Partagez | 
 

 pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Ven 11 Nov - 9:37



Lucy était en train de se préparer parce que ce soir c'était soirée ! La semaine venait de se terminer et Lucy ne pensait qu'à une seule et unique chose : S'AMUSER. Elle ne voulait rien faire d'autres, absolument rien d'autre même si un entraînement de Quidditch était prévu pour le lendemain, elle assurerait parce que c'est ce qu'elle faisait toujours. Elle n'avait besoin que de quatre heures de sommeil pour avoir la pêche. Lucy c'était une wonder woman. Oh oui des fois elle se faisait des films, ça arrivait à tout le monde, non ? Oh bah si c'est non, c'est pas grave, laissons la rêver un peu. Enfin bref, elle ne savait pas trop comment s'habiller et elle voyait bien qu'Hermès perdait confiance. Il était allongé sur son lit à elle essayant de l'aider à trouver sa tenue. Et oui, Lucy avait jugé bon de demander de l'aide à Hermès, après tout qui mieux que lui pouvait l'aider ? Théo était occupée elle ne savait où et puis elle avait entièrement confiance en son meilleur ami. Le problème c'est qu'avec toutes les tenues qu'elle lui avait montré, il avait dit que c'était très joli... à chaque fois. S'il lui disait à chaque fois que c'était joli, comment voulait-il qu'elle se décide ? C'était juste mission impossible-là ! Des fois les garçons ne servaient vraiment à rien. Cela n'empêchait pas qu'elle adore Hermès, ça non mais il n'aidait vraiment pas là alors qu'elle avait cruellement besoin d'aide. « Sérieusement Hermès, aide-moi à choisir. Laquelle tu préfères ? La bleue ? La noire ? La grise ? Dis quelque chose, sinon j'y vais en jean et t-shirt et puis c'est tout ! » Et elle était sérieuse. Après tout, c'est vrai, à quoi bon choisir une robe qui vous mette en valeur, mettre des chaussures à talons qui vous tuaient les pieds alors qu'à la fin on arrivait à un même résultat : on finissait bourrer passait un bon moment avec les gens qu'on aimait. Hermès esquissa un sourire que Lucy jugea assez moqueur, finalement il lui indiqua la robe bleue. Lucy lui rendit son sourire et le prit dans ses bras avant de lui dire : « T'aurais pas pu me le dire avant ? C'est la menace du jean qui t'a décidé ? » Derrière son dos, Hermès sourit de plus belle avant de lui répondre : « Et oui j'ai eu cette vision et ça m'a fait mal au cœur ! » Lucy se dégagea de lui et lui fit une tape amicale mais qui se voulait agressive ! « Monsieur Charleston, vous n'avez pas honte ! » Elle croisa les bras pour lui montrer qu'elle boudait. « Tu sais que tu m'as fait mal ?! Tu es dangereuse, violente et cinglée... Je devrais fuir mais je peu pas me passer de ta frimousse. Et non, la bleue te va très bien mais tu as tellement de vêtements que j'avais du mal à choisir. Vous êtes toutes comme ça de toute façon, les filles. » Lucy se demanda alors s'il avait déjà vu la penderie de Théoxane, non parce que la sienne à côté de celle de sa meilleure amie était riquiqui et elle pesait ses mots... Enfin elle attrapa la robe bleue et fila sous la douche pour être tout propre et finit par s'habiller, elle ressortir de la douche un quart d'heure plus tard, vêtue de sa robe bleue, les cheveux encore mouillés. Hermès était parti, sûrement était-il en train de s'habiller, elle n'aurait pas accepter qu'il l'accompagne s'il avait été habillé n'importe comment ! Lucy aperçut alors Juyne qui traînait dans le coin. Vu sa tenue, elle allait à une soirée elle aussi. « Juyne ! Ça va ? Tu vas à la soirée de Jessica Geller ? » Juyne lui répondit que oui, qu'elle y allait avec quelques amis et qu'elles se retrouveraient sûrement là-bas. Cela fit plaisir à Lucy que Juyne aille à la même soirée qu'elle parce que généralement quand elles étaient à la même soirée, ça donnait ! Ça créait un moment mémorable comme on disait...


Voilà qu'elle était prête. Elle avait attachée ses cheveux en une tresse sur le côté, s'était maquillée légèrement, ce n'était pas trop son genre d'être beaucoup maquillée. Pour chaussures, elle finit par se décider en choisissant ses ballerines noires, simple mais efficace. Il ne lui manquait plus que de retrouver Hermès. Elle attrapa tout de même une veste car elle pourrait avoir froid, il fallait toujours prévoir. Elle descendit alors les quelques marches qui reliaient les dortoirs à la salle commune et elle trouva Hermès assis sur l'un des fauteuils qui se trouvaient devant la cheminée. Lucy s'approcha de lui et colla son menton sur l'une de ses épaules avant de dire : « Tu sais que ça bien deux bonnes heures que je te cherche, on va être en retard à cause de toi ! » Lucy sourit de malice. Elle sentit alors deux bras puissants l'entourer et elle se retrouva retourner sur le canapé. Elle se dépêcha de s'asseoir correctement avant que quelqu'un regarde sa culotte, non mais ça ne se faisait pas. Pendant ce temps, Hermès était mort de rire. « Mademoiselle Weasley, il m'a semblé que c'était vous que nous attendions... Mais faîtes attention à vos manières, vous devenez sacrément devergondée. » Lucy lui tira la langue avant d'ajouter. « Si quelqu'un avait vu, je crois bien que je t'aurais tué ! Et tu peux me croire, je suis sérieuse. Bon on y va ? » Hermès lui tendit une main que Lucy prit de bon cœur.


Ils empruntèrent un des nombreux passages secrets de Poudlard pour ne pas se faire attraper par n'importe qu'elle figure d’austérité de l'école comme mangemorts en patrouille, préfets ou même les fantômes coopéraient. Lucy aurait bien aimé avoir une vie remplie d'insouciance à Poudlard comme pouvait la raconter certains de ses oncles ou de ses tantes, pas son père il était trop sérieux pour ça. Ils arrivèrent alors devant la salle désaffectée : lieu de la fête. Ils mirent alors leurs masques. Ah oui vous ne saviez pas ? C'était une soirée masquée se qui rendait ça plutôt excitant, c'était le plus de la soirée. Quand ils entrèrent, une musique entraînante comblait toute la salle. Il y avait pas mal de personnes présentes. Lucy regarda autour d'elle pour essayer de voir si elle reconnaissait quelques personnes mais rien à signaler aux environs. Elle posa sa veste sur une chaise puis Hermès et elle se dirigèrent vers le buffet pour attraper une bièreaubeurre chacun, on ne changeait pas les bonnes vieilles habitudes. De nouveau au buffet, elle regarda autour d'elle. Elle s'était dit que peut-être elle trouverait Juyne dans le coin mais non, il faut dire que reconnaître les gens était beaucoup plus difficile lorsque les gens portaient des masques. D'ailleurs a quitté du regard Hermès, elle failli le perdre mais heureusement il n'était jamais très loin. Ils lâchèrent alors leurs bièreaubeurres pour rejoindre la piste de danse, ils se mêlèrent à la foule et Hermès à faire son pas de danse légendaire sous les rires de Lucy. Lucy tendit alors le bras mais malheureusement il atterrit dans le crâne de quelqu'un. Elle se retourna pour s'excuser. La personne venait aussi de se retourner, Lucy dit alors : « Excuse-moi. » En parlant, elle l'avait regardé dans les yeux et soudain elle se dit qu'elle avait déjà vu ses yeux quelque part. Mais bien sûr ! Comment pouvait-elle douter ? Elle reconnaîtrait ses yeux entre mille tellement elle les avait vu. Il s'agissait de Louis, son cousin c'était sûr mais il était à une soirée, lui ? « Oh mon Dieu, Louis c'est toi ? » Mais oui c'était lui, ça ne faisait aucun doute et c'était même pas la peine qu'il mente parce qu'elle le verrait. Lucy voyait ce genre de chose surtout quand c'était Louis. Louis elle le connaissait par cœur, c'était son cousin, son plus proche cousin, celui qu'elle adore, celui qui avait la plus haute place dans son cœur. Après tout leur devise était : « Pour et à jamais. » Et puis il n'oserait pas lui mentir, si ? Non même pas la peine sinon elle lui parle plus pendant un mois... Elle tiendrait jamais aussi longtemps mais la menace aurait son effet, Lucy en était sûre. Enfin elle ne put s'empêcher d'ajouter : « Mais qu'est-ce que tu fais là ? » Ce n'était pas trop le genre de Louis d'être à des soirées, non Lucy le voyait toujours en train de travailler, d'ailleurs ces derniers temps elle trouvait qu'il travaillait encore plus que d'habitude ce qui était déjà un exploit en soit. Cependant elle était contente qu'il s'amuse. Jalouse qu'il s'amuse sans elle ? Un peu mais avant tout elle était contente pour lui. En plus ce n'est pas comme si elle avait à craindre que Louis ne l'aime plus un jour, c'était impossible cette chose-là, pas vrai ? Ne lui faîtes pas une frayeur comme ça, parce que cette fois-ci elle entre au couvent pour de bon !

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   


Dernière édition par Lucy Weasley le Lun 21 Mai - 9:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Sam 12 Nov - 5:21


Le coude sur la table, la joue dans la main, les yeux du jeune Poufsouffle lisait d'un air nonchalant les lignes de l'épais et poussiéreux grimoire qu'il avait devant lui. Il craignait à chaque fois qu'il tournait une page que celle-ci demeure dans ses mains, tant le livre en question semblait ancien et fragile. C'était comme si personne n'avait daigné le tirer de son étagère pendant des décennies, si bien qu'il était resté là, penaud, jaunissant, s'empoussiérant, tentant d'étouffer le pauvre adolescent qui l'extirperait un beau jour d'entre ses deux voisins grimoires par l'amas de poussière que ce simple mouvement pouvait provoquer. En effet, cela devait bien être une des premières fois où Louis avait eu droit à ingurgiter autant de poussière dans son existence, pendant un moment, il avait presque cru à une attaque ensorcelée, d'ailleurs. Dans tous les cas, après plusieurs quintes de toux et éternuements qui s'était prolongés jusqu'à une bonne vingtaine de minutes et quelques regards courroucés et impatients, Louis avait finit par trouver son calme et une respiration idéale pour livre ce fameux livre qui devait, à ses yeux, probablement regorger de certains secrets, enfouis sous toute cette poussière récalcitrante.

La main du jeune homme passa sur quelques mots pour en enlever la poussière et tenta de décrypter les termes effacés avec l'âge. Il plissa les yeux, comme si cela allait l'aider à mieux deviner les mots inscrits et alors qu'il soulevait le livre pour l'approcher de ses yeux à ses risques et périls respiratoires, un élément non identifié de couleur noire surgit de nulle part, se posant sur le grimoire. Croyant d'emblée à une créature plus ou moins vorace, l'adolescent ne put s'empêcher de sursauter, avant de réaliser qu'il s'agissait d'un simple et inoffensif... Masque. Bientôt, le rire de Juyne survint, visiblement bien amusée de la réaction qu'elle avait provoqué chez son ami, et la jeune Poufsouffle s'installa à ses côtés, saisissant de nouveau le masque qu'elle tenta de lui enfiler, claquant l'élastique contre une de ses joues, ce qui invoqua une grimace chez le principal intéressé. « Bien, je savais que ça t'irait. » L'air las, l'adolescent ôta le masque qu'il conserva dans ses mains, redoutant l'idée que son amie pouvait bien avoir derrière la tête. En effet, depuis quelques temps, la jeune Wells s'était élancée dans une mission des plus particulières qui avait pour intitulé : le dévergonder, le décoincer. Enfin bref, vous saisissez l'idée. L'avis de Louis ? Oh, de toute façon, ce n'était pas comme s'il avait réellement son mot à dire. Eh puis, même si par cette simple inertie il pouvait paraître plus que soumis aux désirs de Juyne, ça ne changeait pas qu'il appréciait beaucoup la jeune femme et que d'une certaine manière, dans son profond subconscient, il aimait passer du temps avec elle, même si parfois, ça tournait en véritable cauchemar vu sa personnalité plutôt timide.

Mais cette fois-ci, il y avait peut-être une petite chance, une sorte de protection : le dit masque. Bon, ça ne changerait pas qui il était, mais les gens ne le reconnaîtrait peut-être pas aux premiers abords ? De plus, ce n'était pas comme s'il s'amusait à prendre des bains de foule tous les samedis soirs. La main de Juyne secoua l'épaule de son ami vivement, un sourire amusé étirant ses lèvres. « Hé ho, Louis, tu m'écoutes ? » Le dit Louis leva les yeux, un air songeur encore sur le visage ce qui fit rire de nouveau la Poufsouffle. « Alors, je disais que Jessica Geller » « Qui ? » Juyne fronçait les sourcils, rétorquant simplement : « Il faut vraiment que tu sortes, parfois, tu sais. En tout cas, peu importe. Elle fait une fête, à la salle désaffectée du quatrième, ce soir. » « Mais, il y a le droit d'y aller, dans cette salle ? Elle est pas réservée à... » « Bien sûr que non, tout comme faire une fête le soir après le couvre-feu. Mais c'est ça qui rend la chose plus existante et amusant, n'est-ce pas ?! » Le regard de Louis passa progressivement de son interlocutrice, des autres élèves qui travaillaient puis à son grimoire, avant de retourner sur celui de Juyne. De toute évidence, les deux Poufsouffle n'avaient pas tout à fait la même définition du terme « amusant ». « En fait, vous risquez de vous faire prendre pour faire la fête dans le dos des autres ? » « Pas « vous », Lou, « nous » ». Des yeux de chien battu, une Juyne intransigeante qui ferma violemment le grimoire en vue de traîner le jeune Weasley hors de ce repère à rats de bibliothèque. Louis eut un mouvement recul, s'attendant à se faire attaquer à un autre amas de poussière, ce qui ne rata pas, si bien que les deux Poufsouffle toussèrent en cœur.

« Bananes frites ». Louis grimaça à l'image d'un tel plat tandis que la nature morte qui voilait la salle commune des Poufsouffle les laissait gentiment passer. Son amie passa devant lui, et alors qu'il la rejoignait au seuil de la salle, elle l'informa : « Bien, je vais me préparer. On se retrouvera plus tard. » Elle fourra le masque dans les mains de Louis et le pressa vers le tunnel qui menait à son propre dortoir avant de s'enfoncer dans le sien, en vue de se préparer pour la fête. L'adolescent gravit les différents escaliers vers son dortoir et poussa la porte de celui-ci où il trouva quelques uns de ses « camarades de classe » s'empiffrer de chocogrenouilles. Silencieusement, il s'installa sur son lit, s'allongeant finalement, l'air dépité, le masque reposant sur son ventre.

« Je me souviens la première fois que j'ai rencontré ton père. Il était grand, mince, bel homme, et bien entendu roux, comme le reste de sa famille. Il avait les cheveux longs qu'il attachait toujours et une boucle d'oreille d'où pendait un crochet de serpent. Il s'habillait plutôt bizarrement, un peu comme s'il allait à un concert de rock, et avait toujours ces bottes en peau de dragon, aussi. En fait, il était le genre de garçon qu'on trouve « cool » dès le premier coup d'œil. » Un sourire figé, la fourchette du cadet de William et Fleur s'enfonça lentement dans un pauvre morceau de carotte tandis que Dominique raffolait écouter les autres parler de ses parents et en faire des éloges. Bien que pour être tout à fait sincère, les commentaires positifs s'orientaient surtout vers leur père, leur mère n'étant pas très populaire au sein des Weasley. Elle avait été acceptée, certes, mais c'est à peu près tout ce qu'elle avait pu être. Après, ce n'était pas comme si elle s'en plaignait, Fleur était heureuse comme ça, amoureuse de sa petite vie et de son époux. Jusqu'à présent, l'un des rares commentaires négatifs qu'on avait pu trouver sur William était lorsqu'il avait était traité d' « abruti à longs cheveux » par Rita Skeeter, et honnêtement, la journaliste n'avait pas nécessairement assez de crédit pour que son insulte ait un quelconque impact. Enfin, dans tous les cas, tout le monde a un bon mot. « A Poudlard, il était préfet puis préfet-en-chef, a obtenu douze BUSEs, a eu un parcours irréprochable. » Et le pire, c'est que peu importe vers quel domaine on essaie de le juger, on ne trouve rien à lui reprocher. « Une sorte de perfection incarnée de l'humanité. » C'est tellement difficile et démoralisant, de prendre pour modèle quelqu'un de parfait, lorsqu'on est soi-même bourré de défauts.

« Louis ? » Le garçon sortit de ses rêveries, son regard s'orientant vers une Juyne changée, légèrement maquillée, étonnement élégante, à côté de lui qui avait toujours son uniforme de Poudlard et qui n'avait pas bougé de son lit pendant tout ce temps. L'air subjugué, l'adolescent prononça, ses yeux allant des pieds à la tête de son interlocutrice : « Wah. » Un léger sourire apparut sur le visage de la Poufsouffle, tandis qu'elle répondait simplement : « Merci. Mais je ne peux pas te retourner le compliment. » Ses jours prirent une teinte rosée, et il baissa les yeux, l'air piteux, tout en se redressant en position assise sur son lit. Il osa un dernier coup d'œil à la robe de Juyne et répliqua pour sa défense : « Je pensais pas qu'il fallait s'habiller si bien. » Juyne saisit sa main, l'air impatient. « Crois-moi, dès qu'on a l'occasion d'enlever cet horrible uniforme, on saute dessus. Enfin, généralement... » Ses yeux dévisagèrent l'uniforme que Louis arborait toujours, ce qui accentua la rougeur de ses joues. « C'est ta valise ? » Il baissa les yeux sur la malle que montrait la jeune femme du doigt et acquiesça. Aussitôt, Juyne partit en quête d'un ensemble qu'elle lui balança avec un « File te faire beau. » autoritaire. Docile, il fourrait le tas de linge dans ses mains avant de filer sous la douche et les revêtir. Une dizaine de minutes plus tard, il réapparut dans le dortoir, Juyne l'attendant patiemment sur son lit. Elle se retourna, un air satisfait. « Parfait. » Elle lissa la chemise qu'il portait au niveau des épaules et fit sauter deux boutons alors qu'elle l'aidait à boutonner ceux au niveau des manches. « Bon, la touche finale. » Elle tendit le masque à son interlocuteur, un air satisfait sur le visage tandis qu'elle déclarait : « Je vais t'avouer que je suis assez fière de moi, sur ce coup-là. » Il sourit pour toute réponse et remerciement.

Les deux amis se retrouvèrent dans la salle commune. Le regard de Juyne se posa sur l'horloge. « Bien, pile à l'heure. » Les yeux du garçon se posèrent sur l'horloge comme s'il espérait comprendre quelque chose à l'art d'être à la bonne heure à une fête. La main de l'adolescente saisit le poignet du Poufsouffle pour le presser vers la sortie de la salle commune et elle ne le lâcha pas avant qu'ils se retrouvèrent dans la fameuse salle désaffectée. Le jeune Weasley retint tout commentaire concernant le caractère précédant le « désaffectée » concernant la salle et enfila son masque qu'il bénit lorsque la porte s'ouvrit et qu'il pu remarquer à tel point il pouvait y avoir du monde. Cette « Jessica Geller », peu importe qui elle était, devait être vachement populaire. « Amuse toi bien ! » Le temps de se retourner, il avait perdu de vue Juyne. Bien, excellent, ça commençait bien...

« Mark ? Mark ?! » un violent coup s'abattit sur l'épaule de Louis qui se retourna ainsi vers une jeune fille aux boucles brunes, inconnue au bataillon, qui répéta avec grand enthousiasme « Mark ! Je suis contente que tu sois là ! ». Automatiquement, il jeta un coup d'œil derrière son épaule, à la recherche du dit « Mark » mais comprit bien assez tôt que la jeune femme le confondait avec quelqu'un lorsqu'elle sauta dans ses bras. Nom d'une goule. « Tu es très élégant, comme d'habitude ». Le jeune Poufsouffle fronçait les sourcils alors que son interlocutrice gloussa. Bêtement, il ne trouva rien de mieux à bafouiller qu'un timide remerciement alors qu'il se faisait traîner vers l'autre bout de la salle. « On joue ? » Elle fourra un gobelet dans les mains de l'adolescent et en prit un elle-même, levant en sa direction « Santé ». Elle engloutit l'intégralité de son récipient cul-sec, sous les yeux écarquillés de son faux Mark qui n'avait pas bougé. Elle le taquina en lui poussant l'épaule, rétorquant avec un large sourire charmeur : « Allez, allez ! » Un soupire fila entre ses lèvres. Je marmonnais un ironique « Vive Juyne » avant d'avaler cul-sec le contenu du gobelet et sentir ma gorge brûler avec atrocité au passage de la boisson indéterminée. Alors qu'il ouvrait les yeux, un nouveau gobelet apparut devant ses yeux, et le jeu sembla sans fin « Santééé ! »

Un bon moment après, la brune quitta le jeune Poufsouffle qui jeta un coup d'œil plus ou moins flou au reste de la salle. Il haussa les sourcils, comme s'il espérait clarifier sa vue et quelques minutes plus tard, son stratagème ne sembla pas si vain que ça. Il décida de traverser de nouveau la salle, espérant retrouver Juyne qui l'avait après tout, quand même, traîné ici, et figurait être une sorte de bouée de sauvetage à ses yeux dans ce genre de situation. Le masque toujours sur son visage, il tenta de se frayer un chemin jusqu'à ce qu'un bras le frappe au niveau de sa tête. Le coup résonna quelques instants, alors qu'un vague « Excuse-moi » se fit entendre. Il tourna la tête vers son agresseur qu'il reconnut aussi rapidement que cela fut possible. « Oh mon Dieu, Louis c'est toi ? » Et visiblement, cela fut réciproque. « Non. Enfin, si ! Mais non, pas vraiment. » Il grimaça, ayant conscience d'être souverainement incohérent dans ses propos. Finalement, Louis tourna la tête vers l'endroit d'où il venait, comme s'il espérait y trouver une solution, mais la jeune femme qui l'avait appelé Mark toute la soirée était déjà partie il-ne-savait-où. L'air complètement dépassé, il articula à l'adresse de sa cousine : « Je... Y'a une fille qui croit que je suis Mark. Et... Je sais pas qui est ce Mark, mais elle croit que c'est moi. Enfin, tu vois ce que je veux dire, non ? » Il posa une main sur son front qui avait réceptionné le coup et sourit à sa cousine sans raison particulière, qui surenchérissait : « Mais qu'est-ce que tu fais là ? » Nouveau regard désespéré vers un autre endroit de la salle. Pas de Juyne en vue, décidément. « Juyne m'a fait venir ici et... » Il fit un geste comme pour lui expliquer que c'était elle qui avait décidé qu'il devait enlever son uniforme, mettre une tenue qu'elle avait choisit précisément pour la fête et qu'elle lui avait prêté ce masque. Il fronça de nouveau les sourcils, ajoutant tristement : « Mais... Je ne l'ai plus revue depuis le début de la soirée... » Pour toute explication sur cette nouvelle, je précisais : « Avec le truc du Mark, tu vois ? » Il grimaça de nouveau, se sentant tout sauf clair, dans cette histoire. Finalement, changer de sujet semblait être le plus judicieux. « Et toi tu... » Il marqua une pause, sans raison évidente apparente. « Tu t'amuses bien ? » D'une certaine manière, il aurait dû s'en douter que Lucy serait aussi à cette fête. Sa cousine était réellement populaire à Poudlard selon lui, bien que d'un autre côté, il était difficile d'être moins populaire que Louis au niveau des amis, étant donné sa solitude endurcie. Et puis, comment ne pas tomber sous le charme de sa cousine préférée ? Lucy était loin d'être quelqu'un de difficile à vivre et il était plus qu'aisé de l'apprécier. Du plus loin qu'il s'en rappelle, il l'avait toujours adoré, et ça avait été réciproque. Sa cousine avait tout pour plaire et se faire des amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Ven 18 Nov - 12:06


