu'il cherchait en vain une paire de chaussettes qui avait mystérieusement disparue. Cette disparition n'était alors pas vraiment inconnue pour Fred qui lui prenait et faisait ensuite semblant de les retrouver au bout d'un long moment. Il adorait voir le visage paniqué de son ami voulant à tout prix retrouver les chaussettes manquantes. Et puis il vit un dernier visage, celui qu'il n'avait vu qu'une fois. Un visage rouge comme une tomate, pour celui là le rouquin était sûr que Lucy y était pour quelque chose. Il avait entendu leur voix en bas juste avant que son camarade ne monte précipitamment et un peu paniqué et surtout avec une tête comme une pivoine. Fred dit alors à sa cousine "Je vais bientôt lui écrire une lettre, mais tu devrais faire de même, je suis sûr que ça lui ferait plaisir..." Il pensa ensuite que Lucy avait peut-être un peu peur de lui écrire comme Win avait peur de le faire en retour. Il parlerait de tout ça dans sa prochaine lettre à Alienor. Il était temps qu'ils fassent quelque chose pour les deux amoureux...


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Lun 19 Mar - 9:37


« Elle va bien. Elle adore ses entraînements. Elle m'a dit qu'elle était encore remplaçante mais qu'elle allait peut-être bientôt passer titulaire. On va essayer de se voir mais ça va pas être très évident avec mes interdictions de sortie. » Lucy était heureuse de l'apprendre, elle trouvait que Fred et Alienor formaient un très joli couple. Fred était vraiment heureux avec elle, c'est ce qu'en tout cas Lucy lisait sur son visage et avoir Alienor dans la famille ça serait top quand même. Non mais c'est vrai Lucy serait très heureuse de compter Alienor comme sa cousine mais il ne fallait pas non plus précipiter trop les choses. Surtout que bon, ils subissaient un lourd problème cette année : la distance. Bien sûr ils n'étaient pas obligés de se séparer, Lucy ne le souhaitait pas mais ça venait à bout de nombreux couples. « Elle m'a dit que Londres était très bien à visiter. On lui manque aussi. Elle dit qu'elle aurait bien passé encore une année à Poudlard pour pouvoir être avec nous. » C'est vrai que ça aurait été génial mais maintenant elle jouait professionnellement au Quidditch, elle construisait sa carrière et Lucy ne doutait pas que la demoiselle devienne l'une des meilleures joueuses d'Angleterre. Elle était incroyable, bluffante sur un balai. Lucy avait toujours admiré Ali en Quidditch et ça avait un honneur et un réel plaisir de jouer et de gagner à ses côtés.

Lucy vit le sourire sur le visage de Fred lorsqu'elle avait évoqué le meilleur ami de son cousin, Winthrop Dawning. Et voilà pourquoi elle était réticente à évoquer le sujet parce que Fred allait en profiter pour faire ses petits commentaires, elle craignait vraiment le pire. « Je savais que tu me poserais la question. » Quoi ? Lucy ne comprenait pas. Comment ça c'était aussi évident ? Elle aurait pu demander des nouvelles de n'importe qui. Franchement c'était loin d'être une évidence pour la jeune femme. Alors pourquoi cela en serait une pour son cousin ? Il ne la connaissait pas mieux qu'elle, quand même. Elle n'aimait pas cette réflexion, ça non. Ça ne présageait rien de bon pour la suite et elle ne pourrait même pas fuir car bloquée avec lui à l'infirmerie. De toute façon elle n'aurait même pas la force de fuir son lit plutôt douillé. Fred avait l'air pensif, réfléchissait-il à ce qu'il allait lui confier ? Ou peut-être c'était autre chose, elle était bien curieuse. Elle avait confiance en Fred alors elle devrait plutôt se contenter d'attendre qu'il lui donne une réponse. Réponse qui lui donna enfin : « En fait, je n'ai pas beaucoup de nouvelles de lui. Je n'ai pas encore pris le temps de lui écrire une lettre. Mais Alie l'a rencontré un jour à Pré-au-Lard et elle m'a dit qu'il allait bien. » Ah bien il ne servait pas à grand chose pour le coup sérieusement. Il était son meilleur ami, normalement c'est lui qui devrait avoir le plus d'informations. Franchement il était un très mauvais meilleur ami pour le coup et en plus Lucy était légèrement dégoûtée mais juste légèrement (ironique). « Je vais bientôt lui écrire une lettre, mais tu devrais faire de même, je suis sûr que ça lui ferait plaisir... » Lucy en doutait surtout que pour lui dire quoi ? Si c'était des banalités, ça ne servait pas à grand chose. Certes elle aurait de ses nouvelles mais elle ne saurait pas ce qu'elle voulait vraiment entendre de lui. C'est-à-dire ce que signifiait ce baiser surtout que ce dernier était venu contrecarré tous ses plans pour l'avenir. Il n'avait pas le droit de foutre le bordel dans sa vie et puis ne plus lui donner signes de vie. Non, ce n'était vraiment pas une très bonne idée de lui envoyer une lettre parce qu'elle se connaissait et qu'elle ne lui poserait jamais la question dans sa lettre, en tout cas pas pour le moment. Et puis pourquoi ne lui avait-il pas envoyé une lettre lui ? Jusqu'à preuve du contraire c'était lui qui avait provoqué le baiser. Pff, c'était la mouise c'est tout. C'était déjà assez compliqué donc Fred n'avait pas besoin de venir remuer tout ça. « Je crois pas que ça soit une très bonne idée au contraire. » Au moins c'était dit. Lucy cherchait les bons moments pour renchérir sans en dire trop à Fred. Ce n'est pas qu'elle n'avait pas confiance en lui mais bon elle préférait garder cela pour elle, avec Louis bien sûr mais Louis c'était différent. Elle ne voulait pas faire de distinctions entre ses cousins et ses cousines mais elle avait un lien plus fort avec Louis qu'avec les autres. C'était ainsi on avait toujours ses préférés dans la vie mais Lucy adorait Fred aussi, énormément même. Mais le problème c'est que Fred était le meilleur ami de Win, il n'était pas objectif ni impartial – et ben non il est résistant – alors ça compliquait les choses. « Non mais parce que tu vois je pense que s'il voulait de mes nouvelles spécifiquement, il m'aurait déjà envoyée une lettre. » C'était une excuse bidon, on était tous d'accord mais Lucy faisait avec ce qu'elle avait, à savoir pas grand chose. Et elle s'en voulait de ne pas avoir de quoi répliquer correctement. « En plus avec effervescence de sa nouvelle vie, il ne doit plus penser à une ancienne camarade de l'équipe de Quidditch. Tu sais plus on grandit, plus on change. » Ça lui faisait mal de le dire mais c'était sa meilleure défense. De plus ça lui faisait du bien d'un côté parce que c'était la meilleure explication qui lui venait pour expliquer le fait que Win ne lui ait toujours pas envoyé de lettre. Ou ne serait-ce d'essayer d'entrer en contact avec elle. La vie était nulle.

Lucy ferma les yeux dix secondes histoire d'éloigner un début de migraine qui se faisait sentir. Décidément elle n'était pas totalement remise. Elle était persuadée que son séjour à l'infirmerie allait encore se prolonger connaissant en plus l'instinct protecteur de Victoire. Alors que bon une migraine, un cachet et on est reparti. Elle était une jeune femme occupée, elle était constamment sollicitée. C'était légèrement exagéré mais elle n'avait pas envie de moisir entre ces murs. Enfin elle tenta de détourner la conversation pour que Fred parle d'autres choses. « Enfin bon tu n'as pas vraiment l'air d'en savoir plus alors je propose qu'on change de sujet puisque je ne vois pas ce que l'on pourrait ajouter d'autres ? Tu as autres choses à me dire concernant Win, oui ou non, sans tourner autour du pot ? Parce que tu vois moi, je n'ai rien à cacher. » C'était culotté sa manière de faire mais elle jouait quitte ou double. Soit Fred lâchait l'affaire devant l'assurance et la nonchalance montrée par la demoiselle Weasley soit il sautait sur l'occasion et lui posait les questions qu'elle n'avait pas forcément envie d'entendre. Elle verrait bien mais au moins ils arrêteraient avec les allusions et les phrases à double-sens. Il fallait stopper tous ses petits jeux parce que c'était malsain. Non mais c'est vrai, à force de tourner en rond, c'est comme ça qu'on avait des migraines et qu'on finissait à l'infirmerie. Bref ça n'attirait que des soucis.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Sam 16 Juin - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Dim 15 Avr - 9:34


Fred était content de savoir que sa cousine aimait vraiment sa petite amie. D'ailleurs le contraire était réciproque. Il pensait que lorsqu'ils seraient tous plus grand ils pourraient faire des sorties tous ensemble. Ce ne serait pas comme Fleur vis à vis de tous les autres Weasley. Au moins, Alienor serait tout de suite bien intégrée dans sa famille ou elle ferait tout pour se faire intégrer et elle y arriverait très certainement sauf auprès de Roxanne mais elle était un cas à part. Fred pensait qu'elle allait certainement réussir à venir les voir à un entrainement. Elle lui en avait parlé plusieurs fois dans ses lettres et elle lui avait dit qu'elle allait demander la permission à Ambroise. Vu son niveau et qu'ils s'entendaient bien, il allait certainement la lui donner. Comme ça, elle pourrait leur donner des conseils, enfin surtout aux poursuiveurs, mais elle devait bien entendre les conseils que son entraineur donnait aux autres membres de l'équipe. Grâce à elle, ils allaient devenir bien meilleurs. Après tout même si elle ne pouvait pas réellement les aider elle pourrait toujours donner pleins d'idées d'entrainements différents à Lucy. Et puis, elle allait aussi venir pour un match un peu plus tard dans la saison. Ils pourraient toujours tous la voir là, même si elle ne serait pas forcement titulaire. Fred aurait bien aimé la voir jouer mais ce ne serait pas forcement pour cette fois là. C'est pas grave, il attendrait. Il savait qu'il la verrait porter un jour le maillot des chimères ou même celui de l'équipe nationale donc il patientait.

Lorsqu'il évoqua le fait qu'il savait déjà qu'elle lui poserait des questions sur son meilleur ami, Lucy sembla un peu énervée. C'est vrai que Fred n'en était pas vraiment sûr avant de parler d'Alienor mais c'était tellement évident qu'elle voudrait entendre de ses nouvelles. Fred avait même l'impression que si elle avait pu, elle serait partie. Cela le conforta dans son idée de base. Elle l'aimait et évitait donc le sujet. Elle était pourtant plus maligne que ça d'habitude. Il aurait suffit qu'elle lui raconte un beau mensonge et il l'aurait peut-être cru mais après sa réaction, c'était trop tard pour retourner son idée. Il était sûr de lui et Alienor pensait la même chose. Il ne manquait plus que l'avis de Lucy et Win sur la question. Mais ils ne semblaient pas vraiment prêts à en parler. Mais il pouvait toujours tenter. Le problème c'est qu'il n'avait pas eu de nouvelles de Win depuis presque une demi-année. S'il ne lui parlait déjà pas, pourquoi parlerait-il à Lucy ? Mais Fred était décidé à lui envoyer une lettre pour la nouvelle année. Ça lui ferait certainement plaisir et ça serait une bonne résolution de début d'année. Enfin, pouvait-on parler de résolution lorsque l'on écrivait à son meilleur ami ? Une chose rassurait Fred, il ne lui avait pas écrit non plus et il ne se mettrait donc pas en colère sur le fait qu'il l'ai oublié parce qu'il avait fait la même chose. Mais il voyait que sa cousine lui en voulait beaucoup plus que son meilleur ami de ne pas avoir demandé de ses nouvelles. Elle aurait bien aimé en avoir, pensa le rouquin. C'est vrai que ce n'était pas digne d'un meilleur ami, mais Fred était comme ça.

Lucy ne sembla pas aimer l'idée d'écrire à Win. Elle ne sait peut-être pas quoi lui dire, se dit le Weasley. Ou bien leur situation n'est peut-être pas très claire. C'était plutôt cette idée qu'avait Fred. A la fin de l'année précédente, il était sûre qu'il s'était passé quelque chose entre eux mais malgré leurs rougissements et choses bizarres l'un en présence de l'autre, il n'avait rien vu d'autre. Ils ne s'étaient pas réellement rapprochés. Lucy avait donc peut-être peur de la réaction de Win.  « Je crois pas que ça soit une très bonne idée au contraire. » Mais si s'en était une. C'était évident. La raison pour laquelle Win ne lui avait pas écrit devait être la même que celle pour laquelle elle ne lui avait pas écrit. Ils avaient tous les deux peur de se jeter à l'eau et de s'envoyer une lettre. Ce n'était pourtant pas compliqué. Même s'en parler d'eux deux, elle pouvait lui dire des nouvelles du château, de l'équipe de Quidditch, de plein de choses. Fred trouvait toujours des sujets de conversations avec Alienor, sa cousine trouverait elle aussi. Lucy pourrait tout de même lui faire confiance sur ce coup là. Win était son meilleur ami. Il connaissait presque tout de lui. Il savait lorsque quelque chose de bizarre lui arrivait et il avait bien remarqué qu'il n'était pas vraiment dans son état normal le soir même où Fred avait fait une blague à sa cousine en lui subtilisant des affaires. Fred se demandait si Louis était au courant. Certainement, Fred pourrait toujours aller lui tirer les vers du nez si Lucy ne se montrait pas trop coopérative. Et puis, il avait encore du temps pour être mis au courant. Une demie année, ça lui suffirait largement.

