Partagez | 
 

 Le réconfort de tes bras (Mirka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Le réconfort de tes bras (Mirka)   Ven 28 Oct - 11:48


(c) theberry.com/
E T H A N . M I R K A


Ethan passa une main dans ses cheveux tendis qu'il tournait la page de son ouvrage. L'Histoire antérieure la vie des Gobelins n'avait rien de très intéressant. On y parlait des dommages que subissaient les Gobelins à une époque reculée. Les sorciers ne manquaient jamais d'imagination quand il s'agissait de martyriser une race jugée inférieure. En lisant l'ouvrage, Ethan s'étonna qu'ils ne se soient pas révoltés avant. Les Gobelins étaient réputés pour être des créatures fières qui n'acceptaient pas de se voir traiter en tant qu'êtres inférieurs. Finalement la lecture l'agaça et il referma l'ouvrage avec un bruit sec. La Serdaigle assise à côté de lui lui jeta un regard assassin, sans doute gênée par ses soupirs à répétition depuis qu'il avait ouvert le livre. Il lui répondit par une moue crispée destinée à lui faire comprendre qu'il se fichait bien de ce qu'elle pensait et alla replacer l'ouvrage sur une étagère de la bibliothèque. Quand il revint à sa table, il fut surprise de voir un mot griffonner sur le morceau de parchemin qu'il avait laissé trainer. "Ne te sens pas ici chez toi, les vraies sorciers n'acceptent pas les pauvres moldus dans ton genre." Il jeta un coup d’œil à sa droite : la Serdaigle avait disparut. Il prit le morceau de parchemin dans sa main et le chiffonna avec force. Puis il ramassa pèle mêle ses affaires dans son sac et sortit de la bibliothèque. Il sentait son sang bouillir dans ses veines, dût à sa rage impulsive comme toujours. A Poudlard il avait apprit à maitriser à peu près cette partie de sa personnalité mais parfois elle ressurgissait trop brutalement qu'il n'arrivait plus à la contrôler. Il serra les poings et décida d'aller prendre l'air pour se calmer.

Ma brise d'air sur son visage ne lui fit pas autant de bien qu'il l'avait espéré. Il avait vraiment du mal à se calmer. Depuis le début de l'année, il avait fait des efforts considérables pour s'intégrer totalement à son clan et voir que malgré cela certains le considéraient toujours comme le pauvre presque-sang-de-bourbe l'énervait. Il n'avait plus envie de devoir supporter cette réputation, faisant tous les efforts possibles et imaginables pour s'en débarrasser. Bien sûr, tout ceci n'avait pour but que la protection de sa famille mais ça personne - ou presque - n'était censé le savoir. Alors par la barbe de Merlin, que pouvait-il faire de plus ? Tout. Il devait faire tout ce qui était possible. Et cette évidence le rendait aussi dégoûté qu'irritable depuis quelques temps. Il se sentait perdu. Décidément, la population de Poudlard avait le don de le decevoir un peu plus chaque jour.

Il parcourut plusieurs centaines de mètres autour du château, sans parvenir à contenir la rage qui l'envahissait. Cette dernière se transformait peu à peu en un sentiment qu'il eut du mal à identifier : le dégoût de lui même. Il se sentait totalement impuissant face à la situation. Il alla marcher près du lac puis revint vers la silhouette gracieuse du château. Les élèves n'étaient pas trop présents dans le parc à cause de la fraîcheur du mois de septembre mais il reconnut aisément l'une des personnes qui se dirigeaient dans la direction opposée à la sienne. Zofia Vladmirova, ses cheveux bruns, son jolie visage et sa silhouette parfaite. Il fonça vers elle sans réfléchir. Il ne s'arrêta pas à quelques centimètres comme on n'aurait pu l'imaginer mais lui sauta presque dessus, l'enserrant avec force dans ses bras. Il sentit qu'il y allait fort car la respiration de la jeune fille se coupa d'un coup sec mais il ne parvint pas à se résoudre à desserrer légèrement son étreinte. Il avait besoin de quelqu'un contre lui, pour le réconforter. Elle pouvait le faire, il l'avait fait pour elle. Au lieu de refouler ses émotions, il les laissa remonter. Une particulièrement. Ca lui remontait dans la gorge, se bloquait au niveau de ses lèvres puis remonta jusqu'à ses yeux. Il pleura. Comme un enfant, un tout petit gosse qui pleure la mort de son hamster. Il nicha sa tête dans le creux de l'épaule de Zofia - du moins celle qu'il croyait être Zofia - et laissa ses larmes couler sans retenue. Il détestait pleurer et aurait eut honte de se laisser aller comme ça en temps normal. Mais pas avec elle, tant ça lui semblait naturel : il avait été là quand elle avait eut besoin de lui, elle ne le jugerait pas parce qu'il avait l'air beaucoup moins viril d'un coup.