« Non. Enfin, si ! Mais non, pas vraiment. » Bon bah c'était lui ou pas lui ? C'était assez confus pour l'instant mais pas la peine d'essayer de la duper, elle savait que c'était lui. Elle le reconnaissait à ses yeux et si elle n'arrivait pas à le reconnaître, elle s'en mordrait les doigts. Ne plus reconnaître Louis ça serait un peu comme si elle perdait la boule, ni plus, ni moins ! « Je... Y'a une fille qui croit que je suis Mark. Et... Je sais pas qui est ce Mark, mais elle croit que c'est moi. Enfin, tu vois ce que je veux dire, non ? » Hein ? Mais c'était qui ce Mark et cette fille ? Lucy était décidément assez confuse face aux paroles de son cousin. Et puis pourquoi ne s'exprimait-il pas avec des paroles claires ? Était-ce parce qu'il avait bu ? Parce qu'il était ivre ? Non parce que si c'était le cas, ça ne ressemblait pas du tout à Louis et puis tout seul, ivre, à une soirée où une tonne de personnes pouvaient profiter de lui, Lucy n'était pas d'accord avec cela. Bon certes elle faisait sa cousine protectrice là mais c'est parce qu'elle tenait à son Louis et que si jamais il lui arrivait quelque chose, elle ne s'en remettrait jamais ! AH elle voulait savoir qui l'avait emmené ici. Elle commençait à s'énerver, s'exciter mais elle n'avait pas encore la preuve que Louis avait bu déjà et qu'il était saoul. Oh oui, un Weasley ça pouvait s'emporter très vite !! Surtout quand ça concernait la famille. Et en particulier dans le cas de Lucy, lorsqu'il s'agissait de Louis. « Juyne m'a fait venir ici et... » Lucy avait le nom du coupable, en l’occurrence Juyne Wells, l'une de ses amies qu'elle avait croisé un peu plus tôt. Est-ce qu'elle était en colère ? Bien sûr que non, c'était cool que Juyne fasse sortir Louis de « son trou » parce que passer toute sa vie à étudier, c'était la gâcher. Louis fit des signes vers ces vêtements que Lucy comprit très vite – communication jumeaux, si vous ne comprenez pas, aller voir les fiches de lien... – que c'était Juyne qui lui avait dit de changer de tenue mais il était très beau ainsi, Lucy approuvait Juyne pour cela. « Mais... Je ne l'ai plus revue depuis le début de la soirée... » Il avait dit sa phrase sur un ton triste, apparemment la solitude n'était pas son truc mais Lucy le savait et puis ce qui était encore moins son truc c'était les soirée. Depuis qu'ils étaient arrivés à Poudlard, Louis allait à très peu de soirées, Lucy avait déjà du le forcer plus d'une fois, lui faire du chantage, le menacer pour qu'il l'accompagne à l'une d'entre elles... C'est qu'elle pouvait être machiavélique pour servir ses propres intérêts et puis elle soulager sa conscience en se disant que ça avait été bénéfique pour Louis de sortir un peu et de s'amuser... Et puis Louis ne lui avait jamais fait la tête pour l'avoir emmené à une soirée. C'était fun les soirées et c'est un rite de l'adolescence auquel on ne pouvait échapper. « Avec le truc du Mark, tu vois ? » [/color] Ah oui le truc du fameux Mark qui était en réalité Louis mais c'était une fille qui pensait qu'il était Mark, c'était ça non ?! C'était quand même bien compliqué tout ça. « Et toi tu... » Lucy replongea son regard dans le sien parce qu'il allait à l'évidence lui posait une question, non ? « Tu t'amuses bien ? » Oh oui, elle, elle s'amusait plutôt bien. En même temps elle venait à peine d'arriver alors c'était difficile à dire mais jusqu'à présent elle s'amusait. D'ailleurs elle se souvint alors qu'elle était venue avec Hermès et qu'elle ne le voyait plus. Elle commença alors à regarder un peu autour d'elle pour le chercher. Elle finit par le trouver en pleine discussion avec une fille qu'elle avait déjà quelque fois... Apparemment Hermès et elle étaient de bons amis. Ca convenait à Lucy tant qu'elle ne lui volait pas son Hermès, parce que c'était elle, Lucy Weasley, parfaitement, LA MEILLEURE AMIE. Oui bon c'était pas la peine de piquer une colère Lucy, du calme... Ne vous étonnez surtout pas, ça ne sert plus à rien. Étant donné que déjà tout cela faisait parti d'un conflit intérieur dont personne n'était spectateurs à part Lucy bien sûr.

Après avoir fini de « fliquer » Hermès, Lucy pouvait se reconcentrer sur Louis qui attendait une réponse de sa part et qui avait encore l'air plutôt désemparé. Lucy en revint à se demander s'il n'était pas réellement un peu saoul. Ce n'était pas de sa faute si elle était assez protectrice. Enfin, elle commença doucement en répondant à Louis. « Bah écoute pour l'instant tout se passe bien. Je suis venue avec Hermès. » Elle lui montra Hermès du doigt, au cas où il ne se souvienne pas du jeune homme, on ne sait jamais... « Mais bon, on est arrivé il y a même pas dix minutes, je crois alors difficile à dire mais l'ambiance est bonne en tout cas. » Et puis il fallait reconnaître que lorsqu'il y avait de la bonne musique, Lucy était dans son élément. Pendant les fêtes, elle adorait danser jusqu'au bout de la nuit. C'était la reine des dancefloors. Peut-être pas jusque là mais elle aimait danser quand elle n'était pas près du buffet. En gros, Lucy avait ses petites habitudes et ses exigences. S'il n'y avait pas à manger et de la bonne musique, elle ne restait même pas cinq minutes. Elle préférait retourner réveiller tout son dortoir ou alors elle se contentait de dormir. Autant vous dire que la deuxième proposition arrivait largement plus souvent que la première... Lucy n'était pas vraiment quelqu'un de si rebelle que ça, après tout à la fin de la journée, elle restait cette petite fille à son papa, sage comme une image. Enfin pour en revenir à la situation actuelle, Lucy interrogea Louis sur ce Mark et cette fille : « Tu me montres la fille qui te prend pour un Mark. Je connais pas de Mark alors je peux pas trop t'aider de ce côté-là mais peut-être que j'arriverai à reconnaître cette fille... » Elle avait bien réussi à reconnaître Louis, non ? Alors elle pouvait peut-être reconnaître une autre personne.

Lucy réalisa alors que Louis et elle se trouvaient en plein milieu de la piste de danse c'est pour cela qu'elle avait ressenti quelques coups de coude et qu'on lui avait marché sur les pieds. Elle attrapa alors la main de son cousin et elle le conduisit plus vers l'extérieur, dans un coin où ils seraient plus tranquilles pour parler et puis comme ça, ils arriveraient mieux à s'entendre. Non parce que ce n'était pas commode de parler alors que pleins de gens autour de vous, discutaient, dansaient sur une musique extrêmement bruyante et tous les bruits qui allaient avec. Néanmoins une question continuait de la titiller et vu qu'elle était en confiance avec Louis, elle ne put s'empêcher de poser la question suivante : « Est-ce que tu as bu ? » BAM. A peine ces paroles furent sorti que Lucy se disait que ça sonnait comme un reproche dans sa bouche ce qui n'était pas le but. Non elle voulait juste savoir, être fixée. C'est pourquoi elle rajouta tout de suite : « Je te reproche rien. Qui suis-je pour te reprocher de boire alors que je ne dis jamais non à une bièreaubeurre. C'est juste que je me pose la question... » Voilà elle lui avait dit tout simplement et puis si elle ne pouvait pas dire ce qu'elle pensait à Louis, elle ne le dirait à personne vu que la personne en laquelle elle avait le plus confiance c'était Louis et ça depuis toujours. Du plus loin qu'elle s'en souvienne, ils ne s'étaient jamais disputés sérieusement et très longtemps, leur record était toute un après-midi. Ce jour-là c'était Lucy qui était revenu en courant voir Louis et lui dire qu'elle était désolé ce que Louis avait répondu par la même chose. Depuis ils évitaient sérieusement de se disputer même si franchement ils n'avaient pas vraiment d'occasion pour se prendre la tête mais il arrivait qu'ils soient en désaccord. Ils n'étaient pas toujours d'accord, ça non, leurs avis divergeaient sur plusieurs sujets mais en même temps s'ils étaient toujours d'accord, ça serait loin d'être marrant. Pendant qu'ils discutaient, la fête continuait de battre son plein et Lucy devait bien reconnaître qu'il commençait à faire chaud dans la salle désaffectée mais heureusement elle n'était pas venue en combinaison de ski ou vêtue d'un polaire. Oh et puis aussi elle était chiante, elle ne faisait que se plaindre depuis toute à l'heure, faire sa cousine ultra protectrice et compagnie. Décidément, une Weasley ça pouvait être vraiment chiante... Plus d'autres commentaires à faire.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Mar 22 Nov - 12:00


« Je me demande si l'être humain est génétiquement constitué pour perpétuellement désirer ce qu'il n'a pas, ou l'opposé direct de ce qu'il possède. Est-ce qu'un individu est capable de se complaire dans sa propre situation ? Est-ce qu'il y a dans le monde un Homme qui n'envie absolument personne ? Est-ce qu'il existe quelqu'un qui ne souhaite rien de plus que ce qu'il compose au moment où il se regarde dans un miroir ? J'ai toujours eu cette fâcheuse impression que l'on dénigre c e que l'on a, pour la simple raison qu'on l'a acquis. Que puisque ça nous est du ou inné, puisque ça nous appartient indéfiniment, puisque ça ne reflète pas spécialement une lutte ou une valeur héroïque à nos yeux et non ceux du monde en particulier, puisqu'on s'y est fait, toute cette valeur est perdue, tout comme le caractère extraordinaire qui s'y rattache. Ainsi, l'œil se pose sur le voisin, sur ce qu'il a de différent de nous. Comme si nous cherchions à être l'autre, comme si nous cherchions à fonder une communauté de clones. Comme si nous fuyons une misérable remarque désobligeante sur ce qu'Autrui a accomplit et ce que nous n'avons pas nous-même concrétiser dans notre existence. Comme si nous voulions constamment nous prouver qu'on vaut autant que l'autre. Pourtant, ce système n'a jamais été à sens unique. Nous sommes tous des individus diamétralement opposés, nous possédons tous quelque chose que personne ne possède et que nous pouvons nous vanter d'avoir en notre possession. Cependant, personne ne voit vraiment les choses de cet oeil-ci. Plutôt, on se laisse diriger par des sentiments relativement destructeurs qui nous pourrissent la vie, mais par ce mal, nous fait sentir plus vivants que jamais et nous procure enfin un semblant de but. Le but d'une vie. Voilà qui pourrait être la raison de toutes les excentricités de l'humanité : donner un sens à sa vie.

Je veux être mon père, parce qu'il est tout ce que je ne suis pas. Je veux être lui, parce qu'il est tout ce que j'envie et que, peut-être, n'arriverai-je jamais à accomplir ou obtenir. C'est ça, le sens de ma vie. Une partie de moi l'estime totalement ridicule, mais l'autre ne peut s'ôter cette idée de l'esprit. C'est pire qu'un parasite, une véritable obsession, une crainte récalcitrante qui vous éveille la nuit, qui vous tue à petit feu, qui vous rend extrêmement malheureux dans les moments de défaite. Une lente auto-destruction ayant pour unique but de changer de peau, changer de la tête aux pieds, de perdre qui on est, pour être plus que ce que l'on consiste. En somme, le cerveau humain est le maître des ravages de soi. »

« Et toi tu... Tu t'amuses bien ? » Le regard de sa cousine parcourut alors la salle, comme si elle cherchait la réponse qu'ul attendait parmi l'un des invités. Ses yeux s'attardèrent finalement vers la même direction, ce qui incita Louis à se tourner à son tour afin de prendre connaissance de ce qui intéressait tant sa chère cousine. Rapidement, celle-ci lui offrit quelques précisions. « Bah écoute pour l'instant tout se passe bien. Je suis venue avec Hermès. » Ha oui, Hermès. Lucy composait un trio si l'on pouvait dire avec le jeune homme et Theoxane, qu'elle n'avait su se séparer depuis leur première année. D'ailleurs, ça avait instauré quelques tensions entre Louis et la jeune Poufsouffle, bien qu'il fallait l'avouer, l'origine était assez puérile. Cependant, le jeune Weasley ne pouvait pas s'en empêcher. Il n'était pas forcément possessif, et savait pertinemment que sa cousine ne l'oublierait pas si finalement, tout comme il se doutait que Theoxane était quelqu'un de très bien et qui gagnait à être connue, mais voilà, il suffisait de ce tout petit élément pour qu'elle et lui ne peuvent s'entendre à merveille. L'adolescent avait préféré bâtir une frontière entre tout ça, ne voulant pas spécialement se mêler aux autres, fusionner avec les amis proches de Lucy. Il n'y avait pas de raisons valables pour expliquer sa manière de faire, c'était certain. Il était juste fait comme ça, il n'aimait pas les foules, il n'aimait pas les groupes. Il préférait les duos, et surtout, il n'y avait que là-dedans qu'il arrivait à se retrouver et ne pas se sentir totalement invisible. « Mais bon, on est arrivé il y a même pas dix minutes, je crois alors difficile à dire mais l'ambiance est bonne en tout cas. » Un sourire étira les lèvres du jeune homme aux mots de son interlocutrice. Malheureusement pour elle, il ne pouvait pas vraiment lui donner une évaluation de la fête. Il avait beau avoir été présent plus longtemps qu'elle, son expérience était bien trop limitée. A ses yeux, c'était une fête, et la juger était plutôt impossible, par manque d'éléments de comparaison. Dans son esprit, du moment que personne ne lui vomissait dessus, ça se passait plutôt bien. « Tu me montres la fille qui te prend pour un Mark. Je connais pas de Mark alors je peux pas trop t'aider de ce côté-là mais peut-être que j'arriverai à reconnaître cette fille... » Louis fronça les sourcils quelques minutes, comme s'il avait oublié toute l'histoire en l'espace de quelques secondes. Puis, une illumination sembla filer dans ses yeux avant qu'il croise les bras et balaye la salle du regard à la recherche de la jeune femme avec laquelle il avait passé une bonne partie de sa soirée jusqu'à présent. Ce qui s'avéra bien plus difficile qu'il ne le pensait. Étant une soirée masquée, il n'avait franchement pas pu retenir quelques traits ou éléments qui pouvaient différencier la jeune femme de toutes les autres. Et puis, c'était plutôt elle qui l'avait « trouvé » (bien qu'elle s'était souverainement trompée sur la personne, ce qui n'était très encourageant pour Louis à l'idée de retrouver une parfaite inconnue soit dit en passant...). Un soupir fila entre ses lèvres, autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Il orienta son regard vers sa cousine qui attendait une réponse patiemment. Finalement, le jeune homme emprunta un air désolé, capitulant à la demande de sa cousine préférée. « Je sais pas trop. Enfin, c'est dur de la retrouver, les gens se ressemblent un peu... » Il fronça les sourcils. S'il l'entendait, il la reconnaîtrait probablement au son de sa voix, mais au physique, cela semblait compromis. En plus, c'était à peine s'il parvenait à se souvenir de quelle couleur était ses yeux, elle n'avait jamais su tenir en place plus de quelques secondes, surexcitée à l'idée de jouer et faire la fête. Un silence plana entre les deux adolescents. « Mais elle existe, hein. » prononça-t-il soudainement, se surprenant presque lui-même de déclarer une telle chose, s'auto-accusant presque d'être un menteur. Mais non, il avait bien « communiqué » avec une jeune femme. Ce qui pouvait certes paraître assez surprenant puisqu'il n'était pas le jeune homme le plus populaire, amical et sociable qui soit. En fait, il était plutôt en compétition pour être le roi des solitaires et des inconnus. Il n'était pas avenant, il se méfiait plutôt des gens, surtout quand on sait que la plupart du temps où il était enfin parvenu à accorder sa confiance et son amitié à quelqu'un qui n'était pas de sa famille, cette personne s'était empressée de le trahir sans pitié. Conclusion : pour l'instant, il préférait être seul que mal accompagné, même si ça impliquait d'être seul une bonne partie de sa scolarité à Poudlard. Au moins, ça lui évitait plusieurs désagréments, selon lui.

« Est-ce que tu as bu ? » Louis redescendit sur Terre, attirant de nouveau son regard sur sa cousine qui n'avait pas bougé. Pendant quelques secondes, la phrase de Lucy se répéta dans sa tête, comme s'il devait la traduire ou autre, assimiler chacun de ses termes. S'il avait bu, la réponse était simple tout comme affirmative. Cependant, pendant quelques instants, ce simple « oui » figurait être la solution d'une équation particulièrement ardue à résoudre. « Je te reproche rien. Qui suis-je pour te reprocher de boire alors que je ne dis jamais non à une bièreaubeurre. C'est juste que je me pose la question... » Un léger sourire apparut sur le visage du jeune homme, bien qu'il ne formulait pas de réponse tout de suite. En temps normal, il aurait sans nul doute rougit à la question de Lucy, se jugeant honteux d'avoir pu commettre quelque chose qui n'était pas vraiment de son ressort. Les fêtes, l'alcool, les filles, tout cela ne lui ressemblait aucunement. Son élément, c'était les livres, les plumes et les rouleaux de parchemin. Il s'assumait difficile un verre à la main, il se sentait limite jugé comme un intrus à une fête. Et surtout, le seul fait qu'il puisse attirer l'attention sur lui par un de ses agissements un peu plus particuliers que les autres le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Probablement était-ce pour cela qu'il s'était fait emmené à cette fête-ci plus facilement qu'aux autres : parce qu'elle était masquée. Personne ne pouvait franchement le reconnaître aux premiers abords, sauf si cette personne le connaissait personnellement et très bien, comme c'était le cas pour Lucy. Dans cette situation, il était pris au piège, démasqué, en quelque sorte. Oh, il ne craignait rien de la part de sa cousine, il lui faisait entièrement confiance, mais peut-être qu'au final, à l'issue de sa question, même si son interlocutrice ne lui faisait pas de reproches, lui-même s'en infligeait. Il était un imposteur, dans tout ce petit jeu. Il repensait à son autre cousine, Lily, qui jurait vouloir devenir qui elle était vraiment et se débarrasser de son image de petite intello. La différence entre eux deux, c'était que Lily semblait persuadée de savoir qui elle était. Alors que lui, Louis, il l'ignorait. Il se questionnait continuellement à ce propos et il se doutait qu'au final, il était bien trop occupé à dresser le portrait de celui qu'il voulait être pour apprendre qui il était. Assez troublant, comme débat intérieur, n'est-ce pas ? Le jeune homme finit par s'asseoir à même le sol, comme si c'était une pratique tout à fait courante et normale. De toute façon, vu l'endroit où Lucy les avait emmené pour parler sans avoir à s'égosiller, il ne risquait pas de se faire piétiner : il n'y avait pas vraiment de passage. Il ramena ses jambes un peu plus contre son corps, posant ses poignets sur ses genoux pliés. Puis, le jeune homme leva promptement un regard fuyant vers sa cousine afin de s'assurer qu'elle était toujours dans les parages et inspira profondément comme si articuler la réponse qu'elle quémandait lui nécessitait un effort surhumain. Finalement, il prit la parole, s'adressant davantage à ses doigts qu'à sa cousine. « Tu te rappelles, comment oncle Charlie était ivre, à la dernière fête de famille ? A la fin, il s'est même mis à faire de drôles de trucs. » Une pause. Un nouveau regard vers Lucy. Enfin il continua, ignorant royalement pourquoi il rappelait cela à sa cousine « Ton père le trouvait ridicule, vu son âge. » Louis esquissa un sourire, revoyant la scène comme si elle avait eu lieu la veille. « Et le mien a rien trouvé de mieux à dire que l'essentiel c'était qu'il passait un bon moment. » Le jeune homme grimaça, annonçant la chute d'un ton assez sombre après quelques nouvelles secondes de silence : « Au final, oncle Charlie a été malade comme un chien le lendemain et il ne se rappelait pratiquement plus rien de sa soirée. » Le jeune homme se mordit la lèvre inférieure avant de se relever de manière assez gauche. Il passa finalement aux aveux : « J'ai bu. » Il se retourna, saisissant deux gobelets et attrapant une bouteille de whiskey pur-feu. « Et même si ça décape la gorge, ça fait chaud au cœur. » Il sourit tendrement à sa cousine avant de lui proposer un des deux gobelets qu'il avait remplit. « Tu ne crois pas ? On fait la fête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Mer 7 Déc - 6:22


« Tu te rappelles, comment oncle Charlie était ivre, à la dernière fête de famille ? A la fin, il s'est même mis à faire de drôles de trucs. » Lucy ne put s'empêcher de rire à ce souvenir tellement ce passage était inoubliable tant pas la conduite de leur oncle, tant par la leur... Il faut dire que ce jour-là il n'avait pas bu que de l'eau. « Ton père le trouvait ridicule, vu son âge. Et le mien a rien trouvé de mieux à dire que l'essentiel c'était qu'il passait un bon moment. » Nouvelle crise de rire. C'était bien son père décrit là, toujours le rabat-joie de service mais Lucy aimait son père et même s'il était tout le temps sérieux, il lui arrivait parfois de se lâcher un peu. Si, si vous seriez surpris de savoir ce que Percy Weasley était capable de faire. Après tout, Lucy avait souvent entendu dire par sa mère que Percy avait une fougue insoupçonnée qui l'avait tout de suite séduite. C'était difficile à croire mais après tout, Lucy croyait sa mère et elle aimait son père comme il était. « Au final, oncle Charlie a été malade comme un chien le lendemain et il ne se rappelait pratiquement plus rien de sa soirée. » Lucy se remémora alors toute l'histoire et autant dire qu'elle ne put cacher un sourire en repensant à cette soirée...

Citation :
FLASHBACK – « La dernière fête de famille. »
Lucy portait cette robe jaune immonde offerte par sa grand-mère maternelle à son dernier anniversaire. Elle détestait cette robe car elle avait l'impression d'être une jonquille dedans ou une tarte au citron et Lucy n'était pas très fan du citron. Elle n'était pas à l'aise, ça la grattait en plus de ça ! Elle n'avait qu'une envie : l'enlever mais sa mère ne la laisserait pas faire. Elle l'avait forcée à la porter car ils étaient à un repas de famille. Lucy avait eu beau avoir répliqué que sa grand-mère maternelle ne serait pas là, sa mère était restée intraitable. En plus elle était persuadée d'être ridicule, les autres allaient se moquaient d'elle. Elle ferait tâche à côté de ses autres cousines. Rose serait encore magnifique avec sa longue chevelure rousse si caractéristique des Weasley – Lucy en était d'ailleurs jalouse car elle était brune, elle avait hérité de ceux de sa mère –, Dominique éblouirait tout le monde avec ses gènes de vélane, Roxanne et son charisme naturel, difficile de rivaliser. Lucy se trouvait la plus banale de la famille, question physique. En même temps on ne pouvait pas tous être exceptionnels... Lucy le vivait bien. Elle avait d'autres qualités et puis elle n'était pas non plus désagréable à regarder. Il y avait pire dans le genre. Enfin le repas familial avait lieu chez les grand-parents Weasley à savoir Arthur et Molly. Lorsque Lucy arriva la première chose qu'elle guetta fut si Louis était déjà là et c'était le cas, il était assis sur l'un des canapés du salon, la demoiselle alla s'asseoir à côté de lui après avoir dit bonjour à toute la petite tribu.