 « Non mais parce que tu vois je pense que s'il voulait de mes nouvelles spécifiquement, il m'aurait déjà envoyée une lettre. » Non ! Fred aurait pensé que sa cousine était tout de même un peu plus logique que ça. Win n'écrivait pas à son meilleur ami, comment aurait-il le temps de lui écrire. Et puis même, il n'aurait pas le courage. C'était à elle de prendre l'initiative, c'était elle la fille. C'était Alienor qui avait pris l'initiative avec lui. Et puis, les mecs n'aimaient pas trop écrire des lettres. Win devait déjà être un peu perdu dans cette histoire là, autant que Lucy en fait alors comment pourrait-il avoir l'idée de lui écrire sans personne pour la lui donner. « En plus avec effervescence de sa nouvelle vie, il ne doit plus penser à une ancienne camarade de l'équipe de Quidditch. Tu sais plus on grandit, plus on change. » Fred ne savait pas quoi dire. Elle semblait vraiment déçue de ne pas avoir reçu de lettre de la part de Win. Il ne savait pas vraiment comment réagir. Elle disait ça pour se défendre mais ça ne faisait que mettre en avant qu'elle avait vraiment envie de revoir l'ancien batteur. Fred n'était pas très doué pour les choses de ce genre. Il tenta tout de même un petit "Tu sais, il n'a pas non plus le temps de m'écrire mais je suis sûr qu'il n'a pas changé, Alie me l'aurait dit." Il tentait de remonter le moral de sa jeune cousine qui semblait un peu sombrer et Fred ne voulait pas qu'elle soit triste. Il voulait la voir joyeuse comme elle l'était toujours. "Et puis tu n'étais pas n'importe quelle camarade de quidditch..." Fred lui fit un petit sourire. Il était temps qu'il enfonce un tout petit peu plus le clou. "Et j'aurais envie de dire, donc je le dis... tu dis qu'il ne t'as pas écrit et tu en sembles déçue mais tu as fait la même chose." Il voulait juste qu'elle lui écrive, qu'ils parlent. Il était sûr qu'ils pourraient mettre tout cela au clair. Mais ce n'était pas à lui de les forcer. Il ne faisait que de donner des conseils à sa cousine protégée même si ça pouvait paraitre un peu direct et énervant pour la jeune fille comme remarques. Il était sûr qu'elle serait mieux après avoir écrit à Win mais il ne pouvait pas la forcer à le faire. C'était donc pour son bien.

Fred vit sa cousine fermer les yeux. Était-elle énervée ? Elle avait peut-être tout simplement un peu mal à la tête. Sa migraine semblait être partie mais sa cousine était peut-être encore malade. Elle semblait avoir été touchée plus que lui par la maladie qu'ils avaient eu. « Enfin bon tu n'as pas vraiment l'air d'en savoir plus alors je propose qu'on change de sujet puisque je ne vois pas ce que l'on pourrait ajouter d'autres ? Tu as autres choses à me dire concernant Win, oui ou non, sans tourner autour du pot ? Parce que tu vois moi, je n'ai rien à cacher. » Fred dût admettre qu'elle avait raison. Il ne savait pas grand chose sur Win. Mais bon, il savait quand même des choses importantes sur lui. Il ne savait plus trop quoi répondre concernant leur sujet de conversation mais il n'avait pas vraiment d'autres idées de discussion tandis que sa cousine tentait d'en changer. Fred se demandait s'il devait lâcher l'affaire ou poser quelques questions parce que sa cousine lui cachait des choses. C'était un beau dilemme, heureusement, il n'engageait pas sa vie... En même temps, il pouvait tout de même tenter un dernier petit truc un peu plus direct. "Je sais juste une dernière chose. Je sais que Win était amoureux de quelqu'un l'an dernier. Je le connais pour l'avoir vu." Il se tut. Il voulait tester un peu sa cousine juste pour voir. Oui, il se rendait compte que ce n'était pas très sympathique ce qu'il faisait à sa cousine mais elle se rendrait compte que c'était pour son bien. Comment pouvait-elle être heureux en ne sachant pas la vérité. "Et tu sais quel soir c'était. C'était celui où je t'avais piqué tous tes vêtements. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce soir là, mais ça l'a changé pour le reste de l'année..." Il ne lui avait pas dit directement mais il savait que Lucy comprendrait. Il espérait que ça l'aiderait à la décidée à lui écrire.

Fred fit regarda dans l'infirmerie. Il n'y avait vraiment rien à faire dans cette pièce là. Qu'est ce que le rouquin pouvait détester être malade. Son seul réconfort était qu'il manquait les cours et en plus il n'aurait pas à les reprendre parce qu'il les avait déjà fait l'année précédente. Fred ne savait plus trop quoi dire à sa cousine. Il avait posé les questions qu'il voulait maintenant il voulait la laisser un peu tranquille. Ça ne l'aiderait pas à guérir toutes les remarques qu'il pouvait lui faire. "Sinon, est-ce que tu en sais plus que moi sur la rupture entre Louis et Louise. Ils ne me disent rien." C'était une grande question. Fred n'avait toujours pas compris pourquoi celle qu'il considérait comme sa petite sœur avait brisé ainsi le cœur de son cousin avec qui elle s'entendait si bien. Et pire encore, elle semblait aussi triste que Louis alors que c'était elle qui avait pris la décision de rompre. "Parce que j'aimerais faire quelque chose pour eux deux. Ils allaient si bien ensemble. En plus, je ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Louise ne m'en a jamais parlé et je n'ai pas osé aborder la conversation, elle semblait si attristée." Fred n'espérait qu'une chose, que son cousin en ait parlé à sa cousine. Si il lui en avait parlé, il pourrait au moins comprendre et peut-être être plus utile dans le fait de le séparer d'Emrys. Emrys. Le rouquin devait tout faire pour éloigner son cousin d'elle. Elle était malsaine. Mais de cette mission qu'il s'était donnée, Lucy n'était pas au courant. Il fallait qu'il arrête de la voir le plus vite possible. C'était pour son bien. Et puis, il était à Louise. Ils étaient fait l'un pour l'autre. Il était avec elle tellement heureux et parfait. "Parce que c'est évident qu'elle l'aime encore. Je connais très bien Louise et je vois bien qu'il y a un truc de louche dans cette rupture." Fred ne pouvait s'empêcher de faire le bien autour de lui même s'il n'employait pas toujours les bonnes méthodes. Il y avait d'abord eu Lucy maintenant il voulait aider son cousin. Mais il ne savait pas si Lucy allait accepter d'engager cette conversation avec lui. Après tout, il se mêlait un peu d'affaires qui ne le regardaient pas. Mais bon, si elle ne voulait pas discuter de Louis et son ex petite-amie avec lui, sa cousine n'aurait qu'à trouver un autre sujet de conversation. Entre cousins, ils en trouvaient toujours.


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Lun 30 Avr - 11:32


« Je sais juste une dernière chose. Je sais que Win était amoureux de quelqu'un l'an dernier. Je le connais pour l'avoir vu. » Super comment devait-elle interprétait ça ? Ça se trouve c'était une fille dont elle ne soupçonnait même pas l'existence parce qu'elle l'aurait vu s'il avait été proche d'une fille dans ce sens-là. Mais rien ne lui disait non plus que c'était elle, il voulait qu'elle se tracasse encore plus ? Pensait-il qu'elle ne souffrait déjà pas assez ? Elle voulait juste penser à autre chose et malheureusement Fred ne l'aidait pas beaucoup en ce moment, il poussait encore et toujours. A croire qu'il avait pris comme mission personnelle de les mettre ensemble. Ne pouvait-il pas s'occuper de ses petits histoires au lieu des siennes ? Ce n'était pas trop demandé tout de même. « Et tu sais quel soir c'était. C'était celui où je t'avais piqué tous tes vêtements. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce soir là, mais ça l'a changé pour le reste de l'année... » Comment ne peut pas être troublée avec une telle information ? Elle était avec Win ce soir-là, c'était le même soir où il l'avait embrassé, ça voulait dire quelque chose alors ? Mais après tout ce n'était que les paroles de Fred, pouvait-on leur donner une valeur de vérité ? Seul Win pouvait la lui donner, cette valeur. Et puis elle ne pouvait s'empêcher d'être dubitative tellement Fred n'était pas objectif dans l'histoire. Elle ne pouvait s'empêcher de penser que Fred lui disait tout ça parce qu'il trouverait cool que son meilleur ami et sa cousine soient ensemble, c'est tout. Non il ne fallait définitivement pas qu'elle commence à se faire des films. Son cœur ne pourrait pas survivre deux fois à être brisé. Ça non, Ewen avait déjà fait assez de dégâts.

Le silence commençait à lui peser, elle voulait qu'il parle, qu'il change de sujet parce que pendant le silence elle ne faisait que penser à Win et qu'elle ne voulait plus penser à lui, en tout cas pas ce soir. En plus elle était déjà malade, elle avait atteint son quota de souffrance pour la soirée. Et puis zut, quand elle voulait arrêter de parler du jeune, elle voulait juste arrêter, avait-elle besoin de raisons ? NON. N'avait-elle pas le droit à ce plaisir ? Bien sûr que si alors Fred pouvait faire un effort tout de même. « Sinon, est-ce que tu en sais plus que moi sur la rupture entre Louis et Louise. Ils ne me disent rien. » Lucy fronça les yeux. Elle n'aimait pas tellement le changement de conversations parce qu'il l'interrogeait sur la rupture de deux personnes qu'elle adorait et dont elle partageait pas mal de secrets. Il y avait Louise l'une de ses meilleures amies depuis sa tendre enfance qui évitait d'ailleurs le sujet jusqu'à présent. Et puis il y avait Louis, son inséparables, son cousin-jumeau qui s'était bien sûr confié à elle sur cette rupture mais il était hors de question qu'elle partage ses confidences... Même à Fred. Certes Fred était de la famille et il ne divulguerait pas les informations qu'elle pourrait lui confier mais tout de même. Louis n'avait pas précisé si les détails de sa rupture étaient confidentiels mais il souffrait tellement et Lucy avait bien senti qu'il lui en avait parlé parce qu'il avait confiance en elle, qu'il aimait, qu'il tenait à elle comme elle tenait à lui. Tous ses éléments faisaient que Louis et Lucy avaient toujours été très soudés depuis qu'ils étaient nés. C'était eux contre le reste du monde et si elle ne devait garder qu'une personne auprès d'elle ça serait Louis... ex æquo avec Molly parce que c'était sa petite sœur et qu'elle ne pourrait jamais l'abandonner. Mais il fallait espérer qu'une telle situation ne se produise jamais car il y avait tellement de personnes qu'elle aimait. Néanmoins pour en revenir à ce point, Louis et Lucy avaient toujours été plus proches. On ne savait pas trop pourquoi, sûrement parce qu'ils se ressemblaient beaucoup et que surtout ils se complétaient et il est vrai qu'ils avaient été amenés à se fréquenter beaucoup, ça aidait pour s'aimer. Leurs mères, Audrey et Fleur avaient très vite sympathisé. Entre « exclues » de la famille on se sert les coudes. Enfin bref Louis et Lucy avaient grandi, c'était fait ensemble, avaient fait leurs meilleures bêtises ensemble et avaient toujours été là l'un pour l'autre. Personne ne pouvait s'interposer entre eux, ni une fille, ni un garçon. RIEN. NADA. « Parce que j'aimerais faire quelque chose pour eux deux. Ils allaient si bien ensemble. En plus, je ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Louise ne m'en a jamais parlé et je n'ai pas osé aborder la conversation, elle semblait si attristée. » Lucy était d'accord, à ses yeux Louise et Louis étaient fait pour être ensemble et elle n'avait pas non plus osée en parler avec Louise. Enfin il faut dire que dès qu'elle évoquait le prénom de Louis, son amie changeait de sujet ou faisait comme si elle n'entendait pas ce qui perturbait au plus haut point la demoiselle Weasley. Elle n'aimait pas ça. Voir Louis souffrir tellement et ne pas savoir ce qu'en pensait réellement Louise mais il était clair qu'elle devait souffrir elle aussi puisqu'elle ne voulait pas en parler. Et puis Louise était une gentille fille, voir quelqu'un souffrir à cause d'elle ne pouvait pas la laisser indifférente. Peut-être qu'elle n'aimait plus Louis, bien que ça soit impossible pour Lucy, mais ils ne pouvaient rester dans une telle situation. « Parce que c'est évident qu'elle l'aime encore. Je connais très bien Louise et je vois bien qu'il y a un truc de louche dans cette rupture. » Mouais c'est ce que ça laissait croire mais elle le répétait elle ne voulait pas divulguer ce qu'elle savait et donc ce que Louis lui avait raconté.

Lucy chercha donc le meilleur moyen pour dire à Fred d'aller se faire voir mais toute en douceur. « Fred, écoute... » Lucy s'arrêta ne sachant pas quoi ajouter par la suite. Oh et puis zut, il fallait mieux qu'elle le dise comme ça lui venait au moins ça serait naturel et puis Fred la connaissait, elle était franche. « Je sais que tu nous aimes et que donc tu veux tout faire pour qu'on soit heureux mais arrêter de te mêler de nos vies sentimentales et surtout privées. » Elle avait un peu trop appuyé sur le mot « privées » et elle n'avait pas prévu cela, elle avait peur que ça puisse irriter Fred mais tant pis, il fallait mieux qu'il l'entende de sa voix que par quelqu'un d'autres. « Ça me chagrine autant que toi qu'ils aient rompu mais on a pas à intervenir ou forcer les choses. Je ne pense pas que Louis apprécierait le fait que tu t’émisses dans sa vie amoureuse avec Louise tout comme moi je n'aime pas quand tu t'émisses dans la mienne. » Nouvelle pause, histoire tout de même de ne pas s'emballer, elle ne voulait pas dire de sottises qu'elle regretterait par la suite. « Louis est un grand garçon, quelqu'un d'intelligent et il est capable de se débrouiller tout seul alors laisse-le faire. Et puis ça ne concerne que Louise et lui qu'on le veuille ou non. Et si tu veux des détails, va les lui demander directement. » Voilà chapitre : les désastreuses aventures amoureuses de Louis Weasley était bouclé. AU SUIVANT.