Ethan ne consentit à desserrer son étreinte que plusieurs minutes plus tard. Il resta cependant dans la même position, le nez sur son épaule. Ses lèvres effleurèrent le cou de la jeune fille, presque par accident. « Je suis désolée Zofia. » Il renifla bruyamment, essayant d'arrêter ses larmes. « Pour notre rendez-vous, aux serres. J'ai eut un contre temps. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Le réconfort de tes bras (Mirka)   Jeu 3 Nov - 0:56


ETHAN WARD && MIRKA VLADMIROVA
le réconfort de tes bras. © initiation-captive-power!

La salle commune des serdaigles étaient assez bruyante, les premières années et deuxième années avaient envahi l'espace, chose qui pouvaient gêner leur aînés. La préfète par ailleurs était dérangée alors qu'elle était en train d'écrire son devoir d'études des runes. Étant surprise par l'un des cris stridents, la jeune femme fit un trait assez grand dans son parchemin. Alors, là les gamins allaient payer ce qu'ils venaient de lui faire faire. Elle se retourna afin de lancer un regard noir aux jeunes élèves, qui n'eu ; malheureusement pour elle ; pas l'effet escompté, elle soupira donc profondément avant de se lever. Elle s'approcha d'un jeune garçon qui était debout sur l'un des canapés, le regardant assez méchamment, cependant il ne bougea point. Mirka regarda les autres élèves qui eux devaient se demander pourquoi elle venait les ennuyer dans leur jeu. « Vous savez qu'il y a des règles à respecter au sein de la salle commune ? » Elle s'approcha du petit et elle lui attrapa le bras avec la pogne que l'on pouvait lui assigner et le fit descendre par force. « Donc ne pas marcher sur les canapés en fait partie. » La préfète se fichait bien que le première année tombe et se trouve à terre au niveau de ses pieds, elle eue un sourire sadique, puis se baissa pour le regarder en gardant son sourire qui s'agrandit lorsqu'elle sentis la peur qu'il avait. La biélorusse sentis une main se poser sur son épaule, elle suivis le bras et releva la tête en voyant Xander étrange, elle trouvait étrange que ce soit lui qui l'arrête. « Garde ton calme.. T'as pas un devoir à terminer ? » Il fit un signe de tête vers la table où elle s'était installée avant et un autre vers l'un des élèves les plus âgés qui étaient le grand frère du première année qu'elle venait de mettre à terre. Le regard insistant du jeune blond lui qui lui tendait sa main afin qu'elle la prenne pour s'appuyer en se relevant. Mirka le fit d'ailleurs et regarda si l'autre été toujours au même endroit, mais non, il était derrière elle en train d'aider son petit frère.