Le repas démarra, c'était un délice mais Molly Weasley était réputée et connue pour être une excellente cuisinière. Le boisson coulait à flots aussi et ce n'est pas Charlie Weasley qui allait se priver de wisky pur feu et de tout ce qui contenait de l'alcool. D'ailleurs les messes basses fusaient autour de la table et ce n'était pas Lucy et Louis qui se privaient de parler sur leur oncle. « Je te parie que dans deux minutes il se met à chanter ou se met à danser sur la table. » Lucy ne put s'empêcher de sourire. « Ouais mais vu la tête de ton père, il va pas tarder à péter un câble. » Lucy tourna la tête en direction de son père, il bouillonnait ça se voyait mais son père était trop raisonnable pour s'emporter. « Non il va lui faire la morale mais il ne va pas s'emporter. Je suggère qu'on s'éclipse qu'est-ce que tu en dis ? » Louis lui répondit par un signe de tête et les deux adolescents quittèrent la table après que leur grand-mère leur en ait donné la permission, ils étaient polis, ils ne partaient pas comme ça, voyons. Au passage, Lucy attrapa une bouteille, autant en profiter, non ? Et puis Charlie avait déjà eu sa part, il pouvait partager. Les deux adolescents allèrent donc dans la chambre qui était anciennement celle de Percy, le père de Lucy au cas où vous auriez oublié. C'était aussi en quelque sorte la chambre de Lucy quand elle venait chez ses grand-parents même si elle n'y dormait jamais seule vu le nombre de cousins qu'elle avait. Enfin quand ils furent entrer dans la chambre, Lucy alla s'asseoir sur le rebord de la fenêtre. « J'adore ta robe au faite. Elle est tellement... » Lucy le coupa en disant : « Horrible, ça tu peux le dire. Ma mère m'a obligé sinon je serai jamais venue comme ça. » Louis sourit avant d'ajouter. « J'allais juste dire jaune mais horrible c'est pas mal non plus. » Tous les deux se mirent à rire. « Tu es beaucoup trop gentil avec moi Loulou ! Tu m'épargnes ce qui est adorable mais tu peux y aller, je suis une Weasley. Je suis une dure à cuire ! » Elle fit un clin d’œil à son cousin. Celui se mit à fixer la bouteille que Lucy avait apporté avec eux. « C'est pourquoi la bouteille ? Tu sais que si ton père, ou ta mère, ou ma mère, ou grand-mère ou à peu près tout le monde de la famille nous trouve avec ça, ils vont nous trucider ?! » Louis, toujours le plus raisonnable car même si Lucy l'était beaucoup, elle était très fêtarde et elle adorait s'amuser. « Du calme Loulou, ils verront rien, ils sont trop occupés avec Oncle Charlie ! Et puis on a quelque chose à fêter, on a survécu à notre quatrième année à Poudlard. En plus si tu veux mon avis, cette bouteille ne mérite pas de pourrir au fond d'un placard en attendant en vain qu'on vienne la chercher. Non elle nous cherchait nous. Elle nous a appelé de son chant mélodieux... Et j'en fais trop c'est ça, non ? » Des fois, Lucy partait dans ses délires et croyez bien que c'était quelque chose ! « Juste un petit peu mais tu m'as convaincu, vilaine ! C'est parti buvons !! T'as pris quoi ? » Il attrapa la bouteille et commença à lire l'étiquette. « Du whisky pur feu ?! Rien que ça, au moins tu fais pas les choses à moitié. » Lucy sourit de nouveau à Louis qui ouvrit la bouteille et but une gorgée avant de la tendre à Lucy qui but à son tour un peu du liquide présent dans cette bouteille. « Tu es sûr que ce truc est encore bon ? Il est super fort ! » Lucy ne put qu'être d'accord car elle se mit à tousser après avoir bu, elle en avait un peu trop bu apparemment. Elle ne s'était pas attendu à ce que le mélange soit si fort. « Il était sur le buffet, j'ai supposé qu'il était bon. On va pas être malade Loulou. Aie confiance en moi, t'as confiance en moi, hein ?! » Pour toute réponse, il attrapa la bouteille et se mit de nouveau à boire. Il ferma les yeux signe que ce n'était pas très bon. Ils se mirent à rire et continuèrent à boire.

Cela faisait déjà quelques minutes qu'ils étaient dans cette chambre en train de boire lorsque la porte s'ouvrit à la volée. Louis glissa rapidement la bouteille derrière son dos mais il était pratiquement sûr que Fred avait vu la bouteille quand il avait ouvert. « Et vous deux venez voir, y a vos pères qui sont en train de s'engueuler à propos d'Oncle Charlie pendant que celui-ci est en train de chanter une petite chanson dirons-nous. » Lucy se remit sur ses jambes en mettant quelques secondes pour se tenir droite avant de dire : « Je ne manquerais ça pour rien au monde ! » « Je te suis. » Lucy passa l'un de ses bras autour du cou de Louis puis ils se dirigèrent vers la sortie mais Fred attrapa la bouteille des mains de Louis avant d'ajouter : « Ne croyez pas que j'avais rien vu et puis vous auriez pu partager. Je dirais rien mais j'aurais pas cru ça de vous ! »

La suite on la connaît, un débat familial départageant deux camps : Le camp Percy Weasley, le raisonnable qui qualifiait sa conduite d'irresponsable et de l'autre, le camp plutôt de George Weasley et compagnie qui au contraire s'amusait à dire que Charlie avait bien le droit de décompresser un peu !

Lucy fut ramenée à la réalité par Louis qui lui révéla tout : « J'ai bu. » Il ne pouvait rien lui cacher, Lucy lisait en lui, en voilà encore une preuve. Enfin elle le vit attraper deux verres et les remplir de whisky pur feu. « Et même si ça décape la gorge, ça fait chaud au cœur. » Lucy rit légèrement à ce qu'il avait dit, après quoi il lui tendit un verre avant d'ajouter et de conclure par la même occasion : « Tu ne crois pas ? On fait la fête ? » Pour toute réponse immédiate, Lucy attrapa l'un des deux gobelets que Louis lui tendait elle lui sourit puis répondit : « Que la fête commence ! » Elle rit de nouveau avant de commencer à boire pendant que Louis faisait de même.

Cela faisait déjà plus d'une heure que les cousins Weasley avaient commencé à boire et à présent ils étaient en train de tourbillonner en plein milieu de la piste. Autant vous dire qu'ils étaient complètement péter de chez péter ! Lucy affichait un sourire niais sur son visage mais elle était heureuse, contente et surtout JOYEUSE comme elle le répétait toutes les trois minutes environ. Boire avait été la meilleure idée de Louis de toute la soirée, non, non sérieusement et même si elle allait le payer demain, elle pourrait avoir le mérite d'avoir passé une soirée des plus délirantes en compagnie de son cousin préféré. Bon elle ne se souviendrait sûrement pas de la soirée mais c'était pas grave, elle était jeune encore une fois, elle avait donc le droit de s'amuser. D'ailleurs elle se mit à crier pour essayer de couvrir le son de la musique afin que Louis puisse l'entendre : « Cette fête est la meilleure de tous les temps. WO-OUUUUUH! » Elle se mit encore à danser quand elle fut soudain entraîner par Louis vers l'extérieur de la piste. Elle faillit se casser la figure mais heureusement la main de Louis la tenait plutôt fermement. Tous les deux s'assirent sur des chaises reprenant leur souffle. « Qu'est-ce qu'il fait chauuuud ici ! Piuuuuuuu. » Elle se mit ensuite à rire, elle ne savait pas trop pourquoi sûrement à cause de l'alcool. Oui en général l'alcool avait pour principal effet de la rendre joyeuse. Elle ajouta ensuite entre deux éclats de rire : « Mais où est Hermès ? On est bien venu ensemble, non ? Hermès ? HERMES, HERMEEEES. » C'était maintenant qu'elle pensait à son meilleur ami que ça faisait plus qu'une heure qu'elle n'avait pas de ses nouvelles. Mauvaise meilleure amie ! Non mais c'est vrai, il avait sûrement du partir voyant qu'elle l'avait abandonné ou alors il s'était trouvé une autre compagnie. Il faudrait qu'elle aille s'excuser mille et une fois mais bon en même temps elle était avec Louis pas avec n'importe quel garçon qu'elle aurait croisé là, non c'était de lui dont on parlait. Alors Hermès ne serait sûrement pas vexé ou fâché. Peut-être au début mais quand il connaîtrait ses raisons, tous les deux ils se contenteraient d'aller déguster une bonne part de pudding dans les cuisines. C'est donc pourquoi elle rajouta avant de prendre un fou rire : « Oh et puis c'est pas grave, je préfère être avec toi. Il te reste du whisky d'ailleurs ? Mon verre est vide, trop vide !! » Peut-être qu'elle devait songé à s'inscrire aux alcooliques anonymes d'ici peu...

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Ven 16 Déc - 14:27




« Que la fête commence ! » La machine venait d'être enclenchée par sa cousine Lucy. Louis leva son verre en l'honneur de son interlocutrice avant de boire en même temps qu'elle, finissant le contenu du gobelet cul-sec, ce qui lui arracha une grimace ainsi qu'un rictus. Il posa violemment le verre sur la table à côté de lui, si bien qu'il déforma celui-ci au passage, et entraîna la jeune femme sur la piste de danse, la faisant tournoyer sur elle-même sans craindre un quelconque renvoie alcoolisé de sa part. Il avait beau ne pas connaître la moitié des paroles de la chanson à la mode qui passait, il trouvait le moyen de chanter à tue-tête en chœur avec Lucy tout en éclatant de rire à intervalles réguliers et recevoir parfois quelques coups de coude parce qu'il ne marchait pas spécialement très droit. Mais peu lui importait. Il en avait cure des remarques des autres écoliers, et il se fichait éperdument du regard des autres. Un avantage de l'alcool : lorsqu'il était ivre, il effectuait absolument tout ce qui lui passait par la tête, racontait tout ce qu'il avait en tête et ne reculait devant rien. Il était impulsif, aucunement réfléchi, et il faut dire que ça changeait radicalement à côté du Louis calme, discret et solitaire qu'on avait l'habitude de côtoyer ou voir de loin. Là, il interagissait avec tout le monde, prenant l'intégralité du château pour de grands amis, même si son attention était généralement focalisée sur sa compagnie de la soirée : Lucy. Mine de rien, il avait accepté de venir avec plus de sérénité parce qu'il s'agissait d'une soirée costumée, et il appréciait l'anonymat qu'il possédait grâce à son masque. En quelque sorte, sa timidité disparaissait derrière son accoutrement. Mais l'alcool était encore plus serviable en matière d'extravagance... Là, il était totalement libéré.

Après une bonne heure passée à tournoyer, écrabouiller des pieds et se faire écrabouiller les pieds, Louis finit par retrouver un peu plus de son équilibre et entraîna par la même occasion Lucy avec lui vers le coin de la salle où la table avec les alcools et les gobelets reposaient et qui était aussi plus calme. Sa jeune cousine manqua de trébucher en chemin mais se reprit grâce à son emprise et ils arrivèrent à destination sains et saufs. Le jeune homme se laissa tomber sur une chaise comme son interlocutrice et les deux jeunes gens reprirent bruyamment leur souffle, un large sourire aux lèvres. « Qu'est-ce qu'il fait chauuuud ici ! Piuuuuuuu. » Louis éclata de rire sans raison évidente à la remarque de sa cousine et se fit rapidement rejoindre par cette dernière. Il riait encore lorsque celle-ci reprenait la parole, évoquant la présence de son meilleur ami Hermès. « Mais où est Hermès ? On est bien venu ensemble, non ? Hermès ? HERMES, HERMEEEES. » Louis rit de plus belle, comme si c'était particulièrement hilarant de voir Lucy chercher Hermès et déposa une main sur son ventre et ses côtes douloureuses à force de rire. A ce rythme-là, à la fin de la soirée, il risquerait d'avoir des abdos d'acier. Puis, il inspira bruyamment, tentant de reprendre son souffle, ayant quelque chose à dire, se souvenant qu'il n'avait pas franchement vu Juyne à cette soirée, malgré que ce soit elle qui l'y ait invité puis traîné. « J'ai pas vu Juyne non plus, peut-être qu'ils sont ensemble ? En fait, on a échangé nos duos hein... » Il se releva alors qu'un nouveau morceau de musique jouait dans la salle aménagée spécialement pour la fête. Louis n'aura jamais autant fréquenté et apprécié une salle désaffectée de sa vie entière, sans nul doute. Il attrapa un gobelet, un sourire éternellement aux lèvres, et le remplit de la première bouteille qui tomba sous sa main, alors que Lucy ajoutait : « Oh et puis c'est pas grave, je préfère être avec toi. Il te reste du whisky d'ailleurs ? Mon verre est vide, trop vide !! » Louis éclata de nouveau de rire, comme si peu importe ce que pouvait bien lui sortir son amie, c'était totalement désopilant. Il attrapa le verre que lui tendait sa cousine et chercha une bouteille de whiskey. Au final, elle était tout bêtement dans sa main et remplit généreusement et non sans difficultés le verre vide à côté du sien. Tout en donnant un des verres à Lucy, il chantonna fortement et Merlin merci justement, bien que ça n'ait aucun rapport avec la musique qui passait derrière eux dans la salle : « Red solo cup I fill you up, let's haaaave a partyyyyyy lets haaaave a partyyyyy. » Il attrapa la main de Lucy, l'entraînant dans sa danse improvisée : « I love you red solo cup ! I lift you up ! » Il leva son verre avant d'en boire quelques gorgées « Proceed to partyyyyy ! Proceed to partyyyyy ». Il rit quelques secondes, avant de tendre sa main à Lucy et l'invita puis l'aida à grimper sur une des tables question d'augmenter leur quota de nombre de choses assez folles qu'ils auraient fait pendant la soirée et dont les autres éprouveront peut-être du plaisir à leur rappeler. Alors qu'ils parvinrent tous les deux à être plus ou moins solidement en équilibre sur la pauvre table, il se mit à chanter de plus belle, attirant par la même occasion davantage l'attention sur les deux Weasley alcoolisés désormais debouts sur une table. « Red solo cup : you're more than just plastic, you're more than amazing, you're more than fantastic... » Il se retourna vers Lucy et sauta sur le plancher, son verre bien heureusement – bien que tout soit relatif - déjà vide entre ses mains, et se remit à danser dans tous les sens, un large sourire aux lèvres. « And believe me when i'm not the least bit sarcastic when i look at you and say: » Il se retourna vers Lucy, lui proposant de l'aide pour redescendre de la table sans trop de dommages – enfin, l'intention était là, dans tous les cas. Il l'attrapa dans ses bras et s'initia à un nouveau pas de danse, tournoyant à quelques reprises sur lui-même avant qu'ils atterrissent tous les deux sur le sol. Bien heureusement, il avait grosso modo amorti la chute de Lucy et il était légèrement trop enivré pour sentir quoi que ce soit s'apparentant à de la douleur. Il éclata de rire, demandant à sa cousine entre deux fous rire si elle allait bien et finit par se laisser tomber en arrière, allongé à même le sol. Finalement, c'était pas si mal non plus, ici. Sa poitrine se levait assez irrégulièrement et rapidement, trahissant le fait qu'il commençait à manquer de souffle et était bien fatigué à force de faire le fou de cette manière. Il avait probablement hérité des mêmes gênes que son oncle Charlie au niveau des activités fortement festives et sportives après avoir un taux d'alcool dans le sang plus ou moins élevé. Il inspira profondément, prononçant la suite de sa chanson bien que pas grand monde pouvait l'entendre désormais qu'il était allongé sur le sol : « Red solo cup, you're not just a cup. You're my... you're my friend. Thank you, for being my friend. » Il roula sur lui-même, de manière à faire face à Lucy. « Finalement, c'est dommage que Hermès et Juyne ne soient pas là... Avec nous. Ils ratent quelque chose. » Il se redressa violemment en position assise, vérifiant qu'ils n'étaient pas juste en face d'eux – on ne sait jamais. Mais non, tout ce qui leur faisait face était un couple fiévreusement amoureux qui se saluaient les amygdales sans gêne aucune. Louis haussa les sourcils, ne s'attendant visiblement pas à avoir ce genre de spectacle devant ses yeux et retournant son attention vers sa cousine comme s'il s'attendait à ce qu'elle lui explique ce qui se passait à leurs côtés. Il commenta simplement : « J'aimerai pas faire la fête comme ça. » Il se redressa – un peu trop rapidement -, sa tête lui tournant quelques instants, ce qui l'entourait tournant au ralenti, jusqu'à ce que son équilibre se rétablisse plus ou moins assez pour qu'il puisse aligner quelques pas sans retrouver le sol. Il s'assit sur une des chaises qu'ils avaient laissé vacantes et annonça à l'adresse de sa cousine : « Lucy, à ton mariage, parce que tu te vas te marier sûrement avant moi, tu pourras faire un after comme ça. Tous les éléments sont faciles à retrouver. Je t'aiderai même à organiser si tu veux. » Il se redressa sur sa chaise question d'éviter d'en glisser puis d'en tomber. Il jeta un coup d'œil aux personnes présentes plus ou moins encore masquées dans la salle, comme s'il espérait y apercevoir Apple. Son sourire s'évanouit lorsqu'il finit de balayer la salle d'une manière certes superficielle sans avoir reconnu la jeune Serdaigle. D'un côté, ce n'était pas si mal qu'elle ne soit pas présente, ça lui évitait de produire ce qu'il qualifierait dans un état sobre de gigantesque erreur. En effet, avouer à une fille qu'on la désire alors que celle-ci vous voit comme un « frère » est assez suicidaire – tout comme l'entendre est désespérant. De plus, il doutait de ses capacités à faire sa première déclaration d'amour dans ce genre de situation, bien que ça risquerait d'être assez drôle. Mais probablement pas réellement pris au sérieux, néanmoins. C'était quand même fou, de ne pas parvenir à se sortir la jeune femme de la tête même en ayant bu autant de verre d'alcool. Comme quoi, la jeune femme le rendait vraiment accro. « Apple, elle serait bien capable de tomber amoureuse de ce garçon ». Il désigna la moitié de visage qu'ils pouvaient apercevoir de leur position. « Elle tombe souvent amoureuse d'un garçon, comme ça. Pouf. Sauf que ça dure jamais très très longtemps. Elle change souvent aussi. Mais elle sort pas avec, parce que... » Il se stoppa, fronçant les sourcils. « J'en sais rien, pourquoi en fait. Mais elle sort pas avec tous les garçons dont elle tombe amoureuse. » Gardant ses sourcils froncés, comme s'il posait une équation rudement compliquée pour lui à résoudre, il ajouta : « C'est quand même de la triche, de pouvoir changer d'avis comme ça si rapidement. » Il se retourna vers sa cousine, un air férocement sincère sur le visage : « C'est pour ça que toi t'es la meilleure. T'es ma cousine, alors tu me prends pas la tête comme ça. » Il se leva de sa chaise, sans aller bien loin cependant. Son gobelet vide précieusement dans les mains, il observa quelques instants un point invisible, perdu dans des réflexions des plus troubles. « Et je suis immunisé à Apple. Parce que je suis comme « un frère » pour elle. » Il baissa la tête, se rasseyant sur sa chaise, l'air dépité. « Je devrais pas m'en plaindre parce que c'est cool, n'est-ce pas ? Mais quand même, j'ai pas envie d'Apple comme une sœur. J'ai déjà toi, et Victoire et Dominique... C'est suffisant. Et même, c'est personnel, je veux pas d'Apple pour sœur. Sans vouloir l'offenser. » Il leva les yeux vers Lucy, comme si elle pouvait lui assurer que des paroles qu'il prononçait sur le dos d'Apple et qu'elle n'entendait pas parce qu'elle était tout bonnement absente à la fête ne pouvait pas réellement la vexer, puisqu'elle aurait du mal à en prendre connaissance. Il soupira, concluant : « En fait, j'ai le mauvais rôle, dans l'histoire. Et les mauvais souhaits. Même si c'est pas des souhaits. J'ai jamais voulu, moi, d'Apple. J'ai jamais voulu qu'elle soit comme ça et que je l'aime comme ça. C'est de sa faute, c'est son charme, c'est tout. Si je pouvais me passer de l'avoir rencontrée et rendu dingue, je... » Il s'arrêta. C'est vrai que c'était prenant d'avoir la même fille dans sa tête tous les jours, mais c'était quand même un moyen pour se sentir en vie et humain continuellement. « En fait, j'aurais rien changé. Mais j'ai quand même le mauvais rôle ! » Il sourit d'un air aussi désolé que vague, étendant ses jambes douloureuses de tant d'activités devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Lun 19 Déc - 3:46


Louis ne mit pas longtemps à remplir son verre et heureusement, Lucy était quelqu'un de très exigeant, si, si. Mais ce ne fut pas sans éclater de rire et la demoiselle ne put s'empêcher de rire avec lui, c'était vraiment amusant de remplir son verre, la meilleure blague du siècle et ce n'était pas ironique, pas quand elle était bourrée. Louis eut quelques difficultés à remplir son verre néanmoins mais de toute façon Lucy n'avait pas les idées assez claires pour remarquer un détail aussi insignifiant... Et là alors que Lucy ne s'y attendait mais alors pas du tout, Louis se mit à chanter une chanson : Red Solo Cup mais Louis ne chantait jamais, enfin si mais très rarement surtout avec tant de conviction et si fort. Il avait du vraiment boire beaucoup de whisky. Est-ce que ça avait sonné la sonnette d'alarme chez Lucy ? Mais pas du tout ! Non elle rit de plus belle tandis que son cousin l'attrapait par la main et la fit tourner, il l'entraînait dans sa danse avant de boire de nouveau une gorgée, geste que Lucy reproduit à son tour. Quitte à saouler, autant le faire avec application, les Weasley ne faisaient pas les choses à moitié, jamais. Le festival continua puisque Louis monta sur la table puis tendit sa main pour que Lucy le rejoigne. Lucy attrapa bien évidemment sa main et monta sur la table. Elle mit quelques secondes à se stabiliser sur la table, c'était une tâche un peu plus difficile quand on avait pas mal de grammes d'alcool dans le sang... Une fois stabilisée, Lucy commença à se dandiner, faisant voltiger sa jupe, elle ne s'inquiéta même pas des regards totalement déplacés que les garçons se situant près de la table pourraient lancer sous sa robe. Elle était trop joyeuse et concentrer à danser pendant que Louis chanter pour se soucier de ça. Et alors que Lucy était à fond dans sa danse enfin si on pouvait appeler cela comme ça, Louis sauta sur le plancher. Lucy éclata de nouveau de rire, décidément elle riait beaucoup. Elle regarda Louis faire le show devant un public médusé qui ne pensait sûrement pas Louis Weasley capable de telles choses. Lucy, elle le connaissait bien mieux que quiconque dont ça ne l'étonnait pas et en plus elle était bourrée alors ses neurones étaient hors service pour avoir de telles pensées philosophiques. Cependant elle n'allait pas rester plantée là toute la soirée et Louis eut apparemment la même pensée car il lui fit signe de descendre et tel un gentleman 100% bristish qu'il était, il la prit dans ses bras et elle fut debout sur le sol en moins de dix secondes. Là Louis commença un nouveau pas de danse et comme Lucy était un mouton et aussi en totale admiration devant son cousin, elle se mit à faire de même. Ils avaient l'air de deux idiots certes mais deux idiots heureux et le mot le plus important dans cette expression c'était évidemment heureux. Ils avaient deux grands sourires jusqu'aux oreilles et c'était vraiment beau à voir. Seulement ils n'étaient pas forcément connu pour être deux danseurs de grand talent et du coup Louis tomba entraînant Lucy dans sa chute mais heureusement elle ne sentit pratiquement rien car il amortit la chute. Il était vraiment trop gentil, un amour ce Louis. Vous imaginez bien leur réaction vu leur état... Oui ils se mirent encore à rire. On dit que rire permet de vivre plus longtemps, ils font une cure de jouvence là ! Louis finit de chanter dans un souffle. Oh, oh ! Il manquait d'air, ils fallaient qu'ils se calment un peu et puis il rajouta : « J'aimerai pas faire la fête comme ça. » Lucy ne comprit pas grand chose à cette phrase, qu'est-ce qu'il voulait dire ?