Lucy attrapa d'autres sucreries qu'elle fourra directement dans sa bouche. Les bonbons c'est comme s'ils étaient irrévocablement attirés par sa bouche. Il y avait une alchimie entre eux et ça depuis l'enfance, c'était beau une histoire qui durait depuis si longtemps. « Bon puisqu'on a évoqué les problèmes amoureux de chacun dans tous les sens possibles, il me semble judicieux de parler de quelque chose un peu plus léger si tu veux bien. » Elle adressa un petit sourire à son cousin avant d'attraper un nouveau bonbon. La demoiselle Weasley était gourmande et elle ne pouvait en aucun cas changer. De toute façon elle ne pouvait s'arrêter de manger. 'A ce niveau-là c'était instinctif. « J'ai entendu dire que t'en avais encore fait des belles avec Juyne en potions. Tu sais il faudrait vraiment que tu te mettes au boulot à un moment où un autre si tu veux quitter Poudlard un jour. En plus les potions c'est cool franchement. » Les potions étaient le cours préféré de la demoiselle sans aucune hésitation. Faut dire aussi qu'elle soit un peu la chouchoute du professeur ça aide aussi pas mal à apprécier la matière mais Lucy avait toujours adoré les potions. Elle avait toujours excellé dans cette matière et elle voulait avoir un métier qui est un minimum de rapport avec les potions. Cependant plus tard elle voulait devenir Auror. Elle ne savait pas trop pourquoi mais un matin elle s'était réveillée et c'était devenu limpide pour elle : elle serait Auror sinon rien. Elle se sentait faite pour ça et elle était prête à se battre pour atteindre ce poste car elle avait bien conscience qu'avec son nom, ça allait être difficile mais qu'importe elle pouvait être butée quand elle le voulait.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Lun 25 Juin - 11:14


Fred avait mis un sujet de conversation que sa cousine n'aimait vraiment pas sur le tapis. A savoir Win. Il était sûr qu'il était amoureux de Lucy et que le contraire était vrai également. Mais, ce n'était pas vraiment l'avis de la jeune fille qui faisait tout pour qu'il évite de parler de ça. Il tenta tout de même de lui faire comprendre qu'il était amoureux de quelqu'un. Mais bon, ce n'était pas forcement de sa cousine même si ça semblait évident à tout le château.

Mais la fille de Percy Weasley ne semblait pas vraiment comprendre, enfin au début, lorsqu'il dit que c'était le soir où il lui avait fait un blague, il vit bien qu'elle avait un peu réagit. Néanmoins, elle ne semblait pas vraiment ravie de voir que la conversation tournant autour du meilleur ami du rouquin s'éternisait. Il avait seulement dit ça pour qu'elle comprenne vraiment que Win l'aimait. Mais bon, ce n'était que sa parole et non celle de son ami. Peut-être qu'elle ne le croyait pas vraiment. N'empêche, son meilleur ami et sa cousine ensemble, ça ne serait pas super ? Pour Fred ça l'était, mais ce n'avait pas l'air d'être au goût de sa cousine préférée, enfin, de celle dont il était le plus proche.

Il y avait un long silence entre eux. Fred voyait bien qu'il devait changer de sujet de discussion. Lucy en avait marre. Mais il avait juste tenté de lui redonner un peu d'espoir, enfin, à la fin seulement, lorsqu'il lui avait dit que Win était tombé amoureux d'une fille. Avant ça avait surtout était de la curiosité. Le deuxième sujet, c'était la rupture Louis, Louise. Fred ne comprenait pas ce qui avait pu se passer entre eux. Ils étaient si bien ensemble. Mais bon, c'était aussi la vie. Fred aussi avait eu des histoires qui s'étaient terminées rapidement. Il n'avait pas toujours dit les raisons de ses séparations non plus. Avec Loubelle, il ne voyait pas comment il aurait pu la dire. Il ne pouvait pas faire ça à celle qui avait été sa petite amie pendant un peu de temps. Comment aurait-il pu dire à tout le château qu'ils s'étaient séparés parce que la jeune fille était amoureuse de son meilleur ami ?

Il demandait donc à sa cousine si elle en savait plus que lui sur les raisons qui avait poussé Louise à plaquer son cousin. C'était l'une des rares choses sur lesquelles celle qu'il considérait comme sa petite sœur ne s'était pas confiée. Mais le sujet ne semblait pas non plus lui convenir vraiment. Elle fronçait les sourcils. Peut-être n'en savait-elle pas beaucoup plus que lui sur le sujet ? Ou bien ne voulait-elle rien dire ? En tout cas, Fred avait vraiment été marqué par leur rupture. Ils étaient tous les deux si malheureux. Même Louise qui était celle qui avait pris la décision semblait dévastée. Fred se demandait si la jeune femme en avait parlé à Lucy. Elle n'avait peut-être pas non plus abordée la conversation avec l'une des personnes les plus proches d'elle. Et Louis ? Lui en avait-il parlé ? Certainement, les deux cousins étaient inséparables depuis qu'ils étaient petits, le septième année ne voyait pas comment son cousin aurait pu ne pas en parler à la sixième année.

 « Fred, écoute... » Le rouquin tourna la tête vers sa cousine. Qu'allait-elle vouloir lui dire ? Fred savait qu'elle ne lui dirait pas grand-chose. Après tout, elle n'en savait peut-être pas plus que lui. Il fixa sa cousine attendant qu'elle se décide à continuer. Elle semblait se demander ce qu'elle allait dire. Ou peut-être de quelles façons elle allait le dire... « Je sais que tu nous aimes et que donc tu veux tout faire pour qu'on soit heureux mais arrêter de te mêler de nos vies sentimentales et surtout privées. » Il fallait que ça arrive. Fred se doutait qu'elle allait dire quelque chose dans ce style là. Mais ne comprenait-elle pas qu'il faisait tout ça pour leur bien ? Il n'aimait pas les voir souffrir. Et avec eux deux, il avait du boulot. Et il n'y avait pas que le fait qu'il ne soit pas heureux. Ils se faisaient aussi facilement embobiner. Fred aurait bien parlé à sa cousine d'Emrys qui tournait autour de Louis mais après ça, il ne savait pas comment il allait pouvoir en parler. C'est vrai que c'était quand même eux les premiers concernés dans l'affaire. Il ne savait pas quoi lui dire.

« Ça me chagrine autant que toi qu'ils aient rompu mais on a pas à intervenir ou forcer les choses. Je ne pense pas que Louis apprécierait le fait que tu t’émisses dans sa vie amoureuse avec Louise tout comme moi je n'aime pas quand tu t'émisses dans la mienne. » Fred la regarda droit dans les yeux. Il était un peu déçu qu'elle lui dise ça. Tout ça, il le faisait seulement parce qu'il tenait à eux. Ses cousins étaient tout pour lui. Ils étaient le reste de sa famille, une famille avec des parents qu'il ne voyait jamais. Avant, il avait eu James, mais maintenant qu'il était parti, il devait se trouver de nouvelles marques. Et il voulait aider ses cousins pour cette raison. Pour être aussi proche d'eux qu'il ne l'avait été de James, parce qu'il aimait aider les autres, enfin surtout ceux qui comptaient pour lui. Mais c'est vrai qu'il poussait le bouchon un peu trop loin par moment. Il voulait tellement certaines choses qu'il ne pouvait pas s'empêcher d'insister...« Louis est un grand garçon, quelqu'un d'intelligent et il est capable de se débrouiller tout seul alors laisse-le faire. Et puis ça ne concerne que Louise et lui qu'on le veuille ou non. Et si tu veux des détails, va les lui demander directement. » Fred eut un petit sourire un peu forcé. C'est vrai qu'il était grand. Mais même les plus grand peuvent avoir besoin d'aide. Il aurait aimé l'aider un peu. Et puis, bon les choix de son cousin étaient plus ou moins intelligents. Le fait qu'il se rapproche d'Emrys Mayfair faisait partit des choses pour lesquelles il aurait pu être conseillé. Ce n'était pas un choix très judicieux, mais bon, il finirait bien par s'en rendre compte. Quant aux détails, Fred n'avait même pas envie de les demander. C'était trop sensible. Encore trop sensible, d'ailleurs c'était pour cela qu'il voulait faire quelque chose. Lucy lui avait bien montré ce qu'elle pensait de toutes les choses qu'il croyait quand même bien faire même si ça pouvait être fait de façon un peu maladroites par moment. Fred était peut-être trop impulsif par moment et parlait de choses qu'il regrettait ensuite, ou bien insistait trop sur certaines choses. "Je vais essayer de ne plus le faire... Mais bon, c'est juste parce que je tiens à vous que je fais ça..." Il se tut. Il ne savait plus vraiment quoi dire après tout ça. Il aurait aimé mettre une stratégie en place avec sa cousine pour remettre leur cousin et la fille de Neville Londubat ensemble mais vu les circonstances, ça ne semblait pas vraiment possible. Bon, il avait toujours Cassiopée de son coté. Il verrait bien ce qu'il pourrait faire avec elle.


Là il attendait juste une chose, que sa cousine trouve un autre sujet de conversation. Qu'elle parle pour qu'il arrête de trop réfléchir sur ses actions pas toujours très malignes en vue d'aider certaines personnes. Il vit sa cousine prendre un bonbon et le fourrer dans sa bouche à une vitesse incroyable. Elle était rapide, très rapide pour manger ses bonbons. Après avoir été malade, elle allait l'être de nouveau pour avoir mangé trop de sucreries. Le rouquin sourit à cette idée. « Bon puisqu'on a évoqué les problèmes amoureux de chacun dans tous les sens possibles, il me semble judicieux de parler de quelque chose un peu plus léger si tu veux bien. »  Enfin, il n'avait évoqué que ceux de Louis et de la sixième année. Mais c'est vrai que c'était suffisant. Fred avait l'impression qu'elle avait presque compris sa requête silencieuse de changer de conversation. Il la vit lui faire un léger sourire qui lui rendit. Enfin, il avait encore un peu de mal à sourire après tout ce qu'elle lui avait dit mais la voir prendre encore un bonbon dans son sachet et le manger juste après aida sa bouche à produire un sourire.

« J'ai entendu dire que t'en avais encore fait des belles avec Juyne en potions. Tu sais il faudrait vraiment que tu te mettes au boulot à un moment où un autre si tu veux quitter Poudlard un jour. En plus les potions c'est cool franchement. » Ah, les potions ! C'était la matière que Fred préférait. Enfin, pas vraiment. Mais si, il aimait vraiment les potions. C'était la seule matière dans laquelle il s'amusait vraiment. Il faisait toujours tout, pour faire exploser son chaudron ce qui énervait bien entendu son professeur et amusait le redoublant. Avec Juyne ce n'était pas très dur. Il la faisait mettre n'importe quel ingrédients et ça fonctionnait. Elle le croyait, le suivait et le tout explosait. Et évidemment ça faisait rire le rouquin. Il avait un objectif, que son explosion soit entendue dans tout Poudlard. Ça pouvait être possible si il se forçait un peu, mais pour l'instant ce n'était pas gagné. Mais bon, c'est vrai qu'à cause de ça, il n'était pas encore sûr d'avoir ses ASPIC. Bien que... Si il arrivait à tout faire pour la faire exploser c'est qu'il comprenait le fonctionnement des potions. Il savait qu'il avait largement le niveau pour avoir tous ses ASPIC. Le problème c'était qu'il n'avait pas envie de travailler la théorie. Il savait les sorts et les appliquer alors pourquoi apprendre par cœur des mètres et des mètres de parchemins. Il n'en avait pas le courage et savait qu'il n'en avait pas besoin pour être un bon sorcier. Son père qui avait quitté Poudlard sans avoir les ASPIC en était la preuve. "Ah oui, les potions..." Il avait un grand sourire lorsqu'il prononça ses mots alors qu'il émergeait de ses pensées. "Oui, on s'amuse bien, c'est le principal non ?" Ca ils s'amusaient. Plus encore peut-être en retenu. Surtout lorsqu'ils se retrouvaient en compagnie d'Eros que Fred faisait tourner en bourrique et tentait de pousser à bout. "En gros, on a fait une fois de plus exploser le chaudron. Évidemment Mr Xanley n'a une fois de plus pas vraiment apprécié. Mais bon, il commence à s'y habituer. Donc on a eu une super retenue." C'était loin d'être un scoop. Ça le serait plutôt le jour où le chaudron n'exploserait pas ou celui où ils n'auraient pas de retenue. "N'empêche je ne suis plus très loin de mon objectif. Le jour où tu entendras l'explosion depuis la salle la plus éloignée du cachot, ce sera moi, et je serais fier de moi." Enfin, il avait besoin d'encore d'un peu d'entrainement. Pour l'instant ce n'était pas encore parfait mais les explosions étaient toujours plus fortes.

"Qu'est-ce qui te dit que j'ai envie de quitter Poudlard. Je m'amuse tellement ici que j'ai envie d'y rester pour toujours." Il était amusé par cette idée. Il fallait bien qu'il quitte un jour Poudlard. Le seul problème c'était qu'il n'en avait pas vraiment envie. Il ne savait toujours pas ce qu'il voulait faire après alors ça lui posait problème. Il était sûr d'une seule chose, il voulait rejoindre les Phénix et avoir un poste dans lequel il pourrait se battre contre les mangemorts, Voldemort et la dictature qu'ils avaient instaurée. Si ce n'avait pas été ce régime là, Auror lui aurait bien dit, mais pour poursuivre des innocents ce n'était pas la peine, à moins qu'il ne les infiltre de l'intérieur. Alors, à la vue de sa cousine, il se dit qu'il savait de quoi il pouvait parler. "Non, plus sérieusement, le problème c'est aussi que j'ai aucune idée de ce que je veux faire plus tard, alors ça aide pas à me donner de bosser. Je me dis que j'ai besoin de temps pour me décider et je ne travaille pas." Il se disait qu'elle pourrait peut-être l'aider. Elle était tout de même de bon conseil même si Fred ne lui demandait pas souvent son avis et des conseils.