« Qu'est-ce qu'il t'a pris tu sais bien que son frère se fichera que tu es une femme ? Il frappe sur tout ce qu'il peut. » Le jeune blond dit à sa camarade cela en le murmurant lorsqu'ils rejoignaient la table sur laquelle se trouvaient les affaires de la jolie brune qui haussa les épaules en toutes réponses, elle n'avait pas pensé sur le moment que le gamin avait un frère et encore moins qu'il était également chez les bleus et bronze. Mirka se doutait bien que Xander n'attendrait pas de merci de sa part, elle était trop fière pour lui dire directement, mais elle le ferait d'elle-même autrement et cela il le savait très bien. « Dis t'as pas un devoir à faire toi ? » Mirka parla pour la première fois au jeune homme calmement d'ailleurs, elle était assez calme par rapport à quelques minutes auparavant. Elle le regarda en souriant, ce n'était pas un reproche, mais alors là pas du tout, c'était juste que comme elle faisait le sien, elle savait qu'elle pourrait l'aider, comme d'habitude. Elle devait avouer que sur ce cours elle ne se souvenait plus combien de fois elle avait aidé le blond, elle avait vite arrêté de compter, certes cela ne la dérangeait point cependant, c'était tout de même amusant de lui démontrer qu'elle était meilleure que lui. « Bon faut que je t'aide ? » La préfète dit cela en lui donnant un petit coup de poing dans l'épaule étant donné que le jeune homme c'était assis à côté d'elle, étonnamment, la salle commune était très silencieuse depuis qu'elle avait été voir les plus jeunes qui étaient partis dehors. Dans sa question il y avait deux chosse que l'on pouvait reconnaitre, une petite pique pas très méchante et un merci, puisque généralement, c'était lorsqu'elle devait quelque chose à quelqu'un qu'elle proposait son aide. Puisqu'il acquiesçait, elle lui montrait ce qu'elle avait fait déjà, sachant que son parchemin était dans un piteux état à cause des jeunes élèves.

Mirka avait laissé Xander en compagnie d'Andrew qui les avaient rejoints lorsqu'ils avaient fini leur devoir, après avoir rangé ses affaires dans son dortoir, elle pris seulement un livre pour aller lire dans le parc. La jeune femme quitta donc la salle commune des serdaigles dans le but d'aller au niveau du lac afin d'être tranquille. Elle avait besoin de solitude et le lac était un endroit parfait pour elle dans ce genre de même, elle n'avait aucune idée du pourquoi, mais cet endroit la calmait. Alors qu'elle marchait dans les couloirs elle sentis une main qui se posait sur sa hanche, elle regarda de l'autre côté en souriant sur le coup elle crue avoir la poigne d'Amadeus, mais malheureusement pour elle c'était l'aîné des Larsön. La biélorusse soupira en le regardant et perdit le sourire qu'elle avait, elle enleva la main du jeune homme de sa hanche afin de se détacher de l'emprise qu'il avait sur elle et continua son chemin en l'ignorant totalement malgré tout ce qu'il pouvait dire. Sauf qu'il savait où il devait frapper pour la faire réagir et il le fit très vite, trop vite au goût de la jeune femme. « Peut-être que je devrais laisser Zofia m'offrir son corps, comme elle le veut si bien. » La brune s'arrêta net et se posta face à son fiancé, elle le regarda droit dans les yeux et sans rien dire elle le poussa avec une force étonnante ce qui le fit tomber par surprise, puisqu'elle avait dû l'étonné lui aussi.

Mirka en profita pour le laisser et se dépêcher un peu pour sortir du château, elle le longeait et descendait vers le lac. Sauf que pour elle tout ce passa très vite puisqu'elle fut attrapée par Ethan, elle ne comprit d'ailleurs pas pourquoi il la prenait dans ses bras. Mirka était très étonnée de la façon dont le jeune serpentard la tenait, en reprenant progressivement sa respiration, plus ou moins calmement, elle sentis qu'il n'allait pas bien. Elle ne dit rien sur le coup, le laissant faire et posa ses mains dans son dos, si quelqu'un les voyaient ainsi il allait se poser des questions, d'ailleurs elle s'en posait la jeune femme, mais ne dit rien, préférant attendre que cela aille mieux pour lui. Mirka resta miraculeusement silencieuse, elle avait beau se ficher généralement de ce que pouvaient ressentir les gens, là en sentant la détresse du jeune homme elle le laissa faire et attendit qu'il daigne lui expliquer ce qu'il se passe, ce qui lui prenait de la prendre dans ses bras. Il fallait bien avouer que la jeune biélorusse ne comprenait guère ce qui faisait, oui ils s'entendaient assez bien, mais aller jusqu'à pleurer dans ses bras ? C'était tout de même plutôt étrange. Lorsqu'il desserra son étreinte Mirka pris un grand bol d'air, cela lui fit d'ailleurs beaucoup de bien. « Je suis désolée Zofia. » La jeune femme sourit à ce moment-là, elle compris donc ce qu'il se passait, elle regardait Ethan en souriant, elle se voulait rassurante, elle ne disait rien cependant pour l'instant elle se disait que cela pouvait être amusant si elle le laissait croire qu'elle était sa soeur. « Pour notre rendez-vous, aux serres. J'ai eut un contre temps. » Le rendez-vous aux serres ? Là Mirka fut tout de même étonnée, il se passait quoi entre le serpentard et sa soeur, mais savait bien que Zofia lui en voudrait pas vraiment. « T'inquiètes pas pour moi. »