Louis se releva pour aller s'asseoir sur une chaise mais Lucy avait besoin d'un peu plus de temps de récupération pour se lever. Elle était coriace mais tout de même, elle n'était rien de plus qu'une femme, une mini femme d'accord, si vous voulez mais dans un an elle serait majeur alors... « Lucy, à ton mariage, parce que tu te vas te marier sûrement avant moi, tu pourras faire un after comme ça. Tous les éléments sont faciles à retrouver. Je t'aiderai même à organiser si tu veux. » Ce fut plus fort qu'elle, Lucy se mit à rire, elle était peut-être bourrée mais pas sourde ou folle. Elle ? Se mariait un jour, il devait sûrement rêvé, l'alcool lui était monté à la tête ou pire... Aurait-il pris de la drogue ? Lucy se tourna pour vérifier, apparemment non mais de toute manière elle était tellement bleue, qu'elle ne pouvait pas le voir même s'il avalait des petites pilules devant ses yeux, elle prendrait ça pour des bonbons. Elle voudrait en goûter parce qu'elle adore les bonbons et son état s'aggraverait encore plus. Enfin elle ne put s'empêcher de dire à Louis en tournant la tête pour lui faire face : « Laisse moi te dire cher cousin que tu risques d'attendre longtemps, looooongtemps parce que je doute que quelqu'un se marie avec moi un jour mais on peut faire une fête comme ça sans que ça est besoin d'être pour un mariage. Je suis sûre que Charlie sera partant. » Après avoir dit ces sages paroles, Lucy commença à se relever. Opération qui lui prit environ une minute, le temps qu'elle s'assoit sur le sol puis qu'elle se mette debout puis qu'elle pose ses fesse sur la chaise qui était à côté de celle de Louis. « Apple, elle serait bien capable de tomber amoureuse de ce garçon » Lucy le vit lui montrer un peu tout le monde qui était autour d'eux. Apple ? Pourquoi lui parlait-il d'Apple tout d'un coup ? « Elle tombe souvent amoureuse d'un garçon, comme ça. Pouf. Sauf que ça dure jamais très très longtemps. Elle change souvent aussi. Mais elle sort pas avec, parce que... » Lucy était amie avec Apple alors elle savait que la demoiselle tombait très souvent amoureuse, chose d'ailleurs que la demoiselle Weasley avait vraiment du mal à comprendre puisqu'elle avait arrêté de tomber amoureuse, enfin en théorie, non parce qu'en réalité ce n'était pas vraiment le cas. Notamment dernièrement... Oui une bourde pas prévu au programme. Un point noir sur l'horizon, une étoile dans une ciel bleu vide, un croûton dans une soupe et il fallait qu'elle s'arrête parce que ça devenait de plus en plus bizarre... « J'en sais rien, pourquoi en fait. Mais elle sort pas avec tous les garçons dont elle tombe amoureuse. » En même temps, Lucy trouvait la logique d'Apple tout à fait excellente, c'est vrai, en général il fallait mieux sortir avec les garçons dont on était amoureuse, pas de ceux qu'on aimait pas, elle ne voyait pas trop où Louis voulait en venir, tout était flou dans sa tête. Il parlait d'Apple mais dans quel but ? Était-ce un effet secondaire de l'abus d'alcool chez Louis ? Non parce qu'elle voulait se renseigner. « C'est quand même de la triche, de pouvoir changer d'avis comme ça si rapidement. » Peut-être. Oui il avait peut-être raison. Enfin qu'est-ce qu'elle en savait, les filles changeaient souvent d'avis, c'était comme ça, c'était un fait. On disait que c'était à cause des hormones, mais peut-être c'était juste une caractéristique commune. Peut-être même que c'était scientifique. Tant qu'on avait rien prouvé, on ne pouvait pas savoir avec certitude... « C'est pour ça que toi t'es la meilleure. T'es ma cousine, alors tu me prends pas la tête comme ça. » Lucy était trop bourrée pour se rendre compte que le compliment était assez péjoratif. Tout ce qu'elle se contenta de répondre fut : « Oh Loulou, toi aussi t'es le meilleur, t'es le gars le moins prise de tête que je connaisse. Oh moins toi tu m'embrasses pas et tu te barres pas la seconde d'après. Merci pour ça. » Elle le vit alors se lever, il avait l'air perplexe, en train de réfléchir. Lucy se contentait de le suivre du regard. Il bougeait quand même beaucoup, elle en avait limite le tournis. « Et je suis immunisé à Apple. Parce que je suis comme « un frère » pour elle. » Bon bah tout allait bien alors ? Non apparemment non. C'était vraiment, vraiment, vraiment compliqué. Et voilà qu'en plus il s'asseyait de nouveau, il fallait qu'il arrête de bouger un instant, c'était une question de santé. « Je devrais pas m'en plaindre parce que c'est cool, n'est-ce pas ? Mais quand même, j'ai pas envie d'Apple comme une sœur. J'ai déjà toi, et Victoire et Dominique... C'est suffisant. Et même, c'est personnel, je veux pas d'Apple pour sœur. Sans vouloir l'offenser. » Lucy lui fit un signe affirmatif même si elle ne voyait pas trop de quoi il parlait. Tout ce qu'elle savait c'était qu'il avait déjà trop de sœurs : Victoire, Dominique, elle par substitution et de cœur et c'était tout. Toutes les autres, elle s'en occupait personnellement de toute façon. En tout cas de la manière dont il l'a regardé il ne voulait pas que ça se sache, Lucy comprit que ça devait être quelque chose de très important. Lucy mit alors son doigt sur sa bouche pour faire le signe « chut ». « En fait, j'ai le mauvais rôle, dans l'histoire. Et les mauvais souhaits. Même si c'est pas des souhaits. J'ai jamais voulu, moi, d'Apple. J'ai jamais voulu qu'elle soit comme ça et que je l'aime comme ça. C'est de sa faute, c'est son charme, c'est tout. Si je pouvais me passer de l'avoir rencontrée et rendu dingue, je... » Là ce fut « EUREKA » pour Lucy, elle comprit tout, absolument tout. Son Loulou était tombé amoureux d'Apple. Le pauvre il connaissait les souffrances de l'amour comme elle les ressentait elle aussi. Ils avaient pas vraiment de chance en amour tous les deux, peut-être que les Weasley étaient maudits. NAAAAN impossible ! Vous avez vu le reste de la famille ? Les Weasley étaient genre super féconds. Ils représentaient les 90% de la population rousse anglaise, c'est pour que vous vous fassiez une idée de l'ampleur du phénomène. C'était quelque chose d'extraordinaire, même trop. Ils ne savaient pas ce que c'était la pilule ou le préservatif, Lucy elle ne voulait pas une ribambelle de gamins, sans offenser le reste de la famille. Trop de Weasley, tue les Weasley... « En fait, j'aurais rien changé. Mais j'ai quand même le mauvais rôle ! » Lucy fit une mine dépitée, il avait vraiment pas de chance son Loulou. Elle passa ensuite l'une de ses mains dans son dos pour lui faire des caresses en signe de réconfort. Pauvre Loulou heureusement qu'elle était là pour lui et lui pour elle.

Un peu de temps était passé et Lucy se sentait bien fatiguée tout d'un coup. C'était ça de faire les fous, ça avait ses conséquences. Lucy essayait de reprendre ses esprits, histoire d'aider au mieux Louis parce qu'il avait l'air d'en avoir besoin et elle ne l'abandonnerait jamais : pour toujours et à jamais. C'était son rôle de lui remonter le moral et il avait besoin de super Lulu là ! Elle se mit alors bien droite, regarda Louis dans les yeux avant de lui dire le plus sérieusement qu'elle pouvait : « Apple est mon amie mais elle est idiote de te voir comme un frère si tu veux mon avis. Elle fit une pause avant de rajouter. « Non mais c'est vrai, tu vaux beaucoup mieux que tous ces gars réunis, et c'est la fille qui parle et pas la cousine. Non parce que si c'était la cousine, elle te dirait que t'es parfait et c'est pas tout à fait vrai. Il y a quelques trucs que tu dois encore améliorer. » Elle disait cela sans aucun état d'âme. Après tout il fallait bien qu'ils soient honnêtes entre eux. En plus combien de chance que Louis s'en souvienne le lendemain ? Pas beaucoup. Enfin Lucy se leva pour vérifier qu'elle pouvait encore marcher et se tenir droite. On pouvait dire que leur moment de folie avait fait place à un moment d'accalmie. Elle se retourna subitement vers Louis pour lui dire : « Tu sais quoi, tu vas la voir, tu lui dis tout, tu l'embrasses et comme ça elle tombe amoureuse de toi et puis BAM vous êtes ensemble. Mais surtout tu pars pas après ! Mais dis lui tout avant qu'il soit trop tard, que vous soyez plus à Poudlard. Ouais parce que tu vois après ce moment, c'est mort, fini. » Toute ressemblance avec une autre situation n'est pas envisageable surtout si elle concerne Lucy Weasley. Cependant elle rajouta rapidement : « Ou tu lui dis rien pour éviter de faire une gaffe. Tu sais c'est quitte ou double dans ce genre de situations. » Lucy pouvait être déprimante de temps en temps mais ça n'allait pas s'arranger car elle rajouta : « Je dois t'avouer un truc Loulou, de super important et j'espère que tu m'en voudras pas de pas te l'avoir dit avant mais je voulais comprendre ce que c'était avant de t'en parler. J'y comprends toujours rien, je sais pas ce que ça veut dire mais tu vois à qui je peux le dire, sinon toi ? » C'était subitement logique mais elle devait continuer parce que le pauvre, il n'allait rien comprendre comme ça. Elle inspira un bon coup puis elle prit de nouveau la parole : « Win et moi on s'est embrassé, après un entraînement de Quidditch. » Lucy baissa les yeux comme s'il avait honte de ne pas lui avoir dit, ce qui était le cas... « Sauf que maintenant il est parti. Je veux dire il est plus à Poudlard, j'ai pas de nouvelles et on en a déjà pas parlé pendant qu'il était encore à Poudlard. C'est pas maintenant qu'on va en parler ! » Encore une fois Lucy faisait preuve de bons sens. « Le truc c'est que je veux qu'on parle, je sais pas comment, je sais pas où et quand mais je veux qu'on en parle parce que j'arrête pas d'y penser. J'aimerai bien ne pas y penser mais je peux pas. Je pense ça au moins une fois par jour. » Quelques fois elle pouvait être obsessionnel. Lucy se rassit de nouveau à côté de Louis avant d'ajouter : « Le pire c'est que lui il doit même plus y penser. C'est vrai, il travaille au ministère et là c'est peuplait que de femmes super jolies, sexy, habillée en tailleur. Non c'est clair qu'il ne doit pas penser à la pauvre gamine de seize ans que je suis dont il a eu la faiblesse d'embrasser un soir de printemps. » Elle eut alors pleins de visions de filles dont elle avait décrit en compagnie de Win et cela lui tira une grimace. Elle chassa vite toutes ses pensées avant d'aller vomir. « La vie, ça craint. »

Il n'y a pas si longtemps Lucy était euphorique maintenant elle était désespérée, triste, anéantie. Comment pouvait-on passer ainsi d'émotions aussi extrêmes ? Ce n'était pas logique, ça non. Elle avait besoin d'affection en ce moment très précis c'est pourquoi elle s'approcha de Louis et lui fit un câlin. Un câlin de Louis c'était toujours réconfortant parce qu'il était toujours gentil avec elle, il était sincère et elle savait qu'il ne lui ferait jamais de mal. C'était en lui l'homme qu'il lui fallait, c'était vraiment pas de chance qu'il soit son cousin. Non elle avait trouvé l'homme parfait mais voilà qu'ils étaient unis par le sang. La vie craignait deux fois plus. Cependant Lucy rajouta en plaisantant, enfin à moitié. « En faite le plus simple ça serrait qu'on sorte ensemble comme ça aucun problème. » Peut-être bien qu'elle avait vraiment trop bu !

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Jeu 22 Déc - 10:39


« Lucy, à ton mariage, parce que tu te vas te marier sûrement avant moi, tu pourras faire un after comme ça. Tous les éléments sont faciles à retrouver. Je t'aiderai même à organiser si tu veux. » Pendant un court instant, le jeune homme ne put s'empêcher d'imaginer la scène. Sa cousine Lucy au bras d'un jeune homme au visage censuré puisque Louis n'avait strictement aucune idée de qui pourrait bien être le futur époux de sa cousine. Et puis, après la routine maritale effectuée, la fête. Bon, certes, il n'avait aucune idée de pourquoi il évoquait un mariage plutôt qu'une autre occasion. Probablement parce que les Weasley étaient doués pour organiser de grandes fêtes pour célébrer l'union d'un membre de leur famille avec un futur membre, qu'ils avaient le chic pour marquer ce genre d'événements d'une pierre blanche, les graver dans la mémoire de chacun. Ou du moins, une partie, car c'était certain que ceux qui abusaient un peu trop de l'alcool à l'after du mariage ne se rappelaient plus de grand-chose le lendemain matin, malheureusement. Toutefois, il fallait avouer que Louis s'imaginait très mal ivre devant ses aînés. Même se montrer en état d'ébriété avancé devant Victoire lui semblait aussi sain d'esprit que signer son arrêt de mort. Il connaissait sa sœur, oh bien sûr, il était extrêmement proche d'elle et ils étaient très complices – tout comme ils l'avaient toujours été. Mais Victoire était plus qu'une simple sœur, elle était aussi en quelque sorte sa seconde mère, étant donné leurs dix ans d'écart. Elle le couvait en permanence et il était persuadé qu'elle l'étriperait pour l'empêcher de boire un verre d'alcool de trop, pour lui éviter un quelconque mal. C'était un peu ça, le problème avec Victoire. Elle voulait trop le protéger, elle voulait lui éviter de faire toutes les erreurs qu'elle avait pu commettre elle-même parce que personne ne l'avait mise assez solidement en garde et qu'elle regrettait maintenant. Sauf que Louis, lui, avait besoin de faire des erreurs, comme tout le monde. C'était honorable et admirable de vouloir prévenir son petit frère des regrets et remords, mais le jeune homme ne pouvait pas rester indéfiniment une page blanche. Il avait besoin de vivre. Il avait besoin de se planter, de se réveiller avec une gueule de bois, de faire les cents pas dans sa chambre, d'avoir le cœur gros. Car même si tout cela sont des sentiments et émotions détestables, ils ont le mérite de vous sentir plus en vie que jamais. C'est dans ce genre de vulnérabilité que vous savourez votre humanité, assez étrangement. Cependant, c'était certain que Louis avait quand même une réputation à respecter. Tout le monde – ou presque – l'avait toujours vu comme un garçon sage comme une image, qui fait pas de vague, qui continue son petit bonhomme de chemin et à qui on ne peut pas vraiment faire porter un quelconque blâme. C'était une réputation assez utile lors des faux pas, il fallait l'avouer. Mais ça collait aussi vachement à la peau. Une étiquette, c'est quasiment impossible à s'en défaire... Cela, Lily et Louis le savaient à leurs dépens. C'est assez dommage, que peu de personnes ne vous suspecte d'être plus qu'une étiquette d'ailleurs. Si les gens se méfiaient plus de Louis, ils pourraient le voir lorsqu'il fait des entorses au règlement, par exemple. Même si c'est très rare. Enfin, bien heureusement, certaines personnes voyaient au-delà de l'image que pouvait rejeter Louis. Comme Lucy. Sa cousine le connaissait sur le bout des ongles, il ne pouvait pas la berner, et bien sûr, c'était réciproque ! C'était sans nul doute pour cela qu'il aimait tant et se sentait si bien en compagnie de sa chère Lulu : il pouvait être qui il était et ne serait pas jugé ou réprimandé pour cela en règle général. Il était aimé pour ce qu'il était, personne ne se prenait la tête. De toute façon, ils étaient faits pour être ensemble « pour toujours et à jamais ».

« Laisse moi te dire cher cousin que tu risques d'attendre longtemps, looooongtemps parce que je doute que quelqu'un se marie avec moi un jour mais on peut faire une fête comme ça sans que ça est besoin d'être pour un mariage. Je suis sûre que Charlie sera partant. » De toute évidence, Lucy avait eu la même réflexion que lui quant au prétexte d'un mariage pour s'enivrer l'âme. Le jeune homme sourit à sa cousine, ils étaient sur la même longueur d'ondes, comme toujours. Mais là n'était pas la question. Il rit légèrement lorsque Charlie fut évoqué, et il se demanda quelques instants si les deux jeunes Weasley ressemblaient à leur oncle quand ils étaient souls. Probablement un peu. Oh, si sa mère le voyait, Louis finirait empaillé. Fleur ne cautionnerait jamais le moindre faux pas de ce genre de la part d 'un de ses enfants. C'était à peine si Victoire avait le droit à une bièrraubeurre lorsqu'elle était là et Victoire avait quand même bientôt vingt-six ans. Il ne serait pas mentir de dire que le caractère de « mère poule » n'est pas exclusif aux Weasley femelles. Les Delacour sont pas mal dans leur genre non plus. Enfin, une chose était sûre : personne n'était laissé à l'abandon dans leur famille. Mais ce n'était pas le sujet. Louis chaussa bien vite l'image de sa large et unie famille, la vision d'un couple farouchement amoureux apparaissant devant ses yeux plus ou moins répugnés. Un dégoût qui se transforma vite en désarroi. Il aurait aimé qu'Apple soit là. Il aurait aimé être à la place du garçon et que ce soit la jeune Serdaigle à la place de la fille, même s'il n'était pas certain de pouvoir prendre un de leur rôle vu qu'ils devaient avoir un sacré niveau question capacité pulmonaire. Mais peu importe, là n'était pas la question. Apple était trop occupée à aimer d'autres garçons pour s'intéresser à Louis. Et même quand toute son attention était orientée vers le jeune Weasley, c'était comme si elle était portée sur celle d'un frère. Le jeune homme ne put retenir son secret plus longtemps : il devait le partager avec Lucy. Ça avait beau faire des années qu'il aimait la jeune femme, il ne l'avait jamais vraiment déclaré à voix haute. Qui de mieux que Lucy pour garder son plus grand secret ?

Une nouvelle machine s'engrangea donc. Louis confia à sa cousine à quel point Apple était douée pour tomber amoureuse et vite se remettre en selle si jamais elle subissait un échec. Comment c'était un peu de la triche même si ça devait être franchement utile et enviable comme qualité. Puis il se tourna vers Lucy pour la complimenter. Eh oui, que ferait-il sans sa chère cousine pour l'épauler en permanence ? Où irait-il sans elle ? Pas bien loin, si vous voulez son avis. De toute manière, maintenant qu'il l'avait, il ne pouvait plus se passer d'elle, c'était net. La première manche des malheurs de Loulou passée, le jeune homme soupira, expirant tout l'air de ses poumons, l'air dépité. « Oh Loulou, toi aussi t'es le meilleur, t'es le gars le moins prise de tête que je connaisse. Oh moins toi tu m'embrasses pas et tu te barres pas la seconde d'après. Merci pour ça. » L'adolescent leva les yeux vers sa cousine, un air hautement interrogateur posté sur le visage. L'embrasser et se barrer après ? Pourquoi cela sentait-il le vécu de sa part de son interlocutrice ? Louis savait que sa cousine avait eu quelques petites copains durant sa scolarité. Rien d'extrêmement sérieux, certes, mais elle en avait eus. Néanmoins, il n'était pas certain que l'un d'entre eux se soit défilé de la sorte après lui avoir volé un baiser. Et puis, Lucy n'était pas du genre à ressasser des faits d'antan, cela devait être frais dans sa mémoire pour qu'elle lui sorte cet exemple. Ça devait lui peser. Le jeune homme conserva le silence quelques instants, question de voir si Lucy voulait continuer sur sa lancée, si elle voulait en parler. Il ne la forcerait pas et ne la questionnerait pas pour lui tirer quelconques vers du nez : ce n'était pas son genre. Il était le genre de personne qui ne sait pas vraiment dire non lui-même et repousser les gens tenaces, donc il savait comment c'était désagréable que quelqu'un vous tanne pour obtenir quelque chose de vous. Il n'imposerait pas ça à son interlocutrice. D'ailleurs, elle parut bien peu décidée à lui en dire plus. Le voilà laissé sur sa faim. Tant pis. Il engagerait la deuxième partie du feuilleton des malheurs de Loulou : « Et je suis immunisé à Apple. Parce que je suis comme « un frère » pour elle. » Et voilà, si le jeune homme avait semblé peu clair d'emblée à sa cousine, là, il y allait franco. Il déballa tout tout simplement, en un bloc si bien que ça pouvait même faire trop d'un coup, mais peu importe, c'était sorti, et il se sentait un peu bizarre d'ailleurs. Libéré mais aussi effrayé, voire vide. Le dire à voix haute, c'était comme l'assumer, rendre son amour pour la jeune femme plus vrai que jamais. « En fait, j'aurais rien changé. Mais j'ai quand même le mauvais rôle ! » Son roman achevé, il sentait la main de Lucy passer dans son dos en vue de le réconforter. Un semi-sourire étira les lèvres du jeune homme. L'horrible de l'histoire, c'est qu'il était dans une impasse. Il ne voulait pas avouer ses sentiments à Apple, de peur de la perdre. En effet, ça changerait tout à leur amitié, il casserait tout, il perdrait son amie. Et s'il s'avérait que la jeune Serdaigle ne veuille pas de lui comme petit ami, il la perdrait totalement. Il ne voulait pas perdre Apple. Il était près à vivre toute sa vie auprès d'elle comme un « frère » si c'était ce qu'il fallait pour rester auprès d'elle.

« Apple est mon amie mais elle est idiote de te voir comme un frère si tu veux mon avis. Non mais c'est vrai, tu vaux beaucoup mieux que tous ces gars réunis, et c'est la fille qui parle et pas la cousine. Non parce que si c'était la cousine, elle te dirait que t'es parfait et c'est pas tout à fait vrai. Il y a quelques trucs que tu dois encore améliorer. » Le jeune homme sourit à la réplique de sa cousine, même s'il serait bien curieux de savoir ce à quoi Lucy pensait lorsqu'elle disait qu'il y avait « quelques trucs » à améliorer chez lui. Oh, personnellement, il pensait qu'il en avait des tas, il ne s'aimait pas lui-même alors jamais il n'aurait le toupet de dire qu'il était parfait, loin de là ! Pour lui, il était plutôt une erreur de la nature, une tare. Mais cela n'était pas le sujet. Et le fait que Lucy le porte si haut dans son estime lui faisait réellement chaud au cœur, encore plus qu'un verre de whiskey pur-feu avalé cul-sec. Ses yeux suivirent la silhouette de son interlocutrice qui se leva et effectua quelques pas, avant de se tourner brusquement vers lui. « Tu sais quoi, tu vas la voir, tu lui dis tout, tu l'embrasses et comme ça elle tombe amoureuse de toi et puis BAM vous êtes ensemble. » L'adolescent ouvrit la bouche, ses lèvres formant un « o » parfait. La solution que la Poufsouffle lui proposait avait le mérite d'être rapide, efficace, sans détour et claire, mais elle était aussi vachement intrépide ! Et si Apple le jetait ? Si elle refusait d'être son amie après ? S'ils finissaient par s'éloigner l'un de l'autre parce que ça devenait vraiment trop bizarre entre eux ? C'était risqué... Quitte ou double, en fait. Mais l'idée de l'embrasser plaisait grandement à Louis, il fallait l'avouer. Il en rêvait déjà, d'ailleurs. Il fronça les sourcils. En fait, il se posait trop de questions. Lucy avait raison. Son raisonnement était plus que sensé. Il n'y avait rien à envisager d'autres, et vu son ton assuré, elle ne devait pas se tromper ! Et puis c'était une fille, surtout. Elle était très bien placée. Un air décidé sur le visage, Louis planta son regard dans celui de sa cousine. C'était décidé, il suivrait son conseil. Il allait presque clamer un « oui » en guise de cri de guerre prêt à partir à l'attaque, mais les mots de son interlocutrice le devancèrent. « Mais surtout tu pars pas après ! Mais dis lui tout avant qu'il soit trop tard, que vous soyez plus à Poudlard. Ouais parce que tu vois après ce moment, c'est mort, fini. » Nouveau « o » sur le visage de Louis. En fait, ça semblait plutôt obscur, maintenant. Ils avaient encore deux ans avant de quitter Poudlard, mais il espérait un peu qu'après leur diplôme en poche, Louis aurait l'occasion de revoir Apple de temps à autres. « Mort, fini » n'était pas vraiment ce à quoi il avait pensé pour son futur post-Poudlard. « Ou tu lui dis rien pour éviter de faire une gaffe. Tu sais c'est quitte ou double dans ce genre de situations. » Et voilà. Si Louis était déterminé et avait pris à deux mains son courage, s'il était à deux doigts de pénétrer la Salle Commune des Serdaigle et embrasser Apple avec détermination, maintenant, il se dégonflait vitesse grand V. Il grimaça.