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Mar 3 Juil - 9:49


« Ah oui, les potions... » Oh ça sentait pas bon vu le ton et le mystère qu'il laissait planer. Lucy avait bien l'impression que Fred était terrible en potions, pauvre monsieur Yaxley. Lucy le vénérait comme un Dieu vivant, elle gobait ses paroles et elle était bien naïve avec lui, à un tel point qu'elle ne se rendait même pas compte qu'il l'attirait vers la magie noire. Mais de tout façon elle était tellement fan de sa matière et de lui qu'il aurait pu faire n'importe quoi, elle aurait trouvé ça absolument fabuleux. Tout ce qui émanait de lui était grandiose et personne ne pourrait faire dire le contraire à Lucy Magnolia Weasley. « Oui, on s'amuse bien, c'est le principal non ? » S'amuser c'était certes bien et ça facilitait l'apprentissage mais travailler sérieusement c'était mieux. Lucy était une Weasley, professionnelle des farces par nature et consommatrice privilégiée de toute sucrerie mais elle pensait aussi à son avenir et savait quand il fallait travailler. Fred lui... C'était une autre histoire ce qui expliquait également son redoublement. Lucy s'inquiétait un peu pour lui d'ailleurs à ce sujet-là parce qu'elle avait peur que ça ne cause sa fin. Déjà du fait qu'il s'appelait Weasley, la vie allait être difficile pour lui mais si c'était un cancre en plus... Il fallait qu'il mette toutes les chances de son côté pour se donner les moyens de réussir. Elle avait l'impression de penser comme un professeur ou un conseiller d'orientation et ce n'était vraiment pas cool, ça non. Il fallait que ça change mais pas sûr que cela se produise dans les minutes à venir. « En gros, on a fait une fois de plus exploser le chaudron. Évidemment Mr Xanley n'a une fois de plus pas vraiment apprécié. Mais bon, il commence à s'y habituer. Donc on a eu une super retenue. » Sacré Fred ! Il était incorrigible. Ce n'était pas la première fois qu'elle apprenait qu'il avait fait exploser un chaudron, à croire que c'est un sport ou alors sa lubie. C'est bien pour cela qu'une fois lorsqu'il lui avait demandé de lui prête son chaudron, elle s'était empressée de refuser. Elle tenait bien trop à son chaudron pour que Fred le sacrifie. [colo=forestgreen]« N'empêche je ne suis plus très loin de mon objectif. Le jour où tu entendras l'explosion depuis la salle la plus éloignée du cachot, ce sera moi, et je serais fier de moi. »[/color] C'est vrai que de la manière dont il le racontait ça avait l'air trop bien et très drôle. Lucy ne put réprimer un sourire mais n'empêche cela avait l'air aussi dangereux. Des fois Lucy se disait que Fred aurait mérité sa place à Gryffondor vu sa témérité mais bien souvent elle pense qu'elle aurait été bien triste si ça avait été le cas. Non mais c'est vrai, elle ne l'aurait plus eu aussi près de lui que maintenant. Ils n'auraient pas été dans la même équipe de Quidditch, elle ne le trouverait pas dans la salle commune des Poufsouffles, c'était définitivement triste. Mais bon heureusement il avait bel et bien été reparti chez les jaunes du coup aucun problème. C'est juste que quelques fois, chacun avait ses petites pensées étranges.

« Qu'est-ce qui te dit que j'ai envie de quitter Poudlard ? Je m'amuse tellement ici que j'ai envie d'y rester pour toujours. » Il était sérieux là ? Certes Lucy trouvait aussi que Poudlard était un petit coin de paradis si on enlevait le fait qu'il y avait des mangemorts partout, certaines personnes fort désagréables mais la demoiselle ne se verrait jamais y vivre pour toujours. Oh non le monde magique comportait tant de mystères et offrait tellement d'aventures que Lucy comptait bien le savourer et puis son plus grand objectif étant de faire régner la justice. Il fallait l'admettre, les résistants à Poudlard n'avait aucun pouvoir sur la situation actuelle. A part peut-être le mérite de changer quelques opinons mais sinon ça ne restait qu'une bande de gamins en colère impuissants. Lucy avait compris cela lors de sa première année cependant elle n'avait jamais cessé son activité au sein de la résistance. Déjà à cause de sa famille il est vrai mais aussi parce que même s'ils étaient impuissants, tout ce qu'ils faisaient était déjà un pas en avant et c'était tout de même mieux que rien. « Non, plus sérieusement, le problème c'est aussi que j'ai aucune idée de ce que je veux faire plus tard, alors ça aide pas à me donner de bosser. Je me dis que j'ai besoin de temps pour me décider et je ne travaille pas. » Oh Lucy n'avait jamais pensé que Fred ne savait pas quoi faire de sa vie et que donc d'un côté il aurait « peur » de quitter Poudlard. Lucy avait programmé sa vie depuis qu'elle avait six ans avec son père. Plus tard elle serait Auror, membre des Phénix et elle sera brillante. A Poudlard son envie d'être Auror n'avait fait qu'augmenter et ses professeurs lui avaient dit maintes fois qu'elle avait les capacité pour le devenir bien que son nom l'handicaperait grandement. Lucy n'avait que faire de cela, tous les jours les obscurs lui rappelaient à quel point c'était un poids dans ce monde de s'appeler Weasley mais elle, elle n'en n'avait pas honte au contraire ! De plus si jamais on lui refusait la carrière d'Auror, elle voulait un métier en rapport avec les potions car c'était sa matière préférée et qu'elle était vraiment douée. Ce n'était pas pour rien qu'elle était la chouchoute, mais chut, c'est un secret ! Enfin pas tellement mais bon. En tout cas Lucy répondit à Fred : « Dis pas des trucs comme ça, tu sais pas parce que je suis sûre que tu n'as jamais pris le temps d'y réfléchir sérieusement mais on a le temps alors je vais t'aider ! » Elle fit une pause avant d'ajouter : « Moi je sais que je veux être Auror depuis que j'ai six ans. Je suis douée en cours, notamment en potions ce qui m'a toujours conforté dans mon choix et le plus important je veux faire quelque chose de bien dans ma vie. Auror me semble être le meilleur métier pour le faire même si le climat actuel ne favorise pas cela. » Elle s'arrêta quelques instants histoire de ne pas aller trop vite. De plus elle s'était dit que de lui livrer son expérience lui permettrait d'avoir un exemple et de mieux s'identifier. « Qu'est-ce que tu préfères dans la vie ? Tu sais je pense que tu pourrais faire du Quidditch en tant que professionnel, t'es un bon gardien. Mais c'est qu'une idée. » En plus cela lui permettrait d'avoir quelque chose de plus en commun avec Alienor mais Lucy se retint de le dire parce que bon c'était un peu trop fleur bleue pour elle.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Dim 15 Juil - 5:43


Fred était en face de sa cousine. Il lui racontait ce qu'il avait fait en cours de potions et ça semblait l'amuser. Qui ne le serait pas ? Pourtant Fred savait que les potions étaient l'une des matières préférées de Lucy. Mais bon, tout le monde n'a pas les même gouts. Bien que... Fred aimait quand même cette matière mais pas pour les mêmes raisons. Il aimait tester pleins de choses qui lui permettaient de faire exploser son chaudron. C'était amusant, ça faisaient rire les autre (même s'ils ne le montraient pas trop pour ne pas se faire punir), ça embêtait le prof et ça permettait à Fred et Juyne de passer du temps en colle à énerver Eros. Qu'est-ce que Fred pouvait détester ce type ! Au début, il avait fait ça pour s'amuser. C'était marrant de l'embêter, de le pousser à bout. Et puis, au fur et à mesure du temps, c'était plus devenu une guerre entre les deux, entre deux opposés, qui pourtant avaient pas mal de points communs. Enfin, plus que Fred ne voulait l'admettre. Ils aimaient tous les deux le quidditch, Vanity était leur petite chouchoute, ils aimaient la provocation. Pour le coup c'était plutôt Fred mais Eros ne se laissait pas faire. C'était peut-être pour ça que le rouquin continuait. Ça l'amusait de voir le surveillant qui s'énervait mais réussissait tout de même à peu près à se contrôler.

Sa jeune cousine (et aussi préférée...) semblait donc assez amusée. Surtout par le fait qu'il voulait faire une grosse, très grosse explosion. Fred savait qu'il allait y arriver. C'était son but. Avant la fin de l'année, elle se produirait. Peut-être pas parfaite, mais très grosse. Il espérait juste que les cachots n'exploseraient pas avec. Il en voulait seulement une bruyante, pas une violente. Il mènerait sa partenaire en bateau pendant un exercice et ce serait réglé. Juyne était si naïve en cours de potions. Peut-être parce qu'elle ne comprends pas grand-chose et a du mal, pensa le fils de Georges Weasley. Il n'était que dans l'infirmerie mais il mettait déjà des plans en place pour la suite.

Fred devait lui expliquer pourquoi il ne se donnait pas à fond. En plus bien sûr du fait qu'il s'ennuyait en cours et qu'il n'aimait vraiment pas apprendre ses leçons. Il ne savait pas quoi faire... Il y avait pourtant réfléchit plusieurs fois. Il s'était posé des questions. La fille de Percy semblait être un peu étonnée. En même temps, elle ne pouvait pas vraiment le comprendre, elle ne s'était jamais posée la question et ne se la poserait certainement jamais. Elle savait ce qu'elle voulait faire et depuis longtemps. Auror. C'était un beau métier. Le redoublant savait que c'était ce que sa cousine voulait devenir. Fred y avait songé un temps. Avant de rentrer à Poudlard, quand il était petit, c'était ce qu'il voulait devenir. Pour faire le "bien" autour de lui. Et puis, il avait compris. Déjà c'était très, très dur de réussir à le devenir quand on s'appelait Weasley ou Potter, voir impossible, mais comme le dit le proverbe, 'qui ne tente rien, n'a rien'. Mais ce qui le gênait le plus après une longue réflexion c'était ce qu'il considérait comme le "bien" et ce que leur pays et les hommes politiques à la tête du monde magique considéraient comme "bien". Parce que poursuivre des né-moldus, Fred en serait incapable. Ce n'était pas le même métier qu'avant. Il pourrait très bien rechercher son propre père pour le mettre en prison parce qu'il est déclaré dangereux au ministère. Alors, est-ce que c'était vraiment ce qu'il voulait faire ? Il avait vite compris que non. Et depuis, rien. Aucune idée, envie. Il aimait plein de choses mais de la a en faire son métier, il n'était sûr de rien. Auror n'était plus qu'un rêve de jeunesse. La seule chose qu'il était sûr de vouloir c'était se battre aux côtés des phénix, avec ses cousins, enfin, ceux qui en feraient partis même s'il ne les reconnaitraient jamais lors de leur réunion. Il savait que James les recherchait sans succès depuis un petit bout de temps. Ils se cachaient bien mais c'était sûr qu'ils contacteraient bientôt son cousin. Comme s'il pouvait ne pas les rejoindre !

« Dis pas des trucs comme ça, tu sais pas parce que je suis sûre que tu n'as jamais pris le temps d'y réfléchir sérieusement mais on a le temps alors je vais t'aider ! » Fred lui fit un grand sourire. Il savait qu'elle pouvait vraiment lui être utile. Elle le connaissait bien et elle l'écouterait. Il lui avait donné plein de conseils et maintenant elle allait faire la même chose, cela amusait un peu le rouquin. Toutcontefait il avait bien fait de tomber malade. Peut-être qu'il sortirait de l'infirmerie en ayant enfin une idée un peu plus précise de son avenir. « Moi je sais que je veux être Auror depuis que j'ai six ans. Je suis douée en cours, notamment en potions ce qui m'a toujours conforté dans mon choix et le plus important je veux faire quelque chose de bien dans ma vie. Auror me semble être le meilleur métier pour le faire même si le climat actuel ne favorise pas cela. » Fred fit une petite grimace. Il se demandait s'il devait lui faire part de ses doutes quant à ce métier. Si la politique changeait, c'était le métier idéal, il le reconnaissait, il l'aurait bien fait aussi. Mais là... C'était vraiment risqué. A un moment, il s'était dit qu'il pourrait donner de fausses pistes à l'intérieur même du bureau des aurors, sauver les personnes à la place de les emprisonner et puis il s'était dit qu'ils s'en apercevraient vite. Ils ne pourraient pas passer à coté si ça se produisait trop souvent.