La jeune femme ne savait pas vraiment si elle pouvait vraiment réussir à rester dans le rôle de sa soeur, puisqu'elles avaient beau se ressembler comme deux goûtes d'eaux. Cependant, elles n'avaient pas vraiment la même façon de parler et par conséquent elle pensait bien qu'il comprendrait vite laquelle des jumelles elles était vraiment. Mais l'avoir vu dans cet état, ne plaisait pas vraiment à la jeune femme, elle voulait savoir ce qu'il s'était passé pour qu'il soit ainsi. « Il se passe quoi Ethan ? » Mirka essayait des phrases courtes afin de pas montrer que c'était bien elle. « Tu sais que tu peux m'en parler si tu veux. » La jeune femme réagissait comme sa soeur sur ce genre de sujet, mais aussi à sa manière à elle, ce qui sous entendait qu'elle le ferait également elle. Cela pouvait en étonner certains, mais elle n'était pas aussi in-sentimentale que l'on pouvait croire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Le réconfort de tes bras (Mirka)   Mer 16 Nov - 10:25


(c) weheartit.com

Pleurer comme un gamin, c'était honteux. Presque autant que si il s'était mit à courir tout nu dans la Grande Salle au moment du déjeuner. En fait, c'était même pire ... Là, c'était son âme qui était à nue, fragile et brisée. Il se sentait seul, malgré la présence du corps chaud de la jeune femme contre lui. Il était seul depuis bien trop longtemps, perdu dans les méandres d'un objectif au terme duquel il n'arriverait jamais. Sa vie tournait autour des deux seules personnes qu'il ne pouvait pas côtoyer quotidiennement. Triste vie à laquelle il faisait face chaque jour. En général il supportait. Mais il y avait de ces moments où tout semblait pire que jamais et où la colère, la tristesse, la rage ressortaient. Et contre ça, il ne pouvait rien. Les larmes s'arrêtèrent au bout d'un moment et Zofia prit la parole. « T'inquiètes pas pour moi. » Si il avait été un peu plus observateur à ce moment là, peut être se serait-il rendu compte que le timbre de voix était légèrement différent ou que l'allure était moins gentille et naïve qu'elle n'aurait dût. Il aurait peut être eut le doute de savoir quelle sœur Vladmirova il avait devant lui. Elles avaient beaux être totalement semblables physiquement, au niveau de la personnalité c'était le jour et la nuit et cela avait quand même une légère incidence au niveau de leurs apparences. Mirka avait l'air moins effarouchée que sa sœur, plus sûre d'elle et c'est pourquoi les confusions étaient rares. De ce qu'il en savait. Dans l'état actuel de la situation, il n'était pas en mesure de se poser des questions. C'était Zofia, elle le réconfortait, point final. Peut importe même son identité. Elle était là, ça lui suffisait, qu'importe son nom ou sa personne.