« Je dois t'avouer un truc Loulou, de super important et j'espère que tu m'en voudras pas de pas te l'avoir dit avant mais je voulais comprendre ce que c'était avant de t'en parler. J'y comprends toujours rien, je sais pas ce que ça veut dire mais tu vois à qui je peux le dire, sinon toi ? » L'adolescent fronça les sourcils, à la fois inquiet et pas certain d'assimiler l'intégralité des propos de sa cousine. Si elle n'y comprenait rien, comme pouvait-il lui venir en aide ? Et surtout, comment il pouvait savoir ce que ça voulait dire s'il ne savait pas ce que c'était et même en sachant de quoi il s'agissait comme Lulu il ne pouvait toujours pas comprendre... ? Oui, en fait, ça devenait trop compliqué, il valait mieux ne rien dire et attendre que Lucy se lance, patiemment. Il se contenta simplement de l'encourager gentiment d'un : « Je t'écoute. » Et après tout, ça lui semblait très difficile voire farfelu d'en vouloir à sa cousine parce qu'elle ne lui avait pas raconté quelque chose. « Win et moi on s'est embrassé, après un entraînement de Quidditch. » Si Louis pouvait être doué au niveau de cacher ses émotions en temps normal – ou tout bonnement en étant sobre – ce soir, ce n'était prodigieusement pas le cas. Le jeune homme ouvrit des yeux aussi grands que des soucoupes, pire que si Lucy venait de lui annoncer que sa mère venait d'avoir un nouveau bébé. Il se reprit aussi rapidement que possible, se rendant compte que sa réaction devait peut-être prêter à confusion. Mais ce n'était pas contre qui que ce soit : c'était simplement que Louis était vraiment très mauvais en ce qui concernait de deviner qui avait un petit faible pour qui et tout ce qui touchait à l'amour en général. Un sourire apparut sur son visage, se disant qu'il devait sans doute être content que Lucy ait trouvé quelqu'un d'autre pour partager sa vie. Mais... son sourire s'évanouit promptement, le doute s'installant. En fait, si ça allait bien entre elle et Winthrop, elle ne lui aurait pas caché et elle n'aurait pas agit bizarrement comme elle l'avait fait au début de leur conversation, n'est-ce pas ? C'était certain : le jeune homme ne savait franchement pas sur quel pied danser quant à l'écoute de cette nouvelle. Espérons que sa cousine ne se vexe pas de son côté empoté et volatile sur le coup. « Sauf que maintenant il est parti. Je veux dire il est plus à Poudlard, j'ai pas de nouvelles et on en a déjà pas parlé pendant qu'il était encore à Poudlard. C'est pas maintenant qu'on va en parler ! » Louis grimaça, l'air sincèrement désolé et triste pour son interlocutrice (cette fois, c'était clair : il savait comment réagir, pas besoin d'un mode d'emploi). « Le truc c'est que je veux qu'on parle, je sais pas comment, je sais pas où et quand mais je veux qu'on en parle parce que j'arrête pas d'y penser. J'aimerai bien ne pas y penser mais je peux pas. Je pense ça au moins une fois par jour. » Une mine aussi triste que celle de sa cousine sur le visage, Louis réfléchit au meilleur conseil à donner à sa cousine alors qu'elle reprenait place à ses côtés. Il passa son bras derrière son dos, la câlinant doucement pour la consoler ou simplement lui assurer qu'il resterait présent quoi qu'il arrive. De plus, d'une certaine manière, il savait ce que c'était d'être obsédé par une personne. Lui-même, il pensait au moins une fois par jour à Apple, et à ses yeux, une journée passée sans sa compagnie était une mauvaise journée. En partant de ce principe, il se sentait alors terriblement mal pour Lucy qui ne pouvait pas voir l'ancien Poufsouffle tous les jours et qui, visiblement, évitait tout contact avec elle. « Le pire c'est que lui il doit même plus y penser. C'est vrai, il travaille au ministère et là c'est peuplait que de femmes super jolies, sexy, habillée en tailleur. Non c'est clair qu'il ne doit pas penser à la pauvre gamine de seize ans que je suis dont il a eu la faiblesse d'embrasser un soir de printemps. » Louis soupira, déposant un baiser sur la joue de Lucy alors qu'elle grimaçait et clamait : « La vie, ça craint. » Il se retourna vers elle, décidé à la consoler par des mots, coûte que coûte : « Je suis sûr que s'il t'a embrassé c'est qu'il t'aime au moins un minimum. Et puis, personnellement, à la place de Win, je préférerais quelqu'un de Poudlard qu'une femme du Ministère. Il est plus proche de ton âge que de celui de ces femmes, après tout. » Le jeune homme jeta un coup d'œil à sa cousine, espérant que ses paroles la réconfortent et non ne l'enfoncent dans son désespoir. « Tu devrais aller le voir, pour mettre les choses à plat. Tu lui dis franco ce que tu en penses. Tu sais, parfois, on a du mal à vous comprendre, nous, et peut-être que tout ça s'avéra n'être qu'un mal-entendu ? Peut-être qu'il t'évite parce qu'il ne sait pas comment réagir avec toi et comment tu te sens vis-à-vis de lui ? Peut-être qu'il est tout simplement timide. Enfin, je te conseille d'aller lui en parler, d'être claire et nette avec lui, et tu verras bien à sa réaction ce qu'il en est de son côté ! » Il sourit tendrement à sa cousine, tentant de l'encourager à ne pas laisser tomber l'affaire. « Après tout, tu n'as rien à perdre et tout à gagner, tu ne crois pas ? » Il prit Lucy dans ses bras, abhorrant la voir sans son sourire aux lèvres. « Je te couvrirai même auprès des profs et de Victoire si tu veux. On programmera ton escapade pour que personne ne te mette des bâtons dans les roues et on se jouera de la tête des profs qui n'y verront que du feu. Après tout, on est pas des crapules de Weasley pour rien. On a les coups frauduleux dans le sang. »

Il tenta un nouveau sourire et reçut un câlin en retour de la part de sa cousine. Il la serra délicatement dans ses bras, lui frottant le dos en guise de réconfort. Présentement, il s'en voulait d'être lamentable question remonter le moral de ses proches, mais au moins, on pouvait dire qu'il y mettait tout son cœur... Finalement, sa cousine prit la parole. « En faite le plus simple ça serrait qu'on sorte ensemble comme ça aucun problème. » Le jeune homme rit doucement. Oui, en effet, ça résoudrait pas mal de problèmes et réduirait beaucoup de maux. Néanmoins, ça risquait d'être fort peu possible. Un sourire aux lèvres, il répliqua toutefois : « Je te le fais pas dire. Au pire écoute, si on ne trouve personne dans notre vie, on s'achète une maison et on y vit tous les deux. Aucun problème. Aucune prise de tête. Le bonheur, tout simplement. » Après tout, il y a bien des frères et sœurs qui vivent ensemble en étant adultes, pourquoi pas eux ? Et en ce qui concernera la lignée des Weasley, il y aura toujours leurs nombreux cousins pour assurer la descendance. Ce n'était pas comme s'ils étaient les derniers Weasley en Angleterre de toute façon ! Leurs aïeuls avaient fait en sorte de produire une belle ribambelle de progénitures. Et même au niveau de leurs parents, Lucy pourrait compter sur Molly et Louis sur Victoire et Dominique. Surtout que c'était assez bien parti pour Victoire, vue sa relation avec Teddy. En d'autres mots, les enfants pouvaient être le cadet de leurs soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Jeu 5 Jan - 9:59



« Je suis sûr que s'il t'a embrassé c'est qu'il t'aime au moins un minimum. Et puis, personnellement, à la place de Win, je préférerais quelqu'un de Poudlard qu'une femme du Ministère. Il est plus proche de ton âge que de celui de ces femmes, après tout. » Une multitude de réfutations s'immiscèrent dans son cerveau pendant que Louis lui racontait des mots qui se voulaient sans doute réconfortants. Mais en tout cas il devait bien y avoir des filles du même âge que Win au ministère ou du moins qui s'en approchaient alors sans vouloir le vexer, ça ne réconforta pas beaucoup la demoiselle Weasley mais elle admirait ses efforts, sérieusement Louis avait toujours un mot gentil pour elle. C'est pour ça qu'elle avait qu'elle pouvait avoir confiance en lui. « Tu devrais aller le voir, pour mettre les choses à plat. Tu lui dis franco ce que tu en penses. Tu sais, parfois, on a du mal à vous comprendre, nous, et peut-être que tout ça s'avéra n'être qu'un mal-entendu ? Peut-être qu'il t'évite parce qu'il ne sait pas comment réagir avec toi et comment tu te sens vis-à-vis de lui ? Peut-être qu'il est tout simplement timide. Enfin, je te conseille d'aller lui en parler, d'être claire et nette avec lui, et tu verras bien à sa réaction ce qu'il en est de son côté ! » C'était plein de bons, non sérieusement dans sa bouche ça semblait tellement simple, facile et naturel. Pourquoi se prenait-elle la tête après tout, hein ? Et l'excuse du genre que les garçons ne comprenaient pas les filles, excusez-là mais ça marchait aussi dans l'autre sens ! Non mais c'est vrai, on dit souvent que les filles et les garçons ne parlent pas le même langage, ça en devient même cliché mais c'est tout de même vrai. Non ? NON ! Et ben pourquoi y autant de problèmes alors ? AH ! Y a plus de réponses-là, on dirait qu'on a vous fait fermer le clapet. Tout était compliqué et même quand les choses semblaient, étaient toutes simples, les gens la rendaient compliquer. A croire que le monde était destiné à nier l'évidence et à se torturer. C'est vrai que ça rendait les situations plus compliquées, intéressantes et passionnantes mais quand même ! Des fois la simplicité et même la normalité j'ai envi de dire, ça faisait du bien ! Continuons dans l'exemple des histoires mieux, c'était tout de même mieux de serrer la personne qu'on aime dans ses bras, lui murmurait des mots d'amour au lieu de se torturer toute la sainte journée parce qu'on ne sait pas si les sentiments sont réciproques. Finalement la solution de Louis était peut-être la meilleure. « Après tout, tu n'as rien à perdre et tout à gagner, tu ne crois pas ? » Louis la prit dans ses bras après et Lucy croisa elle-même ses bras derrière le dos de son cousin. C'était vraiment le meilleur. Si elle avait des doutes, après une telle phrase, elle était obligée de suivre son conseil. Elle serait folle de faire autre chose. Les Weasley, plus futés qu'il n'y paraît ! On se moquait beaucoup d'eux mais il fallait toujours se méfier de l'eau qui dort. Les Weasley semblent inoffensifs, finis, dépassés complètement « has been » mais pas du tout, à l'intérieur le tonnerre gronde et ça depuis toujours sauf que les Weasley ont appris de leurs erreurs, il ne faut pas y aller tête baissée, il faut bien préparer son coup d'abord. En tout cas, Louis ne s'arrêta pas là car il poursuivit : « Je te couvrirai même auprès des profs et de Victoire si tu veux. On programmera ton escapade pour que personne ne te mette des bâtons dans les roues et on se jouera de la tête des profs qui n'y verront que du feu. Après tout, on est pas des crapules de Weasley pour rien. On a les coups frauduleux dans le sang. » Lucy ne put s'empêcher de sourire, ce n'était pas de la loyauté ça ? Et il avait tout à fait raison ils avaient les coups frauduleux dans le sang, c'était une autre particularité chère aux Weasley, on ne pouvait rejeter sa nature entièrement, non, non. Déjà c'était pas possible. Techniquement, scientifiquement et tout ce que vous voulez. LOYAUTE. C'était une qualité indéniable qu'ils partageaient tous les deux, leur devise le montrait bien aussi. En tout cas la demoiselle resserra son étreinte autour de son cousin.

A sa prochaine parole, Louis se mit doucement à rire. Lucy se contenta de sourire. Elle avait trop mal aux gencives pour le moment pour rire et aussi peut-être qu'elle était un peu trop fatiguée, elle avait moins la pêche en ce moment précis. Personne n'était invincible, même pas Lucy Weasley, qui l'aurait cru ? Personne. Comme quoi.. Enfin Louis ne mit, encore une fois, pas longtemps pour répondre : « Je te le fais pas dire. Au pire écoute, si on ne trouve personne dans notre vie, on s'achète une maison et on y vit tous les deux. Aucun problème. Aucune prise de tête. Le bonheur, tout simplement. » Lucy approuvait. Ça c'était le vrai bonheur ! Et c'était sûr qu'il n'y aurait pas de prises de tête ou en tout cas très occasionnellement parce que tous les deux s'adoraient et ils cohabitaient bien ensemble. Certes Louis était plus studieux et appréciait sans doute plus le calme que Lucy mais sachez tout de même que Lucy était quelqu'un qui avait besoin de ses moments de calme. Ils étaient plus fréquents qu'on pourrait le croire. Les toits étaient son refuge dans ces moments-là... La campagne anglaise se n'était pas mal non plus. « Le bonheur c'est un mot qui sonne bien. Pas étonnant qu'il plaise à tout le monde. » Philosophe, elle pouvait l'ajouter à son curriculum vitae. Elle était bourrée de talent cette gamine, moi je dis respect. Elle se détacha alors de lui et étira ses bras, il fallait qu'elle bouge sinon elle allait s'endormir et c'était vraiment du sérieux là. Soudain une nouvelle musique démarra. Lucy en sursauta d'ailleurs puis elle se retourna vers son cousin avant de lui dire : « OH j'adore cette chanson. Elle est juste CULTE ! Faut qu'on aille danser ! » Elle se leva commença à courir vers la piste de danse avant de s'arrêter et faire demi pour ajouter à l'attention de Louis : « Regarde et apprends ! » Pendant qu'elle repartait vers la piste, elle se mit à chanter : « Let's Go ! Party rock is in the house tonight. » Arrivée à la piste de danser elle commença à danser et attention parce que la séquence qui va suivre est sur le point de devenir culte, à mettre dans les annales.

Lucy commença donc à danser en regardant Louis. « Tout d'abord les vagues. » Elle s'exécuta alors en faisant des vagues avec ses bras. Elle adorait ça, elle s'amusait comme une petite folle. « Ensuite le pas disco ! » Elle passa alors ses doigts devant ses yeux plusieurs fois en remuant les fesses. Elle continua alors par onduler dans un peu tous les sens, enchaînant d'autres pas de danse – oui je t'évite toute la liste – puis elle termina au moment où la chanson commençait le passage : « Et maintenant shuffle ! » Lucy avait mis des semaines et des semaines pour maîtriser ce pas. Quand on le regardait, il ne semblait pas difficile : un pied devant, un pied derrière mais en faite il était assez complexe. Il fallait que les pieds s'enchaînent et franchement c'était assez difficile. Oh il fallait la voir à ses débuts, ça ne ressemblait à rien, elle faisait un peu pitié d'ailleurs, ses cousins s'étaient pas mal moqués d'elle mais au moment où elle y est arrivée, il n'y en a plus aucun qui a osé faire une remarque. Lucy était brillante (a). Non sérieusement c'était un défi pour elle et elle avait été fière de l'avoir réussi. Mais tout le monde aurait eu la même réaction dans ce cas-là. C'était un réel moyen de pouvoir se la péter mais croyez-bien que certains n'avaient pas besoin de motifs. Un nom vient tout de suite à l'esprit de Lucy, McClary. Xander et non Zane. Zane, Lucy l'aimait bien, elle n'avait rien contre lui mais Xander n'était qu'un abruti fini dont elle prenait le malin plaisir de le ratatiner au Quidditch. En plus comme elle avait été promue capitaine et lui n'était qu'un simple joueur dans son équipe, elle avait une longueur d'avance sur lui. Le plus réjouissant c'est qu'elle avait parfaitement conscience que McClary avait davantage la haine contre elle depuis sa promotion. Il n'était rien, elle l'écrasait facilement. Néanmoins elle ne reconnaîtra jamais que c'est un bon joueur de Quidditch, s'ils n'avaient pas été ennemis, elle aurait pris plaisir à jouer en sa compagnie. Enfin bref, Lucy se reconcentra sur la situation, elle allait finir par s'énerver et se défouler sur Louis si elle continuait à penser à McClary ! Histoire de montrer qu'elle l'attendait, Lucy conclut : « Allez Loulou fais pas ton timide, montre ce que tu as ! »

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Ven 20 Jan - 12:11


Malgré le fait que Louis était plutôt éméché par sa récente consommation d'alcool, il s'entendait déblatérer ses pensées sur la relation entre Lucy et Winthrop qu'il venait tout juste d'apprendre. Oh, peut-être que s'il avait été quelqu'un d'extrêmement possessif envers Lucy, il aurait mal pris cette nouvelle, d'une part pour le simple fait que sa Lucy ait trouvé quelqu'un à aimer de tout son cœur, et de l'autre qu'elle le lui annonce tardivement, et pendant une fête sous l'effet du whiskey pur-feu de plus. Mais Louis n'était pas ce genre de personne, tout ce qui l'importait était le bonheur de sa chère cousine et c'était pour cette simple et bonne raison qu'il mettait tous ses neurones restants encore aptes à réfléchir à exécution pour trouver une solution au problème de la jeune femme. Bien sûr, il était loin d'être un expert en la matière. Contrairement à une bonne quantité des garçons du château, Louis n'avait pas un passé relationnel très fourni. Et niveau coeur, c'était quasiment vide au niveau d'expériences à proprement parler. Oh, d'une certaine manière, il avait dépassé la majorité des adolescents de Poudlard en ayant une relation qui dura presque trois ans, mais il n'en eut qu'une. Que cette unique relation, il a aimé qu'une seule personne dans toute sa vie. Le seul avantage qu'il tirait de cette relation qui pouvait aider peut-être Lucy était qu'il avait aimé son ex-petite amie « longtemps ». Mais malheureusement, après réflexion, il doutait que ça l'aiderait. Pour le coup, il aurait été préférable qu'il soit un Don Juan et qu'il connaisse tous les moyens de débuter une relation, et non comment faire durer une relation. Et encore, dans ce dernier point, il ne devait pas être très fort puisqu'on l'avait largué.

Mais ce n'était pas la question. De manière synthétique, Louis analysa le problème et tenta d'y proposer les meilleurs solutions tout comme effacer les doutes et hantises de sa cousine. Ainsi le voilà entré dans la peau d'un psychologue amateur jouant de sa propre expérience en tant qu'être humain de sexe masculin pour tenter d'éclairer sa cousine. Estimant qu'il valait mieux que Lucy tente le coup plutôt que d'avoir des regrets par la suite, il l'incita à éclaircir les choses avec l'ancien Poufsouffle puis proposa son aide en conclusion pour duper les membres du personnel qui pourraient se mettre en travers de son chemin. Bon, après, il y avait plusieurs autres arguments si jamais Lucy ne le croyait toujours pas, ou qu'il gardait tout simplement sous le coude si jamais il voyait sa cousine déprimer à cause de cette histoire sentimentale : comme le fait que selon les statistiques, environ 80% des gens finissent leur vie avec les personnes qu'ils ont aimé durant leur adolescence. C'était un bon chiffre si Lucy était d'humeur optimiste et se positionnait dans la majorité et non les 20% restants.

Quoi qu'il advienne, Louis était d'accord avec l'idée de Lucy qui était de finir leur vie ensemble entre cousins si tout devenait trop compliqué et/ou s'ils ne trouvaient personne de satisfaisant. Après tout, c'était sûr que de cette manière, ils ne seraient pas forcément malheureux. Ils s'étaient toujours très bien entendus et leurs disputes ne duraient jamais plus d'une journée selon ses souvenirs. Une cohabitation n'était pas à craindre, surtout qu'étant de la même famille, ils avaient déjà eu l'occasion de passer des nuits l'un chez l'autre et vice versa. Louis conclut donc son remontage de moral intensif par une alternative finale, leur plan de chute si jamais rien ne se passe comme ils l'auraient souhaité. « Je te le fais pas dire. Au pire écoute, si on ne trouve personne dans notre vie, on s'achète une maison et on y vit tous les deux. Aucun problème. Aucune prise de tête. Le bonheur, tout simplement. ». Louis rapproche sa cousine de lui, frottant l'épaule de cette dernière pour accompagner ses paroles réconfortantes. « Le bonheur c'est un mot qui sonne bien. Pas étonnant qu'il plaise à tout le monde. » Louis sourit. Dire que même en ayant du mal à avoir un équilibre complet, Lucy parvenait à lui sortir des phrases de ce type-là. C'était assez épatant. Surtout qu'elle n'avait pas tort. Seulement, le bonheur est également une drôle de science qu'on ne peut jamais calculer. Louis garda ses pensées négatives pour lui, alors que sa cousine sursautait d'entre ses bras au son d'une nouvelle musique qui se mettait en route dans la salle désaffectée abritant cette fête clandestine. La lueur qu'il connaissait si bien propre à sa cousine prit place de nouveau dans ses yeux noisette tandis qu'elle se tournait vers lui, déclarant avec enthousiasme : « OH j'adore cette chanson. Elle est juste CULTE ! Faut qu'on aille danser ! » Ni une ni deux, Lucy s'était élancée vers la piste de danse avec un équilibre surprenant que Louis doutait ne pas encore avoir pour sa part toutefois. Sa cousine revint vers lui, ajoutant à son adresse : « Regarde et apprends ! » Il rit doucement, tandis que Lucy reprenait place sur la piste, sa voix chantonnant : « Let's Go ! Party rock is in the house tonight. » Sa cousine se retourna, lui offrant un cours de danse improvisé. « Tout d'abord les vagues. » Louis regarda la jeune femme s'exécutait en bon élève, tentant d'assimiler les mouvements qui ne semblaient, jusqu'ici, pas si difficiles que ça. Mais il se doutait que ça se gâterait... Et puis, Louis n'était pas spécialement un bon danseur, comme tout bon coincé qui se respecte. Bien évidemment, l'alcool l'aidait à vaincre sa timidité et se déhancher sur la piste de danse, mais il n'avait pas non plus la grâce d'un danseur professionnel et il ne pensait pas que sa part de sang de vélane l'aidait à grand-chose de ce côté. Quoi qu'il ne s'en plaignait pas, le fait qu'il soit un garçon ayant du sang de vélane n'était pas quelque chose dont le garçon se vantait, bien au contraire. Pour la simple et bonne raison que « vélane » va très bien à une fille mais absolument pas à un homme. Il se faisait déjà charrié pour son calme absolu et sa sensibilité légendaire, s'il ajoutait une caractéristique sanguine surtout réputée chez les sorcières, il préférait se jeter du haut de la tour d'astronomie tout de suite plutôt que de finir sa scolarité avec des moqueries infernales de la part des autres. « Ensuite le pas disco ! » Louis rit de bon cœur à la vue de sa cousine propulsée dans les années antérieures. Elle enchaîna d'autres pas et au bout d'un moment, Louis perdit totalement le fil de la chorégraphie. « Et maintenant shuffle ! » Le Poufsouffle écarquilla les yeux. S'il avait pensé que les premiers pas étaient difficiles, ce n'était rien comparé à ce que Lucy venait de faire devant lui, le dit « shuffle ». Était-ce l'alcool ou le fait qu'elle soit rapide ? Dans tous les cas, Louis avait aucune idée de comment sa cousine venait de faire ce qu'elle venait de faire et se demandait si cela était humainement possible même. Enfin, d'une certaine manière ça devait l'être, car du plus loin qu'il s'en rappelait, il n'avait jamais douté de l'espèce à laquelle Lucy appartenait, soit, celle des Hommes.