« Qu'est-ce que tu préfères dans la vie ? Tu sais je pense que tu pourrais faire du Quidditch en tant que professionnel, t'es un bon gardien. Mais c'est qu'une idée. » Elle n'avait pas tout à fait tord. Et en plus, c'était ce que faisait Alienor. Ça les relierait encore plus. Mais Fred avait des doutes. Il aimait vraiment le quidditch. Il s'amusait beaucoup. Mais il n'était pas sûr de pouvoir survivre à des entrainements hyper durs. C'était une passion, un sport, un défouloir pour lui. Il n'arrivait pas à savoir s'il voulait en faire sa vie, passer ses journées sur un terrain qu'il pleuve, vente ou neige, ou bien qu'il y ait une canicule. Il fit un petit sourire à sa cousine. Il ne savait pas trop. Mais il y avait déjà songé. Il y avait aussi les farces et attrapes. C'était la deuxième partie de sa vie. La deuxième chose qu'il aimait le plus au monde. "Je sais que je pourrais être gardien. Et j'aime vraiment le quidditch... Mais je me demande si j'ai envie d'en faire ma vie, si j'aime ça assez pour ne faire que ça de mes journées." Il ne savait pas trop. L'avenir était une chose qui l'effrayait un peu. C'était une chose à laquelle il n'avait jamais vraiment pensé. Il préférait vivre les choses sur le coup sans penser à la suite. Il avait peur de ne pas faire les bons choix. S'il les faisait il pourrait mettre des années avant de réussir à changer de voie surtout qu'il n'était pas le meilleur élève de son année. "Et puis il y a aussi les farces et attrapes. C'est dur de se décider, je sais que c'est un choix pour presque toute une vie." Et il y aurait sa bataille qui viendrait s'entrecroiser avec tout ça. Il le savait. Et surtout, il voulait être actif, ne pas rien faire pour les phénix. Il allait tout faire pour les rejoindre le plus vite possible. Il savait qu'avec Teddy et Victoire, il ne devrait pas avoir trop de mal à rentrer dans leur organisation secrète. Mais en faisaient-ils partie ? On disait que personne ne savait qui était les phénix, qu'ils se cachaient pendant les réunions, que seul le chef savait qui ils étaient. Il songea que son père en faisait très certainement partie. Il ne voyait pas comment il pourrait ne pas se battre, mais bon, il laissait peut-être la main. Sa mère également d'ailleurs. Elle devait soutenir la famille de Georges Weasley, celle du frère jumeau de son premier amour. Il fallait donc qu'il est un métier qu'il lui permette de se battre comme il avait pu le faire à Poudlard. Parce que c'était ce qu'il voulait faire. Se battre, pour ce qu'il considérait comme le bien.

Il prit le temps de réfléchir avant de parler. Il ne savait vraiment plus quoi faire. Il allait devoir faire son choix dans les prochains mois, et il n'en restait plus beaucoup. "Et puis, j'ai aussi envie de faire quelque chose où je pourrais être utile... pour les phénix." Il avait presque juste articulé les derniers mots. Ils ne devaient pas être entendu par des membres du personnel même si il n'y avait normalement dans l'infirmerie que des gens de sa famille qui les soutenait. "Mais je vais essayer de penser à tout ça dans les prochains jours. C'est dur. J'aurais aimé être comme toi, savoir ce que je veux faire depuis que je suis petit." Il se demandait s'il devait quand même faire part de ses doutes à sa cousine. Après tout, elle devait bien savoir à quoi elle devait s'attendre cela faisait si longtemps qu'elle voulait devenir auror. Il lui fit un petit sourire. Il pourrait aussi voir avec Alienor. Elle saurait certainement le conseiller. Elle le connaissait bien et avait toujours des bons conseils.

"Tu sais quand j'étais petit, je voulais aussi être auror." Il ne savait pas trop comment aborder le sujet. Mais il se dit que c'était des conseils, enfin, pas vraiment... "Et puis j'ai réfléchit et je me suis dit que ce serait bizarre. Je sais pas si tu t'en es rendu compte. C'est vraiment pas que je veux pas que tu deviennes auror, mais dans les circonstances actuelles, ça doit pas être évident de l'être. Et pas qu'à cause de notre nom." Il fit une petite pause et braqua ses yeux bleus dans ceux de Lucy. "Est-ce que tu serais capable de m'arrêter si on te le demandait ?" Il fit une grande pause, essayant de voir comment elle allait réagir. Il allait ouvrir la bouche pour lui expliquer pourquoi il avait posé cette question et réfléchit. Il se dit qu'il voulait d'abord entendre la réponse qu'elle allait lui donner à cette question.

Cette question, c'était tout. Sa cousine n'était pas bête, elle devait avoir compris pourquoi il lui demandait ça. Ce n'était pas compliqué. C'était le mage noir le plus horrible de tous les temps qui contrôlait le ministère, Voldemort était à la tête du ministère et donc des aurors par conséquent. Il y en a quand même dans le cerveau de Fred ! C'était une belle démonstration qu'il venait de faire. Enfin, de faire, il l'avait faite depuis longtemps. Et là, il avait compris qu'il ne voulait pas être sous les ordres de cet homme, qu'il ne travaillerait pas au ministère et encore moins comme auror. Les aurors étaient chargés de poursuivre les mages noirs et les mangemorts avant le retour du Lord. Et oui, parce que maintenant, qui est-ce qu'ils pouvaient bien poursuivre ? Ceux qui étaient pour eux les nouveaux mages noirs, c'est-à-dire, les membres de l'ordre du phénix, la famille même de Fred. Et il y avait certainement aussi les nés moldus, il ne voyait pas comment ils pouvaient ne pas être poursuivit. Lorsqu'il c'était rendu compte de tout ça, c'était devenu une évidence pour Fred qu'il ne pouvait pas faire ce métier et il espérait que ses cousines parce que Lucy n'était pas la seule à vouloir devenir auror avaient fait le même rapprochement. Si elles l'avaient fait, alors elles avaient certainement des bonnes raisons de continuer à vouloir suivre cette voie là, Fred avait envie de savoir lesquelles. Après il réfléchirait à son cas qui était tout aussi compliqué.


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Jeu 9 Aoû - 7:53


« Je sais que je pourrais être gardien. Et j'aime vraiment le quidditch... Mais je me demande si j'ai envie d'en faire ma vie, si j'aime ça assez pour ne faire que ça de mes journées. » Lucy comprenait parfaitement son point de vue et ses inquiétudes. C’était une chose de faire du Quidditch à Poudlard et de décider d’en faire son métier. A Poudlard on trouvait toujours que le Quidditch s’était cool. En même c’était un entraînement hebdomadaire, voir quelques-uns mais ça ne prenait pas tout son temps. Un joueur professionnel il passait son temps à l’entraînement. C’est pour cela que ce n’était pas une décision à prendre à la légère et beaucoup de gens étaient déçus de la carrière de joueur professionnel. Le Quidditch ce n’était pas forcément si cool que ça quand on prenait en compte tous les paramètres. « Et puis il y a aussi les farces et attrapes. C'est dur de se décider, je sais que c'est un choix pour presque toute une vie. » Ah les farces et attrapes… Toute la famille Weasley aimait les farces et attrapes… ou presque mais Lucy en faisait partie bien que les sucreries venaient d’abord. Les sucreries, Lucy ne pourrait jamais se lasser déjà dans un premier temps d’en manger mais aussi d’en parler. Ces petites formes composées principalement de sucres étaient la dose d’énergie et de joie quotidiennes de la jeune femme. Bien sûr ses amis remplissaient aussi ce rôle mais disons que les sucreries étaient un compliment et puis ce plaisir ressenti quand le bonbon fond dans la bouche… Rien n’égalait cette sensation. Non Lucy et ses sucreries s’étaient une histoire d’amour, elles étaient son âme sœur, surtout les patacitrouilles en fait. Si quelqu’un osait piquer dans sa réserve, il avait intérêt à être très discret parce que Lucy était intraitable avec les voleurs de ses petites pastilles de bonheur ! Elle pouvait devenir une vraie furie et croyez-bien que lorsqu’elle donnait des coups, elle n’y allait pas de main morte ! La demoiselle avait l’habitude de se battre puisqu’elle était capitaine de Quidditch et elle avait pas mal de cousins plutôt bagarreurs dans l’âme. Elle a du apprendre à se battre pour survivre… LOL. Non mais elle a connu pire que l’école militaire chez les Weasley.

Lucy regarda son cousin il avait l’air pris dans de grandes réflexions. A quoi pouvait-il bien penser ? « Et puis, j'ai aussi envie de faire quelque chose où je pourrais être utile... pour les phénix. » Ses dernières paroles étaient presque inaudibles tellement il faut dire qu’elles avaient été prononcées tout doucement mais c’était normal. Evoquer les phénix qu’on soit à Poudlard ou n’importe où était dangereux. Cependant devenir membre des phénix était limite évident quand on était un Weasley c’est pour cela que c’était encore plus dangereux pour eux. Les mangemorts les attendaient au tournant. Lucy avait peur de tout ça, cela allait arriver vite maintenant à la fin de sa septième année ou de la huitième si elle faisait la classe préparatoire. Elle serait membre des phénix s’était évident mais elle n’était pas spécialement courageuse, au fond elle restait cette petite fille qui avait peur du grand méchant loup. Elle détenait sa force des autres, de ses proches quand elle voyait leur implication dans la cause, leur détermination. Ainsi elle était aussi déterminée qu’eux et était prête à se donner à la cause mais de là à tout sacrifier ? Ce n’était pas aussi sûr. Tout sacrifier pour ceux qu’elle aimait ? Cela lui ressemblait plus. « Mais je vais essayer de penser à tout ça dans les prochains jours. C'est dur. J'aurais aimé être comme toi, savoir ce que je veux faire depuis que je suis petit. » C’est vrai que ça simplifiait les choses dans un sens mais ça amenait d’autres désavantages également. On doutait souvent, on se demandait si on faisait bien le bon choix. Lucy croyait que oui, elle en était même persuadée. « Tu sais quand j'étais petit, je voulais aussi être auror. le savait pas mais en même temps ça avait tout son sens. Fred et Lucy avaient pas mal de points communs alors qu’ils veuillent faire le même métier au même âge paraît logique. « Et puis j'ai réfléchit et je me suis dit que ce serait bizarre. Je sais pas si tu t'en es rendu compte. C'est vraiment pas que je veux pas que tu deviennes auror, mais dans les circonstances actuelles, ça doit pas être évident de l'être. Et pas qu'à cause de notre nom. » Lucy ne voyait pas trop où il voulait en venir. Certes leur nom dans les circonstances actuelles était handicapant mais avec la volonté et la détermination il se dépassait. Lucy doutait que Fred se préoccupe de l’échec de Lucy du fait de leur nom, non il devait penser à autre chose mais elle ne voyait pas quoi. Il n’allait pas tarder à éclaircir tout ça, c’était sûr. « Est-ce que tu serais capable de m'arrêter si on te le demandait ? » Quoi ? Pourquoi posait-il cette question ? Il connaissait déjà sa réponse. Lucy ne pourrait jamais l’arrêter, elle préférait plutôt devenir une fugitive Elle ne comprenait même pas qu’il ose poser cette question, doutait-il de sa loyauté ? Ne l’avait-elle pas démontrée toutes ses années ? Ils se connaissaient depuis toujours, il savait très bien qu’il pouvait lui faire confiance ! « Quoi ? Je ne comprends même pas pourquoi tu poses cette question ! » Elle fit une pause, un peu vexée tout de même qu’il lui fasse l’affront de tester sa sincérité. « Je ne t’arrêterais jamais Fred, comment peux-tu ne serait-ce qu’émettre l’hypothèse que je pourrais le faire ? N’ai-je pas démontré ma loyauté ? Ne t’ai-je pas démontré que tu pouvais compter sur moi et avoir confiance ? Je sais ce qui est bien ou mal, je connais mes priorités. » Elle fit de nouveau une pause afin de se calmer car elle avait légèrement haussé le ton. Il faut dire, ça ne lui faisait pas spécialement plaisir qu’il doute d’elle.

Elle regarda alors ailleurs se concentrant sur un pli du rideau à côté d’elle. Puis elle se retourna vers Fred et comme un air de défi lui posa la question suivante : « Et toi tu serais prêt à me sacrifier si on te le demandait ? Te débarrasser de moi si je devenais encombrante ? » Puisqu’ils en venaient à tester leur loyauté après tout peut-être qu’un jour ou l’autre les phénix ne voudraient plus d’elle ou du fait de son poste il n’aurait plus confiance en elle, on ne savait pas de quoi le futur serait fait. Elle attendait donc la réponse de Fred et elle n’était pas forcément sûre que la réponse lui plairait après tout, Fred n’était-il pas dévoué à la cause ?

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Sam 25 Aoû - 4:47


L'orientation... C'est un mot qui fait peur à tous les élèves quand vient le moment de faire le choix du reste de leur vie. Fred faisait parti de ces élèves là. Il n'avait jamais aimé se poser des questions sur son avenir. Oui, mais en septième année, il fallait faire son choix. Il ne savait toujours pas vraiment ce qu'il désirerait faire l'année suivante. Au pire, il y avait la classe préparatoire mais le rouquin ne se voyait pas travailler pendant encore toute une année. Les cours et lui, ce n'était pas une grande histoire d'amour et en plus, il faisait déjà parti de ceux qui avaient passé huit ans à Poudlard, sauf que lui c'était parce qu'il avait redoublé. Il ne s'imaginait qu'avec difficultés y passer une neuvième année. En plus, sa petite amie était à l'extérieur des murs du château depuis déjà un an et lui mourrait d'envie de la revoir et de passer plus de temps avec elle. Il y avait aussi James Potter. C'était son cousin préféré. Il voulait le retrouver. Et le reste de ses amis encore au château de son age allait très certainement quitter Poudlard avec la fin de leur classe préparatoire. Et même ceux qui avaient un an de moins que lui allaient le faire. Peu de personnes faisaient une classe préparatoire.

Non, le poufsouffle était sûr d'une chose, il ne resterait pas encore à Poudlard encore un an. Il voulait vivre un peu plus librement même si ce serait peut-être un peu difficile avec son nom. La question principale était donc Quidditch ou farces et attrapes. C'étaient ses deux passes-temps favoris, les deux seules choses qu'il aimait le plus faire. C'était donc dans ces domaines là qu'il voulait aller.

Mais après, il lui faudrait faire un véritable choix entre ses deux passions. Heureusement Lucy allait certainement l'aider. C'était fait pour ça la famille. Bon, c'était un peu différent dans ce cas là. Ils avaient tout le temps de discuter parce qu'ils étaient bloqués à l'infirmerie, autrement, il aurait peut-être du se débrouiller tout seul. Ce n'était pas facile de trouver du temps pour discuter de choses vraiment sérieuses entre les cours, les entrainements de quidditch, les après-midi à faire des blagues et surtout, les retenues ! Ça aussi c'était un des passe-temps préférés du rouquin, embêter les professeurs et les pions lorsqu'il avait été envoyé en retenue. Mais malheureusement, il ne pouvait pas vraiment en faire son métier...