« Il se passe quoi Ethan ? » La question était simple et pourtant il ne s'en sentait pas la force d'y répondre. Il ne savait même plus ce qui l'avait mit dans cet état. Un tout accumulé depuis des années, un ras le bol de quelques semaines et une rage d'une poignée de secondes. La vie était loin d'être ce qu'il aurait aimé qu'elle soit. Très loin même. Il savait qu'il y avait plus à plaindre que lui, mais au château il n'en trouvait pas tellement d'exemple. La plupart des élèves avaient leurs deux parents, qu'ils aimaient profondément et qui les aimaient en retour. Ils assumaient leurs idées, leurs choix parce que personne ne comptait vraiment sur eux. Ils faisaient ce qui semblait juste à leur conscience toute entière. Ils n'étaient pas prit au milieu de deux feux, sans savoir dans lequel il fallait se jeter. C'était ça qui lui faisait le plus mal au fond : n'être pas lui même. il jouait constamment en rôle, et encore plus depuis le début de la nouvelle année. Il essayait de devenir le salaud que beaucoup avait toujours vu en lui. Il devenait cruel, parfois mesquin. Enfin, c'était ce qu'il faisait croire. Au fond il était toujours le petit gamin qui souhaitait le bonheur des autres. Et ses meilleurs amis étaient en réalité ses pires ennemis. En bref, sa vie devenait un tissu de mensonges et c'était difficile à vivre. Particulièrement parce qu'il perdait ses seuls vrais amis et profit qu'une hypocrisie sans limite.

Il doutait que quiconque soit capable de le comprendre au château. Le tiers de la population estudiantine était composée de petits cons prétentieux qui se prenaient pour les maîtres du monde. Un autre tiers ne pensait qu'à sa pomme. Et le dernier semblait évoluer dans un monde naïvement teinté d'espoir. « Tu sais que tu peux m'en parler si tu veux. » Il avait confiance en elle. C'était étonnant car pourquoi ils n'avaient jamais été très proches et se connaissaient à peine. Mais Zofia était une fille bien, il n'en n'avait jamais douté. Mais il n'avait pas envie d'en parler. Il craignait de se remettre à pleurer et il ne voulait surtout pas ça.

Il finit par lâcher totalement la jeune fille. Ses yeux étaient rougis mais c'était la seule trace de larmes qui subsistait sur son visage. Ses traits étaient durs, son visage assez inexpressif, reprenant l'attitude qu'il avait en général. Comme si absolument rien ne s'était passé. « Je suis désolé, je ne sais pas ce qui m'a prit ... » Il eut un genre de sourire cynique. « ... sans doute le mauvais temps qui me fait tourner la tête comme un scrutoscope. » L'expression qu'il venait d'employer manqua de le faire fondre en larmes une seconde fois. Quelque chose de typiquement sorcier. Qu'il utilisait sans même s'en rendre compte à présente. Il appartenait vraiment à ce monde, qu'il le veuille ou non. Et sa famille n'y appartenait pas. Un fossé immense et infranchissable les séparait, alors qu'Ethan n'aurait souhaité qu'une chose : pouvoir sauter par dessus pour les rejoindre. Il chassa ces pensées déprimantes de sa tête. Du moins, il essaya.

« Je suis aussi désolé pour le rendez-vous aux serres, sincèrement. » Il la regardait droit dans les yeux, comme si le fait de regarder ses iris aurait pu la convaincre qu'il disait la vérité et rien que la vérité. Il trouva dans le regard de la demoiselle un éclat étrange. Mais il ne se posa pas de questions. Sans doute que cela était dût à la surprise, et peut être qu'elle était vexée qu'il l'ait lâché sans prévenir la dernière fois qu'ils s'étaient croisés. « J'ai croisé quelqu'un et c'était ... important. » Ce quelqu'un, c'était Blake Cauldwell et la chose importe qu'il avait à faire c'était se montrer aussi sympathique que possible avec elle. Pathétique. Mais ce n'était pas une banale histoire d'une fille qui lui plaisait. Blake était en quelque sorte son pass d'entrée pour pénétrer chez les Obscurs. Il se servait d'elle avec une force manipulatrice qu'il ignorait avoir, et qui lui pesait lourdement sur la conscience. Blake était gentille. Il se sentait coupable d'être hypocrite ou de se servir des gens bons, et ça lui donnait l'impression de devenir le salaud qu'il ne voulait pas être. En tout cas, pas au fond de son âme. Avec les autres Obscurs, il n'avait aucun problème par contre. Ca lui semblait même normal d'agir avec mesquinerie avec eux, comme pour se venger de leurs comportements aussi exécrables que méchants.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Le réconfort de tes bras (Mirka)   Mar 29 Nov - 3:06