« Allez Loulou fais pas ton timide, montre ce que tu as ! » La phrase tant redoutée. Louis se redressa sur sa chaise et se tourna vers la table où quelques autres boissons demeuraient encore. S'il avait à imiter Lucy, autant qu'il prenne une dernière dose d'alcool, alias courage liquéfié. Il attrapa un verre qui s'avéra être un mélange de whiskey pur-feu et bierraubeurre et l'engloutit cul-sec. Il grimaça, posa gauchement le verre sur la table et s'orienta vers Lucy, sa gorge et trachée se réchauffant au passage du liquide alcoolisé. Bon, c'était parti. Il s'élança sur la piste de danse avec bravoure comme motivation et enchaîna des pas qu'il connaissait lui-même où qu'il avait vus être reproduits aux fêtes familiales auxquelles il avait assistées. Un peu de Charlie, un peu de George, un peu de Ron... Puis un peu de ce qu'il avait vu dans les livres moldus de son grand-père Arthur. Au final, ça devait peut-être plus ne ressembler à grand-chose, mais en tout cas, ça amusait bien le jeune Poufsouffle de reconstituer tous les pas qu'il avait pu voir au moins une fois dans sa vie. Puis, il fit face à Lucy et tenta d'imiter le pas qu'elle effectuait, sa folie n'ayant plus de limites. Malheureusement, cela fut sans grand succès puisque son pied finit par se prendre dans l'autre dans un mouvement assez étrange et il se retrouva brusquement propulsé par terre au milieu des danseurs. Pendant quelques secondes, il se demanda qu'est-ce qu'il faisait sur le sol alors que quelques élèves applaudissaient sa chute qui semblait avoir plu. Il finit par éclater de rire, se félicitant quand même intérieurement de n'avoir attiré personne au sol comme il avait pu tomber avec Lucy quelques temps auparavant. Il leva la tête vers sa cousine, incertain à l'idée de pouvoir se relever, vu comment le monde tournait autour de lui. « Je crois que mes jambes ne marchent plus, Lulu ! » A défaut d'avoir un estomac assez solide, quand même. Il leva les bras en l'air dans un geste impuissant tout en ramenant des jambes visiblement amorphes vers lui pour ne pas se faire écrabouiller malgré tout. En soi, la phrase était assez comique et ironique, mais dans tous les cas, Louis avait vraiment les jambes en guimauve, et il aimait assez bien la vue d'ici. D'autres jambes, comme ça, qui passaient, se secouaient, se trémoussaient... Son plaisir ne dura qu'un instant car quelques garçons encore masqués l'aidèrent à se remettre sur ses jambes qui le retenaient encore contre toute attente. Il tapota l'épaule d'un des jeunes hommes en guise de remerciements, bien qu'il se doutait qu'ils avaient plus fait cela pour dégager la piste que pour réaliser leur bonne action de la soirée, mais peu importait à Louis en ce moment-même. Le jeune Weasley esquissa de nouveau mouvement – beaucoup plus prudent cette fois-ci, question de profiter quand même de la chanson qui jouait jusqu'à sa fin.

Lorsque la dernière note retentit, il marcha jusqu'à une chaise libre et s'y effondra, ses jambes toujours endolories. Il étouffa un bâillement derrière son poing et jeta un coup d'œil à Lucy, lui demandant avec un air empli de malice et d'enthousiasme : « Qu'est-ce que tu veux faire, maintenant ? » Louis leva les yeux vers son interlocutrice. Il avait beau être complètement épuisé, il ne souhaitait pas vraiment que la fête se termine là, tout de suite. En fait, s'il le pouvait, il retiendrait la nuit pour que jamais elle ne se termine vu l'état d'esprit dans lequel il était. Il déboutonna les premiers boutons de sa chemise, commençant à mourir de chaud dans cette salle. « Et si on allait dans le lac ? » De toute évidence, Louis avait oublié la période de l'année dans laquelle ils étaient situés et qu'en automne, la température du lac était loin d'être très agréable. Il ne quitta sa cousine du regard, ajoutant au choix : « Oh, ou dans une autre Salle commune, et on leur fait une mauvaise blague. » Il fronça les sourcils, imaginant la Salle commune des Serdaigle redécorée. « Ou non, on va faire une mauvaise blague à Fred, ça changera pour une fois... » Il rit doucement à l'image d'un Fred pris au piège par ses cousins plus jeunes. Il baissa les yeux, des idées machiavéliques germant dans son cerveau. « Ou sinon... » Il attira ses yeux vers la jeune sixième année. « J'aimerai bien savoir conduire » articula-t-il bien que ça n'eut aucun rapport avec ses derniers propos et que le fait de conduire une voiture était assez rare chez les sorciers. « Une voiture rouge. Avec des amandes. Lucy, tu as faim ? » acheva-t-il tout en continuant sa suite illogique de mots. Il réitéra : « T'as une idée en tête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Mer 15 Fév - 6:54


Le jeune Weasley ne mit pas longtemps à rejoindre sa cousine même si ce fut après se donner du courage avec une substance alcoolisée. Ce soir ils ne faisaient pas d'économies, ils consommaient et consommaient encore. En tout cas lorsqu'il se mit à danser, Lucy ne put s'empêcher d'éclater de rire et rire encore. Ce n'était pas contre lui, ce n'était pas méchant... En faite si un peu mais c'est juste que ses pas de danse étaient... Comment dire, est-ce qu'on peut vraiment appeler cela de la danse ? Non parce que franchement il avait beau bouger dans tous les sens, le résultat était assez étrange et surtout hilarant. Malgré tout, Lucy aimait toujours autant son cousin. Rassurant, non ? En tout cas Lucy crut reconnaître certains pas ce qui était normal vu comment elle était proche de Loulou. Mais en faite elle les reconnaissait appartenant à d'autres membres de leur famille. Était-il en train de faire un mashup des pas de danse des membres de la famille Weasley ? Au moins on pouvait saluer l'effort réalisé par le jeune homme. Alors que tout se passait plutôt bien, Lucy tourna la tête trente secondes et lorsqu'elle reporta son regard sur son cousin, il n'était plus là. Non il était affalé par terre. « BORDEL LOUIS ! Oh mon Dieu, est-ce que tout va bien ? » Lucy avait cet air affolé qui ne voulait pas quitter son visage, elle se mit accroupi et commença à vérifier que tout marchait bien chez Louis. Elle souleva son bras gauche puis son bras droit, elle était vraiment inquiète. En effet son comportement était légèrement exagéré mais elle avait vraiment peur en ce moment que son cousin se soit cassé quelque chose. « Je crois que mes jambes ne marchent plus, Lulu ! » Lucy le regarda et commença à imaginer son cousin sans jambes. En effet, quelqu'un les lui avait coupé car elle ne marchaient plus. Il était en chaise roulante et c'était loin d'être réjouissant. Le bon côté c'est qu'il l'emmenait faire des balades avec son fauteuil. La demoiselle Weasley chassa vite ses pensées de son esprit, oh non, il ne deviendrait pas handicapé. Il allait gardé ses jambes en bonne santé parce qu'elle l'exigeait. Non mais oh ! « Ne fais pas ta chochotte, Louis ! Lève-toi et montre à tout le monde qu'il en faut plus pour t'achever. Tu es un Weasley par Merlin. » On continuait dans le côté excessif mais elle essayait de le motiver comme elle pouvait. Finalement quelques instants ils étaient assis sur des chaises bien que l’ascension jusqu'à celles-ci fut dure et éprouvante.

Après un bâillement et et un petit coup d’œil complice, Louis prit la parole :« Qu'est-ce que tu veux faire, maintenant ? » Voilà une question à laquelle Lucy n'avait pas de réponses précises. Il faut dire que depuis déjà quelques heures, elle se laissait porter par la musique, par l'instant et surtout par son degré d'alcoolémie alors elle ne réfléchissait plus beaucoup. Ses neurones étaient en grève pour le moment ou juste endormies, revenez demain pour avoir quelque chose de constructif. « Et si on allait dans le lac ? » Le lac ? Il devait être gelé mais il est vrai qu'il faisait très chaud ici et un petit bain de minuit... A deux ou trois heures du matin c'était marrant. En gros la proposition était vraiment tentante bien qu'elle comportait également des risques. Ils pourraient se faire attraper par un mangemort qui traînait par là. Ils étaient partout à Poudlard ce qui était d'ailleurs assez inquiétant comme ça ! « Oh, ou dans une autre Salle commune, et on leur fait une mauvaise blague. » Louis voulait vraiment être mauvais ce soir. Mais où était donc passé le jeune homme qui passait un grand nombre de son temps dans les livres ? A croire qu'il suffit juste de le faire un peu boire pour vous le changer complètement. « Tu deviens totalement bad-ass, Louis ! » Elle rit légèrement. « Ou non, on va faire une mauvaise blague à Fred, ça changera pour une fois... » Lucy était loin d'être contre, ça non parce que Fred était un vrai farceur et qu'elle subissait souvent ses farces. Par exemple après les entraînements de Quidditch – cf rp avec Winnie – Lucy imaginait déjà comment lui rendre la pareille ! Il pourrait renverser un sceau d'eau du lac sur lui en train de dormir dans son lit. Ou encore le faire léviter et l'accrocher en haut de son dortoir. Oh oui pleins d'autres idées dans le genre vinrent à Lucy. C'est fou comme certaines choses pouvaient inspirer plus que d'autres. Et puis n'oublions pas que les Weasley avaient les farces dans le sang. « Ou sinon... J'aimerai bien savoir conduire » Conduire ? Était-il en train de délirer ? Bien sûr qu'elle aimerait elle aussi savoir conduire car elle trouvait les inventions moldues tellement fantastiques et magnifiques mais ils ne pourraient jamais apprendre à Poudlard. Il fallait être réaliste. « Une voiture rouge. Avec des amandes. Lucy, tu as faim ? » C'était sûr il délirait. Une voiture avec des amandes ça n'existait pas. Non parce que sinon Lucy en aurait déjà mangé, vous pouvez en être sûrs ! En gourmande qu'elle était, elle mettait un point d'honneur à goûter tout et n'importe quoi. Elle adorait tester de nouveaux plats, les Elfes de maison l'aimaient beaucoup pour ça. A chaque fois qu'elle faisait un tour aux cuisines, elle était toujours accueillie par des sourires et quelque chose de goutteux. Elle avait ses relations... Il ne fallait jamais sous-estimer le pouvoir des Elfes de maison. Ils étaient toujours utiles aux bons moments surtout. « T'as une idée en tête ? » Elle n'en n'avait pas mais voilà qu'il avait commencé à parler de nourriture et là évidemment Lucy Weasley avait une tonne de possibilités après tout la nourriture était son rayon.

Elle fit un signe de la main qui voulait dire non avant de dire : « Laisse-moi te dire cher cousin que conduire une voiture à Poudlard, ça n'arrivera JAMAIS. Les derniers dans la famille qui ont essayé, ils ont eu des problèmes. Je suis sûre que tu ne veux pas danser une salsa avec le saule cogneur. » Elle imaginait déjà la scène et c'est pourquoi elle ne put s'empêcher d'exploser de rire. Ça serait tellement marrant qu'elle voulait presque le faire juste pour voir ce spectacle : Louis danser la salsa tandis que la seule cogneur essayait de le réduire en rondelle de saucisson. Quoiqu'il serait tout amoché après. « Enfin bref, mauvaise idée, très mauvaise. Crois-moi laisse tomber. En plus une voiture en amande ? T'imagine la tonne d'amandes qu'il faudrait ? Et puis ça collerait. Beuuurk ! Trop de gâchis pour moi. Continuons donc de manger simplement les amandes. » Elle sourit de toutes ses dents, les amandes c'était bon même si ce n'était pas ce qu'elle préférait. Elle émit elle aussi un bâillement avant d'ajouter. « J'ai besoin d'énergie et solide et non pas du sucre liquide si tu vois ce que je veux dire. » Elle indiqua une bouteille d'alcool qui traînait dans le coin. En effet, il ne faut pas oublier que dans les bouteilles alcoolisées, il y avait pas mal de sucre. Elle ajouta alors ensuite : « Je ne serais donc pas contre un détour par les cuisines avant qu'on ne se décide à partir dans de folles aventures. J'ai tellement envi d'une part de pudding si tu savais ! » Elle en imagina alors un dans sa tête. Le pudding, un dessert typiquement anglais et dont Lucy ne se privait jamais. Elle était toujours demandeuse d'un peu de gâteau. Le contraire indiquait que quelque chose n'allait pas pour la demoiselle. Afin de terminer de convaincre Louis, elle dit : « Je me suis fait des amis chez les Elfes alors t'inquiètes pas qu'ils nous prépareront tout ce que nous désireront. Aie confiance en ta cousine chérie, adorée, préférée qui t'aime à la folie. S'il te plait. » Elle lui fit son regard à la Chat Potté – cf signature d'Albus lol –. Comment pouvait-il résister à cela ? Il ne pouvait pas. C'est pourquoi il lui donna une réponse affirmative. Elle se mit à sautiller sur place comme une gamine de quatre ans et elle n'avait pas le moins du monde honte. Après s'être calmée – ce qui prit quelques secondes – elle attrapa la main de Louis et l'obligea à se lever. « Allez s'est parti mais attend, on emmène un petit quelque chose avec nous. » Elle lâcha la main de Louis pour aller chercher une bouteille de whisky pur feu aux trois quarts remplis. Quoi ce n'est pas parce qu'ils bougeaient qu'ils allaient arrêter de boire. Ils avaient déjà trop bu pour s'arrêter, de toute manière ils auraient la gueule de bois demain matin.

Une fois qu'ils furent dehors, l'air était nettement plus froid que Lucy faillit avoir la chair de poule. Elle tenait de nouveau la main de Louis tandis que son autre main portait la bouteille de whisky pur feu. Elle était légèrement désorientée et elle dit alors à Louis : « C'est par où déjà les cuisines ? » Pas sûr qu'ils arrivent là-bas sans dégâts.

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Sam 14 Avr - 0:50


Il y avait sans nul doute une grande probabilité pour que Louis se réveille le lendemain matin dans un sale état. Il aurait certainement quelques ecchymoses par-ci par-là, résultats de ses nombreuses chutes et quelques fracas contre meubles ou mêmes élèves participant à cette fête. Et surtout, une imminente gueule de bois le guettait inlassablement. Oui, Louis aurait sans doute beaucoup de mal à se lever le matin prochain, peut-être prolongerait-il d'ailleurs son réveil jusqu'à l'après-midi, chose qui n'était pas dans ses habitudes. En effet, le jeune Weasley était plutôt le genre de garçon à se réveiller très tôt et abhorrer rester dans son lit. Dès le moment où il était réveillé, fatigué ou pas, il se levait. Malheureusement, par la suite, il n'avait pas forcément grand chose à faire, si bien qu'il finissait dans un livre ou à relire un devoir qu'il avait déjà terminé depuis plusieurs jours. Louis était actif à sa manière, on peut dire. Cérébralement actif. Oh, il y avait bien les entraînements de Quidditch désormais qui s'ajoutaient à ses responsabilités et choses à faire. Louis était en quelque sorte un bourreau de travail polyvalent. Mais même si Louis travaillait assidument et faisait tout pour parfaire ses techniques et attirer la victoire à Poufsouffle, il passait probablement plus de temps dans ses livres qu'à faire quelque chose d'autre.

Mais la question du lendemain ne se posait pas tout comme la question du niveau de difficulté du prochain réveil. En ce moment précis, le sixième année pourrait prolonger la nuit s'il en avait le pouvoir. Il s'amusait réellement, bien qu'il était également dans un état d'ébriété plutôt avancé. Il avait largement dépassé ses limites, ses frontières, son seuil de contrôle sur lui-même. Déchaîné, voilà comme on pourrait le décrire à cet instant précis. Bien que l'adolescent demeurait tout de même assez facile à gérer. Heureusement, d'ailleurs. En quelque sorte, Louis pouvait peut-être être un bon bourré ? Dans tous les cas, il avait manifestement de grandes lacunes au niveau de l'équilibre et la gravité le rappelait souvent à l'ordre, le jeune homme ayant un certain penchant pour tomber à peu près n'importe où dans la salle désaffectée. Là, c'était au beau milieu de l'endroit aménagé comme piste de danse par les hôtes ou improvisé par les élèves – le mystère resterait sans doute complet comme irrésolu – que Louis testait le confort du sol. Il venait de faire l'inventaire de tous les pas de danse qu'il avait pu croiser dans sa vie, avait reproduit une grande majorité d'entre eux pour la première fois, ce qui avait donné un résultat bien plus désopilant qu'admirable. Mais au moins, le sixième année y avait tout donné, si bien que ses jambes n'avaient su supporter une autre acrobatie. Louis tâta celles-ci, les déplaçant, ayant l'impression qu'elles étaient de la guimauve. Est-ce que quelqu'un lui avait lancé un sortilège de jambes en coton en vue qu'il arrête son massacre de danse ? « BORDEL LOUIS ! Oh mon Dieu, est-ce que tout va bien ? » Bien que sa cousine avait l'air totalement affolé, la terreur ornant son visage, Louis répondit d'une désinvolture sans égale, trouvant la situation même plus drôle que grave, alors qu'en soit, la sensation n'était pas des plus agréables, bien que rendue assez étrange par son taux d'alcoolémie : « Je crois que mes jambes ne marchent plus, Lulu ! » Lucy l'observa quelques instants, aussi silencieuse que pensive. Est-ce que sa cousine inventait un système pour lui greffer de nouvelles jambes ? Louis n'avait jamais imaginé Lucy comme inventrice folle, mais il faut dire que l'idée lui plaisait bien. Tellement que lui aussi, il pourrait en devenir un. A deux, ils formeraient un duo de choc et enchaîneraient les inventions révolutionnaires. Mais bientôt, les projets d'avenir du Weasley furent interrompus. « Ne fais pas ta chochotte, Louis ! Lève-toi et montre à tout le monde qu'il en faut plus pour t'achever. Tu es un Weasley par Merlin. » Louis haussa les sourcils, grimaçant légèrement. Docile, il finit par reculer ses bras derrière son dos comme pour se donner la force de se lever mais deux garçons apparurent et en deux temps trois mouvements le garçon était de nouveau sur ses jambes, miraculeusement guéries. Louis tapota l'épaule des deux jeunes hommes en guise de remerciement, balbutiant quelques généreuses félicitations puis vantant leur grand pouvoir en terme de réparation de jambes grignotées par des fourmis sanguines.

Finalement, les deux jeunes Weasley optèrent pour rejoindre leur lieu de prédilection en ce qui concerne les confidences, l'absorption d'alcool et le repos de jambes torturées : les deux chaises près du « bar ». Quelques secondes plus tard, le temps de bailler derrière son poing et partager un coup d'œil complice avec Lucy, Louis mouvementa de nouveau la soirée, lançant la recherche d'une future activité. Le garçon articula toutes les idées qui lui venaient à l'esprit, de l'escapade dans le lac à l'intrusion dans une salle commune puis à taquiner leur cousin Fred. Lucy commenta l'audace de son cousin par un « Tu deviens totalement bad-ass, Louis ! » et les deux Poufsouffles éclatèrent de rire en chœur. L'adolescent enchaîna ensuite sur des voitures puis la gastronomie universelle. D'ailleurs, son ventre répondit à l'image d'une voiture rouge avec des amandes en gargouillant sauvagement. De toute évidence, le jeune homme n'avait pas assez dîné. Ou alors, il s'était trop dépensé. Ou c'était un effet de l'alcool. Dans tous les cas, il avait faim. Trop faim. Sa cousine finit par prendre la parole, coupant les délires incessants de son interlocuteur. « Laisse-moi te dire cher cousin que conduire une voiture à Poudlard, ça n'arrivera JAMAIS. Les derniers dans la famille qui ont essayé, ils ont eu des problèmes. Je suis sûre que tu ne veux pas danser une salsa avec le saule cogneur. » Louis éclata de rire, imaginant danser une salsa avec le saule cogneur. Dans tous les cas, ça ferait un peu « has been », leurs oncles ayant déjà testé l'entrée de véhicules motorisés dans l'enceinte du château, quelques années de cela. Louis se demanda quelques instants si son père avait déjà apporter à Poudlard des objets interdits, ou comment il avait pu briser les règles du château durant sa scolarité. En soit, Bill Weasley devait sans doute être un élève modèle puisqu'il avait été nommé préfet puis préfet-en-chef – poste que lui n'occuperait jamais, à son plus grand damne. Mais il demeurait un Weasley... Tout le monde sait qu'un Weasley est indomptable dans tous les sens du terme. « Enfin bref, mauvaise idée, très mauvaise. Crois-moi laisse tomber. En plus une voiture en amande ? T'imagine la tonne d'amandes qu'il faudrait ? Et puis ça collerait. Beuuurk ! Trop de gâchis pour moi. Continuons donc de manger simplement les amandes. » Louis sourit largement puis acquiesça dans vif signe de la tête. Lucy bailla de nouveau, poussant son cousin à l'imiter rien qu'à sa vision et dans un élan de solidarité admirable. « J'ai besoin d'énergie et solide et non pas du sucre liquide si tu vois ce que je veux dire. » La Poufsouffle pointa une bouteille d'alcool avant d'expliciter le fil de ses pensées : « Je ne serais donc pas contre un détour par les cuisines avant qu'on ne se décide à partir dans de folles aventures. J'ai tellement envi d'une part de pudding si tu savais ! » Le sixième année sourit, s'imaginant déjà du pudding devant les yeux. Il n'était pas un fan inconditionnel de ce dessert typiquement anglais, mais il ne rechignait jamais à en prendre une part. De plus, il faut dire qu'à l'instant précis, le pudding semblait être la solution à ses problèmes de faim. « Je me suis fait des amis chez les Elfes alors t'inquiètes pas qu'ils nous prépareront tout ce que nous désireront. Aie confiance en ta cousine chérie, adorée, préférée qui t'aime à la folie. S'il te plait. » Louis eut des yeux ronds comme des soucoupes, impressionné par le fait que Lucy ait des amis chez les elfes de maison. Non que le jeune homme puisse douter des capacités de sa cousine à se faire des amis, mais disons qu'il n'avait jamais imaginé que l'adolescente puisse avoir tant d'amis elfes. Après, il faut dire que Lucy devait passer une bonne partie du temps dans les cuisines et donc que toute cette amitié semblait plus que logique. La curiosité animant le garçon, Louis interrogea : « Comment ils s'appellent, tes amis elfes ? » Mais visiblement, Lucy voulait l'amadouer, vu la tête de chien battue qu'elle lui faisait. Louis se rappela dans un effort surhumain que sa cousine lui avait en effet posé une question et répliqua : « Je te suis, à l'aventuuuure. » Le Poufsouffle se releva promptement, la main de Lucy l'invitant à le faire, puis eut quelques soucis pour trouver son équilibre mais parvint à rester cette fois-ci debout sur ses jambes. Sa cousine, quant à elle, prévoyait le voyage. « Allez c'est parti mais attend, on emmène un petit quelque chose avec nous. » Son interlocutrice déroba une bouteille de whiskey pur feu et Louis lui confia avant qu'ils poussent la porte de la salle désaffectée où la fête était encore très animée : « Il faut qu'on se dépêche, mes jambes ont faim. Tellement qu'elles pourraient s'entre-manger. » Louis fronça les sourcils, incertain sur la réalité de son dernier mot, mais Lucy avait sans doute compris le fond de sa pensée. En tout cas, il l'espérait. Mais vite, un problème s'imposa : « C'est par où déjà les cuisines ? » Louis tourna sur lui-même, prenant connaissance des lieux. Il tenta de se rappeler comment il était parvenu jusqu'à la salle désaffectée comme de l'étage où elle était située. Cependant, ce souvenir de la soirée s'avéra bien flou. Il finit par utiliser toute la logique qu'il lui restait. « Euh. On a qu'à tout le temps descendre, on finira bien par tomber dessus ! » Le garçon chercha des yeux l'escalier le plus proche et en désigna rapidement un, attirant Lucy vers celui-ci. « Tu crois qu'ils s'amusent comment, les mangemorts ? » finit par demander Louis alors qu'il descendait l'escalier en se tenant solidement à la rampe, chaque marche était une réelle épreuve pour son équilibre plus que précaire. « Tu crois qu'ils font la fête, en ce moment ? » Louis sauta la dernière marche, eut un léger rire avant de s'aventurer joyeusement vers un autre escalier. « Faut dire que mes parents, ils s'y connaissent plus en gobelins. Ou c'est plutôt de ces créatures-là qu'ils parlent le plus. » En effet, avec deux parents travaillant à Gringotts, autant dire que Louis avait très vite su combien une noise valait de mornilles et de gallions, combien de mornilles valait de noises et de gallions et combien un gallion valait de noises et de mornilles... En fait, peut-être que s'il n'avait jamais démontré signe de magie en lui, Louis aurait pu faire des études dans les mathématiques pour devenir banquier pour les moldus. « Même si mon père n'aime pas vraiment les gobelins. Enfin, il n'aime pas faire affaire avec eux. Parce qu'il dit que c'est cornélien et qu'il faut se méfier de tout. Je pense qu'il pense que les gobelins peuvent être sournois. Mais ils sont sans doute plutôt malins et prévoyants. Qu'est-ce que tu en penses ? » Louis se tourna vers une Lucy qui prenait une gorgée de whiskey et s'exclama : « Escalier ! » L'adolescent grimpa non sans difficultés sur la rampe, ayant décidé qu'il descendrait l'escalier par ce moyen plutôt que les marches. « C'est quand même triste que ce soit si difficile de trouver quelqu'un digne de confiance, dans ce monde. » Louis trébucha, se rattrapant miraculeusement et évitant une chute de quelques mètres. Il rit quelques instants, interrogeant de nouveau sa cousine : « A quoi il sera, ton pudding ? » Secrètement, il espérait qu'il ne soit pas au même parfum que celui que leur grand-mère paternelle, Molly Weasley, faisait souvent. Louis se sentait toujours obligé d'en prendre un morceau parce que tout le monde clamait qu'il était bon et que ça se mangeait tout seul... Mais ce n'était pas bon et un pudding ne peut pas se manger tout seul, sinon, il ne resterait pas dans l'assiette... Cependant, le garçon se retenait bien de dire tout ça et finissait toujours par manger sa part par politesse. Comme quoi, il avait peut-être été un peu trop bien élevé. « Nouvel escalier ! » s'exclama une nouvelle fois Louis avant de s'orienter vers celui-ci. Bientôt, ils se retrouvèrent au sous-sol, comme le sixième année l'avait prévu – et souhaité -. Ce dernier annonça : « Alors, maintenant, à la recherche de la poire... On l'aura, notre pudding, Lulu, on l'aura ! » Louis attrapa sa cousine par l'épaule et lui emboita le pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Sam 28 Avr - 5:28