Il vit que les deux voies vers lesquels il voulait se diriger plaisaient à sa cousine. Elles plaisaient de façon générale à à peu près tous les Weasley ainsi qu'au Potter. Surtout le quidditch, après, pour les farces et attrapes, il y en avait des plus ou moins spécialistes de ce domaine. Il savait que s'il ouvrait une boutique il aurait des clients dans sa propre famille. Mais c'était aussi faire de la concurrence à ses propres parents. Le rouquin ne savait donc pas trop quoi faire. En lui, il savait qu'il pouvait aussi travailler avec son père. Ça lui plairait certainement d'avoir son fils à ses cotés.

Et puis vint la question qu'il lui posa. Celle au sujet de sa loyauté. Enfin, ce n'était pas vraiment pour sur sa loyauté, mais pour savoir si oui ou non, elle était capable d'être aurore. Cette question sembla choquer énormément la jeune fille. Être auror, c'était autre chose que d'être joueur de quidditch surtout pour les résistants et futurs membres des Phénix. Fred savait que la plupart de ses cousins rejoindraient leur rang. Peut-être que certains en faisaient déjà parti. Teddy et Victoire par exemple. James... Et l'année suivante, il les rejoindrait. Mais le redoublant se demandait aussi ce qu'allaient faire les autres membres des résistants. Des petites bagarres et blagues entre élèves étaient bien différentes de la vraie vie. Il savait qu'ils allaient perdre beaucoup de membres potentiels entre la fin de la septième année et le début de leur nouvelle vie, de leur vie adulte. « Quoi ? Je ne comprends même pas pourquoi tu poses cette question ! » Fred ne s'était pas trompé, sa cousine était vraiment choquée, peut-être déçue de sa question. Pourtant c'était une évidence. Elle devrait le faire. Pas forcement avec lui, mais avec d'autres. Il ne répondit pas tout de suite. D'ailleurs, elle ne semblait pas avoir terminée. Après, il pourrait tout lui expliquer. « Je ne t’arrêterais jamais Fred, comment peux-tu ne serait-ce qu’émettre l’hypothèse que je pourrais le faire ? N’ai-je pas démontré ma loyauté ? Ne t’ai-je pas démontré que tu pouvais compter sur moi et avoir confiance ? Je sais ce qui est bien ou mal, je connais mes priorités. » Elle avait haussé la voix. Sa cousine devait être un peu en colère. Mais Fred savait qu'elle disait ce qu'elle pensait. Qu'elle ne comprenait peut-être pas pourquoi il lui avait posé la question. Bien sûr qu'elle ne pourrait pas l'arrêter pas plus que toutes ses autres cousins ou cousines. Fred était tout de même content de savoir qu'elle ne pouvait pas le faire, mais ce n'était pas forcement la réponse qu'il aurait attendu. Lui aussi serait toujours loyal envers sa famille, tout comme elle. Ou Louis... Ça avait été le sujet d'une grande dispute entre les deux cousins, la loyauté envers les résistants. Il faut dire que le sixième année avait très vite pris la mouche, avant même que Fred ne puisse lui expliquer les choses plus clairement. Heureusement ça c'était arrangé. Avec la famille, ça finissait toujours par s'arranger, sauf peut-être avec Roxanne.

« Et toi tu serais prêt à me sacrifier si on te le demandait ? Te débarrasser de moi si je devenais encombrante ? » Fred était étonné par cette question. Pourtant, il était si évident qu'elle la poserait. D'abord, il ce fut la surprise qui marqua son visage et puis, il compris qu'elle doutait peut-être un peu de lui. Elle le trouvait peut-être trop dévoué aux résistants, trop impliqué dans cette bataille entre le Lord, ses mangemorts et les Phénix. « Tu crois sincèrement que j'en serais capable ? Tu fais partie de ma famille, et c'est toute ma vie. Même Roxanne qui elle fera certainement vraiment parti des mangemorts, je ne pourrais pas lui faire de mal. » Il marqua une courte pause. Il fallait qu'il s'explique un peu. Parce que sa question, elle était loin d'être idiote. Elle était d'ailleurs à la base des problèmes qu'allait avoir Lucy en tant qu'auror. Mais bon, elle avait certainement déjà pensée à ce qu'il allait lui dire. C'était tellement évident. « Mais ma question, je ne te l'ai pas posée pour tester ta loyauté. » Il la prévenait tout de suite. Il savait qu'il valait mieux être le plus clair possible après ce qu'il s'était passé avec le cousin préféré de Lucy. Maintenant, il fallait qu'il lui explique calmement et clairement les raisons pour lesquelles il lui avait posé cette question. « Je sais depuis très longtemps que tu es loyale. D'ailleurs ne sommes nous pas chez les poufsouffles ? » Il lui fit un petit sourire malicieux. Loyaux et justes. C'était ça la devise de leur maison. Alors, si ils avaient été envoyé là-bas c'était certainement que le Choixpeau avait vu ces caractéristiques là en eux. Alors pourquoi ne serait-elle pas loyale ? « En fait, je ne m'attendais pas à cette réponse... Ou pas vraiment à celle-là. » Il marqua une pause avant de poursuivre avec ses explications. « Tu vois, c'est pour ça que je n'ai pas voulu faire auror. Parce que tu seras sous les ordres du ministère. Et que tu auras le choix entre poursuivre ta famille et les personnes qui partagent leurs idées, ou refuser de le faire et je n'ose même pas imaginer ce qu'il t'arrivera. » Il la regarda droit dans les yeux avant de poursuivre. « C'est vrai que ce ne sera pas forcément notre famille mais ce ne sera pas non plus des mangemorts. Je n'aurais pas supporté de passer ma vie à poursuivre des fils de moldus ou des Phénix parce qu'ils ne plairaient pas au Lord en attendant que la situation s'améliore pour pouvoir enfin faire le boulot dont j'aurais eu envie. » Il se demandait si elle le comprenait. D'ailleurs elle n'était pas la seule de ses cousines avoir choisi ce métier. Il se dit qu'il devrait peut-être aussi en discuter avec Lily Potter. « Alors c'était ce que je disais tout à l'heure, ce n'est pas facile avec ton nom parce que ça sera dur pour toi de le faire, parce que tu feras ça jusqu'à ce que Voldemort ne chute. Après, tout de suite ça sera mieux... » Fred se disait que dans des meilleures circonstances, il aurait vraiment tenter de faire ce métier, mais là, il savait déjà qu'il n'y arriverait pas. Ce n'était même pas la peine qu'il essaye. Et puis, les trahir de l'intérieur, ça ne marcherait qu'un peu, il ferait certainement très vite prendre. Et même s'il voulait se battre et être actif pour les Phénix, il savait qu'il ne pourrait pas. En temps qu'auror, il serait beaucoup plus surveillé qu'en faisant un autre métier.

« Tu vois pourquoi je te posais cette question ? Après peut-être que tu seras capable de le faire, mais personnellement dans le contexte actuel, je sais que j'en aurais été incapable. Déjà bosser pour le ministère, ça ne m'aurais pas trop plu, mais ce rôle là, c'est celui que j'aurais le moins aimé avoir. Parce que même si ce n'est pas forcement ma famille que j'aurais du arrêter, ça aurait été la famille élargie, ceux pour qui ont se bat ou des gens qui nous soutiennent » Il se tut. Il lui avait donné son point de vue. Après il savait qu'il ne pourrait pas forcement la faire changer d'avis mais au moins elle aurait eu l'idée qu'il se faisait de la question des aurors. Lui aurait bien aimé l'être lorsque le ministère n'était pas encore tombé entre les mains des mangemorts, mais ce n'était pas le cas, c'était une autre époque, bien meilleure. Fred espérait qu'elle reviendrait le plus tôt possible et il ferait tout pour cela. En attendant, il devrait choisir entre farces et attrapes et quidditch.


Dernière édition par Fred Weasley le Mar 25 Sep - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Lun 10 Sep - 10:55


Avait-elle était trop loin ? S'était-elle trop emportée car touchée par les paroles de son cousin ? Était-elle injuste avec lui ? Fred avait toujours veillé sur elle, pourquoi lui voudrait-il du mal dans un futur plus ou moins proche ? Ils étaient liés par le sang, on ne trahissait pas les membres de sa famille. Combien de fois Fred l'avait dit ? Une tonne, des centaines, Lucy n'avait pas le nombre exact en tête. « Tu crois sincèrement que j'en serais capable ? Tu fais partie de ma famille, et c'est toute ma vie. Même Roxanne qui elle fera certainement vraiment parti des mangemorts, je ne pourrais pas lui faire de mal. » Il avait parlé et Lucy s'était sentie immédiatement coupable. Son comportement avait été puérile, elle s'était emportée pour pas grand chose, elle commençait doucement à s'en rendre compte. Doucement certes mais sûrement. Elle avait seize ans et elle se croyait être quelqu'un de très mature mais voilà une preuve qu'elle pouvait se montrer encore n'être qu'une adolescente. C'est-à-dire qu'elle pouvait se montrer susceptible, bête et surtout agir bêtement. Quel exemple pour sa petite sœur ! Heureusement qu'elle n'était pas là pour le voir. Mais après tout, personne n'était parfait. Tout le monde avait le droit à des moments de faiblesse, ajoutons aussi que la demoiselle Weasley était également malade. Ça n'aidait pas son bon sens a être au meilleur de sa forme. « Mais ma question, je ne te l'ai pas posée pour tester ta loyauté. » Au moins maintenant elle était sûre qu'elle s'était trompée et elle commençait à comprendre où il voulait en venir. Un aspect de son futur métier qu'elle avait mis de côté bien souvent jusqu'à présent parce que c'était plus facile mais il arrivait des fois où elle y pensait. Elle savait que ça serait difficile, peut-être même qu'elle ne pourrait concilier son métier et son camp mais son choix était fait depuis bien longtemps, elle essayerait quand même ! Elle savait qu'elle pouvait en être capable, elle était intelligente et habile. Elle pouvait le faire. « Je sais depuis très longtemps que tu es loyale. D'ailleurs ne sommes nous pas chez les poufsouffles ? » Lucy sourit. C'était vrai, ils n'avaient pas été placés à Poufsouffle pour rien. La loyauté était quelque chose de très important pour eux, pour la famille. Lucy ne dérogeait pas à la règle, elle détestait les personnes qui n'avaient aucune loyauté. Si on était pas loyal à quelqu'un cela voulait dire qu'on était seul, qu'on n'aimait personne alors à quoi cela servait-il de vivre ? Vivre si on avait personne, ce n'était pas une bonne vie. C'était une vie vide sans aucun intérêt. En tout cas Lucy se permit de répondre : « Tu as entièrement raison. » Lucy attendit alors que Fred poursuive là où il voulait en venir. « En fait, je ne m'attendais pas à cette réponse... Ou pas vraiment à celle-là. » Ceci laissa perplexe Lucy. Il disait quelque chose mais où était la pertinence ? Sa phrase ne faisait qu'embrouillait l'esprit de sa cousine. Il fallait qu'il continue pour qu'elle puisse y voir plus clair... « Tu vois, c'est pour ça que je n'ai pas voulu faire auror. Parce que tu seras sous les ordres du ministère. Et que tu auras le choix entre poursuivre ta famille et les personnes qui partagent leurs idées, ou refuser de le faire et je n'ose même pas imaginer ce qu'il t'arrivera. » Lucy savait les risques bien qu'elle les ait ignorées pendant longtemps mais comme elle l'avait dit plus haut, elle trouverait le moyen de consigner les deux. Dans ses rêves les plus fous, elle montait un réseau de rébellion au sein du Ministère ce qui accélérait grandement la chute du Seigneur des Ténèbres. Bien sûr ça ne permettrait pas de sauver tout le monde mais un grand nombre de vie seraient sauvées, c'était sûr ! Elle pouvait le faire, elle en avait la force. Il suffisait d'être malin et habile, de remettre sa confiance entre les mains des bonnes personnes. Or Lucy avait déjà des alliés à Poudlard qui elle ne le doutait pas, resteraient ses alliés à l'extérieur. A partir de là, elle avait toutes les cartes en main pour mettre son plan à exécution. Pourquoi Fred n'y avait pas pensé ou s'il l'avait fait ne l'avait pas mis en marche ? Ça c'était son problème, Lucy le ferait. Bien sûr ça serait dangereux, elle risquait de mourir dans d'atroces souffrances mais c'était le prix à payer pour un meilleur monde. « C'est vrai que ce ne sera pas forcément notre famille mais ce ne sera pas non plus des mangemorts. Je n'aurais pas supporté de passer ma vie à poursuivre des fils de moldus ou des Phénix parce qu'ils ne plairaient pas au Lord en attendant que la situation s'améliore pour pouvoir enfin faire le boulot dont j'aurais eu envie. » Lucy ne pouvait pas penser comme lui. Elle ne pouvait juste pas. En étant Auror, elle n'attendra pas que la situation s'améliore, elle sera actrice de ce changement. C'est en faisant parti d'eux, en étant infiltrée parmi les mangemorts qu'elle sera à même de servir la cause. Évidemment des gens mourraient dans leur clan mais c'était les conséquences quand on était en guerre ! On ne pouvait sauver tout le monde. C'était triste, Lucy détestait cela à l'avance mais c'était la dure réalité de la vie.