Mirka restait là attendre qu'il se calme, cela ne servirait strictement à rien qu'elle fasse quoi que ce soit, puisque de toute manière elle savait que trop bien que les larmes faisaient du bien. Elle repensa au fait qu'il l'ait tout de même appeler Zofia, ce n'était pas rares que des élèves le fasse, mais de la part de quelqu'un qui la connaissait c'était quelque peu étonnant. Oui les jumelles se ressemblaient comme deux goûtes d'eau, mais il y avait tout de même certaine choses qui pouvaient les différencier physiquement, généralement le blason de leur maison. Étant dans deux maisons différentes, il était pourtant simple de se repérer afin de savoir à laquelle des deux l'on avait affaire, ensuite on pouvait trouver ce petit air hautin qui se plaisait sur le visage de Mirka. Elle ne pouvait guère s'empêcher de l'afficher constamment, cela faisait partie d'elle, même si elle tentait d'y faire attention certains jours, elle ne le supprimerait certainement jamais. La biélorusse avait une forte tendance à montrer dans ses vêtements qu'elle pouvait aguicher n'importe quel jeune homme si elle le souhaitait et mettais du sien. La jeune fille regarda Ethan en se demandant bien ce qui pouvait lui prendre, surtout qu'il savait bien qu'elle n'appréciait pas vraiment que l'on la confonde avec sa jumelle. Oui cela pouvait arriver avec certaines personnes qui ne les connaissaient pas vraiment, mais pour une personne qui en connaissait au moins une des deux c'était plutôt étrange.

Lorsqu'il la lâcha, elle se mit à le regarder d'un air compatissant, étrangement elle n'éprouvait aucune pitié ni même méprise envers lui. Non de toute manière Mirka aimait bien le serpentard, c'était certainement l'un de personnes les plus honnêtes qu'elle connaissait parmi les obscurs et cela lui faisait beaucoup de bien d'avoir au moins une personne telle que lui dans son entourage. La jeune femme ne le prendrait pas de haut de toute manière, ce n'était pas parce que c'était elle qui l'avait fait entrer dans leur clan, qu'elle devait se permettre de faire cela bien au contraire. Un peu d'humilité ne faisait de mal à personne et malgré ce que l'on pourrait croire la serdaigle en était capable effectivement. « Je suis désolé, je ne sais pas ce qui m'a prit ... » La jeune femme haussa les épaules en faisant un sourire rassurant autant qu'elle pouvait, il était vrai que c'était le genre de sourire qu'elle ne dédiait réellement qu'à deux personnes dans l'école, mais là elle estimait qu'il en aurait besoin. Ce n'était parce qu'elle voyait bien qu'il était revenu dans son monde ou ce qu'il s'efforçait d'être le reste du temps, qu'elle devait faire comme s'il ne s'était rien passé. Il avait quand même fondu en larmes dans ses bras et cela n'était pas rien pour elle, elle se sentait dans l'obligation de l'aider afin d'essayer de lui remonter le moral. « ... sans doute le mauvais temps qui me fait tourner la tête comme un scrutoscope. » Elle esquissa un léger sourire amusé, le mauvais temps ouais, c'était tout à fait ça, elle n'y croyait pas vraiment, mais laissa paraitre que oui de toute manière que pouvait-elle réellement faire ? Il s'était de nouveau refermé dans sa carapace, la seule chose qu'elle pourrait tenter était peut-être d'essayer d'en savoir plus sur ce qui l'avait rendu comme ça. Mais elle ne put pas s'empêcher de faire une petite remarque quand même, qui n'était pas méchante dans son esprit, juste une petite constatation. « Et moi il est connu que j'ai du sang de vélane dans mes veines. » Ce qu'elle venait de dire était tellement absurde qu'elle fit un moue, non mais elle n'était pas dupe tout de même, il ne pleurait pas à cause de cela et la jeune femme s'en était bien rendue compte.