Lucy tournait la tête dans tous les sens afin de se souvenir un peu de l'architecture du château et donc de se remémorer le chemin qui conduisait aux cuisines. Cela ne semblait pas difficile pour une élève de sixième année qui était à Poufsouffle, elle avait l'habitude d'aller du côté des cuisines... Mais quand on était bourrée c'était très différent, tout semblait beaucoup plus flou à présent. Elle était complètement paumée mais ce qui s'appelait être perdue de chez perdue. C'était dans ces moments-là qu'elle appréciait d'être avec Louis, lui savait toujours quand elle ne savait pas. Mais vu l'état dans lequel il était pas sûr qu'il soit d'une très grande aide. Tous deux avaient beaucoup picolé ce soir. « Euh. On a qu'à tout le temps descendre, on finira bien par tomber dessus ! » Lucy trouva cela tellement intelligent qu'elle commença à se dire que Louis était genre le garçon le plus intelligent qu'elle connaissait. Elle était fascinait par tant de savoir en une seule et même personne. Louis était un génie c'était la seule explication. Elle était la cousine d'un génie c'était juste énorme, INCROYABLE. Quand il serait célèbre, elle pourrait se la péter et tout. La classe c'est tout, il n'y a pas d'autres mots. « Tu crois qu'ils s'amusent comment, les mangemorts ? » C'était une très bonne question qui n'avait jamais traversé l'esprit de la demoiselle Weasley avant ce jour ! En plus sa question était mal posée... Bah oui la vraie question c'était est-ce qu'un mangemort ça pouvait déjà s'amuser ? Ou alors ils devaient prendre leur trip en torturant des gens, c'était sûr ces barjos avaient complètement perdu la boule. Comment pouvait-on être aussi méchant ? Lucy s'était toujours posé la question, non mais c'est vrai, être aussi cruel c'était quand même pas quelque chose de normal. Ils avaient cela dans le sang où on leur avait retourné le cerveau, peut-être même lobotomisés, OH ! « Tu crois qu'ils font la fête, en ce moment ? » Lucy essaya d'imaginer la scène, un couple de mangemorts en train de danser... UH BIZARRE ! Elle ne put alors s'empêcher de répondre : « Comme si c'était possible Loulou. » Bien sûr c'était possible mais inconcevable aux yeux de la jeune femme à ce moment-là. Un méchant ça ne s'amusait pas, ça faisait le mal tout le temps.

« Faut dire que mes parents, ils s'y connaissent plus en gobelins. Ou c'est plutôt de ces créatures-là qu'ils parlent le plus. » Chacun son truc, son père à elle, il était capable de vous parler du ministère pendant des heures et elle trouvait ça fascinant même si ce qu'il faisait semblait ingrat. Lucy avait toujours idolâtré son père même s'il se faisait charrier par bon nombre des membres de la famille. Après tout son père avait toujours été l'intello coincé qui en fait trop, qui se prend trop au sérieux et c'est ce qu'on lui reprochait en général. De plus il avait souvent été aveuglé par son ambition ce qui n'était jamais vraiment passé... Mais Lucy s'en fichait son père c'était le plus fort, le plus beau, le plus intelligent bref c'était son héros <3. « Même si mon père n'aime pas vraiment les gobelins. Enfin, il n'aime pas faire affaire avec eux. Parce qu'il dit que c'est cornélien et qu'il faut se méfier de tout. Je pense qu'il pense que les gobelins peuvent être sournois. Mais ils sont sans doute plutôt malins et prévoyants. Qu'est-ce que tu en penses ? » Les gobelins n'étaient pas ses créatures préférées, elles préféraient les Elfes de Maison mais ce n'était un secret pour personne, elle était une Weasley, elle était l'amie des Elfes, c'est inscrit dans ses gênes. Elle n'avait jamais rien eu contre les gobelins par contre mais c'est vrai qu'ils la terrifiaient lorsqu'elle était petite et qu'elle était amenée à se rendre Gringotts. Elle se souvient qu'elle serrait toujours la main de son père très fort et qu'elle ne regardait jamais un gobelin dans les yeux. C'était peut-être idiot mais on a tous ses phobies d'enfant. Enfin comme pour chasser cette pensée légèrement effrayée, Lucy but une gorgée de whisky pur feu à même la bouteille. « Escalier ! » A cause de son cousin, elle faillit lâcher la bouteille qui aurait provoqué l'enchaînement d’événements plus catastrophiques les uns que les autres. Déjà la bouteille se serait fracassée contre le sol dans un fracas assourdissant ce qui aurait sans aucun attirait l'attention du concierge, d'un professeur ou pire d'un mangemort, celui-ci leur aurait sûrement administré une sacrée punition car vu l'état dans lequel il était et puis de toute manière ce n'est pas comme si une raison était nécessaire. Mais elle avait encore quelques réflexes car la bouteille ne tomba pas mais c'est sûr qu'elle reçut la phrase soudaine de Louis comme un électrochoc. Cependant n'allez pas croire qu'elle n'était plus bourrée, non on ne pouvait pas changer cela pour le moment, attendez quelques heures...

Lucy vit son cousin montait sur la rampe. Dans son état normal, elle aurait trouvé que cette idée était très mauvaise, Louis allait se faire mal mais étant fortement joyeuse, elle trouvait ça juste trop marrant et elle avait envi de s'accrocher à lui, faire une mini-chenille et de glisser à ses côtés. Mais elle ne monta tout de même pas sur cette rampe. Non elle se contenta de le regarder surtout qu'il lui adressait de nouveau la parole : « C'est quand même triste que ce soit si difficile de trouver quelqu'un digne de confiance, dans ce monde. » Lucy ne put s'empêcher de verser sa petite larme, c'était tellement triste ce qu'il disait. De plus elle avait envie de lui dire qu'il l'avait elle, qu'il pourrait toujours avoir confiance en elle mais elle n'était pas tout à fait sûr qu'il parlait de lui dans ses paroles. Elle préféra se retenir plutôt que de sortir une idiotie bien qu'elle en avait sorti pas mal depuis le début de la soirée. Enfin elle le vit descendit et Lucy l'imita mais en empruntant les escaliers. Elle les descendit en cloche-pied, on peut tout de même admirer son adresse. Elle manqua de tomber plusieurs fois mais ce fut indemne qu'elle arriva. Les Weasley étaient doués naturellement, s'était la seule explication. « A quoi il sera, ton pudding ? » Alors c'était vraiment une bonne question. Lucy ne savait pas vraiment mais par contre elle voulait de la couleur. C'est alors tout naturellement qu'elle dit : « Je sais pas mais je veux qu'il soit bleu à pois verts ! Ou alors rose et rouge. Je sais pas du moment que y a de la couleur. » On vous promet qu'elle n'a fait que boire. Ils continuaient de marcher mais elle avait un peu perdu la notion du temps, il pourrait être trois heures du matin comme de l'après-midi ça ne changerait rien pour elle. « Nouvel escalier ! » Il voulait vraiment qu'elle est une crise cardiaque ? Non mais parce là c'est ce qui allait se produire s'il continuait. Elle n'était pas préparée à survivre à tout cela. C'était trop d'un coup.

Ils se retrouvèrent enfin aux sous-sol. Lucy avait l'impression qu'ils avaient mis une éternité pour arriver jusque là et son ventre commençait sérieusement à gargouiller. « Alors, maintenant, à la recherche de la poire... On l'aura, notre pudding, Lulu, on l'aura ! » Louis pasa alors son bras autour de ses épaules ce qui donnait encore plus de crédibilité à ses paroles. Lucy voyait toute la détermination de son cousin qui se propageait très rapidement en elle. Ils allaient trouvé cette poire même s'ils devaient y passer la nuit. Finalement Lucy l'aperçut et elle cria : « LOUIS ! LA POIRE ELLE EST LAAAAA ! » Voyant le bruit qu'elle avait fait, elle mit vite ses mains sur sa bouche pour couvrir le son mais il était déjà sorti, c'était un peu tard. Elle avait un train de retard. Enfin elle prit la main de son cousin et alla vers la poire afin de pouvoir accéder aux cuisines.

Ces lieux lui étaient connus et dès qu'ils furent à l'intérieur avec Louis, un sourire s'afficha sur son visage. En tout cas il y avait peu d'activité dans les cuisines, quelques Elfes étaient encore debout mais pas l'ombre d'un élève. Un Elfe s'approcha alors d'eux. « Mademoiselle Weasley et monsieur Weasley vous ne devriez pas être là. Il vous faut retourner dans vos quartiers. Vous risquez d'avoir de gros ennuis. » Lucy ne put s'empêcher de sourire. « Allons Duggy on veut juste manger un peu de pudding. S'il te plaît et puis en plus personne ne viendra à cette heure-là. » Lucy lui fit des yeux de merlan frit. Elle pouvait se rendre très persuasive surtout lorsqu'elle désirait du pudding. « On ne peut décidément rien vous refuser mademoiselle Weasley. Du pudding et après vous retournez à vos quartiers. Comment vous le désirez ? » Lucy se satisfit de cette réponse et lui répondit : « Je veux de la couleur... Je veux qu'il soit bleu ou rouge ou rose ou, non je sais... MULTICOLORE ! » Elle souriait de toutes ses dents. Un pudding multicolore c'était vraiment la classe. « Et pour vous monsieur Weasley ? » Louis répondit ce qu'il désirait puis les deux étudiants allèrent s'asseoir dans un coin au calme. Lucy déposa sa tête contre le mur avant de dire à Louis : « J'ai hâte de goûter tout ça, les Elfes vont encore nous préparer quelque chose de délicieux c'est sûr. »

La nourriture ne tarda pas à arriver et Lucy fut ravi du résultat, son morceau de pudding était jaune, rouge, vert et orange avec des bonbons de toutes les couleurs par dessus. Les Elfes étaient vraiment extraordinaires. Ils l'épataient toujours, elle n'arrivait jamais à s'en lasser. Elle jeta un coup d’œil à l'assiette de Louis qui avait l'air très appétissante mais elle préférait néanmoins la sienne. Après pris une cuillerée de son dessert, elle prit la parole. « Ce soir c'était trop cool ! Tu m'as impressionnée Loulou ! Qui aurait pu imaginer que tu étais le genre de garçons déjantés mais au fond de moi j'étais sûr que tu pouvais le faire. » La jeune demoiselle sourit encore davantage. Elle adorait son cousin, celui qui avait l'habitude d'être le sérieux de la troupe, toujours les pieds sur terre mais quelqu'un sur qui on pouvait toujours compter. « Je veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas mais tu as pas bu à cause de ce qui s'est passé avec Louise. » Certes c'était un terrain dangereux mais ils se disaient tout et Lucy était certes plus proche de Louis mais elle était aussi très proche de Louise puisque c'était l'une de ses meilleures amies. Elle ne pouvait pas croire qu'ils n'étaient plus ensemble, ils étaient parfaits l'un pour l'autre et elle ne comprenait toujours pas leur rupture. Il y avait du avoir confusion, ils devaient s'être mal compris. « Je veux dire je comprends toujours pas que vous ayez cassé. Vous êtes parfaits l'un pour l'autre. Je veux dire si vous ne pouvez pas rester ensemble alors ça veut vraiment dire que l'amour c'est une énorme même une grosse connerie ! » Ils allaient bien reparler de ça, enfin c'est que la demoiselle n'aimait pas voir son cousin triste comme ça. Ca la rendait triste et vu l'état dans lequel elle était, elle pourrait se mettre à pleurer. « Mais si tu veux on parle d'autres choses, si tu veux pas en parler je peux tout à fait comprendre. De toute manière c'est pas vraiment l'heure et en plus je voudrais pas que ça te gâche la soirée. » C'était sincère, ils avaient passé une si bonne soirée qu'elle ne voulait pas que tout cela s'effondre. En plus de cette conversation, ils n'en garderaient sûrement aucun souvenir quoique des fois le cerveau ou le hasard, à vous de choisir, faisait bien les choses...

Spoiler:
 

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/


    Loulou national
avatar


personal informations

► date d'inscription : 01/11/2011
► parchemins : 3103


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Sam 28 Avr - 13:02


Manifestement, la chance souriait aux deux Weasley en pleine escapade nocturne à la quête de pudding. Leur sens de l'orientation avait été complètement diminué – voire éradiqué momentanément – sous l'effet de l'alcool et il faut dire que Louis se fiait au maigre restant de sa logique pour atteindre les cuisines. Visiblement, Lucy lui faisait confiance et approuvait son raisonnement qui leur dictait de descendre tous les escaliers qu'ils pouvaient trouver, à son regard impressionné et enthousiaste. Après, Louis n'avait aucune idée de combien de temps ils avaient marché et combien d'escaliers ils avaient pu descendre pour atterrir jusqu'au sous-sol. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il avait beaucoup parlé durant leur trajet. Le jeune Weasley était de nature curieuse après tout, c'était sans doute pour cela qu'il menaçait la bibliothèque de ne plus avoir assez de livres pour lui, en ayant lu une bonne partie. Et de plus, le Poufsouffle s'intéressait de tout : au sport, à l'art, à l'histoire, à l'arithmétique, à la philosophie... Enfin, il était polyvalent. C'était assez étrange comme comportement lorsqu'on sait que Louis est loin d'être un garçon qui pourchasse chaque expérience de vie et n'est pas nécessairement téméraire, trop occupé à respecter les règles docilement. Un intellectuel introverti et obéissant. Mais le garçon se venge dans ses livres... Sauf quand il a de l'alcool dans le sang, à ce niveau-là, il devient vraiment plus curieux et pose des questions sur tout. En l'occurrence, c'est Lucy qui subit l'interrogatoire de Louis comme ses réflexions. Bon, certes, ses questions ne pas réellement profondes, mais elles méritaient selon le sixième année tout de même un peu d'attention ! Mangemorts, gobelins, pudding, Louis tenta d'épuiser ces sujets de conversation tout en traquant les escaliers qu'il pointait en les nommant joyeusement dès qu'il en apercevait un, alors que Lucy sursautait, souvent surprise par l'exclamation de son cousin. Exclamations qui n'avaient éveillé aucun membre du personnel ou êtres indésirables jusqu'à présent : comme quoi, leur chance était extensible ce soir – ou cette nuit.

Les deux jeunes Weasley atteignirent les sous-sol et partirent vaillamment à la recherche de la fameuse poire qui leur ouvrirait les portes des cuisines tant convoitées en ce moment-même. « Alors, maintenant, à la recherche de la poire... On l'aura, notre pudding, Lulu, on l'aura ! » Louis passa son bras sur l'épaule de sa cousine qui chercha activement le tableau, décidée à ne pas laisser tomber l'affaire de son pudding. De plus, à entendre Lucy, Louis se doutait que sa cousine avait une idée bien arrêtée sur son pudding de ce soir. Il valait mieux ne pas la lui enlever. Et puis de toute façon, les Weasley n'abandonnent jamais, ils combattent l'adversité, ils sont tenaces, c'est bien connu. Même perdus dans leur propre château, ils ne baisseraient pas les bras. Et leurs efforts payeront nécessairement... S'ils font confiance à leur chance du moment. « LOUIS ! LA POIRE ELLE EST LAAAAA ! » Les paroles de sa cousine résonnèrent un bon moment dans le crâne du jeune homme, qui avait à son tour sursauté face au cri de joie lancé par Lucy. Ça, ça devait être la gourmandise et l'envie de pudding imminente de la Poufsouffle qui devait ressortir, à n'en point douter. Alors que Louis se frottait l'oreille comme si cela stopperait l'écho dans son crâne, la jeune capitaine des Poufsouffle prit les choses en main et chatouilla d'une main experte la poire qui ricana et se dandina quelques instants avant de s'ouvrir sur les cuisines. Aussitôt, Lucy s'élança vers la pièce talonnée de près par Louis, néanmoins, les deux adolescents furent vite arrêtés, bien que le tableau se refermait déjà derrière eux.

« Mademoiselle Weasley et monsieur Weasley vous ne devriez pas être là. Il vous faut retourner dans vos quartiers. Vous risquez d'avoir de gros ennuis. » Louis tourna la tête vers sa compagne de la soirée, l'air fortement surpris. Déjà, il était grandement impressionné de la mémoire de l'elfe qui savait son nom de famille. Louis s'imaginait bien que Lucy était populaire dans les cuisines mais lui ne possédait pas cette notoriété. Ainsi, se faire appeler par son nom de famille par cet elfe épatait tout bonnement le jeune attrapeur. Ensuite, lorsque le dénommé Duggy évoqua les quartiers, Louis ne put s'empêcher d'avoir l'image de quartiers à manger. Des quartiers d'orange, par exemple. Ou une part de gâteau. Ça, ça l'intéressait plus qu'une orange, il faut dire... Et puis, il y eut l'évocation d'ennuis. Louis était persuadé qu'ils ne craignaient absolument rien : jusqu'à présent, les deux Weasley n'avait eu aucun problème, ils étaient parvenus à arriver jusqu'ici donc selon Louis, ils étaient tout bonnement infaillibles cette nuit et les cuisines pourraient être leur havre de paix, leur donner asile le temps d'une part de pudding ! Enfin, encore fallait-il que l'elfe veuille bien les accueillir dans son noble domaine. « Allons Duggy on veut juste manger un peu de pudding. S'il te plaît et puis en plus personne ne viendra à cette heure-là. » Louis sourit, l'air complètement euphorique tandis que Lucy empruntait des yeux de chien battus pour amadouer Duggy. « On ne peut décidément rien vous refuser mademoiselle Weasley. Du pudding et après vous retournez à vos quartiers. Comment vous le désirez ? » Un large sourire étira les lèvres du garçon tandis qu'il sautilla presque sur place, prodigieusement heureux et fier de Lucy sur ce coup-là. De plus, sur l'instant, bien que Louis aurait aimé resté dans les cuisines, le compromis était acceptable : une part de pudding et ils retournaient, obéissants, dans leur salle commune. Oui, salle commune, parce que Louis était aucunement fatigué et ne voulait pas entendre parler de dortoirs tout de suite ! « Vous êtes vraiment gentil avec nous, Monsieur Duggy. » répliqua poliment et sincèrement Louis alors que Lucy enchaînait rapidement, laissant peu de temps à Duggy qui appréciait manifestement la manière avec laquelle Louis lui parlait de glousser. « Je veux de la couleur... Je veux qu'il soit bleu ou rouge ou rose ou, non je sais... MULTICOLORE ! » Louis tourna la tête vers Lucy, ses lèvres formant un « o » bien distinct. Elle avait de l'idée, sa cousine, elle était réellement créative et Louis lui faisait confiance en matière de sucré ! Ou même de nourriture en général. Bon, il était vrai que lorsque les deux cousins avaient voulu créer une nouvelle pâtisserie sorcière quand ils étaient enfants en utilisant le chaudron de Percy, vidant les buffets d'Audrey et agitant la baguette subtilisée par Louis de Bill, le résultat n'avait pas été très encourageant. Ça avait plutôt donné une pâte assez malveillante qui engloutissait les résidus de quelques cuillères en bois qui n'avaient pas survécu au mélange et les deux enfants avaient été plutôt sévèrement réprimandés par Audrey, Percy et Fleur pour avoir joué avec le feu – dans tous les sens du terme parce que Lucy et Louis étaient d'accord sur le point qu'il fallait mettre leur chaudron à chauffer – tandis que Bill avait dû sortir de la maison pour éclater d'un rire si intense dans le jardin de Percy et Audrey qu'il s'était fait entendre jusque dans la cuisine. Dominique quant à elle avait clamé qu'elle avait bel et bien avertit Lucy et Louis que leur recette ne marcherait jamais et qu'ils s'attireraient les foudres des parents mais évidemment, les deux cousins Weasley ne peuvent pas être arrêtés dans leur élan, tel qu'il soit. Bien qu'à partir de ce jour, leur vocation de pâtissier en avait sérieusement pris un coup. « Et pour vous monsieur Weasley ? » Louis attira son attention de nouveau vers l'elfe et réfléchit, plaçant son doigt sur son nez, comme il avait l'habitude de faire quand il était enfant lorsqu'il devait faire un choix, ce qui faisait insatiablement rire sa mère et avait finit par stopper Louis de réfléchir de cette manière, le garçon en ayant eu marre qu'on se moque de lui pour cette manie bizarre. Mais l'alcool faisait que le naturel de Louis était présent sous toutes ses formes. « Quelque chose de rouge avec des amandes. Et du chocolat ! Ou du caramel ! Comme vous voulez. » Louis fronça les sourcils, se demandant si l'elfe le comprenait mais visiblement celui-ci les avait trouvés limpides puisqu'il retournait promptement dans le fond des cuisines pour leur concocter leur pass vers la sortie. Le jeune homme se fit vite attiré par Lucy dans un coin des cuisines où ils s'installèrent sagement. Son interlocutrice déposa sa tête sur le mur derrière elle tandis que Louis trépignait d'impatience à l'idée de voir ce que leur apporterait Duggy. « J'ai hâte de goûter tout ça, les Elfes vont encore nous préparer quelque chose de délicieux c'est sûr. » Un large sourire étira les lèvres du Poufsouffle et bientôt Duggy refit surface, deux assiettes dans ses petites mains. Les cousins attrapèrent leur bien en chœur tandis que Louis déclarait : « Merci beaucoup Monsieur Duggy, vous êtes vraiment le meilleur ! » L'elfe gloussa puis rougit généreusement avant de repartir en trottinant, après avoir bafouillé quelques termes que Louis n'eut parvint à déchiffrer. Le sixième année attrapa sa cuillère de manière plutôt maladroite, réfléchissant à la manière de comment aborder son dessert, tandis que Lucy avait déjà entamé le sien. Décidément, sa cousine était réellement la reine en matière de dessert, Louis devrait sérieusement envisager à prendre exemple sur son expérience infaillible. « Bon appétit » répliqua-t-il dans un petit rire heureux tandis qu'il prenait enfin une cuillerée de son plat. Si c'était pas ça, le bonheur, le jeune homme ignorait ce que ça pouvait bien être. Après quelques autres cuillerées, Louis ajouta : « Il faudrait qu'ils décernent des médailles pour les elfes qui font des trucs aussi bons. »