« Alors c'était ce que je disais tout à l'heure, ce n'est pas facile avec ton nom parce que ça sera dur pour toi de le faire, parce que tu feras ça jusqu'à ce que Voldemort ne chute. Après, tout de suite ça sera mieux... » Lucy avait compris. Fred voulait s'assurer qu'elle ait conscience de tous les risques mais elle savait déjà tout ça. Elle n'était plus une petite fille et ça depuis longtemps. Certes quand elle n'était qu'une enfant, elle idéalisait ce métier et lorsqu'elle avait grandi on pouvait dire qu'elle avait pris une claque dans la figure. Être Auror ce n'était plus aussi beau mais ça ne la faisait pas changer d'avis. A présent, elle n'avait jamais été aussi motivé. « Tu vois pourquoi je te posais cette question ? Après peut-être que tu seras capable de le faire, mais personnellement dans le contexte actuel, je sais que j'en aurais été incapable. Déjà bosser pour le ministère, ça ne m'aurais pas trop plu, mais ce rôle là, c'est celui que j'aurais le moins aimé avoir. Parce que même si ce n'est pas forcement ma famille que j'aurais du arrêter, ça aurait été la famille élargie, ceux pour qui ont se bat ou des gens qui nous soutiennent » Encore une fois il lui disait cela, elle avait pigé, elle n'était pas bête ! Il n'avait pas besoin de lui répéter les choses on ne savait combien de fois. C'était limite agaçant à la fin. « Je connais ces risques-là Fred. Crois-tu que je n'y ai pas pensé ? Tu ne me connais donc pas ? Je ne suis pas une gamine naïve, j'ai la tête sur les épaules. Je sais dans quoi je m'engage. » Elle s'arrêta quelques instants histoire d'organiser ses idées et ses arguments. « Je crois et je suis persuadée que chacun d'entre nous à une tâche à remplir dans sa vie et je suis convaincue que la mienne c'est d'aider la cause en devenant Auror. Je connais les risques, les difficultés. Je sais que je serai sûrement amenée à pourchasser l'un des autres mais je serai bien plus utile à ce poste qu'ailleurs. Il faut les infiltrer de l'intérieur pour être plus à même de trouver leurs faiblesses. Certains d'entre nous doivent s'en charger, je serai l'un d'entre eux. Être Auror par ces temps-ci ne me fait pas peur. » Nouvelle pause. Lucy voulait faire comprendre à Fred ce qu'elle ressentait vraiment mais elle avait l'impression qu'il n'arrivait pas à comprendre et que ces mots n'étaient pas assez forts. Comment faire comprendre à quelqu'un qu'on voulait réellement et au plus profond de soi-même quelque chose ? C'était une excellente question dont Lucy n'avait malheureusement pas la réponse. « Fred je veux être Auror, c'est ce que je suis, je le sens. Je vois bien que tu ne comprends pas ce que ça représente pour moi mais je t'assure que je sais ce que je fait. » Elle s'arrêta. Si avec ça il n'était pas convaincu, Lucy ne voyait pas ce qu'elle pouvait faire de plus. De toute façon que ça lui plaise ou non, elle ferait comme bon lui semble ! Il ne déciderait pas pour elle, personne ne le ferait. Elle était une femme forte et indépendante, elle faisait ses propres choix. Elle savait ce qu'elle voulait et ce qu'elle ne voulait pas. Elle n'avait besoin de personne pour penser. Alors pour plaisanter, bien qu'elle le pensait tout de même, Lucy finit par dire à Fred, le sourire aux lèvres : « De toute manière quoique tu dises, tu ne me ferras pas changer d'avis ! Mais si tu me soutenais, ça serait mieux. »

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Lun 29 Oct - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


avatar


personal informations

► date d'inscription : 24/08/2011
► parchemins : 2765


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Mar 25 Sep - 22:01


Fred vit qu'au fur et à mesure qu'il parlait, Lucy semblait de plus en plus énervée. C'est vrai qu'il se répétait un peu. Mais c'était parce qu'il voulait qu'elle comprenne. Lui, il n'aurait jamais pu faire ce qu'elle allait faire. Peut-être qu'elle en était capable, il ne doutait pas des capacités qu'elle pouvait avoir, mais tout de même, ce n'allait pas être évident pour elle. Et surtout, c'était risqué, très risqué. Elle risquait vraiment sa vie sur ce coup là. Il ne fallait pas qu'elle se loupe sinon, elle mourrait. En était-elle vraiment consciente ? Le rouquin, lui l'était. En plus, il était évident que les mangemorts feraient très attention aux moindres faits et gestes de la jeune femme. Et s'il était comme ça, c'était aussi parce qu'il était un petit peu protecteur. Il était comme ça. Il aimait protéger, prendre soin de sa famille. Mais ça lui jouait souvent des tours. Ses cousins trouvaient parfois qu'il se mêlait de se qui ne le regardait pas vraiment. Mais s'il le faisait, c'était uniquement parce qu'il les aimait beaucoup et qu'il n'aimait pas les voir en danger ou bien triste. Lorsqu'il s'était un peu chamaillé avec Louis, c'était parce qu'il avait eu peur de ce qu'il aurait pu lui arriver s'il se rapprochait trop d'Emrys. Il avait fait la même chose lorsque Lily s'était rapprochée de Xander et ne parlons même pas pour Sin. Et là, il faisait encore la même chose avec Lucy. Mais bon, il fallait voir le bon coté des choses, cela montrait qu'il s'intéressait à eux et se faisait du soucis pour eux. Il aurait fait le contraire, ses cousins lui auraient reproché de ne pas s'occuper d'eux. « Je connais ces risques-là Fred. Crois-tu que je n'y ai pas pensé ? Tu ne me connais donc pas ? Je ne suis pas une gamine naïve, j'ai la tête sur les épaules. Je sais dans quoi je m'engage. » Fred sentait dans la voix de la jeune fille ce dont il se doutait. Il l'avait un peu énervée. Mais il était content d'entendre qu'elle avait pensé à tout cela. Il valait mieux qu'il lui en ai parlé et qu'il se soit répéter plutôt qu'elle ne soit pas mise au courant. Fred aurait presque préféré. Il avait à présent vraiment peur pour elle. C'était un très, très gros risque qu'elle prenait. D'ailleurs, il n'arrivait pas à comprendre comment elle allait faire pour pouvoir faire plusieurs choses en même temps. Comment pourrait-elle sauver des leurs alors qu'elle devrait se sauver elle-même en même temps. Il était évident qu'elle serait constamment recherchée. « Je crois et je suis persuadée que chacun d'entre nous à une tâche à remplir dans sa vie et je suis convaincue que la mienne c'est d'aider la cause en devenant Auror. Je connais les risques, les difficultés. Je sais que je serai sûrement amenée à pourchasser l'un des autres mais je serai bien plus utile à ce poste qu'ailleurs. Il faut les infiltrer de l'intérieur pour être plus à même de trouver leurs faiblesses. Certains d'entre nous doivent s'en charger, je serai l'un d'entre eux. Être Auror par ces temps-ci ne me fait pas peur. » Fred ne dit rien. Il ne savait pas quoi dire. Elle au moins avait trouvé sa voie. Il se dit avec tristesse que lui était encore en train de la chercher. Il ne savait pas quoi faire plus tard, ni vraiment comment aider les Phénix. Elle au moins savait dans quoi elle s'engageait. Mais Fred n'avait pas de regrets. C'est sûr qu'elle serait très utile même si c'était dangereux, mais il n'aurait pas supporté d'en trahir pour en sauver d'autres. Ted et Victoire avait également leur propre cause, ils aidaient les élèves, les protégeaient en partie des mangemorts dans le château. Il fallait qu'il trouve son propre chemin, sa propre envie, mais pour l'instant, il était au point mort. Et en plus, il avait eu un an de plus pour faire son choix. Merci le redoublement ! « Fred je veux être Auror, c'est ce que je suis, je le sens. Je vois bien que tu ne comprends pas ce que ça représente pour moi mais je t'assure que je sais ce que je fait. » Il lui fit un petit sourire désolé. Il n'avait pas voulu la faire changer de voie, qu'elle fasse un autre métier. Il se demandait si elle l'avait compris. Elle tentait de le convaincre qu'elle faisait le bon choix. Il ne mettait pas celui-ci en doute, il avait juste voulu lui montrer les désavantages. Il n'allait pas choisir sa vie pour elle. Il ne savait plus trop quoi dire. Il n'approuvait pas le métier en lui-même mais il savait que c'était ce qu'elle voulait. C'était celui qu'elle avait choisi. Au moins, il lui aurait donné son propre avis avant qu'elle ne quitte Poudlard pour commencer ses études. Il lui aurait dit ses doutes et ses craintes, pourquoi il n'avait pas choisi ça et peut-être que ça la ferait un petit peu réfléchir. Bon, Fred savait très bien que c'était impossible qu'elle change d'avis, mais elle saurait ce qu'il en pensait et elle aurait eu un autre avis que le sien avec peut-être d'autres dangers et d'autres problèmes. « De toute manière quoique tu dises, tu ne me ferras pas changer d'avis ! Mais si tu me soutenais, ça serait mieux. » Il lui fit un sourire. Un vrai cette fois. Il la retrouvait bien là ! Elle au moins ne se laissait pas marcher sur les pieds et restait sur son idée lorsqu'elle en avait une. « Bon, ben tu auras au moins eu mon avis. » Il avait dit ça comme s'il était désolé de le dire. En même temps, il l'était un peu. C'est vrai qu'il avait fait beaucoup de blabla pour pas grand chose. Lorsque l'on veut être auror depuis toute petite, ce n'est pas juste en une petite conversation que l'on change d'avis. « Mais tu sais, si je t'ai dis tout ça, ce n'était pas pour que tu changes d'avis. Surtout pas. » Il marqua une pause. Il fallait qu'il clarifie ses idées. Elles étaient dans tous les sens dans sa tête, comme souvent. C'était toujours comme ça lorsqu'il avait des idées. Notamment pour la résistance. Des idées de plan, il en avait toujours mais ca partait toujours dans tous les sens au début. Il ne savait pas trop quoi faire. Ça faisait vraiment se justifier. Mais il voulait qu'elle sache ce qu'il allait dire. « Je sais que c'est ton rêve depuis que tu es toute petite, mais j'avais peur que tu n'es pas forcement vu tous les inconvénients. C'est pour ça que je t'en ai parlé. Je n'avais pas envie que tu les découvres lorsque tu aurais commencé. » Ça ça aurait été vraiment horrible. Fred n'y songeait même pas. Si il découvrait au bout d'un moment que le métier dont il rêvait depuis des années était en réalité pourri, il ne savait pas ce qu'il ferait. Lui, il connaissait à peu près les désavantages des métiers qu'il voulait faire. Et encore, pas tellement. Pour le quidditch, il avait peur d'en avoir marre, de ne pas assez s'amuser. Mais peut-être que ce n'était qu'une idée qu'il se faisait et que ça lui plairait vraiment et tout le temps. Mais il avait quand même un peu peur de ne pas s'amuser comme il pouvait le faire avec l'équipe de l'école. « Donc je te soutiens. Je sais que ça ne sera pas facile pour toi. Mais tu as ta famille, ne l'oublie pas, et puis on te soutiendra tous. Je sais que personnellement, j'aurais été incapable de devoir en sacrifier pour en sauver d'autre et rien que pour ça, je respecte ton choix. Ce n'est pas peur que j'aurais eu, j'aurais été incapable de le faire, c'est tout. » Il se perdit quelques instants dans ses pensées, songeant à l'horreur qu'il aurait vécu au quotidien si il avait fait ce métier là. Et pourtant, il aurait été plus qu'actif et utile pour les Phénix. C'était peut-être le métier le mieux placé pour avoir des infos et se battre. « Mais franchement, fais vraiment attention. Je sais que tu vas trouver que je me répète. Mais j'en profite qu'on soit qu'à deux pour te le dire. Je vais vraiment avoir peur pour toi lorsque tu seras au ministère. Ils ne te lacheront jamais, tu seras sous surveillance constante. C'est ça de porter notre nom. Alors il faut que tu sois vraiment prudente. Ne cherche pas à trop sauver de personnes ou à en faire trop. » Il se tut. Pour lui, ça aurait été la dernière partie qu'il aurait eu le plus de mal à respecter. C'était dur de ne pas se battre à fond pour la chose que l'on voulait. Mais c'était aussi ça la vie. Il fallait prendre conscience qu'on ne pouvait pas tout faire et que faire le maximum que l'on pouvait été déjà bien. Mais ça Fred peinait à le comprendre. Il voulait être à fond dans la cause. Et puis, même lui serait continuellement surveillé malgré qu'il ne fasse pas parti du ministère. Il savait qu'à cause de son nom, il devrait se méfier de tout le monde. Ça allait l'énerver. Mais il devrait s'y faire, il vivait sous une dictature. Mais il se battrait pour faire changer les choses. C'était aussi risqué que pour sa cousine, mais il serait moins au contact de mangemorts. Et s'il faisait un boulot comme joueur de quidditch, il serait surement un peu moins surveillé qu'une aurore. En tout cas, il l'espérait. Parce qu'il y avait une chose que Fred avait en horreur, c'était se sentir observé et ne pas pouvoir faire tout ce qu'il voulait. Mais en Angleterre, il ne pourrait pas faire grand-chose comme il le souhaitait vraiment. Il pourrait toujours tenter de changer de pays. Peut-être qu'il y arriverait. Au moins, il pourrait faire tout ce qu'il voulait s'il n'était pas retrouvé.