Mirka savait bien que sa réponse risquait de mettre la puce à l'oreille du jeune homme vis-à-vis de sa véritable identité, puisqu'elle savait que trop bien que sa soeur, n'aurait jamais fait ce genre de choses, c'était sur et certain. Mais bon cela elle s'en fichait royalement, de toute manière elle n'était pas Zofia et donc elle devait arrêter de laisser croire aux gens qu'elle l'était lorsqu'ils se trompaient, premièrement cela l'énervait énormément et deuxièmement ce n'était pas très agréable pour la personne, elle devait bien s'en douter. « Je suis aussi désolé pour le rendez-vous aux serres, sincèrement. » Alors qu'il la regardait dans les yeux, Mirka ne comprit vraiment pas de quoi il parlait, des serres, c'était la deuxième fois qu'il en parlait et qui s'excusait pour ne pas y être allé. Elle chercha dans sa tête, mais ne voyait pas et puis Zofia ne lui avait pas parlé de ce rendez-vous, il valait peut être mieux à vrai dire puisque tout le monde connaissait à quel point la serdaigle pouvait être irritable si on s'approchait trop de sa soeur et qu'on la faisait souffrir. Mais elle recalcula rapidement il lui avait posé un lapin ? Il avait osé poser un lapin à la prunelle de Mirka ? Le fourbe, la jeune femme n'aimait pas être méchante avec elle lui, mais là il allait peut-être un peu loin quand même oser s'approcher de sa jumelle était l'une des pires choses qu'un jeune homme pouvait faire s'il ne voulait pas s'attirer les foudres de la bleue et bronze. « J'ai croisé quelqu'un et c'était ... important. » Important ha oui important, Mirka bouillonnait au fond d'elle, qu'est-ce qui pouvait être bien plus important qu'un rendez-vous avec sa belle et tendre soeur, sérieusement ? Un jeu pour les obscurs ? Si ce n'était pas cela en tout cas il prendrait une baffe elle le sentait bien de toute manière, elle réagissait peut être un peu trop vite ? Et mal ? Nan pas quand il s'agissait de Zofia, elle était juste super protectrice si la gryffondor était dans le coup, c'était aussi simple que cela, s'il jouait avec elle seulement pour les obscurs, là elle protesterait. Le premier obscur qui osait faire du mal à sa soeur aurait le droit à la haine de Mirka et cela il ne valait mieux pas la voir.

« Tu avais rendez-vous au serres avec ma soeur ? » La biélorusse regardait le jeune homme d'un air inquisiteur, c'était plutôt étrange de la voir dans cet état, mais bon elle tentait de rester calme malgré le fait qu'au fond d'elle la rage était profonde. « Et tu as osé lui poser un lapin ? » Elle secoua la tête comme pour se dire que ce n'était pas possible, qu'il n'avait pas pu faire cela, que ce n'était pas vrai et qu'il n'avait pas rendez-vous avec elle. Elle espérait qu'il la faisait juste marcher parce que là, cela fonctionnait vraiment s'il se jouait d'elle et de ses sentiments envers sa chère soeur. Elle prit une mèche de cheveux dans ses doigts histoire de se calmer parce que rien ne lui plaisait dans ce qu'il venait de dire. Ce n'était pas possible, elle ne voulait pas y croire. « Ethan qu'est-ce qu'il peut être plus important que Zofia ? Tu peux me le dire ? » Mirka le regardait d'un air de dire, il vaut mieux que tu répondes à cela si tu tiens à la vie, je peux être méchante comme tu le sais. Nan, mais il était pas sérieux, elle ne pouvait pas y croire, c'était insensé ce qu'il disait, comment pouvait-on trouver quelque chose de plus important que sa chère soeur jumelle ? « Dis-moi que cela a au moins un rapport avec les obscurs. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar


personal informations



MessageSujet: Re: Le réconfort de tes bras (Mirka)   Lun 9 Avr - 11:53



ETHANETMIRKA
le réconfort de tes bras

EN COURS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



personal informations



MessageSujet: Re: Le réconfort de tes bras (Mirka)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le réconfort de tes bras (Mirka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D i s s e n d i u m :: DRAGEES SURPRISES DE BERTIE CROCHUE :: RP-