« Ce soir c'était trop cool ! Tu m'as impressionnée Loulou ! Qui aurait pu imaginer que tu étais le genre de garçons déjantés mais au fond de moi j'étais sûr que tu pouvais le faire. » Les lèvres du garçon s'étirèrent en un sourire pour toute réponse, celui-ci bien trop occupé à attaquer son dessert pour converser avec Lucy. Mais manifestement, la jeune femme était multi-taches et si lui avait un peu de mal à se concentrer sur deux choses à la fois, Lucy y parvenait sans problèmes, si bien qu'elle ajouta : « Je veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas mais tu as pas bu à cause de ce qui s'est passé avec Louise. » La cuillère de Louis s'arrêta à mi-chemin entre son assiette et sa bouche et le bout de gâteau qu'il y avait à l'intérieur retomba mollement dans son assiette. « Zut » commenta le Poufsouffle, préférant visiblement commenter la chute du morceau de gâteau plutôt que de son comportement qui pourrait avoir un lien avec sa relation terminée avec son ex-petite amie, Louise Londubat. Mais c'était trop tard, une boule se formait déjà dans le ventre du garçon et il avait probablement pâlit un peu, comme il avait coutume de faire quand on lui évoquait quelque chose qui le touchait particulièrement. Il n'y avait plus vraiment pensé, à Louise, à partir du moment où il avait perdu tout équilibre et qu'il s'était retrouvé assis au beau milieu de la piste de danse improvisée dans la salle désaffectée. Étrangement, pour une des rares fois, il l'avait oubliée. Complètement, prodigieusement, oubliée. Comme quoi, l'alcool avait de bons côtés. De très bons côtés, même. Mais désormais, elle était bien présente dans son esprit et Lucy avait sans nul doute visé juste. Il avait bu pour plusieurs raisons, dont celle de faire la fête, mais aussi celles d'oublier quelques problèmes et son chagrin qu'avait provoqué la rupture avec Louise. Peu enclin à discuter de tout cela pour le moment et gardant ses yeux rivés sur son assiette, Louis ne pipa mot tandis que sa cousine reprenait : « Je veux dire je comprends toujours pas que vous ayez cassé. Vous êtes parfaits l'un pour l'autre. Je veux dire si vous ne pouvez pas rester ensemble alors ça veut vraiment dire que l'amour c'est une énorme même une grosse connerie ! » Louis grimaça. Lui non plus, ne comprenait toujours pas pourquoi Louise avait mis un terme à leur relation. Et entendre Lucy lui dire qu'ils étaient « parfaits l'un pour l'autre » l'émouvait assez, surtout parce qu'il s'était risqué à penser la même chose et que ça s'était avéré complètement faux puisque la jeune Londubat l'avait rejeté sans appel, sans lui donner de raison, à coup de « je t'aime » traumatisants. Mais Louis ne voulait pas que tout le monde perde foi en l'amour parce que son histoire à lui était... En piteuse état. Il ne voulait pas avoir cette responsabilité, il ne voulait pas être responsable de tout ça, même s'il ne le deviendrait probablement pas. Mais le jeune homme avait le chic pour dramatiser, surtout dans ce genre de situation, et il avait toujours peur de faire mal au gens, même de manière aussi indirecte que celle-ci. « Mais si tu veux on parle d'autres choses, si tu veux pas en parler je peux tout à fait comprendre. De toute manière c'est pas vraiment l'heure et en plus je voudrais pas que ça te gâche la soirée. » Le sixième année demeura silencieux, les yeux plantés sur son assiette. Son sourire était désormais complètement évaporé et si Lucy avait pu croiser son regard sans doute aurait-elle vu à quel point il pouvait être vide en ce moment précis. Louis n'avais su réagir face à Louise quand elle lui avait fait prendre connaissance de son désir de rompre avec lui. Il n'avait su quoi faire, quoi dire, tombant complètement des nues. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il ne voulait pas la perdre, mais d'une certaine manière, au fur et à mesure des paroles qu'avait prononcées la jeune femme, l'adolescent avait compris qu'il n'avait pas son mot à dire. Sa tête, son cœur avaient beau hurler que ce n'était pas possible, qu'il devait tout arrêter, que tout allait bien trop vite, qu'il ne comprenait absolument rien, que tout dérapait et qu'il détestait ça, qu'il devait tout rattraper pour tout recoller, les morceaux de leur histoire à laquelle il tenait tant ; mais il n'avait su bougé pas, tétanisé par la réelle horreur des événements. Il devait comprendre que ce n'était pas le genre de décision que l'on prend à deux, que Louise avait joué en solitaire et que lui, il était seulement celui qui subissait, qui devait se plier à ses exigences, à son départ. Ce départ qu'il n'avait aucunement vu venir, et c'était probablement cela qui l'énervait le plus dans toute cette histoire : Louis ne cessait de se répéter qu'il aurait dû le voir venir, qu'après presque trois années de relation, s'il n'était même pas capable de voir que sa petite amie ne voulait plus de lui, c'est qu'il devait être un petit copain vraiment pitoyable. Un être humain abominable dénudé de toute empathie vis-à-vis d'une personne qu'il aime néanmoins de tout son cœur. Il s'était posé mille et unes interrogations sur lui, se remettant en question sous toutes les coutures possibles. Il s'était abhorré, persécuté, maudit, jusqu'à ce qu'il n'ait plus l'énergie de le faire et qu'il ait avalé le fait qu'il ne pouvait plus rien y faire. Que leur rupture se répercutait non seulement dans le présent mais était gravée dans le passé et qu'il devait vivre avec. Et que tout ce qu'il pouvait faire, en l'honneur de la jeune femme qu'il affectionnait tout particulièrement, c'était de respecter son choix et de ne pas la contredire, de ne pas le bafouer. Elle ne voulait plus de lui, il devrait s'y faire, pour son bien à elle, pour sa volonté à elle ; bien que ça lui crevait le cœur, à lui.

Louis inspira profondément, ne quittant son regard de sa part de gâteau. Il ferma quelques instants les yeux, sentant une larme se défaire de ces cils pour rouler doucement sur sa joue, poursuivie quelques secondes plus tard par une de ses jumelles, puis par d'autres encore. Il ne se prit pas la peine de les effacer et étrangement, seules ses larmes pouvaient trahir son chagrin en cet instant précis. Il n'avait pas d'expression particulière, et sa voix ne tremblait pas, bien qu'était légèrement brisée. « Je ne sais pas non plus. C'est Louise qui a décidé de tout arrêter et elle n'a pas voulu me dire pourquoi. » Le jeune homme eut un léger rictus. Il aurait bien aimé tout raconter à Lucy, il aurait aimé répondre à sa question de manière plus précise, mais même lui était dans une ignorance des plus totale. Sa séparation avec Louise avait été incertaine, confuse. Lui-même avait eu un peu de mal à comprendre que la jeune Londubat l'avait vraiment largué. Et puis encore maintenant, quelques mois après que leur couple se soit dissout, Louis n'avait que des hypothèses sur ce qui avait pu motiver Louise à mettre un terme à leur histoire. Des idées, des scénarios, il s'en était fait des centaines, des milliers peut-être même. Il en avait rêvé la nuit. Ça l'avait tenu éveillé parfois des nuits entières dans son lit, où il tournait, tortillait tout ça dans sa tête pour y déceler un sens caché, un peu plus de clarté. Des étranges, des idiots, des fictifs, des dramatiques, des irréalisables, des plus joyeux scénarii s'étaient dessinés. Bien qu'en soit, la vie sans Louise n'avait rien de très réjouissant. Au final, Louis avait opté pour deux solutions qu'il jugeait plus réalistes : celle qu'elle avait trouvé mieux et celle qu'elle ne l'aimait plus malgré ses dires pendant leur rupture, l'une n'empêchant pas l'autre dans tous les cas.

Le garçon déposa sa cuillère dans son assiette, ayant soudainement perdu tout appétit. Toutefois, le jeune homme parlait toujours davantage à son morceau de gâteau qu'à son interlocutrice. « J'ai essayé de comprendre. Je me suis tout repassé en boucle, tous les événements, du premier au dernier. De tout ce qu'elle avait pu me dire, de tout ce que j'avais pu faire qui aurait pu lui déplaire... Mais... J'ai rien trouvé. J'arrive pas à comprendre. » Louis inspira de nouveau profondément, rassemblant tout son courage, se forçant à répondre à Lucy malgré que c'était plus que désagréable de remuer le couteau dans la plaie de cette manière. Mais sa cousine avait le droit de savoir. Elle méritait au moins ce que Louis avait en sa connaissance sur cette histoire à la fin désastreuse. « J'ai essayé de lui demander, de lui parler, mais elle ne veut plus me voir, elle ne veut plus me parler, elle ne veut plus de moi. » Le jeune homme fronça les sourcils, la tristesse s'imposant sournoisement entre ses traits suite à cette parcelle de phrase aussi terrible que vraie. Il tourna enfin la tête vers Lucy, ajoutant d'une voix désespérée et espérant de tout son cœur qu'elle le croirait. Après tout, Louise était aussi une de ses meilleures amies, il ignorait si la jeune Londubat avait parlé de leur rupture à Lucy. Il ne savait pas vraiment ce que sa cousine savait à ce propos, si ce n'est que le minimum. Peut-être que sa cousine avait des idées, peut-être y avait-elle songé de son côté ? C'était assez frustrant dans ce cas-ci de lui donner si peu, malgré que c'était tout ce qu'il savait et avait lui. « J'ai jamais voulu lui faire de mal Lucy. Je me rappelle pas lui en avoir fait. J'ai jamais voulu qu'elle me laisse. » Le Poufsouffle déposa son assiette sur le sol, essuyant grossièrement ses joues à l'aide de ses manches. Il renifla discrètement avant de soupirer et laisser tomber sa tête contre le mur derrière lui. « Peut-être a-t-elle trouvé quelqu'un d'autre. Quelqu'un de bien meilleur que moi. C'est franchement pas difficile à trouver. » Louis baissa les yeux, ajoutant dans un murmure brisé bien que sincère : « Pourtant, je l'aime. Je l'aime tellement, Lucy. » L'adolescent ferma les yeux quelques instants, comme s'il voulait préserver ses yeux de pleurer de cette manière, ou faire abstraction tout bonnement à la réalité, l'effacer en la rendant invisible matériellement. « C'est injuste d'aimer autant dans le vide. » conclut toujours dans un murmure le sixième année. C'était vrai, selon lui, ça ne devrait pas exister, toutes ces histoires d'amour à sens unique. C'est étrange, car une fois on lui avait dit qu'on finit par ne plus aimer la personne avec laquelle on partage sa vie : on a juste de l'affection pour lui ou elle. Pourtant, Louis n'avait jamais senti ne plus aimer Louise, il n'avait jamais senti son amour pour elle diminuer. Bien au contraire, il avait prit de l'ampleur, encore et encore, chaque jour un petit peu plus. Peut-être qu'alors que son amour pour l'adolescente suivait une courte exponentielle, Louise finissait par ne plus l'aimer, et bientôt, l'affection qu'elle avait eu pour lui ne lui avait plus suffit, avait commencé par l'ennuyer, et un autre jeune homme avait su attirer son attention, susciter en elle de nouveaux sentiments, des émotions qui l'émoustillaient bien plus que tout ce que Louis pouvait bien lui donner à corps perdu. « Je suis désolé, c'est pas grand-chose, mais c'est tout ce que j'ai à ce sujet. » conclut honnêtement Louis. Il avait réellement tout déballé à sa cousine, chaque éléments qu'il savait, bien qu'il y avait malheureusement eu peu à dire. Louise était réellement la clef de voute pour élucider la fin de cette histoire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://addie-ction.tumblr.com/


victory needs sacrifice ∞ ∆DMIN
avatar


personal informations

► date d'inscription : 18/04/2010
► parchemins : 5756


MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   Lun 21 Mai - 9:18


« Je ne sais pas non plus. C'est Louise qui a décidé de tout arrêter et elle n'a pas voulu me dire pourquoi. » Lucy fut submergée d'une tristesse certainement égale à celle que devait éprouver son cousin, quoiqu'il devait tout de même souffrir plus qu'elle. Pourquoi avait-elle fait cela ? Louis était le garçon le plus adorable que Lucy connaissait et elle ne disait pas cela parce que c'était son cousin, enfin elle n'était pas objective mais sérieusement ils ne seraient pas cousins, ça ferait longtemps qu'elle le draguait. Louis était beau, intelligent, adorable, attentionné et Lucy pourrait faire une liste de ses qualités sur plusieurs pages. Oh oui elle adorait son cousin, depuis toujours, elle sera également toujours de son côté... Enfin il ne faut jamais dire toujours car ça risque de changer en plus mais en général c'était eux face au reste du monde. Elle suivrait Louis jusqu'au bout du monde mais s'il pouvait rester en Angleterre ça l'arrangerait tout de même, elle voulait voyager dans sa vie mais être trop longtemps loin de sa famille lui briserait un peu le cœur tout de même. Lucy était une Weasley dans toute sa splendeur, elle était très famille. Cette notion lui était enseignée depuis l'enfance de toute manière et puis elle ne comptait plus les repas de famille, les après-midi ensemble et tout le reste. La famille à la vie à la mort, et pour Lucy s'était avant tout avec Louis, pour toujours et à jamais. Tant pis si ça faisait neu-neu pour certains, tant pis si ça semblait malsain pour d'autres, de toute manière elle ne changerait jamais pour quelqu'un d'autre.

Louise avait sa part de bizarreries comme tout le monde mais pour le coup, Lucy ne comprenait vraiment pas son amie, pourquoi avait-elle rompu ? A chaque fois qu'elle l'évoquait en présence de Lucy s'était pour dire à quel point il était extraordinaire et pour répéter à quel point elle l'aimait. Comment la situation avait pu dégénérer à ce point ? Elle avait picolé ? Une hallucination ? Un coup de stress ? Mais même tout ça ne fournissait pas une explication assez satisfaisante aux yeux de la demoiselle Weasley. C'était horrible, moche et tellement peu plausible. C'était pourquoi aussi elle se refusait à y croire et à trouver cela logique. Elle le vit poser sa cuillère, ce n'était pas bon signe ça, un Weasley qui n'avait plus d'appétit, bien que Louis ne soit pas autant gourmand qu'elle. La gourmandise restait tout de même une seconde nature chez les Weasley. « J'ai essayé de comprendre. Je me suis tout repassé en boucle, tous les événements, du premier au dernier. De tout ce qu'elle avait pu me dire, de tout ce que j'avais pu faire qui aurait pu lui déplaire... Mais... J'ai rien trouvé. J'arrive pas à comprendre. » Lucy voulait prendre son cousin dans les bras pour le consoler un peu, pour lui dire qu'elle était là elle et même si elle n'était pas Louise, elle était là mais quelque chose la bloqua, peut-être l'alcool qui coulait en elle qui bloquait ses muscles du bras quoique ça semblait peu probable tout de même. On pouvait mettre beaucoup de choses sur le compte de l'alcool mais pas tout du même, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties. Surtout que Molly elle aime pas les orties *sors*. « J'ai essayé de lui demander, de lui parler, mais elle ne veut plus me voir, elle ne veut plus me parler, elle ne veut plus de moi. » Là ce fut plus fort qu'elle, les larmes coulèrent sur les joues de Lucy. C'était trop triste, comment rester maître de soi fasse à une telle histoire ? Mais en même temps d'être terriblement triste pour son cousin, elle était en colère. En colère contre son amie pour avoir mis son cousin dans un tel état. Elle n'avait même pas pleuré autant lorsqu'Ewen l'avait larguée de la plus cruelle façon qui soit. Elle avait énormément souffert mais elle n'avait pas été autant dévastée sur le moment. Non en faite avec ce qui s'était passé avec Ewen, sa souffrance avait été progressive. Au départ, elle avait encore du mal à assimiler ce qui se passait, elle a cru pendant quelques temps qu'elle s'imaginait des trucs, qu'elle était parano, que tout allait redevenir comme avant, Ewen avait juste des choses à faire et puis elle a bien du constater que c'était bel et bien réel et c'est à ce moment qu'elle fu complètement détruite, se rendant compte jour après jour comment il s'était joué d'elle. Oh oui de loin la pire période de sa vie... « J'ai jamais voulu lui faire de mal Lucy. Je me rappelle pas lui en avoir fait. J'ai jamais voulu qu'elle me laisse. » Lucy voyait bien la sincérité dans les propos de Louis, jamais il ne ferait de mal à Louise, pas quand il l'aimait à ce point. Ce n'était pas possible et puis il faut dire que dans un sens elle idôlatrait un peu son cousin alors qu'il puisse faire du mal à Louise lui était inconcevable. « Peut-être a-t-elle trouvé quelqu'un d'autre. Quelqu'un de bien meilleur que moi. C'est franchement pas difficile à trouver. Pourtant, je l'aime. Je l'aime tellement, Lucy. » Les larmes continuèrent de couler sur les joues de la demoiselle tellement c'était beau ce qu'il disait. Aimer autant, d'un amour si pur c'était l'une des plus belles choses du monde alors pourquoi ça ne marchait pas. Qu'elle jeune fille sensée romprait avec un garçon qui l'aimait autant ? Aucune, pourquoi Louise avait-elle fait cela ? C'était toujours une incompréhension totale pour Lucy. Elle était folle, c'était la seule explication. Quelle autre sinon ? « C'est injuste d'aimer autant dans le vide. » Aimer dans le vide, Lucy n'avait jamais ressenti ce sentiment. Il est vrai qu'elle aimait Win et qu'elle était persuadée de ne pas l'être en retour mais elle ne voyait pas cela comme aimer dans le vide. Elle se berçait de douces illusions car après tout elle n'avait pas eu de refus net de la part du jeune Dawning et n'oublions pas que c'était lui qui l'avait embrassé. De plus il fallait être réaliste, elle n'aimait pas autant Win que Louis aimait Louise. Certes elle avait beaucoup d'affections pour le jeune homme, son cœur s'emballait à chaque fois qu'elle le voyait, quand il la fixait trop longtemps elle devenait aussi rouge qu'une pivoine mais ce n'était pas la passion que Louis avait pour Louise. Dans le cas de Lucy c'était plus au stade de béguin, de coup de cœur certes adorable et qui pouvait évoluer en une telle passion mais pour cela il faudrait déjà que leur histoire ait une suite, ce qui était loin d'être gagnée vu les circonstances. Alors c'était peut-être égoïste de sa part mais elle désirait tellement aimer autant que pouvait aimer Louis. Bien sûr elle voulait être aimée autant mais déjà aimer ainsi c'était vivre, se sentir consumer par des sentiments. Où était donc passée la jeune fille anti-amour, peut-être qu'elle mûrissait tout simplement. Peut-être qu'elle passait à autre chose, arrivait à surmonter son chagrin d'amour. Son cœur avait peut-être enfin fini de cicatrisait devant la beauté de l'amour même s'il n'était pas toujours réciproque. On aurait pu penser que voir son cousin dans cet état aurait pu avoir l'effet inverse sur Lucy, qu'elle affirme encore plus son envie de ne plus jamais aimer mais il faut croire que Lucy n'était pas comme tout le monde dans ce domaine là. Tout simplement, peut-être qu'elle évoluait comme on dit. Un mal pour un bien...

« Je suis désolé, c'est pas grand-chose, mais c'est tout ce que j'ai à ce sujet. » Lucy put très vite remarquer que Louis n'avait plus rien à dire. Il était désolé alors qu'elle l'était tellement pour lui. C'était lui qui souffrait et elle lui avait demandé d'en parler encore, de revivre toute cette peine encore une fois. Elle était horrible. Elle se dit que c'était le bon pour lui faire un câlin et c'est ce qu'elle fit. Bien sûr ce n'était pas grand chose, ça n'aiderait pas beaucoup Louis mais c'était déjà ça et que pouvait-elle faire plus ? Encore une fois elle n'était pas Louise, elle ne pouvait lui apporter les réponses qu'il attendait. Tout ce qu'elle pouvait faire c'était être présente, l'aider à supporter tous ces sentiments. Néanmoins à travers ce câlin, elle était plus proche que jamais avec Louis et ça faisait du bien de sentir que même si pleins de choses allaient mal, eux ils allaient toujours bien, qu'avec un câlin, ils disaient plus de choses qu'avec des mots. Cependant Lucy lui murmura au creux de son oreille. « Je te promet que je ferais tout pour que tu la retrouves Loulou. Je te laisserais jamais tomber et je pourrais jamais te laisser souffrir autant. Tu vas la récupérer Louis, peu importe le temps que ça prendra, tu l'as récupérera. » Si elle ne connaissait pas l'amour en ce moment, qu'elle n'est pas de petit copain qu'au moins Louis récupère sa dulcinée. Il méritait d'être heureux, elle était prête à se sacrifier pour son bonheur à lui. C'était aussi l'amour qui les unissait tous les deux. Ce n'était pas le même que celui de Louis pour Louise mais il n'en n'était pas moins puissant. Il était juste différent. Lucy maintient leur étreinte encore quelques instants puis elle se dégagea de lui et en profita pour sécher ses larmes, elle devait être belle maintenant. Du maquillage devait lui barbouillait les joues et le visage en général, ses yeux devaient être rouges et gonflés à cause d'avoir pleurer. Décidément, heureusement que personne ne pouvait les voir. Elle se mit à sourire histoire de montrer que cette histoire ne l'émouvait pas à ce point-là bien qu'elle savait qu'elle ne pouvait duper Louis. Elle n'avait jamais pu depuis l'enfance, ils se connaissaient trop pour être un mystère pour l'autre. La seule personne qui la connaissait le plus après Louis, c'était très certainement son père, c'était pour dire. « Je dois être dans un état. » Elle rit nerveusement, légèrement puis elle tourna alors la tête et elle vit à la tête de Duggy, son ami Elfe qu'il s'impatientait de les voir encore là bien qu'il avait la larme à l’œil. Bien sûr il était bien trop gentil pour les chasser des cuisines mais il n'avait pas besoin, Lucy avait compris. C'est pourquoi elle se retourna de nouveau vers Louis et lui dit avec un petit sourire malgré que ses yeux soient encore humides. « Je crois qu'il faut qu'on parte, Duggy n'arrête pas de taper du pied mais il ne dira jamais rien qui puisse nous contrarier. Enfin si tu préfères finir ton dessert... » Louis lui fit non de la tête et Lucy n'ajouta rien, elle se doutait bien qu'à sa place elle n'aurait pas non plus envie de manger. La sucre calmait beaucoup d'esprit mais il y avait des situations où il était inefficace au grand damne de Lucy, d'ailleurs. La demoiselle attrapa alors la main de Louis et l'entraîna vers la sortie des cuisines sans pour autant avoir oublié de faire un coucou de sa main à Duggy.

Louis et Lucy n'eurent pas trop de difficultés pour rejoindre leur salle commune même s'ils rencontrèrent un obstacle de taille puisque qu'ils se prirent les pieds dans un objet non identifié. Une fois qu'ils furent à la hauteur des escaliers qui marquaient la séparation des dortoirs filles et des dortoirs garçons, ils se firent un nouveau câlin et Lucy lui dit avant de le quitter : « A toujours et à jamais. Et n'oublie pas, quoiqu'il se passe, je serai toujours derrière toi. » Elle déposa un bisou sur sa joue et commença à rejoindre son dortoir mais après quelques marches et fit demi-tour, observant au passage que Louis n'avait pas bougé d'un poil. « Oh, au faite demain t'auras un mal de tête épouvantable, tout comme moi alors je te conseille d'éviter toute scène trop bruyante. Oh et tu peux porter des lunettes aussi comme ça tu peux dormir et personne n'y voit que du feu. En plus Théo m'a dit que porter des lunettes de soleil alors que c'est pas la saison c'est à la mode. Bonne nuit. » Cette fois-ci Lucy partit et ne revint pas. Elle se laissa tomber dans son lit en enlevant juste ses chaussures, tant pis pour le pyjama : elle était trop fatiguée pour se relever. Elle s'endormit imaginant déjà des plans pour que Louise et Louis se remettent de nouveau ensemble. Elle vivante, Louise Londubat redeviendrait la petite amie de Louis Weasley, un point c'est tout.

__________
il est l'heure de se battre
même si j'ai fui les miens pour tenter de me fondre chez l'ennemi, il est à présent venu le temps de prendre les armes pour se battre. Je donnerais tout pour voir le bon camp réussir, y compris ma propre vie si cela est écrit ainsi.  @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackholenow.tumblr.com/

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

pris en flag ✄ pv louis ~ terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: POU DU LARD DU POUDLARD :: « ETAGES » :: « QUATRIEME ETAGE » :: salle désaffectée-