« Mais bon, finis de parler de tout ça, on était censé s'occuper de mon cas perso. » Il avait dit ça sur un air un peu taquin, changeant brutalement de sujet. Il sortait de ses pensées de futur et d'envie. Ça lui faisait quand même un peu peur le futur et sa vie. Il serait continuellement sous surveillance et en danger. La preuve, il ne recevait presque jamais de nouvelles de James. Il était surement en fuite, se cachant pour ne pas être retrouvé des mangemorts. Peut-être qu'il devrait faire la même chose. C'était même fort possible. Et dans ce cas, pourquoi se casser la tête à tenter de trouver le métier qu'il voulait faire ? Si il devait en choisir un pour ensuite seulement se cacher, ça ne servait pas à grand chose. D'ailleurs ses cousins seraient peut-être dans le même cas que lui. « Alors tu me vois plutôt dans quoi ? Farces et attrapes ou quidditch ? » C'était sa grande préoccupation. Déjà, il avait un peu restreint le terrain mais il n'empêche qu'il allait devoir faire un choix. « Parce que je trouve des avantages aux deux. Pour le quidditch, j'adore y jouer et puis ça me rapprocherait d'Alie et pour les farces et attrapes, c'est ce que j'adore faire dès que j'ai le moindre petit temps libre. Alors je sais pas trop quoi faire. J'aime tellement bien les deux. Mais j'ai peur d'être déçu lorsque je ferais un de ces métiers pendant des journées entières. J'ai peur d'en avoir marre. » Il marqua une petite pause. Il réfléchissait à tout ça. Ça, c'était toutes les questions qu'il se posait sur sa vie, son avenir, le sujet de sa conversation. « Ah par moment j'aimerai presque ne pas avoir de choix, je n'aurais plus peur d'être déçu parce que je saurais que je ne pourrais que l'être. C'est idiot de penser comme ça mais c'est un peu vrai. Quand on a pas de choix, on a pas de doutes. Soit ça nous plait, soit ça nous plait pas, et ici, souvent ça nous plait pas. » Il se tut. Il était partit très, très loin dans son délire. L'orientation lui montait vraiment à la tête. Ses pensées tourbillonnaient. Il se voyait sur un balai, en vendeur dans une boutique de farces et attrapes et puis après c'était plus bizarre. En vendeur sur un balai, sur un balai dans un magasin. Oulala, c'était étrange tout ça. « Tu sais quoi, je commence à me mettre de nouveau à délirer et à raconter n'importe quoi. C'est sûrement la fièvre, il faut qu'on parle de choses moins compliquée, je me remettrai à tout ça une autre fois. D'ailleurs, je me dis, qu'au pire, je peux faire comme Ginny, commencer par le quidditch et faire ensuite des farces et attrapes. » Il réagit seulement après coup à se qu'il venait de dire. Comment pouvait-il ne pas y avoir pensé plus tôt ? Il se disait que ce n'était vraiment pas bête et était même étonné de ne pas avoir songé une seule fois à cette idée plus tôt. Il voulait toujours faire un choix entre deux choses, mais il pouvait très bien les faire l'une après l'autre. Ou en même temps, s'il n'était pas trop fatigué par ses entrainements de quidditch. Il pourrait toujours tenter de créer quelques petits trucs le soir.

Il se demandait ce que sa cousine pensait de son idée. Il avait envie de savoir ce qu'elle pensait vraiment de tout ça. Il aimait sa façon de penser. D'ailleurs, elle lui ressemblait dans beaucoup de domaine, sauf pour le travail évidemment. Mais sinon, elle faisait tout comme lui. Surtout au niveau des farces et attrapes et des bonbons, même si pour le deuxième sujet, il devait reconnaître qu'elle lui était bien supérieure. Il n'aurait jamais pu manger autant de bonbons qu'elle sans être malade. C'est pour ça qu'il se sentait très proche d'elle. Ils avaient aussi le quidditch en commun. De toute façon, lorsqu'il regardait les cousins dont il était le plus proche, James, Albus et Lucy, ils se ressemblaient tous. Ils étaient à fond dans la résistance, le quidditch, les farces et attrapes et les bonbecs. Il se demanda alors ce qu'avait envie de faire Albus à sa sortie de Poudlard. Il faudrait qu'ils en discutent. Ils étaient bien plus proches depuis le départ de James, son jeune frère lui rappelant tellement son cousin préféré. « Tu vois, ça sert parfois de tomber malade. Ça m'aura permis de faire un peu le point sur tout ça. Après j'ai encore un peu de temps pour y réfléchir mais ça m'aura donné des idées un peu plus claires sur l'an prochain. » Il sentait qu'il allait quand même mieux, dans quelques jours au plus, il pourrait quitter cette foutue infirmerie et il aurait bien profiter de son petit séjour dans celle ci. Il aurait pu discuter de tout et de rien avec sa cousine, saurait un peu plus ce qu'il voulait faire et il aurait raté des cours. Bref, sa maladie n'avait eu que du positif, enfin, presque, il y avait quand même eu des moments un petit peu tendu sur certains sujets, mais il s'en moquait. Il valait mieux toujours garder que le positif d'une expérience. .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   Lun 29 Oct - 6:07


La boucle était bouclée. Lucy ne pouvait pas faire plus clair, plus déterminé que cela. Serait-ce suffisant pour convaincre Fred ? Si ça n'était pas le cas, c'est qu'il faisait vraiment le difficile. De toute manière comme elle le lui avait dit, elle ne changerait pas d'avis mais c'était important pour elle tout de même d'avoir son soutien. Fred était son mentor. Il lui sourit ce qui était un bon signe, non ? « Bon, ben tu auras au moins eu mon avis. » Le ton sur lequel il l'avait dit étonna franchement la demoiselle Weasley. C''était bizarre ! Il avait dit ça sur un ton comme s'il était désolé ou en tout cas pas sur un ton assuré comme il avait l'habitude de le faire. C'était vraiment bizarre mais en même temps ce n'était pas désagréable. Lucy n'allait pas se plaindre d'avoir un Fred qui allait plus dans son sens... « Mais tu sais, si je t'ai dis tout ça, ce n'était pas pour que tu changes d'avis. Surtout pas. » Bien. Lucy préférait ça. Il avait du se rendre compte de la force de caractère de sa cousine même si ça ne datait pas d'aujourd'hui. Lucy était ainsi depuis déjà longtemps, elle affirmait ses choix et ses décisions même si ça ne plaisait pas aux autres. Caractéristique sûrement due à son père car il avait confirmé ses choix même si ça avait provoqué la séparation de avec sa famille. Il avait eu tort mais au moins il avait été au bout. Avait-il des regrets ? Sûrement mais au moins il n'avait pas le regret de n'avoir pas tenté. Lucy ne pouvait qu'être fière d'avoir un père qui tentait jusqu'au bout. Elle n'était pas fière qu'il se soit mis à dos toute sa famille, non, il ne fallait pas confondre. Elle était fière de sa détermination. Son père était son héros, personne ne pourrait changer cela. « Je sais que c'est ton rêve depuis que tu es toute petite, mais j'avais peur que tu n'es pas forcement vu tous les inconvénients. C'est pour ça que je t'en ai parlé. Je n'avais pas envie que tu les découvres lorsque tu aurais commencé. » C'était vraiment sympathique de sa part, c'est vrai qu'il veille autant sur elle, c'était touchant. Certes son rôle de cousin/mentor l'obligeait à l'être mais on était obligé de rien dans la vie. De telles paroles confirmaient le fait que Lucy pourrait toujours compter sur lui et avoir confiance en lui. C'était important d'avoir confiance en quelqu'un. « Donc je te soutiens. Je sais que ça ne sera pas facile pour toi. Mais tu as ta famille, ne l'oublie pas, et puis on te soutiendra tous. Je sais que personnellement, j'aurais été incapable de devoir en sacrifier pour en sauver d'autre et rien que pour ça, je respecte ton choix. Ce n'est pas peur que j'aurais eu, j'aurais été incapable de le faire, c'est tout. » Encore une fois, Fred l'étonnait. C'est vrai pour pouvoir dire de telles choses, il fallait vraiment prendre sur soi parce qu'il venait d'avouer une faiblesse. En l’occurrence, ici, c'était d'admettre qu'il n'aurait pas pu suivre la même voie que Lucy dans ses conditions. Il ne savait pas à quel point son soutien était important pour elle. Tout de suite, elle avait l'impression d'être plus forte, que tout allait beaucoup mieux d'un coup. C'était idiot et ça n'avait aucune logique scientifique mais c'était son ressenti. C'était dans des situations comme ça qu'on sentait la force de la famille Weasley. C'était très fort, sûrement plus que les autres familles. Il ne fallait pas sous-estimer la force de la famille Weasley...

« Mais franchement, fais vraiment attention. Je sais que tu vas trouver que je me répète. Mais j'en profite qu'on soit qu'à deux pour te le dire. Je vais vraiment avoir peur pour toi lorsque tu seras au ministère. Ils ne te lâcheront jamais, tu seras sous surveillance constante. C'est ça de porter notre nom. Alors il faut que tu sois vraiment prudente. Ne cherche pas à trop sauver de personnes ou à en faire trop. » Ça toujours été comme ça. Leur nom, tout le monde faisait une fixette sur leur nom mais ce n'était qu'un nom, non de non ! Lucy était fière de s'appeler Weasley mais des fois c'était vraiment lourd à porter. Bien sûr qu'elle allait être surveillée, elle ferait avec ! Des fois elle aimerait bien qu'on lui parle autre chose que de son nom. Elle était aussi Lucy, une fille brillante et plutôt jolie. Est-ce que le fait d'être une Weasley influait sur ça ? Pas vraiment ! Elle n'était même pas rousse, la grande caractéristique des Weasley ! De plus déjà à Poudlard, elle était énormément surveillée, ça ne changerait pas trop. Quoiqu'elle fasse, on la regarderait différemment parce que c'est une Weasley. C'était son fardeau et ça le serait jusqu'à ce que Voldemort tombe ! Et puis même, même après la victoire porter le nom de Weasley serait un poids. Pourquoi ? Parce que les Weasley sont et resteront la famille qui a combattu à côté d'Harry Potter, ils seraient un peu une sorte de star des familles sorcières. Tout ça pour dire que quand on était un Weasley, on était hors norme ! « Mais bon, finis de parler de tout ça, on était censé s'occuper de mon cas perso. » Lucy sourit. Fred avait le chic pour changer la conversation de sujet. Un revirement de situation en beauté ! « Alors tu me vois plutôt dans quoi ? Farces et attrapes ou quidditch ? » LA QUESTION du siècle ! Qu'est-ce qui était le mieux pour Fred ? Il serait sûrement très bien autant dans les Farces et Attrapes que dans le Quidditch, c'est vrai il aimait faire les deux mais dans lequel elle le voyait mieux ? D'un côté les Farces et Attrapes, il avait ça dans le sang et son nom l'aiderait facilement à avoir une clientèle solide et fidèle. Mais le Quidditch, il avait ça aussi dans le sang ! Et puis ça serait vraiment mignon puisqu'Aliénor était aussi une joueuse professionnelle. « [color=forestgreen)Parce que je trouve des avantages aux deux. Pour le quidditch, j'adore y jouer et puis ça me rapprocherait d'Alie et pour les farces et attrapes, c'est ce que j'adore faire dès que j'ai le moindre petit temps libre. Alors je sais pas trop quoi faire. J'aime tellement bien les deux. Mais j'ai peur d'être déçu lorsque je ferais un de ces métiers pendant des journées entières. J'ai peur d'en avoir marre.[/color] » La peur de la monotonie. Quel élève en phase de quitter Poudlard n'en n'avait pas peur ? Elle-même y avait déjà pensé mais avec le métier d'Auror peut de chance de connaître la monotonie... Quoiqu'on était jamais à court de surprises ! « Tu sais quoi, je commence à me mettre de nouveau à délirer et à raconter n'importe quoi. C'est sûrement la fièvre, il faut qu'on parle de choses moins compliquée, je me remettrai à tout ça une autre fois. D'ailleurs, je me dis, qu'au pire, je peux faire comme Ginny, commencer par le quidditch et faire ensuite des farces et attrapes. » Au pire. C'est vrai pourquoi se prendre la tête ? Il a qu'à essayer un et si ça marche pas essayer l'autre. En fait essayer quelque chose jusqu'à ce que ça fonctionne ! Au moins comme ça il était sûr que sa vie ne serait pas monotone. Bon le truc c'est que niveau stabilité, ça ne serait sûrement pas ça... « Oui au pire. Des fois il ne faut peut-être pas trop réfléchir et trop planifier sa vie. Essaye et tu verras bien et puis dis-toi que tu restes à Poudlard encore pour quelques mois ! Qu'est-ce que je vais devenir quand tu seras parti ? Et t'as pensé à tes chaudrons ? Ils vont s'ennuyer sans toi! » Elle lui fit un clin d’œil malgré le fait qu'elle soit très sérieuse. Il allait lui manquer quand il serait parti.

« Tu vois, ça sert parfois de tomber malade. Ça m'aura permis de faire un peu le point sur tout ça. Après j'ai encore un peu de temps pour y réfléchir mais ça m'aura donné des idées un peu plus claires sur l'an prochain. » Voilà qui pouvait parfaitement conclure leur conversation. Lucy allait répondre quelque chose lorsque Victoire arriva. « Dis donc, vous deux ! Vous êtes loin d'être guéris alors dormez ! » Toujours Victoire qui veillait, elle arrivait au moment où vous vous y attendiez le moins. Elle tira alors le rideau qui séparait leurs deux lits, les obligeant vite à terminer leur conversation. Lucy ramena la couverture sur elle avant de tirer un peu le rideau pour dire à Fred. « Quand on sortira d'ici, je te payerais une bièreaubeurre et quelques patacitrouilles pour qu'on finisse notre conversation. Et Fred, t'inquiètes ! Quoique tu fasses tu seras toujours fantastique, écoute ta cousine qui a toujours raison ! » Elle lui fit un clin d’œil puis elle se recoucha.


RP TERMINE

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.   

Revenir en haut Aller en bas
 

WEASLEY un jour, Weasley TOUJOURS Ҩ Fred. TERMINE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « ETAGES » :: « PREMIER ETAGE » :: infirmerie-